Version classiqueVersion mobile

Dada à Paris

 | 
Michel Sanouillet

Chapitre XXIV. Conclusion et bilan

Résumé

Dada et surréalisme – I. L’équivoque – II. De la coexistence au divorce – La gnose duchampienne : un certain sourire... – Une dialectique de la destruction – Marxisme, Dada et surréalisme ou « Du temps que les surréalistes avaient raison… » – La nébuleuse dada.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

On trouvera peut-être nos idées un peu fortes. Qu’est-ce que cela fait ? N’avons-nous pas acquis le droit de tout dire ?
Marquis de Sade.

Dada et surréalisme

Le règne de Dada à Paris avait été bref. Inauguré avec l’arrivée de Picabia dans la capitale en 1919, il s’achevait en 1923 au terme d’une période de pourrissement de plusieurs mois. En fait, l’autorité du mouvement ne s’était guère exercée sans contestation plus de trois années, avec des poussées de fièvre d’intensité décroissante au début de 1920, de 1921 et de 1922. Le caractère même des manifestations s’était lentement modifié : collectives et unanimes au début, elles avaient de plus en plus nettement pris la forme d’actes isolés à mesure que se produisaient au sein du groupe des remous, puis des divergences d’opinions.

Et pourtant, au cours de cette existence éphémère, de profondes altérations avaient été apportées, par l’intermédiaire de Dada, à la vie littéraire et artistique parisienne. Mais il fut impossible, dans l’instan...

© CNRS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search