Version classiqueVersion mobile

L’exil russe

 | 
Catherine Gousseff

Conclusion

Texte intégral

1Cet ouvrage a suivi sur de nombreuses voies l’histoire complexe de la population russe réfugiée jusqu’à la veille de la Seconde Guerre mondiale. Au terme de ces cheminements la tentation est forte de porter sur l’exil russe un regard englobant et d’indiquer les perspectives nouvelles qui s’ouvrent plus avant.

2Quand on considère la configuration territoriale de l’exil au sortir de la guerre civile et les orientations données à l’action internationale naissante, une image s’impose les multiples discussions, concertations et dispositions prises concernant le sort des réfugiés s’inscrivirent dans un contexte de fin d’empires fin de l’Empire russe sous le coup de la victoire bolchevique, mais aussi chute de l’Empire ottoman avec la victoire rapide du mouvement kémaliste. Les évacuations massives d’exilés russes dans le Bosphore ne pouvaient qu’exacerber les irritations d’une zone déjà à vif, dans une Europe en quête de paix. En amplifiant la crise politique et démographique de la région, les réfugiés russes rendaient manifeste pour tous la réalité de la « poudrière du Proche-Orient ». La mobilisation des États en faveur des Russes se trouva ainsi liée au « problème de Constantinople » et à l’avenir, toujours incertain, de cette région.

3Dans le même temps, la seule grande puissance présente sur les lieux et encore fidèle à la « Russie contre-révolutionnaire était la France. Il revenait à l’état-major français à Constantinople d’accueillir, d’héberger et d’entretenir des masses de réfugiés d’où le cri d’alarme lancé par Paris. Si la France joua un rôle décisif dans le soutien apporté au projet de création du Haut-Commissariat aux Réfugiés, c’est bien en raison de son implication directe et solitaire dans la prise en charge des évacués russes qui se trouvaient dans le Bosphore. De là, ultérieurement, une politique sélective et contrôlée de l’accueil en France. Sélective dans la mesure où, face à une pression migratoire venue de toutes parts, les pouvoirs publics ont privilégié leurs anciens protégés comme en témoigne l’importance des migrations en provenance des pays balkaniques tout au long de la décennie. Ceux venus par la grande voie du sud (du Bosphore en passant par la Yougoslavie ou la Bulgarie) furent effectivement sur-représentés dans l’immigration russe en France. Le « Russe blanc » n’est donc pas un « mythe français » après les États du sud-est européen, la France est, sans aucun doute, le seul pays à avoir accueilli tant de vétérans des armées blanches, au détriment des milliers de réfugiés en attente vaine de visas pour partir de Pologne ou d’Allemagne vers la terre promise des Droits de l’Homme…

4Mais cet accueil ne s’effectua pas sans contrôle : contrôle des flux d’entrées mais aussi contrôle dans la répartition des réfugiés dans le pays même. De fait, la seule politique de la France à l’égard des réfugiés qui soit véritablement spécifique et clairement lisible est bien cette dispersion des exilés en petits groupes dans toutes les provinces françaises. Il s’agissait de « civiliser » les militaires en mettant obstacle à des regroupements trop importants et jugés, par là même, dangereux. Le Bureau International qui supervisait en partie les placements dans les centres industriels a largement suivi cette consigne qu’il approuvait. Mais les pouvoirs publics ne faisaient en cela que retrouver le vieux réflexe qui avait déjà joué au moment de l’accueil des insurgés polonais au XIXe siècle disperser autant que possible « les combattants pour la liberté »...

5Les trajectoires de nombreux « évacués » de Russie du sud ont ainsi été orientées, dirigées à chaque étape du parcours migratoire et social. Et elles ont été constamment encadrées, que ce soit par les autorités genevoise ou par les organisations russes qui agissaient en convergence avec les partenaires européens et français. Il s’agissait là des premiers « assistés » de la modernité planificatrice et gestionnaire, et, dans les modalités de leur d’accueil et leur enregistrement administratif, se trouvaient déjà esquissés les contours du « réfugié ordinaire », nullement distinct de « l’immigré ». Mais, ce qui différenciait les réfugiés c’était leur attachement identitaire, le lien communautaire entre eux maintenu et entretenu. Cette « compensation » fut pour les exilés russes une source de force : elle permettait de « s'abstraire » du moment présent en s’identifiant à la collectivité déterritorialisée et valorisée qu’était la « Russie en exil ». L’appartenance communautaire atténua sans aucun doute l’isolement et le traumatisme de la rupture et, dans certains cas, elle favorisa une intégration douce en protégeant une identité originelle qui restait source de fierté. Mais, dans d’autres cas, plus nombreux, l’existence dans « l’entre soi », inhibant toute projection sociale ou personnelle, devint cause d’enfermement. Les courbes démographiques des réfugiés russes parlent en cela d’elles-mêmes…

6À l’autre extrême de ces destinées, des histoires personnelles ont été caractérisées par une évidente latitude dans l’action, une grande diversité d’engagements et de réussites, par le maintien, voire la confirmation, d’une forte distinction dans la France immigrée de l’entre-deux-guerres. La présence exceptionnelle des élites est une évidence quand on considère les activités exercées, et l’appauvrissement matériel a été loin d’être toujours synonyme de déclassement social. Plus que la rupture de l’exil, c’est la continuité des parcours qui retient l’attention. La tentation est forte, dès lors, d’envisager deux histoires parallèles de l’émigration russe selon les voies suivies. Mais ce serait ignorer là ce que les uns ont fait, ce qu’ils ont été pour les autres. L’ouverture des frontières françaises aux réfugiés ne fut pas seulement une conséquence de l’engagement de l’État dans la cause russe, elle fut tout autant le résultat des pressions exercées par les organisations russes qui, les premières, ont mis en place des stratégies d’accueil et des structures d’insertion spécifiques. Dispositions qui, à leur tour, allaient encourager l’immigration…

7Le microcosme de l’exil, tel qu’il s’est développé à travers ses nombreuses associations, ses comités d’aide ou ses unions professionnelles, a su maintenir les identités sociales originelles qui ont naturellement retrouvé des positionnements hiérarchisés ; de là des dispositifs différenciées de soutien aux uns et aux autres. La généralisation, dans le fonctionnement associatif, d’un système d’enregistrement et de recommandation a facilité une politique sélective d’assistance ciblée : dans certains cas, ce fut l’aide à l’embauche, voire un simple appui auprès de l’employeur, dans d’autres cas ce fut une incitation à la formation, la dotation d’une bourse d’études, une introduction dans des réseaux professionnels spécifiques, l’attribution de prêts financiers, etc. La concentration des énergies et des ressources à Paris a sans nul doute favorisé des promotions, élargi l’éventail des possibilités, mais de nouvelles solidarités dans les collectivités paroissiales, des émulations dans le petit monde des colonies provinciales ont également infléchi des carrières et des trajectoires. Ce qui est certain, c’est que l’organisation communautaire s’est faite à travers une formalisation forte des groupes sociaux qui, dans bien des cas, ont conditionné des parcours et ont ainsi affirmé dans sa diversité l’existence d’une véritable société en exil.

8L’aspiration manifeste à la formalisation du lien communautaire se retrouve dans le combat mené pour l’institutionnalisation de l’asile qui participe d’un même mouvement : obtenir la reconnaissance d’une autorité. En France, ce combat a dû sa légitimité au maintien des représentations diplomatiques. Ce précédent devint une référence qui orienta la conduite à suivre dans la revendication d’une représentation légale. La situation exceptionnelle faite aux Russes, pérennisée par la création de l’Office, tient vraisemblablement plus au parti pris français antibolchevique qu’à une concession faite aux réfugiés. Ceci étant, la proximité politique entre le gouvernement et le Conseil des Ambassadeurs a sans nul doute joué dans la reconnaissance des représentations russes et favorisé le soutien inconditionnel apporté par la France aux concertations internationales sur l’asile. Le pays des Droits de l’Homme avait démontré par sa politique d’exception son attachement à la cause des réfugiés, ce faisant il a accru son prestige et a pu faire valider sur la scène genevoise « son » modèle de l’asile.

9Ce modèle fut novateur et fit autorité. Mais il y aurait lieu, si l’on considère la France, de le resituer dans la continuité de l’histoire des comités de réfugiés qui, depuis l’arrivée des insurgés polonais au XIXe siècle, en passant par la création du comité tchèque, doté de pouvoirs consulaires en 1914, donne à voir la lente élaboration d’une politique française de l’asile. De ce point de vue, les offices de l’entre-deux-guerres semblent bien se présenter comme l’aboutissement d’une « préhistoire » du réfugié avant qu’il entre dans la modernité où il se trouvera désormais sous la tutelle directe de l’État, perdant ainsi la possibilité d’être acteur de sa propre histoire…

10Le pragmatisme avec lequel les pouvoirs publics menèrent la politique d’immigration des réfugiés n’était pas, à l’évidence, incompatible avec un engagement fort pour la légalisation de distinctions. Les deux postures adoptées par la France renvoient à une appréhension différenciée de l’émigration russe les masses étaient clairement distinguées de l’élite francophone influente où se trouvaient des interlocuteurs reconnus comme partenaires naturels. Si les autorités françaises purent envisager, in fine, de mailler l’Office russe à l’administration française c’est bien parce que les réfugiés disposaient d’un incontestable capital de compétences.

11L’histoire institutionnelle de l’exil met en évidence, dans l’univers très diversifié des élites, ce milieu particulier des « serviteurs de l’État » qui jouèrent un rôle de premier plan. Ce milieu est bien identifié dans l’histoire politique de l’émigration pour avoir animé partis et tribunes, mais il est très rarement abordé à travers ses fonctions particulières d’administration et de médiation au service des réfugiés. Or, c’est bien ce milieu-là qui a structuré l’organisation communautaire, inspirant règles et conduites, et qui a imposé dans l’exil sa conception de « l’intérêt public ». Son action étant naturellement animée par une éthique politique et professionnelle acquise dans une longue expérience de la gouvernance. Certes, ce monde-là se divisait en familles politiques différentes mais capables au-delà des oppositions et des clivages, de « gouverner dans l’intérêt de tous » et d’agir en complémentarité pour mobiliser tous les réseaux utiles.

12Plus qu’une histoire des partis, l’histoire politique de l’émigration gagnerait ainsi à être étudiée à travers les réseaux développés par les uns et les autres au sein de la communauté, dans le pays d’accueil ou la diaspora. Le rôle déterminant du groupe libéral dans les structures communautaires en France, mériterait par exemple, qu’il soit observé dans ses implications avec différents milieux celui de la franc-maçonnerie (où il fut très présent) mais aussi celui des juristes, des animateurs de l’humanitaire, etc. Par l’étude des réseaux pourraient être évalué l’ancrage des élites russes en France et en Europe, ou encore le rôle des familles politiques dans la captation d’alliances et de ressources en faveur de la cause russe.

13La cause unitaire qui exigeait une forte mobilisation pour l’obtention d’une protection immédiate était aussi un combat symbolique dont l’enjeu était la création d’un substitut d’État. La façon dont furent conçus les droits de l’apatride est à cet égard instructive. Ce que garantissait le statut d’apatride c’était une autorité institutionnelle de représentation et non la garantie de droits personnels, assurés, eux, a minima. Une analyse des débats entre les juristes russes au cours des années 1920 nuancerait sans doute cette distinction, mais l’obtention d’une légalité institutionnelle fut à l’évidence un objectif consensuel et explicite dès le début de la décennie. Il s’agissait là d’un acte politique dont le but était bien de sanctionner l’autorité des représentations soviétiques en Europe, mais plus encore de sanctionner l’URSS elle-même. L’intensité de cette mobilisation fut cependant telle que la démesure et l’énergie déployées font question : ne s’agissait-t-il pas aussi, plus ou moins consciemment, de reconquérir une part de l’État perdu ?

14Solidarisé dans la perte, l’exil russe a porté haut, dans son aspiration communautaire, la fierté du non-renoncement.

© CNRS Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search