Version classiqueVersion mobile

La compagnie des ballets russes

 | 
Natalia Smirnova

Avant-propos

Vassili Rozanov
Traduction de Catherine Astroff

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Serov, après avoir préparé une énorme toile d'un bleu profond, un bleu sombre, une toile vraiment quelconque et très rêche… ne l'a pas peinte à la manière d'un portrait en ce sens qu'il n'a laissé en bleu profond que les seul pourtours du fond… il a pris une craie (c'est en tout cas l'impression qu'en a le spectateur), et avec ce matériau fragile, peu fiable, friable, il a tracé en une ligne, une seule ligne d'une extrême simplicité, la fine jambe rejetée en arrière de la ballerine Pavlova, ses jupettes courtes, ses bras nus levés gracieusement levés en l'air, et il n'a “fait en détail” que la tête… La tête, l'air ; du bleu, c'est tout.

“Rien n'est fait”, et pourtant l'idée même de la danse trouve à s'exprimer de façon si accomplie qu'on ne peut pas imaginer mieux. L'illusion est rendue, la chimère lumineuse… “Mais en fait il n'y a rien”. Dans la ballerine “il n'y a rien du tout”. Du vent. elle fuit, s'élance, elle n'est pas un “être”, elle est un “rêve”.

“Que dit-elle ?” Tout le mo...

Auteur

Catherine Astroff (Traducteur)

© CNRS Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search