Version classiqueVersion mobile

Dada à Paris

 | 
Michel Sanouillet

Chapitre XXI. Déclin de Dada. Publications 1922

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le système Dd à deux lettres, à deux faces, à deux dos, admet toutes les contradictions, n’admet pas la contradiction, est sans contredit la contradiction même, la vie, la mort, la mort, la vie, la vie, la vie, avis aux amateurs.
Louis Aragon.

On peut considérer que ce mois d’avril 1922 qui vit l’échec du congrès de Paris marque également la fin de Dada, en tant que mouvement « organisé », à Paris. Tout se passa comme si cet effort déployé pour abattre un adversaire avait drainé toutes les forces du groupe, pour ne laisser qu’un corps épuisé, énervé. « La mort de Dada n’a pas été une belle mort, ainsi qu’on dit, constate Ribemont-Dessaignes. C’est la mort qui arrive à tout le monde. Une mort n’importe comment1 ».

Et vers la même époque, Breton exprimait avec une émouvante simplicité son extrême lassitude :

Après tout, qui parle ? André Breton, un homme sans grand courage, qui jusqu’ici s’est satisfait tant bien que mal d’une action dérisoire et cela parce que peut-être un jour il s’est ...

© CNRS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search