Version classiqueVersion mobile

La France préhistorienne de 1789 à 1941

 | 
Arnaud Hurel

Chapitre 3. Protéger les monuments historiques et préhistoriques

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

I. La France devient un vaste chantier de fouilles archéologiques

En France, depuis l’origine, l’archéologie préhistorique s’appréhende quasi exclusivement à travers l’initiative privée et cette situation semble contenter tout le monde. Les chercheurs n’ont alors pour limites que l’observation des règles communes du droit privé, pour les questions de propriété des gisements et des objets mis au jour, et, d’un point de vue scientifique, leur souci de faire respecter leurs droits intellectuels sur chacune de leurs découvertes, c’est-à-dire l’antériorité de celle-ci sur celle du fouilleur voisin.

Depuis les années 1820, c’est dans le Sud-ouest de la France que des progrès décisifs sont accomplis dans la connaissance des origines. Beaucoup de chercheurs explorent les cavernes et brèches à ossements. Dans l’Aude, c’est Paul Tournal qui découvre à Bize en 1827 des ossements humains fossiles et des débris d’une faune éteinte composée de hyènes et de grands ours pêle-mêle dans les mêmes couch...

© CNRS Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search