Version classiqueVersion mobile

Le monde et les hommes selon les médecins de la Renaissance

 | 
Ian Maclean

Avant-propos

Texte intégral

1Cette série de conférences est consacrée à l’étude de la pensée médicale au xvie siècle, ou plutôt de la vision du monde des médecins à cette époque. Je me propose d’abord d’esquisser leurs idée de nature et de nature humaine ; puis, de décrire l’outillage mental propre à leur faculté, en le comparant à la logique de leurs collègues les philosophes ; de montrer, ensuite, comment ils réagissent devant les phénomènes merveilleux, rares et inouïs de leur temps ; enfin, d’exposer leur doctrine de signes, et leur engagement avec les signes naturels qui sont du ressort des basses sciences (météorologie, chiromancie, métoposcopie, physiognomonie).

  • 1 Michel Foucault, Les mots et les choses, Paris, Gallimard, 1966, p. 49-55.

2Ce projet rappellera sans doute au lecteur le chapitre intitulé « La prose du monde » que, dans Les mots et les choses, Foucault consacre à la sémiologie et à la logique de la Renaissance. Parmi ses témoins de l’épistémè du xvie siècle, on trouve quelques médecins de formation : Aldrovandi, Cardan, Paracelse. Selon Foucault, ils caractérisent la pensée de cette époque, chargée d’un jeu complexe de ressemblances qui, prises ensemble, forment une herméneutique de la nature. Le savoir de l’époque serait à la fois « pléthorique », puisque illimité, et absolument pauvre, car « il [se serait] condamné à ne connaître toujours que la même chose ». Pour les savants de cette époque, le langage « est plutôt chose opaque, mystérieuse, renfermée sur elle-même, masse fragmentée et de point en point énigmatique, qui se mêle ici ou là aux figures du monde, et s’enchevêtre à elles : tant et si bien que, toutes ensemble, elles forment un réseau de marques où chacune peut jouer, et joue en effet, par rapport à toutes les autres, le rôle du contenu ou du signe, de secret ou d’indication […]. Le langage n’est pas un système arbitraire […]. Il fait partie de la grande distribution des similitudes et des signatures », si bien qu’il n’y a plus de distinction entre ce qu’on voit et ce qu’on lit : « le propre du savoir n’est ni de voir ni de démontrer, mais d’interpréter1. »

  • 2 Pour une critique plus approfondie de Foucault, voir Ian Maclean, « Foucault’s Renaissance episteme (...)
  • 3 Ian Maclean, Logic signs and nature in the Renaissance : the case of learned medicine, Cambridge, C (...)

3Ces remarques reposent sur la présupposition que les savants du xvie siècle seraient les victimes et les prisonniers de leur epistémè, et que celle-ci serait imprégnée d’ésotérisme et de pensée occulte2. En interrogeant la littérature savante de cette époque dans un livre paru en 2001, et surtout en compulsant les manuels médicaux et philosophiques3, j’ai été frappé d’abord par la pensée souple et ingénieuse des philosophes et des médecins, mais aussi par sa liberté et sa réflexivité. Je tâcherai donc ici, à travers ces écrits médicaux, de mettre en avant une autre vision de la Renaissance. La postface comparera les résultats de cette enquête à celle de Foucault, et essaiera de déterminer l’apport de cette pensée médicale à la nouvelle science du xviie siècle, afin de voir jusqu’à quel point Francis Bacon est justifié de rejeter la pensée du siècle précédent et de fournir à son Novum organum le sous-titre : « Indicia vera de interpretatione naturae » (c’est moi qui souligne).

4Je tiens ici à remercier mon collègue et ami Ian Hacking, d’avoir proposé mon nom à l’assemblée des professeurs du Collège de France, à remercier également cette même assemblée, qui m’a fait l’honneur de m’inviter à donner quatre conférences dans ces augustes lieux, à exprimer ma reconnaissance à M Glowinski, à Mme Ancel, à Mme Benitta et à M. Kirsch qui se sont occupés des détails administratifs de ma visite, à ma collègue Mme Renée Williams, qui a eu la gentillesse de parcourir le texte à la recherche d’erreurs et d’impropriétés grammaticales, et à M. Rosat, qui à son tour, a veillé sur le texte que je lui ai soumis, et en a assuré la publication.

5Selon un usage établi, j’ai distingué i et j, u et v dans les citations des xvie et xviie siècles. Les seules abréviations dans les notes sont les suivants : K = Galien, Opera omnia, éd. C.-G. Kühn, Leipzig, Cnobloch, 1821-33 ; PL = Patrologiae cursus completus, series latina, éd. J.-P. Migne, Paris, Migne, 1844-1904. Le lecteur remarquera un mélange de noms propres tantôt sous la forme latine tantôt sous la forme vernaculaire : j’ai choisi celui qui est le plus usité dans les catalogues des grandes bibliothèques, pour en faciliter la recherche.

Notes

1 Michel Foucault, Les mots et les choses, Paris, Gallimard, 1966, p. 49-55.

2 Pour une critique plus approfondie de Foucault, voir Ian Maclean, « Foucault’s Renaissance episteme reassessed : An Aristotelian counterblast », Journal of the History of Ideas, 59 (1998), p. 49-66, et la postface de ce livre, p. 111-121.

3 Ian Maclean, Logic signs and nature in the Renaissance : the case of learned medicine, Cambridge, Cambridge University Press, 2001. On trouvera dans ce livre une argumentation plus développée, ainsi que des exemples et des citations plus amples et plus nombreux touchant certaines des matières traitées dans ces conférences.

© CNRS Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search