Version classiqueVersion mobile

Femmes du jazz

 | 
Marie Buscatto

Première partie : Chanteuse de jazz, un métier si « féminin »

Introduction à la première partie

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Baby, if musicians don’t want to work with you, they sure can make you know it.1

Comparées à leurs collègues instrumentistes, les chanteuses de jazz françaises apparaissent à première vue dans une position privilégiée. La voix est sans cesse définie comme l’instrument premier et ultime que tout musicien de renom aspire à évoquer grâce au « chant » de son instrument : « Mélodiste, oui, ça me va très bien. Pour moi, la mélodie, c’est le chant. D’ailleurs bon nombre de musiciens avec qui j’ai choisi de jouer sont pour moi des chanteurs, des gens capables d’exprimer sur l’instrument une mélodie comme avec leur propre voix, leur organe propre. Pour moi, c’est un pan indispensable de la musique2.

La visibilité sur scène des chanteuses attire les premiers regards du public. Les programmateurs et programmatrices de clubs, festivals et soirées privées les invitent de manière privilégiée. Certaines d’entre elles, étrangères – Diana Krall, Lisa Ekhdal ou Stacey Kent pour ne citer que les exemple...

© CNRS Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search