Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’exil russe

 | 
Catherine Gousseff

Épilogue

Texte intégral

1La date de 1940, retenue comme limite de notre champ d’étude, n’a pas été choisie pour être en correspondance avec les découpages attendus de l’histoire du xxe siècle. Les fractures et bouleversements générés par la Deuxième Guerre mondiale ont atteint, comme d’autres, la communauté des émigrés russes en Europe et, à la fin de la guerre, cette communauté présente en France une tout autre configuration.

2Cette communauté se trouve réduite au recensement de 1946 on compte moins de 50 000 Russes (soit moitié moins qu’en 1931). Il est vrai que toutes les populations émigrées ont alors connu de fortes mutations à la fin de la guerre, la présence étrangère en France avait diminué de moitié. D’importants déplacements ont eu lieu, de nouvelles migrations se sont produites à l’intérieur comme à l’extérieur du territoire français mais, pour des raisons politiques ou sociales et économiques, les groupes nationaux ont été très diversement affectés. Leur localisation, les secteurs d’activités occupés, en ont protégé certains, en ont précarisé d’autres à l’extrême, en ont exclu beaucoup, si bien qu’en dehors de quelques chiffres et remarques très générales la complexité de la situation interdit tout bilan global des incidences du conflit sur les immigrés installées en France dans les décennies précédentes.

3Quant aux émigrés russes, la guerre a modifié de façon spectaculaire leur cartographie mentale. Leur représentation identitaire, organisée autour de la préservation en exil d’une culture russe déniée par le pouvoir soviétique, est alors mise à mal. Les événements majeurs du conflit, l’agression de l’Allemagne nazie contre l’Union soviétique, la participation de l’armée rouge à la libération de l’Europe ont fait basculé l’image d’un pouvoir soviétique ennemi pour devenir celle d’une force alliée des armées de libération. D’où, au sein de la communauté russe en France, un désir de conciliation sinon de réconciliation avec le régime soviétique. Le sentiment patriotique ravivé par la guerre contribuait à créditer cette idée qu’on assistait bien à une rupture dans la politique stalinienne : le Patriarcat, notamment, avait été restauré en 1943, et, surtout, les libérateurs de l’Est étaient partout accueillis avec enthousiasme. Certes, ce sentiment n’était pas unanimement partagé, loin de là, mais il traversait la communauté en son entier, ouvriers, intellectuels, prélats ou artistes, à Paris comme en province. Et quand les autorités soviétiques avec le Décret de 1946 redonnèrent aux émigrés la possibilité d’acquérir la citoyenneté soviétique, l’espoir d’un retour au pays galvanisa cet élan patriotique.

4Ce décret fut largement interprété comme une authentique amnistie politique qui, pensait-on, ouvrait la voie aux rapatriements, mais il suscita aussi de violentes oppositions qui créèrent de durables dissensions. Les positions se radicalisèrent tandis que beaucoup rêvaient d’un prochain retour sur la terre natale, d’autres redoutaient le développement du péril rouge sur l’ensemble du vieux continent. À la suite du Général Denikine qui avait cherché refuge aux États-Unis nombreux furent ceux qui trouvèrent là une nouvelle terre d’asile, et New York, ville d’accueil de nombreux intellectuels pendant les années de guerre, allait progressivement s’imposer comme la nouvelle capitale de l’émigration russe.

5Ces « ré-émigrations », ces dissensions firent éclater le consensus politique qui, avec débats et contestations certes, s’était maintenu durant deux décennies. Or c’est bien ce consensus qui pendant toutes ces années avait fait la force du lien communautaire…

6Ceux qui avaient décidé de rester en France n’avaient maintenant plus le choix une installation définitive s’imposait. D’où de tout autres postures face aux autorités françaises et, plus largement, face à la société dans son ensemble. Ceux qui avaient vécu pendant des années « assis sur leurs valises » les ouvraient et les déballaient…

7Parmi ces errants qui s’installaient enfin nombreuses étaient maintenant les personnes âgées. Le vieillissement des générations de l’exil, parties de Russie à l’âge adulte, et les modalités de leur prise en charge devinrent une des préoccupations centrales des organismes russes d’entraide et de solidarité, comme des services français d’assistance. Le changement d’orientation des activités dominantes du Zemgor est en cela significatif. Ses actions en faveur des projets éducatifs ne furent pas abandonnées mais l’essentiel de ses ressources fut mobilisé pour la fondation d’une maison de retraite.

8Les Russes devinrent alors de « vieux réfugiés » c’est ainsi qu’ils étaient désignés, comparés à ces nouveaux exclus arrivant en masse de toute l’Europe dévastée par la guerre. Et c’est bien ainsi qu’ils étaient considérés par les nouveaux organismes internationaux mis en place pour tenter de réguler les conditions d’accueil et d’asile. Les « Réfugiés Nansen » étaient perçus comme une « minorité » appartenant à l’histoire passée. L’actualité était dominée, notamment, par ces milliers de Soviétiques qui, entre 1941 et 1945, avaient été faits prisonniers ou avaient été envoyés comme travailleurs forcés dans les usines allemandes des grandes zones industrielles, ceux qu’on appelait les « DP » (Displaced Persons). Sans compter les nombreux déserteurs de l’armée rouge, ceux qui avaient mis à profit la confusion apportée par la guerre pour fuir le pays, et combien d’autres encore… Ce que l’on constate c’est que, au sein de la communauté russe présente en France, très peu d’initiatives se firent jour pour tenter d’apporter de l’aide à ces nouveaux exilés. À cela des raisons multiples sans aucun doute, mais il semblerait que l’écart culturel ait été décisif. Au contact des nouveaux réfugiés les émigrés de longue date mesuraient toute la distance qui les séparait désormais du pays natal soviétisé…

9C’est véritablement une autre communauté, avec d’autres déterminations, d’autres enjeux, d’autres problématiques qui sort de ces années de guerre. Et il s’agit bien là d’un autre objet d’étude.

© CNRS Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès ouvert
Liseuse ePub PDF du livre
Chargement PDF du chapitre

Accès exclusif

Offert par