Version classiqueVersion mobile

Femmes du jazz

 | 
Marie Buscatto

Deuxième partie : De « sacrées nanas »...

Chapitre 8. Un difficile accès à des réseaux de travail stables

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Comme nous l’avons déjà montré dans l’introduction de cette deuxième partie, les femmes instrumentistes françaises, lorsqu’elles dépassent une trentaine d’années, ne vivent guère du jazz en France. Même les plus reconnues dans le passé et/ou le présent – critiques élogieuses de leurs disques ou de leurs prestations scéniques, participation à des projets « réputés », compliments attribués par des collègues renommés, interviews accordées dans des revues prestigieuses – sont, ou sont devenues, de manière principale enseignantes dans des conservatoires, musiciennes de studio, instrumentistes-accompagnatrices de spectacles vivants, instrumentistes dans d’autres mondes musicaux – musique pour enfants, musiques latino ou musiques du monde par exemple – ou instrumentistes à la carrière internationale.

Si elles apparaissent plutôt satisfaites de leur situation professionnelle, elles semblent cependant s’être plus adaptées à l’impossibilité de vivre du jazz en France de manière principale qu’a...

© CNRS Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search