Version classiqueVersion mobile

Les capitaux de l’islam

 | 
Gilbert Beaugé

Troisième partie. L’interface Islam/Occident

Chapitre 10. La filiation avec le mouvement des banques coopératives et mutualistes

Gérard Naulleau

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

LES PREMIÈRES EXPÉRIENCES ÉGYPTIENNES

Lorsqu’un certain Ahmed Al Najjar, aujourd’hui secrétaire général de l’Union Internationale des Banques Islamiques, mit au point au début des années 60 un projet d’implantation de caisses rurales dans la région de Mit Ghamr, il avait en tête un modèle qu’il avait vu fonctionner de près quand il était étudiant en Allemagne fédérale : le réseau des caisses d’épargne rurales. Ce modèle lui paraissait en effet susceptible de pallier l’absence totale de réseaux formels de collecte de l’épargne et de distribution de crédit dans les villages et les villes moyennes égyptiennes. Les circuits de financement existant pour ces populations recouraient traditionnellement aux usuriers et prêteurs sur gage, aux systèmes de tontine (les jam’iya) et à la famille. Pour Al Najjar, le développement du pays devait passer, de toute évidence, par le développement d’une infrastructure bancaire et financière moderne.

L’originalité de Najjar ne provient pourtant pas de cett...

© CNRS Éditions, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search