Version classiqueVersion mobile

Femmes du jazz

 | 
Marie Buscatto

Première partie : Chanteuse de jazz, un métier si « féminin »

Chapitre 4. La voix n’est pas un instrument

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

« J’aime vraiment pas les chanteurs de jazz et pire que les chanteurs, les chanteuses de jazz. » À la question « Pourquoi ? » cet instrumentiste répond « Elles sont trop nombreuses. Et puis à part trois qui sont mortes, à part Billie, Holliday, Ella Fitzgerald et Bessie Smith, ce sont des archétypes de série B américaine. La plupart du temps, c’est maniéré. Le même maniéré dans les instruments, ça passe. Les couacs-couacs de Coleman Hawkins, ça le fait. Avec la voix, c’est ridicule ! Ça m’énerve. C’est viscéral, c’est pas réfléchi ! Les chanteuses de jazz qui me touchent n’ont jamais travaillé la virtuosité instrumentale. Elles ont un style très personnel. Quand elles se rapprochent de l’instrument, ça le fait pas. Et puis, dans les chansons, 80 % du texte est nul. Ça sonne mieux parce que c’est en anglais, mais c’est pas plus intelligent ! »

Cet instrumentiste de jazz improvisé renommé refuse de jouer avec des chanteuses et nous avons dû le relancer à plusieurs reprises pour savoir ...

© CNRS Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search