Version classiqueVersion mobile

Dada à Paris

 | 
Michel Sanouillet

Chapitre IV. Premières escarmouches

Résumé

Picabia s’installe à Paris – Pensées sans langage – Liaison avec André Breton – Georges Ribemont-Dessaignes – Marcel Duchamp à Paris – Salon d’automne 1919 – 391 reparaît –Littérature poursuit sa carrière – « Pourquoi écrivez-vous ? ».

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le Salon d’automne a ouvert ses portes le jour de la Toussaint. Le lendemain était le jour des Morts. Symbole.
Georges Ribemont-Dessaignes.

À la même époque, exactement le 28 avril 1919, Francis Picabia remettait à Paris entre les mains de l’éditeur Eugène Figuière le manuscrit de sa dernière plaquette de vers. Il était revenu de Suisse1 le 10 mars 1919 et immédiatement après la parution du numéro 8 de 391 s’était installé dans l’appartement de son amie Germaine Everling, rue Émile-Augier. Pensées sans langage, quoique publié à Paris, avait été conçu et écrit à Bégnins, et accusait un état d’esprit parfaitement dadaïste2. Le recueil constitue en fait le premier ouvrage apparenté à Dada paru à ce titre dans la capitale française.

Digne successeur par le fond et par la forme des Poèmes et dessins de la fille née sans mère et des quatre autres recueils publiés en Suisse (L’Îlot de Beau Séjour dans le canton de nudité, L’Athlète des pompes funèbres, Rateliers platoniques et Poésie ron-ron)...

© CNRS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search