Version classiqueVersion mobile

Femmes du jazz

 | 
Marie Buscatto

Première partie : Chanteuse de jazz, un métier si « féminin »

Chapitre 5. Une irrésistible séduction « féminine »

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Comme nous l’avons déjà montré dans le chapitre précédent à travers l’exemple du « geste vocal », le métier de chanteuse tend à être perçu comme une essence, une expression naturelle de la féminité. Les femmes se trouvent ainsi enfermées dans des mythes qui empêchent de les envisager comme des instrumentistes et des collègues légitimes. Ces mythes portent aussi sur les usages musicaux et scéniques de leur corps1. Car le corps des chanteuses est d’abord un corps regardé, de manière principale par le public ou les critiques lors de la performance scénique, mais également par les collègues avec lesquels se construit la musique. Ce corps, construit pour la scène, séduisant par « nature », se trouve alors enfermé dans des stéréotypes féminins qui dévalorisent les fonctions musicales de la chanteuse.

L’évidente séduction

À l’image des danseuses étudiées par Hélène Marquié, le caractère féminin de leur corps façonne grandement l’imaginaire de ceux ou celles qui les regardent et les attentes ...

© CNRS Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search