Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’exil russe

 | 
Catherine Gousseff

Deuxième partie : Les réfugiés russes dans la mosaïque étrangère de la France de l’entre-deux-guerres

Chapitre 4. Réfugiés russes et immigration étrangère (1920-1930)

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Tout au long des années vingt la France a été le plus grand pays d’immigration du vieux continent. Avec près de 3 millions d’étrangers en 1931, elle était devenue, pour reprendre l’expression de Charles Lambert, « États-Unis de l’Europe ». La saignée de la Première Guerre mondiale et la mise en place des grands chantiers de reconstruction à partir de 1918, la faible natalité et la réduction du temps de travail expliquent largement le fait. Le déficit de main-d’œuvre fut à l’origine de l’appel massif à l’immigration dans la première décennie d’après-guerre.

On peut dire, affirmait Fridtjof Nansen à la tribune de la SDN en 1923, que tous les réfugiés russes valides et cherchant à travailler soit comme ouvriers soit comme journaliers peuvent trouver en France un travail rémunérateur. Le gouvernement français a favorisé dans une large mesure l’immigration russe1.

Dans cette décennie où l’opinion commençait à dénoncer l’absence de politique d’immigration...

© CNRS Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540