Version classiqueVersion mobile

L’homme asymétrique

 | 
Guy Azémar

Annexes. Notice pour la passation et l’exploitation du questionnaire

Texte intégral

1Le questionnaire ci-joint est une version corrigée de celui qui m’a déjà permis d’étudier plusieurs échantillons spécialisés de la population sportive en 1966, 1970 et 1987. Le nouveau protocole d’exploitation des réponses a pour intérêt d’assortir la formule de latéralisation (étagée aux niveaux de l’œil, de la main et du pied : DDD, GDD, DDG, etc.) d’un indice, c’est-à-dire d’une estimation quantitative de la latéralité globale individuelle. Actuellement, les données obtenues auprès de 1 500 sportifs, dont 500 compétiteurs de haut niveau, ont permis de valider cette nouvelle technique d’évaluation de la latéralité, particulièrement adaptée aux milieux sportifs.

2Avant toute expérimentation dans le domaine des neurosciences et des sciences humaines, la plupart des auteurs s’attachent à quantifier le degré de dextralité des sujets étudiés. Ils ont recours pour cela à des questionnaires devenus très classiques. Malheureusement, ceux-ci ont l’inconvénient de centrer les données sur le rôle de la main dans des actions ou des gestes trop directement soumis à des influences socio-culturelles (écriture, usage d’outils préorientés, comportement à table, etc.).

3Dans la perspective de recherches appliquées au sport, un tel indice de manualité n’apporte aucune information sur l’organisation fonctionnelle de la latéralité globale intersegmentaire. Or, la plupart des performances sportives résultent de postures dynamiques remarquablement asymé- triques qui donnent lieu à des considérations typologiques intéressantes. La compétition sportive exige un haut degré de spécialisation latérale complémentaire des mains, des pieds, des yeux et de la fonction vestibulaire. Dans un tel ensemble dynamique coordonné, l’indication de la main utilisée pour écrire garde cependant son intérêt spécifique.

4Ce sont de telles considérations qui ont guidé la première étape d’analyse des asymétries fonctionnelles conduite d’abord, entre 1965 et 1987, en divers milieux dont celui des sportifs. Cette phase initiale, uniquement fondée sur la détermination des formules de latéralisation périphérique, a déjà permis de tester un effectif homogène de 1 036 étudiants-professeurs d’éducation physique, complété par 306 sportifs diversement spécialisés. L’adoption plus récente d’un indice numérique en complément de la formule œil-main-pied permet à présent, d’une part, d’apporter un élément supplémentaire de différenciation des profils individuels, d’autre part, de comparer globalement les distributions statistiques observées chez des sportifs à celles qui sont plus classiquement rapportées à partir de la population générale (données de référence). En effet, le recours à de telles comparaisons autorise une exploitation plus généralisable de nos résultats dans la perspective des neurosciences.

5Si vous êtes en mesure de réaliser ce questionnaire ou de le proposer à un groupe de sportifs, il faut auparavant lire attentivement les recommandations qui suivent. La plupart des items donnent lieu à des réponses sans ambiguïté. Si vous butez devant certains termes – « Qu’est-ce que l’acuité visuelle ? »... « le pied d’appel ? »... –, renseignez-vous auprès d’une personne compétente avant d’y répondre. Pour déterminer la dominance oculaire et entrevoir la dominance vestibulaire, il faut recourir à quelques tests très simples qui sont expliqués, mais parfois mal réalisés. Or, il faut les effectuer avec rigueur pour qu’ils acquièrent la signification espérée. Ainsi, un témoin est souhaitable pour contrôler que les tests oculaires sont bien réalisés avec les deux yeux ouverts et la « pirouette » avec les yeux fermés. Nous vous remercions de bien vouloir contribuer au respect des consignes données – hélas trop brièvement – dans le questionnaire.

6La partie droite de la feuille est réservée l’exploitation des données pour parvenir à la formule et à un indice. Vous pouvez vous dispenser de ce travail et faire parvenir l’ensemble des questionnaires recueillis à l’adresse indiquée en bas de la page. Si vous souhaitez réaliser vous-même cette évaluation, procédez de la manière suivante :

  1. Pour l’œil, « Œ : », reportez entre les parenthèses la lettre G (gauche) ou D (droit) qui résulte de votre réalisation du troisième item (test [3] : feuille perforée). Inscrivez à côté la somme algébrique des trois premiers items, en comptant – 1 pour chaque réponse dans la colonne de gauche (lettre G) et + 1 pour chaque réponse dans la colonne de droite (lettre D), soit une valeur située entre – 3 et + 3

  2. Pour la main, « Ma : », reportez entre parenthèses la lettre figurant au quatrième item ( → [4] : lancer). Cependant, dans le cas d’un sportif spécialisé de haut niveau présentant une ambivalence manuelle, il conviendrait de prendre en compte la main utilisée en compétition dans sa spécialité dominante (ou` il a mieux réussi). La valeur indiciaire est calculée ici comme pour l’œil.

  3. Pour le pied, « Pi : », reportez la lettre l’item (7) : « pour frapper un ballon ». Le saut en rotation traduit un effet de la dominance vestibulaire qui s’exprime dans les poussées d’appui au sol. Le sens de rotation est une indication directionnelle du même ordre que le côté du pied d’appel. Pour quantifier la latéralité podale, décomptez encore la composante indiciaire comme précédemment, en fonction du côté des réponses (colonnes) et non des lettres encerclées. Ce n’est pas par erreur que les lettres G et D ont été inversées ici dans les colonnes pour les items (8) et (9) par rapport aux autres. En effet, cette inversion tient compte d’une donnée déjà démontrée (publiée 1966 et 1970) : l’appel préférentiel du pied gauche est un indice de dextralité, réciproquement...

  4. La main utilisée pour écrire et dessiner intervient pour un point complémentaire (– 1 ou + 1). Si la main diffère pour ces deux tâches (ce n’est pas rare parmi les gauchers), la composante indiciaire est nulle (0) à ce niveau.

  5. Effectuez la somme algébrique des composantes de l’indice (total compris entre – 10 et 10). Récapitulez la formule œil-main-pied (DDD, DDG, etc.).

7Veuillez adresser les questionnaires à l’adresse indiquée, même dans le cas ou` vous auriez procédé au calcul des indices individuels. Il reste, en effet, d’autres perspectives d’exploitation de ces données en fonction de la spécialité sportive, du niveau d’expertise, du sexe, etc., et le plus grand intérêt d’une telle étude résulte des comparaisons entre divers échantillons de sujets appariés.

8Merci de votre aide.

LATÉRALITÉ INDIVIDUELLE EN SPORT

Formule d’asymétrie fonctionnelle et indice de latéralité

Formule d’asymétrie fonctionnelle et indice de latéralité

Table des illustrations

Titre Formule d’asymétrie fonctionnelle et indice de latéralité
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/8727/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 132k

© CNRS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search