Version classiqueVersion mobile

Dada à Paris

 | 
Michel Sanouillet

Chapitre XVII. Brouilles et bisbilles

(été-automne 1921)

Résumé

L’été 1921– Vacances tyroliennes – Dada au grand air – Le Pilhaou-Thibaou – « Tabu » – Funny Guy – Nouveau scandale Picabia au Salon d’automne – Les Yeux chauds – L’Œil cacodylate – Aux prises avec Van Dongen.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La signature, le nom de l’auteur, est la partie la plus importante d’une œuvre, la figuration de son sens dans la vie, la clef.
Robert Desnos.

Comme celui de l’année précédente, l’été de 1921 marqua un arrêt dans les activités dadaïstes. Mais au lieu d’inciter au rapprochement, il semble que cette période de répit ne fit qu’accentuer les divergences, durcir les positions et préluder à de nouvelles batailles.

En juillet, peu après la clôture du Salon dada, Picabia publia un numéro spécial de 391 (assez semblable aux autres) intitulé le Pilhaou-Thibaou1. Bien que théoriquement délivré de Dada, ce numéro n’en constituait pas moins un pamphlet de facture et d’esprit très dadaïstes, où étaient pris à parti, non seulement les tenants orthodoxes du mouvement, comme Tzara, non seulement les dissidents comme Breton, mais encore un certain nombre de personnalités dont le seul crime était de déplaire – provisoirement – à Picabia.

Breton et Tzara ressentirent une telle amertume à la lecture des cri...

© CNRS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search