Version classiqueVersion mobile

La Semaine de Suzette

 | 
Marie-Anne Couderc

Histoire d'un journal d'enfants

Texte intégral

Chronique d’un succès

  • 1 Stéphanie Gil, Les éditions Gautier-Languereau et les livres pour la jeunesse, Mémoire de Maîtrise (...)

1Les florissantes éditions Gautier-Languereau, sises actuellement à l’adresse familière du 18 rue Jacob à Paris (VIe) n’ont pas débuté là leur longue carrière. Stéphanie Gil nous fait découvrir que leur existence, ancienne et complexe, a débuté lointainement le jour où un certain Charles Blériot, fils d’instituteur et âgé tout juste de vingt et un ans, obtint le transfert du brevet de librairie de Firmin Alphonse Pringuet, démissionnaire, éditeur catholique exerçant à Paris au 25 de la rue Bonaparte1.

2Comme son prédécesseur, nous apprend-elle, Ch. Blériot se spécialise au début dans les livres à tendance religieuse, puis après son installation au 55 quai des Grands Augustins (VIe) s’oriente plus originalement vers d’autres publications : traités pratiques, essais critiques, et même, hardiment, romans d’aventures et populaires. Dans le même temps, il crée deux revues hebdomadaires destinées à toucher les couches moins favorisées de la population : travailleurs, petits bourgeois etc. Le premier, L’Ouvrier, né le 4 mai 1861 et qui paraît le samedi, connaîtra soixante ans de succès pour disparaître en 1920 seulement. L’autre, la célèbre Veillée des Chaumières voit le jour le 7 novembre 1877, paraît le mercredi, et cherche à intéresser plus spécifiquement un lectorat familial traditionnel et peu fortuné, qui occupe ainsi ses quelques loisirs par une lecture considérée comme moralement saine. Progressiste et intelligent, Ch. Blériot a par ailleurs adopté le principe des feuilletons : c’est lutter avec les armes mêmes de la presse laïque. En effet, composé d’une succession d’épisodes haletants, débordants de crimes, d’enlèvements et de malhonnêtetés de toutes sortes, ce type de roman est très défavorablement jugé par la hiérarchie catholique qui condamne cette littérature de pure distraction. Mais ces aventures-là, dûment encadrées de réflexions morales et de conclusions vertueuses, peuvent facilement être « récupérées » par la « bonne presse » … Par ce même moyen, sans tenter une ouverture véritable vers un public enfantin, cet éditeur astucieux touche cependant maints adolescents et jeunes filles.

3En 1882-1883, il s’associe avec Henri Gautier dont nous ne savons s’il possédait avant cette date une expérience précise de l’édition, bien que son père, taillandier, l’eût probablement initié assez précocement au commerce. Ce nouveau venu, né le 17 octobre 1855, se retrouve à trente ans jeune et unique directeur de l’affaire qu’il enrichit aussitôt par le rachat du fond Dillet-Carré, librairie catholique aux productions variées (romans, voyages, livres religieux, histoire, littérature), puis offre dès janvier 1885 une situation à son neveu Maurice Languereau (né le 8 janvier 1867).

  • 2 Stéphanie Gil, op. cit. p. 47.

4Celui-ci, jeune homme actif et cultivé (détenteur d’un double baccalauréat lettres/sciences, il est en outre avocat) prend en 1917 le titre officiel d’associé de son oncle, et la nouvelle société ainsi fondée adopte le nom de « Librairie Henri Gautier, Gautier et Languereau éditeurs2 ».

5Prospères, solidement gérées, les éditions Gautier-Languereau résistent bien aux difficultés qu’engendrent les hostilités de 1914-1918, et malgré un certain ralentissement du rythme de production, retrouvent après le conflit le dynamisme qui leur est propre. En 1923, les deux associés ont acquis au 18 rue Jacob l’immeuble qui a abrité la maison Hetzel. Après destruction de l’édifice, on reconstruit au même endroit un bâtiment moderne où la maison d’édition, le 6 août 1926, installe désormais ses bureaux et son administration. Sans doute, situé au cœur du quartier traditionnellement consacré aux éditeurs l’emplacement était-il de choix. Sans doute fallait-il renouveler entièrement une construction vétuste et inutilisable. On ne peut toutefois s’empêcher de rêver sur l’acte hautement symbolique que représente cette fracassante prise de possession… Profondément laïque et radicale, la maison Hetzel a concurrencé avec bonheur la presse chrétienne durant des années, publiant en particulier le Magasin d’Éducation et de Récréation, journal destiné aux enfants des deux sexes. On peut raisonnablement supposer que les associés Gautier-Languereau ne demeurèrent pas indifférents à la triomphante démarche qui effaçait un passé dérangeant.

6C’est le 18 février 1938, avant d’avoir connu la Seconde Guerre mondiale, que s’éteint à l’âge de 83 ans Henri Gautier, depuis quelques années retiré des affaires. Beaucoup plus imprévue, la mort de Maurice Languereau survient le 12 août 1941 en pleine guerre, laissant la maison d’édition aux mains d’un conseil familial qui l’administre un temps. À la fin des hostilités, en 1945, deux gérants officiels assument cette charge, Mme Languereau, veuve de Maurice Languereau, et Jacques Canlorbe son gendre, époux de leur fille unique Claude, actuellement héritière des éditions Gautier-Languereau. Ces dernières enfin ont été reprises en main depuis quelques années par la maison Hachette, celle-là même qui, entre Hetzel et Gautier-Languereau, occupa un temps les locaux du 18 rue Jacob.

  • 3 Voir à ce sujet M.-A. Couderc, Bécassine inconnue, Paris, CNRS Éditions, 2000.

7Des deux fondateurs, Henri Gautier et Maurice Languereau, l’histoire nous trace, à travers témoignages et articles nécrologiques des portraits extrêmement plaisants. Tous deux acceptent des charges importantes au sein des cercles, syndicats, caisses de retraite, orphelinats, associations diverses qui unissent alors le milieu éditorial. Tous deux participent également à de nombreuses œuvres de bienfaisance et nous sont présentés comme des hommes respectables, responsables, dévoués, riches d’une incomparable expérience. Nous ne pouvons qu’apprécier le cheminement qui mène le jeune Henri Gautier, armé de ses seules qualités personnelles, à la réussite financière, sociale et humaine qui fut la sienne. Pour Maurice Langereau, personnage complexe, réservé et attirant, c’est sans doute sa créature, Bécassine, qui à travers ses aventures nous livre le mieux cet homme d’affaires avisé, riche d’une ironie caustique et dévastatrice bien dissimulée3.

8Du libraire Pringuet à Charles Blériot et de Charles Blériot à Henri Gautier puis Maurice Languereau jusqu’au temps présent, une longue tradition maintient solidement les éditions Gautier-Languereau dans une ligne directrice dont l’un des maillons essentiels, dégagé peu à peu au fil des temps, devient la littérature enfantine. Et parmi les publications variées que concerne cette définition un peu vague, il fallait nous consacrer à l’une des plus célèbres, la fameuse Semaine de Suzette.

Suzette au fil du temps

  • 4 Cité par Hélène Gauchet in La Semaine de Suzette, sources et lectures. Mémoire de maîtrise de lettr (...)

9Le 2 février 1905 paraît le premier numéro de La Semaine de Suzette. Son arrivée, annoncée à grand renfort de publicité non seulement dans La Veillée des Chaumières (numéros des 14 et 21 décembre 1904), mais encore dans L’Ouvrier, l’a été d’une manière systématique et ordonnée4. Le 14 janvier 1905, le numéro 75 expose en détail les diverses chroniques qui composeront le futur hebdomadaire. Une semaine plus tard, le numéro 76 énumère ces mêmes rubriques en les agrémentant d’alléchants commentaires. Le 28 janvier enfin, apparaît dans le numéro 78 la première mention de celle qui deviendra la grande vedette de l’hebdomadaire, à savoir la célèbre Bécassine. Par la suite, L’Ouvrier rappelle, par des encarts réguliers, le sommaire et le prix des numéros suivants. Comme on peut donc s’en assurer, l’entreprise, grâce à ces nombreuses publicités, a été soigneusement organisée et préparée, et la maison Gautier-Languereau a vraisemblablement pris sa décision à la suite d’une très fine analyse du marché, guidée par un sens aigu de l’aventure commerciale. Encore faut-il connaître la situation de la presse enfantine en 1905 et quelles raisons judicieuses ont poussé Henri Gautier et Maurice Languereau à lancer un nouveau périodique à une époque où d’innombrables nouveaux titres destinés aux enfants surgissent chaque année.

  • 5 Alain Fourment, op. cit., p. 417.

10Dès la deuxième moitié du xixe siècle, époque où la passion pour les découvertes scientifiques, les voyages d’exploration, les nouvelles techniques commence à exploser universellement, le monde de l’édition a parfaitement compris l’intérêt commercial que représente le lectorat enfantin, que la modernité, jointe à la publication séduisante d’histoires illustrées, attire rapidement. Si l’on en croit la liste chronologique établie par Alain Fourment, on ne compte pas moins de 37 périodiques nouveaux échelonnés de 1850 à 1899, encore que beaucoup d’entre eux périclitent assez vite5… La plupart de ces revues enfantines participent du puissant courant laïque dont les représentants incontestés demeurent Pierre-Jules Hetzel et Jean Macé fondateurs en 1864 du Magasin d’Éducation et de Récréation.

  • 6 Soit L’Épatant, Les Belles Images, La Jeunesse Moderne, Le Jeudi de la Jeunesse, L’Illustré pour la (...)

11Est-ce à dire que la presse catholique, forte de sa morale traditionnelle, gardienne des anciennes valeurs, laisse le champ libre à ses concurrents laïques ? Une consultation de l’inventaire réalisé par Alain Fourment laisse apparaître un curieux vide à ce niveau. Fondé en 1851, Le Magasin de l’Enfance Chrétienne, devenu successivement Le Nouveau Journal des Enfants, titre bien neutre, puis Le Magasin de la Jeunesse Chrétienne, survit seulement jusqu’en 1856. Il faut donc attendre 1895 pour voir publié Le Noël, mensuel édité par la Maison de la Bonne Presse, qui ne disparaîtra qu’en 1937. Par ailleurs, si l’année 1904 connaît une rare explosion dans le domaine de la presse enfantine (pas moins de six titres nouveaux !), ils s’avéreront d’obédience laïque6. Lorsqu’en 1905 les éditions Gautier-Languereau lancent La Semaine de Suzette, elles ne prennent donc guère de risque du point de vue commercial et comblent une lacune évidente à la fois économique et spirituelle.

  • 7 La Semaine de Suzette, 2 février 1905, n° 1, p. 2.

12La deuxième grande preuve d’habileté des deux éditeurs consiste à rechercher non seulement un lectorat chrétien et bourgeois mais encore exclusivement féminin. Là également, la concurrence s’avère faible : deux publications seulement occupent le terrain : La Poupée Modèle, fondée en 1863 et qui perdurera jusqu’en 1924 constitue certes une rivale véritable, mais La Jeune Fille du xxe siècle apparemment destinée d’ailleurs aux adolescentes, connaît une bien courte existence de 1902 à 1905. Aussi l’éditorial du n° 1 ne laisse-t-il aucun doute sur les intentions du journal. L’exergue souhaite concerner un large public « petits et grands », « les uns et les autres », puis se concentre sur les « chères petites lectrices »7. Deux arguments complémentaires sont avancés par une direction sûre de son fait :

13« Si l’on a multiplié les feuilles amusantes à l’usage des petits garçons, on n’avait encore publié aucun journal qui répondit au tour d’imagination et besoins d’esprit de leurs sœurs.

  • 8 Ibid.

14La déformation caricaturale, l’enluminure violente, la trivialité des images qui emplissent les journaux jusqu’ici publiés pour l’enfance sont pour elles sans attrait, les choquent le plus souvent »8.

15Voire ! Cette critique vive et directe des périodiques concurrents s’avère discutable. Certes, nous ne pouvons guère évaluer le nombre de fillettes qui empruntent leur hebdomadaire au grand frère plus gâté. Mais Mon Journal, publié dès 1881 par la maison Hachette, emploie des écrivains connus et des dessinateurs de talent : Gustave G. Toudouze, Jérome Doucet, Roger Dombre pour les uns, Steinlen, Job, Henry Morin, Lorioux, R. de la Nézières pour les autres. Il en est de même pour Le Journal de la Jeunesse (Hachette, 1872), Le Petit Français Illustré (Armand Colin, 1889) soutenu par Albert Robida et Christophe, L’Écolier Illustré (Delagrave) auquel participent Jules Chancel, Jean Aicard, Trilby, E. Salgari pour les textes, J.-P. Pinchon, R. de la Nézières, Henri Avelot pour les illustrations. Teintes douces, tenue intellectuelle certaine… Le reproche, trop général, vise donc vraisemblablement Le Jeudi de la Jeunesse, Les Belles Images, Les Images pour Rire tous parus un an avant La Semaine de Suzette, d’une évidente vulgarité… et d’une immédiate notoriété !

Des variations raisonnables et raisonnées

16Le n° 1 du 2 février 1905 nous découvre un journal de seize pages, vendu au prix modique de 10 centimes. La première d’entre elles, illustrée sur toute la hauteur d’une gravure en couleurs, s’attache en outre à donner les renseignements nécessaires : titre, date, prix… La deuxième, exceptionnellement réservée à l’éditorial, le sera par la suite au roman à épisodes Pauvre Charlotte de M. d’Agon de la Contrie illustré par Paul Kauffmann. Deux images hautement morales peignant, en noir et blanc, l’ordre et le désordre complètent la page 5. À la sixième, déjà un patron de robe pour habiller Bleuette, à la septième, une série de petits échos d’actualité et d’anecdotes diverses. Les pages 8 à 11 sont tout entières consacrées à une saynète à trois personnages de Jacqueline Rivière, rédactrice en chef, largement illustrée en couleurs par Lucien Métivet, cependant que la page 11 se trouve complétée par un jeu nommé La garde passe. Chinette aux longues moustaches de Roger Dombre, deuxième roman à épisodes occupe les pages 12, 13 et 14, illustrées en noir et blanc par R. de la Nézières. La page 15 est partagée entre le règlement du concours prévu au n° 1, et une large publicité pour le n° 2. La page 16 enfin conte la toute première et historique bévue de Bécassine, mise en scène par J. Rivière et déjà illustrée par Pinchon. Son format agréable, facile à manier, est de vingt et un cm de largeur pour trente de hauteur, et le célèbre en-tête de présentation, en haut de la première page, figure deux sages petites filles flanquées de plantes en pot et occupées, de part et d’autre du titre, à peindre et lire leur journal favori. Suit la mention « Publication pour la jeunesse paraissant le jeudi ». Le tout enfin, signé M. Saurel, se trouve encadré d’une guirlande tarabiscotée du plus pur style « nouille ». À l’instar des grandes maisons (Hachette, A. Colin, Delagrave) les éditeurs n’ont accepté aucune publicité extérieure pour ces premiers numéros, car le procédé demeure encore peu utilisé. En revanche, des annonces internes à la maison d’édition vantent les charmes de la poupée Bleuette, produite par la firme Jumeau, « de 27 cm de haut, entièrement articulée, à la soyeuse chevelure que l’on peut coiffer ». Sous la direction avisée de Jacqueline Rivière, forte d’un tel succès imprévu que dès le second numéro, la direction doit prier les nouvelles abonnées d’attendre un peu la jolie Bleuette (on est en rupture de stock !) La Semaine de Suzette, soigneusement composée, joyeusement illustrée de couleurs charmantes, gaîment ponctuée de rubriques variées, appareille pour un long voyage tranquille de cinquante-cinq ans.

  • 9 Bécassine pendant la Grande Guerre (1915), Bécassine chez les Alliés (1917), Bécassine mobilisée (1 (...)

171919 : les hostilités ont cessé. Bécassine a considérablement contribué à l’effort de guerre par quatre albums patriotiques, pour ne pas dire belliqueux9. Si le style et la teneur des rubriques n’ont pas plus changé que le format, en revanche, par suite des restrictions ou peut être des difficultés de main d’œuvre, le nombre de pages est tombé à douze, cependant que le prix a doublé, passant de dix à vingt centimes : la rédaction conserve l’histoire en couleurs de la première page, les deux romans, la double page centrale de Bécassine chez les Turcs que Pinchon démobilisé, dessine à nouveau, quelques jeux, mais sacrifie les nombreuses historiettes, anecdotes, nouvelles qui égayaient les quatre pages supprimées. De plus Gautier-Languereau, pressé tant par les raisons financières que la nécessité bien compréhensible de s’adapter aux nouvelles méthodes économiques, franchit le pas et accepte certaines publicités extérieures, soigneusement sélectionnées cependant pour leur bon goût et leur sérieux : cours de piano, d’anglais, d’instruction générale, de coupe, de dessin, accompagnés de jardinage, de cuisine, ou de livres portant sur la santé. L’en-tête, toujours composée de deux fillettes, a sensiblement changé. Si les robes respectivement à pois et à rayures habillent toujours les deux petites lectrices dont l’une coud désormais au lieu de peindre, leur coupe s’est allégée, les coiffures, plus courtes, bouclent en revanche davantage. Une unique rose dans un vase, une bordure plus dépouillée enjolivent la mention simplifiée « paraissant le jeudi ».

18Près de dix ans plus tard, en 1928, seuls ont changé le prix, porté à 35 centimes, et l’adresse désormais rue Jacob. Toutefois la publicité gagne du terrain et occupe entièrement la dernière page. La première partie offre l’album de récréation Suzette en vacances et, en prime aux abonnées, la raquette « Suzie ». Vient ensuite, signé du nom fantaisiste de « Comtesse de Bersac », un entrefilet intitulé « Pour les mamans » et qui possède au moins le mérite de la franchise : sous le couvert d’une correspondance mondaine, la dite comtesse chante les louanges des cours particuliers Sinat et Billault. Enfin la deuxième partie de la page est occupée par les publicités de produits variés et complétée par le trousseau de vacances de Bleuette.

191932 : les fillettes sages ont beaucoup évolué. La coupe de leurs robes d’un rouge vif, leurs coiffures courtes et plates les modernisent singulièrement, cependant que le style de leurs fauteuils eux-mêmes, plus géométrique, renouvelle une présentation simplifiée, encadrée d’un simple et large trait vert. Notons en 1924 une subtile augmentation de format qui agrandit les dimensions de La Semaine de Suzette de 1 cm en largeur comme en hauteur, la portant à 22 cm sur 31 cm.

20La crise économique et sociale sévit durement en France. En décembre 1936, date à laquelle débute la 33e année, une substantielle augmentation de tarif porte le prix de l’hebdomadaire à 50 centimes ! En revanche, quatre pages supplémentaires, soit 16 pages en tout, étoffent considérablement l’ensemble. 1937 apporte une légère modification de composition : la publicité passe en avant-dernière page, libérant ainsi la dernière pour les patrons destinés à la garde-robe de Bleuette, désormais en couleurs. Nouvelle augmentation en 1938 (60 centimes) et 1939 (75 centimes !). Consciente de l’inflation galopante, la direction tente cependant de compenser un peu la dépense en accroissant derechef les dimensions du journal qui passe en 1939 à 23 sur 32 cm. Hélas ! le 28 septembre 39, au n° 44, tante Mad, dans une triste lettre intitulée « La guerre » annonce de graves difficultés :

  • 10 Tante Mad, « Lettre d’une tante » in La Semaine de Suzette, 1939, p. 274.

21« Il avait été question un moment d’interrompre la publication de votre Semaine de Suzette, mais notre grand Directeur a pensé que, comme tous les lecteurs de tous les journaux, vous préfériez la voir réduite plutôt que ne plus la voir du tout10 ». Elle ajoute même un élément intéressant sur la sympathique mentalité de ce Directeur à la respectueuse majuscule :

  • 11 Ibid.

22« Et remercions, vous et moi, Monsieur Languereau, qui veut bien consentir à publier à perte votre cher journal, ce qui nous permet de rester en communication, mes chères petites nièces, durant la triste période des hostilités.11 »

23L’abnégation de l’éditeur semble d’ailleurs devoir être récompensée puisque le n° 47 du 19 octobre 1939 publie l’entrefilet suivant, coiffé en capitales importantes et grasses par le titre « Une bonne nouvelle » :

  • 12 Ibid.

24« C’est une bonne nouvelle que nous donnons ici au sujet de votre journal, chères petites nièces, dès le prochain numéro, il cesse d’être à huit pages pour en avoir douze, en attendant d’en retrouver seize, aussitôt que les événements le permettront12 ».

25Néanmoins, le dernier numéro paru avant la débâcle, le 6 juin 1940, ne comportait encore que 12 pages.

Suzette revient

26Passe la grande désolation de la guerre… La maison Gautier-Languereau par ailleurs sévèrement visitée par les autorités allemandes a donc supprimé La Semaine de Suzette de 1940 à 1946. Certes l’exode, les changements d’adresse rendent-ils malaisés l’acheminement des numéros à domicile pour les abonnés, et même la vente en kiosque, mais la direction du journal n’attend pas ces difficultés plus tardives pour arrêter sa publication.

27La reprise s’effectue difficilement… Les premiers numéros paraissent à partir du 30 mai 1946, mais tous les quinze jours seulement jusqu’au 19 septembre malgré la désolation de Tante Mad retrouvée :

  • 13 Tante Mad, « Lettre d’une Tante » in La Semaine de Suzette, 1946, p. 3. Par ailleurs, avec une gran (...)

28« Nous avions espéré que son “sabordage” en juin 1940 et sa qualité d’avoir été le seul grand journal d’enfant à ne pas reparaître durant l’Occupation [sic] lui aurait donné le droit de revenir à la vie aussitôt après la Libération. Mais le manque de papier, et aussi, peut-être une incompréhension de vos désirs, de vos besoins de lecture s’étaient opposés à cette renaissance13 ».

29Les 12 pages traditionnelles se trouvent cependant présentes et, dès le n° 10, La Semaine de Suzette annonce sa reparution hebdomadaire. L’en-tête, considérablement réduit, comporte dorénavant peu d’éléments. À droite du titre, dont les caractères gras et noirs occupent une place importante, deux petites lectrices assises à terre, sobrement vêtues de tenues à col sage, penchent ensemble sur La Semaine de Suzette leur jolies têtes aux cheveux courts et bouclés, croquées par Manon Iessel. Deux renseignements au début :

« Paraît deux fois par mois.
Rédactrice en chef : Mad Giraud. »

30Puis la mention « Paraît le jeudi » signale enfin l’allègement des restrictions, cependant que les notations supplémentaires (prix, date, numéro, etc.) se trouvent rejetées en bas de page. Le numéro affiche alors une inflation caractéristique des prix. De 75 centimes en 1939, il passe en 1946 à 8 francs ! ceci pour le format plus modeste du début. Enfin, si l’année 1946 ne compte que 22 livraisons, de mai à décembre, 1947 adopte le rythme ancien et date du 1er janvier son n° 1. Aucune publicité encore… La guerre a stoppé toute velléité de relance économique. Même la maison-mère suspend et pour cause ses propres annonces.

  • 14 La Semaine de Suzette, n° 15, 1946, p. 179.

31« Le rayon Trousseau de Bleuette a le grand regret d’avertir sa fidèle clientèle qu’il ne peut accepter aucune commande, aucun argent envoyé d’avance en ce qui concerne la poupée Bleuette et son petit frère Bambino. Les matières premières faisant momentanément défaut, il nous est malheureusement impossible de prendre aucun engagement14. »

32Le 30 janvier 1948, nouveau retour aux normes d’antan : tarif, date, numéro retrouvent leur place en tête du journal. Mais le prix de l’hebdomadaire augmente encore. Le 27 février 1948, Tante Mad aborde et développe ce brûlant sujet et l’on monte à 10 francs… Le 11 novembre de la même année, un entrefilet en caractères gras, mais rédigé avec la sobriété de la bonne volonté impuissante, annonce le passage inévitable à 12 francs… Les derniers numéros de 1947 ont vu, certes, le retour timide de quelques annonces, mais Bleuette demeure encore tristement absente. En 1949 cependant un tout petit encadré modestement placé à l’avant-dernière page incite les jeunes lectrices à visiter Bleuette et son trousseau rue Jacob, voire à les acquérir avec l’argent de leurs étrennes. C’est aussi l’année où Tante Mad prend sa retraite sans un mot d’explication ou d’adieu. Sa dernière lettre paraît dans le n° 24 à la page 274. Au numéro suivant, Tante Mireille, une inconnue, a pris la relève, sans que nous en sachions davantage.

33Dès 1950, apparaissent plusieurs modifications notoires : les capitales noires du titre ont été remplacées par une jolie cursive rouge, cependant que la mention « Paraît le jeudi » a adopté la teinte bleue. L’ensemble, par ailleurs, a diminué d’importance. Quant aux robes des petites lectrices, elles ont, d’année en année, quitté un marron éteint pour passer significativement à des rouges et des bleus francs. Cependant aucun annonceur ne se manifeste encore dans les pages de l’hebdomadaire…

  • 15 « Lettre d’une Tante », La Semaine de Suzette, n° 13, 1958, p. 8.

34Les dernières années de parution, en revanche, ont totalement modifié l’apparence de La Semaine de Suzette. 1956, 57, 58 choisissent un format nettement plus réduit, de 21 cm sur 27 cm, qui leur confère un aspect plus carré et le rend plus maniable. Sur un fond jaune vif se détache, rouge et noir, un titre accompagné de quelques renseignements utilitaires en caractères minuscules, le tout dans une vignette de modeste dimension poussée sur le côté gauche de la page… Les gracieuses fillettes se sont éclipsées et le célèbre en-tête, souvent modifié, mais si représentatif de chaque époque, si familier aux petites lectrices, a définitivement disparu… En revanche, l’année 56 offre seize pages, bientôt augmentées de quatre autres en 1958, amélioration que la tante momentanément en service annonce ainsi : « Tante Jacqueline a donné satisfaction aux nombreuses lectrices qui la suppliaient d’ajouter des pages à La Semaine de Suzette15 ».

35Les prix courent toujours : 30 francs en 56, 40 francs en février 58… Par ailleurs le journal n’est plus édité en semestres, mais en courts albums de treize numéros, décomposant ainsi la production annuelle en quatre parties, plus faciles à lire, moins onéreuses à acquérir. Une autre innovation numérote chaque page hebdomadaire de 1 à 6 (ou 20), abandonnant ainsi la conception du volume entier, certes publié en feuillets distincts mais réunis tant par le contenu des textes que par la pagination. Cependant, nous pouvons noter un retour aux habitudes d’antan, dans la mesure où le n° 1 de la série n° 9 se trouve daté du 29 novembre 1956, donc largement anticipé par rapport à l’année suivante. En effet, la parution des numéros précédents en albums reliés peut offrir l’occasion d’un cadeau de Noël, placé ainsi très tôt à la disposition des éventuels acheteurs. De plus, pour des raisons psychologiques évidentes, renoncer au journal sera moins facile au début du mois de novembre qu’à la fin décembre !

36En 1956, Bleuette et Bambino, enfin disponibles, annoncent la naissance de leur jeune sœur Rosette. Cependant que les annonces, dispersées sur deux pages au milieu des textes, souvent non encadrées, offrent une grande fantaisie de mise en page, l’année 1958 qui a ouvert ses feuilles, au hasard des numéros, à une publicité extérieure variée, continue une discrète campagne en faveur des trois poupées, mais supprime les patrons qui permettaient de coudre soi-même leur trousseau… Bientôt le journal va arrêter sa parution et mourir de sa belle mort, victime des inévitables changements de notre société.

Voulez-vous jouer avec Môa ?

37Cette gageure annoncée, distraire en permanence un jeune public féminin, l’hebdomadaire s’y essaye dès le premier numéro en lançant un des jeux qui feront fureur tout au long de sa parution, soit le concours, sans préjuger de maintes autres distractions que nous allons tenter de répertorier.

Les jeux

38Voici, pour attirer immédiatement une clientèle encore potentielle, le « Grand Concours des six Images », qui consiste à dénicher sur l’illustration de couverture les quelques cent termes qui commencent par la lettre C, cependant que la page 13 publie les conditions du concours et la liste attrayante des prix offerts aux gagnantes. Cette première année ne comportera pas moins de cinq concours, dont quatre qualifiés de « grands » aux titres suivants : « Concours de Poésie-Rébus », « Concours de la Corbeille Renversée », « Concours des Six Images », « Concours-Rébus d’Anecdotes Historiques », « Concours-Rébus des Femmes-Célèbres ».

39De façon identique, l’année 1906 a organisé un grand « Concours-Rébus » dont les vingt mille réponses demandent un long dépouillement, annoncé par Tante Jacqueline au n° 4, publié au n° 5. Dès le n° 9 cependant, commence le nouveau jeu-concours intitulé Le Trousseau de Bleuette, qui comporte dix tableaux répartis sur les dix numéros suivants, et rapportera un prix, soit « une jolie broche » à tous ceux qui auront répondu correctement. Concours encore la même année au n° 45 durant sept publications, ce qui permet par ailleurs à la direction, en débordant sur l’année suivante, d’inciter vivement au réabonnement… L’année 1919 débute par le concours sur neuf numéros, du « Fagot Enchanté », dont la solution est donnée au n° 15, et la liste des gagnantes publiée au n° 24 seulement : ainsi tenues en haleine, les petites lectrices vont demeurer fidèles jusqu’à la fin du trimestre au moins. Un tour d’horizon, effectué ensuite tous les dix ans nous livre en 1928 le grand concours des vacances « Sans queue ni tête », en 1938 celui du « Tour de France » (tournoi géographique et non sportif !), en 1948 « Le Grand Concours du Nouvel An » soit une grille de mots croisés, et, en 1958, le « Concours permanent » aux résultats hebdomadaires, adroite tentative, par le biais d’une distraction qui a de longue date fait ses preuves, de fidéliser son lectorat défaillant.

40Qu’en est-il des prix ? La liste proposée en 1905 s’avère simultanément pittoresque, très caractéristique de son époque, et… extrêmement féminine, du moins suivant les critères des débuts du siècle :

  1. Une tire-lire renfermant CENT FRANCS [sic] en espèces, (concession au goût bourgeois bien connu de l’épargne).

  2. Une machine à coudre fonctionnant à la main.

  3. Une montre en argent doré chiffrée au nom du lauréat.

  4. Un fourneau avec batterie de cuisine en cuivre.

  5. Une pendule mignonnette.

  6. Un ménage en faïence.

  7. Une boîte de jeux de salon.

  8. Une boîte de mercerie.

  9. Une boîte de peinture.

  10. Une boîte de fleurs artificielles.

  11. Du 11e au 20e prix, un dé d’argent dans son écrin.

  12. Du 21e au 30e prix, un album pour cartes postales.

  13. Du 31e au 50e prix, une trousse à aiguilles.

41Les prix offerts en 1919 aux quatre-vingt premières gagnantes paraissent toujours fort séduisants mais moins utilitaires, montre en or ou argent, coffrets, liseuses… Vingt ans après, ils demeurent attirants : montre, raquette de tennis, appareil Kodak, bloc-note, boîte de couleur, cadre, porte-monnaie, pochette-sac… 1948, encore généreux, propose caméra, appareil photo, serviette de cuir, garniture de brosserie, sac de cuir, une Bleuette, un Bambino, stylos, albums et ouvrages de la Bibliothèque de Suzette. Dix ans plus tard, c’est… un abonnement ! qui récompense les gagnantes. Une dernière tentative, plus proche du sondage que du concours véritable, tâche d’obtenir des jeunes lectrices la réponse à un questionnaire concernant leurs goûts en matière d’auteurs, d’illustrateurs, de couvertures ou de lectures, et promet une centaine de prix (foulards, jeux, livres)… Le journal cependant n’a plus que deux ans à vivre.

42Indépendamment des concours, les jeux de La Semaine de Suzette, innombrables, demeurent impossibles à répertorier. Divertissements d’intérieur ou de plein air, individuels ou collectifs, de réflexion ou d’adresse manuelle, charades, rébus, devinettes, découpages se succèdent très régulièrement. Si l’année des débuts, 1905, n’offre aucune chronique régulière mais seulement des rubriques indépendantes, 1907, sous le titre général de « Petits problèmes, Récréations, Amusements scientifiques », ne comporte pas moins de vingt-quatre jeux classés au premier semestre dans la table des matières, et trente-deux au second ! Le premier semestre 1919 comporte une double chronique soit « Devinettes et charades » et « Jeux de plein air et d’appartement », et offre, avec une régularité hebdomadaire qui ne se dément jamais, une vingtaine de jeux divers, auxquels nous allons joindre « Petits Passe-temps », « Petits Problèmes », « Récréations » ou « Le Coin des Rieurs », qui rassemblent fantaisies arithmétiques et bricolages amusants. Mais, dix ans après, l’hebdomadaire, plus austère apparemment, ne propose plus que quatre jeux flanqués de quatre devinettes ou charades, pauvrement reléguées en bas de page : Tante Mad, qui vient de prendre en charge la rédaction, se chercherait-elle ? En 1938, une politique plus stable semble enfin être adoptée : la chronique s’intitule en effet « Les Jeux de Suzette » et revient régulièrement occuper une demi-feuille au moins, parfois jusqu’à deux pages sous la signature de Rémi Paton, situation que nous retrouvons en 1948. En 1958 enfin, sous deux titres différents soit « Suzette s’amuse » et « Amusons-nous », jeux, devinettes, charades et rébus continuent plus que jamais à divertir les jeunes lectrices, joints à une troisième chronique irrégulière, nommée simplement Jeux, et qui semble une variante du jeu de l’oie.

Rions un peu !

43Proches encore de la distraction, les nouvelles brèves du monde, amusantes mais déjà instructives et portant à réfléchir, sont regroupées dès 1905 sous le titre de Petite Moisson, et reviennent, assez irrégulièrement il est vrai, tous les trois numéros environ. Le 2 Février 1905 présente ainsi successivement l’origine des croissants, de la superstition concernant les salières renversées, l’histoire d’un sourd-muet à l’odorat développé, une aventure d’Alexandre Dumas, et la composition des nids de guêpe. On le voit, l’ensemble, offre une certaine fantaisie dans la composition, et privilégie l’imagination plus que la rigueur scientifique ! En 1919, le titre existe toujours dans la table des matières mais non dans l’hebdomadaire d’où il a curieusement disparu ! 1928 n’en fait aucunement mention, mais dès 1938, la rubrique devient « Suzette à travers le monde », et paraît très régulièrement : examinons la liste des titres proposés au n° 1 : « Comment écrivez-vous » ? « La plus petite machine », « Les grands rapides », « Un remède difficile mais agréable », « L’accordéon précoce », « Sa Majesté veut gagner de l’argent », « La maison démontée », « L’héroïque Benny ». Progrès techniques assortis de chiffres et de records, échos humains et potins mondains, originalités diverses et faits-divers pittoresques se partagent gaiement une page aérée, facile à lire et joyeusement illustrée par huit minuscules dessins humoristiques en noir et blanc. Ce titre et son contenu bravent l’interruption de 1939-1940 pour reparaître sans changement après la guerre, et devenir en 1958 « Suzette sait tout », rédigé suivant le même principe, assuré irrégulièrement mais de manière relativement fréquente, sans doute en bouche-trou.

  • 16 « Le coin des rieurs », 1905, p. 67.

44Ajoutons enfin une mention spéciale pour les histoires drôles, au nombre de deux seulement en 1905 et objets d’un titre particulier en 1919, « Le coin des rieurs », malheureusement vide de tout contenu ! En 1928, sous la direction de Mad. H. Giraud débutante, aucune mention n’est faite de ces plaisanteries, mais, dénommée plus logiquement « Le coin des rieuses », la chronique réapparaît en 1938 pour être définitivement rayée après la guerre. Les thèmes abordés relèvent de deux domaines seulement : mots d’enfants sans danger pour les futures mères de famille, niaiseries des benêts conventionnels (paysans, domestiques) qui rappelleront aux maîtresses de maison potentielles leur évidente supériorité. Qu’est-ce qui fait rire en 1905 ? « Voyons, Bernadette, citez-moi un animal dont nous employons les plumes, de belles plumes… » Bernadette sans hésiter, songeant à ce que maman met autour du cou : « Le boa, mademoiselle…16 » 1919 et 1928 n’offrant aucun exemple, essayons 1932 où revient la chronique :

  • 17 Ibid., 1932, p. 19.

45« Calino en voyage a demandé à l’hôtelier de le faire réveiller le lendemain matin à 6 h pour qu’il puisse prendre le train. À six heures précises, Calino assis sur son lit, consulte la pendule. « Six heures, dit-il, et on oublie de venir me réveiller : je vais sûrement manquer le train ! 17 » 1938 enfin nous propose entre autres un dialogue significatif entre un « monsieur » de la ville et un petit Normand :

« Comment t’appelles-tu ?

— Comme mon père, m’sieur

— Et ton père, comment s’appelle-t-il ?

— Comme moi, tiens donc !

— Vous êtes une nombreuse famille ?

— Autant de têtes que d’écuelles chez nous, m’sieur

— Et vous possédez combien d’écuelles ?

  • 18 Ibid., 1938, p. 218.

— On a chacun la sienne, m’sieur, et c’est bien naturel. Bonsoir18 ».

46Sans nous montrer exagérément critiques, constaterons-nous cependant une ombre de parti-pris dans certaines de ces histoires drôles ? … Enfin 1958 conserve cette longue tradition avec quelques mots d’enfants sous le titre « Amusons-nous ».

  • 19 « Quelques pensées », 1948, p. 392.

47Nous ne tenterons pas une nomenclature détaillée des innombrables « Variétés », « Bricolages », « Au pays de la fantaisie », « Langage des fleurs », anecdotes, monologues, conseils, souvenirs de l’oncle Histoire, mode pour les petites filles, coin des curieuses, qui se succèdent sans interruption et sous différentes dénominations jusqu’en 1940, sans oublier de courtes nouvelles « instructives » fondées sur des détails historiques. 1948 y joint des chroniques musicales sous la plume prestigieuse de W. Landowski, des « pensées » à méditer (« Celui qui ne veut rien apprendre n’est pas digne de vivre ». Traité des principes19). Un dernier sondage, effectué en 1958, révèle son lot habituel de bricolages, reportages et rubriques pratiques sans innover davantage.

Une histoire de famille

  • 20 La Semaine de Suzette, 2 Février 1905, n° 1, p. 2.
  • 21 Anonyme, dernière page de l’album n° 14, 1958.
  • 22 Mad. H. Giraud, « Lettre d’une Tante », 1938, p. 6.

48Sans doute serait-il naïf de ne pas considérer l’aspect commercial et lucratif d’une publication que ses responsables souhaitent bien évidemment rentable. Cependant, pour atteindre cet objectif, la rédaction de La Semaine de Suzette adopte une manière intelligente et chaleureuse de séduire son lectorat, et s’implique dès les premiers numéros dans une relation extrêmement suivie avec son jeune public, tout en développant avec lui des rapports étroits et réciproquement confiants, qui privilégient plusieurs approches. L’hebdomadaire, dès le numéro un, a, officiellement, déclaré son intention de plaire et d’amuser, en évitant « la déformation caricaturale, l’enluminure violente, la trivialité des images [qui] sont pour les fillettes sans attrait20 ». En 1958, soit un demi-siècle plus tard, les dirigeants assurent ne publier « que des textes soigneusement choisis » et éviter « avec soin les caricatures susceptibles de déformer le goût21 ». L’on demeure impressionné devant l’intransigeance et la continuité de l’objectif recherché ! Si en 1934 Tante Mad se contente au premier janvier d’indiquer sa résolution de « rendre votre journal toujours plus intéressant, plus amusant » en s’adressant toutefois directement à ses petites nièces, l’année 1938 voit poindre un effort notable en faveur de la participation enfantine. Voilà en effet que la rédactrice en chef, pour la première fois, sollicite de ses petites lectrices un avis sur leur journal : les voici requises d’« examiner » La Semaine de Suzette et d’écrire « tout ce que vous aimez, ce qui vous plaît, ce que vous désireriez y trouver de nouveau, ce qu’il vous amuserait d’y rencontrer. Vous savez que nous n’avons qu’un désir : vous faire plaisir22 ».

  • 23 Mad. H. Giraud, « Lettre d’une Tante », 1947, p. 101.

49À partir de cette année-là, les appels à la participation se multiplient : neuf petites filles tirées au sort reçoivent et classent des manuscrits, afin de décerner le « prix de La Semaine de Suzette ». Le choix des jeunes juges littéraires s’effectue lors d’un goûter offert rue Jacob aux petites abonnées, initiative qui non seulement permet aux enfants de connaître et rencontrer les responsables de leur hebdomadaire, mais encore incite à l’abonnement. Tante Mad rend compte de la joyeuse fête au 20 Avril 39, promet des améliorations, délivre des conseils, annonce pour les premiers mois de 1940 la remise des prix… On connaît la suite. À la reparution du journal cependant, dès 1947, l’idée se trouve reprise et développée ainsi : « Nous avons pensé que mieux que personne, vous pouviez apprécier les meilleurs romans, ceux qui plairaient le plus à nos lectrices23 ». En 1949 encore le prix est annoncé, le tirage au sort effectué lors d’une simple « réunion ». En 1958 enfin, par le biais d’un « concours », la rédaction tâche d’obtenir des lectrices des renseignements devenus indispensables sur leurs préférences et leurs désirs : nécessaire mais hélas insuffisante, la démarche n’empêchait pas la cessation définitive de la parution, survenue deux ans après.

50La rédaction, inlassablement, maintient un contact direct avec les enfants par le biais charmant de « La Petite Poste », grâce au « petit facteur » de Tante Jacqueline. Dès le n° 2, à la page 27, se trouve explicitée la manière de correspondre avec telle ou telle petite abonnée, par l’entremise du journal. Succès immédiat ! Cinq réponses dès le n° 4, neuf au suivant, plus de cinquante au n° 10, soixante-douze au dernier numéro (n° 50) attestent de l’intérêt rapidement croissant que prennent les fillettes à solliciter les services de « La Petite Poste ». Les messages, souvent touchants, concernent des recettes à échanger, des petits « trucs » pratiques, des cartes postales, mais aussi recommandent le papa, chômeur, qui cherche une place ou l’institutrice qui ferait une plaisante dame de compagnie, munie de ses « excellentes références ».

  • 24 Id., Ibid., 1939, p. 274.

51En 1919, sans changer vraiment son approche simple et directe, « La Petite Poste » enseigne… un remède contre une constipation opiniâtre, ou conseille un ameublement nouveau. Parallèlement, cependant, Tante Jacqueline effectue régulièrement des analyses graphologiques ! 1928 voit la rubrique dédoublée et clarifiée. « La Petite Poste », assurée par Suzanne Rivière, aide désormais les enfants à trouver par correspondance l’amie de leurs rêves, ce qui a été son objectif premier. Tante Mad de son côté répond gaîment aux questions naïves de ses nièces dans ses « Petits Conseils » : Comment baptiser une nouvelle poupée, doit-on couper ses cheveux ou avoir peur d’aller chez le dentiste, quels souliers assortir à une robe bleu pervenche, que penser des nez retroussés ?… Dix ans après, les « Petits Conseils » – intitulés plus clairement « Tante Mad répond » – et « La Petite Poste » existent toujours, assurés par les mêmes responsables. En automne 1939 cependant, la direction annonce la suppression non seulement des deux rubriques, mais encore de l’émission radiophonique Radio 37 qui les complétait heureusement : « Il ne faut pas vous en étonner. On nous a priés, comme tous les autres journaux, de suspendre momentanément ces rubriques pour des raisons sérieuses24 ». Lesquelles raisons touchent bien évidemment aux messages secrets, aux renseignements confidentiels issus d’un quelconque agent intérieur de l’ennemi. Suzette indicatrice ! Bécassine espionne ! Bleuette informatrice des Allemands ! On en rirait si la période n’était si triste et les circonstances si gravement coercitives…

  • 25 Entrefilet encadré, 1946, p. 83.
  • 26 Tante Mireille, « Lettre d’une Tante », 1949, p. 286.

52Est-ce une campagne publicitaire ? « La Petite Poste » en tout cas reparaît dès 1946 sous les meilleurs auspices : « Nous informons nos jeunes lectrices qu’à la demande générale, notre chronique “La Petite Poste” reprendra sa place dans nos colonnes dès Octobre25 ». En revanche, Tante Mad sans doute vieillissante et peu au fait de ces nouvelles petites nièces qui ont traversé une période bien difficile pour les enfants, se contente désormais de reprendre dans ses Lettres hebdomadaires tel ou tel problème à elle confié par quelque fillette en détresse. En 1949, la premier souci exprimé de Tante Mireille, la nouvelle responsable, concerne ce contact bénéfique : « Je souhaite qu’une vraie correspondance s’engage entre nous, qu’elle devienne un cœur-à-cœur de vous à moi, de moi à vous, et même si des kilomètres nous séparent, nous aurons ainsi la douce illusion de nous connaître26 ». En 1958 enfin, « La Petite Poste » ainsi que les rubriques « Reporters » (petits comptes-rendus rédigés par les lectrices) et « Clubs » (Association locale de lectrices) sont désormais réservées aux abonnées. « Le Courrier des Suzettes », accessible à toutes, moyennant un « bon-courrier » découpé dans l’hebdomadaire, répond il est vrai à toutes les lettres accompagnées des renseignements nécessaires et du timbre adéquat, mais ne met plus en contact les fillettes qui le souhaiteraient… Encouragement à s’abonner, « La Petite Poste » se trouve dorénavant arbitre des sélections…

  • 27 Tante Jacqueline, « Lettre d’une Tante », 1905, p. 823.
  • 28 Id., « Au Pays de la Fantaisie », 1919, p. 178.
  • 29 Tante Jacqueline, « Au Pays de la Fantaisie », 1919, p. 130.

53De manière générale, l’hebdomadaire entretient volontairement un lien hautement affectif avec son lectorat enfantin. Dès l’année des débuts, Tante Jacqueline, sans se montrer trop complaisante, manifeste tout de même beaucoup de gentille attention envers ses petites nièces : « Petites chéries », « mes petites », « mes petites amies », « gentils et babillards avocats », autant de termes affectueux qu’elle destine à toutes les « petites têtes brunes ou blondes » qui envoient de si « bonnes petites lettres »27. En 1919, la situation financière du journal bien établie malgré les restrictions dues à la guerre de 1914-1918, peut-être aussi un tantinet à court de morale après tant de violence et de mort, Tante Jacqueline renonce à ses billets directs mais n’en maintient pas moins cependant ses sympathiques relations avec les lectrices : les préférences de ces dernières en matière de plantes lui offrent une occasion originale d’expliquer aux enfants le « langage des fleurs », leur correspondance permettant par ailleurs de proposer des analyses graphologiques qui les passionnent. Ainsi « Mirabelle d’Alsace » au tempérament « lunarien », qui « possède une imagination très créative » et « reflète également toutes [les images] qui passent dans la nature, pour les renvoyer autour d’[elle], ensoleillées ou dramatisées suivant les cas » : Mirabelle avoue en effet aimer « la montagne, les bois sombres, avec beaucoup de fleurettes par terre…28 ». Quant à « Libellule », brouillée avec une amie, elle lui offrira, en gage de réconciliation, soit une petite tortue, souvenir de la lyre d’Apollon tendue sur une grande écaille et signe d’harmonieuse paix, soit une poignée de noisettes, symboles de la baguette de coudrier magique grâce à laquelle Mercure apaisa jadis la foule des humains querelleurs…29 Le tout rédigé avec drôlerie, gaieté et une simplicité élégante.

  • 30 Mad. H. Giraud, « Lettre d’une Tante », 1928, p. 57 et 69.
  • 31 Id., op. cit., 1938, p. 7.
  • 32 Id., op. cit., 1946, p. 3.
  • 33 Id., « Lettre d’une Tante », 1939, p. 102.

54Dès 1928, Tante Mad se définit comme « la vieille tante » de « ses petites chéries », et s’excuse gaiement de moraliser sans cesse30. Toujours délibérément attentionnée, dix ans plus tard, elle prie ses petites nièces d’accepter « la grande, la profonde » affection qu’elle éprouve pour elles31. Et aucune des anciennes lectrices de notre génération ne peut oublier la singulière émotion qui, dans sa première chronique d’après-guerre datée du 30 Mai 1946, emporte l’éditorial d’une Mad. H. Giraud bouleversée : « Je sais, oh, je sais bien que, tandis que je pensais à vous, vous ne m’oubliiez pas. Je le sais par les nombreuses lettres que vous m’écriviez… » C’est qu’elle a toujours eu à cœur en effet, tout au long de ses fonctions, de créer de véritables liens familiaux entre son journal et son lectorat et tient ce dernier au courant des événements qui peuvent frapper tant la maison d’édition que les responsables de La Semaine de Suzette, tous de la parenté Gautier-Languereau ; En 1938, elle annonce aux enfants la mort d’Henri Gautier, fondateur en 1905 de l’hebdomadaire. Lorsque en 1940 Claude Languereau, fille du nouveau directeur, se marie, Tante Mad « raconte » le mariage, décrit la jolie robe, donne le texte du télégramme envoyé spécialement de Rome par Sa Sainteté. Après la guerre enfin, elle révèle un triste anniversaire encore ignoré : en 1941 est mort à son tour Maurice Languereau alias Caumery, directeur du journal et père, simultanément, de Bécassine et de Loulotte. La foule des petites lectrices est alors invitée à prier pour lui, en souvenir de sa « haute valeur morale32 ». Ces liens exceptionnels ont été fortifiés en 1939 par la réalisation d’un vieux projet, un insigne représentant le journal : « Vous allez vous retrouver, grande famille de Suzette, chères petites nièces de votre Tante Mad, vous allez vous reconnaître grâce à ce joli insigne […] Notre grande famille va se trouver ainsi tout-à-fait rapprochée, cela me donne, à moi aussi, une grande joie33 ». Tante Mad disparue de la rédaction, Tante Mireille, puis Jacqueline tout en conservant, autant que faire se peut, un ton chaleureux avec leurs « chères nièces », adoptent un ton un peu moins sentimental pour privilégier un style plus « moderne », plus « efficace » : ces tantes-là visiblement plus jeunes, sinon d’âge, du moins de manières, se préoccupent davantage d’augmenter la liste des abonnements que de faire la leçon aux Suzettes concernées, encore que la petite touche éducative et morale ne fasse pas défaut.

55Nous pouvons cependant affirmer que cette volonté avérée de rassemblement « familial » demeure un des principes fondamentaux, mis en œuvre ici, de la politique sociale que privilégie La Semaine de Suzette. Réunir en un club élitiste les enfant lecteurs de La Semaine de Suzette, c’est calquer la cellule fondamentale et vitale de la société aisée, c’est apprendre aux futurs adultes à conserver en un cercle fermé les forces vives d’une classe d’élection. C’est aussi, malheureusement, privilégier un mode de vie conservateur au détriment du monde extérieur… Il serait toutefois injuste de ne pas considérer que cette appartenance à une « aristocratie » enfantine apportait aux Suzettes le sentiment rassurant d’une protection supérieure,… et qu’elle constituait par là-même une excellente pratique commerciale !

Les ambitions avunculaires

56De Tante Jacqueline – rédactrice en chef dès le 2 Février 1905 – à… Tante Jacqueline ! qui clôt, les dernières années, la belle aventure de La Semaine de Suzette, toutes les responsables de l’hebdomadaire ont prioritairement œuvré à la constitution d’une clientèle fidèle et motivée, voire à l’expansion de cette même clientèle. Deux d’entre elles ont particulièrement marqué de leur personnalité la gestion de La Semaine de Suzette, et si nous abordons ici ce problème, c’est qu’elles ont, chacune à sa manière, touché, amusé, passionné les petites lectrices si attachées à leurs tantes d’adoption…

  • 34 M. de Meria, « La Promenade sur l’eau », 1905, p. 445. Anonyme, « La Vache enchantée », 1905, p. 67 (...)

57La première Tante Jacqueline a-t-elle tâché d’atteindre une couche particulière de la société ? Probablement pas les plus pauvres qui ne trouvent pas toujours les dix centimes nécessaires à l’achat du journal, pas non plus les aristocrates pour les raisons que nous allons développer : sans doute La Semaine de Suzette est-elle destinée aux enfants de la bourgeoisie, dans un large éventail qui va d’une petite bourgeoise relativement pourvue à la plus fortunée. Cependant, si le premier éditorial permet d’aider à faire de la petite fille « la femme accomplie que vous rêvez », objectif compréhensible de parents aisés, attentifs aux principes moraux qui régissent l’éducation de leur progéniture, le journal se révèle durant ses premières années beaucoup plus populaire qu’on ne l’imagine, voire d’un caractère assez peu distingué… Citons en désordre le monologue d’une fillette affligée de bégaiement qui conte sa promenade sur les « co… co… teaux » d’où l’on voit des « ba… ba… teaux », les farces de Monsieur Craque-Toujours à l’intention de Madame Lafrousse, ou le bon tour joué par un petit malicieux à Mlle Justine, deux concierges et trois agents de police34 ! Nous ne sommes pas si loin, ni par le dessin ni par le texte du plébéien hebdomadaire L’Épatant.

58Les Vacances de Suzette, livre de distraction proposé pour les congés, publie même en 1912 une très curieuse aventure de Bécassine intitulée Bécassine fait de la politique, sous la forme d’une comédie en deux actes entrecoupée de chansons : l’ensemble rappelle tout à fait la comédie musicale populaire à la mode ces années-là. Outre, d’une part, que le sujet choisi ne paraît pas spécialement propre à passionner des petites filles, il est par ailleurs traité de manière outrageusement faubourienne ! Qu’on en juge plutôt, d’après le refrain adressé sur l’air de La Marseillaise au candidat Pluchard :

« Aux urnes ! Dépêchons !
Laissez-là vos poëlons !
Courons ! Courons ! Que le Pluchard
S’aille coucher sans r’tard ! »

59Ajoutons-y, sur la mélodie de Viens, Poupoule ( !) une admonestation aux petits pois véreux, les insultes prodiguées au dit Pluchard (« canaille, brigand ») ou à Bécassine elle-même (« grosse dinde, grosse bête ») et nous aurons un exemple de ce que Tante Jacqueline, auteur de la saynète offre aux rires de ses nièces ! Joyeuse, gouailleuse, d’un comique facile, la rédactrice en chef donne au journal un ton très particulier, sympathique, mais loin d’être, avouons-le, très élégant. Tant pis ! Tante Jacqueline s’est bien amusée et nous aussi !

  • 35 Mad. H. Giraud, « Lettre d’une Tante », 1935, p. 250.

60De Mad. H. Giraud nous connaissons un peu plus les éléments qui ont orienté ses choix de rédactrice. Passionnée de La Semaine de Suzette dès sa parution (elle est alors âgée de vingt-cinq ans) elle accède à ses responsabilités en 1927, et les assumera jusqu’en 1949, bien qu’elle ait, à soixante-neuf ans, largement atteint le droit de se reposer… Mais jamais sans doute ne vit-on rédactrice plus impliquée dans son travail, plus proche des enfants, plus persuadée du bien-fondé de ses assertions morales. Tante Mad reprend à son compte – indépendamment de maintes nouvelles et historiettes, et des romans qui mettent en scène le célèbre Sir Jerry, soit huit en tout – la lettre hebdomadaire à ses petites nièces. Spontanée, elle se livre facilement, raconte son enfance à l’occasion, s’avère fort sentimentale, et ne cache jamais le grand amour qu’elle a porté à ses poupées, et qu’elle voue encore aux animaux et aux livres. Sensiblerie, sentimentalité puérile ? Elle semble assurément être attachée aux enfants avec lesquels elle tâche d’entretenir des relations franches. « Évidemment, affirme-t-elle, cela me fait très grand plaisir que vous aimiez mes lettres, que j’aime, moi, écrire pour vous. Mais quand je me rends compte que vous me dites cela par politesse, cela ne me fait plus plaisir du tout !35 »

61Voire ! Avons-nous toujours apprécié ses rubriques et ses conseils ? Pourtant son autoritarisme faiblit au fil du temps, et l’après-guerre la voit devenue « grand-tante » plus que tante, soucieuse de lecture ou de langage plus que de morale, conseillère plus que censeur.

  • 36 Vani, « La fête du prix Semaine de Suzette », 1939, p. 335.
  • 37 « La Direction », 1932, p. 54.
  • 38 Vani, « Fête du prix Semaine de Suzette », 1939, p. 335.

62Une photo d’elle révèle le profil régulier d’une dame coiffée à la mode de 1930, mais un délicieux dessin de Pinchon la croque assise souriante à son bureau, accompagnée d’un superbe chat persan noir – celui-là même sans doute, qui se trouva le héros de La Mystérieuse Disparition de Sir Jerry – fort ressemblante, ma foi, à sa photo. Vani, dans le compte-rendu de la fête de Suzette qui jouxte la photo mentionne son « charme qui ne laisse personne indifférent36 ». Mad. H. Giraud semble avoir été un véritable modèle de conscience professionnelle que La Semaine de Suzette reconnaissait comme exceptionnelle. À deux reprises en effet, la Direction la félicite publiquement : en premier lieu à la réception, en 1932, d’une médaille d’or à l’Exposition Coloniale, obtenue, mentionne fièrement un entrefilet spécial de l’hebdomadaire, pour « la façon remarquable dont elle anime votre journal37 », ensuite lors de la fête du prix Semaine de Suzette où Maurice Languereau salue la constance de Tante Mad. Si l’hebdomadaire connaît une telle prospérité, un tel succès, « c’est parce que Tante Mad y travaille avec tout son cœur, y donne ses jours et bien souvent ses nuits, et jamais elle ne s’y lasse d’en prodiguer le meilleur38 ».

63Deux grandes orientations caractérisent le journal sous son « règne » : la première situe le journal dans la droite ligne des publications chrétiennes. Toutes les fêtes religieuses font régulièrement l’objet de pieuses recommandations dans le billet hebdomadaire de Tante Mad, beaucoup de nouvelles préfèrent la légende miraculeuse au conte de fée, et la prière devient le recours habituel de l’opprimé dans les textes de fiction, tandis que les grandes vertus chrétiennes de charité, douceur, modestie, compassion et compréhension se trouvent en corollaire continuellement proposées à la vertu enfantine. Par ailleurs, et c’est là le deuxième aspect majeur inspiré par la rédactrice en chef, le niveau social des lecteurs souhaités s’élève considérablement, et s’incarne au fil des pages dans maints conseils dont aucun ne passe pour futile. Au sein d’une vie mondaine largement décrite, servie par une nombreuse domesticité, convenances, bonnes manières trouvent leur place aussi bien que les vertus traditionnellement bourgeoises d’économie, discrétion ou prudente autorité : servir le thé relève de la même culture que la direction difficile d’une maisonnée. Ainsi, par l’affirmation de la foi chrétienne et de ses valeurs, par le patient apprentissage d’un mode de vie, par l’expression de positions déclarées dans tous les domaines, l’hebdomadaire instaure une sérénité tout en imprimant, par le biais permanent de la distraction, la certitude de leur bon droit dans les personnalités enfantines à lui confié.

64Six ans après l’arrêt momentané de la publication dû à la guerre de 1939-1945, les visées sociales de la rédaction se trouvent sérieusement bouleversées. Si les valeurs chrétiennes demeurent essentielles, le ton a bien changé… Les aristocrates ruinés connaissent tous une misère plus ou moins pittoresque, la domesticité se réduit la plupart du temps à une unique servante vieillissante au dévouement acariâtre… À partir de 1950 et à l’aide de romans-photos, Tante Mireille tente de populariser La Semaine de Suzette pour recruter franchement dans les classes dites simples… La Semaine de Suzette a cherché opiniâtrement à s’adapter : mais existe-t-il désormais suffisamment de différences culturelles entre les filles et les garçons pour justifier un journal enfantin et féminin ? Les deux plus célèbres publications de ce type subissent le même destin : Fillette, née en 1909 disparaît en 1964. Lisette fondée en 1921, tiendra bon jusqu’en 1973. L’une et l’autre, comme La Semaine de Suzette auront duré plus de cinquante ans et cessé de paraître comme La Semaine de Suzette dans les mêmes décennies.

65Retenons enfin l’impact énorme des deux célèbres histoires en images publiées par l’hebdomadaire. Les aventures immémoriales de Bécassine ayant fait l’objet d’un précédent ouvrage, nous ne les mentionnerons ici que pour mémoire, en soulignant combien leur drôlerie, leur piquant et leur vivacité ont enchanté – jusqu’à aujourd’hui – les enfants de tous âges et toutes conditions. Moins fameuses peut-être, les tribulations de Nane, exemplaire petite fille sage et réservée, valent surtout par la présence de personnages adjacents et récurrents, que le lecteur retrouve avec plaisir : l’ami Groufe, toujours distrait, la terrible Marraine sans complexe, Miss aux prises avec les jumeaux Plic et Ploc, la redoutable cuisinière Hortense affirment leur pittoresque présence soulignée par l’excellent dessin d’Henri Morin. L’une comme l’autre, retrouvées avec bonheur d’année en année ont largement contribué à faire de La Semaine de Suzette une publication malicieuse et gaie, bien adaptée aux enfants et plus spécifiquement aux fillettes, puisque leurs héroïnes respectives, Loulotte la turbulente et la timide Nane, s’avèrent justement deux attachantes petites filles.

66Si l’on excepte six ans de guerre, La Semaine de Suzette aura présenté durant cinquante-cinq ans une remarquable continuité pratique dans sa composition. En effet, le principe des deux romans, publiés simultanément et par épisodes dans chaque numéro, fonde principalement l’hebdomadaire ; autour de ces éléments inamovibles cependant s’organisent les nouvelles dont le rôle en revanche est d’éliminer toute monotonie : longues d’une demi-page à deux pages, voire bien davantage lorsqu’elles se trouvent développés sur deux ou trois numéros, elles agrémentent de leur fantaisie la lecture plus difficile des romans. À leurs côtés, l’histoire en image, l’historiette illustrée en couleurs souvent commencées en première page, se terminent suivant leur longueur à la double page centrale ou à la dernière. Les deux plus célèbres d’entre elles, les aventures de Bécassine et de Nane ont pu d’ailleurs poser le problème de leur dénomination. Faut-il en effet classer Bécassine dans la famille des bandes dessinées ? Composée d’un texte placé de manière classique au bas de l’illustration, parfois, plus originalement, mêlée de façon hardie au dessin, l’œuvre en tout cas ignore totalement le phylactère. Quant à la série des « Nane », dont le texte disposé sur la page, parfois inférieur en importance à l’illustration, épouse celle-ci avec la plus grande fantaisie, elle ne peut en aucun cas passer pour une bande dessinée et demeure une superbe histoire mi-écrite, mi-dessinée. Enfin les diverses rubriques du journal (courrier, conseils pratiques, jeux divers etc.), sans oublier l’inamovible et essentielle « Lettre d’une Tante », se poursuivent avec une belle régularité jusqu’en 1950. Ce n’est qu’après cette date que La Semaine de Suzette adopte une composition beaucoup plus éclatée, plus « moderne », et introduit en particulier dans ses pages le roman-photo. Il est désormais trop tard pour sauver l’hebdomadaire : les adolescentes plus précoces lisent déjà les publications proposées aux adultes, les fillettes s’emparent des journaux de leur frères, et la mixité gagne du terrain à grands pas. La maison Gautier-Languereau arrête alors en 1960 la publication de La Semaine deSuzette en continuant par ailleurs à se consacrer à l’enfance dans de nombreuses publications.

67Nous savons maintenant le cheminement historique de notre journal, ses hésitations et ses choix devant les difficultés politiques, sociales, économiques qui se sont présentées au cours de sa belle carrière. Ce qui demeure pourtant mystérieux encore qu’indéniable, ce que nous avons toutes éprouvé sans toujours pouvoir l’analyser ou le définir spontanément, ce sont les raisons de son immense succès : rien de magique par le fait, rien que de très déchiffrable et accessible par une minutieuse approche, et que nous allons maintenant tenter de mettre en lumière.

Notes

1 Stéphanie Gil, Les éditions Gautier-Languereau et les livres pour la jeunesse, Mémoire de Maîtrise d’histoire, Université de Paris X Nanterre, 1993, p. 28.

2 Stéphanie Gil, op. cit. p. 47.

3 Voir à ce sujet M.-A. Couderc, Bécassine inconnue, Paris, CNRS Éditions, 2000.

4 Cité par Hélène Gauchet in La Semaine de Suzette, sources et lectures. Mémoire de maîtrise de lettres modernes. Université de Paris VII. Science des textes et des documents, 1984-1985.

5 Alain Fourment, op. cit., p. 417.

6 Soit L’Épatant, Les Belles Images, La Jeunesse Moderne, Le Jeudi de la Jeunesse, L’Illustré pour la Jeunesse et la Famille, Les Images pour rire, Le Petit Journal Illustré de la Jeunesse.

7 La Semaine de Suzette, 2 février 1905, n° 1, p. 2.

8 Ibid.

9 Bécassine pendant la Grande Guerre (1915), Bécassine chez les Alliés (1917), Bécassine mobilisée (1918), Bécassine chez les Turcs (1919).

10 Tante Mad, « Lettre d’une tante » in La Semaine de Suzette, 1939, p. 274.

11 Ibid.

12 Ibid.

13 Tante Mad, « Lettre d’une Tante » in La Semaine de Suzette, 1946, p. 3. Par ailleurs, avec une grande honnêteté – et une non moins grande habileté – la direction informe ses anciennes abonnées que, six ans plus tard, elles vont recevoir leur journal gratuitement jusqu’à épuisement de la somme versée en 1940.

14 La Semaine de Suzette, n° 15, 1946, p. 179.

15 « Lettre d’une Tante », La Semaine de Suzette, n° 13, 1958, p. 8.

16 « Le coin des rieurs », 1905, p. 67.

17 Ibid., 1932, p. 19.

18 Ibid., 1938, p. 218.

19 « Quelques pensées », 1948, p. 392.

20 La Semaine de Suzette, 2 Février 1905, n° 1, p. 2.

21 Anonyme, dernière page de l’album n° 14, 1958.

22 Mad. H. Giraud, « Lettre d’une Tante », 1938, p. 6.

23 Mad. H. Giraud, « Lettre d’une Tante », 1947, p. 101.

24 Id., Ibid., 1939, p. 274.

25 Entrefilet encadré, 1946, p. 83.

26 Tante Mireille, « Lettre d’une Tante », 1949, p. 286.

27 Tante Jacqueline, « Lettre d’une Tante », 1905, p. 823.

28 Id., « Au Pays de la Fantaisie », 1919, p. 178.

29 Tante Jacqueline, « Au Pays de la Fantaisie », 1919, p. 130.

30 Mad. H. Giraud, « Lettre d’une Tante », 1928, p. 57 et 69.

31 Id., op. cit., 1938, p. 7.

32 Id., op. cit., 1946, p. 3.

33 Id., « Lettre d’une Tante », 1939, p. 102.

34 M. de Meria, « La Promenade sur l’eau », 1905, p. 445. Anonyme, « La Vache enchantée », 1905, p. 673. Anonyme, « Pois Verts au Boisseau », 1905, p. 730.

35 Mad. H. Giraud, « Lettre d’une Tante », 1935, p. 250.

36 Vani, « La fête du prix Semaine de Suzette », 1939, p. 335.

37 « La Direction », 1932, p. 54.

38 Vani, « Fête du prix Semaine de Suzette », 1939, p. 335.

© CNRS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search