Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’exil russe

 | 
Catherine Gousseff

Troisème partie : Entre l’asile et l’exil : les fondements d’une distinction

Chapitre 9. L’exil institué : médiations et assistance communautaires

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans l’histoire de l’émigration russe plusieurs « centres » ont eu dans l’entre-deux-guerres une particulière visibilité, Belgrade a été le bastion de l’état-major des armées blanches, Prague le haut lieu de la vie académique émigrée. Mais c’est Paris qui apparaît comme « la » capitale de la diaspora tant par le dynamisme de sa vie culturelle que par la diversité des milieux qu’elle a accueillis. Ceci est connu, mais l’est moins son rôle déterminant dans l’organisation communautaire. C’est à Paris que se localisent les principaux organismes de représentation politique de l’émigration (le Conseil des Ambassadeurs) et d’assistance (Comités directeurs du Zemgor et de la Croix-Rouge russe). La concentration à Paris des porte-parole de la « Russie en exil » et des dirigeants de l’aide humanitaire induisit dans l’organisation associative une hiérarchisation et une réglementation des fonctionnements qui l’ont rapidement fait apparaître comme une véritable « institution de l’exil ».

Nous avo...

© CNRS Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540