Version classiqueVersion mobile

Dada à Paris

 | 
Michel Sanouillet

Chapitre X. Dada et la N.R.F.

Résumé

Lettres anonymes – Dada (Gide) – Pour Dada (Breton) – Reconnaissance à Dada (Rivière).

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

À force de mettre sa lorgnette au point, La Nouvelle Revue française ne regarde jamais le spectacle.
Erik Satie.

Ce germe nocif du doute systématique, en lequel Dada avait cru trouver l’arme absolue, devait, par un effet de boomerang, effectuer les ravages les plus marquants parmi ceux-là mêmes qui en avaient préconisé l’emploi : ainsi Breton, qui prétendait, par le canal de Littérature, compromettre les grands noms de Gide et de Valéry, et dont Ribemont-Dessaignes disait qu’autour de lui « régnait une odeur de société secrète1 ».

Effectivement, son tempérament hypersensible portait Breton à ressentir comme une insulte personnelle la moindre fluctuation dans le comportement de ses amis2. Or, Picabia semble s’être très tôt lassé des exigences affectives du directeur de Littérature et des obligations d’ordre personnel et collectif découlant de la rigueur morale dont il ne se départait jamais3. Au contraire, Picabia, comme Tzara, se complaisait dans cette ambiance équivoque, que les deux ...

© CNRS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search