Version classiqueVersion mobile

La Semaine de Suzette

 | 
Marie-Anne Couderc

Première partie : L’intégration générale

Chapitre 2. La structure nationale

Texte intégral

1Pour cette France, définie et défendue avec tant d’opiniâtre amour face au monde entier, dont les valeurs d’ordre et de culture, de douce puissance et de ferme grandeur sont célébrées à chaque page, il convient à présent de considérer intimement quel ordonnancement précis et solide la construit et la soutient. Déjà convaincues de l’excellence française, les petites lectrices sont maintenant à même d’apprendre et comprendre les structures intérieures de leur pays, et surtout de leur classe sociale privilégiée. C’est ainsi que les problèmes politiques – oui, même pour des enfants – se trouvent évoqués à l’occasion, ainsi que ceux que peuvent poser le maintien de l’ordre, ce principe essentiel d’un gouvernement soucieux d’équilibre. Une présence de la hiérarchie catholique trouve également sa place au sein d’un journal dont nous avons plus haut indiqué la tendance éminemment chrétienne. Quant à l’enseignement, thème de choix destiné à la fois aux jeunes et à leurs parents, l’importance de ce cadre essentiel n’est plus à démontrer au sein d’un journal enfantin.

2Avons nous, dans ces textes, un tableau réaliste des institutions françaises ? Convenons qu’il s’agit plutôt d’un ensemble de principes, de certitudes, tenues depuis fort longtemps pour justes, sans qu’il soit besoin de les montrer ou de les remettre en question. Mi-rêvées et souhaitées par la bourgeoisie française, mi-appuyées sur la réalité, révélatrices en tout cas des craintes multiples qui assiègent les adultes, les observations et les espérances de la rédaction comme des auteurs conduisent en toute hypothèse les fillettes à de persuasives certitudes.

La politique

  • 1 Mad. H. Giraud, « Lettre d’une Tante », 1946, p. 59.
  • 2 Id., Ibid., 1946, p. 3.

3Faut-il rappeler que les Françaises n’obtiennent le droit de vote qu’après la Seconde Guerre mondiale ? Ce qui justifie, en partie du moins, la réaction… réactionnaire de Tante Mad dans une Lettre datée de 1946 : « Je pense bien, mes chères petites nièces, et je vous en félicite, que vous ignorez tout de la politique1 ». Peut-être ne faut-il entendre dans ces propos que le souci bienveillant d’épargner, à des enfants encore éprouvées par la guerre et les restrictions, les préoccupations adultes, pour les renvoyer enfin à une enfance véritable. Et pourtant le journal, quoique de manière détournée, affiche des positions politiques constantes. Ainsi que le reconnaît Tante Mad dans sa première lettre de 1946 : « ne fallait-il pas, chères petites nièces, que nous évoquions ici, en les effleurant seulement, tous ces souvenirs qui ont leur place dans votre journal, où, toujours, vous le rappelez-vous, nous suivions les événements qui se passaient dans notre pays ?2 ». Pourtant,… si la plupart des thèmes propres à la guerre (mobilisation, difficultés quotidiennes etc.) ont effectivement été abordés en temps et lieu, ni la crise des années trente, ni le Front Populaire n’ont cependant été « suivis » par la rédaction autrement que par des allusions plus ou moins claires glissées dans certains textes et romans.

Vive le roi !

  • 3 Mad. H. Giraud, Jerry dans l’Ombre, 1946, p. 147.

4L’une des premières bases politiques du journal, fort propre d’ailleurs à rassurer fondamentalement son jeune lectorat, consiste à établir la notion de hiérarchie : en somme, il y a des gens faits pour commander et d’autres pour être commandés. Le sexe et l’âge peuvent certes modifier l’appartenance à l’une ou l’autre catégorie, mais dans l’ensemble, et comme le constate philosophiquement Bécassine, on demeure « où l’on naît, où l’on est… » Deuxième axiome donc : l’aptitude au commandement est héréditaire, et bon chien chasse de race. Ainsi en est-il de Jerry, chef de maquis, et fils du prestigieux Sir Jerry : « Jerry en effet avait su s’imposer comme chef à tous ces garçons, plus âgés que lui cependant […]. Son audace, son esprit d’organisation, son joli courage avaient fait [de lui…] vraiment le chef, et un chef très aimé3 ». Très logiquement donc, la monarchie, sommet acéré du pouvoir transmissible, reste le mode de gouvernement privilégié, comme le démontrent particulièrement deux romans : La messagère du roi Henri, signé en 1938 de Denis Raynaud idéalise encore une des figures les plus aimées de l’histoire française, Henri de Navarre devenu Henri IV, roi intelligent, simple, et fort populaire. Babette la curieuse, situé par Yvonne Loisel sous le règne de Louis XIV (1946) exalte un deuxième aspect, plus majestueux, plus rayonnant, de la monarchie dans tout son éclat. À ceci ajoutons une succession impossible à répertorier d’anecdotes, historiettes ou nouvelles portant principalement sur ces mêmes personnages flanqués de temps à autre par quelques monarques mythiques, comme Charles VII, ou encore Napoléon, autre grand homme français.

  • 4 Id., Lettre d’une Tante, 1939, p. 38.

5Et puisque la France ne peut plus offrir à ses enfants l’enthousiaste image d’une famille royale, qu’à cela ne tienne, le Gotha mondial se prêtera complaisamment à cet exercice : Farouk d’Égypte est un prince charmant, l’empereur Bao-Daï évoqué avec éloge, Albert 1er de Belgique, Gustave de Suède appréciés comme il convient, et dans un article de 1937, Jean Nemo recense les onze cours royales européennes en déplorant le manque de tradition républicain. Championnes de l’élite, les petites princesses Elisabeth et Margaret ne sont-elles pas abonnées à La Semaine de Suzette ? Quel superbe exemple que les royales petites lectrices ! En 1938, nous apprenons qu’elles mangent du potage. En 1939 qu’elles arborent leurs premiers bas de soie, et récitent un compliment en français au président Lebrun, etc. Exemplaires, ces fillettes le sont parce qu’elles vivent sans se targuer de leur royale naissance, bien qu’elles trônent, comme le fait judicieusement remarquer Tante Mad, « tout en haut de l’échelle sociale4 ».

6Ainsi Henri IV plaisante-t-il ses paysans et Louis XIV salue-t-il ses femmes de chambre. Pourquoi alors refuser de porter au pouvoir ces monarques dignes, simples, a

7dmirables à tous points de vue, et dont les enfants mangent du potage tous les soirs ?

Au bas de l’échelle

  • 5 C. Cruysmans, Emmanuelle, 1937, p. 225.
  • 6 M. Bonnardot, Cricri et sa Princesse, 1933, p. 9.
  • 7 B. Bernage, Une Petite Fille tombée de la Lune. 1936, p. 37.
  • 8 M. Bonnardot, op. cit. p. 8, 9.
  • 9 D. Rogeben, Le calendrier de 1793, 1950, p. 2.

8C’est là que vit le peuple, terme à l’interprétation difficile. Par nature, le peuple est bon, simple, généreux, loyal et travailleur. Il ne réclame rien, et respecte une tradition, notamment religieuse, qui le rassure à l’instar des petites lectrices de La Semaine de Suzette. Ainsi « seule, respectée par les ennemis du donjon, rebâtie par le peuple, la chapelle demeure au-dessus des ruines5 ». Malheureusement, ce même peuple s’avère crédule, d’une regrettable instabilité, et affiche une propension marquée à écouter les mauvais, les méchants, les révoltés. Ainsi en témoigne un roman extrêmement intéressant qui le démontre sans ambages, Cricri et sa Princesse, écrit par M. Bonnardot et publié en 1933. « Excités par quelques adroits meneurs, les habitants des masures clament qu’on les berne et qu’on les dédaigne ». Voici donc un « peuple trompé par quelques hommes néfastes ». « N’est-ce pas à ceux qui font les lois et sont tout-puissants, leur soufflent à l’oreille quelques agitateurs mystérieux, de diminuer votre misère, de vous bâtir des maisons saines et agréables où vos enfants puissent vivre comme les enfants de la ville riche ?6 » Ma foi… Nous ne saurions mieux dire, n’est-ce pas ? Mais d’où viennent ces « agitateurs », ces « hommes », ces « meneurs », « néfastes », « adroits », « mystérieux » ? Agissent-ils par pure malfaisance ? C’est bien ce que laisse supposer l’oncle Mathieu, lorsqu’il évoque « les révolutionnaires qui cherchent à mettre le trouble dans les beaux pays heureux…7 » Aussi, en visite dans ce « beau pays » inconnu, le Français, sujet de la République mais par ailleurs sceptique quant aux bienfaits de cette dernière, commence à deviner que la révolution est en marche cependant, et la famille royale menacée par « des mécontents et des ignorants que dirigent et qu’exploitent quelques cerveaux surexcités, qu’aveugle une ambition forcenée ». Aussi se permet-il quelques conseils désabusés, et glisse-t-il en soupirant « La Révolution et les injustes tueries n’ont jamais réussi à aucun pays. Ce n’est pas cela qui fera mieux pousser le blé, mieux mûrir le raisin, et mieux marcher le commerce, au contraire8 ». Le pain et le vin symboliquement chrétiens, les valeurs traditionnelles exaltées de la culture et du négoce, autant de justifications peut-être à une certaine passivité, un certain ordre éternel et naturel des choses… Apologie commode de l’immobilisme et de la fatalité, assureront les uns. Affirmation raisonnable de la solidité ancestrale, riposteront les autres. Entre les deux attitudes, La Semaine de Suzette qui, en 1950, proclame toujours sardoniquement « Que voulez-vous ! Certaines personnes sont encore persuadées que tout ce que fait la République est merveilleux ! » a choisi la voix frileuse mais rassurante du conservatisme traditionnel9.

Père, gardez-vous à gauche

9On se méfie donc absolument de ces émanations républicaines que constituent les municipalités et, particulièrement, les maires issus du peuple. Déjà, l’oncle Corentin de Bécassine, élu caricatural aux décisions confuses, au comportement souvent fantaisiste, ne constituait pas un magistrat vraiment exemplaire. Du moins, ancien piqueur du marquis de Grand-Air, il connaissait la réalité des pouvoirs : celui, inconstant, de la fortune populaire, celui, immuable, de la naissance.

  • 10 Caumerу, Bécassine fait du scoutisme, 1931, p. 47.
  • 11 A. Bruyère, Notre petite Princesse de Misère, 1947, p. 110.

10Cependant, Bécassine fait du Scoutisme (1931) nous offre le portrait d’un édile beaucoup plus déplaisant, celui qui a été « nommé à Fleury » comme l’affirme soit un lapsus, soit une méconnaissance révélatrice du processus de l’élection, l’un ou l’autre intéressants d’ailleurs. « C’était un fermier qui avait gagné beaucoup d’argent pendant les années précédentes, ce qui lui donnait une forte vanité et des idées de grandeur10 ». Une fois ruiné, l’homme, qui n’a visiblement obtenu sa fonction que par l’effet de sa fortune, doit donner sa démission. In compétent, gonflé de son importance, il n’a rien rapporté au pays. Le maire présenté par ailleurs dans Notre petite Princesse de Misère semble au début de l’aventure plutôt convenable, « paisible et correct ». Néanmoins, après s’être révélé, au cœur du drame, indécis, incapable d’authentifier des papiers officiels, il se comporte au final de manière gauchement révérencieuse, et, prétend le malicieux Riquet, l’enfant du château, adroitement caricatural dans ses affirmations narquoises, « descend l’avenue à reculons en prolongeant ses révérences, tant il est ébloui par nos visiteurs11 ».

  • 12 B. Briant, Noël d’Espagne, 1936, p. 26.
  • 13 H. Lauvernière, L’Énigme du Prieuré, 1934, p. 175.

11Enfin, bien que l’évocation directement politique s’avère relativement rare, elle existe pourtant parfois. Dans un petit article intitulé « Noël d’Espagne, et publié en 1936 par Berthe Briant, l’auteur, après une allusion à “l’affreuse guerre civile”, regrette que les petits Espagnols ne puissent célébrer à leur manière la plus joyeuse des fêtes chrétiennes ». Deux phrases indiquent cependant clairement auquel des deux belligérants la journaliste espère voir revenir la victoire. En effet, après avoir affirmé que ces rites « les enfants de la catholique Espagne ne [les] oublieront pas », elle conclue en leur souhaitant « de retrouver ces douces traditions », suggérant par la même la défaite de la gauche iconoclaste et athée12. H. Lauvernière pour sa part n’hésite pas à prononcer clairement un jugement sans appel sur une des doctrines les plus alarmantes qui puisse inquiéter la bourgeoisie, et ose même prononcer le mot : « le rude bon sens paysan avait vite dépisté le piège tendu par les doctrines communistes, et dans cet heureux coin du jardin de France, on ne se gênait pas pour s’en “gausser” aux veillées13 ». Le ton, méprisant, assuré, règle promptement leur compte aux « doctrines communistes ». Il serait toutefois hasardeux, bien que de nombreuses indications nous orientent vers une même interprétation politique, de classer de manière rigoureuse les tendances doctrinales de La Semaine de Suzette. Contrairement au courant maurrassien, l’hebdomadaire se réclame de la tradition chrétienne, et sans doute pour cette raison, exclut totalement de ses pages toute allusion à un humanisme, une culture gréco-latine dont serait issue la pensée occidentale, thèse chère à Maurras, et dont le paganisme paraît certainement inacceptable aux responsables du journal.

12De tout ceci, concluons en premier lieu que La Semaine de Suzette constitue, fort paradoxalement, un étonnant hommage politique aux femmes. Comment cela, objectera-t-on, puisque ces dernières n’obtiennent qu’après la Seconde Guerre mondiale ce droit de voter, que le Sénat a par deux fois rejeté en 1922 et 1932 ? De fait, la classe aisée sait parfaitement que par ses filles passe l’éducation de ses garçons, que l’élément féminin de sa population conserve les valeurs nécessaires, modèle doucement les hommes de son milieu social, et grâce à sa soumission raisonnable et acceptée, les confirme dans leur aspiration légitime à une hiérarchie sociale efficace. Encore que le nom du maréchal Pétain apparaisse – à une seule occasion – dans un roman d’A. Lichtenberger, où il préside la distribution des prix du cours privé de fillettes Bournazel, La Semaine de Suzette, résolument française, résolument gaulliste quand le temps en sera venu, ne verse pas dans l’extrême droite de Vichy. Quoique son orientation conservatrice ne fasse aucun doute, elle se contente, prudemment, de cueillir au hasard du passé les anecdotes historiques ou les traits des grands personnages. Ils lui permettent en effet simultanément d’implanter chez les petites lectrices un souci respectueux de la gloire et de la grandeur française, une résolution de ne rien changer à l’organisation pyramidale du pouvoir et une rassurante certitude quant à l’indéfectible solidité de l’ensemble, fortifiée encore par la dénonciation occasionnelle mais explicite des dangers qui pourraient la menacer.

La foi de nos aïeux

  • 14 Ena Ramie, L’Ange de Pâques, 1919, p. 17.
  • 15 Id., Anges de France, 1919, p. 11.

13Ici s’impose, afin de mieux saisir dans son ensemble la position de La Semaine de Suzette quant au problème religieux, un bref aperçu de la situation générale. Certes jusqu’à la guerre de 1914-1918, l’Église, tout à fait immobile dans ses résolutions invariables, est demeurée fidèle aux engagements du xixe siècle. Une incursion dans La Semaine de Suzette de 1907 ne révèle aucune incitation religieuse, aucune mention de fêtes ou de rites chrétiens. L’album de 1917 également consulté affiche la même pénurie d’effort prosélytique. La saynète intitulée « L’Ange de Pâques », si elle a recours à l’Évangile ne l’utilise qu’afin de mieux glorifier Jean, soldat mort pour la France14. Quant aux trois anges au charisme discutable « venus ce soir/m’apporter la fleur de l’espoir », soit l’Archange des Batailles, l’Ange de la Mort et l’Ange de la Victoire, cousins proches des Quatre redoutables Cavaliers de l’Apocalypse, ils glorifient le patriotisme triomphant au grand dam de la foi chrétienne…15

14Pour Tante Jacqueline, rédactrice en chef, qui la première rédigea les « Lettres d’une Tante », elle ne livre sous cet intitulé qu’une série d’analyses graphologiques destinées à ses jeunes correspondantes ! Sous son égide, La Semaine de Suzette apparaît donc comme un journal certes bien pensant, mais d’une religiosité discrète, assez laïque dans ses propos, très influencé par le chauvinisme.

Les choses bougent

15Tout autres se présentent les mentalités françaises de 1927, date à laquelle Mad. H. Giraud prend le relais, et assume à son tour la rédaction du journal.

  • 16 P. Sorlin, La Société Française de 1914 à 1968, Paris, Arthaud 1971, p. 253 et 255.
  • 17 G. Duby, R. Mandron, Histoire de la Civilisation française, Tome II, Paris, A. Colin, « Collection (...)
  • 18 P. Sorlin, op. cit, p. 256.

16Deux constatations essentielles rapprochent en effet l’ensemble des historiens : la première confirme un indissociable accord entre l’Église et les classes aisées puisque, comme l’écrit Pierre Sorlin, « dans la première moitié du xxe siècle, prêtres et fidèles participent encore largement à la culture bourgeoise16 », et « il est à peu près impossible de parler de la crise religieuse sans faire référence au déclin de la culture bourgeoise ». La deuxième s’avère non moins radicale, en affirmant que « la coupure entre l’Église Catholique et les masses ouvrières est totale17 ». C’est donc entre 1926 et 1930 que l’Église entreprend de « rechristianiser » la société française, et ce faisant, soutient un certain nombre d’associations au développement foudroyant : la JOC, née en 1927, la JAC, datée de 1929, la JEC, fondée en 1930, de nouvelles organisations destinées aux femmes, les mouvements scouts enfin, témoignent d’un renouveau vigoureux de la foi chrétienne, toutes associations approuvées et favorisées par la Papauté, alors représentée par Pie X. Quel écho cet élan dynamique mis à la disposition de l’Église française va-t-il trouver dans La Semaine de Suzette ? Comme l’explique clairement Pierre Sorlin : « Les mouvements d’action catholique qui s’étaient brillamment développés dans les années trente regroupaient des hommes et des femmes qui avaient découvert leur appartenance à un milieu – ouvrier, paysan, étudiant –…18 » C’est la reconnaissance de la solidarité devant les soucis quotidiens, les problèmes, une possibilité d’atteindre une force, une autonomie, une indépendance pour régler ces mêmes difficultés face aux classes aisées et dirigeantes. La société change… La Semaine de Suzette évoluera-t-elle à son tour ?

  • 19 M. Fleury, Les petites Ailes, 1928, p. 29.
  • 20 Caumerу, Bécassine fait du scoutisme, 1931.
  • 21 M. Delorme, Défense des camps, 1948, p. 291.

17Ce n’est pourtant qu’en 1928 qu’une page d’information rédigée par M. Fleury présente les petites Ailes, sœurs des Scouts, alors que ce mouvement date déjà de huit ans19. En 1931, grâces soient rendues à Caumery et Pinchon, Loulotte alors âgée de 10 ans adhère au scoutisme, ce qui nous vaut un album entier sur ses aventures, et maints commentaires et explications élogieux sur l’essence même de ses activités20. Il faudra attendre néanmoins la fin de la guerre pour que Tante Mad évoque officiellement le scoutisme, et 1948 pour la rubrique, désormais régulière, que tient Marinette Delorme : elle y évoque avec conviction les diverses réunions, les jamborees, les événements du monde scout, tant masculins que féminins. La reconnaissance complète éclate enfin dans un roman consacré aux guides, l’Honneur des Abeilles, publié en 1950, et signé de la même Marinette Delorme. Entre-temps, Marinette Delorme s’évertue à démontrer l’excellence du scoutisme pour les filles : « Vous ne sauriez croire quelles jolies choses elles réalisent avec des œufs durs, des radis et des feuilles de salade ». Ceci « sans désordre ni taches sur les robes », « avec du charme et de l’harmonie dans le camp, avec un esprit d’élégance et d’esthétique qui développe le goût de l’installation et le désir de créer un home harmonieux21 ». Oh ! Très Saint Père ! Le mysticisme de la salade aux œufs durs, la spiritualité de l’installation élégante et du home harmonieux !… Mais « est-ce bien prudent ? » La pauvre et passionnée Marinette démontre, explique, prouve, convainc ! Tant de travail, tant d’efforts pour envoyer des petites filles quinze jours au grand air… Si toutefois La Semaine de Suzette peine à accueillir les nouveautés du monde chrétien, comment donc défend-elle et maintient-elle les principes de sa foi ? De plusieurs manières, toutes constantes, toutes empreintes de la même ferme et douce certitude.

Un encadrement précis

  • 22 C. Clément, Marie-Emmanuelle, 1937.
  • 23 B. De Rivière, Chez Tante Paméla, 1947.

18Le rite sacré occupe, on le devine, une place immuable au sein de la fiction et de l’aventure. Certains actes religieux, comme l’assistance à la messe, la communion ou la confession, se trouvent, suivant les romans, transfigurés en démarches mystiques, et frôlent parfois l’événement exceptionnel, voire miraculeux : citons parmi les exemples les plus probants les démarches parallèles, à quelques dix années de distance, de Marie-Emmanuelle et de la petite Anne. La première, en effet, par une fervente prière prononcée au cours d’une messe à Lourdes, obtient tout à la fois le retour à la foi de son mécréant d’oncle et la miraculeuse guérison de sa petite cousine paralysée22. Anne, quant à elle, propose au Seigneur un considérable sacrifice en échange de la conversion de la Tante Paméla, et ce au cours de sa communion solennelle : la voici exaucée immédiatement23.

19Par ailleurs, les fêtes traditionnelles occupent une place d’honneur dans le petit monde de La Semaine de Suzette, chaque date suscitant un billet de Tante Mad approprié aux circonstances. Ainsi Pâques, symbole de la Résurrection, nous offre l’occasion d’assainir notre âme comme nous aérons la maison au grand nettoyage de printemps. Le temps du carême se trouve propre aux petits sacrifices. Les Rameaux, la chandeleur, la Toussaint tour à tour évoqués et commentés, se prêtent à quelques gloses mi-morales, mi-religieuses qui cherchent à insuffler un élan nouveau aux anciens rites traditionnels.

20La fête de Noël, conviviale et festive, connaît une illustration particulièrement remarquable grâce aux notes avunculaires précédemment signalées. Elle se trouve de plus doublement servie, non seulement par une abondance de nouvelles et de contes enneigés prodigues en petits pauvres et heureuses surprises, mais encore par un certain nombre d’œuvres de plus longue haleine. À ce sujet, nous pouvons comparer avec bonheur deux romans que séparent seize années de parution, et, sans nul doute, d’évolution. Les Demoiselles de Pauvremont, écrit en 1934 par C. Cruysmans, met en scène un groupe de fillettes qui, loin de leurs parents mais sous l’égide de deux adultes, tâche de fêter joyeusement Noël avec les moyens du bord. Le second, La Pension Bienaimé, publié en 1950 par B. de Rivière, présente à peu de chose près la même situation ! Dans les deux cas encore, on s’évertue à confectionner soi-même les cadeaux, les ornements du sapin, la crèche improvisée, on passe chaleureusement la soirée à chanter des cantiques avant de se rendre en groupe à la vieille église locale où sera célébrée la messe de minuit.

  • 24 C. Cruysmans, Les Demoiselles de Pauvremont, 1934, p. 37.
  • 25 Id., Ibid.
  • 26 Id., p. 109.

21Là cependant s’arrête la similitude. La fête, en 1934, prend rapidement un tour spirituel, puis dramatique. Quelques exhortations pieuses se glissent dans le texte : « chacun se fait un cœur nouveau, un cœur pur et simple, un cœur d’enfant pour se réjouir de cette chose merveilleuse et inouïe : la venue de Dieu parmi les hommes24 ». Suivent, dans une lettre venue des Indes, les dévotes recommandations de la lointaine maman, qui incite à « prier pour les païens qui ne connaissent rien de la joie, de la bonté, de la charité de notre Évangile25 ». L’affaire tourne mal très vite, à la suite de l’enlèvement de Monique, la plus jeune des fillettes. Voici donc un Noël marqué douloureusement, où les notions angoissantes de souffrance et d’insécurité humaines gâchent le plaisir le plus innocent qui soit, celui d’une très simple fête familiale. Le bonheur se mérite, et c’est dans l’épreuve que s’affirme la foi. « Oh ! les mots si chers qui les ont réconfortés tant de fois, les Ave Maria dits dans la souffrance, les Pater des jours inquiets, comme il fait bon les répéter dans la joie !26 ». Car Monique est, naturellement, retrouvée par la grâce de Dieu.

22Le Noël des pupilles de la pension Bienaimé s’avère quant à lui tissé de pure allégresse : tout le monde y participe, et l’accent est mis résolument sur les plaisirs matériels, pour ne pas dire matérialistes : bonheur d’écouter les splendides chants basques, bonheur de déguster « un merveilleux chocolat couvert d’une mousse épaisse », douceur de la réunion amicale. Quant à la crèche, elle servira, ce soir-là, à dissimuler… un contrebandier ! La guerre a passé par là… Les petites filles ont assez souffert pour que la notion même de souffrance se trouve bannie du roman, assez connu la faim pour rêver, avec des mots joliment sensuels, du chocolat dont elles ont été si longtemps privées…

Prière et charité

  • 27 J.-M. Mayeur, F. Bedarida, A. Prost, J.-L. Monneron, Histoire du peuple français, Nouvelle Librairi (...)
  • 28 S. Ducamp, op. cit, p. 245.
  • 29 G. Verdat, Les conquêtes de Maude, 1936, p. 292.

23Fions-nous, une fois encore, au témoignage d’un historien pour résumer sans ambiguïté la position religieuse de la bourgeoisie sur un double plan pratique et moral : « l’habitude de la prière en commun, la fidélité scrupuleuse aux lois de l’Église, les pratiques ascétiques, le souci de l’aumône27 ». Prière en commun en effet : à Pauvremont, l’aînée des fillettes remplace la maman absente, Mme Delbrynne rassemble ses dix enfants dans sa chambre « où, comme chaque soir, grands et petits se réunissaient pour la prière […] fervente et recueillie28 ». Mais aussi prière individuelle, alors que l’oraison communautaire semble se perdre et n’est plus mentionnée après 1934. Les jeunes amis de Colombine regrettent d’avoir oublié le salut vespéral, Marie-Emmanuelle récite son chapelet le soir, Baïa l’apprend chez les Delbrynne, des enfants en vacances édifient un petit oratoire où chacun peut se recueillir (La Vengeance d’Apéki, publié en 1947). Relevons aussi maints appels à la Vierge, notamment dans les cas de détresse ou de péril. « Bonne Mère, aidez-moi, supplie Maude. Toute seule, je ne saurai pas, mais avec vous, rien ne m’effrayera29 ». Ainsi la prière apparaît simultanément comme acte de demande, de retour sur soi-même et de réflexion, preuve de confiance et enfin élan de gratitude lorsque le vœu se trouve exaucé.

  • 30 Mad. H. Giraud, Lettre d’une Tante, 1934, p. 141 ; 1936, p. 198.
  • 31 Id., Ibid., 1948, p. 110 ; 1949, p. 130.

24Mortification et sacrifice s’imposent à leur tour au tableau des obligations chrétiennes, ce qui peut nous paraître, en nos temps où l’enfant, en paroles du moins, règne sans partage sur nos existences et notre société, extrêmement étonnant, pour ne pas dire choquant. Les choses évoluent cependant là aussi de manière probante. En 1934, Tante Mad exhorte longuement, assez sévèrement, ses petites nièces lors du Carême : « Imposez-vous volontairement de petites privations […]. Je suis sûre que le Bon Dieu sera très satisfait de vous voir vous priver tout à fait volontairement […] Je crois que Là-Haut on doit aimer beaucoup les sacrifices que mes petites nièces font si volontiers pour prouver leur dévotion ». Ou encore, en 1936 : « Et tous ces petits sacrifices de carême, offerts en gerbe au Bon Dieu, lui sont, j’en suis sûre, le plus agréable des bouquets. Il doit bénir tout spécialement cette petite fille et sa famille30 ». Volontariat obligatoire, si nous osons ainsi qualifier la chose, responsabilité devant la famille… Ce terrible colonel de Tante Mad met rudement au pas les petits soldats du Christ, et ce dès leur jeune âge. Dix ans passent, la France n’en finit pas de se remettre de ses épreuves… Et Tante Mad, sans avoir toutefois désarmé, mais vieillie et compréhensive, signale par deux fois la nécessité d’observer un Carême adouci : les carences de la guerre, remarque-t-elle avec bons sens, ont fait vivre un sacrifice permanent à nombre de ses petites nièces. Aussi convient-il, durant ce temps, de ne plus se priver de nourriture mais d’observer seulement une vie un peu plus austère. Encore l’accent est-il mis, par deux fois de nouveau, sur les joies de la mi-Carême : « Amusez-vous bien chères petites nièces ». Et, un an après, « alors profitez bien de la mi-Carême, et amusez-vous bien !31 ». Allons bon ! Voilà qu’on peut se distraire !

  • 32 J. Remу, Les fraisiers de Line, 1928, p. 142 ; J. Dumas, Les vacances d’Albane, 1928, p. 46 ; Mad. (...)
  • 33 Mad. H. Giraud, Lettre d’une Tante, 1928, p. 117.
  • 34 Id., 1939, p. 151.

25Cette astreinte de la privation et de l’effort, nous la retrouvons dans la pratique exigeante de la charité, souvent de type matériel : secours de nourriture, de vêtements ou, plus simplement, d’argent. Ainsi Roselyne trouve-t-elle sa joie à acheter des gâteaux pour les distribuer. Tricoter, coudre pour les malheureux constitue une autre forme d’attention, ou encore visiter les malades et les réconforter. Néanmoins, effectuer un sacrifice véritable demeure la manière la plus louable d’exercer sa bonté envers autrui, ce qui nous est représenté dans un nombre infini de nouvelles dont la teneur s’avère la même à peu de choses près : Line se prive des fraises du jardin pour une enfant malade, Albane sacrifie ses vacances pour Antonie, quatre petits enfants se dépouillent de leurs effets pour Fagotte, Nane sacrifie argent, temps, vacances pour procurer quelques semaines campagnardes aux gamins pauvres de Paris, etc. etc.32En 1928, Tante Mad attire déjà l’attention sur le chagrin des enfants qui n’auront pas de vacances, en instituant une collecte pour « l’Œuvre des Bons Enfants ». Quelques numéros plus tard, elle remercie chaleureusement les gentilles donatrices « qui ont, si nombreuses, répondu à son appel33 ». La démarche, quelque onze ans plus tard, n’a pas changé : à la veille de la deuxième guerre mondiale, le journal a « adopté » deux petits enfants, Pierre et Alice Noël, de manière à leur éviter l’Assistance Publique en soutenant financièrement leurs parents nourriciers, et la rédactrice en chef derechef remercie la générosité « délicieuse et spontanée avec laquelle [les lectrices] ont répondu à [son] appel34 ». L’après-guerre voit tout naturellement disparaître ce type de charité typiquement chrétienne : tant de misères à soulager, tant à reconstruire, une société vacillante… Tante Mireille, qui reprend la responsabilité de l’hebdomadaire en 1949, ne suivra pas sa consœur sur le chemin de la compassion médiatiquement organisée.

  • 35 J. Laharpe, L’erreur volontaire, 1932, p. 223.
  • 36 A. Roger, Un début dans le monde, 1940, p. 314.

26La semaine de Suzette tente en outre d’insuffler aux jeunes bienfaitrices des notions plus subtiles de délicatesse et de tact : donner ne suffit pas. Tant qu’à confectionner une robe pour une petite fille défavorisée, autant la tailler et la coudre joliment, sous peine d’être condamnée en punition à porter soi-même la vilaine toilette manquée35. La leçon, malheureusement, n’est toujours pas claire… Lorsque Catherine introduit candidement à la cuisine « l’envoyé du Seigneur, comme dit Bonne Maman », et installe devant un bon repas arrosé du meilleur Pommard de papa un vieux mendiant demi-aveugle qui demande un morceau de pain, maman pousse les hauts cris ! le bout de pain suffisait et pouvait se donner à la porte de la cuisine !36

  • 37 J. Le Cocq, La Conversion du Père François, 1939, (1er trim.), p. 309.

27Par ailleurs, le pauvre, quel que soit son âge ou son sexe se trouve toujours en état d’infériorité, comme le démontre de manière écrasante une nouvelle particulièrement révélatrice, « La conversion du Père François » signée en 1939 par J. Le Cocq. Ce mauvais sujet (« c’est un vieux brigand ») dévalise les poulaillers, marmonne d’affreuses menaces, brandit un bâton noueux, et redoute les gendarmes. Voici Colinette, six ans, assise avec son goûter sur le mur de sa propriété, et voici le père François, « assis sur l’herbe drue de l’autre côté ». La position de l’un et l’autre partenaire s’avère donc déjà significative… Le pauvre vieux renâcle d’abord de manière bien compréhensible : « Si c’est permis “qu’y ait” des gens heureux comme ça, tandis que d’autres “y crèvent de faim” ! Ah ! Misère ! » Certes, certes… Mais Colinette, contre l’octroi quotidien de sa tartine de confiture, ordonne candidement l’apprentissage du catéchisme. Le père François « se sent l’estomac vide » et accepte le rendez-vous régulier. Puis elle promet une place de jardinier, que son père accorde volontiers. Ainsi « le pauvre vieux condamné à la vie errante » se retrouve « logé, nourri, payé ». Désormais, devenu chrétien, il fait sa prière non seulement à Dieu mais encore « à Colinette. Car enfin elle peut beaucoup, cette petite fille qui d’un geste de ses doigts roses l’a créé jardinier. Oui, vraiment beaucoup. C’est mon avis… Qu’en dites-vous ?37 ». Dompté par la faim, comme un animal sauvage, voici que le père François tombe en adoration devant un bébé de six ans, au point, aux dires mêmes de l’auteur, de le considérer comme une divinité tutélaire. Mais la fameuse conversion chrétienne ne peut-elle pas apparaître ici comme une série de gestes et de rites magiques qui ouvrent, dans le mur symbolique de la propriété, la porte qui mène à l’argent ? Ou du moins à la sécurité. Qu’en dites-vous à votre tour ?

  • 38 S. Ducamp, Les étrennes de Jaquette, 1933, p. 74.
  • 39 H. Lauvernière. Le marchand de marrons, 1939, p. 276.
  • 40 G. Mornand, Les deux Lettres, p. 129 ; S. Locou, Zita, 1938, p. 129 ; D. Raynaud, La Bague retrouvé (...)

28Enfin, faire la charité est un acte réfléchi, mesuré, et qui ne demande qu’un sacrifice des plus raisonnables. Ainsi Mireille, la riche fillette achète-t-elle à Jaquette son petit serin chéri, puisque cette dernière n’a plus l’argent nécessaire à sa subsistance. Ainsi règne l’ordre : Mireille ravie emporte l’oiseau authentique, vivant, chantant. Sur le chagrin de Jaquette, censée être heureuse d’avoir gagné cette petite somme, le silence se fait : car elle balance à son bras un oiseau de carton, « qui, celui-ci, ne coûterait pas cher puisqu’il ne mangerait pas ». Et, avec la terrible bonne conscience des gens nantis, Mireille ajoute « gentiment » : « Regarde, […] comme c’est amusant, nous nous en allons chacune avec une cage38 ». Autre exemple éloquent : quand Nicole s’enquiert du vieux marchand à qui elle achète tous les jours – charitablement – un sac de marrons grillés, la réponse est glaçante : Flegmatique, résignée, habituée à la misère des humbles, la vieille répondit simplement : « L’est mort cette nuit d’une hémorragie, ma p’tite demoiselle ». Nuit, sang, souffrance, angoisse, solitude, et mort… Tout est dit, et tout, dans la constatation quasi désinvolte de la soumission du pauvre au malheur quotidien, choque et révolte. Émue par le « charitable désespoir » de Nicole, sa maman réagit en trois temps : tout d’abord, une « belle couronne de chrysanthèmes, destinée au défunt, sur son humble char ». Ensuite, trois manteaux noirs de deuil destinés aux enfants qui demeurent. Voici pour les apparences. Pour finir, la promesse (un peu vague il est vrai, mais quoi !), « de veiller sur eux39 » … Peut-être la vieille voisine est-elle endurcie, mais Nicole « dans ses larmes, étranglée de pitié, éclatant en sanglots », aura, comme les petites lectrices de La Semaine de Suzette d’ailleurs, appris quelque chose de la vie et de la mort, et le marchand ambulant n’a donc pas trépassé pour rien. Enfin, guidées par un salutaire bon sens, et tant il est vrai que la carotte semble plus et mieux que le bâton, nécessaire à cette avancée difficile sur le chemin de la vertu, nombre de nouvelles démontrent que la charité, loin d’être gratuite, offrent des gratifications variées. Agnès, qui a envoyé à une œuvre destinée aux « négrillonnes » l’argent économisé pour l’achat d’un chien en reçoit un qui lui est gentiment offert. Frédé, qui suit par compassion et solitairement un humble cortège funéraire, reçoit la modeste somme que le défunt a léguée à ceux qui auront suivi sa dépouille, etc. etc. etc.40.

Les représentants de Dieu sur Terre

  • 41 Citons trois références essentielles : V. Meillaren, Catherine et le Vaisseau-Fantôme (1939), B. de(...)

29Le prêtre n’intervient dans les belles histoires de La Semaine de Suzette que sous l’aspect stéréotypé d’un vénérable curé du troisième âge. Son expérience le rend avisé, sa bonté, aimable, sa culture, responsable. Élément pondérateur par excellence, patient et généreux, il ne possède cependant aucune personnalité : autrement dit, : « le bon vieillard » s’avère aussi transparent et inconsistant qu’une feuille d’automne… chacun sait qu’on ne fait pas de bonne littérature avec de bons sentiments, et comment, condamné par son sacerdoce à une réserve bienséante, pourrait-il résoudre des mystères, vivre des aventures hardies ou même participer de manière piquante au quotidien de ses ouailles41 ?

30Même prudence du côté féminin : gageons que La Semaine de Suzette ne tient pas à inciter les jeunes esprits romantiques à prendre le voile par excès de ferveur ! Le temps d’une scène, L’étrange histoire de Nine de Marthe Fiel utilise en 1928 une sœur garde-malade. En 1934, une rapide vision d’hôpital charitable nous est offerte par Les Demoiselles de Pauvremont (Catherine Cruysmans, 1938) et de Marie-Emmanuelle (Cécile Clément, 1937), les religieuses apparaissent sous deux aspects complémentaires, soit la religieuse déjà âgée, soumise, et la mère supérieure plus intelligente, plus cultivée, soucieuse et consciente de ses responsabilités et de ses décisions : Faut-il laisser partir Marie-Emmanuelle à l’ORAC (Office de la Radio Chrétienne) ? Faut-il, sur l’ordre paternel, envoyer Myriam chez sa demi-sœur inconnue ?

  • 42 A. Lichtenberger, La fortune de Nane, 1936, p. 16.

31Ce visage de douceur souriante, nous allons le retrouver chez Sœur Séraphique, mise en scène par A. Lichtenberger et H. Morin, mais de manière beaucoup plus réaliste. En effet, désireuse d’offrir à ses petits orphelins un grand bol d’air pur, Sœur Séraphique a accepté de les confier aux bons soins conjugués de Nane et de Marraine durant quelques jours. Cependant Mme Deluc, grande bourgeoise et mère de Nane, réagit devant l’affaire avec une impétuosité fort peu chrétienne : « Ma sœur, s’exclame-t-elle, je dois vous avouer que j’ai été plus d’une fois sur le point de vous envoyer au diable42 ». Voici que cette dame de la bonne société exprime sa pensée profonde avec l’énergie dévastatrice d’un charretier mécontent de sa mule ! Envoyer au diable une bonne sœur semble une réaction excessivement, voire prodigieusement vigoureuse : serait-ce là le réflexe véritable, moins vertueux qu’en littérature, de la bourgeoisie agacée par une charité trop agissante ?

32Bécassine, dans ses aventures, ne nous parle guère de charité ni de prêtres, à part le peu conventionnel et jeune abbé qui joue à la pelote basque dans le pays du même nom. Pas de miséreux chez Caumery et Pinchon, mais une foule de petites gens débrouillards, futés, à la limite de l’honnêteté parfois mais qui ne mendient ni n’implorent jamais, préférant assurer leur subsistance à leur façon souvent étonnante, parfois discutable, mais toujours puissamment originale et drôle. Pas de messe pour Loulotte, pas de première communion, pas de desservant à Clocher-les-Bécasses, où nous voyons pourtant évoluer un maire, un garde-champêtre, une aubergiste, un châtelain… Outre la probable tiédeur de Caumery envers les rites chrétiens, sans doute faut-il également garder à l’esprit l’objectif primordial des albums de Bécassine, étudiés en premier lieu pour amuser, et au cours desquels il serait difficile, voire impossible de moquer un prêtre ou d’introduire un personnage trop sérieux.

L’ordre avant la justice ?

  • 43 Th. Zeldin, Histoire des Passions françaises, Le Seuil, coll. « Point », 1978, Tome V, p. 294.
  • 44 M. Bonnardot, Cricri et sa Princesse, 1933, p. 97.

33C’est entre les deux guerres que, sous l’influence de la papauté, les autorités religieuses, encore qu’elles demeurent extrêmement prudentes en demandant notamment aux fidèles « de ne pas s’associer à la vie politique des partis », « invitent cependant les catholiques à accepter le gouvernement du jour, quelle qu’en soit la couleur43 ». La Semaine de Suzette semble avoir assez difficilement accepté cette recommandation de l’église moderne, dans la mesure où, à plusieurs reprises, elle défend l’inégalité sociale comme née de la volonté divine, et amendable ponctuellement par l’exercice de la charité. C’est ce que nous démontrent en tout cas les derniers délires de la jeune Rose-Marie mourante : « Il faut bien des inégalités… Il faut bien… Il y a les lions et il y a les petits moutons… Il y a les éperviers et il y a les tout petits oiseaux… Pourquoi faut-il que les moutons soient dévorés et aussi les pauvres oiseaux ? Il y a les riches et les pauvres… […] Je comprends maintenant pourquoi il faut tant d’inégalités… C’est pour que le “plus” donne au “moins” et que la charmante bonté et la divine charité comblent le fossé44 ». Que les connotations souhaitées dans cette comparaison hardie soient celles de la fragilité et de l’innocence des victimes n’est pas à mettre en doute – pas plus d’ailleurs que la noblesse et la grandeur majestueuse des prédateurs. Que l’auteur n’a-t-il dans ce cas choisi tourterelle, gazelle ou biches ! Car « se laisser tondre la laine sur le dos » ou « posséder une cervelle d’oiseau » n’ont jamais passé pour attendrissant mais pour méprisable… Serait-ce que les riches dévorent ces niais de pauvres ? Et si la charité relève de la volonté divine que peut alors l’humanité à cette apparente injustice ?

34Un autre texte renforce explicitement cette explication religieuse ; une fillette interroge sa mère :

35« Maman, pourquoi y a-t-il des enfants riches et des enfants pauvres ? » Et aussitôt, formulant la réponse presqu’en même temps que ma [sic] question :

36« Ne crois-tu pas que le Bon Dieu l’a fait exprès pour que ceux qui ont tout partagent avec ceux qui n’ont rien, dis, maman ? […]

  • 45 L. Henri, La belle journée, 1937, p. 227.

37— Oui, ma chère petite, c’est pour cela bien sûr, que le Bon Dieu l’a fait. Heureuses les petites filles qui, comme toi, le découvrent45 ».

38L’absolue nécessité du prolétariat comme justification des classes aisées constitue assurément une explication extrêmement satisfaisante pour des petites filles perplexes ou mal à l’aise devant les inégalités sociales. De cette manière se légitiment, se fortifient deux volontés, chrétienne et politique, et se confirme le désir toujours présent des responsables de l’hebdomadaire : intégrer l’enfant dans un cadre clair, précis et non aliénable. Ainsi bâtit-on autour d’elle une société fondamentalement hiérarchisée, où elle trouvera, moyennant quelque pratique charitable, une position à la fois intangible et déterminée.

  • 46 J.-M. Mayeur, F. Bederida, A. Prost, J.-L. Monneron, op. cit. p. 159.

39Avant la Première Guerre mondiale, La Semaine de Suzette fait indéniablement peu de place au problème religieux, qui apparaît et prend toute son importance entre les deux guerres, sous l’influence de Mad. H. Giraud, rédactrice chrétiennement engagée. Nous ne saurions nous étonner que le journal enferme les petites lectrices dans le réseau étroit des rites et des habitudes : il privilégie les vertus cardinales, l’amour et le souci du prochain, avec un très évident souci d’habituer très tôt les enfants aux contraintes de l’altruisme. Le problème essentiel demeure donc une volonté obstinée d’utiliser préceptes et obligations morales comme autant de moyens efficaces de persuasion politique auprès des fillettes qui ne pouvaient de leur lecture hebdomadaire, que retirer un sentiment plaisant : Dieu les voulait riches et considérées. « Ainsi, commente l’historien A. Prost dans une étude de la vie religieuse entre les deux guerres, la morale chrétienne tend à s’identifier avec toute une conception de l’honneur bourgeois46 ».

40L’après-guerre voit petit à petit s’effilocher les recommandations religieuses : toute une atmosphère pieuse disparaît des romans. On revit, on renaît, on veut enfin profiter de l’existence, le temps n’est certes plus à l’ascèse… Et dans les pages intérieures, quand arrive le printemps, fleurissent des modèles gracieux d’aumônières et de bonnets destinés aux communiantes : toute une mode un peu légère, un peu païenne, accepte volontiers que la grande fête catholique de la jeunesse s’avère aussi une occasion de coquetterie joyeuse et frivole un tantinet…

Les soutiens de la loi

41Il est bien sûr, particulièrement rassurant pour des enfants de savoir la présence permanente et inflexible des défenseurs de la justice, et en premier lieu de l’armée française, que la glorieuse histoire de notre nation a déjà mise à l’honneur. Cependant, peu d’officiers ou de soldats se manifestent dans les récits situés au temps présent, sauf à partir de 1939. Encore les gradés semblent-ils soit assez insipides, comme le neveu de Mme de Grand-Air, soit plutôt légers et disposés à la farce, comme ceux qui se rétablissent à l’hôpital de campagne que dirige cette dernière. Quant aux deuxièmes classes, campagnards, patauds, parfois plus délurés, ils se trouvent parfaitement représentés par Zidore, petit paysan frustre et futé, fidèle et peu conventionnel. L’évocation de cette première guerre mondiale, prétexte à bravoure et patriotisme, cèle volontairement aux petites lectrices les horreurs des tranchées, des mutilations, des combats acharnés, et il est à parier que ces enfants « de l’arrière » ont été relativement épargnées par le traumatisme belliqueux.

  • 47 Mad. H. Giraud, Lettre d’une Tante, 1946, p. 29.

42En revanche, la Seconde Guerre mondiale ne ménage personne. La débâcle, l’exode, les bombardements, l’occupation, les déportations et les exécutions sommaires ne permettent pas d’écarter des enfants, terrifiés à juste titre, le spectre de la souffrance, de la mort et de l’abandon. L’armée traditionnelle a fui devant l’ennemi. Reste l’autre, l’armée de l’Ombre, anonyme, silencieuse, sans uniforme, maigrement dispersée dans la clandestinité, composée aussi bien d’hommes que de femmes, si éloignée des brillantes stratégies d’états-majors chamarrés… Aussi, fidèle à ses convictions, La Semaine de Suzette privilégie-t-elle l’image d’un peuple impuissant par lui-même mais avide d’être conduit par ses maîtres, galvanisé par les « Chevaliers de France », les De Gaulle, les Leclerc, les De Lattre de Tassigny, les quelques héros, les quelques têtes nées pour commander et qui rétablissent ainsi la pyramide de l’autorité. Pourtant, si l’hebdomadaire vante les exploits de très jeunes héros, ils s’avèrent tous masculins. Quant aux fillettes, si elles aussi se sont montrées « héroïques », « c’est dans la petite vie de tous les jours », car elles « ont vécu cette triste vie de guerre comme de braves petites Françaises47 ». Que Jerry junior dirige son maquis… Merouji attendra sagement son retour à la maison, courageusement passive et glorieusement sage.

  • 48 Bécassine Nourrice, 1922, p. 18.
  • 49 Bécassine, son oncle et ses amis, 1936, p. 41.

43La police joue son rôle avec sérieux : il faut bien arrêter les méchants ! Les diverses aventures de Bécassine nous présentent un lot varié mais sympathique d’agents de la circulation. Populaires, appréciés de notre Bretonne, « les agents c’est tout braves gens, et çà aime bien les mioches48 ». Aussi Loulotte elle-même fait-elle appel à eux quand la colonie de Clocher-les-Bécasses se trouve en difficulté parisienne : « M’sieur, faut que vous les aidiez, sans çà, ils vont se faire écraser. — On y va, ma petite, répondit l’agent49 ».

  • 50 B. De Rivière, Fa et l’autobus, 1948, p. 375.
  • 51 Le Coin des Rieuses, 1936, p. 41.

44Serait-ce toutefois que le représentant de la maréchaussée prête parfois à rire ? Nous le craignons avec quelque raison. Tout d’abord, à un « redoutable aspect moustachu », celui-ci conjugue une voix « rauque » qui « roule les R, et fait sonner les finales dans le plus parfait style de Toulouse », « avec des accents tout spécialement méridionaux », ce qui, nous le savons, s’avère pour l’enfant français d’une irrésistible drôlerie50. De plus, et fort traditionnellement, le roussin de service ne brille pas par l’acuité de son intelligence. L’un laisse éclater son admiration pour Josué, cet « ancien » (oh combien !) qui a réussi la plus difficile des interpellations, « arrêter le soleil51 ». L’autre, perplexe devant les exploits de Têtu-la-Bourrique, s’inquiète sous la plume de Mad. H. Giraud elle-même :

  • 52 Mad. H. Giraud, Tim-le-Dégourdi et Têtu-la-Bourrique, 1939, p. 80.

45« Ca ne fait rien, […], si maintenant les ânes se mettent à nous faire concurrence et à arrêter les gens !52 » Ce qui nous fait malignement songer à la délicieuse chanson de Ch. Trenet, dans laquelle, sur les bords de l’Étang Bleu, gendarme et âne échangent apparence et occupations sans que cela trouble aucunement l’ordre du monde…

  • 53 Caumery, Bécassine Nourrice, 1922, p. 37.

46Quant aux compères Caumery et Pinchon, ils s’en donnent à cœur joie de ridiculiser le brave agent « qui ne connaît que la consigne ». Ce dernier, chargé d’une missive importante et gardien intempestif de bébé Loulotte, « a galopé en poussant la voiture jusqu’à la Préfecture », puis « est revenu de toute sa vitesse53 ». Ce zèle charmant lui vaut d’ailleurs un pourboire ( !) de la part de Mme de Grand-Air, qui connaît et applique, mais élégamment, les bons usages… Ce n’est guère respectueux, mais, mon Dieu, que c’est drôle !

  • 54 Bécassine, son Oncle et leurs Amis, 1926 ; Bécassine prend des Pensionnaires, 1934 ; Les Mésaventur (...)

47Quand s’élève le grade, cependant, le sourire disparaît pour faire place à la sévérité de la loi dans toute sa majesté. Bécassine elle-même se trouve admonestée plusieurs fois par un brigadier ou un commissaire, soutenue aussi par les représentants de la loi54, qui adoptent alors des noms révélateurs : commissaire Benin, Mme Loeillatou, policière… A. Lichtenberger quant à lui, avec une sorte de cruauté insouciante, programme dans Nane Policière l’arrestation erronée d’une pauvre petite servante innocente, de manière trop réaliste pour s’avérer plaisante ou drôle. Enfin, il faudra attendre 1950 et Enid Blyton pour apprécier, dans son célèbre « Club des Cinq », la gentillesse sereine du jeune inspecteur Jenks, ami des enfants et admirablement anglais d’autre part.

48Peu ou pas d’intrigues judiciaires. Tout au plus quelques procès sous-tendent-ils un scénario romanesque, ou la marquise de Grand-Air gagne-t-elle le litige imprécis qui la privait de ses revenus : la procédure qui oppose les membres d’une même famille ou des voisins inamicaux cède le pas aux explications franches, au revirement positif de l’inconscient ou de l’égoïste qui n’avait pas compris réellement la situation, et fait vertueusement amende honorable.

49En conclusion, peu ou pas de violence véritable, dans tous les cas suggérée plus que décrite, une loi respectée et respectable, une justice qui, forte d’une police active, sanctionnait sévèrement les délits et punissait les coupables : nos fins de romans, riches en « méchants » menottés, en bandits conduits tête basse en prison, en voyous mis hors d’état de nuire, nous rassuraient infiniment. L’argent était rendu aux honnêtes gens, les bijoux retrouvés, et les procès gagnés… Plus que tout autre chose, nous aimions que les familles intègres et vertueuses, leurs enfants impétueux mais probes, leurs serviteurs désintéressés connaissent enfin la sécurité… Chacun, au final, retrouvait la condition, honorable ou non, qu’il méritait et que notre aventure, le temps d’un rêve, avait bousculée… Quel soulagement alors et quelle satisfaction sereine dans nos esprits enfantins…

Les petits enfants du demi-siècle

  • 55 Alain, Propos sur l’Éducation, Paris, PUF, 1932, p. 134 ; E. Durkheim, L’Éducation morale, Paris, P (...)

50Nous abordons ici le domaine délicat du travail scolaire. Fidèle à ses principes premiers, soucieuse avant tout de distraction, La Semaine de Suzette ne s’en préoccupe guère dans ses débuts. Les numéros de 1905 n’abordent pas le problème, en effet. Tout en aventures inhabituelles tissées de disparitions, d’enlèvements et de tragiques méprises, ou encore d’épopées animalières émouvantes, les romans d’alors visent à dépayser et ignorent le quotidien pédagogique. Nous allons d’ailleurs effectuer la même découverte en feuilletant l’album de 1919, animé quant à lui de grands souffles patriotiques. Pour les nouvelles, historiettes et anecdotes, de visées plutôt moralisatrices ou franchement distrayantes, elles négligent totalement encore cet aspect des choses. Une fois de plus, c’est l’après-guerre, de 1920 à 1939 qui nous livre une vision plus riche et plus variée de l’éducation scolaire en œuvre alors : l’intelligentsia française commence en effet à se soucier de problèmes plus pratiques, et contribue par ses prises de position à établir fermement l’idée d’une éducation égalitaire et populaire. Nous pouvons en juger particulièrement par l’impact de deux personnalités françaises qui influencèrent considérablement les penseurs de l’entre-deux-guerres, et dont les sentiments sur ce point précis se rejoignent sans ambiguïté, soit le philosophe Alain et le promoteur célèbre d’une moderne discipline, le sociologue E. Durkheim. Si le premier affirme que « selon l’idéal démocratique, une élite qui n’instruit pas le peuple est plus évidemment injuste qu’un riche qui touche ses loyers et ses coupons », le second ajoute qu’« il ne s’agit nullement de dresser insidieusement [l’enfant] à une résignation, d’endormir en lui les ambitions légitimes, de l’empêcher de regarder au-delà de sa condition présente, tentatives qui seraient en contradiction avec les principes mêmes de notre organisation sociale »55. Voilà donc proclamé pour le bon peuple, ainsi secouru par l’aristocratie intellectuelle de ces années de transition, le droit à l’ascension sociale.

  • 56 Th. Zeldin, op. cit., p. 55.

51Que pense par ailleurs, au-delà des coupons et des loyers, cette même élite, du problème de l’éducation ? Si l’on en croit Th. Zeldin, « la naissance et la richesse ne suffisaient plus en elles-mêmes à garantir la considération et l’influence56 ». Consciente donc de l’importance nouvelle de l’éducation, la bourgeoisie française évolue lentement à son tour, et La Semaine de Suzette, comme à l’ordinaire, constitue un fidèle miroir des tendances mais aussi des réticences de cette époque en devenir.

Le métier d’écolier

  • 57 Alain, op. cit., p. 55.
  • 58 E. Durkheim, op. cit., p. 128.
  • 59 Mad. H. Giraud, Lettre d’une Tante, 1939, p. 366.

52Sur un point, chacun en tout cas tombe d’accord : obligation est faite à l’enfant de manifester sinon de l’intérêt, du moins une conscience irréprochable à l’égard de ses travaux scolaires, non tant pour atteindre une réussite gratifiante que pour stimuler et fortifier un caractère encore immature. « J’en viens à ceci, écrit Alain, que les travaux d’écolier sont des épreuves pour le caractère et non point pour l’intelligence57 ». Et E. Durkheim de renchérir : « L’exactitude à remplir toutes ces petites obligations [scolaires] apparaît comme une vertu : c’est la vertu de l’enfance […], la seule qu’on puisse réclamer de l’enfant. C’est pourquoi on ne saurait la cultiver trop attentivement58 ». Et Tante Mad ? Tante Mad se trouve tout à fait d’accord avec ces deux célébrités de l’élite intellectuelle française, puisque, après avoir conté l’histoire d’un vaillant petit télégraphiste blessé mais soucieux avant tout du message à lui confié, elle exhorte ainsi ses jeunes lectrices : « Quand on est petit, on a son métier d’écolier, d’écolière. C’est le vôtre, mes chères petites nièces. Pensez quelquefois, quand vous serez tentées de faire passer ce beau métier-là après vos plaisirs, pensez au brave petit télégraphiste59 ».

  • 60 Caumery, L’enfance de Bécassine, 1913, p. 61.

53C’est que, outre les vertus ainsi acquises par l’enfant (sérieux, ténacité, goût du travail), le succès scolaire constitue un luxe à ne certes pas dédaigner, que seules les classes aisées peuvent offrir à leurs rejetons, lesquels héritiers, on s’en doute, ont donc intérêt à ne pas décevoir l’espoir familial. La scolarité succincte de Bécassine, placée à Quimper comme vendeuse entre dix et douze ans, offre une vision tristement réaliste de cet état de fait. « Ses parents ne sont pas riches, commente l’oncle Corentin. […]. Il faut qu’elle apprenne à gagner sa vie, qu’elle entre en apprentissage. — C’est juste, approuva M. de Grand-Air60 ». Ainsi se noue le destin de l’enfant à la dernière page de l’album.

  • 61 Luby, Les Soucis de Roberte, 1933, p. 175.

541913, 1919, direz-vous… Cela date, cela est fort vieux… Malheureusement, vingt ans plus tard en 1933, la petite Hélène, âgée de onze ans, quitte de même l’école, et placée dans une ferme pour aider financièrement ses parents, envoie à sa « chaire mère » une lettre truffée de fautes qui témoigne d’un grave illettrisme61.

  • 62 Cité par Th. Zeldin, op. cit., Tome II, p. 170.
  • 63 Id., p. 171.
  • 64 A. Bruyère, Les Robinsons de la Montagne, 1939, p 11.

55C’est que le mal vient de si loin ! Voltaire ne pensait-il pas que « la populace n’avait ni le temps ni la capacité de s’instruire62 » ? Et Destutt de Tracy en 1800 que « les petits pauvres n’avaient pas besoin de connaissances et devaient s’habituer au pénible travail auxquels ils étaient destinés63 ». La gratuité de l’enseignement secondaire votée en 1932 ouvre la porte des études supérieures aux enfants des classes moyennes, mais non pas à ceux des paysans et des ouvriers, au grand soulagement des industriels et des propriétaires fonciers qui craignent toujours de perdre leur main-d’œuvre… En revanche, il n’est jamais admis qu’un enfant des classes aisées se révèle inapte aux études… L’intelligence étant affaire d’hérédité et privilège de classe, tout insuccès demeure alors un simple manque de travail, vivement blâmé par la famille attentive. Témoins ces quelques lignes véhémentes : « J’ai vu leur professeurs, s’exclame le père de famille outré. Le verdict est le même pour tous : paresse, légèreté ou ridicule sensiblerie annihilent tous leurs dons. […] Eh oui ! C’est tout à fait charmant ! Penser qu’on perd temps et argent avec une bande qui gaspille des dons précieux en remerciement de tous nos sacrifices ! ». On mesure, à l’amertume de maître Laurent, notaire, comme l’éducation des enfants, ce lourd souci, hypothèque l’avenir. La réussite scolaire devient alors non une chance pour l’enfant lui-même, mais bien plutôt une nécessaire rétribution versée aux parents en reconnaissance de leurs efforts. Comment remédier à la catastrophe de l’échec ? Sous la contrainte de la plus terrible menace : « Je veux qu’à la rentrée d’octobre vous soyez en état de suivre votre classe. Sinon, j’y renonce. Vous prendrez tous un métier manuel. […] Charlie sera envoyé chez un menuisier, Nano dans un garage ; Minouche apprendra la couture et Nolette… devra faire la cuisine64 ». Car pour un métier manuel, nulle vocation, nulle qualité, nul don naturel n’est requis… Le même auteur pousse cependant le raisonnement jusqu’au bout dans un deuxième roman où le jeune héros, Bénédict, enfant au début fort gâté, apprend petit à petit la pauvreté et l’effort physique afin de continuer ses études en les finançant lui-même. Il y acquiert une santé solide, une force de caractère et une sagesse peu communes à son âge, et sera récompensé de ses peines par le retour de l’énorme fortune qu’il avait perdue…

Qui étudie ?

  • 65 Id., Ibid.

56La grande colère de maître Laurent concerne-t-elle autant ses filles que ses fils ? On le croirait à première vue. Mais si « Charlie et Nano sont en tête de leurs classes », désormais convertis à la discipline du travail, le commentaire s’avère fort différent en ce qui concerne leurs petites sœurs : « Minouche est une charmante enfant encore un peu timide, mais sans excès », et Nolette « est encore un peu diablotin mais sans méchanceté ni paresse65 ». Peu importe finalement que les fillettes réussissent ou non leur cursus scolaire : l’essentiel est qu’elles maîtrisent leurs vilains défauts devenus pour lors des faiblesses, laissant pressentir en cela les attachantes jeunes filles, douce pour l’une, vive pour l’autre, qu’elles deviendront un jour. Quant à la paresse, défaut purement moral pour les petites Laurent, elle ne paraît réellement préjudiciable qu’aux garçons, auxquels elle peut interdire une carrière.

  • 66 C. Crysmans, Les Demoiselles de Pauvremont, p. 9, 1934.
  • 67 H. Lauvernière, L’Énigme du Prieuré, 1934, p. 288.

57Nous vérifions le même état d’esprit dans un roman de 1934 qui expédie aux Indes M. et Mme de Valberg. Leurs cinq filles vont alors demeurer chez une vieille tante, et interrompre nécessairement leurs études. Mais Jacques, leur frère, « irait en pension, il devait terminer ses études66 ». Et c’est une jeune Yvonne qui, à la fin de l’année scolaire, conclut joyeusement la polémique, en 1934 encore : L’indolente Yvonne, aussi dépourvue de prix que l’année précédente, déclarait : « heureusement, comme dit papa, que je ne suis pas un garçon67 ».

  • 68 Caumery, Bécassine prend des pensionnaires, 1934, p. 6.

58Force nous est cependant de constater qu’il s’agit là d’une position peu moderne même pour les années trente. Non seulement des intellectuels avancés comme Alain ou E. Durkheim ne semblent pas avoir distingué de nuances particulières liées au sexe chez les petits écoliers – l’un comme l’autre s’adresse à « l’enfant », évoque « les enfants » – mais encore un contre-exemple de taille nous est offert dans les pages mêmes deLa Semaine de Suzette ! Loulotte, la fille adoptive et chérie de Bécassine, réussit merveilleusement dans ses études, et obtient l’année de ses douze ans sept premiers et deux seconds prix (enseignement religieux, composition française, version latine, histoire, géographie, gymnastique entre autres) ! Or Loulotte, on s’en souvient, est l’enfant orpheline de deux paysans, recueillie et élevée par Mme de Grand-Air. On ne saurait mieux démontrer que la réussite scolaire ne dépend aucunement de l’origine biologique, mais bien plutôt du contexte social. Peut-être une Loulotte orientée vers l’apprentissage à dix ans aurait-elle, qui sait, fini analphabète comme sa bonne gouvernante ? Mais Caumery a sans doute oublié les débuts difficiles de sa petite héroïne, puisque, née la même année que sa propre fille Claude, Loulotte grandit, évolue, s’épanouit physiquement et psychologiquement au rythme choisi par un auteur transporté d’amour paternel…68

59Alors, la raison majeure de cette distinction généralisée entre les deux sexes largement adoptée dans les textes de La Semaine de Suzette ? Il ne faut peut-être pas y voir un mépris fondamental des capacités intellectuelles féminines. Nulle part il n’est dit en effet explicitement que la fillette, moins éveillée que son frère, ne saurait assimiler les mêmes connaissances que lui. À quoi bon pourtant un solide bagage intellectuel ? Il ne lui sera en effet demandé que de contracter un mariage estimable, facilité d’autre part par une confortable dot. Pour le garçon cependant, la charge sera pesante : maintenir l’honneur du nom familial, acquérir toutes les vertus nécessaires à la gloire du clan, prendre le cas échéant en charge l’entreprise ou la propriété familiales… En somme, nous ne sommes pas très loin encore du bonhomme Chrysale qui « consen[t] qu’une femme ait des clartés de tout… »

  • 69 H. Lauvernière, L’Énigme du Prieuré, 1934.
  • 70 A. Bernage, op. cit, G. Clément, op. cit, H. Lichtenberger, L’Oncle d’Afrique, op. cit.

60Jusqu’où vont aller les études des uns et des autres ? Pour François, fils aîné de la famille de Roquefellen, il continuera la tradition paternelle, de bon cœur semble-t-il, mais non sans avoir assuré son savoir par des études supérieures, « à l’Institut Agronomique d’Angers69 ». Puis il revient au domaine du Coteau, « heureux de seconder son père ». Antoine guigne Polytechnique, Jean-Marc ira à Centrale, Gérard veut être médecin…70 Le titre conquis dans une école prestigieuse semble valoir un blason ou une grosse fortune, si bien que le brillant jeune sujet diplômé, courageux, tenace, fiable, ambitieux, représente le modèle même du bon parti, excellent gendre potentiel prêt à entrer dans une famille aristocratique ou fortunée.

  • 71 Luby, Les soucis de Roberte, 1933, p. 151.
  • 72 A. Prost, op. cit. Tome V, p. 114.
  • 73 Mad. H. Giraud, Lettre d’une Tante, 1947, p. 568.

61Rien de tel, hélas, pour les fillettes… Tout au plus est-il fait mention en 1933 d’un hypothétique certificat d’études, diplôme modeste s’il en fût… « Ah, pour elle, rien encore n’est décidé, quoique son père la pousse fortement à passer cet examen », déclare la mère de Roberte, qui ne semble quant à elle, nullement se soucier de l’avenir scolaire de sa fille71. Passés quinze ou seize ans, c’est auprès de sa mère que l’adolescente complétera ses aptitudes ménagères et son éducation mondaine. L’historien A. Prost l’affirme clairement : « Faire d’une jeune fille une intellectuelle serait, estime-t-on, lui fermer la porte du mariage72 ». Une fois de plus, la guerre fait son œuvre… Dès 1947, c’est Tante Mad qui incite les jeunes lectrices à travailler sérieusement, sous la protection de Ste Catherine, parce que « dans toutes les circonstances de la vie, on est plus fort si on est plus instruite73 ». Un peu plus tard débute le 9 Octobre 1947 une nouvelle rubrique signée Claude Sylvain et intitulée « Votre avenir, mesdemoiselles », qui se poursuivra une année entière : la journaliste y passera en revue nombre de métiers « féminins » afin d’offrir aux lectrices un large choix de carrières : citons (la liste n’est pas exhaustive…) décoratrice artisanale, tisserande à la main, jardinière d’enfants, fileuses de verre, vétérinaire, professeur de culture physique, libraire, assistante sociale. Tante Mad a introduit ces articles « utiles » par une lettre mémorable tant pour son contenu effectif que pour ses riches sous-entendus (1947, p. 290) : Nous y lisons en premier lieu, parallèlement au regret des « belles fortunes » disparues, celui d’une époque où la vie était plus facile, du moins pour une partie privilégiée de la population. Nous y décelons ensuite, avec l’orgueil d’une rédactrice fière des « très belles situations » familiales de son jeune lectorat, une mélancolie perceptible face à l’évolution économique et sociale : elle regrette tant cette nécessité à laquelle elle ne découvre aucun aspect positif, au point de remercier Dieu au nom des heureuses fortunées qui demeurent inactives, comme autrefois…

  • 74 Cl. Sylvain, Voulez-vous connaître le célèbre M. Champagne ?, 1946, p. 76.

62Elle trouve chez « M. Champagne », célèbre organisateur de jeux radiophoniques destinés aux écoliers, un allié inconditionnel : « Si la vie était parfaitement bien faite, affirme cet homme sage, les jeunes filles ne devraient avoir à se préoccuper que de devenir de bonnes et gracieuses maîtresses de maison. Comme, hélas, la vie est loin d’être parfaitement bien faite, les jeunes filles doivent pousser leurs études autant qu’elles le pourront, et s’assurer ainsi un bon métier74 ». C’est dire combien l’exercice d’une profession demeure affaire non de vocation ou d’indépendance, mais de nécessité et de prudence, tout en dégageant encore une aura légèrement scandaleuse… Encore faut-il, au moins, choisir un « joli » métier…

  • 75 C. Nast, Le Tuteur de Caracas, 1950.

63Nous ne verrons jamais apparaître dans La Semaine de Suzette l’image déconcertante d’une jeune femme aisée travaillant pour son plaisir : pourvues du côté financier, les jeunes personnes se rendent utiles bénévolement, par le biais élégant des ouvroirs et des visites charitables. Un charmant roman, à la publication relativement tardive (1950), offre un exemple sublime et consternant de l’avenir féminin idéal. Composé sur le modèle illustre de « Papa Faucheux », ce texte plein d’humour véritable et de vivacité, très gai, nous conte la vie de Fanny, jeune fille de dix-neuf ans, sous la forme d’un abondant courrier qu’elle envoie à ses proches. Fanny, au début de ses aventures, se consacre à la préparation d’un doctorat de physique théorique qui l’oriente définitivement vers une brillante carrière de chercheur. Elle va, momentanément, – du moins le croît-elle – prendre en main quatre orphelins désemparés de dix, huit, quatre et un an. La vie s’organise : coups de cafard vite oubliés, menues catastrophes pittoresques, joies éclatantes… Fanny ne perd ni son jeune optimisme ni son enthousiasme devant la vie. Mais l’inconnu masculin du roman français, tuteur des petits, n’aura de cesse de détourner sa jeune correspondante de la vie qu’elle s’est choisie : rupture de ses fiançailles, dissuasion assidue quand elle prétend poursuivre ses études, ou même, plus simplement, aller au bal et s’amuser un peu. Lui-même, scientifique spécialisé d’assez haut niveau, nettement plus âgé qu’elle, finit par la convaincre de tout abandonner pour se consacrer aux enfants… et l’épouser ! Avec pour toute perspective d’avenir, les naissances futures qu’il envisage sereinement. C’est très charmant, très plaisant, et très triste pour nous, lectrices du xxie siècle. La suite, imaginons-la : une Fanny de quarante ans, fatiguée par deux ou trois grossesses au moins, sept enfants à élever, une maison à tenir, désabusée, et qui regarde s’envoler de séminaire en congrès un brillant époux souvent absent…75

64Alors ne résistons pas au plaisir de citer Alain, qui, quelque quinze ans auparavant, écrivait ces magnifiques lignes révolutionnaires et même visionnaires :

  • 76 Alain, op. cit, p. 192-193.

65« La femme se mêle de penser. Ce mouvement fut hésitant, contrarié, détourné. Des femmes furent avocats et médecins. Cela ne changeait pas grand chose. Puis vint le bataillon des bachelières. Plus de paille que de grain, voulait-on croire. Mais la moindre pensée se continue. Les femmes s’élevaient dans le silence, jusqu’au grand refus, jusqu’à ce terrible examen que l’élève fait subir au maître […] ». Cette intuition de l’avenir féminin, lent grignotage des débuts, patiente avancée moderne que nous connaissons maintenant conclut superbement les Propos sur l’Éducation76

Les agents de la continuité

66Point ne suffit de décider les priorités de l’éducation, encore que, nous venons de le découvrir, ce ne soit une tâche ni aisée, ni quelquefois très juste. Encore faut-il déterminer les aspects pratiques de ces études. Quel est par exemple l’endroit rêvé pour instruire un petit enfant, son frère plus âgé, sa grande sœur ? À qui va-t-on confier cette tâche délicate, importante entre toutes autant pour la société que le milieu social, la famille et l’enfant lui-même ? Et enfin quelles sont les matières que selon l’âge, le sexe, l’entourage, il conviendra de privilégier ?

Où étudier ?

  • 77 R. Samat, Nenette aux cheveux d’or, 1940, p. 208.

67Trois solutions s’offrent aux familles : les études poursuivies à la maison, la fréquentation de l’école primaire communale suivie du lycée public, et, enfin, le choix du cours privé, confessionnel ou non. Nombreux sont encore les parents qui, par peur de la promiscuité sans doute, par goût aussi d’un certain décorum, choisissent de garder leurs enfants à la demeure familiale. Les circonstances l’exigent quand leur mode de vie impose un séjour prolongé dans une colonie encore mal civilisée ou une propriété isolée : « Mme Lival s’occupe elle-même des deux aînés quand ils ne vont pas à l’école en ville77 ». C’est le cas encore des petits St Paroy, dont neuf trouvent à étudier sous la direction de Mlle Aglaé, leur gouvernante, de leur mère et exceptionnellement sous la responsabilité sévère du père de famille.

  • 78 Comtesse De Bersac, Pour les mamans, 1934, p. 320.

68Une deuxième solution consiste à utiliser les services d’un cours par correspondance ce qui concilie – en principe – les divers problèmes de l’éducation. Une publicité de La Semaine de Suzette, datée de 1934, et signée du nom superbement fictif de « Comtesse de Bersac », résume admirablement la situation et ses trois périls : « L’instruction des enfants pose un gros problème difficile à résoudre. Les soustraire aux promiscuités dangereuses, leur donner une complète et solide instruction, ne pas dépasser les possibilités d’un budget qui devient de plus en plus réduit ». À cet effet, les cours Billault font merveille, affirme la comtesse78

  • 79 C. Cruysmans, Catherine et le Vaisseau Fantôme, 1938 ; G. Verdat, Les conquêtes de Maude, 1936 ; A. (...)

69On peut encore enrôler les bénévoles voisins. La fille du docteur fait travailler Maude, sa sœur et leurs petits voisins. Les six enfants de Notre petite Princesse de misère étudient sous la houlette distraite d’un oncle savant et bienveillant, ainsi que Jean, Anne et Jérôme, avec le secours du vieux curé79. Études d’enfants plus ou moins orphelins ou abandonnés, études peu sérieuses, études mal suivies de temps de guerre, mais études « convenables » et bienséantes.

  • 80 F. D’orgeval, Le secret de Mademoiselle Savignon, 1933, p. 183.
  • 81 G. Mornand, Le dimanche de Lisbeth, 1935, p. 87.

70Nous ne pouvons passer sous silence le personnage discret, un tantinet falot, de la gouvernante, cette femme un peu déchue que maintes difficultés ont forcée à travailler. La gouvernante occupe dans la hiérarchie sociale une place plus importante que les domestiques : elle vient généralement d’une famille honorable, quoique modeste, et souffre souvent de solitude : de lourds secrets hérités d’un passé chagrin grèvent sa petite vie… Triste, terne, elle n’intéresse personne, et n’est vraiment pas gâtée par l’existence… Mademoiselle Savignon, qui a perdu le petit neveu qui représentait toute sa famille, « n’était point belle. Elle avait un long nez, la peau luisante, la bouche trop grande avec un soupçon de moustache sur les lèvres…80 » Mademoiselle Labru qui a vécu un luxueux passé avant de connaître des revers de fortune, arbore au-dessus d’un « visage fané aux yeux de myope », « une vaste cloche en éteignoir, empanachée d’une sorte de petit plumet81 ». Ainsi, mélancolique, mais point amère ni désenchantée, la gouvernante offre le parfait exemple de la résignation digne et chrétienne à un sort capricieusement douloureux, et mérite, malgré sa moustache et ses chapeaux discutables, le respect des auteurs. Belle leçon pour les fillettes : l’on ne doit s’attacher qu’à la beauté morale.

  • 82 M. Bru, La maison des originaux, 1947, p. 7.
  • 83 Id. p. 21.
  • 84 Id. p. 32.

71Après la guerre, il n’est plus guère question de la gouvernante… Nous en terminerons cependant avec elle par un dernier portrait, extrêmement inattendu et savoureux, celui de Mademoiselle : Mademoiselle est venue au secours d’une pauvre malade, épouse d’un prisonnier de guerre, et dépassée par ses cinq vauriens. On attendait, fort classiquement, « une bonne grosse personne d’un âge incertain ». À sa place se présente une « petite demoiselle blonde, avec des joues d’enfant, et de grands cils battant sur des yeux apeurés », « menue et effarée…82 » Trompeuse jeune fille ! Car, ancienne cheftaine habituée aux garnements, Mademoiselle utilise des méthodes extrêmement directes : « Mademoiselle oubliant son âge et sa respectabilité, donnait des coups de poing à droite et à gauche ; elle en recevait aussi. Sa joue était pourpre, sa robe déchirée…83 » Ses conclusions se révèlent d’ailleurs non moins étonnantes : « Quand on nous dit que la persuasion et l’intelligente douceur sont les seuls moyens élégants que doivent se permettre les éducateurs, je crois que cela ne peut être vrai que pour un certain genre de garçons, ou bien pour un fils unique. — Drôle de génération ! dit la pauvre maman. Je vous aurais prise pour une religieuse sécularisée, aujourd’hui je vous demande en grâce de ne pas démolir mes garçons avec vos poings d’athlète84 ». Enfin, Mademoiselle, qui conquiert de haute lutte, au sens le plus concret du terme, l’estime respectueuse de ses administrés, se révèle tenace, sportive, fort attachante, et brise la malédiction du célibat en épousant le jeune professeur du premier étage, que séduit, en autres, son éclatante réussite pédagogique.

  • 85 Nane Duc, Mlle Hambure, professeur de piano, 1934, p. 134.
  • 86 A. Valrège, La Victoire de Josette, 1949, p. 269.

72Mademoiselle s’avère toutefois une pittoresque exception ! Au dossier des portraits falots, nous allons verser également celui de l’inévitable professeur de piano, vouée au grand nez comme la miss anglaise l’est aux grands pieds. « Mlle Hambure, professeur de piano, avec ses épais cheveux gris bien tirés sur le front, ses lunettes sur son ample nez, sa robe noire et ses mitaines, était loin d’être jolie85 ». Le professeur de piano ne présente avec sa consœur la gouvernante qu’une différence cependant notable : plus indépendante, c’est à son domicile, certes modeste, qu’elle reçoit sa petite élève. L’après-guerre lui confère, là encore, un statut singulièrement amélioré, puisque Mlle Melou paraît gagner largement sa vie, ainsi qu’en témoigne son remarquable standing. En effet, petit salon, grand salon d’audition, présence d’une femme de chambre, laissent augurer de véritables facilités professionnelles bien employées86.

73Allons-nous laisser de côté notre bonne Bécassine ? Elle est, avoue-t-elle spontanément, une gouvernante « gouvernée » par sa fille adoptive. Gaie, émotive, expansive, tout l’opposé des grises institutrices déjà citées, Bécassine ne prétend pas enseigner grand chose. Qu’importe ! Seule parmi ses consœurs, elle finit par intégrer réellement la famille qu’elle sert, au lieu de se voir poliment remerciée au bout de quelques années de service, et c’est une belle réussite.

  • 87 Alain, op. cit., Propos sur l’Éducation, 13-16-17.
  • 88 E. Durkheim, op. cit., p. 122.

74Cependant la voix du bon sens, en l’occurrence celle du philosophe Alain, s’élève fermement pour réclamer une éducation plus ouverte et plus éclairée. « L’école, proclame-t-il, est un lieu admirable […], le petit monde [de l’enfant], et qui doit lui suffire ». Et encore « la réunion des enfants du même âge et qui en sont à apprendre les mêmes choses, est une société naturelle ». Et enfin, sobrement et sévèrement : « La famille instruit mal […]. Qui n’a point connu l’école ne sait rien de sa pensée87 ». Si l’école semble indispensable au philosophe, le sociologue n’est pas moins persuadé de son caractère nécessaire, soucieux qu’il est de développer en l’enfant une personnalité nécessaire plus tard à la société. Il faut, dans cette perspective, protéger contre les adultes, affirme E. Durkheim, la liberté potentielle de l’écolier. « C’est une des nombreuses raisons qui rendent insuffisante l’éducation domestique. L’enfant exclusivement élevé dans sa famille devient la chose de celle-ci. […] Mais il ne pourra pas développer sa physionomie personnelle. L’école le libère de cette dépendance trop étroite88 ». C’est donc au détriment de l’enfant lui-même, sacrifié à la cause familiale, que la grande bourgeoisie ou l’aristocratie de souche cherchent à préserver les traditions et les privilèges de leur classe.

  • 89 R. Stephanopoli, Le chat de plâtre, 1937, p. 309.

75De fait, l’école communale n’est guère mentionnée dans La Semaine de Suzette. Certes, au détour d’une nouvelle, la fillette de la ferme ou le gamin du garde-chasse, « vont à l’école » ou « reviennent de l’école ». Ainsi l’école communale devient-elle le symbole, le mythe de l’endroit approprié à l’enfant consciencieux, docile et simple, le lieu convenable au bon exercice de son métier d’élève pauvre. Deux exceptions parfaitement opposées méritent cependant une mention spéciale. Une nouvelle, remarquable à plusieurs points de vue, ose situer le centre de l’action dans une banlieue parisienne sinistre et tristement réaliste, « une vilaine banlieue de Paris avec beaucoup d’usines noires dont les cheminées toutes droites envoient vers le ciel leurs fumées épaisses et leurs mauvaises odeurs », séjour où, logiquement, les petites élèves « ne sont pas des petites filles heureuses et gâtées ». Pourtant, insolite, surgit une description d’une bouleversante ferveur, qui, du moins aimons-nous à le supposer, témoigne d’un passé chaleureusement autobiographique. Qu’on en juge plutôt : « Heureusement qu’il y a, là-bas, tout au bout de la grand’rue, la belle école claire toute en briques roses pour mettre de la joie dans ces petites âmes. Jacqueline et ses compagnes passent à l’école leur meilleur temps. Là seulement on est bien, on a chaud l’hiver, on voit de belles choses, et on entend toujours une voix douce qui vous parle89 ». Incomparable solo dans le concert gémissant des petites filles riches souvent présentées comme réticentes devant l’effort scolaire, s’élève le sentiment de l’enfant pauvre pour qui la classe est chaude, la maîtresse bonne et la connaissance belle à acquérir. Et de ces quelques lignes monte un parfum réconfortant d’authenticité, d’honnêteté à reconnaître le savoir comme une chance pour le défavorisé, et l’école comme l’espoir du peuple.

  • 90 M. Vérité, Les Demoiselles des quatre Coins du Monde, 1947.
  • 91 Id. p. 422.
  • 92 Id. p. 314.

76Notre deuxième exemple, pourtant plus récent de dix ans, cède à la coutume, dans un roman pourtant délicieux paru en 1947 : Les Demoiselles des Quatre coins du Monde, loin de leurs parents diplomates partis en pays lointains, vivent dans un pensionnat parfaitement original, dirigé par Mlle Jeanne90. Or l’« Abri Fleuri » se trouve en compétition, lors d’un concours de patins à roulettes, avec l’école du village, et perd le premier prix à la suite d’une manœuvre malhonnête de la championne rivale. Voici certes une confirmation caustique de l’immoralité publique, qui n’enseigne ni l’honnêteté ni le fair-play. Le deuxième concours qui porte sur les ouvrages dits « de dame » semble encore tourner à l’avantage du village, dont les élèves admirablement rompues aux travaux manuels présentent tricots, coutures, broderies exécutés à ravir. Mais bien qu’elles obtiennent derechef la victoire, les petites de l’Abri Fleuri l’emportent par l’humour avec lequel elles tirent parti de leurs ouvrages incomplets et maladroits. L’esprit primant sur la matière, la preuve est faite que les filles de la bonne société, intelligentes et élevées dans un cours privé, l’emportent aisément sur de jeunes villageoises sans finesse, adroites mais bornées… Cependant que le maire et sa sœur multiplient les gentillesses et les compliments à l’égard des perdantes, c’est « sous le regard moqueur de Mlle Jeanne » que « la directrice du village triomphe91 ». Et si l’on avait instauré quelque concours d’orthographe ou de géographie ?… Car à l’Abri Fleuri, on se promène, on se repose, on mène des enquêtes, on s’amuse… On ne lit guère, on ne semble pas étudier, le travail scolaire paraît ignoré en ces lieux où « la vie est une chose délicieuse…92 » Nous allons pardonner à Marcelle Vérité cette concession regrettable à la facilité, eu égard à la drôlerie inégalable de ce charmant roman, et conclure que de manière plus générale, La Semaine de Suzette préfère, en toute simplicité, ignorer l’école publique et sa vulgarité, ce qui est aussi une manière pour elle de se replacer dans son cadre et son milieu véritable.

Avec qui étudier ?

  • 93 S. Ducamp, Baïa la petite négresse, 1934.

77Que deviennent garçons et filles quand passent les années ? Une fois terminée la petite enfance, les garçons partent tous au collège : public ou privé, nous n’en saurons pas davantage. Dans le cas des enfants Delbrynne, fils et filles de notaire, leurs sœurs, même grandissantes, demeurent sous l’égide maternelle, et continuent à étudier à la maison93. Cependant le nombre impressionnant des héritiers de maître Delbrynne exclut peut-être, après tout, une dépense scolaire excessive, particulièrement en faveur des fillettes.

  • 94 J.-M. Mayeur, op. cit, Tome V, p. 114.

78Entre les deux guerres pourtant, l’habitude s’impose d’envoyer les petites filles aisées dans les cours privés. Pourquoi ce choix onéreux, alors que les établissements publics les accueilleraient gratuitement ? L’historien, à ce sujet, fournit une réponse sans ambiguïté : « Les lycées de jeunes filles, nés en 1881, inquiètent longtemps la bourgeoisie bien pensante. […] Le lycée paraissait redoutable, exposait aux plus dangereuses promiscuités94 ». Aussi Roberte et ses amies, Simone et sa cousine, Odette, Odile et sa sœur Yseult, Myriam, Micheline vont-elles au cours privé. Ainsi en est-il également de la petite fille la plus célèbre de l’hebdomadaire, Loulotte, enfant terrible et chérie conjointement de Caumery et Bécassine. Ajoutons enfin, pour lever une équivoque, qu’il ne s’agit que rarement d’établissements confessionnels : bien que très souvent d’obédience catholique, visités par des prêtres ou supervisés par les instances religieuses, les enseignants et le personnel de manière générale, s’avèrent des laïques, en sorte que les qualités essentiellement privilégiées semblent le côté « sélect », la fréquentation exemplaire, l’élégance et le bon ton de l’atmosphère.

  • 95 Luby, Les Soucis de Roberte, 1933, p. 187.
  • 96 Caumery, Bécassine au Pensionnat, 1929, p. 11.
  • 97 Id., Ibid., 1929, p. 25.

79Tous les cours privés possèdent en commun un climat particulier, empreint, de manière contradictoire et surprenante, de sérieux et de nonchalance. Ainsi M. et Mme Pibrol, attentifs aux études de Roberte, ne l’emmènent-ils pas avec eux en Angleterre : « Une si longue interruption dans ses études risque de la retarder d’une année sans utilité95 ». Mais lorsque l’enfant, soucieuse de gagner de l’argent, interrompt d’elle-même sa scolarité, elle se contente de prévenir vaguement sa maîtresse qu’elle compte rejoindre ses parents pour deux mois, ce qui, apparemment n’étonne personne et ne soulève aucune objection pédagogique. Loulotte elle-même, âgée de sept ou huit ans environ, va se retrouver au pensionnat, au grand dam de Bécassine désolée… « Il faut, déclare Mme de Grand-Air, nous occuper sérieusement de [son] éducation et aussi de son instruction que nous avons trop négligée96 ». La voici – toujours flanquée cependant de Bécassine ! – à la pension Bongenre, tenue par les deux sœurs du même nom. Mme Claude Canlorbe, fille de l’auteur, modèle de l’attachante petite Loulotte, déclare n’avoir jamais été en pension… Il faut donc que Caumery ait improvisé cette aventure particulière : connaissant l’humour et la causticité exceptionnels de l’auteur, il nous est loisible d’en déduire qu’il s’est assurément appuyé sur les spécificités du cours privé des années trente, pour ensuite, à son habitude, les déformer jusqu’à la caricature et en tirer de quoi distraire son jeune lectorat, sans doute très au fait de la chose ! Cet album nous apprend en effet que si le père de la gentille petite Inès jouit du statut imposant d’ambassadeur – fantaisiste, certes, mais tout de même ! – Céline Bôbeur, dont le patronyme révèle l’origine commerçante, s’avère dénuée de toute distinction véritable et de toute élégance d’esprit. Seule sa fortune lui a valu une place au cours Bongenre dont, là encore, la dénomination traduit les priorités. Voilà donc qui confirme l’importance du niveau social. Au moindre prétexte, par ailleurs, les cours proprement dits laissent la place à des délassements variés, comme la préparation d’une réception ou diverses parties de jeu, car « on donne beaucoup de récréations, parce que la plupart des élèves étaient mises là surtout pour se fortifier au bon air97 ».

80Apparemment les choses changent peu après la guerre du moins dans ce domaine-là, comme en témoigne La Pension Bien-aimé, publié en 1950 sous la plume de B. de Rivière. Comme précédemment, c’est à la directrice que la pension doit son nom : mais, apparemment, le « bon genre » se trouve détrôné pour laisser place à plus de sentiment. Cependant, bien qu’on travaille, à l’évidence, très sérieusement dans ce cours où les enfants sont plus âgées, la moindre raison de se distraire est saisie allègrement : représentation théâtrale pour la distribution des prix, avec ses répétitions et ses joyeux préparatifs, confection de la crèche de Noël, souci des cadeaux que l’on prépare en cachette, etc. Bref, dans le cours privé, règne une ambiance permanente de fête, une gaieté qui n’exclut pas le sérieux des études, mais le supplante plus ou moins suivant les époques.

  • 98 N. Grüner, Botte et les Géants, 1940, p. 10.

81Reste à étudier le cas très particulier des lycées Du Bellay et Tite-Live, respectivement réservés aux filles et aux garçons. Plusieurs données laissent à réfléchir dans les premières lignes du roman, qui semblent établir des conditions matérielles sujettes à caution : « La cloche […] résonna soudain, attirant de tous les coins du jardin vers la cour les tabliers crème qui jouaient à la balle ou se promenaient lentement dans les allées ». Et encore : « La classe de 6e qui était dans le feu d’une partie de croquet agitée fut la dernière à se rendre à l’appel98 ».

82Anciennes lycéennes, vous qui aviez dix ans en 1940, vous souvenez-vous d’avoir obtenu une fois, dans la sévère scolarité qui fut votre lot, l’autorisation de flâner dans le jardin du lycée – lorsqu’il existait – jalousement réservé aux membres supérieurs de l’administration ? Avons-nous, une fois seulement, eu la permission de jouer à la balle – dangereux, interdit –, encore mieux au croquet, qui demande une longue installation préliminaire ? Comment l’aurions-nous pu, avec les dix minutes de récréation que l’on nous accordait chichement, parce qu’il fallait bien une pause ?… De plus, un étrange concours oppose dans les dernières pages plusieurs lycées français, belges et suisses. Nous n’en saurons ni les organisateurs, ni les responsables, ni le généreux mécène qui offre aimablement pour prix des baptêmes de l’air. Quant aux épreuves, elles sont très hétéroclitement composées d’un jeu de Kim, d’une épreuve de mémoire auditive, et d’un rallye où alternent la courses à pied ( !), l’observation visuelle, et les réponses à plusieurs questions d’histoire, de géographie et de mathématiques. Très inspirée du mouvement scout, la formule demeure parfaitement inadéquate à l’esprit de l’enseignement public. Il nous est donc loisible de conclure que pour les besoins du sujet, l’auteur a tenté, maladroitement, de situer dans un lycée une intrigue moderne, sans réellement connaître ce qu’elle croit décrire au quotidien. Dans sa gaucherie même, cette tentative nous éclaire cependant sur deux points essentiels : l’éducation morale paraît totalement absente de la « laïque », tout comme la présence vigilante des enseignants. Or, nous le savons, c’est là la double faiblesse qui est sévèrement reprochée aux tenants du secteur public : à l’école « sans Dieu » non seulement on n’enseigne pas les bons principes de la vertu, mais encore, livrés à eux-mêmes, les enfants ne bénéficient d’aucune attention de la part des adultes en charge de les instruire. Dans sa choquante partialité, l’assertion nous mène en tout cas à considérer de plus près les différents portraits que La Semaine de Suzette nous livre des administrateurs et des maîtres.

83Le personnage essentiel du cours privé paraît indiscutablement sa directrice. À la pension Bongenre qui accueille Loulotte, deux sœurs se partagent la tâche, mais, comme son nom l’indique, Mlle Reine prend nettement le pas sur Mlle Modeste… Caumery, semble-t-il, trace le premier la silhouette caractéristique et démodée de la demoiselle/directrice puisque ni Roberte, ni Simone, ni les demoiselles de Pauvrement, ni Odette, ni Pouf dont nous savons qu’elles fréquentent un établissement de ce type ne font allusion à un quelconque adulte responsable, et ce respectivement en 1933, 1934, 1935 et 1936. C’est en 1947 seulement que la pittoresque silhouette de Mlle Jeanne fait son apparition, en remplacement momentané de Mlle Grande son amie. En 1950 enfin, nous faisons la connaissance de Mlle Bienaimé. Ces cinq personnes ont-elles des points communs ? Trois d’entre elles, Mlles Modeste, Grande et Bienaimé possèdent un cœur d’or, des tempéraments doux, paisibles, sérieux toutefois, et, très soucieuses de leurs petites administrées, affichent un remarquable sens de leurs responsabilités. Cependant, l’implication de Mlles Reine et Jeanne dans la direction de leurs pensions respectives ne s’avère pas moindre. Sèches, maigres, toutes deux de tempérament cassant et autoritaire, capables pourtant de tendresses déguisées, l’une et l’autre détiennent des facultés étonnantes d’énergie et de décision, qui en font des directrices expertes et très appréciées, si nous tenons compte, naturellement, du caractère plus nettement caricatural du personnage mis en scène par Caumery. Bref, nous résumerons de manière assez simpliste les caractéristiques générales des demoiselles susnommées en les classant en deux catégories seulement : les tendres sentimentales, généralement souriantes et douces, et les impérieuses revêches, péremptoires et néanmoins sympathiques en diable, malgré leur apparente dureté.

84Malgré leurs divergences, deux points lient notoirement les cinq directrices. Est-ce par passion pour leur métier Est-ce parce qu’une femme qui travaille ne peut prétendre à un beau parti ? Est-ce par absence de fortune ou de dot ? Aucune d’elles n’a fondé de foyer, ce qui permet à leur vocation initiale, qui semble fondamentalement bien établie, de s’épanouir librement pour la grande satisfaction des fillettes dont elles assument la charge avec amour.

85Car les directrices de pension et c’est là aussi leur souci commun – se révèlent avant tout les tuteurs spirituels de leurs jeunes élèves. À l’exception de Mlle Grande, personnage ponctuel et plus secondaire, les quatre autres demoiselles auront, en quelques délicates circonstances, à régler plusieurs dilemmes moraux. En 1929, Mlles Reine et Modeste affrontent un gros mensonge, compliqué de « haine et de malice ». Mlle Reine tente de conjurer la vilaine action : à la « petite leçon de morale du soir », elle recommande le « devoir d’affection des petites filles entre elles, [le] pardon des offenses ». Lorsque l’incident éclate, elle se montre très ferme : De sa voix des grandes occasions, à laquelle nulle au pensionnat ne résiste, elle ordonna : « Ne mentez pas. Obéissez ». Puis les coupables s’obstinant, elle fait montre d’une intransigeance tempérée d’humanité et de douceur : « Inès, Loulotte, Céline, vous êtes également coupables. Vous méritez d’être chassées de cette maison ».

  • 99 Caumery, Bécassine au Pensionnat, 1929, p. 47 à 51.

86— […] Sa voix tremblait d’émotion et de chagrin […]. Lorsque, bouleversées, les trois fillettes finissent par céder, Mlle Reine retrouve toute son indulgence pleine d’allant pour leur « commander » : « Embrassez-vous, et tout sera terminé99 ». Tour à tour sévère, pressante, ferme, émue et soulagée, Mlle Reine brise les résistances sans humilier les récalcitrantes, de sorte que les fillettes se sentent toujours guidées, épaulées, comprises et, le cas échéant, appréciées.

87Mlle Jeanne a, quant à elle, affaire à des fillettes plus malicieuses et plus indépendantes, parce que plus proches de l’adolescence. Moins grandiloquent et plus concis, son système éducatif, tout aussi attentif, regorge de recommandations morales et pratiques qu’elle déverse sur ses pensionnaires en une salve déconcertante :

  • 100 M. Vérité, Les Demoiselles des quatre coins du Monde, 1947, p. 315, 352, 375, 411, 422.

88« Plus de boutons absents, de coude déchiré, de trous au bas, n’est-ce pas ? Des jeunes filles dignes de ce nom se doivent d’être toujours propres, soignées et ordonnées100 ».

  • 101 Id., Ibid.

89« Vous marcherez dix pas en avant en vous souvenant qu’une jeune fille bien élevée ne se retourne pas101 ».

  • 102 Id., Ibid.

90« Des jeunes filles de bonne famille restent à leur place qui n’est pas la cuisine102 ».

  • 103 Id., Ibid.

91« Depuis quand laisse-t-on un reste dans son assiette ?103 »

  • 104 Id., Ibid.

92« La curiosité est haïssable104 ».

  • 105 Id., Ibid.

93« Des jeunes filles bien élevées ne se retournent pas dans la rue105 ».

94Mlle Jeanne ne plaisante pas avec l’éducation. Ce qui ne l’empêche nullement de distribuer le bonbon du soir ou de changer « d’une main légère » le pansement d’une éclopée désobéissante. Dosée différemment, nous retrouvons donc l’union nécessaire de la fermeté lucide et de la douceur bienveillante.

  • 106 B. De Rivière, La Pension Bien-aimé, 1950, p. 197.

95Mlle Bienaimé, elle aussi affronte un lot de fillettes vivantes, parfois indisciplinées, à cela près que les parents des enfants pour la plupart ne sont pas trop éloignés ou trop absents. Quand se pose l’inévitable problème du mensonge et de la tricherie, elle ne convainc pas ouvertement de son méfait la jeune Reine, nouvelle arrivée et malheureuse orpheline de surcroît : sa réaction immédiate s’avère bien plus nuancée, lorsqu’en compagnie de la jeune Luce, elle surprend la fillette en flagrant délit de « copiage » : « Les yeux de la directrice, pleins de chagrin et de déception rencontrent ceux de Luce […]. D’un imperceptible mouvement, elle lui impose silence, puis, sans bruit, à reculons, elle redescend dans la rue106 ». Ce n’est que plus tard que Reine sera amenée à reconnaître spontanément sa faute, sans humiliation, au sein d’une indulgente compréhension qui la guérira à jamais de sa malhonnêteté.

  • 107 Alain, op. cit., p. 21. E. Durkheim, op. cit, p. 132.

96Cette situation de faute frauduleuse, nous la retrouvons comme de juste dans les lycées Du Bellay et Tite-Live, pseudo-publics comme nous l’avons déjà déterminé, quand Max Buvart, dit « Max le Noir » ou « le sombre Max » vole sa place de premier au concours international des élèves de sixième. Ici cependant aucun adulte responsable n’intervient, et c’est le quatuor de jeunes héros qui, petit à petit, l’amène à comprendre, regretter, avouer et payer une tricherie qu’il finit par désavouer totalement : il n’est guère difficile d’en déduire que la bourgeoisie chrétienne française ne saurait imaginer qu’un enseignant laïque puisse endosser la responsabilité morale d’un groupe d’enfants. Différence d’objectif, certes, puisque la classe aisée privilégie le groupe avant l’individu, mais aussi différence de moyens : alors que le responsable privé utilise la remontrance affectueuse, la douceur attristée, à la même époque Alain exige une certaine indifférence magistrale, car « à l’école se montre la justice, qui n’a pas à aimer » cependant que Durkheim prône « l’autorité impersonnelle de la loi, [qui est] en effet la seule qui survive […] dans une société où le prestige des castes et des dynasties n’est plus reconnu107 ».

97Le souci affectif considéré comme affaiblissant, le cœur, sans valeur sociale, n’est plus désormais reconnu comme l’étai suffisant de la construction morale. La conscience publique prend le pas sur la conscience de classe, et l’on comprend dès lors pourquoi le régime laïque, taxé d’immoralité et d’irrespect tant envers la tradition religieuse qu’à l’encontre de l’ordre social, est traité dans La Semaine de Suzette avec une certaine méfiance.

98Là s’arrête la nomenclature des enseignants, tant laïques que privés, puisqu’aucun autre ne sera mentionné. Et même si Mlle Bienaimé est créditée d’une agrégation d’histoire, nous ne saurons rien non plus sur les diplômes, les compétences, l’expérience pédagogique, les spécialités des autres responsables, comme si leurs qualités de cœur suffisaient à leur conférer une capacité universelle à l’enseignement. Or donc, qu’enseigne-t-on au juste, et quelles sont les méthodes préférées par toutes ces demoiselles, gouvernantes, institutrices, maîtresses, directrices et professeurs ?

Qu’étudie-t-on ? Et comment ?

  • 108 C. Cruysmans, Catherine et le Vaisseau Fantôme, op. cit. ; B. De Rivière, Chez Tante Paméla, op. ci (...)

99La matière reine des études enfantines semble bien être le français sous toutes ses formes : orthographe, rédaction, explication de texte, récitation. Loulotte obtient brillamment le premier prix de composition française, M. de Saint-Paroy, désireux de punir ses enfants, dicte un texte particulièrement ardu, et impose aux jeunes ignorants l’explication de mots difficiles qui leur sont inconnus. Le latin semble bien placé dans la hiérarchie de l’instruction puisque Loulotte s’approprie encore un premier prix glorieux dans la langue de Ciceron, puisque Catherine, Anne, les petites filles de la pension Bienaimé l’apprennent toutes très naturellement108.

  • 109 De St Quentin, l’Ange de Bethléem, 1934, p. 62.
  • 110 G. Clément, Deux Enfants dans une Île, 1937.
  • 111 Cl. Sylvain, Voulez-vous connaître le célèbre M. Champagne ? 1946, p. 76.

100Dans le secteur des langues vivantes, l’anglais l’emporte haut la main. Dès 1934, une nouvelle informe Lilette (8 ans) de la nécessité absolue d’apprendre l’anglais : « Il n’y avait personne à qui m’adresser… — Si, il y avait Miss. Ce qui te prouve également qu’il est indispensable d’apprendre l’anglais109 ». En 1937, Pierre et Claire, qui le parlent couramment tous les deux, jouent les Britanniques en vacances, comme les jeunes héros de Mad. H. Giraud, comme les neveux de l’oncle Philippe110. L’histoire tient sa place également, mais plutôt de façon concrète dans les innombrables historiettes, tirées de notre illustre passé par les infatigables auteurs de La Semaine de Suzette. Grandes oubliées au palmarès des matières essentielles, la géographie, les sciences naturelles, la physique, la chimie et même les autres langues vivantes n’interviennent jamais, pas plus que les mathématiques… « Le célèbre M. Champagne » ne déclare-t-il pas que « certaines sciences comme l’algèbre et les mathématiques sont moins accessibles [aux filles] qu’aux garçons111 » ?

  • 112 Alain, op. cit., p. 57, 145, 78.
  • 113 E. Durkheim, op. cit., pp. 212, 224, 234.
  • 114 Mad. H. Giraud, Lettre d’une Tante, 1934, p. 126.
  • 115 Pour les mamans, 1934, pp. 320 et 172.
  • 116 Luby, op. cit., p. 250.
  • 117 S. Ducamp, Un morceau de musique en voyage, 1936, p. 170.

101Quel est, à ce sujet, le sentiment des deux maîtres à penser de l’entre-deux-guerres ? Leurs avis paraissent cette fois-ci étonnants, parce que parfois opposés et finalement peu objectifs. Alain s’accorde sur un point avec La Semaine de Suzette : « Les Belles-Lettres sont bonnes pour tous », mais non sur un autre : « Il faut que l’esprit scientifique pénètre partout ». En revanche, l’anglais est un tissu de « singeries », les leçons d’histoire et de morale sont « niaises » et « plus niaises encore les leçons de choses… » Le coup est rude… E. Durkheim, plus catégorique encore, souhaite éviter l’enseignement des mathématiques, « simpliste par nature et par méthode112 », l’entraînement au mysticisme, « à jamais réfractaire à la raison », et le goût de l’imagination, du rêve, de la littérature, peu réaliste et efficace. L’histoire enfin est largement réhabilitée, à condition de faire comprendre à l’enfant « l’action de ces forces anonymes et collectives qui mènent les peuples parce qu’elles sont l’œuvre des peuples, parce qu’elles émanent de la société dans son ensemble113 ». Ils tâchent de préparer – chacun à sa manière – l’enfant au rôle modeste mais essentiel que ces jeunes esprits joueront dans l’avenir collectif d’une société que l’on veut instruite, raisonnable, active. La Semaine de Suzette quant à elle se cantonne aux habitudes mêmes que la nouvelle pensée pédagogique cherche à éliminer et qui peuvent se résumer succinctement de la manière suivante : respect et connaissance des grandes figures historiques au détriment des événements eux-mêmes, apprentissage poussé de la langue française, voire du latin et du grec, expérience si possible concrète de la langue anglaise… Par ailleurs, l’hebdomadaire semble accorder une grande place à ces tendances si fermement dénoncées ci-dessus : mysticisme suscité par l’enseignement religieux, goût du rêve et du sentiment considérés comme spécifiquement féminins et développés comme tels, abdication totale et incurie en tout ce qui concerne particulièrement la formation de l’esprit, soit les habitudes de réflexion, d’analyse, de synthèse, de critique logiquement appuyées sur les arguments raisonnés et ordonnés, et qui semblent laissées de côté au profit de l’acquisition des connaissances. En 1934, Tante Mad aborde le sujet de façon relativement ambiguë : « Je sais que les programmes des études sont extrêmement chargés et que mes nièces travaillent presque autant que leurs frères, car, maintenant, ce n’est plus par “clartés de tout” que l’on procède pour les femmes, mais par lumières éblouissantes114 ». Il faut, en premier lieu, apprécier à sa juste valeur ce « presque » révélateur d’une différence encore appréciable entre les études féminines et masculines. Et Tante Mad elle-même semble-t-elle enthousiaste face à cette évolution pourtant bien prudente ? Il est vrai que ce début de lettre introduit l’agenda horaire d’une petite fille « d’autrefois » un peu triste, un peu monotone, et que Tante Mad, qui y déplore l’absence de plein air et d’exercice physique, semble encourager ses nièces à accepter de bon cœur « le programme chargé » dont elles se plaignent toutes… Pourtant, la séance de gymnastique semble bien la seule différence notable avec le calendrier de l’enfant d’autrefois : travaux d’aiguille, leçons, prières, lecture, piano… Qu’en est-il, hors des cours proprement dit de cette « culture » indispensable à la jeune fille de bonne famille ? Elle se doit tout d’abord d’apprendre, apparemment à l’exclusion de tout autre instrument, le piano, ce qui constitue une nécessité et non un agrément, comme nous en informe fermement la Comtesse de Bersac : « les études musicales, obligatoires dans toute bonne éducation ». Certes on y prend rarement plaisir, mais la providentielle Comtesse va nous indiquer comment remédier à cet inconvénient : « Avec le nouveau procédé d’enseignement musical des cours Sinat par correspondance, l’étude fastidieuse du piano est considérablement abrégée…115 » Si bien que personne ne voit d’inconvénient à constater que la petite Roberte éprouve « pour l’étude une ardeur très modérée. Elle préfère la musique », ce qui peut être considéré comme une attitude d’esprit typiquement féminine116. Par ailleurs, l’apprentissage du piano, dont l’aspect rebutant est « officiellement » reconnu, constitue une formation morale très appréciée par ce qu’il comporte nécessairement de persévérance, de conscience et de régularité. Témoin la vilaine aventure survenue à la paresseuse Colette, qui n’a pas étudié sa partition et espère par là même se trouver dispensée de la « matinée » organisée par Mme Lecerf son professeur. Las ! Elle aura la honte de jouer néanmoins son morceau mal préparé devant le petit auditoire rassemblé à cet effet…117

  • 118 Mad. H. Giraud, Lettre d’une Tante, 1934, p. 16.

102La culture littéraire se manifeste de son côté sous deux aspects complémentaires, récitation et lecture. Le premier de ces deux exercices sera retenu pour son double bénéfice : il entraîne la mémoire et chasse une timidité naturelle. Dès 1905, La Semaine de Suzette multiplie les saynètes à jouer avec ses petits amis devant l’auditoire familial, les monologues à réciter en public durant les matinées enfantines, ou les poésies diverses : trente-deux en 1905, vingt et une en 1919, six seulement en 1928, trois en 1932, plus rien en 1939, et, à plus forte raison, en 1949… La mode est passée. Gageons que, là encore, l’intérêt essentiel de cette distraction imposée consiste en l’effort qu’elle implique, puisqu’en 1934 encore, Tante Mad suggère à ses nièces d’apprendre à « s’appliquer » en copiant « quelques beaux vers classiques » qu’ainsi elles retiendront mieux118.

  • 119 B. Bernage, Une petite fille tombée de la lune, 1936, p. 13.

103Il paraît étrange de poser ici la question de la lecture, au sujet d’un hebdomadaire dont le moyen d’action initial… utilise justement la lecture ! Voire… Les premières années de La Semaine de Suzette n’abordent pas le sujet, pour la raison évidente qu’il s’agit effectivement d’un instrument, non d’une fin en soi : obligation est faite d’en passer tout d’abord par le déchiffrage du journal pour atteindre les objectifs éducatifs que s’est fixée la rédaction de ce dernier. C’est dans un roman de Berthe Bernage, publié en 1936, que le problème semble examiné pour la première fois, et d’une manière qui nous laisse un tantinet perplexes… « La mère de Pouf, écrit en effet l’auteur, lui défendait de lire en dehors des dimanches et des jeudis, assurant qu’une petite fille doit apprendre à coudre et que la plupart des livres ne lui valent rien. Deux principes très justes mais Pouf […] n’était pas capable de comprendre qu’il y a des livres dangereux119 ». Plus encore que les ouvrages pernicieux, par ailleurs évoqués de manière vague, c’est le principe même de la lecture qui est placé là en accusation, puisqu’il semble considéré comme suspect pour deux raisons au moins : un cerveau féminin n’a pas à accroître ses connaissances au détriment d’un savoir pratique indispensable. Et, d’autre part, toute distraction passe également pour problématique dans la mesure où elle s’avère égoïste. De fait, Pouf aura le droit de lire son content lorsqu’elle utilisera son savoir et sa jolie voix à distraire un malheureux aveugle.

  • 120 Mad. H. Giraud, Lettre d’une Tante, 1936, p. 21.
  • 121 Id., Ibid., 1947, p. 562.
  • 122 Id., Ibid., 1948, p. 333.

104Au cours de cette même année, Tante Mad insiste à son tour sur le sujet, mais de manière plus indulgente. « Il faut lire, c’est évident, les histoires écrites pour vous et qui vous amusent. Mais il ne faut pas repousser avec horreur une lecture sérieuse… Vous aurez un agréable sentiment de satisfaction intérieure, comme chaque fois que l’on apprend quelque chose de nouveau et d’utile120 ». Au moins accepte-t-elle l’idée qu’une petite fille a le droit de s’amuser… Bien des années après, à la reprise du thème, nous ne relevons plus guère de suspicion, et la Tante Mad d’après-guerre se contente de quelques conseils pratiques sur l’art de « bien lire, sans hâte, en prenant des notes au besoin, et vous verrez comme cela vous aidera pour vos compositions françaises121 ». Voici donc que la lecture devient non seulement souhaitable mais même précieuse. Mieux encore : une Lettre de l’année suivante révèle la passion jusqu’ici cachée de Tante Mad pour les livres « encore aujourd’hui tout comme quand j’avais l’âge [d’Étienne] ». Une seule restriction tout de même : cette fascination ne doit cependant pas faire « tout oublier : famille, devoirs, obligations122 ». Dans le même temps, la création (en 1949) d’une rubrique intitulée « Suzette aimera lire » accrédite un peu plus l’évolution de l’hebdomadaire vers plus de souplesse encore puisque, tous les quinze jours environ, sont résumés quatre ou cinq romans à l’intention des lectrices hésitantes. Très objectivement, La Semaine de Suzette fait la part belle à une certain nombre d’éditions concurrentes dont Flammarion, Alsatia, Maure, etc., sans oublier pour autant ses propres publications, à savoir les collections Familia (pour vos grands frères), Bibliothèque de ma fille (pour vos sœurs aînées), Bibliothèque de Suzette (pour les lectrices elles-mêmes). Enfin de peinture et de dessin, matières propres pourtant à occuper les jeunes personnes, point de mention avant 1949, année décidément fort culturelle, avec la création d’une rubrique sur les belles œuvres célèbres, qui demeurera unique, malheureusement…

105La Semaine de Suzette connaît suffisamment son lectorat, et surtout le milieu social de son lectorat, pour avancer fort prudemment dans le domaine de l’éducation. En effet, la bourgeoisie française se trouve parfaitement consciente que le savoir est une arme à ne pas placer inconsidérément dans les mains d’une part du peuple, d’autre part des femmes, deux secteurs de la population qui tendent inconsidérément à l’indépendance et au pouvoir… En cela, elle se démarque nettement de l’intelligentsia française, plus déterminée à dispenser largement le savoir qu’à le préserver pour l’élite, plus encline à former les esprits que les cœurs, plus portée enfin à libérer l’individu qu’à l’enchaîner à sa classe sociale. Aussi l’hebdomadaire maintient-il tardivement les principes traditionnels et chrétiens d’un altruisme relativement étriqué et fondé sur la charité, d’une persévérance, d’un sens du devoir orientés vers la réussite financière et sociale et le maintien de certains privilèges économiques et politiques. Il faudra bien – et les responsables de l’hebdomadaire sont trop avisés pour ne pas s’en rendre compte – évoluer toutefois, surtout après le terrible laminage provoqué par la seconde guerre mondiale. Pour illustrer ce plaisant mouvement de modernisme, signalons un étonnant reportage réalisé en 1949 sur une république d’orphelins ! Sous la présidence de trois instituteurs, et la responsabilité d’un syndicat de six petits citoyens, les enfants, âgés de six à dix-huit ans, s’administrent avec sagesse, affichent un journal mural, peignent, dessinent, travaillent… L’article, il est vrai, mentionne une première communion édifiante qui situe l’expérience en climat résolument catholique. Cependant sous ces auspices rassurants, et par l’entremise du célèbre journal destiné aux petites filles bien élevés, commencent à se découvrir les modernes tentatives d’une pédagogie déjà préconisée par le fameux Célestin Freinet, épanouie également à Summerhill.

106Que la classe dirigeante française s’appuie sur le passé historique, qu’elle souhaite des institutions qui protègent ses intérêts, qu’elle désire un type de gouvernement élitiste dont elle pourra fournir elle-même les esprits éclairés, ne sera certes pas pour nous étonner, pas plus que la patience de fourmi dont elle fait preuve pour conserver et justifier l’inégalité des fortunes et des destins. De l’Église, on attend qu’elle institue l’intention et l’acte charitables, déversoirs nécessaires du trop-plein de la chance, des enseignants privés qu’ils coulent les esprits enfantins au moule social fondu bien longtemps avant leur naissance, et, par le biais de La Semaine de Suzette, il nous est loisible de contempler ce mirage, ce souhait éperdu, cette vision idyllique d’un monde hiérarchisé, ordonné, immobile…

107La réalité est tout autre. Le monde bouge, l’éducation atteint les masses, le clergé cherche à remettre en marche une foi figée, à atteindre par ce moyen d’autres classes sociales plus modestes mais riches de possibilités.

108Et l’hebdomadaire, lentement tout d’abord, puis nettement après la fin des hostilités de 1939-1945, entérine ces diverses évolutions, parfois à regret, parfois avec une certaine résignation, mais sans se cloîtrer dans une nostalgie stérile des temps révolus.

Notes

1 Mad. H. Giraud, « Lettre d’une Tante », 1946, p. 59.

2 Id., Ibid., 1946, p. 3.

3 Mad. H. Giraud, Jerry dans l’Ombre, 1946, p. 147.

4 Id., Lettre d’une Tante, 1939, p. 38.

5 C. Cruysmans, Emmanuelle, 1937, p. 225.

6 M. Bonnardot, Cricri et sa Princesse, 1933, p. 9.

7 B. Bernage, Une Petite Fille tombée de la Lune. 1936, p. 37.

8 M. Bonnardot, op. cit. p. 8, 9.

9 D. Rogeben, Le calendrier de 1793, 1950, p. 2.

10 Caumerу, Bécassine fait du scoutisme, 1931, p. 47.

11 A. Bruyère, Notre petite Princesse de Misère, 1947, p. 110.

12 B. Briant, Noël d’Espagne, 1936, p. 26.

13 H. Lauvernière, L’Énigme du Prieuré, 1934, p. 175.

14 Ena Ramie, L’Ange de Pâques, 1919, p. 17.

15 Id., Anges de France, 1919, p. 11.

16 P. Sorlin, La Société Française de 1914 à 1968, Paris, Arthaud 1971, p. 253 et 255.

17 G. Duby, R. Mandron, Histoire de la Civilisation française, Tome II, Paris, A. Colin, « Collection U », 1968, p. 322.

18 P. Sorlin, op. cit, p. 256.

19 M. Fleury, Les petites Ailes, 1928, p. 29.

20 Caumerу, Bécassine fait du scoutisme, 1931.

21 M. Delorme, Défense des camps, 1948, p. 291.

22 C. Clément, Marie-Emmanuelle, 1937.

23 B. De Rivière, Chez Tante Paméla, 1947.

24 C. Cruysmans, Les Demoiselles de Pauvremont, 1934, p. 37.

25 Id., Ibid.

26 Id., p. 109.

27 J.-M. Mayeur, F. Bedarida, A. Prost, J.-L. Monneron, Histoire du peuple français, Nouvelle Librairie de France, Paris, 1964, Tome V, p. 159.

28 S. Ducamp, op. cit, p. 245.

29 G. Verdat, Les conquêtes de Maude, 1936, p. 292.

30 Mad. H. Giraud, Lettre d’une Tante, 1934, p. 141 ; 1936, p. 198.

31 Id., Ibid., 1948, p. 110 ; 1949, p. 130.

32 J. Remу, Les fraisiers de Line, 1928, p. 142 ; J. Dumas, Les vacances d’Albane, 1928, p. 46 ; Mad. H. Giraud, Le jour de l’An de Fagotte, 1932, p. 53 ; A. Lichtenberger, Nane et la Vie de château, 1937.

33 Mad. H. Giraud, Lettre d’une Tante, 1928, p. 117.

34 Id., 1939, p. 151.

35 J. Laharpe, L’erreur volontaire, 1932, p. 223.

36 A. Roger, Un début dans le monde, 1940, p. 314.

37 J. Le Cocq, La Conversion du Père François, 1939, (1er trim.), p. 309.

38 S. Ducamp, Les étrennes de Jaquette, 1933, p. 74.

39 H. Lauvernière. Le marchand de marrons, 1939, p. 276.

40 G. Mornand, Les deux Lettres, p. 129 ; S. Locou, Zita, 1938, p. 129 ; D. Raynaud, La Bague retrouvée, 1939, p. 314 ; L. Halle, Le Bouquet de Jonquilles, 1934, p. 282.

41 Citons trois références essentielles : V. Meillaren, Catherine et le Vaisseau-Fantôme (1939), B. de Rivière, Chez Tante Paméla (1947), et du même auteur La Pension Bienaimé (1950).

42 A. Lichtenberger, La fortune de Nane, 1936, p. 16.

43 Th. Zeldin, Histoire des Passions françaises, Le Seuil, coll. « Point », 1978, Tome V, p. 294.

44 M. Bonnardot, Cricri et sa Princesse, 1933, p. 97.

45 L. Henri, La belle journée, 1937, p. 227.

46 J.-M. Mayeur, F. Bederida, A. Prost, J.-L. Monneron, op. cit. p. 159.

47 Mad. H. Giraud, Lettre d’une Tante, 1946, p. 29.

48 Bécassine Nourrice, 1922, p. 18.

49 Bécassine, son oncle et ses amis, 1936, p. 41.

50 B. De Rivière, Fa et l’autobus, 1948, p. 375.

51 Le Coin des Rieuses, 1936, p. 41.

52 Mad. H. Giraud, Tim-le-Dégourdi et Têtu-la-Bourrique, 1939, p. 80.

53 Caumery, Bécassine Nourrice, 1922, p. 37.

54 Bécassine, son Oncle et leurs Amis, 1926 ; Bécassine prend des Pensionnaires, 1934 ; Les Mésaventures de Bécassine, 1939 ; Bécassine en Roulotte, 1939.

55 Alain, Propos sur l’Éducation, Paris, PUF, 1932, p. 134 ; E. Durkheim, L’Éducation morale, Paris, PUF, 1934, p. 43.

56 Th. Zeldin, op. cit., p. 55.

57 Alain, op. cit., p. 55.

58 E. Durkheim, op. cit., p. 128.

59 Mad. H. Giraud, Lettre d’une Tante, 1939, p. 366.

60 Caumery, L’enfance de Bécassine, 1913, p. 61.

61 Luby, Les Soucis de Roberte, 1933, p. 175.

62 Cité par Th. Zeldin, op. cit., Tome II, p. 170.

63 Id., p. 171.

64 A. Bruyère, Les Robinsons de la Montagne, 1939, p 11.

65 Id., Ibid.

66 C. Crysmans, Les Demoiselles de Pauvremont, p. 9, 1934.

67 H. Lauvernière, L’Énigme du Prieuré, 1934, p. 288.

68 Caumery, Bécassine prend des pensionnaires, 1934, p. 6.

69 H. Lauvernière, L’Énigme du Prieuré, 1934.

70 A. Bernage, op. cit, G. Clément, op. cit, H. Lichtenberger, L’Oncle d’Afrique, op. cit.

71 Luby, Les soucis de Roberte, 1933, p. 151.

72 A. Prost, op. cit. Tome V, p. 114.

73 Mad. H. Giraud, Lettre d’une Tante, 1947, p. 568.

74 Cl. Sylvain, Voulez-vous connaître le célèbre M. Champagne ?, 1946, p. 76.

75 C. Nast, Le Tuteur de Caracas, 1950.

76 Alain, op. cit, p. 192-193.

77 R. Samat, Nenette aux cheveux d’or, 1940, p. 208.

78 Comtesse De Bersac, Pour les mamans, 1934, p. 320.

79 C. Cruysmans, Catherine et le Vaisseau Fantôme, 1938 ; G. Verdat, Les conquêtes de Maude, 1936 ; A. Bruyère, Notre petite princesse de Misère, 1947 ; B. De Rivière, Chez Tante Paméla, 1947.

80 F. D’orgeval, Le secret de Mademoiselle Savignon, 1933, p. 183.

81 G. Mornand, Le dimanche de Lisbeth, 1935, p. 87.

82 M. Bru, La maison des originaux, 1947, p. 7.

83 Id. p. 21.

84 Id. p. 32.

85 Nane Duc, Mlle Hambure, professeur de piano, 1934, p. 134.

86 A. Valrège, La Victoire de Josette, 1949, p. 269.

87 Alain, op. cit., Propos sur l’Éducation, 13-16-17.

88 E. Durkheim, op. cit., p. 122.

89 R. Stephanopoli, Le chat de plâtre, 1937, p. 309.

90 M. Vérité, Les Demoiselles des quatre Coins du Monde, 1947.

91 Id. p. 422.

92 Id. p. 314.

93 S. Ducamp, Baïa la petite négresse, 1934.

94 J.-M. Mayeur, op. cit, Tome V, p. 114.

95 Luby, Les Soucis de Roberte, 1933, p. 187.

96 Caumery, Bécassine au Pensionnat, 1929, p. 11.

97 Id., Ibid., 1929, p. 25.

98 N. Grüner, Botte et les Géants, 1940, p. 10.

99 Caumery, Bécassine au Pensionnat, 1929, p. 47 à 51.

100 M. Vérité, Les Demoiselles des quatre coins du Monde, 1947, p. 315, 352, 375, 411, 422.

101 Id., Ibid.

102 Id., Ibid.

103 Id., Ibid.

104 Id., Ibid.

105 Id., Ibid.

106 B. De Rivière, La Pension Bien-aimé, 1950, p. 197.

107 Alain, op. cit., p. 21. E. Durkheim, op. cit, p. 132.

108 C. Cruysmans, Catherine et le Vaisseau Fantôme, op. cit. ; B. De Rivière, Chez Tante Paméla, op. cit. ; B. De Rivière, La Pension Bien-aimé, op. cit.

109 De St Quentin, l’Ange de Bethléem, 1934, p. 62.

110 G. Clément, Deux Enfants dans une Île, 1937.

111 Cl. Sylvain, Voulez-vous connaître le célèbre M. Champagne ? 1946, p. 76.

112 Alain, op. cit., p. 57, 145, 78.

113 E. Durkheim, op. cit., pp. 212, 224, 234.

114 Mad. H. Giraud, Lettre d’une Tante, 1934, p. 126.

115 Pour les mamans, 1934, pp. 320 et 172.

116 Luby, op. cit., p. 250.

117 S. Ducamp, Un morceau de musique en voyage, 1936, p. 170.

118 Mad. H. Giraud, Lettre d’une Tante, 1934, p. 16.

119 B. Bernage, Une petite fille tombée de la lune, 1936, p. 13.

120 Mad. H. Giraud, Lettre d’une Tante, 1936, p. 21.

121 Id., Ibid., 1947, p. 562.

122 Id., Ibid., 1948, p. 333.

© CNRS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search