Version classiqueVersion mobile

Espace et sacré au Sahara

 | 
Abderrahmane Moussaoui

Seconde partie. Les logiques du sacré : mémoire et histoire

Chapitre XII. … logiques d’aujourd’hui

Texte intégral

1Il est difficile de faire débuter les logiques d’aujourd’hui à partir d’une date précise. En tout cas, elles ne coïncident jamais avec les découpages établis par l’histoire officielle qui font de l’indépendance le début d’une nouvelle logique. Pour Kenadsa, les « nouvelles logiques » datent au moins de l’époque où Sîdî ‘Abd ar-Rahmân accède à la tête de la zâwiya, voilà plus d’un demi-siècle. Quant au Gourara, « les logiques d’aujourd’hui » ont commencé bien après l’indépendance, au début des années 1970. En effet, c’est avec l’application de l’ordonnance portant la mention « révolution agraire » que commence la transformation radicale des logiques spatiales ancestrales.

KENADSA : UNE CAPITALE DESTITUEE

  • 1 Archives de Vincennes, 1 H 1033.

2Tout prédestinait Kenadsa à jouer les premiers rôles. Elle était déjà une métropole quand l’actuelle ville voisine (Béchar) n’était qu’un lieu-dit. Toutefois, les nouvelles logiques introduites par la colonisation en décideront autrement. C’est la petite bourgade de Béchar, encore appelée Tagda, qui sera choisie comme chef-lieu. Le ministre de l’Intérieur et des Cultes de l’époque justifie ce choix, dans une lettre adressée au ministre de la Guerre le 25 janvier 1901, en ces termes : «[…] La désignation de Béchar comme chef-lieu du cercle à créer chez les Dhwî Mnî’ a paru, au gouverneur général, préférable à celle de Kenadsa, l’expérience ayant démontré qu’il valait mieux laisser distincts les cercles d’action administrative et les centres d’influence maraboutique, et notre installation à Béchar présentant autant d’avantages, tout en étant moins délicate1. » Des logiques tout à fait profanes se voient obligées de tenir compte des règles édictées par le sacré.

  • 2 La mémoire locale se souvient vaguement que le nom de Béchar vient de l’arabe Bashshâr, « celui qu (...)

3Le 10 novembre 1903, une colonne militaire occupe Tagda, la petite oasis, qui ne va pas tarder à changer de nom. Elle s’appellera désormais Colomb-Béchar2, en souvenir du général Colomb qui, le premier, eut à lutter contre la tribu des Dhwî Mnî‘ à Oglat El Hadj Mohammed en 1852 et contre celle des Ouled Djerir aux environs d’Ouakda en 1857.

  • 3 La plupart des informations concernant la fin de la période coloniale (qui coïncide avec le règne (...)

4Le 13 février 1934 à quatre heures, Sîdî Muhammad La‘raj décède à Kenadsa et son fils Sîdî ‘Abd ar-Rahmân le remplace à la tête de la zâwiya3.L’autorité française le confirme dans ce poste en le nommant kébir du ksar. Dès le 1er mars, le gouverneur général lui attribue le subside annuel de deux mille francs qui était attribué à son père.

  • 4 A la suite du décès de l’un de ses cousins, Sî ‘Abd ar-Rahmân demanda une permission de dix jours (...)

5Sîdî ‘Abd ar-Rahmân, sur ce plan, ne diffère pas encore des autres shuyûkh qui l’ont précédé. Il demande à recueillir les ziyâra-s dans les territoires où se trouvaient les affiliés de l’ordre dont il est désormais le premier représentant. Il s’agit des villes de Sidi Bel Abbés, Temouchent, Mascara, Tlemcen dans l’Oranie ; mais aussi des territoires des tribus du Maroc du Sud oriental (Oujda). Les autorisations qui lui étaient accordées, avec parcimonie, étaient assorties en général de conditions restrictives telles qu’écourter le voyage ou réduire l’importance de la suite4.

6Ces demandes gênent, évidemment, de plus en plus le gouvernement qui essaye d’intégrer le monde paysan du Tell dans la logique de son système économique. Les prêts accordés aux paysans et le système d’imposition sont de plus en plus court-circuités par les ziyâra-s que prélèvent les zâwiya-s, au moment des récoltes ; c’est-à-dire, au moment où les paysans sont objectivement le plus à même d’y faire face. Résultat : les paysans ne peuvent ni rembourser leurs crédits, ni payer l’impôt.

7Sous le règne de Sîdî ‘Abd ar-Rahmân, d’autres raisons, politiques celles-là, interviennent dans les interdictions de voyage. Il faut ménager les zâwiya-s tout en essayant de les maintenir en dehors du mouvement national naissant. En 1936, par exemple, une autorisation est accordée à Sîdî Abd ar-Rahmân dans le but de se rendre à Alger pour un voyage touristique de quarante-cinq jours sous la condition de ne pas rencontrer les représentants du « nationalisme musulman ».

  • 5 Au regard des demandes d’autorisations à recueillir les ziyâra-s, la zâwiya a beaucoup de biens da (...)

8On continue, cependant, à lui refuser les tournées en vue de recueillir des ziyâra-s. La lettre que Sî Abd ar-Rahmân adresse le 12 mars 1938 au chef d’annexé de Colomb-Béchar est assez éloquente. Il lui demande une autorisation pour se rendre au Maroc afin d’inspecter ses propriétés (lî murâqabati amlâkina) dans les régions d’Oujda, Fès, Marrakech, Ouettat Ouled El Hadj, Midelt, Gourama, Tafilalet, Medjahra, Talsint, Boudnib, Bouanane. Ces domaines que le shaykh déclare ne pas avoir visités depuis son accession à la direction de la zâwiya (mundhu takhallufî fi az-zâwiya) donnent une idée de l’importance de l’influence géographique de la zâwiya5.Cela montre aussi que Sî Abd ar-Rahmân est décidé à réactiver cette influence. L’autorisation lui est accordée avec, bien entendu, la réserve de ne point recueillir de ziyâra.

  • 6 Le 3 août, Sîdî Muhammad La’raj utilise, pour ses correspondances officielles, du papier à en-tête (...)

9Élevé, le 6 mars 1939, à la dignité d’agha honoraire, un burnous d’investiture (qu’il a sollicité lui-même) lui est accordé de la part du gouvernement général. Un mois après, il est autorisé à assister au congrès des confréries qui s’est tenu à Alger les 14, 15 et 16 avril 1939. Sî ‘Abd ar-Rahmân demeure un personnage non pas ambigu, mais ambivalent. Intéressé aussi bien par l’autorité traditionnelle que par celle que lui propose la colonisation, il n’hésite pas à adapter la symbolique du pouvoir à cette réalité. Son père avait déjà commencé à apporter des modifications à cette symbolique6, mais c’est Sî Abd ar-Rahmân qui va le plus loin dans cette démarche. Nommé en février, il a déjà son cachet personnel en juin 1934, qu’il appose en bleu, avec son nom ressortant en blanc, au bas de ses correspondances.

10Il faut dire que la colonisation est décidée à intégrer la zâwiya à sa propre logique. Dès la désignation de Sî ‘Abd ar-Rahmân, l’arrêté n° 42 du commandant du territoire, en date du 4 mai 1934, le nomme, en tant que nouveau chef de la zâwiya, comme kébir du ksar. La fonction religieuse traditionnelle est assortie d’une fonction civile.

11Lorsque le titre d’agha honoraire lui est attribué, il sollicite immédiatement le burnous d’investiture qui symbolise ce rang et demande que cela soit suivi d’un commandement effectif dans l’annexe de Colomb-Béchar, lors d’un passage à Alger devant le gouverneur général. La nouvelle symbolique dénote de plus en plus l’ambivalence des référents. Le 17 avril 1939, le sayyid établit une carte de visite rédigée dans les deux langues, en arabe puis en français (en caractère Goliath et ombré), où l’on peut lire « Laredj Si Abderrahmane cheikh de la zaouia de kenadsa » avec, au coin gauche, la mention « Sud Oranais » ; et, au coin droit, « Colomb-Béchar ».

12Désormais, Sî Abd ar-Rahmân adopte un nom patronymique, Laredj, et admet le nouveau découpage géographique introduit par la colonisation : Kenadsa dépend de Colomb-Béchar qui se trouve dans le Sud-oranais. Les anciennes logiques sont définitivement ébranlées.

13Le 19 février 1951, à l’occasion de la visite de M. Rogues, préfet au service général du gouvernement, à Béchar, Sî Abd ar-Rahmân offre le soir une diffa à la zâwiya. Cette réception demeurera dans la mémoire collective comme le signe le plus compromettant de la zâwiya. Accueillir des colons avec autant de pompe est une compromission extrême. Cette diffa est considérée par la croyance locale comme le signe de la décadence spirituelle de la zâwiya. « Ce soir-là, dit-on, le vin est entré à la zâwiya. » Ce sacrilège n’a jamais été pardonné au sayyid. Il constitue une sorte de paradigme exemplaire dans la dépréciation de la zâwiya.

14Le 31 octobre 1951, le sayyid est nommé bachagha honoraire en même temps que Barka Ahmad b. Qaddûr est nommé caïd du ksar de Béchar. La zâwiya est désormais totalement assujettie à la logique institutionnelle du pouvoir colonial. Malgré un prestige quelque peu terni, cela ne signifie pas pour autant qu’elle soit, vis-à-vis de ses adeptes, dans un discrédit total.

15Le 12 février 1944, la mort de La‘raj at-Tayyab b. Muhammad, frère de Sîdî Abd ar-Rahmân, montre que la zâwiya bénéficie encore d’un grand respect de la part de ses affiliés. A l’occasion de ce deuil, de très nombreuses personnalités, accompagnées d’importantes délégations, sont venues du nord et du sud de l’Algérie et du Maroc présenter leurs condoléances à Sîdî Abd ar-Rahmân. Un rapport dressé par un officier estime à 2500 le nombre de personnes venues à la zâwiya.

16Les biens de la zâwiya n’appartiennent en principe ni aux membres ni au shaykh de la zâwiya. Pour reprendre les catégories du droit positif, tout le monde en a la jouissance : les membres de la zâwiya en ont Yusus et le fructus, mais personne n’en a Yabusus. Cependant, la plupart des titres de propriété détenus par les anciens habitants de Kenadsa ont été délivrés par le sayyid, Sîdî ‘Abd ar-Rahmân b. La‘raj, le shaykh de la zâwiya mort en1992.

  • 7 Merzak, Ash-Shaykh M’hammad b. Abî Ziyyân wa zâwiyyatuhu bî al-Qanâdisa. « Ad-dawr ad-dînî wa ath-(...)

17En apposant le cachet de la zâwiya au bas d’un papier reconnaissant la cession, le shaykh a agi en propriétaire d’un bien dont il n’était souvent qu’un dépositaire. Cependant, il n’était pas le premier à le faire. Bûmadyan I avait déjà donné à son fils et successeur, Muhammad b. Bûmadyan, les prérogatives les plus larges en matière de gestion des biens de la zâwiya. Merzak donne en annexe le contenu d’un testament écrit sur une peau de gazelle, dit-il, où le shaykh autorise son fils à vendre les titres de propriété et à recevoir leurs contreparties ainsi qu’à jouir privativement des biens en habûs pour lui et ses frères7. Sîdî Muhammad répète le même geste en faveur de son fils Bûmadyan II. Depuis, c’est devenu une tradition. Les différents shaykh-s ont acheté et vendu en leur propre nom. Avec la colonisation et l’établissement des titres de propriété la chose s’est officialisée. Tous les biens de la zâwiya ont été recensés au nom de Sîdî Brâhîm lorsqu’il s’est agi d’évaluer ses biens pour l’exonérer d’impôts. Cependant, c’est avec Sîdî Abd ar-Rahmân que le problème devient épineux.

18Avec la colonisation et la francisation des terres (effectuée au Nord depuis le sénatus-consulte et la loi Warnier), une nouvelle logique est venue bousculer l’ancienne. Le habûs est de plus en plus remis en cause. On exige des titres. La zâwiya sera considérée comme une sorte d’établissement public possédant des biens et le shaykh comme une sorte d’administrateur. Au moment de l’indépendance, ces titres de propriété vont poser un certain nombre de problèmes.

19D’abord, le nouvel État ne les reconnaît pas d’emblée. Beaucoup de biens situés à Béchar ont été considérés comme des biens de mainmorte. Le sayyid les revendiquera comme propriétés privées. Dans un rapport adressé aux autorités, le shaykh se plaint du degré de son appauvrissement en ces termes :

  • 8 Le rapport rédigé en arabe et conservé en stencils nous a été aimablement communiqué par al- Hajj (...)

« C’est ainsi que pour continuer à accomplir mes fonctions avec dignité, j’ai dû vendre les terres que j’ai héritées de mes ancêtres à Kenadsa et à Béchar. Il n’en reste qu’un terrain, au sud de la ville de Béchar, appelé Houba, que les Français, profitant de mon absence en 1948, ont séquestré pour y construire un hôtel [l’hôtel Transat] et un stade [le stade municipal] ainsi qu’une tribune pour un terrain de course hippique8. »

20En guise de preuve, le rapport précise :

« Je les ai attaqués pour la restitution de mon bien, ils m’ont proposé le choix d’un autre terrain, j’ai refusé […]. Ils m’ont proposé un prix vil que j’ai refusé. Alors ils m’ont promis de me le restituer après voir construit ailleurs.
Le colonel commandant la région de Béchar m’a fait une reconnaissance en ce sens en date du 28-04-1949 que je conserve jusqu’à aujourd’hui. »

21Ce rapport avait pour but, entre autres, de récupérer ces terrains que les autorités locales avaient commencé à vendre.

22Toutes ces considérations vont influer sur les rapports entre les descendants de b. Bûziyân. Tout le monde revendique sa part d’un héritage qui désormais est considéré comme privé. Cela ne manque pas de créer des réactions sociales : on murmure que les membres de la zâwiya ont abusé d’un bien qui n’est pas leur propriété. A telle enseigne que dans la wilaya de Béchar, lors des élections municipales de 1990, Kenadsa est la seule commune où le FIS, principal parti d’opposition au pouvoir, a remporté un succès. C’est une réaction à la zâwiya qui représentait localement le pouvoir.

23Le shaykh qui venait de mourir comptait, en effet, de nombreux amis parmi les membres influents du parti du Front de libération nationale, le FLN. A l’occasion de ses funérailles, des télégrammes officiels ont été envoyés par des ministres et autres dignitaires du pouvoir.

24C’est tout ce capital symbolique et ce passif social qu’aura à gérer son héritier : son fils Sîd La‘raj. Celui-ci doit affronter une réalité autrement plus complexe. La zâwiya, synonyme d’un ordre aujourd’hui récusé par la majorité, n’a pu trouver les « locomotives » de sa rénovation. Il y a un conflit manifeste autour de la mémoire collective, « patrimonialisée » au profit d’un groupe encore vivant, les descendants des mrâbtîn. Le mouvement d’urbanisation l’ayant plus nettement entamé que les ksour du Gourara, on ne peut s’attendre à une rénovation du ksar de Kenadsa consentie collectivement et activement. Si elle doit se faire, elle ne le pourra qu’en réactivant la zâwiya. En supposant que son chef actuel le souhaite, y parviendra-t-il ?

25Il est d’ailleurs révélateur qu’un début de rénovation ait pour lieu la partie la plus extérieure au ksar et la moins intéressante architecturalement ; et pour promoteur un simple habitant, al-Hâj S., qui, à l’aide de son frère, a complètement rénové son ancienne maison.

LE GOURARA AUJOURD’HUI

26Au Gourara aussi se retrouve cette permanence du sacré dans la structuration de l’espace. Nous avons choisi de l’illustrer à travers deux exemples pris dans la période de post-indépendance : la « révolution agraire » et la création d’un lotissement.

27L’Algérie indépendante s’est empressée de déployer les signes de sa souveraineté sur des territoires éloignés de la capitale et convoités par les voisins (le sud du Sahara, par les Touaregs, l’est, par la Libye, et l’ouest, par le Maroc). Elle créera des commues dans des lieux-dits et plantera le drapeau national sur des bâtisses menaçant ruine, hâtivement élevées à la dignité de mairies. Avec le découpage administratif de 1974, où le nombre des départements (wilayates) est passé de 15 à 31, l’ancien département de la Saoura qui englobait nos deux terrains s’est trouvé scindé en trois wilayates (Tindouf, Adrar et Béchar). Le Gourara est devenu une sous-préfecture (daïra) du département (wilaya) d’Adrar ; et Timimoun le chef-lieu de cette sous-préfecture. Cette « nationalisation » administrative va apporter du nouveau quant à la stratification sociale.

28Les anciens propriétaires d’eau deviennent des notables et font partie des différentes assemblées. Les htîn-s, anciens khammâs, se transforment en gharrâs ; le khammâsaa pratiquement disparu.

29Les chantiers déstabilisent à la fois l’agriculture et la structure sociale. L’argent permet le reclassement social. L’école a créé de nouvelles couches. Les enfants des familles anciennement assujetties sont de plus en plus émancipés.

30C’est à Timimoun que ces transformations sont le plus visibles. Avec sa population actuelle, elle est la plus grande agglomération de la région (21543 habitants en 1987). Cependant, il faut préciser que cette importance démographique est due à des facteurs exogènes et à une conjoncture historique qui ont foncièrement bouleversé la dynamique endogène de la cité.

31La colonisation avait déjà opéré une transformation dans la logique d’établissement et d’accroissement du ksar. L’ancien noyau s’est trouvé marginalisé par une ville qui s’est développée à l’est du ksar avec ses grandes avenues et son architecture coloniale volontairement inspirée de l’architecture soudanaise. Elle conserve certes son ksar d’origine, mais de plus en plus il se transforme et devient un simple quartier : ce n’est plus un ksar au sens premier du terme, c’est une sorte de vieille ville.

La « révolution agraire »

32Dans le cadre des grands projets socialistes, l’Algérie des années 1970 avait lancé une large et profonde restructuration de l’agriculture. L’ordonnance du 8 novembre 1971 instituant la « révolution agraire » (RA) avait pour principe fondamental : « la terre à ceux qui la travaillent ». Elle s’était fixé pour objectif de lutter contre le morcellement des exploitations et donc d’organiser le remembrement et la modernisation de l’agriculture. Sans vouloir revenir sur les péripéties d’une telle entreprise, disons tout simplement qu’elle fut un échec patent partout et porta un coup fatal à l’agriculture algérienne.

33« La terre à ceux qui la travaillent » ne signifie rien quand c’est l’eau qui possède le caractère foncier. Au Gourara, les choses ont pris des allures parfois absurdes. En effet, que veut dire être attributaire d’une terre qui n’est pas irriguée quand l’eau est la propriété d’un autre que l’attributaire ? Car ici le principal facteur de production demeure l’eau. C’est elle qui a le caractère foncier – tous les actes de propriété nous le rappellent. On vend la terre ilâ hadd al-manfi‘a (« jusqu’à limite du profitable »). Or le profitable se définit par l’eau. Là où l’eau arrive, la terre est susceptible d’être profitable.

34Remembrer (premier objectif technique de la RA) au sud ne veut rien dire : toutes les parcelles cultivées, du fait de la rareté de l’eau, se trouvent déjà réunies au niveau de l’affleurement de l’eau. Ici, la tâche prioritaire n’est pas le remembrement, mais la bonification de nouvelles terres. Cependant, malgré son faible impact, la RA a créé des situations dignes qu’on s’y attarde.

  • 9 Il s’agit de biens dévolus à une œuvre caritative (mosquée, zâwiya, etc.). Ainsi, certains jardins (...)

35Le problème des terres habûs9,par exemple, est assez significatif. La RA a transformé le bénéficiaire du bien habûs en attributaire. Ce changement statuaire n’a été suivi d’aucun effet sur le plan du vécu réel et encore moins sur le plan des structures mentales.

36Des cas nous ont été signalés en 1982 où l’attributaire était en même temps gharrâs, manifestant ainsi sa soumission en travaillant la terre d’un propriétaire privé ou en se faisant remplacer par son fils. C’est le tribut de son manquement à la règle sociale. Les attributaires qui ne se soumettaient pas à ce « contrat » faisaient l’objet d’un boycott économique se doublant parfois d’un boycott social. Ces « audacieux » attributaires n’arrivaient pas à écouler leurs produits et étaient obligés de les remettre à la CAPCS (Coopérative agricole polyvalente de commercialisation et de services) qui, étant donné les conditions de stockage et les difficultés de transport auxquelles elle était confrontée, ne les prenait pas toujours.

37Le boycottage se justifiait, idéologiquement, par le fait que les produits provenant d’une terre nationalisée, donc acquise illégalement, étaient frappés d’interdit religieux (harâm). Dans les ksour isolés, notamment ceux de l’Erg, du boycottage économique on est vite passé au blocus social. Souvent, les attributaires n’étaient plus conviés aux différents rassemblements communautaires. On ne se rendait plus à leurs cérémonies (mariages, circoncisions, etc.). Cet isolement social était assez dur pour dissuader les plus audacieux – on ne va pas impunément à rencontre de la volonté d’un sharîf ou d’un mrâbat.

38Ne pouvant contourner l’obstacle en créant de nouvelles terres, comme ce fut le cas en matière d’habitat lorsqu’on créa une nouvelle ville, la RA a échoué au Gourara bien avant le Nord. Cependant, elle a bouleversé l’organisation ancestrale de l’espace. Elle a libéré la main-d’œuvre traditionnelle, jusque-là taillable et corvéable à merci, et instauré une idéologie de résistance. Le travail de la terre est devenu synonyme d’ancien état des choses. Désormais, travailler la terre est déprédateur. L’agriculture, principale activité de la région, en pâtira, l’industrie naissante du bâtiment n’en profitera pas pour autant. Aux contraintes objectives de la région s’ajoutent des inerties sociologiques qui aujourd’hui encore, ici plus qu’ailleurs, entravent tout fonctionnement rationnel de l’activité hors agriculture. L’administration et le chantier bousculent les anciennes hiérarchies nobiliaires et gérontocratiques, provoquant rejet et résistances. Le temps abstrait compté en minutes et en heures est difficilement intégrable par une population habituée au temps concret (du lever et du coucher du soleil) associé à des actes concrets. On va au jardin très tôt le matin pour « lâcher » les eaux avant que le soleil ne vienne concurrencer la plante. Quand le soleil est au zénith, les travaux de jardinage cessent parce qu’ils deviennent inutiles. Il faut à ce moment-là s’occuper de la maintenance des canaux d’irrigation et du bassin réservoir (al-mâjan). Celui-ci doit être prêt à recueillir l’eau qui cheminera longuement toute la nuit avant qu’elle ne lui parvienne presque en gouttelettes. A cet effet, la fraîcheur relative de la nuit est essentielle.

Un lotissement, cent logements et beaucoup d’enjeux

39L’histoire de ce lotissement est assez instructive. Non propriétaires du terrain, les mrâbtîn de Zaouiet Sid El Hadj Belqacem récusent cependant la construction de logements à proximité des lieux. Motif officiel invoqué : le sbû’, élément sacré.

  • 10 Htîn, pl. de hartânî, esclave affranchi mais conservant souvent un statut se rapprochant de celu (...)

40Un lotissement qui a traîné pendant plusieurs années commence enfin à voir le jour, lorsque éclate le problème à la fin de l’année 1994. Les mrâbtîn de Zaouiet Sid El Hadj Belqacem contestent les limites du lotissement, prétextant que le terrain est un espace traditionnellement destiné au déroulement de la fête du sbû ‘. Les mrâbtîn exigent que ce lotissement soit créé le plus loin possible de l’espace de la hufra, où se déroule la phase finale du sbû’. A l’occasion, cet espace a été revu à la hausse par les mrâbtîn et le lotissement fut fixé au-delà de la route nationale qui mène à Timimoun. En fait, derrière cette revendication se cache un problème de luttes sociales. En effet, des clivages articulés autour du sacré éclatent au grand jour quand les mrâbtîn de Zaouiet Sid El Hadj Belqacem constatent que ce sont pour la plupart leurs anciens htîn-s10, ou carrément esclaves (‘abîd-s), qui vont bénéficier de ces lots de terrains.

41Quand, après maintes négociations, des limites sont acceptées et le lotissement retenu, les salles de prière prévues sont contestées également, parce qu’elles feraient concurrence à la mosquée du ksar qui, elle, est la propriété privée des mrâbtîn et leur emblème. Manifestement, de nouvelles logiques spatiales fondées sur d’autres considérations que celles du sacré se heurtent aux anciennes.

42Malgré les concessions de l’administration, les mrâbtîn de la zâwiya persistent à vouloir repousser le lotissement loin dans le temps et dans l’espace.

43Pour des raisons sociales : la plupart des futurs habitants sont des anciens htîn dépendant de la zâwiya dans leur habitation même. Ce qui les transforme, en contrepartie, en réservoir de main-d’œuvre gratuite – et pas seulement au moment du sbû’. Leurs femmes sont mobilisées lors des fêtes et à tout moment pour préparer la nourriture ; leurs enfants sont utilisés pour les besognes domestiques et autres. Ainsi, la mentalité s’entretient et les rapports se reproduisent. Or, avec une telle séparation dans l’espace, la rupture s’amorce. Les mrâbtîn en sont conscients.

44Le programme du lotissement prévoit tout naturellement des équipements, dont une salle de prière. Or, paradoxalement, ces agents du sacré que sont les mrâbtîn contestent et appréhendent la réalisation d’un tel équipement, car celui-ci porte atteinte au monopole du sacré qui est entre leurs mains. Dans une société pieuse, prier est non seulement un acte quotidien mais un acte social nécessaire. Pouvoir le faire en dehors des rapports sociaux contraignants est le but poursuivi par les soumis et contesté par les maîtres.

45Ce qui est plus cocasse encore, c’est que, malgré les moyens sophistiqués dont on dispose aujourd’hui, pour trancher un tel conflit on ait recours à un levé topographique (simple schéma) datant de l’époque coloniale :

  • parce qu’il représente un écrit ancien, donc recevable dans une société où l’écrit a d’emblée valeur de vérité, surtout quand il est ancien ;
  • il représente un consensus ancien entre deux logiques, celle du sacré et celle du politique. Aujourd’hui, l’État, ayant remplacé le pouvoir colonial, reprend à son compte l’actif et le passif. Il recourt à un modus vivendi ancien. Ainsi, le sacré qui hier a permis de construire empêche aujourd’hui de le faire.

46Par ailleurs, une telle démarche est assez fréquente. Nous avons vu comment le shaykh de Kenadsa, en demandant des propriétés foncières à l’État algérien nouvellement indépendant, évoque un conflit avec les autorités coloniales et invoque une reconnaissance de la part de celui-ci.

47Toujours à Timimoun, et selon ce même esprit, deux discours sont tenus à l’endroit des gestionnaires administratifs de l’espace. On parle de place publique à préserver et de manque d’espace découvert. Or la réalité est celle liée au sbû’. Les stratégies qu’utilisent les responsables natifs témoignent du conflit des logiques en présence et de la force encore prégnante des croyances locales. En effet, lors de nos enquêtes, on nous a longuement parlé des dossiers administratifs concernant des équipements qui ont été programmés dans ces lieux et qui n’ont jamais abouti. Ce qui a dissuadé beaucoup de responsables d’affecter ces espaces… sacrés. Les rapports administratifs parleront alors de zones non urbanisables, de prospects non appropriés et de respect du coefficient d’emprise au sol (CES) et du coefficient d’occupation du sol (COS). En fait, derrière ce jargon technique se cachent des motivations et des attitudes symboliques. Il s’agit de réticences de la part même des promoteurs. La pression sociale exercée sur les décideurs locaux et l’appréhension des entrepreneurs font de certains espaces des lieux craints et soigneusement évités…

  • 11 Nahlû, par exemple, qui est une fête mixte, a été supprimé par les autorités officielles algérienn (...)

48De cela résulte un urbanisme où le vide est souvent plus persistant que le plein. Des places comme celle de Massine ou de Zaouiet Sid El Hadj Belqacem deviennent des artefacts architecturaux modelés par le sacré. Plus que des résidus, ce sont des ouvrages, souvent les plus constants. Leur éventuelle disparition est le signe d’une rupture de logique, qui n’est pas forcément abandon du principe organisateur. Cette rupture peut venir d’une nouvelle conception de ce principe. Ainsi, le site de l’hôtel Gourara de Timimoun a été choisi, certes, pour ses qualités plastiques et son pittoresque, mais aussi pour occuper une place où se tenaient jadis des fêtes considérées comme peu orthodoxes par le nouvel État11.

49Nous assistons aujourd’hui à un retour timide mais résolu des anciens habitants vers le ksar. Il est le fait de catégories relativement aisées qui ont pu réhabiliter leurs habitations. Ce qui leur semble important, c’est pourtant plus le lieu sur lequel ont vécu leurs ancêtres que la morphologie ou le matériau. Des maisons faites en béton avec tout le confort urbain (eau, électricité, téléphone, salle de bains, etc.) sont construites dans le dédale du ksar.

Notes

1 Archives de Vincennes, 1 H 1033.

2 La mémoire locale se souvient vaguement que le nom de Béchar vient de l’arabe Bashshâr, « celui qui apporte la bonne nouvelle ». « Parce que, nous disait K., quand les colons sont arrivés ici, quelqu’un est venu à leur rencontre ; au moment où il marchait vers eux, l’officier demanda à l’interprète qui l’accompagnait quel était le nom de l’endroit. » L’interprète, croyant que l’officier voulait savoir le nom de l’homme, lui répondit : « C’est le Bashshâr », celui qui apporte les nouvelles. Letourneau dans l’Encyclopédie de l’Islam écrit : « selon la légende locale [Béchar] viendrait du fait qu’un musulman envoyé reconnaître cette région par un sultan turc (?) au ixe/xve siècle, en aurait rapporté une outre d’eau limpide, d’où le qualificatif tiré de la racine b. sh. r (donner une bonne nouvelle) qui lui aurait été attribué ainsi qu’à la région d’où il venait. »

3 La plupart des informations concernant la fin de la période coloniale (qui coïncide avec le règne de Sîdî ‘Abd ar-Rahmân) proviennent du carton 16 H 66 des AOM à Aix-en-Provence. Nous n’avons pu consulter les documents que contient ce carton (qui, en principe, ne sont communicables qu’en l’an 2013) qu’après autorisation du ministère de l’Intérieur français (Direction des archives).

4 A la suite du décès de l’un de ses cousins, Sî ‘Abd ar-Rahmân demanda une permission de dix jours (mai 1936) pour se rendre à Fès. L’autorisation lui fut accordée avec interdiction absolue de percevoir des ziyâra-s. A partir de 1937, la levée des ziyâra-s sera pratiquement interdite au Maroc.

5 Au regard des demandes d’autorisations à recueillir les ziyâra-s, la zâwiya a beaucoup de biens dans cette région, notamment dans le Maroc oriental (Oujda) chez les tribus de Beni Ben Zegou, Ouled Amar et Ben Chebib. Elle en possède également dans le nord de l’Algérie, en Oranie (Sidi Bel Abbès, Temouchent, Mascara, Tlemcen, Nedroma, Mechria, Ain Sefra).

6 Le 3 août, Sîdî Muhammad La’raj utilise, pour ses correspondances officielles, du papier à en-tête où l’on peut lire, en français : « Cheikh Sidi Mohammed Laredj, officier de la légion d’honneur, kébir de la zaouia de Kenadsat ».

7 Merzak, Ash-Shaykh M’hammad b. Abî Ziyyân wa zâwiyyatuhu bî al-Qanâdisa. « Ad-dawr ad-dînî wa ath-thaqâp wa as-siyâsî », thèse, Rabat, université Mohammed V, 1987-1988.

8 Le rapport rédigé en arabe et conservé en stencils nous a été aimablement communiqué par al- Hajj Mokhtar Soltani, à qui nous devons beaucoup.

9 Il s’agit de biens dévolus à une œuvre caritative (mosquée, zâwiya, etc.). Ainsi, certains jardins étaient destinés à assurer la rétribution, par exemple, du maître de l’école coranique (ou de l’imâm). La RA en a fait un attributaire.

10 Htîn, pl. de hartânî, esclave affranchi mais conservant souvent un statut se rapprochant de celui du serf.

11 Nahlû, par exemple, qui est une fête mixte, a été supprimé par les autorités officielles algériennes qui y voyaient l’expression d’un paganisme à combattre.

© CNRS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search