Version classiqueVersion mobile

Dada à Paris

 | 
Michel Sanouillet

Chapitre XVIII. Dada fait école

Résumé

Man Ray à Paris – Le « Réveillon cacodylate » – Dadaïsme russe à Montparnasse – Ilia Zdanévitch et le « 41e degré » – Serge Charchoune et le « café Caméléon ».

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Man Ray, le boussolier du jamais vu et le naufrageur du prévu
André Breton.

C’est peut-être pour contrebalancer la publicité fracassante faite autour de l’omniprésent Picabia que les dadaïstes, retrouvant un semblant d’unité, organisèrent au mois de décembre 1921 une exposition des œuvres de Man Ray. Celui-ci avait quitté New York peu après Duchamp1, débarqué au Havre le 22 juillet et, à l’exemple de nombreux artistes américains2, avait établi son quartier général à Paris. Duchamp, venu l’attendre à la gare, lui avait retenu une chambre à l’hôtel de la rue de Boulainvilliers où résidait Tzara avant son départ pour le Tyrol. Aussitôt après son installation, il le conduisit au Certà où se tenait le concile dadaïste habituel : Breton, Rigaut, Aragon, Éluard et Gala, Soupault et Fraenkel. Malgré la barrière linguistique, tous réservèrent le meilleur accueil au jeune peintre américain qui bénéficiait de la rare caution de Duchamp. Une folle nuit en ville marqua cette conjonction dadaïste f...

© CNRS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search