Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’exil russe

 | 
Catherine Gousseff

Première partie. Les exilés russes, un défi dans l’Europe de l’après-guerre

Chapitre 2. Les réfugiés russes en transit dans l’Europe des années vingt

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’arrivée des réfugiés russes dans les États d’Europe centrale et sur les rives du Bosphore durant l’hiver 1920-1921 fut un véritable « déferlement ». Entre le retrait précipité en novembre 1920 des armées blanches du général Wrangel vers Constantinople et la « normalisation » soviétique proclamée au Xe congrès du Parti à Moscou en mars 1921, l’entrée des réfugiés russes dans l’espace européen marquait la fin de la guerre civile. La masse d’expatriés qui fuyaient le nouveau régime victorieux était alors perçue comme innombrable.

Les premiers rapports que les gouvernements ont échangés sur les réfugiés russes datent de février 1921 et se multiplient au cours de l’année. Conférences et réunions intergouvernementales se succèdent à Genève : comment répondre aux problèmes posés par cet afflux brutal, bien que prévisible, dans plusieurs États du vieux continent ? Rapports gouvernementaux, mais aussi bilans de la Croix-Rouge (russe, américaine), mémorandums d’organisations philanthropiques...

© CNRS Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540