Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Espace et sacré au Sahara

 | 
Abderrahmane Moussaoui

Seconde partie. Les logiques du sacré : mémoire et histoire

Chapitre VII. La géographie du sacré

Texte intégral

1Depuis Ptolémée, nous savons que la géographie est une représentation de la Terre à petite échelle, mais une représentation très sélective. Au nom de la lisibilité, seuls certains éléments sont jugés dignes de figurer sur la carte. Beaucoup d’autres sont négligés. On signale une ville et on oublie telle autre, l’estimant de moindre importance. On signale telle montagne ou tel fleuve, tout en omettant tel autre accident topographique.

2La géographie du sacré, elle, a sa propre vision. Elle est une représentation où ce qui importe en premier, c’est le lieu où le sacré se love. C’est une theôria (« vision ») qui embrasse la Terre entière et où la région n’en est qu’une partie.

3Une telle optique est foncièrement opposée à la thèse environnementaliste, qui ne voit dans les établissements humains que la conséquence d’une démarche utilitaire. Elle explique tous les choix de sites, en l’occurrence ceux des oasis, par la contrainte écosytémique. Tel lieu est choisi parce qu’il offre telles commodités.

4A cette façon de voir, on peut objecter : Mais pourquoi alors chercher à s’établir là où l’espace est le plus contraignant ? Autrement dit, une telle logique voudrait que les habitants à la recherche d’un site favorable ne viennent dans ces contrées qu’une fois épuisées toutes autres possibilités – ce qui est loin d’être le cas.

  • 1 Voir à ce propos R. et M. Cornevin, Histoire de l’Afrique des origines à la Deuxième Guerre mondia (...)

5Un des arguments les plus usités est celui de la rareté de l’eau, qui conditionne tout le reste. En effet, la contrainte hydrique est importante dans le choix des sites et l’organisation de l’habitat, mais pas de façon nécessairement et absolument déterminante. Les autochtones ont habité les mêmes lieux depuis la période de la plus grande humidité du Sahara (7500 à 5000 av. J.-C). Il semble que la région qui nous occupe aujourd’hui se soit asséchée bien plus tard (vers 2000 av. J.-C) que celle du Tassili à l’est, ce qui a renforcé encore son peuplement par les vagues de migration. Depuis et jusqu’à l’heure actuelle, l’homme vit sur les mêmes sites1. Les chercheurs affirment que l’habitat se situait à cette époque en hauteur (voir N. Marouf, J.-C. Echallier), et que c’est avec l’ère de la foggara que les habitants se seraient déplacés vers le bas. La question est donc : Pourquoi a-t-on habité les hauteurs alors qu’un système d’arrosage capable d’irriguer en altitude permet, a fortiori, d’irriguer les piémonts et partant de les habiter ?

6Quoi qu’il en soit, pour le commun des mortels Gûrârî-s,cette logique ne peut être entendue. Même quand l’eau est déterminante, elle ne l’est que parce que le sacré s’y est manifesté. Sans Sîdî ‘Uthmân, pensent les habitants, il n’y aurait jamais eu la foggara Amghaïer, et donc jamais de ksar de Timimoun. Il serait absurde de considérer qu’une telle attitude mentale est sans retombées sur la conception et l’organisation de l’espace. Elle est un facteur au moins aussi important que l’environnement.

  • 2 Désormais nous distinguons la ville de Timimoun du groupement de ksour qui porte son nom par l’art (...)

7L’aspect éclaté de la fête vient souligner le caractère polycentrique de l’organisation spatiale. Timimoun n’est pas une ville ; elle est, comme le Tinerkouk ou le Deldoul, un ensemble de petites oasis. D’ailleurs, dans l’esprit des habitants, Timimoun désigne le plus souvent le groupe d’oasis situées le long de la sebkha et qui vont de Massine au nord à Béni Mehlal au sud, soit une douzaine de ksour2.

8Mais plus que cela, de tous ces « ensembles urbains » qui forment le Gourara, le Timimoun est au centre géographique et par conséquent devient central dans la liaison entre le nord (Tinerkouk) et le sud (Aougrout). C’est à ce titre que les noms de plusieurs saints lui sont associés, dont deux des plus importants de la région : Sîdî ‘Uthmân et Sîdî Mûsâ, un saint local et un saint régional.

9Sîdî ‘Uthmân, auquel est associée l’histoire de la plus grande et de la plus vieille foggara de Timimoun, est considéré comme le premier saint patron du ksar. L’avènement de Sîdî Mûsâ et l’ampleur de l’importance qu’il prit dans l’imaginaire des habitants de tout le Gourara amènent les habitants de Timimoun à lui aménager une place auprès de leur premier saint patron. Ils en font alors le saint co-patron de Timimoun. La tradition fait prévoir par Sîdî ‘Uthmân l’avènement de Sîdî Mûsâ. Il recommande à son petit-fils de lui remettre les clés de la cité, le moment venu. Ainsi, la communauté fera admettre à Sîdî Ahmad u ‘Uthmân, contemporain de Sîdî Mûsâ, une « cohabitation » pacifique.

10Comment justifier ce co-patronage ? Timimoun a besoin d’un protecteur la nuit et d’un autre le jour, répond la tradition. Elle est devenue si importante qu’un seul saint ne peut, à lui seul, protéger ses habitants la nuit et veiller sur ses diverses activités le jour. On ne saurait mieux signaler l’importance et le caractère central d’une ville.

11Dans pareille vision, ce sont notamment les saints qui ponctuent la géographie. Sîd al-Hâj Balqâsam, nous disait un informateur, a déclaré un jour : « Les gens balisent la route du hajj par des pierres, moi je la balise par les cadavres de mes enfants. » Il faut entendre par là aussi bien les fils du cœur (qalb) que ceux du rein (çalb). Ce sont les signaux et les poteaux indicateurs d’une présence. La frontière n’est plus une ligne, mais un signe qui rayonne. Les endroits où ils ont vécu et ceux où ils sont morts deviennent des sanctuaires, des lieux (maqâm-s). Souvent, seul leur esprit suffit à ériger l’endroit en lieu. La présence, par exemple, du sanctuaire de Sîdî ‘Abd al-Qâdar al-Jilâlî, le saint patron de Bagdad, signe l’appartenance de l’espace. Les zâwiya-s qui se retrouvent aux quatre coins du Maghreb signalent aussi une présence, celle de leurs fondateurs.

12Une telle vision est autrement ordonnatrice. A travers le saint se constitue en effet un réseau de relations, car les vertus d’un saint, quand elles sont admises, ne sécrètent pas que du respect envers l’homme, elles suscitent aussi des élans physiques et émotionnels envers les lieux qu’il a habités et les hommes qui se réclament de lui. Chaque point d’où part un saint devient le point de départ d’une arborescence qui finit par relier tous les points de la terre dignes de l’être. Le reste, l’autre partie du monde, c’est la terre de la perdition, le domaine de l’indifférencié et du magmatique.

13En collant étroitement aux vies de saints, on reconstitue les lieux habités et leur hiérarchie. On peut ainsi dessiner de proche en proche la terre de l’Islam (dâr al-islâm), les itinéraires et les lieux d’origine de saints permettent de retracer le maillage du monde musulman. Autour d’un point comme Timimoun se démultiplient tel un faisceau des lignes allant vers Tadla, Marrakech, Fès, Le Caire, Tunis et bien sûr La Mecque.

14Si nous venions à cartographier ce monde des saints, nous constaterions que les villes métropoles sont celles qui abritent les sépultures les plus importantes en quantité et en qualité.

LE GOURARA DE LA FÊTE

15Une fête avec pareille ubiquité constitue le liant entre les diverses parties d’un tout apparemment éclaté. Quand on observe le tracé des parcours effectués par chaque groupe, on ne peut s’empêcher de penser à une sorte de cordage qui assemble des parties en établissant des nœuds là où le risque de disjonction est présent. Les nœuds sont d’autant plus apparents là où le risque de disjonction est plus grand ; c’est-à-dire chaque fois que l’on passe d’une zone relativement homogène à une autre. Ainsi en est-il quand on quitte le Tinerkouk et qu’on atteint Ouled Saïd, nous sommes à une autre frontière ; la même chose se produit quand on arrive à Massine – on est à la porte du Timimoun – et enfin quand on arrive à Zaouiet Sid El Hadj Belqacem où toutes les différences se rencontrent pour se fondre dans un même espoir d’unité.

  • 3 Sidi ‘Abbâd b. M’hammad est ce célèbre disciple de Sîd al-Hâj Balqâsam qui, ne sachant ni lire ni (...)

16Il en va de même pour les groupes qui partent d’Ajdir et de Ouled Aïssa. Ces groupes font un premier « nœud » au niveau de Ouled Aïssa, devant le walî Sîdî Abbâd3. La cérémonie n’est pas vigoureusement marquée, car elle réunit des populations déjà fort rapprochées. Il en est ainsi également des groupes provenant de Messahel et d’El Ouajda, leur rencontre mutuelle se faisant tout naturellement et sobrement.

17Cependant, le groupe de Zaouiet Sid El Hadj Belqacem prend la précaution de partir la veille du sbû‘ pour établir le premier lien avec les habitants de Massine, qui sont à l’autre extrémité du Timimoun. Il y rencontre également les pèlerins en provenance du Tinerkouk.

18Le grand « nœud », le plus important, car il doit réunir tout le monde, se fait bien sûr le jour même du sbû‘ dans la zâwiya de Sîd al-Hâj Balqâsam. Ces nœuds qui marquent les lieux emblématiques des sous-régions donnent l’occasion à chaque ksar de célébrer d’abord son saint local, mais tous célèbrent, ce jour-là, les grands saints du panthéon gûrârî : Sîdî Mûsâ, Sîdî ‘Uthmân, Sîd al-Hâj Bû M’hammad et Mûlây at-Tayyab, mais aussi Sîdî Brâhîm (Ouajda), Sîd Ahmad u Yûsaf (Massine), Sîdî Abbâd (Ouled Aïssa), Sîdî Ahmad Bûbakkar et Sîdî Bûbakkar (Ouled Saïd), Sîdî Yadda (Messahel), Sîdî ‘Abd Allâh (Ouled Ayyach du Tinerkouk), Sîdî Ahmad u ‘Uthmân et Sîdî Bû Ghrâra (Timimoun).

19C’est Sîd al-Hâj Balqâsam qui prend la place la plus importante, parce qu’incitateur et maître des autres. Rappelons-nous qu’à son arrivée Sîdî Mûsâ était déjà mort, ce qui explique que, n’ayant pas été contemporain de l’institutionnalisation du mawlid, il n’ait pu jouer un rôle manifeste dans le cérémonial. Il est néanmoins présent.

20Ces étendards réunis, au-delà des saints qu’ils symbolisent, représentent les ksour dont ces saints sont les patrons. Les villages et les ksour du Gourara apparaissent alors comme des « propriétés » privées de saints. Les toponymes, inspirés des noms des saints hommes, le révèlent : Zaouiet Sid El Hadj Belqacem, Béni Mehlal, Zaouiet Sidi Aoumeur, Zaouiet Sidi Abdallah, El Hadj Guelman.

21Quand le ksar ne porte pas le nom de son saint patron, la légende est là, présente dans les mémoires, pour le rappeler. C’est très volontiers qu’on vous racontera la légende de fondation, au Tinerkouk, de Tabelkoza par Sîd al-Hâj Bû M’hammad ; à Tasfaout, celle de Sîdî Mûsâ ; à Ouled Aïssa, celle de Sîdî ‘Abbâd ; à El Ouajda, celle de Sîdî Brâhîm, etc. Lien ombilical entre l’espace et son habitant, la légende viendrait-elle à manquer qu’elle se verrait suppléer par la fête patronale, appelée ici « visite » (ziyâra). Chaque ksar organise une fois l’an, au moins, une fête en l’honneur de son saint patron. Parfois, les habitants du ksar en organisent d’autres en l’honneur d’autres saints dont ils se réclament et qui sont enterrés dans l’enceinte du ksar ou à ses abords.

22La hiérarchie des saints évoque la hiérarchie des agglomérations. Aujourd’hui, cette antique hiérarchie est rétablie l’espace d’une commémoration. Éclipsés par l’importance prise par la localité de Timimoun en tant que chef-lieu, les petits ksour de Massine et de Zaouiet Sid El Hadj Belqacem reprennent leur place d’hier lors du mawlid, l’espace d’une fête. C’est la manière qu’a choisie l’ordre anthropologique pour se rebeller contre le pouvoir officiel et centralisateur. Timimoun, capitale coloniale et ensuite chef-lieu de l’indépendance, monopolise le pouvoir depuis presque un siècle. Elle n’a pour autant réussi à effacer de la mémoire locale ni l’importance de Tabelkoza, enfoui dans les dunes du Tinerkouk, ni les splendeurs passées de Ouled Saïd. Les deux localités, autrefois grandes maisons spirituelles, continuent à le dire à l’occasion de chaque mawlid.

23La fête bouscule toutes les hiérarchies spatiales. Croire et dire que la participation à sept reprises au mawlid de Timimoun (Timimoun désigne ici toute la région du Gourara) équivaut à un pèlerinage à La Mecque est significatif à plusieurs titres : c’est souligner la centralité topologique de La Mecque ; c’est s’inscrire dans la logique de l’Islam ; cela veut dire également que l’on érige Timimoun en terre sacrée et en capitale (de substitution) de l’Islam.

24Néanmoins, la fête montre également que ces cités-zâwiya-s ont été des sortes de métropoles ouvertes transcendant le local, aussi bien dans leur commerce d’ici-bas que dans leurs croyances spirituelles. Affiliées à des confréries lointaines, elles ont également été branchées sur des marchés lointains. Chaque localité avait sa zâwiya et sa confrérie d’affiliation. L’ordre de la taybiya est certes le plus répandu, mais on rencontre également la shîkhiya, la karzâziya, la ziyyâniya. Ainsi, chaque localité était, pour ainsi dire, jumelée d’abord à la localité de la zâwiya mère, mais aussi à toutes celles où l’ordre était représenté. Un adepte de la taybiya, qu’il soit de Timimoun ou d’Oran, ne peut ignorer Dâr adhmâna, la maison mère de Ouezzane ; et, quand l’un ou l’autre se déplace, son premier réflexe est de rechercher, dans sa ville de passage, la zâwiya de son affiliation.

25Par la présence dans son territoire de ces confréries, le Timimoun (et tout le Gourara) se trouve relié à d’autres cités plus ou moins lointaines. En termes contemporains, plusieurs petits ksour du Gourara se trouvent ainsi activement présents dans un vaste réseau urbain dépassant souvent les frontières des pouvoirs politiques.

26Avec la shîkhiya, Timimoun est connu dans la petite localité d’El Biodh Sid Cheikh et dans l’ensemble des hauts plateaux du Tell algérien. Elle est connue et reconnue également à Kenadsa, siège de la ziyyâniya, et à Kerzaz, où se trouve la zâwiya mère de la voie karzâziya. Chaque localité, en même temps qu’elle appartient au cercle local du Gourara, circonscrit géographiquement et spirituellement, relève d’autres cercles dont les centres géométriques se trouvent ailleurs. La situation de précarité actuelle de ces cités, avant de signaler leur décadence, confirme la disgrâce de la logique qui les sous-tendait ; cependant, les fêtes viennent, épisodiquement, rappeler la prospérité d’hier et les contraintes des logiques actuelles.

HAGIOGRAPHIE ET GÉOGRAPHIE

27Que disent les légendes de la figure la plus centrale de cet événement : Sîd al-Hâj Balqâsam ?

  • 4 Calât al-ghâ’ib, c’est la prière des morts célébrée le jour de l’enterrement en présence du cadavr (...)
  • 5 Cette légende continue à présent à circuler presque dans les mêmes termes que ceux rapportés par l (...)

« Sîd al-Hâj Balqâsam, originaire d’Egypte, fit ses études à Tadla (Maroc). À la fin de ses études, son maître le congédia en lui recommandant d’errer sur la terre et de se fixer dans la contrée où Dieu était glorifié le plus. C’est à Timimoun qu’il entendit des voix dire : “Ô Maître des vertus (yâ dhû l fdhâil).” Voulant s’y installer, le saint Sîdî Mûsâ de Tasfaout exigea de lui au préalable qu’il passe sous sa jambe ; il refusa et revint voir son maître au Tadla, qui lui dit de repartir pour présider à la prière de la mort de Sîdî Mûsâ. Arrivant sur les lieux, les fils du saint l’attendaient pour célébrer “la prière de l’absent4”.
Sîd al-Hâj Balqâsam vint habiter à Béni Mehlal, dont il fut l’imâm pendant plusieurs années. Un jour, le petit ksar de Béni Mehlal fut attaqué par des ennemis. A l’issue de la bataille, remportée par les habitants de Béni Mehlal, on reconnut parmi les victimes ennemies le propre frère de Sîd al-Hâj Balqâsam. Désolés, les habitants tentèrent d’implorer le pardon de leur imâm. Prévoyant leur geste, à la fin de la prière de al-‘açr (deuxième prière canonique de l’après-midi), il se transforma en oiseau et s’envola par la fenêtre de la mosquée. C’est ainsi qu’il vint s’installer au lieu qui porte aujourd’hui son nom, tout en conservant son amitié aux habitants de Béni Mehlal.
Comme la plupart des saints, il mourut dans la pauvreté totale. Le seul fils qu’il laissa se mit à errer dans la voie de Dieu. Il quitta à son tour la terre de sa naissance pour aller mourir à Kairouan, à l’autre bout du Maghreb. Sa mort fut l’occasion que soit confirmée la sainteté du plus jeune de ses trois fils : Si M’hammad Abdelaziz. Celui-ci, prévenu de la mort de son père, s’en fut chercher son corps et revint avant que ses frères ne terminent de creuser la tombe. Il sera enseveli auprès de son saint père Sîd al-Hâj Balqâsam5. »

28C’est à Béni Mehlal, en effet, que le saint homme va fonder une medersa où il dispensera les sciences théosophiques. Sîdî Bû M’hammad, le saint du Tinerkouk, serait un de ses disciples, avec lequel il aurait fait un pèlerinage à La Mecque en compagnie de Sîd al-Hâj Lahsan, le saint patron de Guentour.

Du symbolique...

29La légende fait venir Sîd al-Hâj Balqâsam de l’Orient (Égypte) pour faire ses études en Occident musulman (Tadla, au Maroc). Il est un homme des deux bords du monde musulman. Comme le soleil, il vient d’Orient et va vers l’Occident. En même temps qu’il signale la polarisation de l’espace, il balise celui-ci.

30La légende montre aussi que la qualité du territoire est en relation avec l’importance du sacré qu’il abrite. Là où le nom de Dieu est le plus présent se trouve la meilleure des terres. L’enracinement du verbe divin est une preuve de l’existence d’un sacré positif.

31Elle témoigne également de ce qu’un territoire peuplé a toujours un patron. Celui-là n’est pas un souverain temporel mais un patron spirituel. En arrivant à Timimoun, terre d’élection, Sîd al-Hâj Balqâsam trouvera Sîdî Mûsâ, déjà là. Il ne peut y demeurer, en tant que chef, qu’après la mort de Sîdî Mûsâ. L’ordre exige un patron et un seul, à l’image de l’unicité de Dieu.

32La légende montre aussi que l’errance est fondatrice. Elle est première. Ce sont les pérégrinations qui construisent le lieu. Elle fait apparaître également le saint comme un maître de l’espace.

  • 6 Voir J. Chelhod, Les Structures du sacré chez les Arabes, Paris, Maisonneuve et Larose, 1964.

33D’autres symboles sont mobilisés, comme celui de l’oiseau qui fait référence à l’âme. En voulant échapper aux habitants de Béni Mehlal qui ont tué son frère, Sîd al-Hâj Balqâsam se transforme en oiseau, quittant la mosquée pour l’endroit où une zâwiya porte aujourd’hui son nom. L’oiseau représente l’expression essentielle de l’être : l’âme. Les croyances locales (et maghrébines en général) pensent que c’est sous forme d’oiseau que l’âme immortelle visite dans la tombe le corps qu’elle a habité6. Les récipients que l’on rencontre sur les tombes sont là pour étancher la soif de l’oiseau-âme qui rôde autour. C’est une çadaqa (« offrande ») aux oiseaux qui viennent y boire, dit-on.

34La mort du frère qui précipite ce départ est significative de l’importance du lien de sang. Aucun reproche n’est fait aux habitants de Béni Mehlal de la part de Sîd al-Hâj Balqâsam, qui reconnaît implicitement (explicitement dans certaines versions) leur droit à se défendre et le tort de son défunt frère. Cependant, il ne peut continuer à vivre parmi ceux qui l’ont tué.

...à l’historique

  • 7 Nous avons eu entre les mains des feuillets photocopiés de manuscrits anciens, mais difficilement (...)

35Cependant, au-delà de la légende, Sîd al-Hâj Balqâsam demeure un homme, que l’historiographie locale, nourrie essentiellement de bribes de manuscrits sauvés d’une dégradation générale, situe dans le ixe siècle de l’hégire, correspondant au xve-xvie siècle de l’ère chrétienne.7

  • 8 Elle a été rédigée en arabe par deux enseignants de la région, amateurs d’histoire.

36Une note ronéotypée8 résume la biographie écrite de ce personnage dans une synthèse à peu près fidèle auxdites sources :

37« Né vers la fin du ixe siècle de l’hégire, dans la zâwiya constituée de cinq ksour rapprochés, aujourd’hui en ruines. » Il s’en ira quêter la science dans le Maroc, au Tadla, auprès de son maître Sîdî ‘Alî b. Brâhîm, ainsi que chez ‘Abd al-’Azîz ad-dabbâgh (« le tanneur ») et Sîdî Mûlây M’hammad b. Slîmân.

  • 9 Voie mystique fondée par ash-Shâdhîlî. Sur l’homme et sa tarîqa, voir EI, 1re éd.

38Il adopte la voie shâdhûliyya9 et devient, plus tard, le maître de Sîd al-Hâj Bû M’hammad al-Jazûlî, enterré à Tabelkoza, de Sîdî Ahmad b. Yûsaf b. al-Barka, enterré à Massine, et de Sîdî Abbâd b. M’hammad, enterré à Ouled Aïssa.

39Il aurait écrit des ouvrages de théologie (tawhîd) et des panégyriques dédiés au Prophète (madh), notamment un poème sur l’isrâ’wa al-mi‘râj (le voyage et l’ascension nocturnes du Prophète) et un autre sur le pèlerinage.

  • 10 Il s’agit de la fameuse khutba qu’il aurait mise dans la bouche de Sîdî ‘Abbâd. Nous en avons retr (...)

40On lui attribue également un ouvrage de taçawwuf intitulé Minhaj as-sâlikîn, un titre délibérément emprunté au célèbre Ibn ‘Atâ’ Allâh. Pour notre part, nous n’avons rencontré aucun de ces titres, à part le texte lithographie d’une célèbre khutba qui lui est attribuée10.

41L’histoire se mêle à la légende, rendant difficile toute lecture se limitant à une seule approche, étant entendu que le mythe ne s’analyse pas selon la même démarche que le fait historique. A l’endroit de Sîd al-Hâj Balqâsam, tout le monde, du clerc au simple croyant, se sent autorisé à rapporter. Chacun affirme détenir la version la plus authentique, évoquant des sources écrites que ni l’un ni l’autre, pour des raisons différentes, n’ont lues. Dans une pareille société où le statut de l’écrit est capital, eu égard au référent central qu’est le Coran, l’écriture par excellence, l’existence çà et là de quelques feuillets de manuscrits dépareillés permet au merveilleux de fleurir impunément à partir d’une vérité (ou supposée comme telle parce qu’écrite), même partielle.

42Les versions circulent plus et sont considérées comme authentiques dès lors qu’elles contiennent un motif central authentifié par un écrit ou par l’approbation d’un scribe (censé avoir eu connaissance de l’écrit qui les relate).

  • 11 La religion doxologique dont se réclament les faqîh-s s’oppose catégoriquement à toutes formes d’a (...)

43Même les faqîh-s qui contestent les formes de la manifestation du mawlid et le culte d’un homme qui en découle, fût-il Sîd al-Hâj Balqâsam11, sont obligés de reconnaître, dans des considérations absolument reconnues par tous, une vérité absolue. Sîd al-Hâj Balqâsam est un ‘alîm qui a enseigné à Béni Mehlal puis à la zâwiya qui porte aujourd’hui son nom. Sa généalogie, telle que consignée par ses descendants, le fait descendre de l’un des quatre khulafâ’ ar-râshidîn (« califes bien guidés ») : ‘Uthmân ibnu ‘Affân.

44Son origine est probablement orientale, mais l’homme demeure un autochtone du Gourara. Ni lui ni son père ne sont venus de l’Égypte ou d’un autre pays de l’Orient comme le prétendent certaines versions des récits qui circulent à son propos. C’est l’un de ses ancêtres à la onzième génération, disent les archives de la zâwiya, un Omeyyade, qui est venu d’Orient à la suite de la chute de la dynastie des Omeyyades. Ce dénommé Mellûk est plus connu sous l’appellation locale de Ba M’iûk.

LE GOURARA DANS SA PROPRE LOGIQUE

45Il faut d’abord rappeler ce que les habitants entendent par Timimoun. C’est l’ensemble des ksour qui longe la sebkha sur une quinzaine de kilomètres. C’est précisément le Tigûrarîn, cette série de ksour qui longe la falaise au-dessus de la sebkha et qui englobe les ksour allant d’El Mabrûk à El Ouajda.

46Plusieurs légendes mettent en évidence la place centrale de Timimoun ; la plus significative est celle, déjà évoquée, de Sîdî ‘Uthmân, le premier saint patron de Timimoun, celui auquel la mémoire attribue l’aménagement de la grande foggara dénommée Amghayyar. Surpassé, comme le père de Sîdî Brâhîm, par un fils détenteur d’un pouvoir aussi prodigieux que dangereux (il pouvait tuer quelqu’un du regard, dit-on, simplement parce qu’il ne se serait pas déchaussé devant lui), il lui demande d’être moins sévère envers les êtres. « En contrepartie, lui dit-il, je te concède que ma ziyâra (ici : commémoration du jour de la mort du saint) commence dans ton mausolée pour se terminer dans le mien. » Autrement dit, Sîdî ‘Uthmân accepte, pour être honoré une fois l’an, de devoir passer par son fils, Sîdî Ahmad u ‘Uthmân, alors que l’inverse eût été conforme à la nature des choses. Le principe généalogique est bousculé. Ainsi, le fils est célébré deux fois par an, tandis que le père doit accepter que « son jour » soit aussi (et d’abord) le jour de son fils. Cette légende, toujours vivante, montre combien le monde des saints est hiérarchisé et quelles concessions on doit faire pour cohabiter dans les mêmes lieux. Elle témoigne également de l’importance du lieu. Deux saints se « disputent » la souveraineté sur le même espace.

47L’importance du lieu est telle que, nous l’avons vu, Sîdî ‘Uthmân, dans une autre légende, ne manque pas de recommander à son petit-fils de donner les clefs de la cité à un certain Sîdî Mûsâ. Indiscutablement, Timimoun est la cité convoitée. Autrement dit, elle est la métropole régionale. Deux saints y cohabitent déjà, un troisième ne tardera pas à se présenter à ses portes.

48Sîdî ‘Uthmân veille sur Timimoun, nous dit la croyance populaire, pendant la journée ; tandis que le grand saint Sîdî Mûsâ se charge de la protéger pendant la nuit. Associer Sîdî Ahmad u ‘Uthmân à ces deux saints, cela témoigne de l’importance du lieu. Cette exception à la règle de l’unicité fait de Timimoun un centre particulier et souligne la place centrale qu’elle occupe dans la région.

49Sîdî Mûsâ est donné par les légendes comme étant à l’origine de plusieurs marchés (sûq-s). Il en a inauguré un à Ouled Aïssa, puis un autre à Ouled Saïd et enfin un troisième à Timimoun. Il aurait créé également une zâwiya à Ouled Saïd, que l’on continue à montrer.

  • 12 R. Bellil, Traditions orales, Mémoire collective et rapport au passé chez les zénètes du Gourara ( (...)

« L’endroit où se trouvait le souk d’At Saïd (entre At Abdelli et Aghram u Ehzuf) a été délimité par le Cheikh El Maghili. Mais c’est Sidi Musa, après lui, qui l’a véritablement créé. Lorsque Sidi Musa est parti pour Timimoun, il y a créé un souk qui porte son nom.
Le jour où le Cheikh El Maghili est passé par Timimoun, on raconte qu’il était préoccupé par quelque chose qu’il avait vu ou peut-être rêvé. Il considérait les gens de Timimoun comme pervertis [fasqin]. Presque tous... Et il était venu dans l’intention de détruire Timimoun.
Il rencontra alors Sidi Musa à l’endroit même qui porte le nom de “Souk Sidi Musa”. Le Cheikh El Maghili dit à Sidi Musa : “Aujourd’hui, je vais détruire cette cité [blad]” Sidi Musa lui répondit : “Sois patient, reviens me voir au moment de la prière du Maghreb.” Au moment du Maghreb, le Cheikh El Maghili revint et constata que tout le monde se trouvait dans la mosquée. Il entendit le muezzin faire l’appel à la prière et la lecture du Coran. Il dit alors à Sidi Musa : “Nous allons créer une zâwiya à Timimoun.” Sidi Musa lui répondit : “Si tu crées la zâwiya, je la garantis, mais moi, je veux créer un souk ici.”
Et c’est ainsi que le marché l’a emporté sur la zâwiya, à Timimoun. L’endroit où se trouve une zâwiya ne doit pas comporter de marché et vice versa. Le marché d’At Sâïd a disparu. C’est pourtant Sidi Musa qui l’a fondé. On dit que le développement du marché de Timimoun a entraîné la disparition de celui d’At Sâïd. Mais on dit aussi que, plus tard, le marché d’At Saïd reprendra son importance alors que celui de Timimoun disparaîtra. Le Cheikh al-Maghili, quant à lui, s’en est allé au Twat. Il voulait créer sa zâwiya à Timimoun, mais comme il n’a pu le faire, il a été la fonder dans un qsar du Twat.
La présence du souk entraîne la disparition de la zâwiya. C’est ainsi12. »

  • 13 Voir J. Berque, « Fès, médinas, villeneuves et bidonvilles », in Le Maghreb, histoire et société, (...)

50Cette légende que R. Bellil a recueillie à Ouled Saïd est centrée sur un des équipements les plus significatifs d’une cité. Nous savons, depuis les études de J. Berque sur la médina, que celle-ci se définit par la cohabitation de trois fonctions : la religion, la judicature et le négoce13. Nous savons également que la loi accompagne la foi. Pendant longtemps, l’une et l’autre ont cohabité dans le même édifice qu’est la mosquée. Cette dernière est omniprésente dans le ksar. Rappelons-nous que toute la terre de Dieu est une mosquée. Cependant, le marché est un équipement « profane ».

51La légende associe la création du marché de Ouled Saïd à deux agents du religieux : Sîdî Mûsâ et al-Maghîlî. Ceci montre l’importance du sacré, qui se retrouve au fondement des œuvres les plus profanes. Il montre également l’importance d’un tel marché dont la création nécessita l’intervention de deux importantes figures religieuses, le saint et le docteur. Le marché de Ouled Saïd répond aux deux dimensions de la religion : la loi incarnée par al-Maghîlî et la foi représentée par Sîdî Mûsâ.

52Cependant, la prépondérance est donnée à Sîdî Mûsâ qui a « véritablement créé » le sûq de Ouled Saïd avant de créer celui de Timimoun. On peut s’étonner qu’un maître de la mystique soit mêlé à une entreprise aussi temporelle. C’est oublier que le saint lettré est un « homme de milieu ». Il tient tout autant à la dimension extatique de la religion qu’à son côté dogmatique. Or le dogme en Islam insiste sur le double versant de la religion : observance (‘ibâdâi) et relations sociales (mu’âmalât).

  • 14 R. Bellil, op. cit., p. 173.

53Le fait que les gens de Timimoun soient considérés comme impies et débauchés (fâsqîn), comme le note R. Bellil, implique pour nous de décoder et « de comprendre en clair, que le shaykh al-Maghîlî avait affaire à des juifs, comme plus tard, à Tamentit14 ». La suite du récit est éloquente à ce propos. Quand Sîdî Mûsâ dit à al-Maghîlî de revenir au moment de la prière, celui-ci « constata que tout le monde se trouvait dans la mosquée. Il entendit le muezzin faire l’appel à la prière et la lecture du Coran ». Cela veut dire tout simplement que les habitants de Timimoun sont tous d’obédience musulmane. On connaît par ailleurs l’histoire de ce prosélyte, qui a fait de l’islamisation du Sahara sa mission principale.

  • 15 J. Oliel, Les Juifs du Touat au Moyen Âge, Paris, 1994.

54Cette donnée est importante parce qu’elle éclaire une partie de l’histoire de la région. Il est solidement établi que les juifs ont habité la région pendant longtemps15. Les traces matérielles et immatérielles de leur présence sont nombreuses dans la région et les habitats les plus anciens sont considérés comme d’anciens établissements juifs par la mémoire locale. Vrai ou faux, peu importe ; l’intéressant, ici, c’est ce renvoi de la présence des juifs à des temps lointains. Cela permet de s’en distinguer ; et, dans le même temps, cela met la présence des juifs dans une position d’antériorité par rapport aux arabes venus avec l’Islam.

55D’autre part, les traces laissées dans la texture sociale sont toujours présentes. Aujourd’hui encore, une partie de la population continue à être désignée par le terme de mhâjria, de la racine h.j.r. qui veut dire « quitter ». C’est le qualificatif attribué aux supposés descendants des juifs qui ont dû quitter leur religion pour embrasser l’Islam.

56Cette donnée est importante pour la compréhension du récit et du drame qu’il met en scène. En effet, on comprend mieux pourquoi un quêteur d’absolu va mettre tant d’ardeur à créer, non pas une zâwiya, mais un marché. Les juifs (réputés grands commerçants) doivent avoir la mainmise sur le commerce, comme le suggère très justement R. Bellil. Il est donc préférable de les combattre sur leur terrain et les ramener ainsi à un niveau de moindre influence sur le cours de la vie quotidienne.

57Sîdî Mûsâ va promouvoir le projet d’un marché qui finit par concurrencer le premier marché qu’il a lui même créé à Ouled Saïd. Vraisemblablement, Timimoun et Ouled Saïd devaient vivre toutes les deux du commerce caravanier ; mais, Timimoun semble avoir pris un peu d’avance, eu égard à sa situation géographique centrale et sans aucun doute au dynamisme de ses commerçants, probablement juifs. La chose est si importante que le shaykh al-Maghilî ambitionne de détruire la cité. Sîdî Mûsâ pense, quant à lui, qu’il faut partager cet espace et se l’approprier. En créant le marché, il s’assure la mainmise sur le moteur de la cité. Mais, dans le même temps, il voue Timimoun à l’activité temporelle du négoce ; car, dit le récit, « la présence du souk entraîne la disparition de la zâwiya ». Ce sont deux entités antinomiques. La zâwiya prêche le repli sur soi ; le marché, quant à lui, est par essence une ouverture sur l’autre.

58Bien sûr, ce récit qui dépeint les deux localités (Timimoun et Ouled Saïd) met en scène, en fait, leur rivalité. Ouled Saïd était plus prospère que Timimoun, mais celle-ci l’a rattrapée et dépassée. Les descendants de Ouled Saïd (et l’informateur en est un) espèrent qu’un jour Ouled Saïd reviendra à sa prospérité première ; car, tout est cyclique. Le conflit opposant al-Maghîlî et Sîdî Mûsâ est celui du docteur et du saint. C’est ce dernier qui l’emporte. On est en plein siècle de la sainteté.

59Un autre récit relatif au peuplement de Timimoun évoque également le walî Sîdî ‘Uthmân, le saint patron de Timimoun que nous avons déjà évoqué comme fondateur de la foggara Amghïer et comme co-patron de Timimoun, tantôt avec Sîdî Mûsâ, tantôt avec son propre fils.

60Sîdî ‘Uthmân est donc le plus ancien et à ce titre c’est lui qui cède à Sîdî Mûsâ un territoire. Sîdî Mûsâ en fait un marché et prédit : « Le souk sera assourdissant, l’eau abondante dans la foggara. Et la mosquée, constamment comble. » Sîdî Mûsâ garantit ainsi trois éléments fondamentaux dans la constitution de la cité : le marché en tant qu’espace d’échange, l’eau comme base nourricière, surtout dans de telles régions, et enfin la mosquée en tant que lieu de culte. Le saint garantit la base de tous les échanges. Ceux qui se font entre les hommes eux-mêmes et ceux qui s’établissent entre les hommes et Dieu.

  • 16 Tarîqa fondée par Mulây at-Tayyab de Ouezzane (Maroc).

61Comme lors de son installation à Tasfaout, Sîdî Mûsâ trouve le terrain déjà occupé à Timimoun. Le walî Sîdî ‘Uthmân est donné pour le premier saint patron de Timimoun. C’est un m’râbat dont les descendants ont monopolisé, pendant longtemps, les fonctions civiles et religieuses de la cité. C’est parmi eux que se recrutaient le notaire, le khatîb (imâm du vendredi) de la grande mosquée et le muqaddam local de la confrérie de Ouezzane16.

  • 17 C’est ce que pensent la plupart des autochtones. Cependant, certains inversent les rôles, arguant (...)

62Cependant, avec Sîdî ‘Uthmân, point de conflit. Celui-ci accepte de partager son espace malmenant en apparence le principe d’unicité du pouvoir. En apparence seulement, car ce manquement à la règle est « corrigé » par une subtilité qui consiste à diviser les temps de souveraineté. Sîdî Mûsâ est le patron du jour et Sîdî ‘Uthmân est le patron de la nuit17. Cette division renvoie aux deux fonctions de la cité : la fonction d’échange et la fonction résidentielle. Sîdî Mûsâ étant le maître du négoce, il est présent pendant la journée, c’est-à-dire au moment même où s’effectuent les échanges. Quant à Sîdî ‘Uthmân, présent sur place, il est le mieux à même d’assurer la protection de ceux qui habitent les lieux mêmes au moment où ils sont le plus fragiles, la nuit. Or, la nuit étant le symbole du repli et de l’intimité, c’est elle qui symbolise le domestique et son lieu d’établissement. Sîdî ‘Uthmân, dont le nom est associé à la foggara d’Amghaïer pourvoyeuse de l’eau indispensable à la vie, veille sur la reproduction biologique du groupe local ; tandis que Sîdî Mûsâ, créateur du marché, protège et favorise la reproduction élargie. En d’autres termes, Sîdî ‘Uthmân est le patron de Timimoun intra-muros, Sîdî Mûsâ étant son patron régional.

63La casbah de Sîdî Brâhîm accroît l’importance du lieu. Elle est l’un des édifices les plus importants du ksar de Timimoun. Elle surplombe le lieu-dit akhbû n tghfini. Elle est dans la partie noble du ksar, celle où se trouve le mashwar et la casbah Hammouzine. Attribuée au saint patron d’Ouajda, nous ne croyons pourtant pas qu’il l’ait habitée, du moins régulièrement. Cependant, en tant que descendant de Sîdî Mûsâ et héritier symbolique de celui-ci (selon la légende de Ouajda), il est présent symboliquement sur les lieux pour assurer la permanence de la baraka de son lignage. C’est, tout à la fois, une sorte de protection du lieu et le signe de son importance.

LE TINERKOUK, AUTRE VERSANT DU GOURARA

64Si une telle rivalité existe entre Timimoun et Ouled Saïd, elle est due sans doute à la proximité des frontières et aux enjeux qui en découlent. Ouled Saïd est située en bordure de la même sebkha que le Timimoun. Une autre région semble leur être naturellement opposée, celle du Tinerkouk.

65C’est la partie qui se trouve au nord-est du Gourara, proche de la plaine du Meguiden et qui est en relation avec les monts des ksour (Atlas saharien). C’est le blâd al-Mhârza, le pays des Mhârza, les tribus autrefois nomades qui s’y sont sédentarisées vers le xviie siècle. Le Tinerkouk, c’est Tabelkoza, Tahantas, Tazliza, Fatis, In Hammou, Zaouiet Debbagh, Ouled Ayyach.

66Cette région du Tinerkouk est également un site privilégié en matière de légendes et de merveilleux. C’est là que l’on situe la légende d’al-marfû’, « le soulevé », que l’on ne manque jamais de vous retracer lors des grandes occasions de rassemblement. Laissons une vieille femme de Timimoun nous la raconter :

Sîdî M’hammad al-marfû’ : le saint disputé

  • 18 « Celui du matin » ou « le matinal », c’est-à-dire celui qui est arrivé un matin.

« Un certain Sîdî M’hammad (qui n’a rien à voir avec Sîd al-Hâj Bû M’hammad) vivant au Tinerkouk est un jour invité à la zâwiya de Sîd al-Hâj Balqâsam. En cours de route, il meurt subitement près de Massine. Les gens de Tabelkoza [Tinerkouk] exigent qu’il soit enterré chez eux. Le shaykh de la zâwiya, Sîd al-Hâj Balqâsam, revendique la même chose, invoquant le fait qu’il se rendait chez lui. Tard dans la nuit, n’étant pas parvenus à un accord, un orage [mazna] éclate et les oblige à se séparer. Au petit matin, le corps du défunt n’est plus là. Il est retrouvé du côté du Deldoul, à Igosten précisément, avec tous ses aromates. Les habitants du ksar d’Igosten l’inhument sur les lieux. Il y est connu désormais sous le nom de Ba Sbah18.Seul son maqâm [cénotaphe] se trouve à Tinerkouk. Depuis on l’appelle, ici à Tinerkouk, al-marfû’ (“le soulevé”) ou encore Bû Mazna (“celui de l’orage”) ; et au Deldoul, Ba sbâh. »

67La même légende (à quelques détails près) est rapportée par le capitaine Louis Le Prieur dans Le Pays de Tigourarine :

  • 19 Un tronc d’arbre (khashba) fut trouvé à l’endroit où gisait son cadavre.

« Un certain Sidi M’hammed originaire de Marrakech, est venu habiter Tazliza au Tinerkouk sur l’invitation d’un faqih, Sidi M’hammed Ben Yahya. À sa mort, les habitants de Tazliza et du ksar voisin de In Hammou se disputèrent le lieu de sa sépulture. Chaque ksar voulait l’enterrer chez lui. Une pluie torrentielle les sépara un moment ; quand elle cessa, ils ne retrouvèrent plus le corps du défunt. Ils enterrèrent la khechba19 qu’ils trouvèrent à la place, tandis que le cadavre fut retrouvé avec ses aromates au Deldoul [Aougrout], où il fut enseveli et reconnu comme Ba Sbah [« le matinal »]. Enseveli au Tinerkouk, il est connu sous le nom d’El merfoud [« le soulevé miraculeusement »] et l’anniversaire de sa mort est depuis célébré chaque année pendant trois jours. »

  • 20 En effet, depuis la version coranique de la mort du Christ, le soulèvement/ ascension est un topos(...)

68Au-delà des divergences sur l’exactitude des noms de personnes et des lieux, il reste que structuralement, autour du topos du soulèvement20, il y a une permanence de deux régions : le Tinerkouk et l’Aougrout. Autrement dit, en s’inscrivant entre les deux extrémités (nord et sud) de la région du Gourara, la légende circonscrit l’espace ; et la fête raconte l’histoire de ce territoire, ainsi délimité. Cette légende met en jeu les lieux les plus signifiants de la fête : Tinerkouk, Massine, Timimoun, Zaouiet Sid El Hadj Belqacem et Aougrout.

Sîd al-Hâj Bû M’hammad : le patron du Tinerkouk

69Relatons brièvement la légende que nous avons recueillie à Ouled Saïd et qui concerne le walî Sîd al-Hâj Bû M’hammad, le saint du Tinerkouk, lieu de départ de la procession du mawlid.

« Sîdî Bû M’hammad, le saint de Tinerkouk, est natif de Ouled Saïd. Tous ses ancêtres s’y trouvent enterrés. C’est du côté de Hadj Guelmane [non loin d’Ouled Saïd] qu’habitait Sîdî Mûsâ b. Mas’ûd. Alors que Sîd al-Hâj Bû Mhammad était encore élève ici, à Ouled Saïd, Sîdî Mas’ûd était venu accompagner son fils, le futur Sîdî Mûsâ, qui étudiait ici également. Ce jour-là, Sîdî Ahmad accompagnait aussi son fils, Sîdî Bû M’hammad. Ils se regardèrent et se dirent : deux lions ne peuvent se rencontrer dans la même cité. Ils décidèrent d’envoyer leurs enfants l’un vers l’est et l’autre vers l’ouest. Sîd al-Hâj Bû M’hammad alla vers l’est et Sîdî Mûsâ vers l’ouest. Le père de Sîdî Bû M’hammad lui donna le conseil suivant : “Là ou tu trouves la plante al-’aggâya, c’est là où tu dois t’installer.” C’est pourquoi le ksar où il est enterré s’appelle Tabelkoza. En zénète, cela veut dire al-’aggâya. Quant à Sîdî Mûsâ, son père lui a conseillé d’aller vers le sable : “Là où tu trouveras du sable, là est ton établissement [a’mârtak].” Celui-ci est parti par ici et celui là est parti par-là.
Sîdî Bû M’hammad s’est établi à l’est dans le pays d’al-‘aggâya [Tabelkoza] et l’autre s’est installé à Tasfaout au cœur de la dune. »

70Écartons tout de suite un malentendu : Sîdî Mûsâ ne peut avoir été le contemporain de Sîd al-Hâj Bû M’hammad dans la mesure où la légende fait mourir le saint Sîdî Mûsâ au moment de l’installation de Sîd al-Hâj Balqâsam, maître de Sîdî Bû M’hammad. En effet, si l’on s’en tient aux légendes les plus répandues, Sîd al-Hâj Balqâsam ne s’est installé qu’après la mort de Sîdî Mûsâ. Sid al-Hâj Bû M’hammad, qui sans aucun doute est un des élèves et disciples de Sîd al-Hâj Balqâsam, ne pouvait étudier chez un maître qui n’était pas encore installé.

  • 21 Il y a une sorte d’héritage, mais sélectif. Il n’est pas automatiquement transmis à tous les enfan (...)

71Mais, au-delà des inexactitudes historiques qui contredisent les quelques renseignements approximatifs que la concordance des légendes et de la mémoire a pu établir, il est intéressant de noter la récurrence de certains « motifs ». Les saints sont des êtres studieux dont les qualités sont très tôt dévoilées. Ils sont les descendants d’hommes déjà chargés de sacré21. Mais leur caractéristique la mieux partagée est que, en tant que détenteurs d’un égal pouvoir, ils ne peuvent cohabiter dans un même lieu. Les légendes pullulent autour de ce thème.

72De notre point de vue, l’intérêt de cette légende se situe au niveau de son rapport au temps, qu’elle écrase sous le poids du motif. En faisant de Sîd al-Hâj Bû M’hammad le contemporain de Sîdî Mûsâ, elle nivelle l’importance de deux régions. En associant leurs histoires de fondation, la légende les rend contemporaines et leur attribue la même épaisseur historique. Tinerkouk devient aussi importante que le Timimoun, la région où s’est installé Sîdî Mûsâ.

  • 22 AOM, 22 H 55.

73Cette rivalité entre les deux régions est sans doute très ancienne. Le peuplement, l’activité et l’appartenance des çoff le disent suffisamment. Le Gourara a toujours été vu comme une entité dont une partie (Tinerkouk) se singularise par sa localisation dans les dunes de l’erg. Relisons ce passage d’un rapport d’archives rédigé en mai 1894, juste à la veille de la colonisation de la région, au moment où les logiques ancestrales sont encore intactes : « Les ksour, au nombre de 114 environ, entourent la vaste dépression saline connue sous le nom de sebkha du Gourara, sauf toutefois le petit archipel d’oasis du district de Tinerkouk perdu dans les sables des dunes22. »

74Le Tinerkouk est surtout arabe (Mhârza), avec une fraction de Chaâmba Mouadhi d’El Goléa établis juste au siècle dernier. Il n’y a pas de Zénètes dans le ksar. Le çoff Yahmad est le seul en vigueur. Leurs ancêtres nomades sont décrits par l’historiographie locale comme des tribus belliqueuses qui venaient razzier les palmeraies en bordure de la sebkha. C’est tout le contraire de Tasfaout et du Timimoun, territoire de cultivateurs oasiens majoritairement peuplé de Zénètes Sûfyân.

75La légende a ses propres critères de régionalisation qui se recoupent tout à fait avec ceux de l’histoire et de la géographie.

76Dans le même temps, cette légende qui fonde deux régions consacre le lieu d’où elle s’énonce comme lieu d’origine. C’est de l’oasis de Ouled Saïd que sont partis, chacun vers sa destinée, nos deux saints fondateurs. Sîdî Mûsâ va vers le pays des sables et Sîd al-Hâj Bû M’hammad vers celui de la plante al-‘aggâya. Aujourd’hui, ce lien entre le Tinerkouk et Ouled Saïd est ravivé à travers la visite du fils, Sîd al-Hâj Bû M’hammad, devenu saint patron du Tinerkouk, au père, le walî Sîd al-Hâj Bûbakkar enterré à Ouled Saïd.

77Ouled Saïd se situe sur la rive nord de la sebkha de Timimoun. Elle est appelée ainsi du nom d’une fraction, vraisemblablement zénète, qui est venue s’y établir. L’ordre de Mûlay at-Tayyab y est suivi de manière dominante. Ouled Saïd reste indiscutablement la plus prospère des oasis du Gourara et la plus importante, malgré la dune qui est venue la séparer d’El Hadj Guelman, l’oasis voisine qui en faisait partie. Elle a joué les premiers rôles dans le Gourara avant d’être supplanté par Timimoun. Au nord-ouest de l’oasis se trouvent un certain nombre de ksour et de casbahs en ruines que la mémoire considère comme les premiers sites habités par les ancêtres des actuels occupants d’Ouled Saïd. Ces mystérieuses collines appelées Toubchirine soulignent davantage la domestication de l’oasis. Cet endroit, censé être habité par des êtres surnaturels, est craint et respecté. C’est un repère dans la topographie régionale. Il montre l’imbrication du naturel et du surnaturel.

78À l’instar de leur situation actuelle, ces deux régions ne semblent pas avoir eu une importance notable dans le passé du Gourara. La fête les représente à peine. Du Taghouzi central ne vient que l’étendard de Sîdî Abbâd, un élève de Sid al Hâj Balqâsam. Le Taghouzi est représenté par la troupe de barûd qui anime la huitième nuit. Cette marginalisation dans la fête indique clairement la place dans le maillage régional. Aougrout, avec le Deldoul, constitue les marges méridionales du Gourara. Le Deldoul serait totalement absent s’il n’y avait pas cette légende de Sîdî M’hammad al marfû‘ pour le relier au Tinerkouk et signaler ainsi son appartenance au même ensemble qu’est le Gourara.

79A l’ouest, le Taghouzi est situé à l’extrémité méridionale du Grand Erg occidental. Ni sa partie occidentale (Guellou, Bahamou, Talmine, Saguia, Naama, Ghettouf, Taghouzi) ni sa partie méridionale (Charouine et les ksour limitrophes) ne sont représentées. Seules les parties centrale (Ajdir Gharbi, Ajdir Chergui, Tebbou) et orientale (Ouled Aïssa et une dizaine de ksour) participent, derrière l’étendard de Sîdî ‘Abbâd. Ce saint possède sa qubba, à la frontière du Taghouzi et du Timimoun, entre Tasfaout et Guentour. Cependant, sa présence relie la partie occidentale au reste du Gourara, y compris la région de Charouine où est enterré l’un de ses fils, Sîdî Sa’îd.

80Par quelque bout qu’on le prenne, l’espace est produit par un homme du sacré (sharîfi faqîh, walî ou les trois à la fois). Il est assez rare qu’un homme du profane (politique ou chef de tribu) en soit à l’origine – et quand bien même cet homme existerait, son statut serait d’abord justifié par une dimension relevant du sacré.

81Cet homme fait cesser les dissensions, creuse les puits, découvre l’eau, construit le ksar, dans ses parties les plus signifiantes notamment (mosquée, par exemple), chasse l’ennemi et sauve des catastrophes. En un mot, il produit et organise l’espace.

Notes

1 Voir à ce propos R. et M. Cornevin, Histoire de l’Afrique des origines à la Deuxième Guerre mondiale, Paris, Petite bibliothèque Payot, 1974.

2 Désormais nous distinguons la ville de Timimoun du groupement de ksour qui porte son nom par l’article défini (le) ou, le cas échéant, le partitif (du).

3 Sidi ‘Abbâd b. M’hammad est ce célèbre disciple de Sîd al-Hâj Balqâsam qui, ne sachant ni lire ni écrire, dit la tradition, réussit, grâce à son maître, à dire une khutba qui est demeurée mémorable. Il possède sa qubba entre Tasfaout et Guentour. Il a eu plusieurs fils : Sidi Saïd, qui se trouve à Charouine, d’autres à Lahmar, Yekkou, Tasfaout, et Sidi Balqâsam sans doute ainsi nommé en souvenir de son maître.

4 Calât al-ghâ’ib, c’est la prière des morts célébrée le jour de l’enterrement en présence du cadavre du défunt, désormais absent.

5 Cette légende continue à présent à circuler presque dans les mêmes termes que ceux rapportés par le capitaine L. Le Prieur in Le Pays de Tigourarine, mémoire du CHEAM, vol. 90.

6 Voir J. Chelhod, Les Structures du sacré chez les Arabes, Paris, Maisonneuve et Larose, 1964.

7 Nous avons eu entre les mains des feuillets photocopiés de manuscrits anciens, mais difficilement reconnaissables car les premières pages signalétiques n’existaient plus.

8 Elle a été rédigée en arabe par deux enseignants de la région, amateurs d’histoire.

9 Voie mystique fondée par ash-Shâdhîlî. Sur l’homme et sa tarîqa, voir EI, 1re éd.

10 Il s’agit de la fameuse khutba qu’il aurait mise dans la bouche de Sîdî ‘Abbâd. Nous en avons retrouvé un manuscrit qui commence ainsi : al-hamdû lillâh allâdhî khalaqa al-khalqfa abda’ wa qasssama al-arzâqfa dhayyaqa ‘alâ man shâ’a wa ‘alâ man shâ ‘a wassa ‘ (« Louanges à Dieu qui en créant les êtres a innové / Celui qui a distribué les fortunes en mettant certains dans le dénuement et d’autres dans l’aisance »).

11 La religion doxologique dont se réclament les faqîh-s s’oppose catégoriquement à toutes formes d’anthropolâtrie. Cette dernière, du point de vue des faqîh-s, n’est qu’un avatar du culte des idoles contre lequel l’Islam s’est soulevé.

12 R. Bellil, Traditions orales, Mémoire collective et rapport au passé chez les zénètes du Gourara (Sahara Algérien), thèse de doctorat, Inalco, décembre, 1994, p. 172.

13 Voir J. Berque, « Fès, médinas, villeneuves et bidonvilles », in Le Maghreb, histoire et société, Alger, SNED, Duculot, 1974.

14 R. Bellil, op. cit., p. 173.

15 J. Oliel, Les Juifs du Touat au Moyen Âge, Paris, 1994.

16 Tarîqa fondée par Mulây at-Tayyab de Ouezzane (Maroc).

17 C’est ce que pensent la plupart des autochtones. Cependant, certains inversent les rôles, arguant que la nuit est plus dangereuse que le jour et que seul le grand Sîdi Mûsâ peut assumer la garde de nuit.

18 « Celui du matin » ou « le matinal », c’est-à-dire celui qui est arrivé un matin.

19 Un tronc d’arbre (khashba) fut trouvé à l’endroit où gisait son cadavre.

20 En effet, depuis la version coranique de la mort du Christ, le soulèvement/ ascension est un topos.

21 Il y a une sorte d’héritage, mais sélectif. Il n’est pas automatiquement transmis à tous les enfants, et surtout pas avec la même intensité.

22 AOM, 22 H 55.

© CNRS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.