Version classiqueVersion mobile

Dada à Paris

 | 
Michel Sanouillet

Chapitre XXII. Activités centrifuges

Résumé

Tyrol 1922 – Congrès constructiviste de Berlin – Évolution de Picabia – Exposition et conférence de Barcelone – Locus Solus – Les « sommeils » – Deux interviews de Roger Vitrac – « Soirée du Cœur à barbe » – Papier bleu – Tzara retourne à la littérature.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dada met une douceur artificielle sur les choses, une neige de papillons sortis du crâne d’un prestidigitateur. Dada est l’immobilité et ne comprend pas les passions.
Tristan Tzara.

L’excellent souvenir des vacances passées au Tyrol en 1921 incita Tzara à tenter de renouveler l’expérience en 1922 et de réunir une fois de plus les dadaïstes militants dans quelque auberge ensoleillée des Alpes autrichiennes. Mais son initiative ne souleva aucun enthousiasme : Ribemont-Dessaignes, aux prises avec d’insolubles problèmes d’ordre pécuniaire et familial, se terrait dans sa maison des Houveaux, près de Montfort-l’Amaury, « tout en brûlant d’envie de faire quelque chose1 ». Man Ray, également pressenti, répliqua « qu’il était fauché ». En définitive, Tzara se résolut à partir seul à la fin du mois de juin. Mais il avait été précédé à Imst par Gala et Paul Éluard qui étaient convenus avec Max Ernst de s’y retrouver et par l’écrivain américain « émigré » Matthew Josephson, qui dirigeait alors pa...

© CNRS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search