Version classiqueVersion mobile

Dada à Paris

 | 
Michel Sanouillet

Chapitre XXIII. Dada et son public

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La parole est moitié à celui qui parle, moitié à celui qui écoute.
Montaigne.

Dada gênait tout le monde parce qu’il s’opposait à l’art sous toutes ses formes, fussent-elles empruntées à l’avant-garde. Démolisseur d’idées reçues, déboulonneur de réputations assises, tout bien-être de l’esprit s’avérait impossible en dehors de l’euphorie dada. Tout lui était bon pour arriver à ses fins, la publicité et l’insulte, la confusion et le rire, l’affirmation déroutante et la tonitruante négation. Les peuples n’aiment pas qu’on chahute leur langage et les classes leurs habitudes. Tous communient dans le respect de l’héroïsme et des larmes1.

Ces observations de Georges Hugnet expliquent comment Dada a pu provoquer en son temps une levée de boucliers sans commune mesure avec les réactions suscitées par les écoles littéraires ou artistiques antérieures.

C’est que, semblable à un bélier, dont la seule raison d’être est la poterne qu’il doit enfoncer, le mouvement Dada n’exista que par et pour son pub...

© CNRS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search