Version classiqueVersion mobile

Dada à Paris

 | 
Michel Sanouillet

Chapitre XI. Les publications Dada : 1920

Résumé

Les revues : 391, Cannibale, Dadaphone (Dada 7), Proverbe, Z, Projecteur – Les livres : Rose des vents, Cinéma calendrier…, Unique eunuque, Jésus-Christ rastaquouère – Les papillons.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Je le dis tout net : à considérer l’époque, il y avait plus de courage à coller des moustaches à la Joconde qu’à insulter un prêtre.
André Salmon.

Concurremment avec les manifestations et autres activités dadaïstes, et leur servant en quelque sorte de support, plusieurs petites revues firent leur apparition sur la scène parisienne dans la première moitié de 1920. Cette éphémère floraison s’épanouit vers le mois de mars ; au début de l’automne, il n’en restait rien.

Littérature, nous l’avons vu1, avait interrompu sa publication en mars et avril du fait de la grève des linotypistes, mais Breton et ses amis préparaient activement le numéro suivant, qui devait être celui de mai et contenir, sous la forme de Vingt-trois manifestes dada, la substance des flots de paroles déversés au cours des récentes démonstrations publiques.

Picabia, quant à lui, avait songé à reprendre la publication de 3912 dès son arrivée à Paris en 1919, mais n’avait pu faire paraître le premier numéro (n° 9) qu’en nove...

© CNRS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search