Version classiqueVersion mobile

La Semaine de Suzette

 | 
Marie-Anne Couderc

Introduction

Texte intégral

1Nous sommes les dernières à l’avoir bien connue… En 1905, nos grands-mères vêtues de larges robes à volants, coiffées de vastes chapeaux – bien encombrants pour des petites filles – les jambes gainées d’austères bas noirs, avaient découvert dans une grande extase cette Semaine de Suzette colorée et vivante, moralisante mais attrayante, qui semblait, chose merveilleuse, s’intéresser à ses petites lectrices, et même connaître assez bien leurs goûts, leurs rêves et leurs craintes, leurs joies et leurs désirs. Avec cet hebdomadaire magique qui devait régner près de soixante ans sur le monde de la presse enfantine naissaient deux figures immortelles qui allaient l’accompagner tout au long de sa vie de papier. La première, c’est Bécassine, notre nounou chérie, notre Bretonne aimante et énergique. La deuxième, quelques privilégiées parmi nous peuvent encore la serrer dans leurs bras : la poupée Bleuette, brune, blonde ou rousse. Cette petite Bleuette aux traits délicats, au trousseau luxueux, comme nous l’avons toutes aimée, désirée pour les moins chanceuses, adorée lorsqu’un Noël ou un anniversaire la proposait à nos affections d’enfants !

2En 1925, nos mères découvraient à leur tour La Semaine de Suzette. En sa compagnie, ces enfants déjà éprouvées par quatre ans d’hostilités durant lesquels l’absence des pères, des frères avaient considérablement pesé sur leurs jeunes vies, franchissaient la difficile période de l’entre-deux-guerres, avec ses troubles sociaux, ses soucis financiers et surtout l’approche inéluctable et terrifiante de la Seconde Guerre mondiale. Nous, les filles de la troisième génération, nous ne découvrions La Semaine de Suzette que pour la perdre six ans, de 1940 à 1946. Et nous relisions à l’infini les albums reliés de nos mères et grands-mères qu’elles avaient conservés pour nous.

3En 1946, La Semaine de Suzette reparaissait ! Momentanément allégée, plus grave et plus émue dans ses chroniques, elle s’essayait néanmoins derechef, courageusement, à nous distraire, nous faire rêver, nous aider dans notre quotidien. Vous souvenez-vous comme, dès le mercredi soir, nous courions chez le marchand de journaux dans l’espoir que le train de Paris aurait déjà apporté, que le commerçant aurait déjà déballé notre journal chéri ? Pour moi, qui habitais tout au sud de la France, c’était presque toujours en vain. Rien cependant ne m’aurait fait renoncer à mon pèlerinage obstiné du mercredi soir…

4Enfin le jeudi à 11 heures, voire 14 heures, elle était là ! Parfois aussi, scellée sous sa bande, dans notre boite aux lettres : les parents, aussi sévères soient-ils, refusaient rarement l’achat hebdomadaire ou l’abonnement annuel. En effet La Semaine de Suzette, garant inamovible d’instruction et de correction, de divertissement de bon goût, de distraction élégante, était considéré par les adultes avertis comme un complément hautement moral à l’éducation dispensée à leurs fillettes, et non comme un luxe ou une faveur.

5Et nous la lisions. Avidement. Mais pas n’importe comment : il y avait des rites… Pour moi, je lisais d’un trait les deux romans qui occupaient deux doubles pages, tant il importait de connaître sur-le-champ la suite des événements. Puis venait la double page centrale : Bécassine, parfois, y menait sa petite vie hilarante et sympathique, accompagnée de ses pittoresques acolytes ou de sa terrible Loulotte. Je m’intéressais ensuite à la nouvelle commencée en première page, illustrée par quelque talentueux dessinateur dont je reconnaissais aussitôt le trait, Pécoud, Lorioux, Henry Morin ou encore la délicieuse Manon Iessel. Venait enfin le billet de tante Mad. Bien intimidante, bien coercitive, tante Mad. Je lui en voulais toujours férocement de nous vouloir si parfaites, et de trop exiger de nos fragiles bonnes volontés. Je terminais l’inventaire par les petites nouvelles et les jeux qui me retenaient longtemps ou, à l’occasion, par les concours générateurs de mystères. Venait le moment de relire lentement et de savourer les détails des deux romans parcourus précédemment.

6C’était déjà jeudi soir. Il fallait aller en classe le lendemain matin, et attendre toute une mortelle semaine avant de recevoir la nouvelle Semaine de Suzette, riche elle aussi d’aventures et d’illustrations nouvelles. Voilà ce qu’était « ma » Semaine de Suzette. Et la vôtre ? Comment l’aimiez-vous ?

7Ce journal disparu en 1960 de sa belle mort, nous sommes la dernière génération à l’avoir connu et aimé vivant. Pour certaines d’entre nous, nos filles, nos petites filles ont par nos soins lu, apprécié les albums, les collections que nous avions fidèlement préservés pour elles. Et toutes les fillettes, à partir de cinq ans, connaissent notre Bécassine, au moins de silhouette, au moins de nom, au moins de réputation.

8Aussi, en premier lieu, s’impose un historique du célèbre hebdomadaire, agrémenté de quelques observations sur l’existence et l’élan qui lui furent propres, ses animateurs et ses particularités, encore que les lectrices passionnées en connaissent déjà bien des détails.

  • 1 Alain Fourment, Histoire de la Presse Enfantine, Paris, Éd. Éole, 1987, p. 63.

9Se pose alors la question délicate mais fondamentale des objectifs de la rédaction tels qu’ils furent définis et poursuivis. Au premier numéro du 2 février 1905, la direction affirme vouloir « instruire et amuser », plaire bien sûr aux fillettes mais aussi aux parents qui fourniront l’argent nécessaire à l’achat. Il s’agit au départ d’une publication destinée aux enfants d’un milieu bourgeois, catholique et bien pensant, qui ne recherche pas le succès populaire et tapageur que connaît par exemple L’Épatant mais s’efforce d’atteindre une couche de la société un peu plus aisée et plus cultivée. Que le journal constitue avant tout une affaire commerciale saine, à gérer intelligemment, tombe sous le sens. Néanmoins, s’il demeure isolé, le fait financier échoue à rendre compte de l’éclatante réussite, de l’immense engouement suscité auprès d’une foule enfantine totalement séduite. Alain Fourment dans son Histoire de la PresseEnfantine enrichit à son tour l’ambition affichée des journaux pour enfants de la Belle Époque : « Moraliser, instruire et amuser1 ».

10Deux directeurs président, ensemble ou séparément suivant les époques, aux destinées du journal, Henri Gautier et son neveu Maurice Languereau alias Caumery. Par ailleurs, plusieurs rédactrices en chef, fidèles collaboratrices s’il en fut, les secondent et se succèdent. Citons les plus remarquables, Jacqueline Rivière la première, Mad. H. Giraud (de 1927 à 1949) qui imprégnèrent le journal de leurs inoubliables personnalités. Il a fallu à ces femmes, à ces hommes, un sens et un goût véritable de l’enfance pour, au long des années fastes ou difficiles, durant une évolution humaine et polyvalente de 55 ans trouver des rubriques, sélectionner soigneusement des textes, choisir avec bonheur les illustrateurs, chercher en toute chose à toucher les petites lectrices et se rapprocher d’elles. Il s’agit là, indépendamment d’une évidente compétence commerciale, d’un véritable travail d’adultes responsables, d’éducateurs, dont le souci rejoint si fort et si fidèlement celui des familles que nous pouvons à leur sujet évoquer une position d’ordre parental, voire, dans son authentique humanité, maternelle.

11Et si La Semaine de Suzette avait été, pour tant de milliers de fillettes, une compagne, une conseillère ou même, parfois, une sorte de seconde mère ? Petites femmes vite chargées de responsabilités, moins considérées que le grand frère, ou les plus jeunes encore bébés, facilement confiées le cas échéant aux innombrables nurses, bonnes, gouvernantes, miss, « mademoiselles », nounous qui les élèvent… Les fillettes entrevoient des pères intimidants et occupés, des mamans débordées par les ventes de charité, les thés et les visites. Comment dans ces conditions affronter efficacement les difficultés de l’existence, les résoudre ?

12Là intervient activement La Semaine de Suzette. Elle rassure, elle éduque, elle apporte rire et détente. Son rôle essentiel est en somme d’intégrer à la vie et à la société, ces enfants un peu perdues, un peu solitaires, objectif inlassablement poursuivi par les responsables du journal. Nul doute qu’ils aient beaucoup aimé leur travail, beaucoup aimé les enfants jusqu’à, pour trois d’entre eux au moins, créer des personnages immortels. Souvenons-nous en effet de Jacqueline Rivière, puis de Maurice Languereau inventant et apprivoisant Bécassine, de Mad. H. Giraud rédigeant jusqu’au bout de son mandat les passionnantes aventures de Sir Jerry, gentleman-détective. Qui, aux éditions Gautier-Languereau, pouvait suffisamment aimer l’enfance pour rêver et imaginer à son intention, sauf des amoureux de La Semaine de Suzette ?

13Intégrer une petite fille, marginale par sa position de quasi-infériorité, c’est d’abord, à son intention, ordonner le monde, organiser l’univers complexe et apparemment confus des adultes en un ensemble logique dans lequel tout aussi logiquement, une place lui est soigneusement préparée. Cette enfant a très tôt appris qu’elle était une petite Française de race blanche. C’est donc à partir de sa patrie que va rayonner l’ordre mondial. Autour d’elle gravitent les colonies, prolifèrent des races diversement jugées et appréciées, d’autres cultures « blanches » aussi, sympathiques, pittoresques ou parfois déplaisantes. Aussi notre Suzette apprendra-t-elle à situer son pays, son histoire, sa religion et sa langue au sein d’une riche diversité.

14Ce sont de ces certitudes qu’elle concevra la notion naturelle d’un ordre interne à la France, tout aussi nécessaire à l’éclat de sa civilisation. Un encadrement religieux, éducatif, discrètement politique, social à coup sûr, encore que le sujet soit souvent brûlant, dispense des règles suffisamment strictes et claires pour qu’un jeune esprit connaisse d’emblée la route à suivre, bien que quelques doutes subtils, quelques questions demeurées en suspens lui donnent adroitement l’impression qu’elle découvre seule les bonnes réponses à ses interrogations. Quant à l’organisation familiale, affective et quotidienne, Suzette s’y trouve déjà à l’aise. Les places respectives de ses père et mère, frères et sœurs, aïeux, de sa parentèle ou des domestiques se trouvent dans son cœur puéril solidement confortés par son journal favori. À peine si, au détour d’une palpitante aventure ou d’une émouvante nouvelle, elle s’inquiète un peu, délicieusement – oh, si peu ! – d’une disparition parentale préoccupante mais génératrice de liberté, de la malencontreuse indisponibilité de la grand-mère (toujours momentanée), de l’incompétence généralisée de la cousine âgée, de l’oncle distrait ou de la vieille cuisinière. Jusqu’au chien, jusqu’au chat, jusqu’au cheval de la maison dont le rôle sympathique et prévisible assure les plus jeunes d’une affectueuse sécurité.

15Journalistes et parents souscrivent donc à une commune vision du monde spécialement établie à l’usage des enfants. Aussi va-t-on étayer leur future vie d’adulte sur quelques principes solides et fondamentaux dont le plus important, aux implications variées, consiste à instaurer un sentiment inamovible de respect envers les valeurs indispensables de la société que nous pourrions ainsi résumer : « Travail, Argent, Discipline ». S’il s’agit en effet d’honorer en premier lieu le devoir de labeur (une vie, fût-ce celle d’une fillette, ne saurait demeurer futile et inutile), l’aspect financier, surtout entre les deux guerres, ne saurait être négligé ou méprisé. Il convient enfin que ces jeunes esprits acceptent et intègrent suivant une stricte hiérarchie morale, une obéissance absolue à certaines règles de vie et de mœurs en l’absence desquelles la société pourrait bien chanceler. Il va de soi que les grands et menus péchés enfantins, au fil innombrable des années et des pages, sont répertoriés, blâmés avec plus ou moins de bienveillance, réprimés et jugés inlassablement, souvent pardonnés… De la même manière La Semaine de Suzette nous en apprend beaucoup sur les moyens éducatifs adoptés, leur nombre et leur utilité, leur force et leur fréquence. Soucieux enfin de la spécificité de son objectif, l’hebdomadaire et ses responsables n’oublient jamais qu’ils s’adressent à des fillettes que leur constitution psychique et physique expose à des périls particuliers. La Semaine de Suzette est-elle un journal misogyne et répressif ? Ou une publication féministe avant l’heure ? Peut-on, dans ce domaine si moderne, noter quelque évolution significative ?

16Comment enfin négliger cette fonction paradoxalement mais profondément libératrice que leur journal favori assume auprès des fillettes dûment encadrées, morigénées, chapitrées ? En vérité, une partie de l’hebdomadaire se trouve exclusivement consacrée à la détente, que la direction diversifie et multiplie : jeux, concours, actualités, courrier… La liste n’est certes pas exhaustive. Plus délicate à analyser demeure la part dévolue au roman, soutien fondamental de l’hebdomadaire, assise incontournable du rêve, et de la liberté. Tous les textes ne poursuivent pas un objectif similaire, et sont même habilement variés par une rédaction consciente de leur importance. Certains visent seulement à distraire par leur exotisme ou leurs pittoresques péripéties. D’autres veulent amuser en accumulant les drôleries de langage ou de situation, les personnages extravagants, les réactions imprévues et imprévisibles. D’autres enfin cherchent à rassurer l’enfant adolescente ou pré-adolescente en choisissant d’exalter l’émotion, la difficulté de vivre, voire le chagrin, la maladie ou même la mort. Comme me le disait une vieille dame de ma famille : « Autrefois, tu sais, on ne parlait pas aux enfants comme maintenant… On ne s’occupait pas de nous ». Problèmes quotidiens, matériels mais pesants, difficultés inconscientes ou fantasmées mais corrosives, trouvent d’un roman à l’autre, d’une nouvelle à une histoire imagée, des réponses apaisantes.

  • 2 Simone de Beauvoir, Mémoires d‘une jeune fille rangée, Paris, Gallimard, 1958.

17Quelle carence notre Semaine de Suzette n’a-t-elle pas comblée ? Reflet d’une société précise, elle nous renseignait, nous rassurait, nous éduquait, nous amusait, donnait à notre vie un sens, un équilibre et tout l’espace du songe. Et pourtant, malgré notre infinie gratitude il nous reste à déterminer si notre publication préférée n’a pas exercé dans nos vies une influence déterminante dans maints domaines essentiels de l’existence. Troublant contrepoint de sa maternelle sollicitude… Certes La Semaine de Suzette, journal des petites filles bien élevées, ne touchait pas toutes les couches sociales. Certaines petites filles, d’origine plus « populaire », préféraient Fillette ou Lisette. D’autres familles, comme nous l’apprend Simone de Beauvoir2, jugeaient plus convenable encore L’Étoile Noëliste, champion des valeurs traditionnelles. Mais nous qui l’avons tant aimée, oserions-nous affirmer qu’elle n’a joué aucun rôle dans nos choix culturels, politiques ou religieux ?

18Journal magique et passionnant mais manipulateur en diable… Avec toute l’objectivité que voudront bien nous consentir nos tendres souvenirs, à nous maintenant de tenter une approche minutieuse de ce remarquable illustré qui, durant cinquante-cinq ans, a représenté un véritable phénomène culturel et social de la presse enfantine.

Notes

1 Alain Fourment, Histoire de la Presse Enfantine, Paris, Éd. Éole, 1987, p. 63.

2 Simone de Beauvoir, Mémoires d‘une jeune fille rangée, Paris, Gallimard, 1958.

© CNRS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search