Version classiqueVersion mobile

La Semaine de Suzette

 | 
Marie-Anne Couderc

Conclusion

Texte intégral

1L’enfance est en soi un lieu complexe et difficile, particulièrement sans doute lorsqu’on déborde de l’espoir de devenir – du moins l’essaye-t-on de toute la force de son inépuisable bonne volonté – une « petite fille bien élevée », de celles qui, studieuses, soigneuses, obéissantes, actives, adorables petites ménagères en herbe, se trouvent vertueusement récompensées de tous leurs mérites par la bienveillance familiale. Malheureusement, le carnet de notes inégal, les taches sur la robe, la crise irrépressible de colère ou de paresse viennent trop souvent anéantir cette chimère transparente, cette bulle de bonheur qui s’envole sans cesse, ce mirage ailé de perfection, toujours hors de portée des mains enfantines… Cependant il y a un siècle, un demi-siècle, dans les moments de chagrin et de peine, (si du moins l’on n’était pas punie !) nous pouvions toujours dérober une fragile illusion de rêve heureux en nous réfugiant dans La Semaine de Suzette, perdues que nous étions corps et âme dans d’autres mondes, vagabondes des songes, nomades de l’imaginaire, touristes visionnaires de l’ailleurs… De nous avoir, hebdomadairement ponctuel et rassurant, délivrées d’un quotidien difficile, remercierons-nous jamais assez notre journal ? Nombre d’entre nous avaient pu le connaître par les publications d’avant-guerre, prêtées et conservées par nos sœurs ou nos cousines plus âgées. La reparution en 1946 de ces feuilles devenues mythiques prit alors tout le visage heureux d’un monde qui réapprenait à vivre, gommant miraculeusement les années de crainte et de privation. La Semaine de Suzette reparaissait ! Y eut-il moment plus allègre dans notre enfance enfin permise ? Et quel mépris pour les Fillette, Lisette et autres illustrés qui n’avaient pourtant pas démérité, mais ne possédaient en rien le prestige du phénix glorieusement préservé de sa précédente destruction ! Car, faisait remarquer une Tante Mad assurément émue mais quelque peu acide toutefois, La Semaine de Suzette était le seul hebdomadaire enfantin à s’être volontairement sabordé en 1940…

2Dès 1905, le journal ne cachait nullement ses visées commercialement morales. Pour obtenir des parents, aux ressources variées, le débours régulier d’une somme qui pouvait paraître superflue, fallait-il pas séduire les enfants, puis charmer leur famille par une éthique sans reproche ? Adroitement, la rédaction cherche, tout au long d’un demi-siècle de publication, à atteindre un lectorat bien défini : on intéressera les petites filles, de sept à quatorze ans environ. Si quelques jeunes filles, jeunes femmes, ou petits garçons se prennent de passion pour ses pages, l’affaire est certes appréciée et mise en valeur, mais demeure au stade de l’anecdote.

3D’un point de vue sociologique par ailleurs, les responsables de La Semaine de Suzette limitent derechef leur clientèle, et la recherchent essentiellement dans cette partie de la population française si caractéristique de notre pays et si difficile à définir, que l’on désigne du nom vague de « bourgeoisie ». Voilà une classe sociale que l’on ne peut circonscrire ni par un train de vie apparent, ni par des ressources financières précises puisqu’elle rassemble aussi bien les dignes bénéficiaires de rentes, ces « rentiers » ruinés ou non, les grandes familles aisées ou les petits employés un peu besogneux mais respectables dans leur vie et leurs manières, sans préjuger de cette catégorie plus marginale encore que représentent les aristocrates, nantis ou impécunieux.

4Durant les premières années, c’est donc autour de divertissements simples et de bon aloi, de recommandations éducatives traditionnelles et claires que La Semaine de Suzette va réunir des fillettes d’origines et de fortunes différentes, mais sensibles aux mêmes principes moraux et religieux comme au sens des convenances : obéir aux adultes, observer les rites religieux chrétiens ou plus précisément catholiques, savoir « ce qui se fait » ou « ne se fait pas » rapproche toutes ces enfants dissemblables, l’accent étant mis d’autre part sur la récréation et l’aventure romanesque. La guerre de 1914-1918 va tout naturellement cimenter encore cette clientèle hétérogène autour d’un patriotisme exacerbé et pour ainsi dire obligatoire.

5Dix ans plus tard, insensiblement, et sous la direction énergique de la nouvelle rédactrice en chef, Mad. H. Giraud, le journal prend en quelque sorte du poids. Face à la menace lente mais perceptible des changements sociaux et politiques, à l’approche de la deuxième guerre mondiale annoncée par la montée du nazisme, devant la déstabilisation économique que suscitent les avancées de la masse salariale, le lectorat tranquille de La Semaine de Suzette s’inquiète peu à peu et affermit ses positions. L’hebdomadaire se trouve alors dans une position relativement confortable, malgré les inévitables ébranlements financiers : de seconde mère gaie et distrayante au début du siècle, la revue devient peu à peu rassurante et solide, puis courageuse et, à la fin des hostilités, épuisée mais sereine.

6On fortifie d’abord et encore l’appartenance à la nation, l’amour inconditionnel de cette France établie dans son empire colonial, au milieu de races, de civilisations, de pays, de cultures différentes dont aucune ne la vaut. On se repose sur la hiérarchie sociale, indispensable à la bonne marche des affaires, en insistant, à chaque occasion littéraire, sur la nécessité de chefs responsables et initiés, d’une main-d’œuvre soumise et confiante, chacun se trouvant assigné à une place précise.

  • 1 P. Sorlin, La Société Française (1914 à 1939), Arthaud, 1971, Paris, p. 76.

7À plus forte raison, le plus modeste membre de la société, cette petite fille à qui l’on apprend patiemment les principes et les règles qu’elle devra respecter toute sa vie, doit-elle obéissance à sa famille, cet incontournable rouage de l’équilibre français, aux lois écrites et non écrites d’une moralité sans défaut. Ses devoirs et ses obligations, définis de manière précise, restreignent aimablement son champ d’action et d’initiative. Toutes ses faiblesses sont détaillées, expliquées, doucement réprimandées ou plus sévèrement condamnées. Ses goûts, ses loisirs, jusqu’à son habillement et ses amis, inventoriés, jugés, orientés font l’objet de recommandations inlassablement et benoîtement astreignantes. Ainsi La Semaine de Suzette peut-elle simultanément suivre une ligne de conduite existentielle à laquelle elle croît sincèrement, contenter des parents que trouble l’évolution de la structure sociale, et rassurer les petites Suzettes qui s’essayent à exister. « L’espoir de revenir au passé, écrit Pierre Sorlin, de retrouver un monde identique à ce qu’il était jadis est largement répandu dans la société française mais n’est nulle part aussi fort que dans la bourgeoisie1 ». Las ! La deuxième guerre mondiale balaye sans merci tout ce à quoi l’on a longtemps cru : ordre, castes sociales bien définies, ressources solidement établies… Lorsque La Semaine de Suzette reparaît en 46, Mad. H. Giraud, âgée, profondément bouleversée, reprend cependant du service pour un temps, avant de laisser discrètement la place en 1949. L’époque, lentement, érode la stabilité d’une publication que l’on croyait presque éternelle, et dix ans plus tard, les petites filles se sont progressivement détournées de leur journal qui disparaît, laissant au cœur des anciennes Suzette une ineffaçable mélancolie…

8Nous sommes encore quelques-unes à nous remémorer et savoir ce que La Semaine de Suzette a été et a fait pour nous… Il y a cinquante ans, il y a cent ans, dans un monde clos que personne n’a ni le loisir ni le désir de comprendre, les enfants, dirigés autoritairement ou, au mieux, fermement conseillés, ne voient guère reconnu leur droit à une existence personnelle, et mènent une vie plus caractérisée par le devoir que par l’initiative ou la liberté. Ce type de formation a contraint plus fortement encore la partie féminine de la population, empêchée souvent d’exercer créativité et activité ailleurs que dans les voies prédéterminées pour elle du mariage et de la maternité. Le sport n’est pas interdit, mais tardivement et modérément, le jeu des sentiments, dangereux, ne doit en aucun cas atteindre la passion, le monde des affaires ou du travail paraît toléré mais encore sujet à caution, son langage, son mode de vie, ses façons, se trouvent circonscrits et pondérés de manière à ne pas choquer, principes que La Semaine de Suzette ne se lasse jamais de représenter.

9Oui, mais… Heureusement pour nous, Tante Mad et ses complices aimaient les petites filles. Heureusement pour nous, une fois le billet vertueux lu et – ou non – apprécié, restait Bécassine, incomparable camarade de jeu, et Nane, notre timide alter ego plus sage que nous, étrangement familière cependant des pays lointains et des situations incongrues, entourée de ses proches et amis si vivants et si drôles, de ses animaux si tendres… Restaient aussi des auteurs habités par l’envie d’écrire pour nous, de tresser pour nous leurs intrigues aux phrases élégantes, au vocabulaire choisi… Débordant d’imagination et de rêve, entraînés eux-mêmes au fil des pages et des ouvrages, ces écrivains-là, « spécialistes de la littérature enfantine », revivaient avec nous d’anciennes passions de mioches, de vieux songes désarmants, de lointaines illusions de gosses, des fictions de gamins exaltés… Nous savions bien, nous les petites lectrices, que ces narrateurs-là étaient, quelque part, des enfants comme nous !

10Dans ces feuilles fameuses, grâce à eux, nous avons constaté que les plus jeunes peuvent aider leur famille, affronter l’adversité, démontrer leur vaillance et leurs sens de l’honneur ou de la justice, leur amour d’autrui, soutenus seulement – mais si peu, oh, si peu… – par la présence d’une cuisinière revêche ou d’un savant singulièrement distrait. Nous avons frémi dans les pays lointains au contact des indigènes, tremblé au mystère de l’étranger, ri, tellement ri aux comportements saugrenus de la vieille grand-tante ou du cousin célibataire. Bouleversées par les dangers encourus, rassérénées par les fins heureuses embellies d’émouvantes retrouvailles, nous étions un peu tristes alors de perdre nos amis… Certainement pas perdus, en aucun cas disparus… Mais soigneusement, précieusement conservés jusqu’à présent. Nos petites-filles liront-elles ces albums un peu défraîchis, aux couleurs passées, aux coins cassés, qui rassemblèrent tant de talents divers ?

11Journal du moment mais aussi de toutes les époques, habilement adapté aux préoccupations de son temps quel que fût celui-ci, pleinement engagée dans le vingtième siècle, La Semaine de Suzette fut aussi le journal d’une classe sociale, celle de la respectabilité, de la convention et de la hiérarchie. Souvent, il faut l’admettre, empreinte de racisme voire d’antisémitisme, maux notoires de tous les âges mais moins combattus autrefois, plus soucieuse, suivant le mot fameux, d’ordre que de justice, plus respectueuse de hiérarchie sociale que de franche égalité populaire, ce fut, avouons-le, une publication aux critères idéologiques pour le moins équivoques… Et comment ne pas juger son attitude si déplorablement conventionnelle à l’égard de la gent féminine ? Nous pouvons maintenant apprécier ses choix avec lucidité, sérénité et, peut-être, regret, tout en replaçant dans un contexte historique particulièrement troublé ses « errements » divers.

12Et pourtant, parce qu’elle fût éminemment adaptable, sincèrement attentive aux besoins des fillettes et à leur évolution, nous demeurons, nous, les sexagénaires – et plus âgées encore – reconnaissantes à cette Semaine de Suzette qui nous a aidées, secourues dans nos détresses, amusées, entraînées avec elle bien loin d’un quotidien parfois difficile, et a, en somme, officiellement reconnu notre existence.

13Rémi Puyuelo, pédopsychiatre, compte au nombre de trois les grandes peurs fondamentales de l’enfant. La Semaine de Suzette nous a-t-elle préservées de la première, la sexualité ? Nous pouvons en douter, dans la mesure où le sujet s’est trouvé simplement et parfaitement passé sous silence, cependant que l’hebdomadaire tentait de le sublimer en saupoudrant ses textes de quelques mariages inspirés par l’amour… Pour la deuxième, soit la folie, elle a voulu nous en protéger par la rectitude de sa pensée, la rigueur de ses conceptions morales et civiques : nous savions comment penser droit ! La dernière, c’est la bêtise, et c’est à ce sujet que notre seconde mère a le mieux réussi son éducation. Il n’y a pas, dans la Semaine de Suzette, de petites filles bêtes… Il y a des paresseuses, des menteuses ou des coquettes, mais on n’est jamais, dans ses feuilles, une petite fille désespérément, irrémédiablement sotte : travailler et réfléchir, représentent la source de tous les succès, comblent toutes les défaillances.

14En un temps où nous ne possédions pas grand-chose, La Semaine de Suzette fut notre journal à nous, les petites filles.

Notes

1 P. Sorlin, La Société Française (1914 à 1939), Arthaud, 1971, Paris, p. 76.

© CNRS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search