Version classiqueVersion mobile

Dada à Paris

 | 
Michel Sanouillet

Chapitre VIII. Les grandes manifestations (II)

Résumé

Genève – Maison de l’Œuvre – Au Sans Pareil – Expositions Picabia et Ribemont-Dessaignes.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le public en général, un ennemi…
Louis Aragon.

Durant les premiers mois de cette année 1920, les dadaïstes eurent à peine le temps de respirer. Les manifestations se suivaient à une cadence accélérée.

Parce qu’il fut conçu à partir de Paris, il convient de mentionner ici le Grand Bal dada organisé le 5 mars 1920 à Genève par Walter Serner dans la salle communale de Plainpalais et auquel fut délégué Soupault1. Le programme annonçait sur le mode farfelu lancé par les dadaïstes parisiens, un « jazz band […], des compositions musicales pour xylophones à coulisses, tambours à cordes, pianos avec ou sans queue mais dépourvus de touches, un duo des amours de l’ornithorynque et de la feuille fédérale, un ballet de trois sardines à plumes, une Rêverie du brontosaure délaissé, monologue gai de Tzara2 ». Simultanément, Serner avait préparé une petite exposition de toiles de Picabia et de Ribemont-Dessaignes, des reliefs d’Arp3, des « Schadographies » du photographe Christian Schad et d’œuvres d’a...

© CNRS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search