Version classiqueVersion mobile

Dada à Paris

 | 
Michel Sanouillet

Chapitre XV. Picabia se sépare de dada

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Notre tête est ronde pour permettre à la pensée de changer de direction.
Francis Picabia.

À peine sorti, et de la façon tumultueuse que l’on sait1, du procès Barrès, Picabia s’était mis à sa table de travail et d’un jet avait rédigé un article que Dermée devait publier dans la livraison suivante de L’Esprit nouveau2. Intitulé « Francis Picabia et Dada », il jetait une lumière crue sur les dissensions intestines du mouvement. Le spectacle de la salle des Sociétés savantes avait à la fois outré et démoralisé ce maître ès scandales : « Maintenant Dada a un tribunal, des avocats, bientôt probablement des gendarmes et un Monsieur Deibler3 […]. » Il prenait tout à coup conscience de la nouvelle direction, du nouveau « style » que Breton entendait impartir à Dada : « Je me suis séparé de certains dadas parce que j’étouffais parmi eux, chaque jour je devenais plus triste, je m’ennuyais terriblement. J’aurais aimé vivre autour du cirque de Néron, il m’est impossible de vivre autour d’une table...

© CNRS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search