Version classiqueVersion mobile

Les capitaux de l’islam

 | 
Gilbert Beaugé

Troisième partie. L’interface Islam/Occident

Chapitre 11. Les sociétés de participation islamiques et occidentales

Eckhard Freyer

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Celui qui se connaît lui-même et les autres
Reconnaîtra aussi ceci :
L’Orient et l’Occident
Ne peuvent plus être séparés.
Heureusement entre ces deux mondes
Se bercer, je le veux bien ;
Donc aussi entre l’Est et l’Ouest
Se mouvoir, puisse cela profiter !

Goethe, le Divan oriental-occidental
(traduction Aubier)

D’un point de vue théorique, les banques islamiques peuvent être considérées comme des banques de participation ou à risques, de même que les sociétés occidentales fondées sur la participation au capital (ou SP), bien que cela ne corresponde pas à la théorie de la loi d’organisation du crédit (Kreditwesengesetz, ou KWG)1.

Au cours de leurs transactions, les SP allemandes acquièrent, gèrent et négocient des parts, ainsi que des participations dans des petites et moyennes entreprises. Leurs déposants, ou sociétaires, sont associés à leurs bénéfices. De leur côté, les banques islamiques reposent sur la cession de capital contre une participation, et les déposants, s’ils ne reçoivent pas non...

© CNRS Éditions, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search