Version classiqueVersion mobile

La compagnie des ballets russes

 | 
Natalia Smirnova

Shéhérazade

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Drame chorégraphique en un acte de Léon Bakst et Michel Fokine. Musique de Rimsky-Korsakov. Danses et scènes de Michel Fokine. Décor et costumes dessinés par Léon Bakst. Première représentation à Paris, au Palais Garnier, le 4 juin 1910.

La saison suivante, en 1910, Diaghilev montre aux Parisiens le ballet Shéhérazade. Après l'autorité acquise lors de la saison précédente, il se fixe pour but, lui qui attend toujours de ses collaborateurs artistiques qu'ils le surprennent, d'étonner le public parisien. « Étonnez-moi » est sa phrase, devenue célèbre depuis. Cette fois-ci, la première du ballet a lieu à l'Opéra, et non pas au Châtelet : le triomphe de l'année précédente a porté ses fruits. Si, auparavant, on considérait les Russes comme des « barbares », on les voit aujourd'hui comme des « barbares raffinés » (propos de Diaghilev), dignes de la scène du grand Opéra national.

Pour les Russes, l'Opéra de Paris est un lieu quasiment mythique. Pourtant, en arrivant dans la capitale français...

© CNRS Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search