Version classiqueVersion mobile

La Semaine de Suzette

 | 
Marie-Anne Couderc

Avant-Propos

Texte intégral

1Bien qu’il ait été impossible d’étudier de manière exhaustive une production échelonnée sur cinquante-cinq ans hormis les années de guerre, nous nous sommes efforcés, comme on le constatera en consultant à la fin de cet ouvrage la liste des documents utilisés, d’en examiner le maximum.

2S’offraient plusieurs centres d’intérêt à l’origine de ce travail. Une étude littéraire des textes proposés semblait fort tentante, car, encore qu’inégaux, les auteurs de La Semaine de Suzette méritent attention et intérêt. Certains proposent en effet une œuvre adroitement élaborée, dégagée de niaiserie puérile, bien construite et apte à toucher directement l’attention enfantine, cependant que d’autres, autour d’un plan plus informel ou peu rationnel, organisent une sensibilité pleine d’humour, servie par une expression aisée, agréable, voir originale. Ce choix néanmoins aurait justifié à lui seul la publication d’un ouvrage entier ! Pour des raisons similaires, il a fallu abandonner l’étude des nombreux et talentueux dessinateurs de l’hebdomadaire : par ailleurs ce travail très spécialisé aurait nécessité des compétences artistiques particulières, et tentera peut-être quelque passionné de l’illustration… Ce serait faire là œuvre originale et fructueuse. Notre préférence s’est portée, quant à nous, sur une analyse détaillée du contenu éducatif privilégié par l’hebdomadaire. En effet, à son incontestable objectif commercial soutenu par d’adroites méthodes de publication, se mêle un véritable souci didactique, ancré dans un contexte moral, religieux et social en constante évolution. Et l’un des principaux pôles d’intérêt du journal consiste en une double évaluation, selon que la force de ses critères permanents et la souplesse de son adaptation s’équilibrent ou non au fil des ans.

3L’on peut approximativement distribuer en trois périodes la riche et longue histoire de La Semaine de Suzette. De sa parution en 1905 jusqu’au mandat de Madeleine-Henriette Giraud en 1927, et ce malgré la guerre de 1914-1918, le journal répond aux critères clairement définis à ses débuts et conserve une ligne résolument récréative, conforme à certains principes de morale religieuse et civique. Cependant, rédactrice en chef de caractère, Mad. H. Giraud, sensible aux remous de l’époque, ouvre les pages de La Semaine de Suzette à toutes sortes d’influences nouvelles, tout en maintenant le tour divertissant primitivement adopté, et par le biais de textes plus significatifs d’une prise de position sociale, fait de La Semaine de Suzette véritablement « le journal des petites filles bien élevées », c’est-à-dire de la bourgeoisie. Dans le même temps, l’hebdomadaire devient un passionnant témoin de son époque, de ses craintes et de son inéluctable évolution. Sabordée en 1940, la publication ne renouvelle guère ses perspectives à sa reparution de 1946, faute d’avoir pris la mesure des nouvelles générations enfantines, et, à la retraite en 1949 de l’énergique rédactrice, nonobstant de notables efforts d’adaptation à cette société en pleine reconstruction, commencent simultanément le compte à rebours et la troisième période de la célèbre publication, qui la conduisent en une décennie environ à sa disparition : les petites filles, bien élevées ou non, mûries et transformées d’avoir vécu toute leur enfance durant la guerre, n’ont plus besoin sans doute d’un journal à elles…

4On comprendra alors aisément pourquoi les périodes de 1928 à 1940, puis de 1946 à 1949, gérées par « Tante Mad », éveillent le plus grand intérêt pour qui s’essaye à étudier la teneur et l’impact sociaux de La Semaine de Suzette : confondant l’intérêt des fillettes de la bourgeoisie et celui de leur classe, l’hebdomadaire, extrêmement soucieux de conserver à la fois son lectorat, ses options spirituelles, voire politiques, sa conception de l’organisation nationale et de l’ordre public, entre activement dans une lutte désormais perceptible d’idées et d’idéologie. Sans négliger pour autant le premiers temps de parution de La Semaine de Suzette, qui l’établit et l’affermit, le dernier qui explicite et précise son déclin, nous avons choisi de mettre l’accent sur les années fastes de l’entre-deux-guerres, riches en enseignements de toutes sortes. Grâces soient donc rendues à Mad. H. Giraud, dite « Tante Mad », écrivain doué, rédactrice énergique et compétente, moralisatrice impénitente et sincère amie des petites filles, pour avoir, d’une main de fer dans son gant velouté, fait de La Semaine de Suzette l’auxiliaire maternelle et sûre des petites Suzettes et de leurs familles, clairement impliquée dans son temps, et par là-même, incomparable témoin de toutes les incertitudes des grands comme des petits.

© CNRS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search