Version classiqueVersion mobile

La France préhistorienne de 1789 à 1941

 | 
Arnaud Hurel

Chapitre 1. La lente reconnaissance du patrimoine archéologique

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’apparition d’une archéologie fondée sur la notion de patrimoine transforme des monuments, jadis dédaignés, en sujets d’études, puis en témoins d’un passé à préserver, substrat de la nation. En effet, à compter de la Révolution se fait jour l’idée que préserver les monuments c’est prendre en compte l’existence d’un patrimoine historique national permanent, par-delà les critères et soubresauts politiques, philosophiques ou théologiques. Pendant la majeure partie du siècle, il ne s’agit que de préserver l’existant qui menace ruine ou destruction, et qui peut être chronologiquement affecté aux périodes historiques. Les vestiges d’un passé plus lointain, antéhistorique, en ce qu’ils demeurent des matériaux scientifiques par ailleurs très controversés, ne bénéficient pas encore du même mouvement. Mais au-delà de la prise en compte du patrimoine historique, c’est bel et bien la lutte entre deux principes sociaux qui se fait jour : l’impossible rapprochement entre l’inviolabilité de la pr...

© CNRS Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search