Version classiqueVersion mobile

Femmes du jazz

 | 
Marie Buscatto

Introduction

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Il reste du chemin avant que plus personne ne s’étonne d’entendre une saxophoniste improviser à corps perdu sur My Favorite Things. Ces musiciennes qui s’imposent sous les feux de la rampe sont, à leur manière, pionnières d’une féminisation du jazz que l’on se doit de saluer.1

Ces quelques mots révèlent la lente féminisation du « monde »2 du jazz français : seules 8 % des deux mille musiciens de jazz3 que compte la petite planète du jazz français4 sont des femmes. De plus, si le monde du jazz apparaît bien comme un monde d’hommes, il est surtout traversé par une double ségrégation5 sexuée. On constate, d’un côté, une ségrégation horizontale qui répartit femmes et hommes autour d’emplois « féminins » et d’emplois « masculins ». Alors qu’environ 65 % des chanteuses sont des femmes, elles constituent moins de 4 % des instrumentistes. De plus, certains instruments se révèlent plus « féminisés » que d’autres à l’image du violon (9 %) ou du piano (environ 6 %) tandis que d’autres s’avèrent...

© CNRS Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search