Version classiqueVersion mobile

L’homme asymétrique

 | 
Guy Azémar

Chapitre VI. Les spécificités sportives de l’asymétrie

Texte intégral

1Avant de rassembler, en guise de synthèse, les traits dominants de cette étude, il peut être utile de passer en revue les principales disciplines sportives pour entrevoir comment s’y manifestent les aspects fonctionnels asymétriques analysés en chemin.

2Pour une grande majorité d’entraîneurs sportifs, les références aux neurosciences trouvent difficilement place parmi celles qu’ils accordent déjà plus ou moins à la biomécanique, à la physiologie musculaire, aux techniques du mouvement, aux théories de l’entraînement ou aux méthodes de préparation psychologique. Il est vrai que l’asymétrie du système nerveux central affecte les performances de façon très différenciée selon les disciplines, leurs gestes spécifiques, leurs situations et règles de compétition.

La latéralité, d’un sport à l’autre : généralités

3Ce chapitre nous ramène sur le terrain des confrontations sportives. Nous sommes partis de là et nous y revenons avec un nouveau regard. Il a été déjà signalé, partir des typologies émergeant statistiquement dans l’élite des sportifs, qu’il faudrait parfois distinguer les disciplines pratiquées en fonction de leurs exigences sensori-motrices respectives. Pour pouvoir ajuster à chaque type de sport ce que nous a appris l’analyse des asymétries fonctionnelles, il faudra aussi tenir compte des facteurs d’incertitude. Cela nous conduit à une sorte de classification des pratiques dans cette perspective.

4Avec l’esquisse d’une telle classification, d’autres aspects généraux caractérisant les asymétries fonctionnelles seront aussi brièvement évoqués en introduction de ce chapitre.

5Il y a peu de données bibliographiques sur la fréquence des gauchers manuels en fonction des disciplines. Celles-ci ont parfois fait l’objet d’études particulières qui seront évoquées en temps opportun, mais les études comparatives interdisciplinaires sont extrêmement rares. Elles exigent des enquêtes fondées sur l’évaluation de la latéralité, selon des critères bien définis et comparant des échantillons de sportifs de haut niveau, de telle manière que des différences dans les données puissent être rapportées à des facteurs spécifiques de réussite, respectivement, dans les disciplines pratiquées.

6Une étude émerge cependant dans ce domaine, c’est celle, déjà citée, de Porac et Coren. Ces auteurs ont réalisé une large enquête au moyen d’un questionnaire acheminé par diverses fédérations sportives des États-Unis et du Canada. Les données rassemblées portent sur 2 611 individus représentant quinze groupes de sports. Certains sports très apparentés comme le softball et le base-ball sont réunis dans l’analyse. Les sports d’opposition duelle sont peu représentés dans cette étude, mais la boxe y figure cependant avec un taux significativement élevé de gauchers manuels. Une augmentation du taux des dominances oculaires gauches apparaît en gymnastique et en basket-ball parmi les pratiquants de haut niveau. En bowling prédomine la dominance oculaire droite. Porac et Coren constatent un taux élevé de joueurs de base-ball du type GD, c’est-à-dire associant une dominance oculaire gauche à une prévalence manuelle droite. Ils en tirent une interprétation posturale que nous évoquerons à propos de ce sport.

  • 1 Salmaso D., Rossi B. (1989), « Lefthandedness and sport », Istituto di Psicologia del CNR and Istit (...)

7Dans un groupe de « sports de raquette », Porac et Coren constatent une « manualité consistante », c’est-à-dire un indice de dextralité élevé, mais leur étude porte, pour cette catégorie de sports, sur des joueurs d’un niveau relativement modeste. C’est l’obstacle le plus fréquemment rencontré dans ce type d’étude. Une autre enquête, moins connue, de Salmaso et Rossi1, porte sur 1 073 sujets. Le questionnaire de base débouche sur une évaluation de la seule latéralité manuelle à partir de dix items évoquant des gestes de la vie courante (se peigner, se brosser les dents, etc.). Parmi vingt-cinq disciplines sportives, aucune ne révèle de différence significative dans la distribution des sujets à partir de ce mode d’évaluation de la dextralité manuelle.

8Il y aura lieu de revenir ci-après, à propos de quelques disciplines, sur certains apports spécifiques de notre propre enquête portant sur un ensemble de 1 584 sujets. L’étude nous a conduits à différencier formellement, en premier lieu, trois types de populations : un échantillon de 229 étudiants « non sportifs », une population de 1 126 étudiants en éducation physique et sportive, et un lot de 352 sportifs de haut niveau représentant diverses disciplines. Une première analyse nous a montré que le groupe témoin ne présentait pas un taux plus élevé de gauchers manuels que le groupe d’étudiants en APS. La seule différence significative entre ces deux effectifs était que les témoins avaient des formules de latéralité plus homogènes (p < 0,001).

9Quant aux sportifs de haut niveau, la comparaison de leurs formules de latéralité a reposé sur des analyses faisant intervenir deux facteurs de différenciation : d’une part, distinction des disciplines en fonction du degré d’incertitude mis en jeu (opposition ou non, en particulier), d’autre part, pour certaines disciplines, évolution de la fréquence de certains types de latéralité à différents niveaux de classement conduisant au sommet des compétitions mondiales.

  • 2 Grouios G., Tsorbatzoudis H., Alexandris K., Barkoukis V. (2000), « Do lefthanded competitors have (...)

10Au total, nous avons pu constater ainsi des concordances remarquables entre nos résultats et ceux que Porac et Coren ont relevés dans les disciplines dominées par les sportifs d’Amérique du Nord : la boxe, le basket-ball et le base-ball en particulier. Une autre enquête réalisée récemment en Grèce2, portant sur 1 112 sportifs, a confirmé encore plus largement mes premiers constats issus d’une comparaison des disciplines. Après avoir comparé ces sportifs à des étudiants non sportifs, les auteurs de cette étude ont cherché à mieux cerner la fréquence des gauchers manuels en fonction des sports pratiqués. Les comparaisons ont reposé sur les critères suivants : sports « interactifs » versus sports « non interactifs » ; sports « directement interactifs » versus sports « indirectement interactifs ». Ils concluent à une supériorité des gauchers manuels se manifestant lors des interactions sportives et ils s’interrogent, à partir de la bibliographie actuelle, sur le caractère inné de cette supériorité.

11Les chapitres précédents nous ont conduits progressivement, pour interpréter nos résultats, à analyser les situations sportives faisant intervenir un haut degré d’incertitude, notamment spatiale. Dans cette perspective, la latéralité oculaire a pris de plus en plus de place, ce qui pourrait constituer en soi une sorte d’effet spécifique des sports d’opposition. Il faut à présent adopter une autre attitude et prendre beaucoup de recul, afin de considérer plus généralement les asymétries fonctionnelles dans un large éventail de disciplines sportives.

12Une compétition sportive n’a de sens qu’en fonction des conditions qu’elle impose au sujet. En dehors des sports d’opposition, les manifestations de l’asymétrie fonctionnelle interviennent très différemment sur les performances. Ainsi, dans un grand nombre de disciplines, le compétiteur n’a pas à affronter directement un adversaire, mais doit se mesurer individuellement aux contraintes du milieu physique au moyen d’un type de locomotion particulier : la marche, la course, la nage, la glisse, etc. En pareil cas, on évalue la vitesse, la résistance ou l’endurance lors d’un déplacement sur un parcours bien défini, et le compétiteur doit réaliser une sorte de compromis idéal entre la somme d’énergie développée et l’économie de sa production. Dans ces disciplines fondées sur un certain mode de locomotion, l’asymétrie axiale du corps se trouve gommée par une alternance de mouvements discrètement asymétriques. Les coûts énergétiques neuromusculaires sont largement répartis et équilibrés dans tout l’appareil moteur. Le cadre physique de l’effort est prédéterminé, stabilisé et vérifié afin de permettre des comparaisons inter-individuelles. L’incertitude, notamment spatiale, est totalement exclue. Cette catégorie de disciplines ne révèle rien de singulier dans le domaine des asymétries fonctionnelles.

13Dans des conditions d’environnement à peu près aussi constantes, d’autres sports, tels que la gymnastique, la danse ou le patinage artistique, exigent du compétiteur la production de figures de mouvements ou de déplacements appréciées par des juges selon certains critères conventionnels. Le compétiteur doit avoir préparé sa prestation pour l’accorder à ces critères. Une part d’incertitude peut résulter de ses propres défaillances avec des conséquences irréversibles. L’incertitude est alors un incident malencontreux, mais n’est pas un facteur contribuant « en ligne » à la performance. L’aménagement du milieu, qu’il s’agisse des agrès, des propriétés du sol ou des aires d’évolution, répond à un standard fixé par des règlements. Des manifestations remarquables d’asymétrie fonctionnelle seront évoquées à propos de ces situations très particulières où les performances doivent défier l’équilibre bipodal.

  • 3 Sainburg R. L. (2001), « Evidence for a dynamic-dominance hypothesis of handedness », Exp. Brain Re (...)

14Un cas particulier d’asymétrie est celui qui se manifeste dans les sports exigeant la production instantanée d’un maximum d’énergie dans des conditions de temps et d’espace bien déterminées et contrôlées. Ce cas est surtout illustré par les concours athlétiques : lancers d’engins strictement normalisés, et sauts où le mobile est le propre corps de l’athlète. L’asymétrie fonctionnelle se trouve alors au service d’un effort maximal contre la pesanteur dans des conditions matérielles bien définies et en l’absence quasi totale d’incertitude spatiale, temporelle et événementielle. Dès lors, émerge une forme d’asymétrie très largement majoritaire, quasi exclusive, comme si ces conditions induisaient un prototype spécifique de positionnement intersegmentaire dynamique. De tels ajustements confortent l’hypothèse d’une dominance dynamique intersegmentaire de la latéralité, récemment proposée par Sainburg3. Cependant, il s’avère dans cette perspective que les droitiers manuels, comparés aux gauchers, bénéficient d’une dominance latérale intersegmentaire plus cohérente et efficiente.

15Une image symbolise bien ce prototype dominant, c’est le geste du bûcheron. En analysant ce geste, on pourrait citer tous les éléments qui interviendront de façon essentielle dans les lancers athlétiques (poids, javelot, disque, etc.), dans les tirs au but de handball, dans les sauts et même dans les triples voltes en patinage artistique. C’est une posture dynamique asymétrique, très représentative de la coordination intersegmentaire d’un droitier homogène, qui est beaucoup plus fréquente et efficiente que la formule inverse. Un tel schéma illustre le geste asymétrique de l’homme luttant seul contre la pesanteur et l’inertie. Au contraire de cette posture stéréotypée propulsant l’hémicorps droit dans un mouvement sénestrogyre, souvenons-nous des formules moins polarisées, illustrées par les latéralités œil-main croisées, qui émergent au plus haut niveau des sports d’opposition, où règne l’incertitude spatio-temporelle.

16Ainsi, l’ajustement posturo-sensori-moteur du sportif en compétition dépend beaucoup de la marge de temps et d’espace qui lui est accordée pour agir ou réagir. Entre le cas du lanceur (discobole par exemple) et celui du duelliste (pongiste, boxeur, escrimeur, etc.), le comportement asymétrique est extrêmement différent. Ce phénomène est dû au fait qu’ils sont soumis, l’un et l’autre, à des problématiques diamétralement opposées quant aux conditions de préparation du geste. Entre ces deux pôles d’ajustement gestuel, les diverses disciplines sportives que nous allons évoquer ci-après peuvent encore plus ou moins donner lieu à des biais latéraux singuliers, mais sans contredire ce schéma théorique.

L’athlétisme

17On appelle plus généralement sports athlétiques ceux qui se déroulent sans opposition agonistique et sans incertitude spatiale. Des investigations réalisées antérieurement m’ont permis de montrer que la course à pied ne donne pas lieu à des poussées asymétriques des membres inférieurs, en compétition, sauf dans certaines conditions qui méritent d’être mentionnées. Les premières poussées d’appui en course de vitesse sont facilitées par un placement asymétrique des pieds contre les blocs mis à la disposition des athlètes devant la ligne de départ. La plupart des coureurs disposent ces butées d’appui de façon à avoir leur pied gauche légèrement décalé en avant par rapport au pied droit. En outre, une étude des premières foulées d’un de nos meilleurs spécialistes du cent mètres m’a permis autrefois de constater que ses premières impulsions de course étaient relativement asymétriques durant une dizaine de mètres avant de s’équilibrer.

18Une asymétrie de ces impulsions s’impose encore davantage lors du 110 mètres haies. C’est alors très majoritairement que l’on constate le recours au pied gauche pour l’impulsion au sol permettant de franchir chacune des dix haies (1,06 m). Lors du 400 mètres haies, les obstacles étant moins hauts (0,91 m), les coureurs adoptent des solutions plus variées, changeant parfois de pied d’impulsion d’une haie à l’autre. Le fait de courir en virage lors de cette épreuve peut aussi influencer le choix de ce pied dit d’appel (l’impulsion du pied droit est conseillée en virage). Plus généralement, d’après une enquête et des tests réalisés au sein d’une population d’étudiants en éducation physique et sportive, l’adoption du pied gauche pour une impulsion de saut émerge d’autant plus, statistiquement, que l’angle de poussée ascendante du centre de gravité est plus grand lors de cette impulsion.

19La plus grande fréquence de l’appel du pied gauche apparaît davantage lors des sauts proprement dits. Elle augmente progressivement si l’on étudie les choix individuels, dans l’ordre, pour une succession de sauts à cloche-pied, pour sauter en longueur et pour sauter en hauteur. Plusieurs athlètes utilisent un pied différent pour chacune de ces deux dernières spécialités, mais c’est alors toujours le pied droit pour sauter en longueur et le pied gauche pour l’appel de saut en hauteur. Dans cette perspective, il semble, cependant, que l’évolution des techniques de saut en hauteur dans l’élite mondiale a eu des effets secondaires sur l’émergence statistique du pied d’appel gauche au cours du xxe siècle. La technique historique dite retournement à l’intérieur et le moins ancien rouleau ventral favorisaient l’appel du pied gauche en exigeant une posture d’impulsion plus inclinée vers l’arrière suivie d’une vive projection des segments libres vers le haut. L’actuel fosbury flop, comme l’ancien rouleau costal, semble un peu plus compatible avec une impulsion du pied droit, probablement parce que ce saut permet un angle d’envol plus incliné sur l’horizontale, une meilleure conservation de la vitesse d’élan, et n’impose pas une rotation du corps en suspension.

20Une expérience de terrain rapportée précédemment m’a permis d’apporter une réponse à une question soulevée en son temps par un aréopage international de spécialistes du triple saut. Cette discipline nécessite, au terme d’une course d’élan, l’enchaînement de trois impulsions, les deux premières devant être effectuées sur le même pied. Certains spécialistes préconisaient d’adopter « le meilleur pied », généralement le gauche, pour ces premières impulsions, considérant que ce pied, censé être plus puissant, assumait ainsi les deux tiers de travail. Les opposants à cette formule n’avaient pas d’arguments théoriques, mais citaient des cas d’athlètes, parmi les plus éminents, qui avaient nettement amélioré leurs performances après avoir changé de pied d’appel à la suite d’un incident traumatique. En conséquence, ceux-ci avaient dû recourir au pied droit pour les premières impulsions avec d’excellents résultats. Il m’est apparu probable qu’ils avaient tiré avantage d’une impulsion moins ascendante, préservant ainsi leur vitesse d’élan pour les sauts suivants.

21Le contrôle expérimental réalisé à ce propos a porté sur vingt et un athlètes, non spécialistes de cette épreuve, mais entraînés pendant quelques jours à utiliser aussi aisément, soit le pied droit, soit le pied gauche en premier pour effectuer des triples sauts. Après cette période de familiarisation, les sujets se sont prêtés une compétition en faisant alterner les deux formules, d’un essai à l’autre. Une comparaison des deux formules d’impulsion a été effectuée pour chaque sujet à partir de ses performances. Il est apparu que les plus doués détente globale des membres inférieurs (meilleures performances moyennes) obtenaient leurs meilleurs résultats avec la formule d’appel DDG. Au contraire, ceux qui étaient moins performants dans l’ensemble réussissaient relativement mieux avec la formule GGD. Ce constat montre, d’une part, qu’il faut évidemment un potentiel minimal de puissance des deux membres inférieurs pour réaliser un bon triple saut, d’autre part que l’usage du pied droit pour les deux premières impulsions permet une coordination plus efficace. En effet, les poussées du pied droit préservent mieux la vitesse horizontale acquise au cours de l’élan, tandis que le pied gauche est plus apte, en position finale, à une poussée ascendante avec moins d’élan.

22La dominance du pied gauche pour une poussée maximale contre la pesanteur, suivie d’un mouvement de rotation vers la gauche, est plus évidente encore lors du saut à la perche. Il faut être droitier manuel, c’est-à-dire porter la perche du côté droit pendant la course d’élan, pour bien réaliser cet enchaînement. La main droite est alors en position reculée qui lui permet d’abord de maîtriser l’envoi précis de la perche dans son butoir, puis, à partir de l’impulsion, de contrôler toute la trajectoire en agissant sur le haut de la perche. Dans cette discipline, on n’a jamais vu un gaucher, c’est-à-dire un sujet ayant une formule de latéralité complètement inversée, s’imposer au plus haut niveau des classements mondiaux. Les spécialistes interrogés sont unanimes sur ce point. Citons cependant le cas d’un gaucher français qui s’est imposé quelque temps dans cette épreuve au niveau national, il y a une cinquantaine d’années. Le problème posé par le saut à la perche est la nécessité de conjuguer avec précision un ensemble d’actions segmentaires au profit d’une projection asymétrique du corps entier. La trajectoire s’accompagne d’une rotation vers la gauche et s’achève par une esquive du corps au-dessus de l’obstacle (la barre). En fait, il ne suffit pas d’être droitier manuel, il faut aussi recourir à un excellent pied d’appel gauche pour bien engager la coordination globale d’une telle action.

  • 4 Demenÿ G. (1924), Mécanisme et éducation des mouvements, Paris, Félix Alcan, 542 p.

23À propos du concept de prévalence du pied d’appel gauche chez les droitiers, il convient de rappeler qu’il s’agit d’une poussée géocentrique, c’est-à-dire en direction du centre de la Terre, qui se combine avec des actions ou réactions centrifuges des autres segments corporels pour propulser le corps entier. Il y a déjà près d’un siècle que Demenÿ4 a décrit ce processus biomécanique. Le mouvement ascensionnel du centre de gravité résulte de la poussée d’appui au sol, mais il faut lui associer une vive élévation vers le haut des segments libres pour augmenter la pression d’appui et obtenir en réaction l’accélération nécessaire à la propulsion du corps.

24Lors des lancers athlétiques, ces poussées ascensionnelles reposent sur le même principe pour se conjuguer et transférer la force de déplacement à l’engin utilisé (poids, disque, marteau, javelot). Dans ces conditions, pour tous ces lancers, c’est le membre inférieur gauche du droitier qui va jouer le rôle d’une perche. Là encore prédomine statistiquement la posture du droitier homogène, déjà mentionnée propos du geste familier du bûcheron. Cette posture favorise la mise en jeu d’une chaîne d’actions partielles musculaires, initiée par une poussée du pied droit, en arrière, relayée par des poussées sénestrogyres coordonnées des ceintures pelvienne et scapulaire et conclue, pour les lancers, par une accélération explosive du membre supérieur droit. Celui-ci, au départ de l’action, se trouvait en position reculée, voire retardée. Les poussées qui s’enchaînent s’appliquent ainsi à l’engin sur un long « chemin de lancement ». C’est une accélération progressive s’achevant par un mouvement fouetté du membre supérieur. Le pied gauche, en avant, constitue un point d’appui et d’ancrage de l’axe du mouvement sénestrogyre de tout l’hémicorps droit.

  • 5 Peters M. (1988), « Footedness : asymmetries in foot preference and skill and neuro-psychological a (...)
  • 6 Gabbard C., Hart S. (1996), « A question of foot dominance », J. Cen. Psychol., 123, 4, p. 289-296.

25En pratique, sur les terrains d’entraînement, il n’est pas rare de voir des lanceurs de modeste niveau éprouver de grandes difficultés pour projeter l’engin selon un angle suffisamment grand au début de sa trajectoire, surtout pour lancer le disque et le javelot qui exigent une bonne vitesse d’élan. Guidé par une assez longue expérience pratique et une certaine dose de curiosité personnelle, j’ai pu constater que ces sujets en difficulté présentent souvent une latéralité main-pied croisée. S’ils sont droitiers manuels, ils frappent du pied gauche en football, mais ils se trouvent alors gênés, en lancer, pour attribuer à ce pied un rôle de soutien. Ils ont recours, au contraire, à un soutien du pied droit lorsqu’ils frappent le ballon de football. Mais cette difficulté relative de coordination est plus fréquente encore chez les gauchers homogènes qui, dans 70 % des cas, utilisent le même pied pour frapper et sauter, tandis que ces deux fonctions sont controlatérales chez la plupart des droitiers. Cette complémentarité fonctionnelle entre les deux pieds a été confirmée par Peters5 et, plus récemment, par Gabbard et Hart6.

26Le décathlon est une épreuve combinée d’athlétisme comprenant trois sauts (hauteur, longueur, perche), trois lancers (poids, disque, javelot) et quatre courses (100 m, 400 m, 1 500 m, 110 m haies) à réaliser en deux jours. C’est une discipline très éprouvante exigeant des concurrents qu’ils soient polyvalents. Or, il apparaît que certaines des potentialités bio-énergétiques ou morphologiques individuelles nécessaires dans chacune de ces dix spécialités sont relativement peu compatibles. C’est le cas notamment entre, d’une part, le 1 500 m et, d’autre part, le 100 m ou le poids, ou encore entre le lancer de poids et le saut en hauteur ou à la perche. Au contraire, une latéralisation intersegmentaire homogène contribue à rendre plus compatibles entre elles plusieurs spécialités. Celles-ci ont en commun d’exiger une forme de puissance dynamique instantanée au moyen d’une poussée excentrique, asymétrique, entre un pied de soutien et les membres controlatéraux. C’est le cas pour l’ensemble des lancers et des sauts, soit la majorité des épreuves, qui bénéficient ainsi réciproquement, grâce aux entraînements, d’un transfert du potentiel de détente. Les meilleures performances des droitiers dans ces disciplines semblent résulter d’une complémentarité élective entre la fonction stato-dynamique du pied gauche et la projection des segments droits. Les décathloniens gauchers sont rarissimes.

  • 7 Massion J. (1992), « Movement, posture and equilibrium : interaction and coordination », Progress i (...)

27Dans ces concours athlétiques, la puissance musculaire ne peut exercer des effets sur la performance que si elle emprunte une chaîne spécifique d’actions partielles subtilement coordonnées et contrôlées par le système nerveux central. L’équipe de Massion a montré que la stabilisation de l’orientation des segments corporels est nécessaire pour le calcul central de la trajectoire du mouvement. Elle est assurée par des ajustements posturaux anticipés des segments au cours du mouvement. Les aires prémotrices et motrice supplémentaire jouent un rôle important dans cette stabilisation, de même que le lobe antérieur du cervelet dans l’organisation des synergies musculaires et le contrôle de l’équilibre dynamique7. Il s’y ajoute le fait que les centres supérieurs sont fonctionnellement asymétriques. Sur le terrain, les athlètes ont appris que l’entraînement doit être à la fois qualitatif et quantitatif. En compétition, pour exploiter son potentiel au maximum, le lanceur, comme le sauteur, doit être capable de concentrer son attention sur ce seul schéma proprioceptif dominant, fortement latéralisé, au service de la vitesse finale de projection d’un mobile dans l’espace physique.

La gymnastique et le patinage artistiques, la danse

28Les performances dans ces disciplines font l’objet de jugements fondés sur des critères techniques et esthétiques, donc affectés de subjectivité et plus ou moins influencés par diverses tendances (classicisme, originalité, prise de risques, thèmes à la mode, etc.). La motricité des exécutants est centrée sur le corps comme instrument capable de réaliser des figures variées, grâce à une combinaison harmonieuse de postures, mouvements et déplacements répertoriés.

29La gymnastique fait intervenir quelques agrès spécifiques (barre fixe, barres parallèles, barres asymétriques, anneaux, cheval d’arçons, etc.) débouchant sur une motricité qui rompt radicalement avec les lois usuelles de la locomotion. Même en dehors des agrès (exercices au sol), les prestations doivent défier en permanence le référentiel d’équilibre qui préside à tous nos actes quotidiens. Marcher sur les mains y devient une seconde nature, mais c’est encore trop simple pour figurer dans le répertoire de ce sport où la locomotion est accessoire. Dans un tel contexte, les postures asymétriques ont un intérêt esthétique et doivent passer par des configurations variées. De nombreuses figures font intervenir le pied d’appel préférentiel et une rotation axiale du corps en général vers la gauche, comme on peut le voir dans un salto vrillé. Cependant, chez les plus experts, il y a des prévalences latérales qui doivent être surmontées afin de pouvoir enchaîner certaines figures.

30Une enquête réalisée auprès d’étudiants en éducation physique et sportive m’a révélé des prévalences latérales intervenant surtout, chez les moins experts, lors des appuis et suspensions unimanuels. Effectuer un demi-tour à la barre fixe ou sur les barres parallèles implique un rôle différent pour chaque main. L’une doit assurer le maintien de la prise et de l’équilibre dynamique, tandis que l’autre, quittant la barre, doit être habile à rejoindre un nouvel appui pour relancer l’enchaînement. Des préférences latérales individuelles persistent plus ou moins longtemps pour cette bipartition des rôles. C’est alors plus souvent la main gauche assure la prise de soutien pendant ces demi-tours. Quelques étudiants ayant des formules de latéralisation main-pied croisées ont signalé des difficultés de coordination pour de telles tâches. L’un d’entre eux, latéralisé DDG, a été longtemps « gêné dans le choix du pied ou de la main pour l’équilibre au sol ou aux agrès ».

  • 8 Pozzo T., Levik Y., Berthoz A. (1995), « Head and trunk movements in the frontal plane during compl (...)

31Les gymnastes de niveau supérieur affirment que ces figures asymétriques ne leur posent pas – ou ne posent plus – de problème particulier. Ils peuvent les exécuter d’un côté comme de l’autre avec la même assurance, ce qui facilite l’enchaînement des divers éléments lors d’une prestation. Nous trouverons ce type de réponse à propos d’autres sports. L’expertise implique l’obtention d’une sorte d’équipotentialité latérale d’exécution des figures difficiles. Il persiste, cependant, des sens de rotation préférentiels lors de sauts périlleux ou sorties d’appareils agrémentés d’un mouvement vrillé. Non seulement il est rare de pouvoir inverser ces rotations dans des figures acrobatiques, mais certaines sont involontaires et difficiles à réprimer. Un autre problème connu des gymnastes est celui des « pertes de figures » qui pourrait déboucher un jour sur d’intéressantes études spécifiques. Sur un plan plus fondamental, Pozzo et alii ont consacré aux voltes acrobatiques du gymnaste des travaux qui font autorité8.

32Le patinage artistique ne peut pas échapper à la manifestation d’une asymétrie dominante lors des rotations axiales du corps. C’est en très grande majorité que les patineurs réalisent leurs plus spectaculaires voltes, les triples ou quadruples saltos, par exemple, en rotation vers la gauche. On retrouve ici le sens de rotation dominant caractéristique des droitiers, dont témoigne le mouvement spiral du discobole, mais qui s’esquisse déjà dans le geste du bûcheron. La volte sénestrogyre est un modèle presque incontournable. C’est la raison pour laquelle les ruptures du tendon d’Achille se produisent en général du côté gauche chez les sauteurs et les patineurs. Cependant, la championne olympique de patinage artistique Sarah Hughes (États-Unis) est justement dite gauchère parce qu’elle tourne vers la droite, ce qui est très exceptionnel dans l’élite mondiale. On dit aussi que le célèbre danseur Gene Kelly était gaucher, mais je ne l’ai pas vérifié. Statistiquement, les gauchers sont plus rares dans l’élite de ces disciplines que dans la population en général.

33Le ski ne semble pas avoir fait l’objet d’enquêtes rigoureuses se rapportant aux asymétries fonctionnelles. Le tracé habituel des pistes de descente et, surtout, de slalom, oblige les compétiteurs à maîtriser aussi bien les virages vers la droite et vers la gauche. Il ne serait pas surprenant, d’après les données recueillies dans diverses autres spécialités sportives, de trouver un taux élevé de latéralisations croisées chez les slalomeurs en particulier. Le ski artistique présente la particularité d’avoir compté deux gauchers notoires bien installés aux deux premières places de ses classements mondiaux (épreuve des bosses) durant les premières années 1990. Il serait intéressant de savoir s’ils ont une dominance oculaire droite.

34Les épreuves de snowboard qui recourent à l’usage d’une seule planche mériteraient également quelques explorations dans la perspective des asymétries fonctionnelles. Leurs pratiquants doivent choisir entre deux solutions posturales, car le matériel de fixation des pieds sur la planche est latéralisé. Quand les pieds sont placés obliquement vers la droite, la posture rappelle celle que nous avons décrite à propos des lanceurs droitiers. Il est possible que cette posture facilite les virages vers la gauche. En effet, il est probable que le pied arrière joue un rôle important pour doser les prises de cares, tandis que le pied avant est plus impliqué dans le contrôle d’un compromis entre la direction du déplacement et l’équilibre du corps. Des fonctions podales différenciées interviennent de façon comparable dans la pratique de la planche à voile. Or, il faut tourner alternativement dans les deux sens pour les épreuves de slalom comme pour manœuvrer une planche à voile. En conséquence, ces disciplines sont peu compatibles, au plus haut niveau d’une pratique compétitive, avec de fortes spécialisations unilatérales des membres. En outre, l’attention spatiale étant sollicitée globalement dans les deux hémichamps de l’espace, on est tenté de faire l’hypothèse d’un taux élevé de formules de latéralisation œil-main-pied croisées parmi les meilleurs spécialistes de snowboard. Mais cela reste à vérifier.

35La danse fait souvent intervenir des voltes ou pirouettes que l’on effectue sur la pointe des pieds ou lors d’un saut en toupie. Ce dernier, exécuté avec appel simultané des deux pieds et les yeux fermés, fait partie du protocole de tests que j’ai précédemment proposé (présenté en annexe) pour tester la latéralité individuelle. Cet item participe à la détermination de l’indice de prévalence podale, au même titre que la désignation du pied d’appel pour sauter en hauteur. Plusieurs arguments, déjà cités, m’ont conduit à attribuer ces deux items à une dextralité podale lorsqu’ils désignent le côté gauche. Ce phénomène est la traduction dynamique d’une asymétrie fonctionnelle vestibulaire. C’est l’hémicorps droit qui bénéficie, en réaction, des poussées vers le sol de l’appui gauche.

36Un mémoire réalisé à Paris (par Catherine Augé) dans le cadre du Centre national de formation des professeurs de danse a mis en évidence quelques aspects intéressants à propos des asymétries fonctionnelles dans cette discipline. Un effectif total de vingt-six sujets (âge moyen : 30 ans), déjà experts en pratique de la danse, a été soumis dans notre laboratoire à diverses investigations qui ont notamment contribué à certaines comparaisons interdisciplinaires. Une épreuve plus spécifique a porté sur dix-sept sujets, dont cinq masculins, comprenant quatorze droitiers manuels (dont onze DDD) et trois gauchers manuels (deux DGG, un GGD). Il s’agissait d’examiner les procédures utilisées par des danseurs pour réaliser un « saut en toupie ». Ces spécialistes l’appellent simplement « un tour en l’air » et ils peuvent l’effectuer sous trois formes différentes selon les consignes qui leur sont données pour se repérer dans l’espace :

    • 9 Ross J., Morrone M. C., Goldberg M. E., Burr D. C. (2001), « Changes in visual perception at the ti (...)

    Tour en l’air avec le regard et la tête restant fixés sur un repère extérieur durant la phase ascendante de la volte. Au sommet du saut, cet ancrage du regard est abandonné et retrouvé très rapidement, grâce à un mouvement très rapide de rotation de la tête, avant la phase descendante. La tête se trouve ainsi désolidarisée du reste du corps pendant la rotation ; c’est une figure classique en danse. Cette technique entraîne une occultation des afférences visuelles par le système nerveux central durant la rotation accélérée tête avec, cependant, une anticipation du regard vers les repères utiles en fin de rotation. Une telle occultation est de même nature que la suppression saccadique survenant lors d’une banale saccade oculaire9.

  1. Tour en l’air, la tête demeurant solidaire du tronc, c’est-à-dire avec un balayage du décor par le regard, à vitesse constante, accompagnant la rotation axiale du corps entier. Cette figure est rarement utilisée pour une prestation de danse, mais tous les sujets de l’étude la réalisent aisément.

  2. Tour en l’air en conservant les yeux fermés durant le saut. C’est la façon indiquée dans le protocole de ma batterie de questions et de tests.

37Il a été demandé aux sujets d’effectuer ces sauts en vérifiant avec un observateur, pour chacune des trois techniques, quel sens de rotation paraissait plus facile. Pour le tour du type (a), tous les sujets sauf un (1/17) tournent préférentiellement vers la droite. Pour le tour du type (b), dix sujets tournent préférentiellement vers la gauche, cinq tournent mieux vers la droite et deux tournent indifféremment dans les deux sens. Enfin, pour la technique (c) quatorze sujets tournent préférentiellement vers la gauche, deux tournent vers la droite et un seul réalise l’un et l’autre indifféremment. Ce dernier sujet est une gauchère de formule GGD.

38Ces données suggèrent que la volte avec ancrage du regard sur un repère du champ visuel tend à faciliter un mouvement dextrogyre, tandis que l’absence d’ancrage du regard et, plus encore la fermeture des yeux, conduisent à privilégier une volte sénestrogyre. Ce dernier point plaide en faveur d’un processus de contrôle recourant à des informations proprioceptives d’origine vestibulaire, en particulier lors du tour avec les yeux fermés. Cette procédure est alors identique à celle des patineurs lors d’un double ou triple salto qui ne leur permet pas d’ancrer le regard sur un point du champ, et nécessite, en outre, une poussée unipodale. Remarquons aussi, dans un autre domaine, que les fameux derviches tourneurs tournent invariablement vers la gauche.

Le tir

  • 10 Salazar W., Landers D. M., PetruzzellO S. J., Han M., Crews D. J., Kubitz K. A. (1990), « Hemispher (...)

39Le tir à l’arc se déroule essentiellement sur des cibles fixes. Une étude réalisée avec des tireurs d’élite droitiers a montré, au moyen d’enregistrements électro-encéphalographiques durant action10, qu’une activité alpha prédomine et dans l’hémisphère gauche au cours des trois secondes précédant le déclenchement du tir. En outre, des différences spectrales sont constatées dans l’hémisphère gauche durant la toute dernière seconde, selon que le tir est bon ou mauvais. Par ailleurs, contrairement à une opinion répandue, les auteurs n’ont pas constaté de baisse notable de la fréquence cardiaque durant cette période.

  • 11 Landers D. M. (1980), « Moving compétitive shooting into the scientist’s lab », American Rifleman, (...)
  • 12 C’est le tireur français Michel Carrega, six fois champion du monde, qui nous a fait cette observat (...)

40Le tir à la carabine, comme le tir à l’arc, nécessite une prévalence latérale concordante entre l’œil et la main afin de permettre une posture asymétrique appropriée l’alignement de l’arme sur l’objectif. Porac et Coren ont constaté une émergence significative (p < 0,01) des latéralités œil-main homolatérales (ou congruentes) parmi 222 tireurs à la carabine, au pistolet et à l’arc. Landers11 a également rapporté que la plupart des tireurs olympiques ont une latéralité oculaire et manuelle congruente ou homogène. Nous avons fait le même constat sur un échantillon de vingt-sept tireurs d’élite (présélection française aux JO de Séoul, 1988) avec 85,2 % de formules homogènes (20 DD et 3 GG). Un grand champion de tir12 estime cependant, bien que droitier lui-même, que les épreuves de tir sur cible très mobile et apparaissant de façon aléatoire, du type ball-trap, pourraient favoriser des gauchers manuels et des latéralités non homogènes. Nous reviendrons sur ce point.

41Dans le cas de cibles fixes et d’un temps disponible confortable, le tireur doit viser en alignant deux repères intermédiaires entre un œil et le point visé. C’est la condition pour diriger avec précision son arme vers l’objectif. Ensuite, surveillant cet alignement, il doit saisir les le (arc, ou carabine) sont conçues de telle façon que l’œil de visée et la main mis en jeu doivent se trouver du même côté. Les gauchers disposent d’un matériel adapté à une posture inversée. L’un des problèmes qui se posent au tireur et à son entraîneur, en cas de latéralité œil-main croisée, est de savoir s’il faut choisir la posture en fonction de l’œil dominant ou de la main préférentielle. Brister et Daniels, cités par Porac et Coren (1981), considèrent qu’il faut privilégier le côté de l’œil dominant. La plupart des entraîneurs sont du même avis et plusieurs tireurs d’élite nous ont signalé avoir nettement amélioré leurs performances après avoir « changé le fusil d’épaule » pour l’aligner sur l’œil « directeur ». Ils sont dans le cas d’une latéralité œil-main GD. L’un a été sélectionné par le Portugal pour l’épreuve à la fosse olympique (pigeon d’argile), deux autres tirent au pistolet (pentathlon).

42Il existe actuellement neuf types d’épreuves olympiques de tir par arme à feu : trois épreuves de tir au plateau d’argile avec fusil à grenaille (ball-trap), trois épreuves de tir sur cible avec carabine, dont une sur cible en mouvement (running target) et trois épreuves de tir au pistolet sur cible stable. Les tireurs gardent les deux yeux ouverts pour tirer afin de réduire les tensions musculaires, mais la plupart utilisent des lunettes dont le verre correspondant à l’œil non directeur a été opacifié. Ce masquage d’un œil est cependant plus rare chez les spécialistes du ball-trap.

  • 13 Zani A., Rossi B. (1987), « L’attenzione nel tiro a volo », Rivista di Cultura Sportiva, VI, 11, p. (...)

43Pour voir apparaître dans l’élite des tireurs des formules de latéralité autres que le prototype DD, il faudrait probablement des conditions de tir avec incertitude spatio-temporelle et, surtout, un faible temps disponible pour épauler et viser. Le « tir au vol » est pratiqué dans deux spécialités olympiques : le skeet et la fosse. En skeet le projectile (plateau d’argile) est projeté selon une trajectoire prévisible, mais à un instant imprévisible, dans une plage de temps de trois secondes, et le compétiteur doit tirer successivement à partir de sept postes différents. À la fosse, c’est la trajectoire qui est imprévisible, pouvant se produire vers la gauche, dans l’axe, ou vers la droite, par rapport au poste fixe du tireur. Une étude a été réalisée par Zani et Rossi13, au moyen de potentiels évoqués, avec huit tireurs spécialisés (quatre en skeet, quatre à la fosse) de haut niveau mondial, tous droitiers manuels. Hélas, leur latéralité oculaire n’a pas été déterminée. Ils ont été soumis à une tâche du type go-nogo, mais avec des signaux sonores. Il a été constaté un effet significatif de la spécialité des tireurs sur l’amplitude de l’onde P300, ainsi que des effets différenciés l’incertitude, soit spatiale, soit temporelle, en fonction de la main de réponse.

44Le tireur d’élite Carrega est un spécialiste de la fosse olympique. Il a des conceptions intéressantes sur ce qu’il appelle le « tir dynamique » et qui s’applique au cas d’une trajectoire relativement imprévisible. Bien que droitier œil-main homogène, il tire fort bien de la main gauche au pistolet et même au fusil de chasse, ce qui le met alors physiquement dans le cas d’un tireur latéralisé DG. Il m’a rappelé à ce propos qu’un bon tireur garde les deux yeux ouverts. La vision binoculaire procure un plus large champ visuel et conditionne la perception de la profondeur. Ce dernier élément est utile pour se représenter rapidement une trajectoire inattendue dans les trois dimensions de l’espace et anticiper ainsi un point de coïncidence en déclenchant le tir.

45Le tir au pistolet dans des conditions extrêmement rapides pourrait favoriser, selon nos données expérimentales, les gauchers manuels du type DG. Les cinéphiles ne manqueront pas de se souvenir à ce propos d’un western célèbre intitulé Le Gaucher. Si le choix de ce thème s’est inspiré d’un fait historique, nous ne saurons jamais, cependant, si ce cow-boy avait une dominance oculaire droite. Il dégainait très vite pour tirer immédiatement de la main gauche sans l’élever plus haut que la ceinture. Cela suppose un processus de coordination visuo-manuelle proche de ceux que nous avons étudiés propos de certaines situations en sport d’opposition. En sport, il n’y a pas d’épreuve au pistolet faisant intervenir des conditions d’incertitude spatio-temporelle comparables à celles du ball-trap, mais seulement une limitation du temps disponible.

  • 14 Ripoll H., Papin J.-P. (1985), « Modalités de traitement des prises d’informations visuelles dans l (...)

46En effet, une épreuve typique du tir au pistolet est la vitesse olympique. Le tireur se tient debout avec, en position d’attente, le bras incliné à 45o vers le bas, à 25 mètres de l’emplacement où apparaîtront les cibles. Cinq cibles vont apparaître et il disposera de 8 secondes pour tirer tour à tour sur les cinq. Cette série de cinq cibles sera suivie d’une deuxième, puis d’une troisième, qui lui laisseront moins de temps encore pour tirer, soit respectivement 6 et 4 secondes. Une telle séquence de trois panneaux de cibles se répétera au total quatre fois, réparties en deux manches. Plusieurs investigations ont été réalisées par Ripoll et Papin14 sur les procédures visuo-motrices utilisées lors d’une telle épreuve. Un dispositif vidéo-oculographique d’enregistrement de la direction du regard (oculomètre NAC) permettait de contrôler les mouvements respectifs du centre du regard et de l’arme, par rapport à la cible, lors de chaque série de tirs. Chez les tireurs de niveau régional, le centre du regard rejoint l’arme pour l’accompagner dans un mouvement synchrone jusqu’au centre de la cible. Les tireurs de niveau international ont un comportement différent. Ils amènent d’abord le regard sur la cible, où l’arme le rejoint secondairement, au moment du tir. Ces tireurs plus experts stabilisent ainsi plus tôt et plus longtemps (300 ms vs 30 ms) le regard sur la cible.

  • 15 Paillard J. (1982), « The contribution of peripheral and central vision to visually guided reaching (...)
  • 16 Beaubaton D., Velay J.-L., Hay L. (1987), « Informations visuelles et précision spatiale du mouveme (...)

47Ces opérations de visée impliquent des processus centraux assurant le codage spatial des mouvements respectifs du regard et de la main. Dans une telle tâche, le regard bénéficie en premier lieu, d’après Paillard15 et Beaubaton et alii16, d’un repérage de la localisation de la cible sur la base d’un signal rétinien périphérique. C’est ce signal exocentrique qui est d’abord mis à profit par les experts pour amener le centre du regard sur le centre de la cible. En second lieu, cette centration du regard sur la cible leur donne accès des coordonnées spatiales égocentrées, la tête joue un rôle essentiel, et que la main met à profit pour amener l’arme sur ce point de coïncidence (arme/regard/cible). Nous rencontrerons un processus comparable pour les lancers de précision dans certains sports collectifs.

48Il est certain que ce double mécanisme d’encodage spatial de l’ajustement visuo-manuel, d’abord exocentrique puis égocentrique, peut s’effectuer, en cas d’urgence, sans passer par la posture classique d’alignement de l’arme sur l’axe visuel tout en conservant une relative précision. Une latéralité congruente œil-main s’impose surtout pour épauler une arme longue en direction d’une cible bien installée et immobile. Il en résulte une posture globale fortement asymétrique dont s’accommodent particulièrement bien, nous l’avons vu, les droitiers homogènes. Pour évaluer les effets des conditions de tir moins stables ou plus aléatoires, il serait intéressant de réaliser des enquêtes au sein de la hiérarchie mondiale des tireurs sportifs. Il faudrait alors tenir compte, d’une part, de la latéralité œil-main individuelle, d’autre part, des conditions spatio-temporelles de l’épreuve où ils se sont distingués.

Pelote basque, squash, golf, cricket, base-ball

49Ces sports ont en commun d’exiger une grande précision de frappe sur une balle ou une pelote, de façon à susciter des difficultés chez un adversaire sans donner lieu, cependant, à un véritable face-à-face évoquant le duel. Ce dernier critère compte probablement beaucoup pour différencier des catégories de sports en fonction de leurs exigences visuo-motrices et de leurs incidences typologiques individuelles. Quoi qu’il en soit, il existe peu d’enquêtes publiées sur les prévalences latérales individuelles dans cette catégorie de sports.

50Le golf requiert une posture globale asymétrique étroitement coordonnée sans faire intervenir un adversaire direct comme source d’aléas. Les gauchers y semblent rarissimes à partir d’un certain niveau d’expertise.

51Le cricket, le softball et le base-ball ont plusieurs points communs. On y observe un geste spécifique qui consiste à intercepter, au moyen d’une batte, une balle projetée grande vitesse.

  • 17 Lee D. N., Georgopoulos A. P., Clark M. J., Craig C. M., Port N. L. (2001), « Guiding contact by co (...)

52L’aspect dit « balistique » de ce geste a été évoqué à propos du cricket dans un chapitre précédent. Il s’agissait alors de souligner que la programmation d’un tel geste diffère essentiellement de celle d’une touche en escrime avec la pointe d’une arme. La batte de cricket doit frapper la balle latéralement dans un mouvement de balancier. La posture du joueur est conditionnée par une saisie bimanuelle de la batte et débouche en conséquence sur une rotation de la ceinture scapulaire pour une frappe latérale. Cette posture exige une coordination qui semble mieux convenir aux droitiers manuels, nous l’avons vu, car ils disposent en général d’une dominance latérale intersegmentaire plus cohérente dans une perspective dynamique. La présence d’adversaires sur un terrain de cricket n’intervient pas comme un facteur direct d’incertitude dans le déclenchement et l’orientation initiale du mouvement. C’est la trajectoire de balle qui impose au batteur les paramètres notamment temporels de son propre mouvement. Lee et alii17 font intervenir un « couplage tau » entre balle et batteur pour analyser les rapports dynamiques impliqués dans un tel processus d’anticipation-coïncidence.

  • 18 Laby D. M., Kirschen D. G., Rosenbaum A. L., Mellman M. F. (1998), « The effect of ocular dominance (...)

53Un taux significativement élevé de formules de latéralité œil-main croisées est trouvé chez les batteurs de base-ball par Porac et Coren. Les auteurs attribuent ce fait à un facteur postural. Un batteur droitier manuel se place de telle manière que la face antérieure de son buste est orientée perpendiculairement à la trajectoire de la balle attendue. C’est son côté gauche qui se trouve vers le lanceur (pitcher) et, en conséquence, l’œil gauche serait mieux placé pour contrôler la trajectoire de la balle. Les auteurs en concluent que « si les coordinations de visée avec l’œil préférentiel sont plus précises, cette posture favorise l’individu dont l’œil préférentiel est controlatéral à la main préférentielle ». Une enquête plus récente portant sur 410 joueurs de base-ball professionnels n’a pas confirmé cet effet d’une latéralité œil-main croisée sur les performances du batteur18.

54Précédemment, nous avons évoqué une étude de Hofeldt et alii, réalisée sur cette action de batting en base-ball. Il y apparaît que la précision de la frappe du batteur est conditionnée par sa vision binoculaire et que l’un des yeux influence plus que l’autre la perception de la distance de la balle à intercepter. C’est dire que la coopération des deux yeux est nécessaire pour saisir ce signal de profondeur participant au couplage tau défini par Lee. Finalement, il résulte donc de cet ensemble de données que la dominance oculaire joue bien un rôle dans une telle action, mais que ce rôle semble relativement indépendant de la main prévalente. Il est vrai que la réponse est plurisegmentaire, impliquant surtout les segments proximaux (ceinture scapulaire).

55La pelote basque comprend plusieurs spécialités bien différenciées. Certaines, comme l’épreuve à main nue, incitent les pratiquants à pouvoir frapper aussi bien de l’une et de l’autre main, tour à tour, selon la trajectoire de la balle. La raquette argentine à la particularité d’exiger une tenue des deux mains assez comparable à la solution adoptée par certains joueurs de tennis. Il serait utile cependant, dans de tels cas, de regarder d’un peu plus près l’une des mains n’est pas mieux placée sur la raquette, par rapport à l’autre, pour jouer un rôle majeur dans l’orientation du renvoi. Les autres spécialités, telles que la chistera et le frontenis, sont unimanuelles. Toutes ces conditions devraient théoriquement permettre aux gauchers, comme en tennis, de s’adapter au moins aussi bien que les droitiers.

56Il reste cependant des contraintes latérales pouvant résulter des modalités de renvoi de la balle par un ou plusieurs murs. Le fronton en est l’exemple le plus simple et anodin, puisqu’il est symétrique. Lorsqu’il y a trois murs disposés de façon asymétrique, il s’agit de la cesta-punta, se jouant dans une salle dite jai-lai, le seul mur latéral est placé à gauche des pelotaris. On dit en général de cette épreuve qu’elle ne permet pas de s’adapter si l’on joue de la main gauche. Pourtant, un joueur de niveau international m’a déclaré le contraire en s’appuyant sur des exemples concrets. Cette épreuve est pratiquée par équipes de deux joueurs, un attaquant et un défenseur. Seul l’attaquant, placé près du mur de face, est contraint de jouer avec sa main droite pour pouvoir faire rebondir la balle sur ce mur en direction du mur de gauche. Au contraire, l’arrière est ainsi amené à frapper des balles qui lui parviennent sur son côté gauche. Les gauchers se trouvent donc dans de meilleures conditions pour cela.

57Un court sondage réalisé dans le Centre national d’entraînement de Bayonne m’a donné un aperçu de la distribution des formules individuelles de latéralité dans un effectif de quatorze pelotaris de haut niveau. On y compte douze droitiers homogènes (DDD), un cas de latéralité œil-main croisée (GDD) et un seul gaucher (GGD). Cela représente un taux exceptionnel de cas de latéralité œil-main congruente (93 %), mais ces indications restent à vérifier sur un plus large effectif de spécialistes de haut niveau.

58Le squash est un autre exemple de situation sportive où les performances font intervenir des rebonds sur des murs. Les surfaces valables sont réparties sur les quatre murs, mais les impacts initiaux se produisent sur le mur de face. Cet espace de jeu est strictement symétrique et de faibles dimensions. Contrairement au cas des pelotaris, il est notoire de rencontrer un nombre très élevé de gauchers manuels parmi les joueurs de squash au plus haut niveau mondial. Il est probable que ce fait résulte de la brièveté des trajectoires qui laisse très peu de temps disponible pour ajuster les réactions manuelles. Un tel constat s’accorde avec notre interprétation de l’avantage des gauchers en sport d’opposition. En effet, le squash sollicite l’attention dans un très large champ visuel et requiert des réactions d’une rapidité extrême. Les chapitres précédents nous conduisent naturellement à faire l’hypothèse d’un taux élevé de cas de latéralité œil-main croisée (DG et GD) dans l’élite mondiale du squash. Cela mériterait d’être vérifié.

Le tennis, le tennis de table, le judo, la boxe et l’escrime

59Cette catégorie de sports est la plus représentative d’une situation de duel : deux adversaires s’y trouvent opposés face à face, se contestant mutuellement la maîtrise de l’espace, dans des limites et des conditions bien définies. Dans la plupart de ces disciplines, les gauchers sont plus largement représentés que dans la population en général, du moins au plus haut niveau des compétitions. Cependant, nous verrons que ce phénomène est plus ou moins prononcé en fonction, notamment, de la distance qui sépare les protagonistes.

60Le judo et la lutte ont la particularité de placer les adversaires en contact permanent. Il en résulte des réactions soumises à des signaux proprioceptifs plus qu’à des informations visuelles. Ces dernières ne jouent plus qu’un rôle complémentaire. Elles participent à l’équilibre, en relation avec les signaux vestibulaires, et contribuent au repérage des limites du tatami ou du tapis. Quant aux signaux passant par le contact, ils ont des latences minimales. Les actions de l’adversaire sont rarement annoncées visuellement par un signal à distance et pouvant déboucher sur une trajectoire à intercepter. La rapidité des réactions est conditionnée, comme ailleurs, par les capacités d’anticipation du compétiteur, mais ce sont des présignaux proprioceptifs, plus que visuels, qu’il doit détecter et interpréter pour cela.

61Les spécialistes du judo appellent droitiers les pratiquants qui saisissent avec leur main droite le revers de veste de l’adversaire. Ils attaquent en agissant avec cette main droite sur l’épaule gauche de l’adversaire, puis saisissent sa ceinture avec l’autre main pour l’entraîner en général dans une rotation vers la gauche. Les gauchers font l’inverse, saisissant le revers de l’adversaire avec leur main gauche et tournant vers la droite. Quelques judokas recourent à une position mixte en saisissant symétriquement des deux mains les revers de veste de l’adversaire. Cette position introduit un facteur supplémentaire d’incertitude en facilitant l’engagement d’une attaque en rotation d’un côté comme de l’autre. Dans tous les cas, il faut être capable d’agir ou de résister dans les deux sens de rotation. C’est le cas dans l’élite comme semble le confirmer une enquête en cours.

  • 19 Crémieux J., Rousseu C. (2000), « Nouvelle approche de la perception visuelle de l’orientation en s (...)

62À l’occasion d’un mémoire réalisé dans notre laboratoire, un échantillon d’une trentaine de judokas de niveau national a été soumis à une évaluation de la latéralité œil-main-pied. La distribution des formules ne présentait pas de différences significatives par rapport à celle des témoins non sportifs, mais un trait particulier est apparu lors de l’exécution du saut en rotation avec appel des deux pieds et les yeux fermés. Contrairement aux sujets témoins, la plupart des judokas étaient capables de tourner indifféremment vers la droite ou vers la gauche, de sorte que chez eux ce test ne corrélait pas avec l’item « pied d’appel ». Cette aptitude à effectuer des voltes en rotation avec la même facilité dans les deux sens pourrait témoigner d’un meilleur contrôle des réactions à des signaux proprioceptifs. Cette interprétation semble confortée par une étude réalisée par Crémieux et alii19 sur des experts en taekwondo. Recourant à un test d’exploration des capacités individuelles à utiliser des informations posturo-gravitaires, les auteurs ont conclu que ces experts en art martial ont une plus grande indépendance du champ visuel que les autres sportifs.

63La boxe anglaise fait intervenir une courte distance entre les protagonistes. Dès lors, les actes offensifs ne peuvent pas aboutir sans produire des trajectoires dans l’espace intermédiaire. Il s’agit de les identifier très vite pour pouvoir s’y dérober ou les intercepter. On entre par là dans le domaine d’élection de l’attention visuelle et des coordinations visuo-motrices. La brièveté des trajectoires laisse peu de temps au défenseur pour ajuster ses parades ou esquives. Les chapitres précédents ont apporté de nombreux arguments suggérant que les gauchers devraient trouver de bonnes conditions de réussite dans ce sport.

64Qu’est-ce qu’un boxeur gaucher ? C’est tout simplement un combattant qui se place en position de garde inversée par rapport au cas plus commun des droitiers. Cette position est caractérisée par une attitude en rotation de la ceinture scapulaire par rapport à la ceinture pelvienne, de telle sorte que le poing du côté préférentiel est placé en retrait par rapport à l’autre. Il dispose ainsi d’un plus long chemin d’élan, lui donnant plus de force de frappe grâce à une poussée de l’appui au sol, comme en lancer. Le poing qui se trouve en avant est a priori plus apte à parer ou à maintenir l’adversaire à distance par des coups peu puissants mais répétés. Un boxeur gaucher a donc son poing gauche en position plus reculée afin de s’en servir pour des coups plus puissants. Cependant, de nombreux entraîneurs de boxe considèrent que les gauchers ont la caractéristique de frapper presque aussi fort des deux mains. Ainsi, ce ne serait pas leur position inversée qui gênerait le plus leurs adversaires, mais plutôt cette potentialité de frappe bilatérale.

  • 20 Ogurenkow S., Rodionow B. (1984), « Funktionelle asymmetrien des menschen », in Bragina N. N., Dobr (...)

65Une enquête effectuée auprès de 59 jeunes boxeurs sélectionnés l’échelon national nous a montré qu’il s’y trouvait dix gauchers, soit 17 %, tandis qu’il y en avait seulement 9 % dans une population témoin d’étudiants en éducation physique et sportive. En outre, la plupart de ces gauchers (sept sur dix) avaient une latéralité œil-main croisée (DG). Porac et Coren ont trouvé un taux significativement élevé de gauchers parmi 89 boxeurs, sans noter une plus grande fréquence de formules œil-main croisées. Une plus large étude réalisée 1981 en ex-URSS dans l’élite mondiale a fait apparaître que les boxeurs gauchers obtiennent 30 à 40 % des médailles dans les compétitions internationales20. Les auteurs rejoignent l’opinion selon laquelle cet avantage n’est pas lié à une plus grande vitesse des punches de la main gauche, mais à une vitesse plus équivalente des deux mains que chez les droitiers.

  • 21 Azémar G. (1987), « Détecter et agir : grilles d’observation en tennis et en escrime », in Neurosci (...)

66Le tennis fait intervenir des trajectoires de balles de durée très variable. Près du filet, notamment lors des compétitions en double, elles peuvent s’accomplir en moins de 400 millisecondes. Lors des échanges en fond de court, elles durent souvent plus d’une seconde. L’analyse des phases de jeu nous a révélé des différences de réussite remarquables, au plus haut niveau mondial, entre droitiers et gauchers, en fonction de la longueur des trajectoires21. Le décompte des points gagnés ou perdus selon les coups utilisés a montré que les gauchers (McEnroë, Connors, Leconte) cherchent à réduire le temps et les distances par des reprises de volée, tandis que les droitiers (Borg, Wilander, Lendl) s’appuyent sur leur précision en fond de court.

67Qu’en est-il de la fréquence des gauchers en tennis ? Il est notoire que des joueurs gauchers extrêmement brillants ont marqué l’histoire de ce sport. En 1980, trois gauchers se trouvaient dans les quatre premières places du classement mondial masculin et une gauchère régnait sur les tournois féminins. Les deux décennies suivantes ont été plutôt marquées par des droitiers bien installés la première place (Lendl, Sampras, Graf). à l’aube du xxie siècle, il semble que l’évolution du jeu rende les dominations individuelles plus éphémères. Il faut désormais ajouter la puissance à la précision et s’adapter à toutes les conditions de jeu. Le talent n’est rien sans une énorme charge d’entraînement. Les gauchers, en général plus dilettantes, voire fantasques dans ce milieu très médiatisé, se font moins remarquer actuellement, mais il en reste quelques-uns dans les circuits professionnels, toujours capables de s’imposer, en particulier sur des surfaces rapides.

68La notion de surface plus ou moins rapide mérite quelques commentaires. Elle suggère que la nature du sol influence essentiellement la vitesse que peut conserver la balle après son rebond. En réalité, les propriétés des sols des courts de tennis ont des conséquences plus diverses. Plus ou moins adhérents, lisses ou friables, ils peuvent modifier différemment, lors du rebond, les effets rotatifs imprimés la balle au moment de la frappe. Le cas du gazon a aussi sa spécificité, car les trajectoires des rebonds y sont un peu plus aléatoires que sur les autres surfaces. Sans qu’il s’agisse de « faux-rebonds » flagrants, ces variations de trajectoire exigent des joueurs un mode d’adaptation qui concerne probablement la coordination visuomotrice.

69On sait que la pratique du tennis, comme celle des autres sports de balle, exige un contrôle en vision centrale de la trajectoire de la balle avant de la frapper. Lorsqu’elle s’approche de soi avant de rebondir, son accompagnement par le regard permet d’anticiper la forme de la trajectoire qui suivra le rebond afin d’ajuster le geste en conséquence. Si l’estimation est bonne, le système visuel effectue une saccade ciblée pour bien centrer le regard sur la balle au moment de la frappe. Si la trajectoire est inattendue, il faudra ce que l’on appelle une saccade express pour réajuster le regard et mieux guider la main. Heureusement, ces saccades express ont des latences plus courtes que les saccades ciblées, ce qui compense partiellement le défaut d’anticipation, mais il s’agit, là encore, d’un élément spécifique d’habileté visuomotrice.

70Ces phénomènes contribuent à expliquer, d’une part que les joueurs doivent se plier à une période d’adaptation aux changements de surface, d’autre part qu’ils demeurent individuellement plus ou moins efficaces sur certains types de sols. Dans cette perspective, il est possible que les gauchers soient moins adaptables que les droitiers à la pratique du tennis sur gazon. Il pourrait s’agir d’une analogie avec ce que nous a révélé la pratique du sabre par rapport à celle des armes d’estoc. Le gazon, comme le sabre, exige des corrections tardives des réponses motrices qui semblent mieux convenir au système hémisphère gauche-main droite.

71En fait, la place qui revient aux gauchers en tennis est un peu plus médiatique que statistique. Il est vrai que le tennis ne leur offre pas toutes les conditions nécessaires pour que s’exprime pleinement leur potentiel. On le voit, au sommet mondial, dès que la puissance et la précision priment sur la rapidité de réaction. Mais les explorations statistiques témoignent bien, cependant, d’une réelle augmentation du taux de gauchers avec la hiérarchie des classements en compétition. Nous l’avions constaté déjà en 1980 (voir plus haut tableau X) et nous l’avons aussi vérifié au moyen d’observations longitudinales lors de plusieurs tournois du circuit professionnel. Par exemple, en 1986 à Roland-Garros, hommes et femmes confondus, les gauchers constituaient 16 % d’un effectif de 229 joueurs au départ. On les a trouvés ensuite aux taux successifs de 19 % en 32e de finale, de 22 % en 16e, enfin de 25 % en 8e de finale et jusque dans les finales. Ce phénomène est moins marqué qu’en tennis de table ou en escrime aux armes d’estoc, mais il est incontestable et fréquent à ce niveau.

72Au-delà du simple constat de la main tenant la raquette, d’autres aspects des asymétries fonctionnelles ne manquent pas d’intérêt propos du tennis. Il a déjà été question dans les chapitres précédents d’une problématique visuo-motrice soulevée par le partage de l’espace en deux hémichamps, qui intéresse de nombreux spécialistes en neurosciences. On sait, depuis Brinkman et Kuypers (1973) et les travaux complémentaires de Van der Staak, que le contrôle des mouvements de la main dans ces hémichamps implique différemment les hémisphères cérébraux selon qu’il s’agit de mouvements abductifs ou adductifs. Schématiquement, on peut considérer qu’en tennis le coup droit est abductif, tandis que le revers est adductif, mais n’allons pas trop vite. Dans de strictes conditions expérimentales, les auteurs précités ont montré que le mouvement abductif d’un bras vers un signal visuel se trouvant de son côté, dans le même hémichamp, peut être effectué sous le contrôle du seul hémisphère controlatéral. Il suffit que ce signal se trouve dans l’hémichamp opposé ou que le mouvement soit adductif, croisant l’axe médian, pour que le contrôle central nécessite la coopération des deux hémisphères.

  • 22 Garry M. I., Franks I. M. (2002), « Spatially precise bilateral arm movements are controlled by the (...)

73Ce paradigme expérimental a été souvent repris et complété par d’autres chercheurs. Une récente22 confirme qu'un mouvement unilatéral du bras vers un stimulus situé de son propre côté débute plus tôt (temps de réaction plus court) et apparaît aussi plus précis, grâce au contrôle hémisphérique controlatéral. De telles données, classiques, sont aussi apparues dans nos résultats, mais les auteurs ont fait un constat plus original. Lorsqu’une grande précision spatiale est requise, cet avantage d’un contrôle par l’hémisphère controlatéral au signal visuel s’applique aussi à une réponse simultanée des deux mains, de sorte qu’il n’y a plus de différences de temps de réaction, dans cette condition, entre les deux hémi-champs visuels. Les auteurs concluent que « l’exigence d’exécuter des mouvements spatialement précis limite le contrôle à l’hémisphère controlatéral (au signal visuel), que le mouvement soit unilatéral ou bilatéral ». Cela suggère que le geste d’un joueur de tennis dit « ambidextre » bénéficierait du contrôle d’un seul hémisphère quel que soit le côté de la balle, ce qui ferait l’économie d’un transfert d’information interhémisphérique, donc un gain en temps de réaction. Il resterait cependant à vérifier si la raquette permet un temps de mouvement aussi rapide à deux mains qu’à une main, car ce n’est pas évident.

  • 23 Azémar G., Demoulin J.-L., Leguern R., Stein J.-F., Ripoll H. (1987), « Effets de la latéralité ind (...)

74Dans une perspective voisine, nous avons réalisé une expérience de terrain23 avec trente-trois joueurs de tennis de 13 ans, sélectionnés l’échelon régional, différenciés par leur latéralité œil-main. L’une des épreuves effectuées exigeait du sujet qu’il renvoie avec précision, après rebond, des balles qui lui parvenaient aléatoirement soit du côté droit, soit du côté gauche. Le lance-balle, dans l’axe, était masqué de telle sorte que le sujet ne voyait pas la balle au début de sa trajectoire. Utilisant sa raquette habituelle, il devait renvoyer chaque balle dans l’une des deux cibles horizontales placées sur les angles du court au-delà du filet. L’épreuve se déroulait en cinq séries dans des conditions de plus en plus complexes, faisant intervenir des facteurs d’incertitude ou des contraintes visuo-motrices croissantes. Ainsi, se combinaient plus ou moins l’incertitude spatiale (la cible à atteindre était indiquée, durant le trajectoire de la balle, par le mouvement d’un mobile au-delà du filet), la pression temporelle (délais limités, objectivés par des signaux sonores), et il pouvait être demandé au sujet d’effectuer une rapide rotation de 360° sur place, juste avant de frapper. Cette rotation devait se faire dans le sens horaire si la balle lui parvenait sur son côté droit et dans l’autre sens si elle lui parvenait à gauche.

75L’ensemble de l’épreuve a été très riche d’enseignements sur le potentiel d’ajustement de tous ces jeunes joueurs. L’un des résultats rejoint la problématique évoquée précédemment à propos des hémichamps. Les performances en précision ont permis de comparer deux groupes droitiers manuels différenciés par leur dominance oculaire (10 DD vs 10 GD) en fonction de leurs réponses en coup droit ou revers et en coup croisé ou « décroisé » (en fait, « le long de la ligne »). Le facteur « croisé/décroisé » n’exerce pas d’effet significatif. Le facteur « coup-droit/revers » montre que les droitiers homogènes sont nettement plus précis en coup droit qu’en revers (7,83 ± vs 5,28 ± 1,78), tandis que les sujets GD ont des performances plus équilibrées dans ces deux conditions (6,55 ± 1,22 vs 6,20 ± 1,88). Ce résultat est significatif (p < 0,001) et s’accorde bien avec ceux, cités précédemment, que nous avons obtenus en laboratoire.

76Ainsi voyons-nous réapparaître ici la dominance oculaire, mais nous connaissons quelques entraîneurs qui s’intéressent déjà depuis longtemps aux effets de ce niveau de latéralité sur le comportement, notamment postural, des joueurs de tennis. Il faut aussi rappeler les effets d’une charge verbale surajoutée durant de telles actions. Hennemann et Wolff ont constaté sur le terrain, dans des conditions assez comparables à celles décrites ci-avant, qu’une surcharge verbale n’empêche pas les gauchers de maintenir et même d’améliorer sensiblement leurs performances en précision. Nous avons fait le même constat en laboratoire.

  • 24 Dromas A. (1996), « Influence de la latéralité dans les sports d’opposition », mémoire de maîtrise (...)

77Le tennis de table offre aux gauchers de meilleures conditions de réussite que la pratique du tennis sur un court. La brièveté des trajectoires, la vitesse des échanges, réduisent le temps disponible pour ajuster les réponses motrices. En 1980, nous avions constaté (voir plus haut tableau X) que trois gauchers se trouvaient dans les quatre premiers du classement mondial, six dans les dix premiers et neuf dans les vingt-cinq meilleurs, soit 36 % à ce niveau-là. 1996, la situation n’a guère changé puisque l’on trouve encore 28 % de gauchers parmi les cent premiers du classement mondial. Ce constat a été réalisé par Dromas24 qui a trouvé aussi trois gauchers parmi les quatre titulaires de l’équipe de France masculine et en a dénombré 30 % dans la liste des soixante meilleurs pongistes français cette année-là. Une enquête détaillée a permis à cet auteur de constater d’autres points remarquables. Ces gauchers, parmi lesquels 67 % ont une dominance oculaire droite, ont tendance à jouer plus près de la table que la plupart des droitiers.

78Les entraîneurs de l’équipe de France de tennis de table s’accordent à dire que « les gauchers prennent la balle plus tôt que les autres », c’est-à-dire que, jouant près de la table, ils frappent la balle juste après son rebond. Il en résulte un jeu typiquement offensif. Les joueurs qui, au contraire, se placent loin de la balle (entre 1 m et 1,50 m) ne peuvent avoir qu’un jeu défensif exigeant une grande précision et divers effets rotatifs sur la balle. Or, les entraîneurs affirment que tous les joueurs agissant en « purs défenseurs » sont des droitiers, y compris parmi les 100 meilleurs mondiaux où neuf sont connus comme tels. Un tel constat se vérifierait depuis longtemps d’après les spécialistes. Pour étudier ces caractéristiques de jeu, on a recouru à deux sortes de moyens : analyses d’images vidéo enregistrées lors de compétitions internationales et exploitation d’un questionnaire détaillé proposé aux meilleurs joueurs français. Il en résulte que les retours de service sont significativement plus courts chez un gaucher opposé à un droitier en finale d’un tournoi mondial (moyennes : 658 ms vs 775 ms) et que les gauchers manuels ayant une dominance oculaire droite (DG) ont la plus courte distance de jeu (0,55 m en moyenne).

  • 25 Le Monde du 27 octobre 2000.

79Un grand quotidien français25 a consacré assez récemment un bel article à un pongiste de niveau international qui joue de la main gauche parce qu’il a dû être amputé du bras droit à l’âge de trois ans, à cause d’un accident. Il est parvenu à obtenir huit médailles aux Jeux Paralympiques et s’est aussi classé parmi les cent premiers joueurs français de tennis de table. Ce bel exemple de dépassement et de réussite personnelle me donne l’occasion d’évoquer à nouveau l’escrime en citant un cas comparable. Un épéiste, bien que privé de son bras droit depuis sa naissance, a fait partie de l’équipe de France pendant quelques années. Une lésion du plexus brachial lors de l’accouchement avait entraîné une paralysie complète avec atrophie de ce membre. Des contrôles expérimentaux nous ont montré qu’il était pourtant prédisposé à être droitier (voir p. 188). Sa main gauche s’est bien adaptée cependant puisqu’il est devenu maître d’armes et entraîneur sportif très apprécié.

  • 26 Kennett S., Eimer M. (2001), « Tactile-visual links in exogeneous spatial attention under different (...)

80L’escrime est un sport par essence représentatif d’une situation de duel, source de la plupart des effets de latéralité mis en évidence dans cet ouvrage. Il suffira donc, à présent, d’en récapituler les principaux aspects, dont la plupart se rapportent aux perceptions visuelles. Certes, un certain nombre d’informations tactiles interviennent lorsque les protagonistes « croisent le fer » et ces signaux alertent très rapidement le système nerveux central26, mais l’escrimeur doit les corréler aux informations visuelles pour pouvoir les interpréter et réagir pertinemment. Il peut s’appuyer sur ces signaux tactiles au départ d’une action, mais seule la vision lui permet d’identifier des présignaux à distance, donc d’anticiper et éventuellement d’intercepter des trajectoires d’armes en mouvement.

81La posture de garde de l’escrimeur est asymétrique, mais avec une différence notable par rapport à celle du boxeur ou à l’attitude de départ d’un lanceur en athlétisme. L’escrime requiert plus de précision que de puissance et une attaque doit recourir au chemin le plus court possible afin de surprendre l’adversaire. C’est donc le bras armé qui est en avant et le pied controlatéral plus en arrière. La fente est une extension du corps entier, favorisée par cette position de garde. Le bras armé est censé s’allonger en premier, comme le conseillent les maîtres d’armes, mais la poussée du corps entier provient du pied controlatéral. Ainsi, contrairement au geste du lanceur ou du frappeur, initié par le pied ipsilatéral, celui de l’escrimeur exige d’emblée une extension main-pied croisée. Dans le cas d’un escrimeur droitier, l’action de fente résulte d’une vive poussée du pied gauche. Pour la plupart des autres sports, au contraire, un lancer de la main droite doit être initié par une vive poussée du pied droit en arrière. L’action « à l’amble » de l’escrimeur permet un allongement maximal et constitue ainsi un moyen rapide de conduire très loin la pointe de l’arme.

82Plus que ces conditions biomécaniques, ce sont des conditions perceptivo-motrices qui influencent la typologie des escrimeurs figurant dans l’élite de ce sport. Des analyses longitudinales effectuées durant les compétitions au plus haut niveau mondial nous ont montré que le taux des gauchers manuels augmente régulièrement dans les classements aux stades successifs des épreuves. Ce constat a été fait à de nombreuses reprises. Un profil en a été montré (voir plus haut tableau XII et fig. 1) partir de huit championnats du monde et d’un tournoi olympique, portant sur 3 829 participants masculins et féminins. En réalité, phénomène n’est observé que chez les épéistes et les fleurettistes, c’est-à-dire dans le cas des armes d’estoc n’admettant que des touches avec la pointe. Il ne se produit pas au sabre, arme d’estoc et de taille. Dans les épreuves d’épée et de fleuret, le taux moyen des gauchers est déjà de 28,5 % parmi les participants, sélectionnés dans leurs pays respectifs. Le taux passe successivement à 34,6 %, 46,7 % et 63,3 % aux stades des trente-deux meilleurs, des quatre meilleurs et enfin des vainqueurs de ces épreuves. Dans l’épreuve de sabre, les taux correspondants sont de 14,2 % au départ, puis de 16,4 %, de 17,5 %, et pas de vainqueur. S’il y a eu parfois des champions gauchers au sabre, en d’autres occasions, il reste que le profil statistique demeure plat avec cette arme au cours de ces compétitions mondiales.

83Une revue des travaux récents sur les processus de contrôle des mouvements de projection de la main vers des cibles visuelles dans certaines conditions d’incertitude spatio-temporelle nous a apporté des arguments pour interpréter ces différences en fonction de l’arme. En résumé, avantagée temps réaction lors signal visuel exocentrique survenant de façon aléatoire. La réponse motrice de cette main semble recourir à un mode automatique de repérage de la cible à partir d’un signal rétinien périphérique. Une telle réponse est plus rapide que précise, mais elle est efficace quand la cible est proche. Avec les armes d’estoc, la pointe est alors projetée en direction de la cible sur un mode balistique. On pourrait parler de réponse express, par analogie avec une saccade express. La main droite, quant à elle, est plus apte à exploiter un signal reçu en vision centrale après saccade oculaire et, surtout, à bénéficier d’un guidage en feed-back durant son mouvement vers la cible. Un tel processus facilite des corrections de la trajectoire au cours de son déroulement. C’est un moyen utile au sabreur, qui peut toucher avec les faces latérales de l’arme, pour réaliser des trajectoires complexes et menacer ainsi l’adversaire de tous côtés la fois. Le choix de la cible à toucher reste en suspens, entretenant l’incertitude durant la trajectoire.

84Un autre aspect remarquable apparu chez les escrimeurs de haut niveau est la fréquence des latéralisations œil-main croisées. Ce fait a été constaté d’abord en 1982 au sein de l’équipe de France d’escrime qui comprenait 56,5 % de cas de formules croisées. D’autres observations réalisées avec des escrimeurs de premier plan de diverses nationalités ont confirmé ce constat depuis lors. Presque tous les gauchers rencontrés ce niveau ont une dominance oculaire droite et les mieux classés des droitiers sont en général dans le cas inverse. Il est apparu par ailleurs, dans des conditions expérimentales, que les sujets présentant ces formules de latéralité (DG et GD) réalisent les meilleures performances d’ensemble dans des tâches de type go-nogo, y compris lorsqu’une tâche verbale doit être réalisée simultanément.

Les sports collectifs

85Outre ses demandes bioénergétiques, la pratique des sports collectifs exige de bonnes capacités perceptives en vision périphérique. Il s’agit de percevoir dans le champ visuel, en dehors du point de fixation du regard, un grand nombre de signaux, fixes ou mobiles, et d’interpréter leurs rapports dynamiques afin de réagir en conséquence. La littérature scientifique n’est pas très fournie dans ce domaine, du moins quant à ses applications sportives. On trouve un peu plus de données pouvant s’appliquer au cas du pilotage d’engins motorisés qui fait notamment intervenir des informations de vitesse et de direction dans le flux optique périphérique. Les sports collectifs nécessitent, en outre, des capacités attentionnelles dans trois perspectives : l’étendue du champ d’action à couvrir visuellement ; la perception des contrastes, notamment de couleurs, nécessaire pour différencier les mouvements dans ce champ ; enfin, une analyse pertinente des phases de jeu. Cette dernière est indispensable pour bien repérer les signaux adéquats et anticiper les actions à venir.

  • 27 Pavlovskaya M., Ring H., Grosswasser Z., Keren O., Hochstei S. (2001), « Visual search in periphera (...)

86Ce programme attentionnel varie plus ou moins d’une discipline à l’autre dans certaines de ses composantes, mais il représente ce que les sports collectifs ont de plus spécifique. Dans la vie courante, on concentre l’attention autour de l’axe du regard en privilégiant un hémichamp visuel. En conséquence, l’extension du champ visuel en sport impose un réajustement des processus centraux. Plusieurs travaux ont montré que la vision périphérique ne bénéficie pas a priori des mêmes ressources attentionnelles dans les deux hémichamps. Cependant, une étude récente révèle que l’hémichamp « le plus faible » se prête particulièrement bien à l’apprentissage en vision périphérique27. Il résulte que l’hémichamp privilégié à l’origine devient parfois le moins performant des deux. Les auteurs attribuent ce phénomène au fait que des mécanismes attentionnels automatiques précédemment installés seraient inadaptés aux nouvelles exigences d’attention périphérique. Le principal effet de l’entraînement est donc un réagencement de ces mécanismes en fonction de stimuli spécifiques et de telle façon qu’il couvre un espace plus homogène.

  • 28 Westheimer G. (2001), « Is peripheral visual acuity susceptible to perceptual learning in the adult (...)
  • 29 Bessou M., Severac Cauquil A., Dupui P., Montoya R., Bessou P. (1999), « Specificity of the monocul (...)

87Cette faculté d’améliorer la vision périphérique étant bien conservée chez l’adulte, d’autres chercheurs ont cherché à savoir si ce moyen pourrait contribuer à une amélioration de l’acuité visuelle. Les résultats montrent que ce n’est pas le cas. Les gains obtenus portent essentiellement sur la perception du relief, l’orientation spatiale et les discriminations spatio-temporelles28. Il s’agit donc d’informations qui ne relèvent pas de l’acuité visuelle. Les travaux de Bessou et alii29 contribuent à étayer une telle interprétation en montrant par ailleurs que ce sont les secteurs très périphériques des hémirétines nasales (croissants monoculaires) qui ont un rôle spécifique dans la stabilisation de la tête et du corps. La périphérie rétinienne recueille ainsi des informations allocentriques que la vision parafovéale pourra exploiter secondairement dans une perceptive égocentrique pour orienter convenablement les réponses. Ce processus est essentiel pour se situer dans l’espace d’action.

  • 30 Gentilucci M., Daprati E., Gangitano M., Toni I. (1997), « Eye position tunes the contribution of a (...)
  • 31 Vanni S., Uutela K. (2000), « Foveal attention modulates responses to peripheral stimuli », J. Neur (...)

88Les informations allocentriques alimentent une représentation globale de l’espace qui semble relever spécifiquement de l’hémisphère droit30. Durant de telles tâches de réactions à des signaux inattendus, Vanni et Uutela31 ont enregistré les potentiels évoqués électro- et magnétoencéphalique des sujets. Ils ont montré ainsi que le tout premier stade des réactions attentionnelles à un stimulus périphérique fait intervenir une activation du champ oculaire frontal droit, entre 100 et 160 ms après ce signal, quelle que soit sa localisation dans toute l’étendue du champ visuel. Il est tentant de rapprocher ce constat des liens que nous avons précédemment suggérés entre la dominance oculaire et le champ oculaire frontal controlatéral. La constatation faite par Vanni et Uutela d’un rôle privilégié du champ oculaire pourrait expliquer l’implication d’une dominance oculaire gauche dans la typologie fonctionnelle latérale des joueurs experts de certains sports collectifs.

89Le basket-ball appartient aux disciplines faisant apparaître, au sein de l’élite, un taux élevé de droitiers manuels ayant une dominance oculaire gauche. Porac et Coren l’ont constaté parmi 260 joueurs de basket-ball professionnels (p < 0,01). Ces droitiers ont aussi en général une bonne habileté des deux mains (dextralité manuelle peu dominante : p < 0,05). Le basket exige, en effet, une large perception de l’espace et beaucoup d’adresse bimanuelle pour dribbler, passer et feindre.

90Par ailleurs, le basket-ball présente la caractéristique, comme l’escrime, d’exiger plus de précision que de force lors de son geste spécifique, le tir. En conséquence, la posture typique du droitier pour un lancer franc d’une main est caractérisée par un alignement du pied ipsilatéral avec cette main en direction du panier. Classiquement, pour un tir à distance de plain-pied et sans pression défensive, c’est donc son pied droit qui se trouve sur la ligne de tir pour accompagner l’extension du bras droit. C’est différent pour un tir en course vers le panneau, car il faut alors au droitier une impulsion du pied gauche pour rester équilibré en suspension et amener la main tout près du panier, mais il n’y a plus la même exigence de précision.

  • 32 Ripoll H., Bard C., Paillard J. (1986), « Stabilization of head and eyes on target as a factor in s (...)
  • 33 Vickers J. N. (1996), « Visual control when aiming at a far target », J. Exp. Psychol. Hum. Percept (...)

91Le mécanisme de centrage du regard sur la cible lors d’un tir en basket-ball a été étudié par Ripoll et alii32 au moyen d’enregistrements vidéo-oculographiques. Comparant des experts à des joueurs débutants, l’étude a montré que les experts orientent leur regard vers la cible plus rapidement que les autres. Une telle « opération de centrage oculo-encéphalique est d’autant plus précoce et nécessaire que la situation est moins bien référencée. Si son rôle est clairement démontré dans les tirs en mouvement, il est négligeable dans les lancers francs ». Avec une méthodologie assez proche, Vickers33 a étudié ce processus chez des joueurs appartenant à l’élite du basket en comparant les plus adroits (78 % de réussite moyenne) aux moins adroits (56 % en moyenne) lors de lancers francs. Il a constaté également que les joueurs ayant plus de réussite fixent plus tôt et plus longtemps leur regard sur la cible, mais aussi qu’ils abandonnent cette fixation plus tôt que les autres pendant l’exécution du tir. La capture de la cible par le regard a un rôle calibrant pour la réponse motrice. C’est, en quelque sorte, une entrée visuelle allocentrique qui contribue à faciliter ainsi l’orientation d’une sortie motrice égocentrée.

92Le handball partage avec le basket-ball l’exigence, pour ses pratiquants, de distribuer l’attention dans un champ visuel très étendu, mais il s’en différencie par la force à déployer pour tirer. La cible est dans un plan vertical, défendue par un gardien qui la masque en partie et se tient toujours prêt intervenir sur la ligne de tir. Il faut donner une grande vitesse à la balle pour surprendre ce gardien. S’il s’agit d’un tir de pied ferme, à une distance d’au moins dix mètres du but, l’armé du bras et la posture couramment employés rappellent un peu ceux d’un lanceur de javelot. C’est le positionnement dynamique stéréotypé qui réussit particulièrement bien aux droitiers, nous l’avons vu dans d’autres sports, pour associer puissance et précision. Mais la majorité des tirs sont réalisés de plus près lors d’un saut précédé d’une brève et rapide course d’élan.

93Ces tirs en suspension sont très efficaces, car l’impulsion s’effectue au bord de la ligne des six mètres et la trajectoire du saut permet de lâcher la balle encore plus près du but. La plupart de ces tirs seraient imparables par le gardien si des défenseurs ne s’interposaient pas avant ou pendant ces actions. On se trouve alors dans des conditions rappelant le duel. L’attaquant doit entretenir un maximum d’incertitude pour déstabiliser la défense et profiter d’une brèche pour déclencher son tir. Cette incertitude dépend notamment de sa propre faculté d’agir sous des angles variés. Les gestes stéréotypés ne conviennent pas à ces attaquants. En outre, le dispositif d’attaque doit occuper largement l’espace en plaçant des joueurs efficaces aux angles du terrain.

94Ces ailiers sont choisis en fonction de leur main préférentielle pour tirer. Les gauchers se placent en général à l’aile droite d’où ils prennent leur élan en se rapprochant de l’axe du terrain. Cette orientation du déplacement leur permet de recevoir une passe venant de gauche, peu accessible au défenseur, et de tirer avec tout l’élan dont dispose alors leur main gauche. Durant le saut, ils voient le but sous un angle plus ouvert et peuvent modifier la direction du tir jusqu’au moment de lâcher la balle, selon le comportement du gardien. Les droitiers bénéficient du processus inverse à partir de l’aile gauche.

  • 34 Doil W., Binding M. (1986), « Peripheres sehen als voraussetzung für die orientierung in sportspiel (...)

95Une exploration de l’étendue du champ visuel efficace chez divers sportifs34 a montré que les spécialistes de sports collectifs ont une capacité de vision périphérique plus étendue que les des (175° vs 167° p < 0,01). Ce sont les joueurs de handball qui obtiennent la plus haute valeur moyenne, dépassant significativement celle des joueurs football (181° vs 171° 3). Des individuelles au-delà de 200° (jusqu’à 220°) ont été observées seulement parmi les spécialistes de handball. Il est vrai que cette discipline amène certains joueurs à se trouver souvent au cœur de l’action, les obligeant ainsi à surveiller un champ très étendu.

96Le volley-ball n’exerce pas d’aussi fortes contraintes de vision périphérique. Les équipes qui s’affrontent se trouvent strictement séparées par le filet, de sorte que la majorité des actions se déroulent dans un secteur plus restreint du champ visuel, de l’ordre de 150°. Les seules situations exigeant une réelle extension de l’attention visuelle sont les actions d’attaque près du filet. Le joueur qui saute pour frapper la balle la reçoit d’un passeur souvent placé à sa droite. Il doit donc simultanément prendre en compte la trajectoire de la balle et le placement de tous les joueurs adverses pour ajuster son geste de frappe au sommet du saut. Il suffit d’imaginer les calculs que doit faire le système nerveux pour conjuguer tous ces paramètres (équilibre dynamique, anticipation-coïncidence des trajectoires main/balle, choix d’une cible, etc.) pour juger de la complexité des processus centraux.

97L’attention visuo-spatiale attendue d’un volleyeur semble plus intensive qu’extensive. Les rares enquêtes sur les formules individuelles de latéralité qui ont pris en compte un effectif de volleyeurs de haut niveau n’ont pas constaté de traits spécifiques. Les reprises de balles en défense obligent cependant les joueurs à développer leur adresse des deux mains, un peu comme le font les pelotaris à mains nues. Il reste, cependant, que l’habileté des attaquants au filet, chargés réaliser des smashes, dépend beaucoup de leur latéralité manuelle. Si les gauchers sont rares dans une équipe de volley-ball, cela risque de réduire la diversité des dispositifs tactiques lors des actions d’attaque. En effet, on a recours généralement à un passeur placé à l’avant droit pour pouvoir « servir » des attaquants droitiers sautant pour frapper la balle au-dessus du filet. L’asymétrie des combinaisons dépend beaucoup du rôle de ce passeur. Il faut recourir à d’excellents gauchers pour pouvoir inverser rapidement de tels schémas tactiques.

98Le rugby exige une bonne habileté des deux mains afin d’assurer les passes tant vers la droite que vers la gauche. La vision du jeu doit être aussi équilibrée dans les deux hémi-champs, car les actions doivent pouvoir se développer dans un sens comme dans l’autre, selon les positions respectives des joueurs des deux camps. Malgré les règles du hors-jeu, de nombreuses situations peuvent donner lieu à des corps à corps confus dans des postures extrêmement variées, de sorte qu’il n’est pas toujours aisé pour chacun, dans l’urgence et en vision périphérique, de distinguer partenaires et adversaires. Certes, il y a les couleurs des équipements et c’est probablement dans ce sport que s’impose le plus un choix de couleurs bien différenciées entre les équipes qui s’affrontent. Malheureusement, ce choix manque parfois de rigueur.

99Il n’est pas rare d’assister à des rencontres de rugby professionnel dont la qualité de jeu se trouve affectée par un contraste insuffisant dans les équipements pour différencier les protagonistes. C’est une source d’augmentation des fautes techniques (mauvaises passes, hors-jeux, interceptions, etc.). En 1997, la rencontre Brive-Pontypridd en coupe d’Europe a été édifiante à ce propos. Les deux équipes étaient revêtues des mêmes couleurs (blanc et noir avec quelques tâches de rouge) disposées un peu différemment, mais la distinction était extrêmement difficile en vision périphérique ou lors d’actions de défense un peu confuses. En conséquence, les meilleurs joueurs ont fait de surprenantes erreurs de jugement.

100Outre ce choix des couleurs, il faudrait aussi tenir compte de leur contraste respectif avec le vert de la pelouse. Le règlement actuel impose à chaque équipe d’avoir deux équipements différents et d’utiliser le plus distinct de celui de l’adversaire lorsqu’elle le reçoit sur son propre terrain. Un autre progrès notable, depuis 2001, est l’équipement officiel de l’arbitre qui permet à présent de mieux le distinguer des joueurs qu’autrefois, mais il reste beaucoup à faire pour améliorer encore ces conditions visuelles du jeu.

  • 35 Anderson S. J., Mullen K. T., Hess R. F. (1991), « Human perpheral spatial resolution for achromati (...)

101Des recherches effectuées en ophtalmologie permettent de comprendre quelques sources d’aberrations dans la perception des contrastes en vision périphérique. Il faut d’abord rappeler, à propos des photorécepteurs, que la perception des couleurs repose sur l’activité des cônes, très denses au niveau de la fovéa, mais qui se raréfient très vite vers la périphérie rétinienne. Au contraire, les bâtonnets, sensibles à l’intensité lumineuse, sont absents de la fovéa, mais nombreux autour de celle-ci et de plus en plus rares, eux aussi, vers la périphérie où ils deviennent cependant plus gros. En conséquence, la rétine périphérique perd en sensibilité aux couleurs ce qu’elle gagne en sensibilité aux contrastes lumineux. En outre, la vision fovéale est mieux représentée sur le versant temporal de la rétine, tandis que la vision périphérique est mieux et plus largement représentée sur son versant nasal. En conséquence, il est constaté une nette asymétrie naso-temporale dans la sensibilité aux contrastes, non pas quantitative mais qualitative, selon qu’ils sont chromatiques ou achromatiques35.

  • 36 Nagy A. L., Doyal J. A. (1993), « Red-green color discrimination as a function of stimulus field si (...)
  • 37 Nagy A. L., Wolf S. (1993), « Red-green color discrimination in peripheral vision », Vision Res., 3 (...)

102Pratiquement, sur un terrain de rugby, la perception des contrastes peut devenir critique lors du passage d’un secteur ensoleillé à une zone d’ombre. Au soleil, un contraste purement chromatique, entre le rouge et le vert par exemple, est bien perçu en principe. Cependant, il a été constaté qu’en vision périphérique la sensibilité perceptive décroît plus vite pour le rouge et le vert que pour le rouge et l’orange36. En outre, si le contraste coloré est faible, le temps de réponse est plus long dans une tâche de discrimination. Lorsqu’un joueur entre dans une zone d’ombre, il ne peut percevoir que des différences relatives de luminosité, perceptibles en périphérie (rétine nasale), mais la sensibilité y décroît de façon exponentielle avec l’excentricité37.

  • 38 Crowe M., O’Connor D. (2001), « Eye colour and reaction time to visual stimuli in rugby league play (...)

103Les spécialistes des sports collectifs devraient s’interroger davantage sur les conséquences techniques de ces phénomènes perceptifs visuels. Les passionnés du rugby en ont peut-être l’intuition puisque l’on a prétendu, dans ce milieu, que les joueurs ayant les yeux sombres étaient plus performants que ceux qui avaient les yeux clairs. Une étude portant sur cinquante-neuf joueurs de la Rugby League australienne vient cependant de démontrer qu’il n’en est rien. Testés en vision globale et en vision périphérique dans des tâches de temps de réaction et de précision en coups de pied, leurs performances n’ont pas montré d’effets du facteur couleur des yeux38.

104Les asymétries fonctionnelles sont en cause de façon plus évidente dans l’exécution des passes, des coups de pied et dans les déplacements de l’action de jeu. La tendance à privilégier l’hémichamp visuel droit semble avoir des effets sur le développement des actions d’attaque qui s’effectuent de façon plus fréquente en direction de l’aile droite. Le médecin fédéral du rugby, Jacques Mombet, a constaté statistiquement un plus grand nombre de traumatismes survenant aux joueurs impliqués dans ces mouvements offensifs vers la droite. C’est le cas de l’ailier droit et aussi du centre gauche qui est très souvent appelé à se décaler pour impulser ces actions vers la droite.

105Plus généralement, les entraîneurs considèrent que les demis de mêlée doivent être adroits des deux mains, les demis d’ouverture devant l’être des deux mains et des deux pieds, et l’arrière devant quant à lui pouvoir frapper aussi bien du pied droit que du pied gauche. On admet aussi qu’un coup de pied en touche est plus précis avec le pied gauche quand on est près de la ligne droite et avec le pied droit près de la ligne gauche. Les « buteurs » chargés de tirer les coups de pied de pénalité sont parfois pittoresques. Dans cette voie, citons deux cas récents de buteurs français dont le comportement diffère au plus haut point. L’un se prépare en tournant complètement le dos aux poteaux de but et prend son élan pour frapper en pivotant à 180°. L’autre s’aligne strictement face au but, près de balle, avant de reculer de plusieurs pas, sans dévier, raide comme un automate, puis se décale vers la gauche, d’un pas calculé, et enfin s’ajuste encore visuellement, immobile, avant de prendre son élan.

106Ces deux butteurs sont droitiers et d’une égale efficacité. La stratégie du second semble assez logique et n’étonne que par l’extrême raideur affichée. Celle du premier est beaucoup plus singulière, car il ne peut ajuster son tir qu’au dernier moment en dé couvrant simultanément, dans son champ visuel, le but et la balle qu’il doit frapper. Il est probable qu’il exploite ainsi, empiriquement, le rôle calibrant de la saccade oculaire pour guider le geste vers l’objectif. Soulignons cependant que beaucoup de butteurs ont un comportement plus sobre et que l’on compte parmi eux d’excellents gauchers.

  • 39 Guillodo Y. (1994), « Le footballeur gaucher de haut niveau », in Médecine du sport, Paris, Expansi (...)

107Le football a donné lieu à un plus grand nombre de recherches quant à la latéralité individuelle des joueurs de premier plan. Déjà en 1981, Porac et Coren avaient constaté dans ce sport une relative fréquence de la prévalence podale gauche et un taux significativement élevé de formules de latéralisation main-pied croisées (p < 0,05). Une autre étude a été réalisée par Guillodo39 à partir d’un effectif total de 820 joueurs professionnels de football (20 % jouant en 1re division), dans lequel il dénombre 160 cas de gauchers podaux, soit 19,5 %. Examinant de plus près échantillon de ces joueurs gauchers, il y constate aussi un taux élevé de formules croisées entre la main et le pied. Commentant l’ensemble des données, l’auteur considère qu’il serait probablement avantageux de disposer de trois gauchers parmi les onze joueurs d’une équipe, pour leur réserver en particulier l’aile gauche, mais aussi les positions latérales gauches du milieu de terrain et de l’arrière.

  • 40 Wlodzimierz Starosta (1987), « Shooting with the right and left feet by elite footballers », Instit (...)

108Une étude réalisée en Pologne en 198740 a recouru à l’analyse d’une multitude de données sur 298 joueurs, recueillies notamment au cours des championnats du monde 1978 et 1986. Parmi six équipes, en 1978, il est dénombré 39 % de joueurs tirant préférentiellement du pied droit, 12,5 % du pied gauche et 48 % de joueurs capables de tirer avec l’un ou l’autre. Les tirs au but réalisés sont deux fois plus fréquents du pied droit que du pied gauche (65,3 vs 36,7 %). En 1986, les tirs du pied gauche sont nettement plus fréquents, puisqu’ils atteignent 42,3 %. Une autre analyse portant sur des joueurs de première division a montré à l’auteur, sur un total de 416 tirs au but, que 15 % sont réalisés avec la tête avec une précision remarquable, mais aussi que le pied gauche se révèle plus précis que le droit. On peut se demander cependant si cette précision n’est pas due à une plus courte distance lors des tirs de la tête ou du pied gauche.

  • 41 Carey D. P., Smith G., Smith D. T., Shepherd J. W., Skriver J., Ord L., Rutland A. (2001), « Footed (...)

109Carey et alii41 ont analysé des données du championnat du monde 1998 pour en extraire certaines caractéristiques latérales de 236 joueurs de seize équipes. Ils dénombrent 79 % de joueurs ayant une prévalence podale droite. Les auteurs soulignent que ces joueurs experts ont appris dans l’ensemble à être aussi habiles des deux pieds. Il est évident, en effet, qu’une certaine bivalence latérale constitue un moyen précieux d’augmenter les ressources tactiques à ce niveau de jeu. Cependant, peu de joueurs utilisent les deux pieds avec la même fréquence. Des observations précises font apparaître que les joueurs recourent plus fréquemment à leur pied préférentiel pour les premières touches de balles, les passes, les dribbles et les tacles.

  • 42 Morris A., Burwitz L. (1990), « Anticipation and movement strategies in elite soccer goalkeepers at (...)

110Huit gardiens de but professionnels ont été étudiés par Morris et Burwitz42 lors de tirs de penalty, chacun étant soumis à une série de vingt tirs. Ces tirs étaient réalisés soit par des droitiers, soit par des gauchers, et dirigés vers le côté droit ou le côté gauche du but, ces conditions étant réparties de façon égale, mais survenant de façon aléatoire. Il n’est pas constaté d’effets de la latéralité du gardien ou du tireur sur la réussite selon le côté du tir. Les auteurs démontrent par ailleurs que, dans cette situation, les gardiens sont en général obligés d’anticiper. En effet, le temps total du plongeon pour intercepter est de 660 ± 80 ms, tandis que la trajectoire de la balle ne dure en moyenne que 500 ± 60 ms (vitesse moyenne : 22 m/s). Les gardiens doivent donc, non seulement essayer de deviner la direction du tir, mais aussi commencer leur impulsion avant la frappe de la balle. L’analyse des images enregistrées confirme que leurs appuis quittent le sol une centaine de millisecondes avant cette frappe dans 96 % des essais.

111Les auteurs de cette étude concluent que les gardiens de but se trouvent contraints d’enfreindre le règlement qui leur interdit de faire des mouvements avant que la balle ne soit frappée. Cependant, un détail, dans leurs résultats, nous intéresse beaucoup et serait justiciable d’investigations plus précises. C’est que, malgré ces conditions de forte incertitude spatio-temporelle, les gardiens s’élancent dans la bonne direction pour 62 % des tirs. Ainsi, en anticipant, ces défenseurs font un pari qui s’appuie néanmoins sur de subtils indices, probablement visuels, saisis par leur système perceptif dans l’ultime phase préparatoire du tir.

Notes

1 Salmaso D., Rossi B. (1989), « Lefthandedness and sport », Istituto di Psicologia del CNR and Istituto Superiore di Educazione Fisica, 25 p. (document communiqué par Bruna Rossi, co-auteur).

2 Grouios G., Tsorbatzoudis H., Alexandris K., Barkoukis V. (2000), « Do lefthanded competitors have on innate superiority in sports ? », Percept. Mot. Skills, 90, 3/2, p. 1273-1282.

3 Sainburg R. L. (2001), « Evidence for a dynamic-dominance hypothesis of handedness », Exp. Brain Res., 142, p. 241-258.

4 Demenÿ G. (1924), Mécanisme et éducation des mouvements, Paris, Félix Alcan, 542 p.

5 Peters M. (1988), « Footedness : asymmetries in foot preference and skill and neuro-psychological assessment of foot movement », Psychol. Bulletin, 103, 2, p. 179-192.

6 Gabbard C., Hart S. (1996), « A question of foot dominance », J. Cen. Psychol., 123, 4, p. 289-296.

7 Massion J. (1992), « Movement, posture and equilibrium : interaction and coordination », Progress in Neurobiology, 38, p. 35-56.

8 Pozzo T., Levik Y., Berthoz A. (1995), « Head and trunk movements in the frontal plane during complex dynamic equilibrium tasks in humans », Exp. Brain Res., 106, 2, p. 327-338 ; Perrin P., Vitte E., Pozzo T. (1991), « Équilibration dans les sports acrobatiques », Cinésiologie, 30, p. 277-285.

9 Ross J., Morrone M. C., Goldberg M. E., Burr D. C. (2001), « Changes in visual perception at the time of saccades », Trends Neurosci., 24, 2, p. 113-121.

10 Salazar W., Landers D. M., PetruzzellO S. J., Han M., Crews D. J., Kubitz K. A. (1990), « Hemispheric asymmetry, cardiac response, and performance in elite archers », Res. Q. Exerc. Sport., 61, 4, p. 351-359.

11 Landers D. M. (1980), « Moving compétitive shooting into the scientist’s lab », American Rifleman, 128, p. 36-38.

12 C’est le tireur français Michel Carrega, six fois champion du monde, qui nous a fait cette observation en 1985.

13 Zani A., Rossi B. (1987), « L’attenzione nel tiro a volo », Rivista di Cultura Sportiva, VI, 11, p. 55-62.

14 Ripoll H., Papin J.-P. (1985), « Modalités de traitement des prises d’informations visuelles dans l’exécution du tir au pistolet », rapport DGST (Angers, ETAS), Biologie et Pathologie de l’exercice musculaire et du sport, n° 32, J.0150.

15 Paillard J. (1982), « The contribution of peripheral and central vision to visually guided reaching », in Analysis of Visual Behavior, Cambridge, MIT Press, p. 367-385.

16 Beaubaton D., Velay J.-L., Hay L. (1987), « Informations visuelles et précision spatiale du mouvement », in Neurosciences du sport, Ripoll H., Azémar G. (éd.), Paris, INSEP, p. 277-300.

17 Lee D. N., Georgopoulos A. P., Clark M. J., Craig C. M., Port N. L. (2001), « Guiding contact by coupling the taus of gaps », Exp. Brain Res., 139, 2, p. 151-159.

18 Laby D. M., Kirschen D. G., Rosenbaum A. L., Mellman M. F. (1998), « The effect of ocular dominance on performance of professional base-ball players », Ophtalmology, 105, p. 864-866.

19 Crémieux J., Rousseu C. (2000), « Nouvelle approche de la perception visuelle de l’orientation en sport : étude chez des experts en taekwondo », Com. First World Congress Sports & Martial Arts, Amiens, 31 mars-2 avril.

20 Ogurenkow S., Rodionow B. (1984), « Funktionelle asymmetrien des menschen », in Bragina N. N., Dobrochotowa T. A. (éd.), Leipzig, VEB Georg Thieme, 330 p. (publié d’abord en 1981 en ex-URSS).

21 Azémar G. (1987), « Détecter et agir : grilles d’observation en tennis et en escrime », in Neurosciences du sport, Ripoll H., Azémar G. (éd.), Paris, INSEP, p. 99-103.

22 Garry M. I., Franks I. M. (2002), « Spatially precise bilateral arm movements are controlled by the contralateral hemisphere », Exp. Brain Res., 142, p. 241-258.

23 Azémar G., Demoulin J.-L., Leguern R., Stein J.-F., Ripoll H. (1987), « Effets de la latéralité individuelle, chez de jeunes joueurs de tennis, dans une problématique de terrain », in Recherches en APS, Laurent M., Therme P. (éd.), 2, p. 455-470.

24 Dromas A. (1996), « Influence de la latéralité dans les sports d’opposition », mémoire de maîtrise en sciences et techniques des APS, université Paris-V.

25 Le Monde du 27 octobre 2000.

26 Kennett S., Eimer M. (2001), « Tactile-visual links in exogeneous spatial attention under different postures : convergent evidence from psychophysics and ERPs », J. Cogn. Sci., 13, p. 462-478.

27 Pavlovskaya M., Ring H., Grosswasser Z., Keren O., Hochstei S. (2001), « Visual search in peripheral vision : learning effects and set-size dependence », Spat. Vis., 14, 2, p. 151-173.

28 Westheimer G. (2001), « Is peripheral visual acuity susceptible to perceptual learning in the adult ? », Vision Res., 41, 1, p. 47-52.

29 Bessou M., Severac Cauquil A., Dupui P., Montoya R., Bessou P. (1999), « Specificity of the monocular crescent of the visuel field in postural control », C.R. Acad. Sci. III, 322, 9, p. 749-757.

30 Gentilucci M., Daprati E., Gangitano M., Toni I. (1997), « Eye position tunes the contribution of allocentric and egocentric information to target localization in human goal-directed arm movements », Neurosci. Lett., 222, 2, p. 123-126.

31 Vanni S., Uutela K. (2000), « Foveal attention modulates responses to peripheral stimuli », J. Neurophysiol., 83, p. 2443-2452.

32 Ripoll H., Bard C., Paillard J. (1986), « Stabilization of head and eyes on target as a factor in successful basetball shooting », Human Movement Sciences, 5, p. 47-58.

33 Vickers J. N. (1996), « Visual control when aiming at a far target », J. Exp. Psychol. Hum. Percept. Perform., 22, 2, p. 342-353.

34 Doil W., Binding M. (1986), « Peripheres sehen als voraussetzung für die orientierung in sportspielen », Medicin und Sport, 26, H2, p. 55-58.

35 Anderson S. J., Mullen K. T., Hess R. F. (1991), « Human perpheral spatial resolution for achromatic and chromatic stimuli : limits imposed by optical and retinal factors », J. Physiol., 442, p. 47-64.

36 Nagy A. L., Doyal J. A. (1993), « Red-green color discrimination as a function of stimulus field size in peripheral vision », J. Opt. Soc. Am. A., 10, 6, p. 1147-1156.

37 Nagy A. L., Wolf S. (1993), « Red-green color discrimination in peripheral vision », Vision Res., 33, 2, p. 235-242.

38 Crowe M., O’Connor D. (2001), « Eye colour and reaction time to visual stimuli in rugby league players », Percept. Mot. Skills, 93, 2, p. 455-460.

39 Guillodo Y. (1994), « Le footballeur gaucher de haut niveau », in Médecine du sport, Paris, Expansion scientifique française, p. 86-87.

40 Wlodzimierz Starosta (1987), « Shooting with the right and left feet by elite footballers », Institute of Sport, Dept of Sports Kinesiology, Varsovie, Cegcowska 68/70, Pologne, p. 17-21.

41 Carey D. P., Smith G., Smith D. T., Shepherd J. W., Skriver J., Ord L., Rutland A. (2001), « Footedness in world soccer : an analysis of France 98 », J. Sports Sci., 19, 11, p. 855-864.

42 Morris A., Burwitz L. (1990), « Anticipation and movement strategies in elite soccer goalkeepers at penalty kicks », Dept of Sport and Human Sci., Alsager, Stoke-on-Trent, ST7 2HL, Angleterre.

© CNRS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search