Version classiqueVersion mobile

Dada à Paris

 | 
Michel Sanouillet

Chapitre VII. Les grandes manifestations (I)

Résumé

Grand Palais – Club du faubourg – Université populaire du faubourg Saint-Antoine – La « Section d’or ».

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dada, lui, ne veut rien, rien, rien, il fait quelque chose pour que le public dise : “Nous ne comprenons rien, rien, rien.”
Francis Picabia.

Bulletin dada proposait en première page le programme1 de la deuxième manifestation publique organisée par le groupe. Elle avait été fixée à la matinée du jeudi 5 février 1920, quinze jours à peine après le « Vendredi de Littérature». Quinze jours pendant lesquels tous les dadaïstes durent mettre la main à la pâte, on s’en doute, et, si l’on peut dire, d’arrache-pied. La démonstration devait avoir lieu dans une salle du Grand Palais des Champs-Élysées, où se tenait, selon la coutume, le Salon des indépendants2.

Malgré la brièveté du délai imparti aux organisateurs, les préparatifs de la séance furent poussés beaucoup plus avant qu’au Palais des Fêtes. Tzara, passé maître en l’art d’appâter la presse3, fit tenir aux grands journaux des communiqués dont il savait bien, connaissant les journalistes, qu’aucun d’entre eux ne songerait à en contrôler le...

© CNRS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search