Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’exil russe

 | 
Catherine Gousseff

Troisème partie : Entre l’asile et l’exil : les fondements d’une distinction

Chapitre 9. L’exil institué : médiations et assistance communautaires

Texte intégral

1Dans l’histoire de l’émigration russe plusieurs « centres » ont eu dans l’entre-deux-guerres une particulière visibilité, Belgrade a été le bastion de l’état-major des armées blanches, Prague le haut lieu de la vie académique émigrée. Mais c’est Paris qui apparaît comme « la » capitale de la diaspora tant par le dynamisme de sa vie culturelle que par la diversité des milieux qu’elle a accueillis. Ceci est connu, mais l’est moins son rôle déterminant dans l’organisation communautaire. C’est à Paris que se localisent les principaux organismes de représentation politique de l’émigration (le Conseil des Ambassadeurs) et d’assistance (Comités directeurs du Zemgor et de la Croix-Rouge russe). La concentration à Paris des porte-parole de la « Russie en exil » et des dirigeants de l’aide humanitaire induisit dans l’organisation associative une hiérarchisation et une réglementation des fonctionnements qui l’ont rapidement fait apparaître comme une véritable « institution de l’exil ».

2Nous avons tenté dans les chapitres précédents de montrer la grande diversité des formes qu’a pu prendre la vie collective locale, nous essayerons ici de retracer l’histoire des instances qui ont assuré le lien entre le sommet de la hiérarchie communautaire et les multiples communautés de base.

3Le processus d’institutionnalisation de l’exil a commencé avec la situation très particulière des représentations russes en France. L’ambassade russe, maintenue jusqu’en 1924 et l’Office central des réfugiés russes ensuite furent les organes de médiation officiels entre l’État français et la communauté. Les choix faits par la France, avant et après la reconnaissance de l’URSS, pour donner aux réfugiés une instance de protection légale correspondaient, en fait, au modèle que les juristes défendaient à la tribune de la SDN et qu’ils auraient souhaité voir s’imposer dans tous les pays d’accueil. Bénéficier d’une administration propre était un acquis très important mais qui avait sa contrepartie. L’exigence de transparence et de réglementation dans le fonctionnement de l’Office s’est traduite par une formalisation stricte des rôles et des procédures qui, par ricochet, s’est imposée dans l’organisation de la communauté. L’Office central des réfugiés russes a été l’interface entre les intérêts des émigrés et l’État français le Comité d’émigration (créé en 1924) a été, quant à lui, l’instance de décision interne de l’Office, représentant la communauté dont il fédérait les très nombreuses associations (plus de 300 dans les années 1930). Cette fonction fédératrice s’exerçait en particulier dans l’arbitrage délicat des conflits au sein des groupes affiliés. Unie derrière la bannière de l’anti-bolchevisme, la vie associative des réfugiés n’en était pas moins traversée de forts clivages politiques aussi bien dans les cercles estudiantins, dans les unions professionnelles que dans les milieux ecclésiastiques ou les unions locales, etc. La mission que se donna le Comité d’Emigration fut de faire prévaloir l’intérêt commun sur les luttes partisanes. Les rivalités les plus vives ne furent pas forcément les plus spectaculaires, elles se manifestaient le plus souvent dans le domaine officiellement « apolitique » de l’assistance. Les positionnements divergents de la Croix-Rouge russe et du Zemgor au sein du Comité d’Emigration montrent bien que ces tensions n’ont pas été sans effet sur la résistance même du lien communautaire. Ces rivalités renvoyaient à des enjeux que seule l’histoire des groupes d’influence peut éclairer. Groupes d’influence présents en de multiples lieux au Comité d’Emigration, évidemment, mais aussi à Genève et auprès des organes de pouvoir des grands États d’accueil. Ainsi, c’est à travers une étude des réseaux d’assistance que peut être saisie au mieux l’histoire des relations entre Paris, la diaspora, et Genève. Cette histoire reste à écrire, elle n’est ici qu’ébauchée à travers le rappel d’un conflit spécifique et la rétrospective synthétique du développement du Zemgor.

Les représentations Russes à l’étranger : l’attraction de Paris et l’exception Française

  • 1 Sur de la diplomatie russe après la Révolution d’Octobre, cf. N. Tongour, « Diplomacy in Exile : Ru (...)

4Que Paris ait été, dès le début de la guerre civile, l’une des destinations privilégiées des politiciens russes anti-bolcheviques n’a pas lieu de surprendre. Plusieurs personnalités de premier plan, tel Paul Milioukov (qui rejoignit la France après la conférence de Iassi en Roumanie), ont quitté le pays pour défendre les intérêts russes sur la scène internationale. Les préparatifs de la conférence de la paix comme le soutien maintenu par le gouvernement français aux armées blanches, incitaient naturellement les membres de l’opposition anti-bolchevique à se regrouper à Paris. La première représentation russe fut constituée au lendemain de la Révolution d’Octobre par les ambassadeurs du gouvernement provisoire en Europe. Créée à l’initiative de Vassili Maklakov en poste à Paris, la « Conférence des Ambassadeurs (soveščhanie poslov) rassemblait alors M. N. de Giers, en poste à Rome, K. D. Nabokov (Londres), M. A. Strakhovitch (Madrid), I. E. Efremov (Genève), et B. A. Bakhmetev (Washington)1. À ses débuts cette représentation ne regroupait que des « hommes de février » issus du camp libéral russe, qui avaient occupé de hautes fonctions, pour certains au sein de l’État tsariste, pour la plupart au sein des gouvernements provisoires qui s’étaient succédé entre février et octobre de 1917. L’objectif de ce groupe d’influence était de rallier les gouvernements occidentaux à la cause anti-bolchevique, d’organiser de l’extérieur l’aide aux armées blanches et de défendre à la Conférence de la Paix les intérêts territoriaux et nationaux de la Russie. Cet objectif conduisit à élargir le Conseil à d’autres membres représentatifs des différentes tendances du camp antibolchévique. Face à ses interlocuteurs la diplomatie russe se devait de présenter un «  unifié. Entrèrent alors au Conseil des hommes comme S. D. Sazonov, ancien ministre des Affaires étrangères du gouvernement tsariste, puis du gouvernement de Denikine, et N. V. Tchaikovski (socialiste-révolutionnaire), chef de l’éphémère gouvernement d’Arkhangelsk.

  • 2 P. Anderson, No East or West, Paris, Ymca-press, 1985.
  • 3 Nous nous bornons, dans ce chapitre, à présenter quelques-unes des solutions choisies par les gouve (...)

5Hormis cette représentation diplomatique en Occident, n’existaient jusqu’à la fin de la guerre civile que quelques comités d’assistance aux réfugiés, créés pour la plupart par la Croix-Rouge ou par des organisations comme l’YMCA déjà présentes aux différentes frontières de l’Europe orientale pour superviser l’aide matérielle apportée aux prisonniers de guerre2. Le dénouement de la guerre civile, accéléré par l’évacuation de l’armée Wrangel en novembre 1920, conduisit naturellement les gouvernements des nouveaux pays d’accueil à collaborer avec les représentants des réfugiés. Dans la plupart des pays européens, les autorités marquèrent leur préférence pour l’un ou l’autre des comités d’entraide qui s’étaient improvisés avec l’arrivée des migrants. Mais le choix de ces représentation russes, souvent effectué sous l’apparence de l’urgence et de la neutralité, demeurait en fait très significatif des différents positionnements des gouvernements face à l’émigration3.

  • 4 O. Kaznina, Russkie v Anglii. Russkaja êmigracija v kontekste russko-anglijskih literaturnyh svjaze (...)

6Le retrait de la Grande-Bretagne de la « question russe » s’est, par exemple, traduit à Londres par la désignation de la Croix-Rouge russe comme principal médiateur entre les réfugiés et le gouvernement4. Placée dans une fonction exclusive d’assistance humanitaire, la Croix-Rouge russe se limitait à organiser l’accueil des exilés et elle s’employa activement à favoriser une nouvelle migration des Russes vers l’Europe continentale.

  • 5 I. Savicky, « Pražskij Zemgor : Sozdanie Čehoslovackogo pravitel’stva ? », Cahiers du monde russe, (...)

7En Tchécoslovaquie ce furent les réseaux tchéco-russes, constitués ou renforcés lors de la participation de la légion tchécoslovaque à la guerre civile, qui semblent avoir été décisifs dans l’accréditation par le gouvernement Mazaryk d’un groupe de radicaux émigrés (Socialistes Révolutionnaires et Mencheviks) rassemblés au sein du Zemgor de Prague qui se vit attribuer des fonctions quasi consulaires5. Ils contribuèrent alors à mettre en place le programme dit « Action russe » décidé par le gouvernement tchèque pour organiser l’accueil des intellectuels et étudiants émigrés.

  • 6 V. A. Tecemnikov, « Rossiskaja êmigracija v Jugoslavii » Voprosy istorii, 1988, 2, pp. 128-130.
  • 7 Les sommes qui lui étaient attribuées étaient fixées tous les six mois en Conseil des ministres.

8Dans le royaume des Serbes, des Croates et des Slovènes, le gouvernement avait accueilli de nombreux contingents de l’armée blanche. De tous les États européens il fut celui qui manifesta le plus ouvertement son appui à la cause de Wrangel qu’il reconnut comme le représentant des réfugiés dans le pays6. Au début des années vingt une commission d’État spécialement chargée des intérêts des réfugiés vit le jour7 à laquelle participait (aux côtés des délégués du ministère des Affaires étrangères et des affaires religieuses yougoslaves), M. Strandtmann, ancien ministre du gouvernement impérial et président de la colonie russe de Belgrade.

9Ces quelques exemples montrent la variété des politiques choisies par les pays d’accueil pour légitimer la représentation des réfugiés des acteurs humanitaires comme dans le cas britannique ou des acteurs politiques issus des courants conservateurs ou, à l’inverse, des courants les plus à gauche de l’émigration. Ces choix différents avaient pourtant en commun un point fondamental des comités privés se voyaient attribuer des fonctions d’autorité publique.

  • 8 À l’instar de la France, les États-Unis ont maintenu (jusqu’en 1922) les représentations diplomatiq (...)
  • 9 Jean-Jacques Becker et Serge Berstein, Histoire de l’anti-communisme en France, 1917-1940, Paris, O (...)

10Comparée aux politiques adoptées par différents pays, la politique française n’a guère eu d’équivalent en Europe8. Le gouvernement prit la décision de maintenir en France l’ancienne représentation russe telle qu’elle existait en octobre 1917. L’ambassade, les consulats (à Paris, Nice et Marseille) restèrent en place et conservèrent, en dépit de la disparition de l’ancien État russe, l’ensemble de leurs prérogatives. Si l’ambassade perdait, de fait, sa principale fonction diplomatique, elle continuait néanmoins à représenter les intérêts des Russes sur le territoire et conservait ainsi un statut officiel. Cette décision confortait certes la position des diplomates russes, mais elle était surtout motivée par l’opposition nette des autorités françaises au nouvel État soviétique. Jusqu’en 1924, les gouvernements centristes du Bloc national eurent la même position, très consensuelle ignorer la Russie soviétique9.

11Le choix français était clair l’État ne souhaitait pas s’ingérer « dans les affaires intérieures russes ». Il proclamait la continuité de ses engagements dans la reconnaissance du gouvernement démocratique issu de la Révolution de mars 1917 et se soustrayait ainsi à la nécessité de légitimer une nouvelle organisation, sans statut défini, à laquelle il aurait eu à conférer des attributs institutionnels.

12Par ailleurs l’option choisie correspondait en tous points aux vœux des porte-parole de l’émigration être considérés par les interlocuteurs étatiques comme les représentants légitimes de la Russie. La solution adoptée par la France confirmait donc l’autorité des hommes en place à Paris.

  • 10 La bibliographie relative à la personnalité et à l’activité de V. A. Maklakov est relativement impo (...)
  • 11 Cette affaire, considérée par certains comme « l’affaire Dreyfus russe », concernait un Juif accusé (...)
  • 12 Dans les nombreuses correspondances du ministère des Affaires étrangères qui lui furent adressées, (...)

13Ces hommes, qui étaient-ils Le plus important, non seulement par sa position mais aussi par la durée de son action en tant que principal représentant des intérêts russes à Paris, fut Vassili Alexeivitch Maklakov10. Né en 1869 à Moscou, juriste et philologue de formation, V. Maklakov devint avocat et homme politique de renom, membre fondateur du parti Constitutionnel-Démocrate, puis membre du Comité central de ce parti à partir de 1906. Il s’illustra à la fois dans sa profession (notamment par ses plaidoyers lors de l’affaire Beilis11) et comme parlementaire dans les trois Doumas où il siégea. Après la Révolution de février, il n’occupa aucune fonction gouvernementale mais participa activement, aux côtés de Marc Vichniak, à la commission préparatoire des élections pour l’Assemblée Constituante, avant d’être nommé ambassadeur en France à l’automne 1917 pour succéder à l’ancien représentant du gouvernement tsariste, Alexandre Izvolsky. Mais son nom ne figura jamais sur la liste du corps diplomatique le jour où il se présenta au Quai d’Orsay pour remettre ses lettres de créance, M. Barthou lui apprit que le gouvernement de Kerenski venait d’être renversé. Vassili Maklakov n’en occupa pas moins les locaux de l’ambassade jusqu’en 1924 et fut considéré dans les ministères comme l’interlocuteur officiel des Russes en France12. Il le resta par la suite en tant que Président de l’Office central des réfugiés russes et du Comité d’émigration, instances créées lors de l’entrée de l’URSS sur la scène diplomatique française et européenne.

La normalisation : la création de l’office central des réfugiés russes

14Le choix du gouvernement français relevait d’une logique de circonstances et n’avait d’avenir que dans la perspective, incertaine, d’une chute rapide du nouveau régime soviétique. Mais les différentes étapes, entre 1922 et 1924, de la reconnaissance de l’URSS, (à commencer par le traité de Rapallo) faisaient bien apparaître comme temporaire, voire chimérique, le projet de laisser les représentations russes aux mains des émigrés. L’établissement des relations diplomatiques avec l’URSS en octobre 1924 signa juridiquement la fin de ce statu quo.

  • 13 Cf. Sophie Cœuré, Images de la Russie soviétique dans la culture politique française, thèse de doct (...)
  • 14 John H. Simpson, The refugee problem. Report of a survey, Londres, Oxford university Press, 1939, p (...)

15Dès avant la reconnaissance de l’URSS la commission de Monzie avait posé les termes d’un compromis la création d’un nouvel organisme, l’Office central des réfugiés Russes (OCRR) qui, sous ce nom, hériterait de l’administration consulaire russe et de son personnel13. Y étaient présents le conseiller de Maklakov, N. Basili, ses secrétaires, G. A. Kolemine et G. V. de Latour, ainsi que les vice-consul B. A. Tatischev et consul L. D. Kandaurov, l’ancien ambassadeur assurant, lui, la présidence du nouvel organisme. Une circulaire interministérielle en date du 9 mai 1925 officialisa l’OCRR. Elle recommandait aux autorités publiques de donner aux documents certifiés par l’organisme la valeur de « certificats pour usage administratif accepté au titre de témoignage privé digne de foi »14.

  • 15 Les autres organismes existants, comme le Comité polonais d’émigration, étaient reconnus par le gou (...)

16La création de l’Office des réfugiés russes était une innovation. Les pouvoirs publics avalisaient l’autorité d’un interlocuteur étranger privé en lui attribuant des prérogatives importantes, en particulier dans la gestion administrative des documents garants de l’identité15. L’Office, conçu dans la continuité d’une politique atypique, avait ainsi conduit les pouvoirs publics à valider l’existence de représentations communautaires russes, et ce à un moment où l’État redoutait de voir se constituer en France des minorités allogènes. La tradition républicaine, souvent évoquée dans les polémiques contemporaines comme celle d’un anti-communautarisme, a su inventer dans le cas des réfugiés russes, puis arméniens et géorgiens, une façon originale de faire face aux événements inédits apportés par l’histoire. Par le biais de la création de l’Office, le gouvernement contribua ainsi à accréditer des médiateurs qui furent l’interface dynamique entre l’État et la communauté.

  • 16 Selon la définition retenue en 1922.
  • 17 Ce système resta en vigueur même après la création de l’OFPRA comme l’indiquent certains dossiers d (...)

17L’Office central des réfugiés russes pouvait attester la qualité d’« apatride russe »16, authentifier tout document relatif à l’état civil, se porter garant de l’identité, certifier la validité des diplômes acquis, fournir des certificats d’honorabilité (où étaient mentionnés le cas échéant les titres de noblesse, les anciennes fonctions occupées en Russie, les services rendus pour la cause de la Russie « Jusqu’à la fin des années 1920, l’Office se trouva sous la tutelle du ministère des Affaires étrangères qui avait fixé les dispositions adaptant la situation des apatrides aux exigences de l’administration française. Bien que largement autonome, l’Office était tenu de faire mention des justificatifs fournis à l’appui des certificats délivrés. Dans les cas où les réfugiés ne pouvaient attester de leur identité, ils devaient se présenter avec deux témoins, anciennes connaissances de Russie, qui garantissaient sur l’honneur la véracité de leurs déclarations17. Seuls des administrateurs maîtrisant la langue russe étaient à même d’identifier les ayants droit. Ils pouvaient reconnaître comme russe un émigré détenteur d’un passeport roumain et, a contrario, ne pas attribuer cette qualité à un Ruthénien de Russie subcarpathique ou de Galicie orientale, sachant que l’immigration en provenance de ces régions s’était beaucoup amplifiée dans les années 1930. Le contrôle exercé par l’Office sur l’octroi du statut de réfugié présentait pour le gouvernement français de sérieuses garanties car l’OCRR disposait de moyens d’appréciation dont aucune administration française n’aurait pu se prévaloir.

  • 18 Jusqu’alors, en effet, les certificats qu’il délivrait étaient reconnus par l’administration frança (...)
  • 19 Aleksandr Stupnickij, « Juridičeckij statut’ russkih êmigrantov vo Francii », Russkie vo Francii, P (...)

18Suite à l’arrangement international de 1928 (appliqué en France à partir de janvier 1930), l’autorité administrative de l’Office s’est trouvée accrue18. Désormais, il suffisait de remplir un formulaire de demande spécial pour obtenir la signature du représentant français du Haut-commissariat »19.

  • 20 La commission préconisait en effet la nomination d’un délégué de Genève (et les Russes espéraient p (...)
  • 21 Certaines correspondances conservées au Centre des Archives russes de Leeds mentionnent le projet d (...)
  • 22 Archives FMN, C 1399, R 402/8/22/2.
  • 23 Rappelons que les organisations russes percevaient 40 % des bénéfices, contre 10 % pour les deux co (...)

19La nomination de Marcel Paon à la fonction de représentant du HCR en France (résultat de nombreuses et difficiles tractations) était une aubaine pour les Russes, même si elle ne correspondait pas, dans le principe, aux vœux de la Commission des juristes russes20. Marcel Paon mit en effet toute son expérience d’administrateur au service des réfugiés et s’imposa comme un interlocuteur de poids à Genève21. Les moyens qui lui étaient alloués étaient néanmoins très limités un bureau Boulevard Raspail, un assistant interprète et une secrétaire22. La formalisation du lien entre le HCR et l’Office des réfugiés eut plusieurs conséquences dont la plus importante fut l’association de l’OCRR à la répartition des dividendes du timbre Nansen entre les organisations russes de France23.

  • 24 Jean-Charles Bonnet, Les pouvoirs publics français et l’immigration dans l’entre-deux-guerres, Cent (...)
  • 25 Archives OCRR (papiers divers), Mémorandum de V. Maklakov à propos des ex-citoyens soviétiques, exp (...)
  • 26 Voir 1re partie, chap. III.
  • 27 Parmi les dossiers conservés dans les archives de l’OCRR est distinguée une série G, celle des cont (...)

20La nouvelle autorité que l’arrangement de 1928 conférait à l’OCRR arriva à un moment où elle ne put s’exercer que de façon très limitée : toutes les questions relatives aux réfugiés furent en effet transférées en 1931 du ministère des Affaires étrangères au ministère de l’Intérieur24. D’où les nombreux changements de procédure imposés par ce ministère. Le cas des Russes détenteurs de passeports soviétiques est en ce sens exemplaire. Jusqu’à la fin des années 1920 les Soviétiques obtenaient facilement des certificats de réfugiés dès lors que leur passeport était périmé. Par la suite, comme le rappela V. Maklakov dans un long mémorandum, « préfecture commença à opposer des objections inattendues, refusant tantôt de les accepter et les renvoyant à l’Intérieur, exigeant tantôt des solliciteurs un certificat du consulat soviétique attestant qu’ils n’étaient plus de l’URSS »25… Face aux nouveaux obstacles mis par l’administration française, l’Office multiplia ses interventions, témoignant, s’il en était besoin, que son rôle ne se limitait pas à enregistrer et délivrer des certificats administratifs. Ses recommandations en faveur du regroupement des familles ou de la venue en France de Russes soviétiques ont déjà été évoquées26 mais, fait plus important, l’Office prit en charge les litiges, qu’il s’agisse d’infractions administratives ou pénales, et, à partir de la seconde moitié des années vingt, s’opposa aux mesures d’expulsion en plaidant chaque cas27.

21L’Office central des réfugiés russes assumait ainsi les fonctions d’une ambassade, mais sans bénéficier de ses pouvoirs. Médiateur reconnu, il cherchait à harmoniser les deux conditions, partiellement contradictoires, des Russes en France celle circonscrite par la législation nationale sur les étrangers, celle (très théorique dans ses principes et très vague dans ses applications) des réfugiés telle qu’elle était définie par les accords internationaux de 1928 et 1933. En ce sens l’Office illustrait bien le compromis accepté par l’État français maintenir le principe fondamental déniant l’existence d’exceptions dans la législation nationale sur les étrangers, tout en reconnaissant la nécessaire protection des réfugiés par une application tempérée des lois… De ce point de vue le terme « d’étrangers-protégés » est certainement celui qui convient le mieux pour caractériser la situation des réfugiés Nansen en France.

La création du Comité d’Emigration – ses relations avec l’OCRR

  • 28 L’histoire du Comité d’émigration fut présentée synthétiquement par P. Kovalevskij (Zarubežnaja Ros (...)

22Le « Comité d’émigration » fut créé à Paris en 1924 en réaction directe à la reconnaissance diplomatique de l’URSS par la France avec laquelle les émigrés perdaient « leur » ambassade28. La raison d’être du Comité fut dès lors de défendre les intérêts des réfugiés en France, assistant bientôt dans cette tâche l’Office central des réfugiés russes dont il fut, en quelque sorte, l’organe décisionnel interne. Le principe directeur du projet, présenté et défendu par V. Maklakov en juillet 1924, était de faire du Comité d’émigration une instance de liaison entre toutes les organisations russes existant en France, qu’il s’agisse d’associations caritatives, de comités locaux de province, d’unions culturelles, militaires, politiques ou autres. Cette volonté de fédérer les différents acteurs communautaires pour définir une stratégie commune était, malgré l’évidence de son opportunité, une véritable gageure.

  • 29 Le gouvernement français avait reconnu le gouvernement de Russie du Sud en mai 1920. Cependant dès (...)
  • 30 R. Robinson, « Zemgor and the Russian Army in exile », Cahiers du monde russe, vol. 46/4, oct.-dec. (...)

23La vie associative de l’émigration était en effet traversée de dissensions liées tout autant à son hétérogénéité sociale que politique. Malgré la position antibolchevique unanime des émigrés, les clivages (reprenant ceux nombreux, des partis reconstitués à l’étranger) s’étaient accentués avec les appréciations divergentes des responsabilités supposées dans la défaite et les représentations contradictoires des perspectives d’avenir de la Russie. Les premiers conflits avaient opposé diplomates et militaires en tant que chef du gouvernement de Russie du sud le général Wrangel voulait maintenir son autorité sur l’ensemble de l’émigration, tandis que le Conseil des Ambassadeurs s’imposait comme le représentant légitime de l’autorité russe en émigration29. Ces rivalités s’étaient développées sur des terrains fertiles en rumeurs dévastatrices, tel le contrôle des fonds récupérés ou récupérables du gouvernement russe à l’étranger30. La mobilisation internationale en faveur des régions sinistrées par la famine en Ukraine suscita dans les milieux conservateurs un fort ressentiment qui donna lieu à une rhétorique concurrentielle de la victimisation: les vrais infortunés de l’histoire n’étaient-ils pas ceux qui en avaient été rejetés et non ceux qui payaient aujourd’hui pour leur folie Les organisations libérales russes engagées dans l’aide aux sinistrés se virent ainsi discréditées par de violentes accusations de compromission avec le régime bolchevique. Partis pris et suspicions de toutes sortes étaient alimentés par une presse vigoureuse qui, plus que les partis eux-mêmes, devint la tribune d’expression des différents camps.

  • 31 Ainsi, parmi les représentants de la droite au premier directoire du comité d’émigration figurait V (...)

24Comment, dès lors, pouvait se faire l’unification de l’émigration ? La nouvelle donne diplomatique favorisa à l’évidence l’apaisement des conflits l’espoir d’une chute prochaine du régime s’évanouissait et la situation privilégiée des exilés en France était sérieusement menacée. Pragmatisme et lucidité eurent alors raison des luttes partisanes le choix s’imposait d’assumer les différences en les affichant et de revendiquer la primauté du politique dans l’organisation de la communauté. Le Comité d’Emigration se constitua donc sur le principe d’une représentation bipolaire la gauche et la droite. Ces termes étaient au demeurant assez flous, aussi bien à « gauche » où les partisans de l’instauration d’un régime démocratique en Russie se partageaient entre libéraux et socialistes, qu’à «droite où se trouvait rassemblée une constellation de courants, allant du libéralisme « sceptique » d’après Octobre au monarchisme le plus rétrograde31.

  • 32 En ce qui concerne les procédures de représentation, le principe adopté était fonction de la taille (...)
  • 33 V. Rudnev, « Emigrantckij Komitet v Pariže », Rossijskago zemsko-gorodskogo komiteta pomošči Rossij (...)

25Les associations russes de France étaient invitées à s’affilier soit à la droite représentée par le « russe des organisations unies (Russkij komitet ob’edinennyh organizacij, RKOO, plus communément appelé le Comité russe), soit à la gauche, incarnée par le « Conseil des organisations sociales » (sovet obscestvennyh organizacij, SOO). Ces deux formations déléguaient, proportionnellement à leurs voix, leurs représentants à la Commission centrale (ou directoire composé de 10 membres), présidée ex officio par V. Maklakov32. Tout au long de son existence, jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, le Comité d’Emigration fut dominé par la droite (dès 1924, six de ses représentants figuraient dans la commission centrale contre trois à gauche), mais le directoire ne pouvait prendre de décision qu’à l’unanimité des voix. L’arbitrage de Maklakov et le principe du liberum veto assurèrent (si l’on en croit ce représentant de la « qu’était Vadim Rudnev) le bon fonctionnement de l’organisme. En 1929 le bilan d’activité du Comité était plus que positif au premier chef, de multiples dérogations obtenues sur les taxes et impôts exigés des étrangers. Le coût des documents administratifs variait en effet selon la situation des réfugiés (les chômeurs et les invalides étaient exemptés de paiement). De même, le système d’imposition fut spécialement adapté pour les Russes. Le Comité d’Emigration obtint, sinon la gratuité, du moins de fortes réductions sur les inscriptions universitaires des étudiants russes. Il intervint également dans le projet d’institutionnalisation de l’asile, prenant part au large débat ouvert par les juristes de la Commission consultative de Genève33.

Le Comité d’Emigration, lieu de rencontre de multiples groupes et tendances

  • 34 P. Kovalevskij, op. cit., p. 24.
  • 35 En 1926, 446 sociétés diverses s’occupant des immigrés avaient été répertoriées par le ministère de (...)

26L’autorité acquise par le Comité d’Emigration sur l’ensemble de la communauté en France peut être illustrée par le nombre croissant des associations affiliées de 67 lors du premier congrès de 1924, elles étaient passées à 325 lors du dernier congrès de 193634. Le Comité avait pleinement rempli son rôle fédérateur. Il donne une image riche de la vie communautaire des Russes caractérisée par une pléthore d’associations touchant tous les domaines de l’existence collective. Cette formalisation du lien communautaire, cependant, ne fut pas propre aux Russes. Dans l’entre-deux-guerres, les Italiens et les Polonais se regroupèrent également en d’innombrables associations éducatives, sportives, confessionnelles, etc35. Ces associations reflétaient aussi « l’esprit » d’une époque où il importait non pas « d’intégrer » mais de ne pas « dénationaliser » les étrangers. La grande différence, cependant, entre Russes et Polonais, résidait dans le fait que les initiatives polonaises relevaient d’une politique délibérée venue de Varsovie qui souhaitait encadrer ses ressortissants, alors que les initiatives des réfugiés russes leur appartenaient.

27Au début des années 1920 furent d’abord créés des groupements d’intérêt professionnel (écrivains, ingénieurs, avocats…) et financier (Union financière, industrielle et commerciale, Comité des banques russes). Par la suite apparurent des associations, des investissements collectifs et des représentations identitaires spécifiques. Une caractéristique des premières années a cependant perduré la concentration des associations à Paris. En 1936, les deux tiers des organismes adhérents du Comité d’Emigration étaient localisés dans la capitale.

  • 36 L’analyse de cette évolution peut être effectuée, partiellement du moins, à l’appui de la grande en (...)
  • 37 En 1933, celles ci comptaient respectivement 165, 200 et 67 membres (archives Bakhmetieff, f. E. P. (...)

28La diversité du monde associatif russe s’est surtout affirmée dans la seconde moitié des années 1920. Avec l’arrivée des vétérans de l’armée blanche apparut une multitude d’amicales « d’anciens », de régiments, d’écoles militaires, etc36. L’une des particularités du paysage associatif fut sa tendance au maintien d’identités collectives spécifiques. Particulièrement visibles quand il s’agissait de groupements militaires, elles survivaient dans de multiples groupements les associations de « pays » (zemljatchestva), telle l’Amicale de la Sibérie et de l’Extrême-orient, la Société des ressortissants (sic) de la ville de Voronège et de sa région, l’Amicale de Moscou37, les différentes corporations (association des anciens fonctionnaires du ministère des Affaires étrangères, association des sœurs de la charité de Saint-Petersbourg, multiples amicales d’anciens élèves de facultés et lycées impériaux, etc.). Le maintien d’une distinction socio-culturelle, la quête d’un « entre soi », d’un patrimoine mémoriel à partager dans la convivialité de banquets ritualisés, constituèrent bien souvent la principale raison d’être de ces sociétés d’anciens.

  • 38 Ibid. Le nombre d’adhérents à la caisse mutuelle des ouvriers russes n’est pas indiqué.

29Les associations les plus représentatives, par leur nombre, du dynamisme communautaire, étaient cependant différentes. Figuraient en premier lieu les sociétés estudiantines (sociétés diverses et qui avaient généralement des filiales locales en province), les sociétés liées à la jeunesse (mouvements de scoutisme, mais aussi pensions, orphelinats…), les unions d’aide mutuelle professionnelle qui jouaient le rôle de véritables syndicats: société « Aiguille » (Igla, 225 membres), celle des employés des restaurants russes (180 membres), Unions de chauffeurs de taxi (750 membres), des pharmaciens (126 membres), des artistes (370 membres), des ouvriers russes, etc.38). On trouvait aussi des sociétés d’entraide (locales ou à vocation particulière, comme le Foyer de secours des femmes russes) et de multiples représentations de la Société de la Croix-Rouge russe qui, à elle seule, regroupait plus d’une quarantaine d’organisations. Cette rapide typologie souligne, a contrario, la quasi-absence parmi les adhérents au Comité d’Emigration de groupements explicitement politiques. On en compte cependant quelques-uns, tel le Comité national russe animé par Kartachev (115 membres), ou encore l’Union nationale de la nouvelle génération (120 membres), mais leur présence resta marginale. La bipolarité gauche-droite du Comité d’Emigration reposait donc essentiellement sur des affiliations implicites, non affichées, qui témoignaient d’un lien assez lâche au politique. Celui-ci était moins caractérisé par un engagement militant, peu attesté, que par la volonté de s’inscrire dans une famille de pensée et d’idéal au sein d’une communauté diverse et divisée, même si l’anti-bolchevisme était unanimement revendiqué.

  • 39 P. Robinson analyse ce déclin en particulier à travers l’amoindrissement des adhésions au ROVS, op. (...)
  • 40 De même que les associations de vétérans de l’armée blanche se déclinaient sous de multiples aspect (...)
  • 41 Il faut signaler néanmoins que malgré les nombreuses traces laissées par son activité, l’histoire d (...)

30Comment expliquer alors la surreprésentation de la droite (RKOO) au sein du Comité d’Emigration Reflétait-t-elle la nostalgie de la majorité pour un passé impérial que le souvenir avait déjà idéalisé et le rejet d’un libéralisme désormais perçu comme le premier moment du chaos révolutionnaire ? Ces positions se sont exprimées avec force dans l’opinion mais elles ne suffisent pas à expliquer un phénomène qui renvoie plutôt à la structuration même de la vie communautaire. La prépondérance de la droite résulta, pour beaucoup, du soutien majeur que lui apportèrent les innombrables associations militaires et les organisations de la Croix-Rouge russe. Le poids des militaires était attesté dès le début avec la nomination du général Khol’msen (porte-parole du général Wrangel en France) comme représentant du RKOO au directoire du Comité d’émigration. Le général Khol’msen était par ailleurs le responsable pour la France de l’Union générale militaire russe (ROVS, organe de liaison des associations de vétérans de l’armée blanche, créé en 1924 à l’initiative du général Wrangel et dont le siège central se trouvait à Belgrade). Certes actives (en particulier dans les colonies de province où elles formaient bien souvent le ciment d’une vie sociale principalement masculine), ces associations furent cependant bien moins dynamiques que dans les autres pays de la diaspora et ne cessèrent de décliner tout au long des années 193039. Contrairement aux pays Balkaniques la France n’avait pas seulement accueilli les vétérans de l’armée blanche. Les Unions d’anciens combattants de la Première Guerre mondiale (ex-prisonniers de guerre et membres du corps expéditionnaire russe en France) étaient également très représentées parmi les militaires et en accroissaient la visibilité40. Quant aux membres de la Croix-Rouge russe, ils avaient constitué l’essentiel du personnel sanitaire des armées blanches au cours de la guerre civile de là une grande proximité de vues avec l’état-major des armées en exil dont les penchants monarchistes étaient bien connus41.

Le Comité d’Emigration : lieu d’enjeux politiques et de réseaux d’influence

  • 42 E. P. Kovalevskij, op. cit., p. 24.

31En France, le Comité d’Emigration remplissait pleinement son rôle fédératif au sein de la communauté. Mais son influence dépassait de loin les frontières nationales dans la mesure où de nombreuses organisations avaient des filiales ou même leur centre directeur dans d’autres pays de la diaspora. Tel était le cas de plusieurs unions des vétérans de l’armée blanche (dont au premier chef le ROVS, déjà évoqué) mais aussi d’associations professionnelles et, surtout, des grands organismes d’assistance. À partir de leurs comités directeurs parisiens, la Croix-Rouge et le Zemgor soutenaient et orientaient l’activité de leurs filiales qui s’étaient constituées dans les différents pays d’accueil. Ces deux organismes avaient en outre une fonction d’interface entre la diaspora et le HCR via le Comité Consultatif des Organisations privées (CCOP) où ils figuraient tous deux. Leur poids au sein de « la Russie en exil » en quête perpétuelle de soutiens et de financements, étaient donc considérable. Or la Croix-Rouge russe et le Zemgor articulaient la bipolarité politique du Comité d’Emigration. La Croix-Rouge, nous l’avons dit, fut l’un des piliers de la droite du Comité. Le Zemgor, lui, figurait comme l’un des principaux animateurs de la gauche. Sa prépondérance au « Conseil des organisations sociales (SOO) était sans équivoque A. I. Konovalov, (successeur du prince L’vov à la présidence du comité directeur du Zemgor à partir de 1925) présidait le SOO au sein duquel siégeaient d’autres membres éminents du Zemgor (K. R. Krovopuskov, Ja. L. Rubinstein), appartenant par ailleurs aussi au directoire du Comité d’Emigration42.

  • 43 GARF, f. 5971, op. d. 4. l. 12-15. Cette décision de compromis fut prise en partie sous la pression (...)
  • 44 Rossijskoe obščestvo Krasnago Kresta, Otčet o dejatel’nosti Glavnago Upravlenjia i mestnyh Predstvi (...)

32Depuis février 1921, ces deux organisations avaient été mandatées par le Conseil des Ambassadeurs pour coordonner l’entraide43. Plus que des collaborations, leurs rapports d’activité soulignaient des complémentarités d’actions dans la prise en charge44. Malgré un partage théorique des tâches, de nombreuses situations d’urgence les amenèrent à intervenir sur le même terrain (hébergement, approvisionnement…) au cours de la première moitié des années 1920. Par la suite, cependant, les prérogatives de chacune furent clairement établies. La Croix-Rouge s’impliqua dans sa fonction historique d’assistance sanitaire et sociale, le Zemgor dans le champ de l’éducation, du placement et de la formation professionnelle. Les relations entre ces deux organisations varièrent d’un pays à l’autre selon la composition de leurs comités locaux, mais le fait est qu’elles représentaient des milieux distincts, celui de l’aide sanitaire d’une part, celui d’anciens administrateurs de l’autre. Leurs élites, dans les comités centraux, faisaient partie d’un monde sinon commun du moins en étroite proximité. B. Nolde, influent juriste placé à la tête de la Croix-Rouge russe, avait siégé avec son homologue J. Rubinstein, membre du Comité directeur du Zemgor, à la Commission d’étude des juristes russes et arméniens qui avait préparé l’arrangement juridique de 1928. À Genève, les dirigeants des deux organisations se côtoyaient au CCOP.

  • 45 Ces fonds comprenaient notamment « l’or de Kolčak ». L’histoire de ce fonds commence à l’automne 19 (...)
  • 46 Ces accusations provinrent même du Conseil des Ambassadeurs ; cf. à ce sujet, O. Budnickij, « Soveš (...)

33Bien qu’ayant évolué dans les mêmes sphères d’action ou s’étant définies comme des organisations à but exclusivement humanitaire, la Croix-Rouge Russe et le Zemgor ne se présentaient pas moins, face à la communauté, sous des étiquettes politiques opposées. Quels étaient là les enjeux? Ils renvoyaient aux vastes réseaux d’influence existant à la fois en amont de l’action humanitaire (sources de financement) et en aval (bénéficiaires). Lors de l’établissement de leurs mandats, le Zemgor avait été chargé par le conseil des Ambassadeurs de gérer la distribution des financements (fonds de l’ancien gouvernement russe à l’étranger45) concédés pour l’aide humanitaire. Il s’ensuivit d’importants conflits et le Zemgor fut accusé de tirer avantage de sa position pour privilégier « ses gens », sous-entendu ses membres et plus largement l’intelligentsia libérale qui avait pris les rênes du pays après février 191746. La Croix-Rouge russe se disait lésée. Au-delà des rivalités internes, particulièrement vives au début de la décennie, les réseaux extérieurs constitués par l’une et l’autre organisations contribuaient à renforcer leurs distinctions politiques. Ceci était particulièrement visible dans le cas des aides étatiques.

  • 47 GARF, f. 6094, op. 1, d. 12. État du budget de la Croix.Rouge Russe pour l’année 1933 (en russe)
  • 48 Financial report of the russian Zemstvos and Towns Relief Committee for 1927, Paris, SD, p. 10-11 ; (...)

34Les pays les plus connus pour leur engagement en faveur de la cause russe, furent la Yougoslavie et la Tchécoslovaquie qui avaient l’une et l’autre marqué des soutiens préférentiels explicites. Belgrade, on le sait, accueillit avec largesse l’état-major des armées blanches, tandis qu’en Tchécoslovaquie le président Mazaryk accorda asile, non moins généreusement, à l’équipe russe des futurs animateurs du Zemgor de Prague. Le gouvernement yougoslave se distingua par la longévité des soutiens financiers accordés dont bénéficièrent plusieurs personnalités, politiques mais aussi littéraires ainsi que différents organismes. En 1933, la Croix-Rouge russe n’avait perçu dans son budget que l’aide de trois États, finlandais, bulgare et yougoslave (ce dernier avec la somme significative de 698 contre 206 de Sofia et 15 d’Helsinki). Or les dépenses les plus importantes de l’organisation concernaient les réfugiés russes de France (967100) et non ceux de Yougoslavie (29 Le soutien apporté par Belgrade s’adressait donc moins aux réfugiés de Yougoslavie qu’à l’organisation de la Croix-Rouge russe en tant que telle47. De son côté, le Comité directeur du Zemgor ne recevait vers la fin des années 1920, en guise de soutien étatique, que celui du gouvernement tchécoslovaque. Mais celui-ci participait de façon non négligeable au budget total de l’organisation48. Ces aides préférentielles extérieures témoignent de l’incidence des affinités politiques dans la configuration des deux grands réseaux d’assistance de l’émigration. Leur rivalité s’exprima de façon spectaculaire sur la scène genevoise au milieu des années 1930.

  • 49 GARF, fonds Gul’kevič (6094, op. 1) en particulier d. 41-52, 67, 75, 82, 103.

35Bien que dédié à l’aide aux réfugiés le HCR, on l’a dit, fut rapidement discrédité aux yeux d’une large partie des organisations russes pour son action en faveur des rapatriements et lors de la famine en Russie. À partir de 1922, seules une dizaine d’organisations russes restèrent des partenaires de Nansen et s’impliquèrent au sein du Conseil consultatif des organisations privées. Mais plus stratégique encore que le CCOP était le poste qu’occupa Konstantin Gulkevitch comme conseiller du HCR à partir de 1921. L’essentiel des correspondances et requêtes des organisations russes lui étaient adressées ou étaient par lui examinées avant d’être soumises à F. Nansen lui-même49. Gulkevitch eut à Genève le même rôle d’arbitre que Maklakov en France, se situant au-delà des luttes partisanes, s’imposant comme l’homme du consensus. Diplomate professionnel (nommé en Suisse peu avant octobre 1917) il usa avec brio de ses compétences pour s’affirmer, au fil des ans, comme le médiateur providentiel de l’émigration. Nombre d’associations russes qui dédaignaient le Conseil consultatif des organisations privées reconnaissaient avoir en la personne de Gulkevitch un interlocuteur fiable. Sa disparition, en 1935, fut ressentie comme une immense perte pour l’ensemble de l’émigration et plus particulièrement pour tous ceux dont il était le seul intermédiaire avec Genève.

36La succession au poste de Gulkevitch devint alors un défi majeur pour les différents tenants du Comité d’émigration, et se manifesta à cette occasion l’intensité des rapports de force existants. Cette succession faisait en effet l’objet d’une élection au sein du Conseil consultatif des organisations privées Paris désignait les candidats mais c’était au CCOP que revenait le choix, démocratiquement issu des urnes.

  • 50 Certains documents indiquent qu’outre le problème de cumul des mandats, les réserves de Maklakov ét (...)
  • 51 Ibid., Minutes de la réunion du Conseil du RKOO du 19 octobre 1935. Ce compromis, à en croire Aleks (...)

37Maklakov, pressenti pour occuper le poste vacant, émit de fortes réserves, en raison notamment de l’importance de ses mandats à la tête du Comité d’émigration et de l’Office central des réfugiés russes50. Il accepta cependant de se porter candidat et de prendre J. Rubinstein comme membre suppléant51. Cette disposition, envisagée par B. N. Nolde, présentait toutes les apparences d’un compromis avec la gauche du Zemgor. Elle fut cependant davantage guidée par une lucide appréciation des probabilités de succès (comme la suite des événements allait le montrer) que par la volonté de faire une proposition consensuelle. J. Rubinstein fut, en effet, l’unique candidat présenté par la gauche. Sa mobilisation au service des réfugiés et dans l’élaboration de leur statut juridique lui avait valu un très grand renom au sein du CCOP. Quant au choix de la droite, il se porta sur I. P. Alexinski, membre de la Croix-Rouge russe, chirurgien de renom et fondateur de l’hôpital franco-russe de Villejuif.

  • 52 Ibid., Les organisations russes du CCOP étaient alors les suivantes : Conseil des anciens ambassade (...)
  • 53 Ibid. Sur les voix des 11 organisations russes représentées au CCOP, 6 se portèrent sur Rubinstein, (...)
  • 54 Cf. à ce propos les nombreux articles de Vozroždenie qui, selon le quotidien Poslednie Novosti (24 (...)
  • 55 Archives Bakhmetieff, f. Kovalevskij, box 15, dossier RKOO, 1935-1939, Protocole de l’Assemblée gén (...)

38C’est Rubinstein qui remporta les élections. D’après le récit du déroulement du vote que fit I. P. Alexinskij au conseil de la droite (RKOO), l’échec de sa candidature résultait de l’appui apporté à Rubinstein par la majorité des organisations du CCOP (dont seules 11 sur 29 étaient des organisations russes)52. Cependant les résultats montrèrent que Rubinstein avait également obtenu un vote majoritaire au sein des organisations russes53. La victoire de Rubinstein suscita un véritable tollé dans les courants conservateurs. Le passé de menchevik internationaliste de l’éminent juriste suffisait à justifier l’indignation de ceux qui refusaient ce « soit-disant représentant » de l’émigration. Les partis pris antisémites s’exprimèrent avec une virulence rare, en particulier dans les comités russes de Yougoslavie et de Pologne54. Mais il exista aussi, à droite, des voix pour apaiser l’émoi et légitimer le succès de Rubinstein. Ce fut le cas du comte Kokovtsov qui, au cours du dernier congrès du Comité d’Emigration, rappela que tout ce qui avait été obtenu à l’échelle européenne pour les réfugiés russes, l’avait été grâce à lui55.

39L’issue des élections montrait, après 15 ans d’exil, l’écart entre les représentations politiques majoritaires de l’émigration et leur pouvoir réel à Genève, principale scène de l’action humanitaire. Au-delà, ces élections rendaient hommage à l’engagement social d’une équipe nombreuse dont les chefs de file étaient des politiciens et des intellectuels de renoms. Mais, dans la mémoire de l’émigration, leur notoriété n’est pas restée associée à leur engagement au service des réfugiés, demeuré quasiment inconnu.

Le Zemgor ou l’expression d’une continuité d’engagements

  • 56 R. Philippot, Société civile et État bureaucratique dans la Russie tsariste. Les zemstvos, Cultures (...)
  • 57 T. I. Polner’, Žiznennyj put’ knjazja G. E. L’vova, Paris, 1932, p. 139 et sq.

40Le comité des Zemstvos et des municipalités de secours aux citoyens russes à l’étranger, plus communément appelé Zemgor, s’est constitué en émigration avec l’objectif de rassembler les anciens membres des collectivités locales rurales (zemstvo) et urbaines de Russie pour les mobiliser dans l’organisation de l’œuvre d’assistance aux réfugiés. Utiliser les compétences des serviteurs de l’État russe pour coordonner les actions d’entraide, telle était donc l’ambition du Zemgor. Ces hommes représentaient un milieu très spécifique, dont l’expérience était celle des administrations locales élues, mises en place par le pouvoir tsariste lors des grandes réformes des années 1860 (initiative paradoxale dans un Empire autocratique fortement centralisé). De fait, ces administrations locales devinrent de grands viviers de l’opposition politique dès la fin du xixe siècle56. La délégation de nombreuses responsabilités aux Zemstvos (notamment en matière de prévoyance sociale) suscita, au fil des initiatives et des innovations dans les modes d’assistance, un engagement militant pour l’émancipation de l’ensemble d’une société qui étouffait sous le carcan de l’autocratie et d’un monde rural maintenu en état de grande arriération. Conséquences de cette arriération, les famines obligèrent à une gestion sociale inventive des crises qui marqua durablement le mode d’action des représentants des Zemstvos. Lors de la famine de 1906-1907, le prince L’vov, futur président du Zemgor, se trouva ainsi confronté à la migration de 450 000 familles vers la Sibérie dont il fallut dans l’urgence organiser l’accueil57.

  • 58 O. Pichon-Bobrinskoy, « Action publique, action humanitaire pendant le premier conflit mondial : le (...)
  • 59 Au cours de la guerre civile, les membres des Zemstovs et des municipalités s’engagèrent auprès des (...)

41L’action sociale des administrateurs locaux culmina au cours de la Première Guerre mondiale lors de la création des Unions centrales, des Zemstvos d’une part, et des municipalités de l’autre, destinées à pallier en commun les défaillances de l’État central dans l’organisation de l’aide militaire et civile. Un de leurs objectifs fut, vers 1915, la prise en charge des réfugiés en provenance des régions occidentales de l’Empire, occupées par les armées allemandes, et dont le nombre fut évalué au terme de la guerre à quelque 5 millions. La Grande Guerre entraîna ainsi une exceptionnelle mobilisation des administrateurs locaux, répartis en différents comités (ravitaillement, aide sanitaire aux militaires, aux civils, etc.). Le comité chargé des réfugiés participa largement à leur répartition géographique, à la recherche d’emploi dans les industries, à l’assistance sanitaire et alimentaire de la masse de civils fuyant les zones de front58. Interdits d’activité par le pouvoir bolchevique en raison de leur participation active aux gouvernements provisoires issus de la Révolution de février, les représentants des Zemstvos et des municipalités se retrouvèrent, pour la plupart, en exil59. C’est dire qu’au sortir de la guerre civile nombreux étaient les hommes qui avaient l’expérience de la gestion des populations en temps de crise. Cette expérience les désignait naturellement pour organiser différentes formes d’assistance dans un contexte non plus national mais international. Les membres du Zemgor représentaient ainsi un capital de compétences exceptionnel pour l’organisation de l’action humanitaire en faveur des réfugiés, et c’est peut-être là que s’est manifestée le plus nettement la grande continuité de la Russie en exil d’une certaine façon il n’y a pas eu de rupture dans le parcours des animateurs sociaux rassemblés au sein du Zemgor.

Une administration de l’humanitaire

42La fondation du Zemgor, en février 1921 intervint peu après la demande du gouvernement français auprès des diplomates russes d’instituer un organisme civil et apolitique répondant aux urgences de l’heure: coordonner l’aide (visant à l’époque prioritairement les réfugiés dans le Bosphore), choisir un interlocuteur russe unique (autre que Wrangel). Le Conseil des Ambassadeurs saisit cette opportunité pour contrecarrer les prétentions de l’état-major militaire russe à régenter l’émigration. Pour répondre au vœu français, il se tourna vers ses proches alliés déjà engagés à divers titres dans l’entraide.

  • 60 G. E. L’vov avait été président du directoire du Zemstvo de Toula au début du siècle. Durant la gue (...)
  • 61 Ce département s’occupait plus particulièrement du suivi des différentes colonies agricoles créées (...)
  • 62 Ces filiales étaient localisées en France, Grande-Bretagne, Allemagne, Finlande, Estonie, Lettonie, (...)
  • 63 GARF, f. R-5780, op. 1, d. 1, 3, 13.
  • 64 Archives SDN, FMN, C 1437, Rr 404/3/22/1.
  • 65 70 bulletins environs furent publiés jusque vers le milieu des années 1930 (il est impossible cenpe (...)
  • 66 Les archives russes de Leeds contiennent, semble-t-il, l’essentiel des rapports rédigés par les fil (...)
  • 67 E Serapionova, « Otnošenija Pražskogo i Parižskogo Zemsko-gorodskih komitetov », Cahiers du monde r (...)
  • 68 L’organisation des migrations mit notamment le Zemgor en relation très étroite avec les agents loca (...)

43Présidé par le prince Georges E. Lvov60, le directoire du Zemgor était composé d’une trentaine de membres, tous issus des anciennes administrations locales russes, comprenant d’éminents représentants du parti Constitutionnel-démocrate (KD), comme Nicolas I. Astrov et Vassili V. Vyrubov, mais aussi certains Socialistes Révolutionnaires de droite tels Nicolas D. Avksentiev et Vadim V. Rudnev. L’équipe se répartissait les tâches au sein des différentes commissions du Comité directeur dont le nombre varia selon les périodes. En 1922, il existait 8 commissions ou départements finances, ravitaillement, colonisation61, travail, éducation, informations, assistance médico-sanitaire et administration générale. À travers ces commissions, le Comité directeur coordonnait l’activité de ses 17 filiales qui se présentaient sous diverses dénominations (union des zemstvos ou des municipalités) selon les activités antérieures de leurs principaux animateurs62. L’activité de ces comités locaux fut très inégale. En Grèce l’union se concentra presque exclusivement sur la gestion des écoles russes, et sa participation n’est plus attestée après 192563. En revanche, en Estonie, la filiale du Zemgor s’imposa comme la seule organisation représentative des intérêts des réfugiés et devint l’intermédiaire officiel de l’agent du BIT en Europe centrale64. La coordination de ce réseau diasporique absorba d’immenses énergies. Equité et transparence, ces deux principes fondamentaux de l’action humanitaire, générèrent une importante bureaucratie dont les comptes rendus de réunions, les rapports, les bulletins internes ou à diffusion publique65, alourdirent beaucoup le travail de la gestion quotidienne sans pour autant annuler critiques et conflits66… La direction parisienne fut périodiquement accusée de privilégier certains groupes et individus. En 1923, par exemple, les membres de l’Union centrale des Zemstvos quittèrent le comité directeur après lui avoir reproché de ne pas être représentés et dotés à la hauteur de leur engagement67. En dépit d’évidents dysfonctionnements, de rivalités collectives et d’animosités individuelles, les résultats obtenus furent, eux, à la mesure des ambitions affichées. Nous avons pu voir ces actions à l’œuvre tout au long de l’histoire migratoire des réfugiés (qu’il s’agisse du placement professionnel, de l’aide à la reconversion et à la formation, etc.). Ce sont ces engagements qui l’amenèrent à collaborer avec des acteurs institutionnels étatiques et européens très divers68.

  • 69 The Educationnal Work of the Russian Zemstvos and Towns Relief Committee abroad, Paris, 1928, p. 17
  • 70 Rossiiskij zemsko-gorodskoj komitet, Otčet o dejatel’nosti (fev. 1921-aprel’ 1922), Paris, 1922, pp (...)
  • 71 The Educationnal Work…, op. cit., p. 12.

44L’autre secteur prioritaire de l’action du Zemgor était l’éducation (prosvetitel’noe delo), avec la prise en charge des établissements scolaires de l’émigration. En 1921, il dirigeait et/ou subventionnait 104 établissements dans différents pays d’Europe. En 1927, il en gérait encore 8069. L’animation du réseau scolaire en diaspora ne fut néanmoins qu’une des formes de l’investissement du Zemgor dans le domaine dit « éducatif ». Son ambition visait plus largement à promouvoir la culture en exil par le soutien apporté à la production intellectuelle et artistique des exilés, la création de bibliothèques et de librairies, l’organisation de cycles de conférences, les subventions d’expositions de peinture, etc70. En affichant cet engagement, les « animateurs sociaux » du Zemgor entendaient, certes, faire valoir la présence des élites russes en Europe, mais leur conviction était qu’en misant sur la préservation et le développement de la culture il travaillaient au mieux au maintien de l’identité russe des réfugiés. La valorisation de la culture était perçue comme un défi au déracinement. Seule la vie de l’esprit pourrait, peut-être, écarter le désœuvrement, atténuer le sentiment sinon d’échec du moins d’impasse, faire émerger de nouvelles dynamiques visant au partage et au développement du patrimoine. Le rôle reconnu à la culture (inscrite au titre de l’action sociale et humanitaire) exprimait l’engagement d’intellectuels au service de la société pour lesquels les lumières de la connaissance étaient synonymes d’émancipation. L’action en faveur de « l’éducation », d’abord minoritaire, devint ainsi centrale dans la seconde moitié de la décennie (passant de 21 % du budget en 1921 à 95 % en 192671).

45Les dirigeants du Zemgor ne se contentaient pas de parrainer les initiatives culturelles, ils y contribuaient personnellement. Vadim Rudnev (trésorier du Zemgor), Nicolas Avksentiev (chargé de la commission de placement agricole des réfugiés) étaient membres fondateurs et animateurs de l’une des plus grandes revues de l’émigration : les Annales contemporaines (Sovremmenye zapiski). Alexandre Konovalov, (président du Comité directeur) participa activement au développement du conservatoire russe de Paris. Certains assistaient Paul Milioukov dans l’animation de son journal quotidien: Les Dernières nouvelles (Poslednie novosti). Administrateurs donc, mais aussi politiciens, écrivains, les hommes du Zemgor parisien étaient de riches personnalités dont l’influence s’exerçait dans des domaines très divers. Leurs trajectoires brillantes ne reflétaient cependant pas celles de tous leurs correspondants qui, à Belgrade ou à Sofia, tenaient à bout de bras, la gestion de plus en plus difficile des écoles de l’émigration à la fin des années 1920. L’élite parisienne eut la chance de pouvoir s’appuyer sur la présence de nombreux volontaires, anciens délégués et membres des Zemstvos et des municipalités, qui formèrent la base de cette administration diasporique et l’animèrent durablement dans un quasi anonymat.

Le tournant des années 1930

  • 72 Rossijskago Zemsko-gorodskogo Komiteta pomošči rossijskim graždanam za granicej, bjulleten’, n° 59- (...)
  • 73 Rappelons à ce propos que le Zemgor est l’une des rares organisations de l’émigration qui ait perdu (...)

46Bien que l’histoire du Zemgor ait des spécificités liées à ses domaines d’intervention, son évolution est significative des grandes tendances observées dans l’histoire de l’émigration russe. À commencer par la territorialisation des différents centres de la diaspora que la crise socioéconomique et la fermeture des frontières de la France à l’immigration allaient accentuer. Au tournant des années 1920 et 1930, l’engagement des filiales dans le maintien du réseau scolaire devint la seule activité véritablement « diasporique » du Zemgor, même si, pour l’assurer, il chercha de plus en plus à le transférer aux institutions des États d’accueil. Les correspondances entre le Comité directeur et ses Comités locaux s’estompent à partir du début des années 1930. Le Bulletin de liaison, édité à Paris, et diffusé dans tous les pays de l’exil russe disparaît au cours de la première moitié de cette décennie. Parallèlement à ce retrait diasporique, le Zemgor focalise son action sur la France. Malgré les difficultés financières ses projets restent ambitieux, l’Université populaire qui dispense des cours de formation technique, d’apprentissage du français, etc., compte en 1930 un auditoire de près de 1200 personnes, l’Institut commercial créé en 1929 totalise cette année-là plus de 1200 de cours du soir72. Dans la vie associative en France, l’organisation apparaît à la fin de la décennie comme l’une des plus dynamiques, moins par le développement que par le maintien de ses services73. C’est à l’évidence en France que l’on trouve les traces les plus diverses et durables de son action. Cette territorialisation de son engagement n’en fut pas moins marquée par la pénurie croissante de ses moyens.

  • 74 GARF, f. 9145, op. 1, d. 511, l. 23.
  • 75 Ces bourses étaient attribuées via la commission franco-russe de l’Institut d’Etudes slaves. Ce fut (...)

47Outre l’effacement des actions concernant l’ensemble de la diaspora la deuxième caractéristique de l’évolution de l’assistance fut, avec l’effet de la récession, le retour des formes traditionnelles de la bienfaisance. Celles-ci n’avaient jamais vraiment cessé d’exister mais les grandes organisations d’assistance développaient leurs activités, en premier lieu, grâce aux financements des gouvernements mais aussi des fondations, ou avec les aides (sous formes de prêts) du HCR. La naissance de l’humanitaire moderne résulta précisément de synergies jusque-là inconnues entre les organisations privées, les États et les institutions européennes pour mener des actions de grande envergure. Or, avec le retrait progressif des soutiens, la restauration de pratiques de charité se généralise ; le Zemgor fut par exemple amené à organiser et à gérer les collectes du « vendredi jeûné » (golodnaja pjatnica). Les réfugiés étaient invités à se priver du repas du vendredi midi et à en reverser le montant au profit des nécessiteux. En 1930, le bénéfice de la collecte (147 000,00 frs) fut utilisé pour la création d’un foyer d’enfants à Montmorency74. Vers 1930 encore, le Comité de patronage de la jeunesse russe qui avait jusqu’alors bénéficié des subventions régulières de l’État français pour l’attribution de bourses d’études, institua une « journée annuelle de l’étudiant », organisa « des quêtes au moyen des troncs du Comité central » et multiplia les manifestations (concerts, conférences spectacles, loteries, expositions) au profit des boursiers75. Cette évolution eut néanmoins une incidence positive paradoxale le maintien sinon le développement des manifestations artistiques, littéraires et la confirmation de diverses formes de convivialité qui étaient l’occasion de renflouer les caisses des organismes d’assistance. Les nécessités de l’heure ont ainsi fait de la culture non plus seulement le lieu privilégié du ressourcement individuel, mais une ressource financière possible, indispensable à l’entraide…

  • 76 Ancienne socialiste-révolutionnaire, mère Marie Skobtsov devint moniale au début des années 1930 et (...)
  • 77 Ce nouveau courant fut porté par la revue Novyj Grad (La nouvelle cité), créée en 1931 par Ilya Fon (...)

48Avec la récession apparaissent de nouveaux acteurs sociaux, en particulier dans les milieux ecclésiaux. Les paroisses et leurs pasteurs se mobilisèrent au profit des plus démunis. Figure la plus accomplie de cette évolution, « l’Action orthodoxe », créée à Paris au milieu des années 1930 par mère Marie Skobtsov76. La notoriété de ce centre d’accueil dans l’histoire de l’émigration tient pour beaucoup à la personnalité de sa fondatrice et de son entourage. Cette initiative fut l’expression d’un nouveau courant de pensée et d’action au sein de l’intelligentsia émigrée qui tenta de reformuler les termes d’un christianisme social des temps modernes77. Bien d’autres initiatives en banlieue et en province pourraient être évoquées. Le fait est que, dans cette décennie, l’évolution de la vie communautaire tend désormais à revenir aux formes les plus traditionnelles de la solidarité. Et s’efface ainsi progressivement un encadrement social novateur mais fragile.

49La rétrospective des organes de médiation et d’assistance de l’émigration russe pourrait faire l’objet d’une étude en soi tant le sujet est vaste et encore peu exploré. Mais l’esquisse du processus d’institutionnalisation de l’exil met déjà en évidence plusieurs caractéristiques originales. Dans l’organisation des réfugiés les dirigeants, anciens serviteurs de l’État et politiciens, ont su imaginer un modèle de fonctionnement qui, à l’échelle de la communauté, s’est apparenté à celui d’un service public. Sans avoir pu éviter les travers propres à la vie d’une minorité prise dans une identité politique englobante (l’antibolchevisme) mais fractionnée, le souci de l’intérêt commun demeure l’un des traits dominants des acteurs cette histoire. Le rôle des anciens praticiens de l’État russe dans l’organisation de la collectivité a été ici déterminant. L’existence d’une architecture communautaire alliant représentation et assistance distingue très nettement l’histoire de l’émigration russe de celles des autres groupes étrangers présents sur le territoire français.

50Après les premières années d’exil marquées par la nécessité de répondre aux situations d’urgence, l’action humanitaire s’est orientée vers le développement de l’activité culturelle. Le Zemgor illustre cette évolution, observable dans maintes associations de l’émigration. Les animateurs sociaux, représentants de l’intelligentsia russe pré-révolutionnaire, ont ici joué un rôle essentiel en redonnant force et fierté à l’image que le réfugié pouvait avoir de lui-même. Ils ont, d’une certaine manière, contribué à faire exister le mythe d’une « émigration d’exception » en amenant le plus grand nombre à s’identifier à ses élites et en lui proposant ainsi un modèle social de comportements et d’aspirations.

Notes

1 Sur de la diplomatie russe après la Révolution d’Octobre, cf. N. Tongour, « Diplomacy in Exile : Russian Emigration in Paris, 1918-1925 », PhD, Stanford University, 1979 ; E. M. Mironova, « Diplomatičeskie predstavitel’stva beloj rossii v epohu revolucij, graždanskoj vojny i êmigracij » Diaspora, vol. VI, 2004, pp. 89-133 ; O. V. Budnickij, « Soveršenno lično i doveritel’no » B. A. Bahmetev-V. A. Maklakov perepiska, (1919-1951), T. I, (Introduction), Moscou, Rosspen, 2001, pp. 5-114.

2 P. Anderson, No East or West, Paris, Ymca-press, 1985.

3 Nous nous bornons, dans ce chapitre, à présenter quelques-unes des solutions choisies par les gouvernements européens. Malgré son importance comme pays d’accueil des réfugiés, le cas allemand n’est pas abordé en raison de sa complexité, liée aux différents rebondissements intervenus entre 1918 et 1925 dans la situation des réfugiés russes dans le pays. Cf. à ce propos, Robert C. Williams, Culture in exile, Russian Emigrés in Germany 1881-1941, Ithaca/New York, Cornell University Press, 1972 ; K. Schlögel (ed.), Russische Emigration in Deutschland 1918 bis 1941 : Leben im europäischen Bürgerkrieg, Berlin, Akademie Verlag, 1995. Sur les modes de représentation des Russes dans d’autres pays comme la Finlande, cf. K. Schlögel (dir.), Der Grosse Exodus. Die Russische Emigration und irhe Zentren, 1917 bis 1941, Munich, C. H. Beck, 1994.

4 O. Kaznina, Russkie v Anglii. Russkaja êmigracija v kontekste russko-anglijskih literaturnyh svjazej vpervoj polovine XX veka, Moscou, Nasledie, 1997.

5 I. Savicky, « Pražskij Zemgor : Sozdanie Čehoslovackogo pravitel’stva ? », Cahiers du monde russe, vol. 46/4, oct.-dec. 2005, pp. 777-795.

6 V. A. Tecemnikov, « Rossiskaja êmigracija v Jugoslavii » Voprosy istorii, 1988, 2, pp. 128-130.

7 Les sommes qui lui étaient attribuées étaient fixées tous les six mois en Conseil des ministres.

8 À l’instar de la France, les États-Unis ont maintenu (jusqu’en 1922) les représentations diplomatiques russes.

9 Jean-Jacques Becker et Serge Berstein, Histoire de l’anti-communisme en France, 1917-1940, Paris, Orban, 1987.

10 La bibliographie relative à la personnalité et à l’activité de V. A. Maklakov est relativement importante, cf. O. Budnickij, op. cit. ; G. Adamovic, Vassili Alekseevič Maklakov, politik, jurist, čelovek, Paris, 1959 ; Michael Karpovitch, « Two types of russian liberalism : Maklakov and Milioukov », Continuity and change in Russian and Soviet thought, Ernest J. Simmons (dir.), Cambridge Mass., Harvard University Press, 1955. Rappelons que les archives personnelles de V. Maklakov ont été déposées dans les fonds russes des archives de l’institut Hoover (université de Stanford) que nous n’avons pu consulter. Les archives de l’Office central des réfugiés russes qu’il dirigea à partir de 1924 contiennent principalement les dossiers et fichiers de réfugiés et ne comportent que quelques correspondances et mémorandum de son directeur. Quant aux archives de l’ambassade russe de France conservées au GARF, elles ne rassemblent que des correspondances administratives, en partie citées dans cet ouvrage.

11 Cette affaire, considérée par certains comme « l’affaire Dreyfus russe », concernait un Juif accusé d’avoir assassiné un enfant à des fins rituelles. Elle suscita un fort mouvement d’opinion, témoignant de la virulence des sentiments antisémites dans le

12 Dans les nombreuses correspondances du ministère des Affaires étrangères qui lui furent adressées, V. Maklakov était toujours désigné par « son excellence », GARF, fonds 6851, op. 1, d. 7, Rossiskoj posolstvo v Pariže, 1918-1926.

13 Cf. Sophie Cœuré, Images de la Russie soviétique dans la culture politique française, thèse de doctorat d’Histoire sous la dir. de Jean-Jacques Becker, Université de Paris X, juin 1995.

14 John H. Simpson, The refugee problem. Report of a survey, Londres, Oxford university Press, 1939, p. 300.

15 Les autres organismes existants, comme le Comité polonais d’émigration, étaient reconnus par le gouvernement français dans le cadre de conventions passées avec l’État d’origine.

16 Selon la définition retenue en 1922.

17 Ce système resta en vigueur même après la création de l’OFPRA comme l’indiquent certains dossiers des années 1950.

18 Jusqu’alors, en effet, les certificats qu’il délivrait étaient reconnus par l’administration française mais n’avaient pas de valeur devant les tribunaux français, « Mémorandum des juristes russes », Conventions et règlements relatifs aux réfugiés, Paris, Imprimerie nationale, 1928.

19 Aleksandr Stupnickij, « Juridičeckij statut’ russkih êmigrantov vo Francii », Russkie vo Francii, Paris, 1937, p. 10.

20 La commission préconisait en effet la nomination d’un délégué de Genève (et les Russes espéraient pouvoir faire nommer l’un de leurs représentants à ce poste). Or, le gouvernement français nomma en guise de délégué un administrateur français.

21 Certaines correspondances conservées au Centre des Archives russes de Leeds mentionnent le projet de créer un institut consacré à l’histoire et à l’étude des émigrations politiques, projet élaboré à l’initiative de M. Paon. Néanmoins, nous n’avons pas trouvé d’autres traces d’une telle initiative (je remercie ici Richard Davies, directeur des archives russes de Leeds de m’avoir communiqué ces documents).

22 Archives FMN, C 1399, R 402/8/22/2.

23 Rappelons que les organisations russes percevaient 40 % des bénéfices, contre 10 % pour les deux comités de réfugiés arméniens, les 50 % restant étant dévolus au fonctionnement de l’Office Nansen à Genève. Cf. à ce propos des nouveaux arrangements entre le HCR et l’OCRR « Raspredelenie Nansenovskogo sbora », Poslednie Novosti, 28 janvier 1936, qui revient longuement sur ces dispositions.

24 Jean-Charles Bonnet, Les pouvoirs publics français et l’immigration dans l’entre-deux-guerres, Centre d’histoire économique et sociale de la région lyonnaise, Lyon, 1976. Rappelons, au risque de l’anachronisme, que la réforme sur le droit d’asile du 1er janvier 2004, attribue désormais non plus la seule tutelle sur les réfugiés au ministère des Affaires étrangères mais institue une co-tutelle avec le ministère de l’Intérieur et ce dans le contexte de nouvelles dispositions restreignant l’accès au droit d’asile.

25 Archives OCRR (papiers divers), Mémorandum de V. Maklakov à propos des ex-citoyens soviétiques, exposé des motifs (non daté). Bien que les archives de l’OCRR n’aient conservé que quelques correspondances de V. Maklakov (leur présence paraissant d’ailleurs surtout redevable à un certain laxisme dans le classement des archives administratives), celles-ci concernent plus particulièrement la fin des années 1930. Il existe, par un exemple, un volumineux dossier concernant l’application du service militaire aux réfugiés russes. Celui-ci fut décidé en 1937 en forme de réciprocité. D’après le communiqué du 10 juin 1937, les réfugiés devaient accomplir leur obligation militaire et se trouvaient, en échange, soustraits aux limitations concernant les étrangers sur le marché du travail. Mais ce dernier aspect de la disposition ne fut pas retenu dans les circulaires ultérieures du ministère de l’Intérieur, ce qui entraîna des courriers répétés de contestation du directeur de l’OCRR, jusqu’au déclenchement des hostilités.

26 Voir 1re partie, chap. III.

27 Parmi les dossiers conservés dans les archives de l’OCRR est distinguée une série G, celle des contentieux qui comporte environ 4 000 dossiers individuels (portant pour l’essentiel sur les années 1930). L’analyse de ces dossiers s’avère néanmoins peu satisfaisante. En effet, s’ils font apparaître le rôle joué par l’OCRR auprès du ministère, ils ne fournissent en revanche pas d’éléments sur l’issue du litige. Ainsi, il est impossible de connaître la suite donnée aux mesures d’expulsion après l’intervention de Maklakov qui généralement clôture les dossiers. Soulignons également que le motif de l’expulsion est loin de toujours figurer dans les dossiers.

28 L’histoire du Comité d’émigration fut présentée synthétiquement par P. Kovalevskij (Zarubežnaja Rossija, Paris, Librairie des cinq continents, 1971), mais n’a pas fait jusqu’à présent l’objet de recherches spécifiques. Bien des aspects de son activité restent ainsi à explorer.

29 Le gouvernement français avait reconnu le gouvernement de Russie du Sud en mai 1920. Cependant dès après l’évacuation de l’Armée Wrangel, A. Briand exigea la dissolution des armées blanches et s’adressa au Conseil des Ambassadeurs pour qu’il fasse pression dans ce sens et impose son autorité sur l’ensemble de l’émigration. Cf. à ce sujet la correspondance entre Maklakov et Bahmetev, op. cit. ; R. Robinson, The White Russian Army in Exile, Oxford, Clarendon Press, 2002.

30 R. Robinson, « Zemgor and the Russian Army in exile », Cahiers du monde russe, vol. 46/4, oct.-dec. 2005, pp. 737 ; O. V. Budnickij, « Dyplomaty i den’gi », Diaspora, vol. IV, 2002, pp. 457-508.

31 Ainsi, parmi les représentants de la droite au premier directoire du comité d’émigration figurait V. N. Kokovcov, ancien ministre des Finances (1904-1914) et président du Conseil des ministres du dernier gouvernement tsariste, mais aussi V. D. Kuz’min-Karavaev, juriste traditionnellement affilié au camp libéral qui mena une importante activité dans les zemstvos en Russie, se fit connaître par ses plaidoyers pour l’abolition de la peine de mort, devint en émigration un animateur social de premier plan, par ailleurs collaborateur aux Dernières Nouvelles, le quotidien de P. Miliukov. A. I. Serkov, op. cit., p. 442.

32 En ce qui concerne les procédures de représentation, le principe adopté était fonction de la taille des associations. Celles qui comptaient de 25 à 75 membres bénéficiaient d’une voix, celles qui en comptaient jusqu’à 150 avaient deux voix…, celles qui en comptaient plus de 500, en avaient 5. Collection Bakhmetieff, f. P. E. Kovalevskij (secrétaire du comité russe des organisations unies de 1924 à 1933), box 15, doc. 112.

33 V. Rudnev, « Emigrantckij Komitet v Pariže », Rossijskago zemsko-gorodskogo komiteta pomošči Rossijskih graždanam za granicej, Bulletin n° 55, 15 décembre 1929, p. 22 et sq.

34 P. Kovalevskij, op. cit., p. 24.

35 En 1926, 446 sociétés diverses s’occupant des immigrés avaient été répertoriées par le ministère de l’Intérieur dont 138 étaient polonaises, 126 italiennes et 96 russes (G. Mauco, Les étrangers en France et leur rôle dans l’activité économique, Paris, Payot, 1932, p. 513).

36 L’analyse de cette évolution peut être effectuée, partiellement du moins, à l’appui de la grande enquête réalisée sur l’émigration russe par les renseignements généraux français consécutivement à l’assassinat du présent Doumer par l’émigré Gorgouloff (archives de la préfecture de police de Paris, fonds. 7023 K). Les multiples fiches établies sur chacune des associations sont néanmoins très inégales, certaines retraçant très exhaustivement leur profil (date de création, nombre d’adhérents, type d’activité…), d’autres ne mentionnant que quelques informations très générales.

37 En 1933, celles ci comptaient respectivement 165, 200 et 67 membres (archives Bakhmetieff, f. E. P. Kovalevskij, box 15, analyse des réponses reçues à la circulaire du 15 nov. 1932).

38 Ibid. Le nombre d’adhérents à la caisse mutuelle des ouvriers russes n’est pas indiqué.

39 P. Robinson analyse ce déclin en particulier à travers l’amoindrissement des adhésions au ROVS, op. cit. p. 99 et sq.

40 De même que les associations de vétérans de l’armée blanche se déclinaient sous de multiples aspects (localisation en France, grades occupés dans l’armée, régiments d’affectation, premiers lieux d’exil, comme les anciens de Gallipoli, etc.), les associations des combattants de la Première Guerre se multiplièrent sur les mêmes principes. Il existait ainsi une association spécifique pour les officiers invalides, les soldats invalides, etc. Archives Bakhmetieff, f. Kovalevskij, dossier RKOO, 1935-1939, et cf. également Archives de la préfecture de police de Paris, f. 7023 K 31-66.

41 Il faut signaler néanmoins que malgré les nombreuses traces laissées par son activité, l’histoire de la Croix-Rouge russe demeure relativement mal connue. Les archives de cette organisation n’ont pas été, jusqu’à ce jour, localisées.

42 E. P. Kovalevskij, op. cit., p. 24.

43 GARF, f. 5971, op. d. 4. l. 12-15. Cette décision de compromis fut prise en partie sous la pression du gouvernement français qui exigeait, comme cela a été souligné, la dissolution de l’armée blanche et la prise en charge de l’action humanitaire par des organisations démocratiques ou, comme dans le cas de la Croix-Rouge russe, traditionnellement dévolues à l’humanitaire.

44 Rossijskoe obščestvo Krasnago Kresta, Otčet o dejatel’nosti Glavnago Upravlenjia i mestnyh Predstvitel’stv za granicej po 1-ijulja 1922, Paris, 1922 ; Rossijski Zemsko-gorodskoj komitet. Otčet o dejatel’nosti (Fevral’1921-Aprel’1922), Paris, 1922.

45 Ces fonds comprenaient notamment « l’or de Kolčak ». L’histoire de ce fonds commence à l’automne 1917, lorsque le gouvernement provisoire décida de transférer environ la moitié de la réserve d’or de l’État à Samara et Saratov. À la suite de nombreuses péripéties une grande partie de cet or se trouva entre les mains de l’Amiral Kolčak qui décida de le transférer dans des banques étrangères pour servir de garantie aux emprunts de son gouvernement. O. Budnickij, « Diplomaty i den’gi, art. cit., « Diplomaty i den’gi, Nacional’nyj fond », Diaspora, vol. V, pp. 283-332. Il s’agit là de la première recherche d’envergure sur les financements de l’émigration.

46 Ces accusations provinrent même du Conseil des Ambassadeurs ; cf. à ce sujet, O. Budnickij, « Soveščhanie rossijskih poslov v Pariže i Zemgor : den’gi i politika », Cahiers du monde russe, vol. 46/4, oct.-dec. 2005, pp. 699-717.

47 GARF, f. 6094, op. 1, d. 12. État du budget de la Croix.Rouge Russe pour l’année 1933 (en russe)

48 Financial report of the russian Zemstvos and Towns Relief Committee for 1927, Paris, SD, p. 10-11 ; Financial report of the russian Zemstvos and Towns Relief Committee for 1928, Paris, SD, p. 10-11 ; Ces rapports signalaient des aides reçues par les filiales locales qui purent, elles, bénéficier de financements gouvernementaux pour leur fonctionnement mais les comptes rendus ne précisaient pas l’origine de leurs soutiens.

49 GARF, fonds Gul’kevič (6094, op. 1) en particulier d. 41-52, 67, 75, 82, 103.

50 Certains documents indiquent qu’outre le problème de cumul des mandats, les réserves de Maklakov étaient fondées sur l’entrée de l’URSS à la SDN. Archives Bakhmetieff, f. Kovalevskij, box 15, d. RKOO, 1935-1939, en particulier Lettre de Šilov à Kovalewski, du 17 septembre 1935.

51 Ibid., Minutes de la réunion du Conseil du RKOO du 19 octobre 1935. Ce compromis, à en croire Aleksinskij, fut élaboré par B. Nol’de qui en convainquit Maklakov.

52 Ibid., Les organisations russes du CCOP étaient alors les suivantes : Conseil des anciens ambassadeurs, OCRR, Bureau pédagogique russe à l’étranger, Union des médecins russes à l’étranger, Union des avocats russes, Union des invalides russes, Société de la Croix-Rouge russe, Zemgor (comité directeur), Zemgor (association locale de France), Commission pour l’étude de la condition des réfugiés russes, Comité de patronage de la jeunesse universitaire russe.

53 Ibid. Sur les voix des 11 organisations russes représentées au CCOP, 6 se portèrent sur Rubinstein, 3 sur Maklakov (avec Rubinstein comme membre suppléant) et 2 sur Aleksinskij.

54 Cf. à ce propos les nombreux articles de Vozroždenie qui, selon le quotidien Poslednie Novosti (24 novembre 1935), lança « la campagne des centuries noires » et fut, de fait, la grande tribune de l’opposition à Rubinstein (10/10/1935, 13/10/1935, 25/10/1935, 21/11/1935, 23/11/1935, 30/11/1935…). La polémique reprit à diverses périodes de l’année 1936 (cf. notamment Vozroždenie du 21/04/1936).

55 Archives Bakhmetieff, f. Kovalevskij, box 15, dossier RKOO, 1935-1939, Protocole de l’Assemblée générale du comité d’émigration du 28 juin 1936 tenue à l’hôtel Lutetia. Le comte Kokovcov ajoutait qu’il était bien conscient qu’une telle prise de position risquait de nuire à sa réélection au présidium du comité. De fait il n’obtint que 389 voix contre 440 en moyenne pour les autres candidats du RKOO.

56 R. Philippot, Société civile et État bureaucratique dans la Russie tsariste. Les zemstvos, Cultures et sociétés de l’Est, IES, 1991. M. Mespoulet, Statistique et révolution en Russie. Un compromis impossible (1880-1930), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2001.

57 T. I. Polner’, Žiznennyj put’ knjazja G. E. L’vova, Paris, 1932, p. 139 et sq.

58 O. Pichon-Bobrinskoy, « Action publique, action humanitaire pendant le premier conflit mondial : les zemstvos et les municipalités » Cahiers du monde russe, vol. 46/4, oct.-dec. 2005, pp. 673-698.

59 Au cours de la guerre civile, les membres des Zemstovs et des municipalités s’engagèrent auprès des différents centres de résistance aux Bolcheviques mais leur rôle n’a pas fait jusqu’à aujourd’hui l’objet d’une étude et ce pan d’histoire demeure largement méconnu.

60 G. E. L’vov avait été président du directoire du Zemstvo de Toula au début du siècle. Durant la guerre il fut délégué général de l’Union des Zemstvos d’aide aux malades et blessés de guerre, puis président du gouvernement provisoire de mars à juillet 1917.

61 Ce département s’occupait plus particulièrement du suivi des différentes colonies agricoles créées par les réfugiés dans le Bosphore.

62 Ces filiales étaient localisées en France, Grande-Bretagne, Allemagne, Finlande, Estonie, Lettonie, Lituanie, Tchécoslovaquie (mais financé par l’État tchécoslovaque, le Zemgor de Prague fonctionna de façon quasi indépendante du Comité directeur), Pologne, Suisse, Yougoslavie, Bulgarie, Turquie, Egypte, île de Chypre, Grèce.

63 GARF, f. R-5780, op. 1, d. 1, 3, 13.

64 Archives SDN, FMN, C 1437, Rr 404/3/22/1.

65 70 bulletins environs furent publiés jusque vers le milieu des années 1930 (il est impossible cenpendant de savoir si la collection déposée aux Archives russes de Leeds est complète). Lors de la grande querelle qui éclata à propos de l’élection de Rubinstein auprès de l’Office Nansen, le Zemgor fut à nouveau accusé d’absence de transparence dans la gestion de ses fonds… (Vozroždenie, 28 janvier 1936, 8 mars 1936).

66 Les archives russes de Leeds contiennent, semble-t-il, l’essentiel des rapports rédigés par les filiales du Zemgor ainsi que le bulletin de la commission financière du Comité directeur, ces sources permettant d’envisager une recherche sur l’activité diasporique du Zemgor.

67 E Serapionova, « Otnošenija Pražskogo i Parižskogo Zemsko-gorodskih komitetov », Cahiers du monde russe, vol. 46.4, oct-dec. 2005, pp. 797-816.

68 L’organisation des migrations mit notamment le Zemgor en relation très étroite avec les agents locaux du BIT, créant par ce biais de véritables réseaux. Il est intéressant cependant de noter qu’à l’échelle genevoise, les rapports entre la direction du Zemgor et celle du BIT restèrent toujours distants. Se confiant à Marcel Paon, Albert Thomas déclarait clairement : « j’ai une assez grande expérience des relations avec les Russes. Nous ne serons jamais assez prudents. Sur tout il y a nécessité de montrer en toutes circonstances notre souci de coordination et de bon ordre. Ce sont des qualités qu’ils ignorent », Archives SDN, FMN, C 1411 R 405/2/22/1, lettre du 19 mars 1925.

69 The Educationnal Work of the Russian Zemstvos and Towns Relief Committee abroad, Paris, 1928, p. 17.

70 Rossiiskij zemsko-gorodskoj komitet, Otčet o dejatel’nosti (fev. 1921-aprel’ 1922), Paris, 1922, pp. 26, 32 & sq.

71 The Educationnal Work…, op. cit., p. 12.

72 Rossijskago Zemsko-gorodskogo Komiteta pomošči rossijskim graždanam za granicej, bjulleten’, n° 59-60, (mai 1930) pp. 13-16.

73 Rappelons à ce propos que le Zemgor est l’une des rares organisations de l’émigration qui ait perduré jusqu’à nos jours. Après la Seconde Guerre mondiale, il a concentré son action sur les vieux réfugiés (gestion d’une maison de retraite), tout en parrainant différentes actions en faveur de l’enfance, de la dissidence soviétique, etc.

74 GARF, f. 9145, op. 1, d. 511, l. 23.

75 Ces bourses étaient attribuées via la commission franco-russe de l’Institut d’Etudes slaves. Ce fut là un des rares soutiens prodigués par l’État à l’égard des réfugiés en France. Le rôle des quêtes dans le budget du Comité de patronage de la jeunesse russe est sans équivoque. Dans le récapitulatif des recettes enregistrées de 1922 à 1932, la ligne provenant de collectes reste vierge jusqu’en 1929, et représente près de 10 % des recettes pour l’année universitaire 1931-32 (105 700,00 frs). De même les recettes provenant de diverses manifestations qui s’élevaient en moyenne à 20 000,00 frs jusqu’au milieu de la décennie, atteignent 100 000,00 frs en 1931-1932. L’œuvre du Comité central de patronage de la jeunesse universitaire russe à l’étranger, Paris, 1932, pp. 20-21.

76 Ancienne socialiste-révolutionnaire, mère Marie Skobtsov devint moniale au début des années 1930 et dédia le reste de sa vie à l’assistance aux Russes nécessiteux et, pendant la guerre, aux Juifs traqués. Elle disparut en déportation. Cf. la biographie de Hélène Arjakovsky-Klépinine, Mère Marie Skobtsov, Le Sacrement du frère, Paris, Le Cerf, 2001.

77 Ce nouveau courant fut porté par la revue Novyj Grad (La nouvelle cité), créée en 1931 par Ilya Fondaminsky (qui participa également à l’Action Orthodoxe) à laquelle contribuèrent plusieurs intellectuels renommés à commencer par le philosophe Nicolas Berdiaev.

© CNRS Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

Offert par