Version classiqueVersion mobile

Femmes du jazz

 | 
Marie Buscatto

Deuxième partie : De « sacrées nanas »...

Introduction à la deuxième partie

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Il est indispensable qu'une femme possède quelque argent et une chambre à soi si elle veut écrire des œuvres de fiction1.

Si les chanteurs sont plutôt des chanteuses, les instrumentistes sont généralement des hommes. Mais si elles sont rares, les femmes ne sont pourtant pas absentes du jazz français. Au piano, à la harpe et au violon de manière privilégiée, mais aussi à la contrebasse, à la batterie ou à la guitare. On pourrait donc imaginer que la marginalisation des femmes chanteuses, liée à l'exercice d'un métier « féminin » peu valorisé, ne saurait affecter de manière durable les femmes instrumentistes exerçant, pour leur part, un métier traditionnellement « masculin ». Or, malgré quelques jeunes figures féminines très visibles – Airelle Besson, Sophie Alour, Carine Bonnefoy ou Julie Saury –, le constat actuel est plutôt inverse2.

Si l'on se penche sur l'histoire du jazz français, les femmes instrumentistes renommées en sont absentes au moins jusque dans les années 19803: seules q...

© CNRS Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search