Version classiqueVersion mobile

L’homme asymétrique

 | 
Guy Azémar

Chapitre IV. Des expériences pour mieux comprendre

Texte intégral

1Sur le terrain, les temps de réaction et les temps de mouvement se superposent plus ou moins au cours des actions réciproques d’attaque et de défense des compétiteurs. Malgré les progrès de l’image fonctionnelle, il est encore impossible d’envisager une analyse directe des opérations centrales se produisant chez les protagonistes dans une telle situation d’opposition. En laboratoire, la complexité des interactions entre deux volontés contradictoires doit disparaître pour laisser place à des conditions d’incertitude bien déterminées et contrôlées dans leurs effets. Il faut mesurer tous les paramètres des réactions du sujet à des signaux aléatoires pour avoir des indications sur le déroulement des processus centraux mis en jeu. On peut craindre, dans ces conditions, de ne pas retrouver certains des aspects spécifiques entrevus en compétition, notamment au plus haut niveau. Il faut alors multiplier les expériences avant de pouvoir découvrir les pistes conduisant à l’identification des facteurs déterminants.

2Il a déjà été dit que le meilleur compétiteur semble tirer avantage de sa faculté de mieux anticiper les événements que son adversaire. C’est dire que l’analyse des processus mis enjeu devra surtout tenir compte de ce qui se passe en amont du signal de réponse. Il apparaîtra ci-après, en effet, que l’essentiel des situations expérimentales portera sur les conditions offertes au sujet, avant ce signal, pour préparer sa réponse. Il faut recourir à un avant-signal précédant le signal de réponse, le délai entre ces deux stimuli constituant une période préparatoire. Mais il faut aussi associer à ce présignal une information susceptible de réduire plus ou moins l’incertitude du sujet en position d’attente du signal impératif. La performance dépend alors de sa capacité à orienter pertinemment son attention, car c’est un moyen de raccourcir son temps de réaction. Ce type d’anticipation s’appuie sur la probabilité de survenue du signal à l’endroit ou` on l’attend. Face à un adversaire, il semble que l’on ne procède pas autrement.

3En fait, le choix de situations expérimentales appropriées à la problématique qui nous intéresse n’a pas été immédiat. Leur compte rendu dans ce chapitre pourra même s’avérer indigeste pour de nombreux lecteurs, bien que je l’aie allégé autant que faire se peut. Cependant, il m’a semblé utile de rapporter les principales étapes de cette recherche dans leur chronologie. Les inévitables tâtonnements, si fertiles parfois, s’y trouvent effacés. Au total, les résultats collectés dans ces pages constitueront une base argumentaire essentielle pour la suite de l’ouvrage, dont le but est d’éclairer un domaine théorique trop souvent livré à des raccourcis simplistes.

Du terrain au laboratoire

4La plupart des phénomènes d’asymétrie fonctionnelle constatés en compétition semblent se produire dans les conditions de contrainte temporelle et d’incertitude qui viennent d’être décrites. En particulier, il faut d’abord que le temps disponible soit limité. Il faut ensuite que, dans l’urgence, les sujets soient astreints à l’alternative de la vitesse ou de la précision pour que main droite et main gauche trouvent des conditions de réussite mieux partagée que de coutume. Le présent chapitre transposera de telles contraintes en laboratoire pour vérifier les processus sous-jacents. Notre discours devra s’éloigner un peu, ici, du jargon de terrain pour se rapprocher de celui des neurosciences.

5En 1980, la plupart des questions soulevées par nos constatations de terrain, notamment en compétition sportive, ne trouvaient pas de réponses directes dans les publications faisant autorité en neurosciences. Il est même apparu que la plupart des revues bien cotées dans les bibliographies internationales étaient plus que réticentes à accueillir des articles posant de telles questions à partir de la pratique sportive. Et la situation n’a pas beaucoup changé à ce jour encore. Cependant, quelques auteurs se sont progressivement intéressés des problématiques voisines de la nôtre.

  • 1 Todor J. I., Doane T. (1978), « Handedness and hemispheric asymmetry in the control of movements », (...)
  • 2 Sont cités Woodworth (1899), Smith et Russell (1972), et Kerr (1976).

6Todor et Doane évoquaient, dès 1978, certains effets de l’asymétrie hémisphérique dans le contrôle du mouvement1. Soumettant leurs sujets à des tâches de tapping – pointage rapide et précis, avec un stylet, de petites cibles dans un plan horizontal –, ils se trouvaient en mesure, par ce moyen, de susciter un conflit entre vitesse et précision. Constatant des comportements différenciés des deux mains, ils les attribuaient aux spécialisations des hémisphères cérébraux chargés de leur contrôle respectif. Et ils se référaient à des hypothèses précédemment émises2 pour attribuer un rôle spécifique à l’hémisphère droit dans une préprogrammation de la première phase d’un mouvement vers une cible. Mais cette perspective de recherche ne se développera vraiment qu’au cours des années 1990, comme nous le verrons.

  • 3 Posner M. I. (1980), « Orienting of attention », Quarterly Journal of Experimental Psychology, 32, (...)

7En 1980, ce sont surtout les travaux de Posner3 qui ont retenu notre attention. Il recourait à des mesures de temps de réaction à partir de signaux lumineux survenant en vision périphérique. Les protocoles expérimentaux qui caractérisaient ses études faisaient intervenir un présignal, perçu en vision centrale, pouvant donner au sujet une information sur la localisation spatiale du signal attendu. Un tel paradigme, fondé sur le principe de déplacements de l’attention visuelle sans mouvements des yeux, ne pouvait que nous séduire. On savait de façon empirique depuis longtemps, en milieu sportif, que le face-à-face direct entre protagonistes oblige à des mobilisations de l’attention dans le champ visuel périphérique sans déplacements du regard. Il y a au moins deux raisons pour cela. D’une part, chacun doit souvent cacher ses intentions à l’adversaire, d’autre part, il vaut mieux maintenir l’axe du regard au centre du champ d’action pour ne rien perdre du contexte visuo-spatial.

Des situations expérimentales appropriées

8D’une manière générale, il s’agissait de reconstituer, en laboratoire, certaines des conditions aléatoires de survenue de signaux visuels observées sur le terrain et d’analyser les caractéristiques des réponses manuelles. Le chapitre précédent m’a permis de dégager les principaux traits spécifiques des situations de compétition qui nous ont révélé les surprenants effets d’asymétrie fonctionnelle exposés plus tôt. En recourant à des contraintes analogues, allions-nous pouvoir retrouver en laboratoire les mêmes phénomènes asymétriques et, par recoupements, parvenir à identifier leurs facteurs déterminants ?

9Une telle démarche suscitait diverses inquiétudes. Les compétitions sportives représentent elles-mêmes des situations quasi expérimentales du fait de leurs conditions bien déterminées d’espace, de temps et de moyens. Elles sont spécifiquement destinées à mettre en évidence certaines capacités humaines. Dès lors, les épiphénomènes que nous y avions observés étaient-ils susceptibles d’apparaître aussi dans un cadre étriqué, appauvri ? N’étaient-ils pas indissociables de l’esprit de compétition, avec sa motivation spécifique ? Pouvait-on dans un protocole expérimental reproduire les incertitudes du duel qui contraignent l’espace et le temps jusqu’à des seuils critiques ?

  • 4 « Le circuit court des gauchers », Science et Vie (1981), art. cit.

10Selon notre hypothèse principale4, les conditions de tâche devaient abréger les délais disponibles de façon à empêcher les sujets de recourir à un transfert interhémisphérique pour traiter les informations manipulées. En effet, en situation d’urgence, la main mise enjeu reflète mieux les spécificités de l’hémisphère controlatéral, qui peut ainsi s’imposer selon son mode de fonctionnement privilégié. Ainsi, les différences observables dans les réponses manuelles sont susceptibles de nous éclairer sur certaines modalités d’intervention des processus centraux.

  • 5 Requin J. (1978), « Spécificité des ajustements préparatoires à l’exécution du programme moteur », (...)
  • 6 Stein J.-F. (1981), « Sports d’opposition : éléments d’analyse pour une pédagogie des prises de déc (...)

11Notre cheminement expérimental s’est fait en plusieurs étapes. Les premières expériences ont eu seulement recours à des analyses de temps de réaction et de taux d’erreurs en fonction de l’incertitude spatiale des signaux délivrés aux sujets. Le plus souvent, un signal préparatoire précédait la survenue du signal impératif. Nous savions, d’après les travaux de Requin5 et de Stein6, qu’en donnant aux sujets, par ce moyen, une période préparatoire, ils étaient en mesure de faire intervenir des processus centraux d’ajustement réduisant le temps de détermination de la réponse. De tels ajustements dépendent, d’une part, des informations disponibles pour réduire l’incertitude avant la survenue du signal impératif, d’autre part, de la pratique antérieure du sujet dans des situations apparentées.

12Perçu par le sujet en vision centrale, ce présignal pouvait être porteur d’une information, erronée ou valide, sur la localisation spatiale du signal attendu. L’analyse des temps de réaction faisait ainsi apparaître des coûts ou bénéfices selon le type de présignal donné au sujet. Évidemment, les comparaisons entre main droite et main gauche étaient systématiques, comme elles le seront toujours dans les expériences suivantes. L’ordre de survenue des divers types de signaux était randomisé, même que la distribution des séries d’essais entre main droite et main gauche et d’un sujet à l’autre dans le groupe testé.

13Les protocoles ultérieurs recourront à des réponses motrices par projection de la main vers les cibles détectées en périphérie du champ visuel. Comme précédemment, les signaux impératifs surviendront de façon aléatoire en dehors du point de fixation du regard. Le présignal, valide ou non, apparaîtra toujours au centre du champ, en vision centrale, mais on pourra faire varier les délais entre le présignal et le signal impératif. La réponse motrice étant une projection de la main en direction d’une cible, à droite ou à gauche, on pourra comparer désormais des temps de réaction, des temps de mouvement, la précision et divers types d’erreurs.

14Les conditions particulières à chacune des situations expérimentales évoquées seront brièvement rappelées avant la présentation des principaux résultats.

Tests de différenciation des hémichamps

  • 7 Paillard J. (1971), op. cit.
  • 8 Anzola G. P., Bertoloni G., Buchtel H. A., Rizzolatti G. (1977), « Spatial compatibility and anatom (...)

15L’une des questions qui se posaient était celle des capacités individuelles à contrôler les relations latérales entre chacune des mains et les deux hémichamps de l’espace. Les travaux de Paillard7 ont montré que le repérage des signaux dans l’espace fait intervenir des références externes et internes. Il est classique d’admettre que les rapports entre une main et un signal se trouvent facilités, en temps de réaction, quand le signal survient dans l’hémichamp auquel appartient naturellement cette main. C’est ce que l’on appelle un effet de champ ou effet Simon. Le gain de temps s’explique « en termes de connexions anatomiques8» par le fait que main et signal sont, dans ce cas, sous le seul contrôle de l’hémisphère controlatéral. Cet avantage disparaît si le signal de réponse apparaît dans l’hémichamp opposé à celui de la main, car le contrôle de la réaction manuelle nécessite alors la mise en jeu des deux hémisphères. Les relations se différencient encore si la main doit se situer elle-même en attente dans l’hémichamp controlatéral à sa position habituelle.

  • 9 Brinkman J., Kuypers H. G. J. M. (1973), « Cerebral control of contralateral and ipsilateral arm, h (...)

16En tennis, le coup droit permet d’intercepter la balle dans l’hémichamp visuel qui se projette précisément dans l’hémisphère contrôlant la main active. C’est ce que l’on appelle un mouvement abductif, écartant la main de l’axe corporel sur son côté d’origine. Le revers, au contraire, exige un mouvement adductif, croisant le plan sagittal, qui permet à la main d’aller intercepter la balle dans l’hémichamp opposé. Des expériences ont démontré que ces mouvements abductifs font intervenir une coopération des deux hémisphères, qui n’est pas nécessaire pour les mouvements adductifs9. Cette amplitude des déplacements de la main ne pose guère de problèmes de coordination sensorimotrice. Celle-ci s’accomplit, pour l’essentiel, durant la première année de la vie, bien avant la maîtrise de la marche. Il en va autrement du contrôle cognitif, sémiotique, de ces rapports spatiaux entre main et objet.

17Dans cette perspective, parmi les premières études réalisées dans notre laboratoire, une série de tests a été consacrée l’évaluation des aptitudes individuelles à bien se repérer dans les hémichamps latéraux de l’espace pour réagir avec l’une ou l’autre des mains. Un chronoscope a été adapté à cette procédure expérimentale dont voici la description sommaire.

Procdure experimentale
Méthode. Il est demandé à chaque sujet de réagir vite et sans erreurs à une lampe s’allumant devant lui, aléatoirement, à droite, à gauche ou sur la ligne médiane. Il doit maintenir son regard sur la ligne médiane en attendant le signal. Celui-ci n’est pas précédé d’un présignal. Chaque main tient une presselle permettant de répondre par une pression du pouce. L’appareil enregistre les temps de réaction et les erreurs.
Protocole. Il comporte quatre séries successives avec des consignes imposant des difficultés croissantes. Pour la première série (conditions I), les mains restent à leur place naturelle, posées sur une table, de part et d’autre du corps, et il est simplement demandé de « réagir avec la main droite quand une lampe s’allume dans l’hémichamp droit, et réciproquement ». Pour la deuxième série (conditions II), même disposition des mains, mais il faut « répondre avec la main droite si une lampe s’allume à gauche, et réciproquement ». La troisième série (conditions III) exige d’avoir les bras croisés, de sorte que chaque main prend la place de l’autre, et le sujet doit « réagir avec la main se trouvant du même côté que la lampe ». Pour la quatrième série (conditions IV), les bras sont encore croisés, mais il faut à présent « réagir avec la main se trouvant placée côté opposé à la lampe ». Dans chacune de ces quatre conditions, si une lampe s’allume sur la ligne médiane, il faut répondre simultanément des deux mains.

  • 10 Azemar G. (1987b), « Vision périphérique, perception de l’espace et réussite sportive chez l’enfant (...)

18La croissance en difficulté reposait donc sur la complexité sémiotique des relations ipsi- ou controlatérales à respecter conventionnellement entre le signal lumineux, le statut latéral de la main (droite ou gauche) et sa propre position dans l’espace. L’intérêt de ce protocole est de mettre en jeu simultanément la fonction motrice, la représentation de l’espace et la fonction sémiotique, c’est-à-dire la capacité à utiliser des signes, des symboles ou des concepts, et leurs référents. Plusieurs effectifs de sportifs d’âge différent et de latéralité variée ont été soumis à cette investigation. L’une de ces études a notamment porté sur deux groupes de tennismen sélectionnés, l’un de 33 jeunes espoirs de 12-13 ans, l’autre de 16 sujets d’élite de 17 à 20 ans10.

19Les temps de réaction augmentent globalement dans l’ordre numérique des conditions I, II, III et IV. À l’analyse, des différences significatives apparaissent dans les comportements respectifs de la main droite et de la main gauche, indépendamment de la latéralité des sujets. On trouve les mêmes aspects différenciés en comparant gauchers et droitiers avec leur seule main préférentielle.

20Pour l’ensemble des sujets, la main droite est en moyenne plus rapide que la gauche en condition I, tandis que la main gauche prend l’avantage dans les conditions II et III (interaction croisée significative : p < 0,001) Les taux d’erreurs augmentent également avec la complexité des conditions et les mains se différencient encore nettement, mais en sens inverse. C’est la main gauche qui fait moins d’erreurs que la droite dans les deux premières conditions et la main droite qui prend l’avantage dans les conditions bras croises (interaction : p < 0,01).

21L’analyse des effets de la latéralité manuelle montre que la main gauche des gauchers a un TR relativement plus rapide que la main droite des droitiers en condition II (515 ms / 556 ms), mais ce rapport s’inverse en conditions III et IV (bras croises) pour donner un avantage significatif aux droitiers (475 ms / 592 ms, soit p < 0,025).

  • 11 Vallar G., Bisiach E., Sterzi R. (1984), « Hemispheric lateralization of the decisional stage in ch (...)
  • 12 La fonction sémiotique est une capacité à utiliser des signes, des symboles et, par extension, des (...)

22L’interaction croisée des mains, en temps de réaction, entre les conditions I et II confirme une observation de Vallar et alii11. Ces auteurs ont aussi constate des réactions ipsilatérales plus rapides que les réactions controlatérales seulement lorsque les sujets répondent avec leur main droite. En outre, dans notre expérience, c’est, au contraire, la main gauche qui prend l’avantage a partir de la condition II qui demande au sujet de réagir au seul signal controlatéral. Quant a la prise en compte des taux d’erreurs individuels, elle révèle aussi un phénomène de croisement entre main droite et main gauche, mais il se produit dans l’autre sens et se situe entre les conditions II et III. La main droite prend seulement l’avantage quand les sujets doivent répondre avec les bras croisés. Remarquons que, des lors, les conditions III et IV font appel a un repérage plus sémantique qu’anatomique. Or, il est bien connu que la fonction sémiotique12 est une spécificité de l’hémisphère gauche qui contrôle ici la main droite.

23Le fait d’être droitier ou gaucher permet aux sujets d’exploiter avec leur main préférentielle les avantages décrits ci-avant qui sont des potentialités liées à l’hémisphère mis en jeu. Ce phénomène joue aussi en faveur de la dominance oculaire. En effet, nous avons eu la surprise de constater ce fait en comparant deux lots de onze droitiers manuels différenciés par leur seule dominance oculaire (11 DD/11 GD). Les profils de ces deux groupes se distinguent de la même façon que pour la latéralité manuelle, l’avantage revenant, la encore, a la dominance oculaire droite pour les taux d’erreurs quand les bras sont croises. Ces avantages attaches a la main préférentielle et a l’œil dominant se trouvent donc cumules par les droitiers homogènes.

24Ainsi, dans cette expérience, les temps de réaction ou les taux d’erreurs différencient main droite et main gauche indépendamment de la latéralité des sujets. Cependant, des effets de la latéralité apparaissent aussi avec des profils analogues distinguant droitiers et gauchers. Une telle constatation se confirmera dans des expériences ultérieures. Cela signifie que les réactions manuelles reflètent bien, dans de telles taches, les spécialisations différenciées des hémisphères controlatéraux. Ces effets apparaissent chez tous les sujets, mais sont renforces par la latéralité manuelle. Dans l’ensemble, les réactions manuelles gauches s’ajustent mieux a la localisation visuo-spatiale du signal, tandis que les réactions manuelles droites respectent mieux les conditions complexes d’un repérage latéral conventionnel. Ces constats suggèrent une différenciation essentielle, dans les centres supérieurs, entre la représentation de l’espace et la fonction sémiotique. Or, ces deux perspectives sont réputées caractériser respectivement l’hémisphère droit et l’hémisphère gauche.

25Nous aurons l’occasion de revenir sur ces résultats qui n’avaient guère retenu notre attention dans un premier temps. D’autres données, recueillies dans des situations expérimentales plus sophistiquées, s’y adjoindront pour une interprétation générale des phénomènes observés.

Temps de réaction et incertitude spatiale

26Il s’agit à présent de relater une situation expérimentale que nous avons explorée façon assidue et approfondie avec de nombreux groupes de sujets plus ou moins spécialisés en sport. Elle se caractérise notamment par le recours à un présignal, donnant au sujet un court délai et certaines informations avant l’apparition du signal impératif. Toutes les expériences qui vont suivre, contrairement à la précédente, feront intervenir une période préparatoire qui permet de moduler l’incertitude et d’en mesurer les effets.

27Ces conditions expérimentales ont été directement empruntées à Posner qui les a décrites et étudiées autour de 1980.

Conditions expérimentales
Appareillage
Les signaux visuels proviennent de quatre diodes électro-luminescentes de couleur rouge, numérotées de 1 à 4 partir de la gauche, disposées sur un panneau de couleur neutre, à 8 et 24° de part et d’autre du point central de référence. Le regard du sujet doit rester fixé sur ce point central où lui apparaît un signal préparatoire avant la survenue du signal de réponse qui est l’allumage d’une diode (fig. 3, ci-contre). Le présignal est porteur d’une information, soit un chiffre de 1 et 4 désignant une cible, soit le signe + qui est un présignal neutre, sans potentiel de localisation. Le sujet doit répondre, dès l’allumage d’une diode-cible, en agissant avec le pouce sur le bouton d’une presselle tenue dans l’une des mains.
Le présignal dure 150 millisecondes. Il est suivi d’un délai constant de 250 ms jusqu’à l’allumage d’une diode qui dure lui-même 20 ms. Un chronomètre mesure le temps de réaction à partir du début de l’allumage de cette diode. Un nouvel essai s’engage deux secondes après début du précédent.
Protocole
Chaque bloc comprend 120 essais se répartissant comme suit :
● Condition sans réponse (SR) : 20 cas dans lesquels le présignal n’est pas suivi de l’allumage d’une diode afin de dissuader le sujet d’anticiper sa réponse.
● Condition valide (VAL) : 72 essais recourent à un présignal valide indiquant donc le numéro réel de la cible.
● Condition neutre (NEU) : 20 essais recourent à un présignal sans information, ou` le chiffre est remplacé par le signe +.
● Condition erronée (ERR) : 8 essais précédés d’un chiffre non conforme au numéro de la diode qui va s’allumer.
Comme il est de règle dans de telles expériences, l’ordre de survenue de ces quatre types d’essais est randomisé. La distribution des signaux au sein d’un bloc est telle que chaque diode s’allume un même nombre de fois dans chaque condition : 18 (VAL), 5 (NEU), 2 (ERR). Une série d’entraînement sur 20 essais est effectuée avant l’épreuve proprement dite qui se déroule sur quatre blocs de 120 essais. Un repos de deux minutes est accordé entre les blocs, tandis que le sujet change de main pour répondre. La distribution entre main droite et main gauche d’un bloc à l’autre est contrebalancée dans le groupe de sujets.

Fig. 3 – Appareil et tâche d’après Posner : 4 lampes (diodes) situées à 8° et 24° de part et d’autre du point central de fixation. Un présignal s’allume au centre. Le sujet doit répondre dès l’allumage d’une lampe en appuyant du pouce sur une presselle.

  • 13 Bisiacchi P. S., Ripoll H., Stein J. F., Simonet P., Azémar G. (1985), « Left-handedness in fencers (...)

28Une première analyse des données13 n’a pas permis de montrer un avantage en temps de réaction des gauchers sur les droitiers, ni des escrimeurs sur les autres sportifs. Tout au plus les escrimeurs gauchers apparaissent plus rapides avec leur main gauche lorsque le présignal apporte une information erronée. Mais le nombre total d’essais dans cette condition était trop faible pour que l’on puisse en tirer des conclusions définitives. Cependant, le taux moyen d’erreurs pour l’ensemble des essais s’est révélé moindre chez les escrimeurs gauchers que dans les autres groupes. Ce dernier point s’accorde assez bien avec les résultats rapportés plus haut à propos d’une problématique visuo-spatiale mettant en concurrence les hémichamps latéraux.

  • 14 Oldfield R. C. (1971), « The assessment and analysis of handedness : the Edinburgh Inventory », Neu (...)

29Mais il restait à confronter ces données aux formules individuelles de latéralisation préalablement établies pour tous les sujets, avant les essais, au moyen du questionnaire et des tests décrits précédemment (voir chapitre II, section « Qu’est-ce qu’un gaucher ? »). Poursuivant l’analyse des données de cette expérience, je les ai donc croisées avec les trois éléments des formules de latéralité œil-main-pied. La première analyse avait seulement tenu compte de la latéralité manuelle d’après le questionnaire d’Oldfield14. Ce nouveau traitement des données a confirmé l’absence d’effet du facteur main préférentielle. La latéralité podale n’avait pas davantage d’influence. Cependant, à notre grande surprise, le facteur dominance oculaire exerçait un effet significatif, non pas isolément, mais en interaction avec la main de réponse et les conditions d’incertitude.

Effets
Effets de l’incertitude spatiale : une interaction est constatée, en temps de réaction, entre les conditions d’incertitude et la main de réponse (p < 0,03). Cet effet prédomine lors des présignaux erronés : la main gauche est alors nettement plus rapide que la main droite (– 30 ms).
Effets de la dominance oculaire : une interaction croisée significative est observée entre la dominance oculaire et la main de réponse dans les deux conditions de présignal constituant 92 % des essais (condition valide : F 1/18 = 11,25, soit p < 0,01 ; condition neutre : F 1/18 = 5,17, soit p < 0,05). En outre, en condition valide, la dominance oculaire interagit avec la localisation des lampes (F 3/54 = 3,27, soit p < 0,05).

30La main réagissant le plus vite n’était donc pas la main préférentielle du sujet, mais celle se trouvant du côté opposé à l’œil dominant. Ainsi, les sujets ayant une dominance oculaire droite réalisaient des temps de réaction plus courts avec leur main gauche, et réciproquement (fig. 4).

  • 15 Nougier V., Stein J. F., Azémar G. (1990), « Covert orienting of attention and motor preparation pr (...)

31Cette première expérience a fait apparaître par ailleurs des différences entre les deux hémichamps visuels selon la main impliquée dans la réponse et selon que l’information apportée par le présignal é tait valide ou erroné e. Or, ce dernier élément représente, par excellence, le facteur incertitude spatiale. Pour mieux évaluer l’effet de ce facteur, le protocole expérimental a été alors légèrement modifié. Le taux des essais avec présignal erroné a é té porté de 8 à 16 %. Après cet ajustement, plusieurs expériences ont été conduites dans le but de comparer notamment des sujets d’âge et de niveau d’expertise différents. Ces aspects comparatifs ayant déjà été décrits15, je rappellerai ici seulement qu’il s’est confirmé dans tous les groupes des mouvements latéralisés de l’attention analogues à ceux qui viennent d’être évoqués.

Fig. 4 – Temps de réaction en fonction de la latéralité œil-main et de la main de réponse.

32Ce premier ensemble de résultats ne permettait donc pas d’attribuer un avantage concret, en situation de laboratoire, au seul fait d’être droitier ou gaucher manuel. Les phénomènes observés apparaissaient plus difficiles à interpréter. Outre le rôle inattendu de la dominance oculaire, on trouvait, en effet, des différences significatives entre les deux hémichamps selon la main impliquée dans la réponse et selon que l’information apportée par le présignal était valide ou erronée. Cela suggérait l’interférence de deux sortes de processus dans la distribution latérale de l’attention. D’une part, l’œil dominant semblait faciliter l’engagement de la main controlatérale dans de telles réactions. D’autre part, l’incertitude spatiale – information préalable valide ou erronée – apparaissait susceptible d’impliquer différemment les hémisphères cérébraux.

33Les nouvelles interrogations soulevées par ces effets inattendus de la dominance oculaire sur les temps de réaction nous ont conduits à une expérience complémentaire avec le même protocole. Les sujets s’y trouvaient dans une situation analogue avec une condition supplémentaire : ils devaient réagir en vision monoculaire. Un œil, tour a` tour le droit et le gauche, é tait occulté par une coquille opaque durant les essais.

Tests en vision monoculaire

34Les expériences précédentes montraient donc que l’orientation latérale de l’attention est influencée par la dominance oculaire et qu’il en résulte un avantage relatif pour la main controlatérale. Un contrôle en vision monoculaire a semblé alors susceptible de mieux nous éclairer sur le processus sous-jacent. Ce moyen expérimental permet notamment de distinguer le rôle de chaque hémirétine latérale. Bien que la dominance oculaire mette surtout en jeu la fovéa, comme en témoignent les tests classiques de visée, les résultats précédents suggéraient, en effet, que la vision centrale a des rapports différenciés avec les deux versants latéraux de la rétine.

35L’hypothèse qui découle des résultats précédents est que, dans de telles tâches attentionnelles, l’œil dominant facilite l’engagement de la main controlatérale et participe à la bipartition des signaux, via les hémirétines, vers l’un et l’autre des hémisphères cérébraux.

36La monocularité permet donc de différencier la part prise par chaque œil, selon son statut en termes de prévalence latérale, et par chacune des hémirétines. Il est demandé aux sujets, dans ce type d’épreuve, de réagir avec la plus grande vitesse et en faisant le moins d’erreurs possibles. On peut ainsi comparer l’efficience relative de chacune des voies œil-main testées tour à tour. Selon l’œil étudié, côté de présentation du signal et la main de réponse, on connaît la porte d’entrée du signal et la sortie motrice. Lorsque le regard du sujet est fixé au centre du champ, on sait par quelle hémirétine arrive le signal selon l’hémichamp de présentation. Celui-ci, on le sait, se projette dans l’hémisphère controlatéral. On sait aussi quel hémisphère contrôle, en principe, la main qui répond. Certes, il n’est pas exclu que des réponses automatiques puissent contourner cet hémisphère, via le colliculus supérieur (système rétino-tectal), mais restons-en, en première approche, à l’étage cortical (système géniculo-strié).

37D’après l’organisation anatomique du système visuel (voir plus haut fig. 2), le versant interne (nasal) de la rétine de chaque œil est connecté avec l’hémisphère situé du côté opposé (controlatéral), tandis que le versant externe (temporal) de la rétine est largement connecté avec l’hémisphère cérébral situé du même côté (ipsilatéral). Selon le côté d’apparition du signal de réponse, on sait donc quelle hémirétine l’a reçu et sur quel hémisphère il se projette. Si l’on compare les temps de réaction moyens réalisés dans chacune de ces conditions, et s’il en résulte des performances nettement différenciées, on pourra en tirer quelques considérations sur leur efficience relative. Il sera aussi intéressant de vérifier si ces résultats corroborent et complètent ceux qui avaient été obtenus en binocularité avec d’autres sujets.

38Dix sujets se sont prêtés volontairement à cette expérience. Tous étaient professeurs d’éducation physique et sportive, âgés 45 ans, droitiers manuels, mais différenciés par leur dominance oculaire en deux sous-groupes égaux, soit cinq DD vs cinq GD.

39L’épreuve s’est avérée très éprouvante pour les sujets, comme si la charge attentionnelle se trouvait fortement alourdie par la restriction du réseau neuronal mis en jeu pour transporter les informations visuelles. La voie monoculaire n’utilisant qu’un secteur du système visuel, il en résulte une perte relative d’information. Celle-ci affecte surtout la perception de la distance des cibles. La réponse n’étant pas ici une projection de la main vers le signal, mais une simple réaction en presse-bouton, les données recueillies n’étaient pas directement influencées par ce facteur de coordination. Cependant, la fatigabilité évidente des sujets durant cette épreuve rend compte, par défaut, de l’habituelle bipartition des charges de la tâche visuelle en condition binoculaire. Nous reviendrons sur cette notion de complémentarité fonctionnelle des yeux.

  • 16 Azémar G. (1987a), « Asymétrie fonctionnelles et performances visuo-motrices », in Neurosciences du (...)

40Les résultats ayant été déjà publiés16, seuls seront rappelés les plus importants. Il est rapidement apparu un nombre considérable d’erreurs commises sur les diodes distales (à 24), de l’ordre de 50 % sur le versant temporal de la rétine et seulement de 20 % sur son versant nasal. Ces erreurs sont du type absence de réponse au signal impératif. Leur distribution en fonction de la des fait apparaître des profils caractéristiques (fig. 5) Il s’y révèle une singularité étonnante lorsque les sujets ayant une dominance oculaire gauche (sujets GD) sont testés avec l’œil droit. Ils s’y distinguent de façon significative (p < 0,01) des droitiers homogènes. Dans cette condition expérimentale, les sujets GD détectent difficilement la diode 4 censée se projeter à 24o sur leur hémirétine nasale (plus de 60 % d’erreurs) tandis que les sujets DD y parviennent beaucoup mieux (moins de 20 % d’erreurs). Les GD demeurent, cependant, très efficaces sur la diode 3 (à 8° du même côté).

  • 17 Chelazzi L., Marzi C. A., Panozzo G., Pasqualini N., Tassari G., Tomazzoli L. (1988), « Hemiretinal (...)

41Ce constat sera discute ultérieurement dans le cadre de la dominance oculaire et des causes possibles de sa prévalence gauche, au cours de l’enfance, chez certains sujets. Par ailleurs, la répartition moyenne des performances dans l’ensemble du groupe, selon l’hémirétine impliquée et le degré d’excentricité des signaux, est globalement en accord avec des études de ce type. Chelazzi et ses collaborateurs en font une description assez analogue bien que leur étude en monocularité n’ait recours qu’à des temps de réaction simples, sans incertitude17.

42En raison des taux d’erreurs excessifs constates sur les lampes distales (à 24°), nous avons réservé la comparaison des temps de réaction (fig. 6) aux seules mesures réalisées sur les lampes proximales (a 8o). Il apparaît alors de façon significative que les sujets ayant une dominance oculaire droite réalisent leurs meilleurs temps de réaction dans la situation associant l’œil droit à` la main gauche. Par ce canal, ils obtiennent leurs deux meilleurs scores moyens, d’une part dans l’hémichamp gauche (rétine temporale de l’œil droit) lorsque le signal est valide (VAL : 282 ms), d’autre part dans l’hémichamp droit (rétine nasale de l’œil droit) lorsque le présignal est erroné (ERR : 282 ms). Notons qu’ils réalisent, au contraire, leurs plus mauvaises performances dans ce test lorsqu’ils doivent associer l’œil droit et la main droite (340 ms dans les deux hémichamps visuels). Or, ils sont droitiers homogènes (DD).

Fig. 5 - Distribution des erreurs selon la localisation des diodes, en présentation monoculaire gauche (a) et droite (b).

Comparaison des deux groupes différenciés par leur dominance oculaire.

43Les sujets ayant une dominance oculaire gauche (GD) obtiennent leurs meilleurs scores moyens lorsqu’ils associent l’œil gauche à` la main droite. Par ce canal radicalement oppose a celui qui favorise l’autre sous-groupe, ils réagissent cependant, eux aussi, plus vite dans l’hémichamp gauche quand le présignal est valide (VAL : 262 ms) et dans l’hémichamp droit quand le présignal est erroné (ERR : 256 ms). Les plus mauvaises performances sont observées, la encore, lorsque l’œil droit est associe a la main droite dans les hémichamps visuels droit (340 msec) et gauche (330 ms).

44Ainsi, les deux groupes ont des comportements analogues avec une main différente (voir fig. 6). Rappelons qu’ils sont tous droitiers manuels, mais différenciés par leur dominance oculaire. Cette expérience en vision monoculaire confirme donc le principal résultat obtenu en binocularité. Dans une telle tache attentionnelle avec forte incertitude spatiale, la dominance oculaire facilite les réactions de la main controlatérale. En outre, dans tous les cas, les informations valides sont mieux exploitées lorsqu’elles sont suivies d’un signal survenant dans l’hémichamp visuel gauche, contrôle par l’hémisphère droit. Les informations erronées sont suivies d’un meilleur temps de réaction quand le signal parvient, au contraire, dans l’hémichamp droit que gère l’hémisphère gauche. Ce phénomène émerge clairement chez les sujets GD lorsqu’ils sont testes en monocularité gauche pour réagir de la main droite. Ils réagissent particulièrement vite (256 ms) lorsqu’une information erronée est suivie de l’allumage de la diode 3 (à 8° dans l’hémichamp droit). Or, ce signal impératif est adresse à l’hémisphère gauche par l’hémirétine temporale gauche, à l’intention de la main droite. Cette donnée sera très utile lorsqu’il s’agira d’interpréter les processus impliques dans la dominance oculaire.

Fig. 6 – Comparaison en monocularité des TR de deux groupes de droitiers manuels différenciés par leur dominance oculaire (DD/GD). Les TR sont représentés en fonction de l’hémichamp visuel de présentation et de l’incertitude (valide/erroné).

45On peut déjà tenter de dresser un premier schéma d’interprétation de ces résultats. Bien que les rapports entre les hémirétines latérales et les deux hémisphères soient anatomiquement symétriques, ils subissent donc deux types d’effets fonctionnels asymétriques. L’un provient de la dominance oculaire qui semble avoir des liens privilégiés avec la main controlatérale. L’autre résulte de l’incertitude suspendue au présignal avec l’alternative : vrai ou faux. Ce second facteur d’asymétrie, commun a tous les sujets, implique les hémisphères d’une façon différenciée et complémentaire, peut-être représentative de leurs fonctions dominantes respectives. Durant la période préparatoire, l’attention semble partagée entre les hémisphères, chacun se chargeant d’un des versants de l’alternative, pour exploiter au mieux le signal impératif. L’hémisphère droit attend le signal du cote annonce, l’hémisphère gauche du cote oppose. Le droit se prépare à tirer parti de la localisation anticipée du signal en focalisant l’attention sur l’hémirétine concernée. Le gauche agit « en couverture » du processus précédent pour réajuster la réaction en cas de signal imprévu qui suscite une sorte d’« alerte spatialisée ».

46Tous ces phénomènes sont d’ordre attentionnel comme, très probablement, toutes les manifestations d’une latéralité fonctionnelle. Dans la situation étudiée, une stratégie dictée par l’incertitude exploite la phase préparatoire qui suit le présignal. L’attention est d’abord orientée par la dominance oculaire, puis distribuée entre les hémisphères. À partir du signal impératif, l’incertitude est levée et chaque hémisphère est plus ou moins apte, selon ses capacités spécifiques, à exploiter l’information qu’avait livrée le présignal. Il en résulte un gain de temps (une sorte d’anticipation) qui peut s’exprimer différemment selon la main qui répond. Les expériences suivantes faisant intervenir un mouvement de projection vers une cible devraient nous permettre de juger plus complètement de la différenciation des réponses motrices manuelles.

47Ces premières situations expérimentales fondées sur la mesure du temps de réaction se sont révélées déterminantes pour notre démarche ultérieure. L’un des apports concerne le traitement différencié des informations entre les hémisphères cérébraux tel qu’il peut apparaître de façon distincte en comparant les réactions manuelles droites ou gauches. L’épreuve de croisement des hémichamp a semble montrer qu’en l’absence de présignal le système hémisphère droit-main gauche est plus directement accessible a la localisation objective des signaux dans l’espace, tandis que le système hémisphère gauche-main droite se prête mieux aux consignes sollicitant la fonction sémiotique. L’autre apport déterminant nous est venu du protocole inspire par les travaux de Posner. Il s’agit des effets significatifs de la dominance oculaire sur le temps de réaction, surtout en cas d’incertitude spatiale. Or, les phénomènes que l’on peut rattacher au concept de dominance oculaire sont largement méconnus en neurosciences. Il m’a fallu y croire fermement pour persévérer dans cette voie. Or, les prochaines expériences ne contrediront pas cette donnée. Une place spécifique lui sera réservée ensuite pour tacher d’interpréter les processus centraux sous-jacents.

Pointer manuel et incertitude spatio-temporelle

48Les résultats précédents nous conduisaient à espérer que des tests avec projection de la main vers une cible feraient émerger des effets significatifs de la latéralité manuelle individuelle. Pour cela, plusieurs appareils ont été réalisés dans notre laboratoire. Certains sont encore utilisés pour des travaux expérimentaux, d’autres ont été adaptés depuis lors pour être mis au service de l’entraînement de l’élite sportive.

49Le plus sophistiqué permet à des escrimeurs experts d’utiliser leur propre épée ou fleuret pour atteindre des cibles dans des conditions de mouvement et d’incertitude assez proches de celles qu’ils trouvent en compétition. Durant l’attente du premier signal, le sujet est debout, dans l’attitude en garde. Il maintient la coquille de son arme au bord d’une barrière électronique dont le franchissement marquera le début de son mouvement de réponse. Les cibles et divers signaux annexes apparaissent sur un panneau vertical placé à distance modulable, selon qu’est requis un mouvement de fente ou un simple allongement du bras. Cet appareil, baptisé ARVIMEX, simule diverses formes d’incertitude temporelle et spatiale comparables à celles qui pourraient provenir d’un adversaire. Mais il peut aussi être programmé pour une étude spécifique dans des conditions plus étroitement définies. Plusieurs mémoires ou thèses scientifiques ont eu recours à ce moyen d’expérimentation.

50L’un des plus simples appareils de cette gamme, le VARTEX, ne requiert de la part des sujets que la projection de l’index sur l’une ou l’autre de deux cibles disposées devant lui sur un plan vertical (fig. 7). On enregistre le temps de réaction (délai entre signal impératif et début de réponse), le temps de mouvement (du début de la réponse jusqu’au contact de la cible), la précision et les erreurs. Le programme informatique pilotant la survenue des présignaux et signaux impératifs du VARTEX est très contraignant pour les sujets. Aux facteurs d’incertitude spatiale, assez proches de ceux des protocoles précédents, s’ajoute ici un conditionnement de l’incertitude temporelle. Le délai entre présignal et signal impératif varie aléatoirement de 0 à 600 millisecondes. Cette procédure, appelée stimulus onset asynchrony (SOA), sollicite fortement l’attention des sujets.

Protocole expérimental
Le sujet est assis. Entre deux mouvements de projection de la main, il garde l’extrémité de son index au contact d’un plot d’attente posé dans l’axe, à 20 cm, et il maintient son regard fixé, droit devant lui, sur une petite fenêtre destinée au présignal. Les cibles sont disposées à droite et à gauche de cette fenêtre, leur centre apparaissant à 12° d’angle visuel du point de fixation du regard. La distance entre le plot d’attente et le panneau est de 50 cm, mais elle peut varier de plus ou moins 3 cm pour être ajustée l’envergure du sujet, afin que le mouvement du bras demeure aisé vers la cible controlatérale. Le signal de réponse est donné par une diode s’allumant au centre d’une des cibles. Celles-ci sont constituées de deux cercles concentriques d’un diamètre respectif de 2 et 6 centimètres, délimitant ainsi trois degrés de précision (2, 1 et 0). On enregistre également le temps de réaction, le temps de mouvement et les taux d’erreurs.
Les conditions d’incertitude spatiale demeurent classiques. Dans 20 % des essais, il n’y a pas de présignal (condition SP). Pour les 80 % restants, 4 présignaux sur 5 donnent une information valide (condition VAL), 1 sur 5 étant erroné (condition ERR).
Le délai entre présignal et signal impératif varie aléatoirement de 0 à 600 millisecondes. En fait, cette variation de délai, appelée stimulus onset asynchrony (SOA), passe de façon imprévisible, mais équiprobable, par l’une des valeurs suivantes : 0 (condition SP), 50, 150, 300 et 600 ms. Cette combinaison de l’incertitude temporelle et de l’incertitude spatiale exerce divers effets spécifiques que l’on peut étudier en comparant les temps de réaction, les temps de réponse, la précision et les taux d’erreurs (fig. 8).

Fig. 7 – VARTEX : Tâche de projection de l’index sur des cibles avec mesure du TR, du TM, de la précision et des erreurs. Délai variable entre présignal et signal (SOA).

Fig. 8 – Temps de réaction moyen en fonction de l’incertitude spatiale et temporelle.

  • 18 Jonides J. (1981), « Volontary versus automatic control over the mind’s eye’s movement », in Attent (...)
  • 19 Klein R. M. (1994), « Perceptual-motor expectancies interact with visual orienting under conditions (...)

51Le recours à une SOA a déjà permis à quelques auteurs de mettre en évidence certains mécanismes d’orientation de l’attention, notamment lorsque les délais accordés pour réagir sont extrêmement courts. En 1981, Jonides18 a montré par ce moyen, complétant des travaux de Posner, qu’un présignal donné en vision centrale favorise la mise en jeu précoce d’un processus automatique quand le signal impératif survient en vision périphérique. Un tel processus se produirait pour des délais de SOA inférieurs à 200 ms. Pendant l’extinction de ce premier processus, un second se mettrait en place, dit contrôlé, prenant le relais pour entretenir l’orientation de l’attention au-delà de 300 ms. Les travaux plus récents de Klein19 nous apportent d’autres enseignements utiles en distinguant sur de telles bases les conditions endogènes et exogènes d’orientation de l’attention.

52Dans nos précédentes expériences qui mesuraient le seul temps de réaction, nous n’avions pas étudié les effets d’une telle incertitude temporelle. Cependant, l’usage d’un chronoscope pour tester diverses relations latérales entre mains et hémichamps (tests « de différenciation des hémichamps »), avait déjà révélé que la main gauche fait moins d’erreurs que la droite en l’absence de présignal, c’est-à-dire en condition de totale incertitude temporelle et spatiale. Les expériences qui ont suivi, dérivées d’un protocole de Posner, faisaient varier l’incertitude spatiale en minimisant l’incertitude temporelle. En effet, un délai constant de 250 ms séparait le signal impératif du signal préparatoire qui durait lui-même 150 ms. L’incertitude spatiale était alors conditionnée par l’information associée au signal préparatoire, avec trois cas de figure : neutre, valide ou erroné. Le présignal neutre était le seul qui n’orientait pas l’attention du sujet vers l’une ou l’autre des cibles.

53Cette condition neutre a disparu dans les expériences de projection de la main réalisées au moyen du VARTEX. Le recours à la SOA dans le pilotage des signaux lui a substitué la condition sans présignal (SP) qui s’était déjà révélée d’un certain intérêt pour différencier les performances manuelles. C’est l’absence de délai, donc de signal préparatoire, qui prive alors le sujet d’information directionnelle. Les conditions ainsi réunies dans cette nouvelle série d’expériences ont été déterminantes pour faire apparaître certains des phénomènes que suggéraient nos observations de terrain.

54Plusieurs groupes de sportifs, différenciés âge, en spécialisation et en degré d’expertise, soit 196 sujets au total, ont été testés au moyen du VARTEX. La plupart étaient des étudiants en STAPS âgés 35 ans, pratiquant divers sports, mais il s’y trouvait aussi une population homogène de 134 jeunes joueurs de tennis sélectionnés l’âge de 13 ans, dont un échantillon sera analysé ici de façon plus complète. L’ensemble représente une population ayant une grande expérience motrice sans spécialisation sportive dominante ou soutenue. Les principaux résultats évoqués ci-après se sont globalement vérifiés dans tous les groupes.

Principaux résultats
1) Sexe. Les sujets féminins ont des temps de réaction plus rapides que les sujets masculins (p < 0,02), mais ces différences se trouvent compensées par les temps de mouvement (TM masc. < TM fem. : p < 0,04), de sorte que les temps de réponse (TR + TM) ne font pas apparaître des différences significatives.
2) Temps de réaction. Toutes conditions confondues, chez les droitiers manuels, la main gauche est plus rapide que la main droite (p < 0,008). Une comparaison des sujets selon leur indice de latéralité montre que cette différence de TR entre les mains s’inverse chez les gauchers (p < 0,02).
3) Temps de mouvement. Le TM est également influence par l’indice de latéralité, mais a l’inverse du temps de réaction. Tous sujets confondus, la main droite est plus rapide que la main gauche (p < 0,006). Cependant, cette différence est essentiellement due aux droitiers manuels (p < 0,001). Elle tend a s’inverser sans être significative chez les gauchers manuels.
4) Temps de réponse. L’addition TR + TM résorbe les différences entre main droite et main gauche signalées ci-avant, sauf dans le cas des droitiers manuels ayant un indice faible de dextralité (indices de 0 a 4 dans une échelles de – 10 à 10).
5) Précision. Toutes conditions confondues, la main droite est globalement plus précise que la main gauche, y compris chez les gauchers (fig. 9 : p < 0,001).

Fig. 9 – VARTEX : Précision moyenne en fonction de la main de réponse (tous sujets confondus).

6) Effets de l’incertitude. Les conditions d’incertitude précédant le signal exercent des effets différencies sur le TR (p < 0,000) et sur le TM (p < 0,006), mais pas d’effets significatifs sur la précision. On constate aussi des effets contrastes entre les mains. En temps de réponse, sans présignal (SP : SOA = 0), tous sujets confondus, la main gauche est plus rapide que la main droite (– 24 ms : p < 0,006). Cet avantage est discret, mais constant en temps de réaction. Lorsque le présignal est erroné (ERR), c’est la main droite qui prend l’avantage (– 46 ms : p < 0,000), surtout lors des brefs délais de SOA (inférieurs a 300 ms). Lorsque le présignal est valide (VAL), la main gauche prend un léger avantage en temps de réaction, que la main droite compense largement en temps de mouvement, de sorte que le temps de réponse ne montre pas de différence significative (fig. 10).

Fig. 10 – Comparaison du temps de réponse entre la main droite et la main gauche selon l’incertitude précédant le signal.

7) Effets de la latéralité manuelle. Comme prévu, les droitiers manuels ont des TM plus rapides avec leur main droite (D : 306 ms / G : 321 ms, p < 0,001). Cet effet tend a s’inverser chez les gauchers manuels, mais le phénomène n’est pas symétrique et l’interaction n’est pas significative (p = 0,07). Il n’y a pas d’interaction significative entre la latéralité manuelle et les conditions d’incertitude. Cependant, lorsque les présignaux sont erronés (ERR), les droitiers manuels répondent plus vite que les gauchers manuels avec les deux mains (différences droitiers / gauchers : mG : - 30 ms ; mD : - 33 ms).
8) Effets de la dominance oculaire. Dans l’ensemble des populations testées (professeurs-sessionnaires de 30 a 45 ans étudiants-professeurs de danse joueurs de tennis sélectionnés de 13 a 18 ans échantillons de sportifs spécialisés) un effet de la latéralité oculaire est surtout apparu lors de comparaisons entre droitiers homogènes (DD) et droitiers manuels ayant une dominance oculaire gauche (GD) ces deux effectifs étant toujours assez nombreux pour se prêter a une comparaison statistique. Le TR est plus court avec la main controlatérale a l’œil dominant (p < 0 01). En conséquence, les droitiers ayant l’œil gauche dominant cumulent cet avantage en TR et un gain en TM au profit de leur main préférentielle. En outre tous sujets confondus la dominance oculaire gauche est associée a un TM plus rapide par rapport a la dominance oculaire droite quelle que soit la main de réponse (p < 0 05). Enfin un autre avantage de la dominance oculaire gauche apparaît en comparant les taux d’erreurs par anticipation (temps de réaction inférieurs a 100ms). Les sujets ayant une dominance oculaire gauche réalisent un minimum d’erreurs avec leur main droite (p < 0 01). Une interaction croisée est constatée a ce propos entre dominance oculaire (œil droit vs œil gauche) et main de réponse (p < 0 025).
9) Effets croisés de la dominance oculaire et de la latéralité manuelle. Une interaction croisée apparaît clairement entre ces deux niveaux de latéralité en comparant les (fig. 11). Les droitiers manuels ont un TM moyen plus court s’ils ont l’œil gauche dominant et c’est l’inverse pour les gauchers manuels (p > 0,001). Des interactions plus complexes se produisent lors des comparaisons des TR, TM et temps de réponse en fonction des conditions d’incertitude. Nous les étudierons ici graphiquement a partir des données recueillies avec un échantillon de sujets d’âge homogène et encore peu spécialisés sur le plan sportif.

Fig. 11 – Temps de mouvement en fonction de la dominance oculaire et de la main préférentielle.

Sujets : 35 joueurs de tennis de 13 ans : 18 DD, 11 GD, 4 DG, 2 GG.
Le choix de cet effectif d’âge strictement homogène se prête a une illustration graphique des interactions fonctionnelles de ces deux niveaux de latéralité. La distribution des sujets en quatre types de latéralité œil-main pourra nous éclairer pour l’interprétation des processus centraux sous-jacents. On retrouve dans les figures 12 a, b et c plusieurs des effets décrits précédemment, tels qu’ils apparaissent avec la seule main préférentielle des sujets DD, GD, DG et GG. En temps de réaction, sans présignal (SP), une dominance oculaire gauche permet aux droitiers manuels d’être plus rapides avec leur main droite (fig. 12a : GD). Dans le cas de présignaux erronés (ERR), nous retrouvons l’avantage global, déjà signale, de la main droite en temps de réaction (environ - 30 ms). Cet avantage est encore augmente en temps de mouvement si ces droitiers ont l’œil gauche dominant (fig. 12b : GD). Les deux avantages s’additionnent en temps de réponse (fig. 12c : GD). Les deux groupes de sujets ayant une latéralité œil-main croisée (GD et DG) ont des performances analogues en TM, sauf lors des présignaux erronés qui suscitent une contre-performance des gauchers manuels ayant une dominance oculaire droite (fig. 12b).

55Comme nous l’escomptions, cette expérience confirme d’abord deux données. D’une part, il faut requérir des mouvements de projection de la main vers des cibles pour voir apparaître des effets patents de la latéralité manuelle dans de telles situations d’incertitude. D’autre part, ces nouvelles conditions expérimentales ont confirmé le rôle, déjà signalé, de la dominance oculaire sur les réactions manuelles. Le temps de réaction est, là encore, relativement plus court avec la main controlatérale à l’œil dominant, mais le temps de mouvement se trouve ici davantage influencé par la latéralité oculaire. Ainsi, tandis que des réponses en presse-bouton nous avaient révélé des effets de la dominance oculaire en faveur de la main controlatérale en temps de réaction, il a fallu des conditions plus contraignantes d’incertitude spatio-temporelle et un mouvement de projection de la main vers des cibles pour les voir apparaître en temps de réponse (TR+TM). La figure 12 montre les principales interactions entre dominance oculaire, latéralité manuelle et incertitude. Quand le signal survient sans qu’un présignal l’ait annoncé (SP), on constate que ce sont les sujets ayant une latéralité œil-main croisée (GD et DG) qui sont avantagés par rapport aux sujets homogènes (DD et GG). Dans le cas des présignaux erronés (ERR), ce sont les droitiers manuels (DD et GD) qui réalisent de meilleurs temps de réponse que les gauchers (GG et DG).

Fig. 12 – VARTEX : Tâche simple (de haut en bas : a, b, c).

56Avant de commenter plus largement ces résultats et de revenir à l’explication de certains constats de terrain, il reste une dernière expérience à évoquer, directement dérivée de celle-ci. Elle devrait nous apporter quelques indications supplémentaires pouvant être utiles quand il s’agira d’interpréter les processus centraux sous-jacents.

L’addition d’une tâche verbale

  • 20 Kinsbourne M., Cook J. (1971), « Generalized and lateralized effects of concurrent verbalization on (...)

57Le même groupe de 35 jeunes joueurs de tennis sélectionnés été soumis à une répétition de la tâche précédente, mais en l’associant cette fois à une tâche verbale. La réalisation simultanée de ces deux sortes de tâches constitue une procédure classique explorée depuis longtemps. On demande aux sujets de réciter un poème ou de compter à haute voix tout en poursuivant la tâche perceptivo-motrice. Plusieurs auteurs ont pu montrer ainsi que la main droite est plus perturbée que la gauche par cette condition expérimentale. La nécessité de gérer simultanément, dans l’hémisphère gauche, le langage et les réactions de la main droite, entraîne une surcharge d’attention qui tend à altérer les performances de cette main. Les travaux de Kinsbourne et alii20 ont fait école dans ce domaine.

58En recourant à cette procédure, notre intention est de voir en quoi elle modifie les données recueillies auparavant au moyen de la simple tâche motrice à dominante visuospatiale. En second lieu, les différences constatées devraient rendre compte de la part relative de l’hémisphère gauche dans le contrôle de la tâche perceptivo-motrice. Il est cependant probable qu’une telle interprétation nécessitera un certain nombre de précautions théoriques.

Gestion simultanée de deux tâches
Protocole. Les appareillages utilisés dans notre laboratoire se prêtaient parfaitement à une telle procédure. Celle-ci a été mise en œuvre à plusieurs reprises au moyen du VARTEX en ajustant la difficulté de la tâche verbale à l’âge des sujets. Plusieurs groupes de sportifs de niveau et d’âge différents (76 sujets au total) ont été soumis à cette épreuve après avoir effectué la tâche simple selon le protocole de départ, quinze minutes de repos séparant les deux épreuves. Les adultes étaient généralement astreints à compter de trois en trois à partir de 1. Pour les adolescents, il était demandé de compter à haute voix, mais à rebours, de 100 à 0. Ce fut le cas pour l’effectif de 35 jeunes joueurs de tennis, sélectionnés au niveau national, qui a été retenu encore ici pour illustrer les effets de la tâche duelle après ceux de la tâche simple.
Résultats. Le temps de réponse moyen est augmenté globalement de 51 ms, mais cette augmentation, due surtout au temps de réaction (+ 42 ms), varie beaucoup en fonction des conditions d’incertitude, de la main de réponse et de la latéralité œil-main individuelle. Ces données sont récapitulées graphiquement sous deux formes : les figures 13 a, b, c présentent les temps moyens enregistrés, selon les groupes et l’incertitude, durant cette double tâche ; les figures 14 a, b, c font apparaître les coûts temporels de la double tâche par rapport à ceux de la tâche simple (différences des temps moyens enregistrés avec et sans la charge verbale). Pour alléger ces figures, seules sont représentées ici les données obtenues avec la main préférentielle, bien que certaines analyses statistiques tiennent compte également des réponses avec la main non préférentielle.
● Temps de réaction. L’allongement final du temps de réponse résulte essentiellement d’une augmentation du temps de réaction (p < 0,000). Globalement, il n’y a pas de différence significative entre main droite et main gauche, mais l’analyse en fonction des conditions d’incertitude révèle une interaction significative (charge verbale x incertitude x main de réponse : p < 0,008) résultant de comportements différenciés lors des présignaux erronés (fig. 13a) et concernant particulièrement les droitiers homogènes (DD : p < 0,001). Ce processus est bien différencié entre les groupes.
● Temps de mouvement. Le TM ne présente pas d’augmentation globale significative (+ 9 ms). Cependant, l’analyse des effets de la charge verbale en fonction des conditions d’incertitude montre une interaction significative (p < 0,03). Il s’y ajoute un effet de la main de réponse (p < 0,006). Cette interaction complexe entre l’incertitude et la main de réponse est plus prononcée chez les filles que chez les garçons (p < 0,000). Lors des présignaux erronés, le TM de la main droite compense une partie du temps perdu en TR, tandis que la main gauche réalise même des gains par rapport a la tache simple. La figure 13b montre que les gauchers homogènes (GG) réalisent un gain de temps appréciable (27 ms) lors de ces présignaux erronés.
● Temps de réponse. Pour l’ensemble des sujets, l’augmentation globale est de l’ordre de 90 ms sans présignal (SP), de 60 ms pour les présignaux valides (VAL) et apparaît modérée, environ 25 ms en moyenne, pour les présignaux erronés (ERR). L’addition des effets précédents (TR + TM) produit des différences de temps de réponse qui dépendent des conditions d’incertitude spatiale et maintiennent des profils contrastes entre les mains (fig. 13c).
● Précision. La précision moyenne change peu par rapport a la tache simple, mais les comparaisons entre les mains font apparaître des différences notables. La main gauche augmente de façon surprenante ses performances en précision (p < 0,001), rejoignant ainsi celles de la main droite. Ce phénomène est encore plus prononce si l’on compare la main gauche des gauchers a la main droite des droitiers.
● Effets de la latéralité manuelle. Lors des présignaux erronés, la double tache exerce des effets différenciés sur le TR en fonction de la latéralité manuelle (droitiers manuels vs gauchers manuels : p < 0,035). Cette interaction est retrouvée en temps de réponse qui fait apparaître une réponse beaucoup plus rapide des gauchers avec leur main préférentielle. Lors des présignaux valides, en TR, les réponses manuelles des droitiers sont beaucoup plus rapides que celles des gauchers (- 56 ms). Cette différence persiste en temps de réponse.
● Effets de la dominance oculaire. Sans présignal, une interaction significative (p < 0,01) se produit entre la dominance oculaire et les deux types de tache (simple/double). Durant la double tache, en condition SP, les sujets ayant une dominance oculaire gauche répondent plus vite, en moyenne, que les sujets ayant une dominance oculaire droite (- 30 ms). Cet avantage est encore plus net (- 50 ms) avec la main droite lors des présignaux erronés (fig. 14a). Lorsque le présignal est erroné, la dominance oculaire exerce aussi des effets différenciés sur la précision selon l’hémichamp visuel ou se trouve la cible. La plus forte différence joue alors en faveur des sujets GD qui sont extrêmement précis dans l’hémichamp droit (HVD / HVG : 70,6 / 17,2). Cette donnée concernant l’hémichamp visuel de présentation du signal est en accord avec les performances constatées en TR dans l’expérience de monocularité rapportée précédemment. Il s’agissait d’autres sujets ayant la même formule de latéralité.
● Effets conjugues des latéralités oculaire et manuelle. La figure 14c fait apparaître comment le cumul des effets précédents se distribue finalement en temps de réponse entre les quatre groupes de latéralité œil-main. Il apparaît que les sujets ayant une latéralité œil-main croisée (GD et DG) présentent un profil assez semblable se rapportant aux conditions d’incertitude. Au contraire, les droitiers et gauchers homogènes (DD et GG) ont des profils bien différenciés. Ces aspects contrastes seront discutes plus avant dans le cadre d’une interprétation de la dominance oculaire.

59La détérioration des performances en temps de réponse, lors de la double tache, concerne les mains de façon différenciée selon les conditions d’incertitude et en fonction de la latéralité des sujets. La gêne est relativement limitée lorsque les présignaux sont erronés, sauf pour les droitiers homogènes. Mais les coûts temporels sont très marques en général lorsque les présignaux sont absents ou valides. Par rapport a la tache simple, la main droite des droitiers répond a présent moins vite que la main droite des gauchers aux présignaux erronés ( + 56 ms). Au contraire, la main gauche des gauchers répond moins vite que la main gauche des droitiers quand les présignaux sont valides. Un retard important (+ 99 ms) est pris par la main gauche des gauchers, dans cette condition, au cours de la double tache. Ce fait est très surprenant car il suggère, en première approche, une implication de l’hémisphère gauche dans le contrôle des présignaux valides chez les gauchers. D’autres interprétations seront envisagées dans un prochain chapitre.

60Il est particulièrement remarquable que, dans le cas de présignaux erronés, la conjugaison des effets de la dextralité oculaire et manuelle détériore fortement et de façon globale les performances des droitiers homogènes (DD) avec leur main préférentielle lorsqu’ils sont soumis à cette double tâche. Au contraire, la sénestralité, tant oculaire que manuelle, limite ces effets de la charge verbale lorsque les présignaux sont erronés.

61Ces aspects apparaissent bien dans une comparaison des coûts de la tâche duelle, en temps de réponse, entre les quatre groupes de sujets différenciés par leur latéralité œil-main (fig. 14c). Seules sont présentées ici les valeurs moyennes obtenues par les sujets avec leur main préférentielle. On constate que les droitiers homogènes (DD) sont globalement gênes pour répondre avec leur main droite. Les gauchers homogènes (GG) ne sont retardes que pour exploiter l’information des présignaux valides (VAL). Au contraire, ils réalisent un gain de 20 millisecondes, soit 66 ms de moins que les droitiers, si ces présignaux sont erronés (ERR). Les sujets ayant une latéralité œil-main croisée (GD et DG) sont essentiellement gênes si le présignal est absent ou valide (fig. 14c), c’est-a-dire dans les conditions ou, en tache simple, ils réalisaient leurs meilleurs temps de mouvement (fig. 12c).

Fig. 13 – VARTEX : Double tâche (de haut en bas : a, b, c).

Fig. 14 – VARTEX : Différence de temps entre double tâche et tâche simple (de haut en bas : a, b, c).

62Au total, l’association d’une tache verbale a la tache visuospatiale allonge spécifiquement les temps de réaction de la main droite des droitiers homogènes œil-main quand le présignal est erroné, tandis que les sujets ayant une latéralité œil-main croisée sont retardes quand le présignal est absent ou valide. Il est remarquable que ces déficits portent précisément sur les points qui permettaient respectivement à la main droite et à la main gauche d’obtenir un relatif avantage durant la simple tache perceptivo-motrice. Ce constat suggère que les avantages observes durant la tache simple font intervenir des structures centrales communes a (ou voisines de) celles qui sont requises par la tache verbale.

63La donnée centrale de cette expérience confirme bien la notion, communément admise en neurosciences, d’une perturbation spécifique des réactions manuelles droites par l’adjonction à la tache motrice d’une tache verbale concurrente. Remarquons, cependant, que les effets distincts des latéralités oculaire et manuelle dans cette perspective ne semblent pas avoir été décrits, ni seulement signales, par d’autres auteurs jusqu’a présent. C’est une bonne raison, outre la nécessité de mieux les expliciter, pour leur accorder la place qui convient dans les pages suivantes. Cette expérience montre, en effet, qu’en surchargeant la fonction hémisphérique gauche la tâche d’elle affecte différemment les sujets selon leur latéralité manuelle et/ou oculaire. L’analyse des données confirme un rôle important de l’hémisphère gauche dans l’orientation de l’attention sélective, dont la dominante oculaire pourrait représenter un vecteur essentiel.

  • 21 Hennemann M. C., Wolff C. (1986), « Influence d’une activité verbale sur les capacités de programma (...)

64Avant de clore ce chapitre, revenons un instant sur une donnée surprenante. Il est apparu que la main gauche bénéficie aussi d’un gain en précision durant la double tache. Ce détail n’a pas manque de nous intriguer. Or, une expérience réalisée précédemment par Hennemann et Wolff21 sur un terrain de tennis avait donne lieu a des constatations analogues. Demandant aux sujets d’effectuer une tache verbale pendant l’exécution d’un test d’ajustement du geste en tennis, ces auteurs ont pu noter, à propos de la précision, que « la performance des gauchers se maintient, voire s’améliore légèrement, en présence d’activité verbale, alors que celle des droitiers se détériore ».

  • 22 Azemar G., Stein J.-F., Reine B. (1990), « Les gauchers et le tennis : quel avantage ? dans quelles (...)

65Il y aura lieu de revenir sur de tels phénomènes attentionnels a propos du tennis22. Les fortes exigences en précision de la pratique de ce sport le rendent particulièrement susceptible d’être influence par diverses sources de perturbations centrales, comme dans le cas expérimental d’une tache verbale concurrente. On peut se demander si certains gauchers qui ont illustre ce sport n’ont pas su tirer avantage de situations pouvant perturber ainsi les fonctions centrales. En provoquant divers incidents – contestations d’arbitrage, altercations avec des photographes, etc. – cherchaient-ils sciemment à diminuer le potentiel d’un adversaire droitier ? Nous avons vu qu’une surcharge fonctionnelle de l’hémisphère gauche perturbe le contrôle moteur de la main droite... Mais nous savons aussi que les effets suscites par de tels moyens demeurent très complexes. Méfions-nous des interprétations simplistes.

La main gauche et l’espace d’action

66Il faut maintenant, à partir de ces diverses données, tenter de comprendre pourquoi et en quoi certains droitiers et gauchers ont des réussites différenciées en fonction des conditions de la compétition sportive.

67Notre choix des situations expérimentales décrites précédemment résultait d’une première hypothèse. Il fallait reconstituer en laboratoire les conditions spécifiques suscitant entre droitiers et gauchers les différences de performances manuelles observées en sport d’opposition. En conséquence, nous postulions que certaines conditions d’incertitude spatiale et temporelle donneraient lieu à des mécanismes d’attention représentatifs de ceux qu’exige un affrontement sportif d’adversaires en face-à-face. Les dispositifs expérimentaux tendaient donc à simuler ces conditions pour les faire varier de façon à évaluer leurs effets. Cependant, la littérature scientifique qui s’offrait à nous en 1980 n’éclairait pas beaucoup cette voie. Les travaux de Posner, qui faisaient autorité dans le domaine des processus attentionnels, ne révélaient pas d’effets asymétriques chez des individus sains.

  • 23 Posner M. I., Walker J. A., Friedrich F. I., Rafal M. A. (1984), « Effects of parietal injury on co (...)
  • 24 Hécaen H., Penfield W., Bertrand C., Malmo R. (1956), « The syndrome of apractognosia due to lesion (...)
  • 25 McFie J., Piercy M. C., Zangwill O. L. (1950), « Visual spatial agnosia associated with lesions of (...)

68C’est seulement à partir de cas pathologiques – des lésions unilatérales du cortex pariétal – que Posner et alii23 signalaient une asymétrie des réactions manuelles. Les lésions pariétales droites entraînaient une forte augmentation des temps de réaction de la main gauche en l’absence de présignal. Les lésions gauches n’avaient que des conséquences modérées sur les réactions de la main droite. Notons bien, pour les synthèses qui vont suivre, que ces constatations suggéraient déjà cependant que, chez l’homme sain, l’hémisphère droit facilite les réactions de la main gauche en l’absence de présignal, c’est-à-dire sans orientation préalable de l’attention par une information spatiale. L’ensemble de ces données s’accordait avec des observations plus anciennes, réalisées en neuropathologie, sur la fonction visuo-spatiale de cet hémisphère24. Plusieurs études consacrées aux troubles de la perception de l’espace25 apportaient, en effet, des arguments convaincants dans cette voie.

69La littérature consacrée l’homme sain a beaucoup tardé à intégrer de telles données. La plupart des recherches publiées jusqu’en 1980 sur la base de protocoles expérimentaux comparables à ceux de Posner ne rendaient pas compte de constats d’asymétries fonctionnelles. Leur but étant la mise en évidence des mécanismes psychologiques de l’attention dans leur déroulement temporel plus que dans leur distribution spatiale, les expérimentateurs prenaient soin, en général, de n’étudier que des droitiers confirmés répondant avec la main droite. En outre, la plupart des auteurs n’étant pas astreints à s’interroger sur le contenu même de la « boîte noire », le cerveau proprement dit, ils proposaient des modèles cybernétiques de traitement des informations sans référence à l’organisation anatomo-fonctionnelle des centres nerveux supérieurs.

70Ce contexte ne nous a pas dissuadés de tenter de vérifier par de tels moyens les hypothèses issues de nos observations de terrain. Lorsqu’en 1980 notre équipe s’est engagée dans cette perspective, il s’agissait notamment de contrôler en laboratoire si la main gauche tirait bien avantage, dans certaines conditions de compétition, de ses rapports anatomiques privilégiés avec l’hémisphère droit, à vocation visuo-spatiale. Cette idée a d’abord rencontré en France un accueil réservé, teinté de scepticisme, de la part de quelques chercheurs spécialisés que nous avions directement consultés.

  • 26 L’équipe du 11 décembre 1980, Le Monde du 17 janvier 1981, The Guardian du 19 janvier 1981, le Dail (...)
  • 27 Science et Vie, n° 765 de juin 1981, « Le circuit court des gauchers », art. cit.

71Pourtant, il a suffi de quelques mois pour que notre projet soit divulgué et soulève un large intérêt médiatique. De nombreux appels téléphoniques me parvenaient d’Angleterre, des États-Unis, du Canada, etc. Plusieurs journaux à grand tirage26 évoquaient notre problématique de façon sommaire. Quelques éminents spécialistes nous ont écrit à cette occasion. Et pourtant, il s’agissait encore essentiellement d’hypothèses. Nos premières données étaient en majorité des constats de terrain. Il convenait cependant de préciser nos intentions afin de prévenir déjà certaines interprétations simplistes. Un long entretien accordé à un journaliste specialisé a permis opportunément la parution d’un article mieux argumenté dans une revue française de vulgarisation scientifique27. Ce document a résumé nos premières observations, explicité nos hypothèses et clairement précisé nos intentions.

72Les vingt années qui se sont écoulées depuis lors ont permis de confirmer le modèle central d’interprétation, mais il s’avère que les résultats rassemblés ce jour ont une portée beaucoup plus large que nous l’imaginions. La description des processus centraux suggérés par nos résultats va nécessiter de recourir encore à de laborieux allers et retours entre le terrain et le laboratoire, en passant par une littérature scientifique plus récente. Il sera difficile d’éviter quelques redondances, mais cela vaut mieux que de se contredire ou de déformer les faits. Il s’agit d’abord de parvenir à expliquer, sans trop s’enfermer dans le jargon des neurosciences, ce qui conditionne de façon différenciée les performances de la main droite et de la main gauche.

La main gauche et les contraintes du duel

73Les faits qui nous avaient alerté n’apparaissaient qu’au plus haut niveau des compétitions sportives mondiales. Cela suggérait des phénomènes liés des conditions mettant en forte concurrence les systèmes cerébraux contrôlant respectivement la main droite et la main gauche. Dans l’élite sportive, il faut, en effet, que les autres conditions de réussite – savoir-faire technique ou tactique, potentiel musculo-articulaire, motivation, etc. – soient équilibrées entre les adversaires pour que d’éventuelles différences fonctionnelles latérales puissent finalement refléter un avantage de l’un des systèmes hémisphère-main sur l’autre (système hémisphère droit-main gauche vs système hémisphère gauche-main droite).

74Aux premiers degrés de la pratique sportive, la confrontation des adversaires n’atteint pas un tel niveau critique. C’est entre experts que des actions décisives peuvent tirer avantage d’une différence de quelques millisecondes en temps de réaction, selon la main utilisée et son potentiel spécifique. Par ailleurs, les situations expérimentales classiques sont, en général, assez peu contraignantes. Pour obtenir, en laboratoire, des effets asymétriques relevant d’une sorte de concurrence directe entre les hémisphères cérébraux, il nous a fallu soumettre l’attention des sujets à de fortes contraintes. Le haut degré d’incertitude temporelle, spatiale et événementielle obtenu par la programmation du VARTEX a été très fertile dans cette perspective. L’adjonction d’une tâche verbale ou le recours à des tests en vision monoculaire ont encore augmenté ces contraintes pour faire mieux émerger certains éléments déterminants des processus centraux spécifiques.

  • 28 Fitts P. M. (1954), « The information capacity of the human motor system controlling the amplitude (...)

75Notre cheminement s’est appuyé sur une dialectique permanente entre les constats de terrain et les apports expérimentaux. Les contraintes du duel reposent notamment sur le conflit vitesse/précision. Le terme de duel est pris ici au sens large. Il s’applique à de nombreuses situations sportives d’opposition, y compris les face-à-face individuels intervenant à certaines phases décisives des sports collectifs. On sait que, si le temps disponible pour atteindre une cible est limité, il faudra choisir entre deux options, soit aller très vite, au risque d’être imprécis, soit privilégier la précision en sacrifiant plus ou moins la vitesse du mouvement. Pour étudier cette problématique en psychologie expérimentale, on se réfère à la loi de Fitts qui rapporte le temps de mouvement à la distance de la cible et à l’inverse de son diamètre28.

76Sur un terrain de sport, le temps disponible est fonction de la distance séparant les protagonistes. En escrime, lorsque les adversaires se trouvent à plus de 1,75 mètre de distance, une action d’attaque doit recourir à une extension du corps entier vers l’avant grâce à un mouvement dit de fente des membres inférieurs. La trajectoire de la pointe de l’arme dure alors plus d’une seconde à partir de son déclenchement. C’est différent lorsque la distance est de l’ordre de un mètre. Il suffit alors d’allonger le bras pour toucher l’adversaire, soit une durée de trajectoire inférieure à 400 millisecondes. C’est le temps maximal dont dispose le défenseur pour s’opposer à cette action. Or, le début de la réponse, c’est-à-dire le temps de réaction à un signal visuel dans ces conditions de choix complexe exige déjà à lui seul, en moyenne, 300 millisecondes. Si le défenseur a bien identifié le mouvement adverse à son début, il lui reste moins d’une centaine de millisecondes pour réaliser une parade, un évitement ou une contre-offensive.

77Cette centaine de millisecondes représente à peu près délai dont dispose un gardien de but, en football, pour parer un tir de penalty. En escrime, il faut le mettre à profit pour effectuer le mouvement ajusté permettant, soit d’intercepter l’arme de l’attaquant, soit de toucher avant lui. Le moindre avantage acquis en temps de réaction devient alors déterminant. C’est, en fait, essentiellement la capacité d’anticiper les actions de l’adversaire qui peut permettre un tel gain en temps de réaction. Nous savons à présent que ce processus s’appuie sur une orientation préalable de l’attention, dont nous avons mesuré les effets. Il s’agit d’orienter l’attention dans certaines régions privilégiées du champ visuel périphérique sans mouvements du regard, mais en tenant prêtes des réponses manuelles adéquates.

  • 29 En escrime, l’appareillage électronique des épéistes est réglé pour donner le point, en cas de touc (...)

78En escrime, à courte distance, dite d’allonge du bras, la vitesse est plus importante que la précision car, d’une part, le point est accordé à celui qui touche le premier29, d’autre part, la cible se présente largement si l’adversaire n’a pas le temps d’intercepter. À distance de fente, la précision importe plus que la vitesse car la cible est moins accessible – son diamètre apparent diminue avec la distance et le temps disponible permet un réajustement de la trajectoire, en vitesse et en direction, jusqu’au point d’impact.

  • 30 Azémar G. (1987), « Quelques indications extraites des grilles d’observation de matches de haut niv (...)

79En tennis, on peut faire des comparaisons du même ordre entre le jeu de fond de court et les « montées au filet ». En tennis de table, une distinction analogue est réalisable en fonction du placement, plus ou moins éloigné de la table, adopté par les compétiteurs. Ces couples de situations étudiés, sur le terrain, au moyen de grilles d’observation30, ont déjà apporté des renseignements concordants. Les gauchers obtiennent statistiquement de meilleurs scores lors des actions à courte distance, qui réduisent à l’extrême le temps disponible, tandis que les droitiers marquent relativement plus de points à longue distance. Ce constat de terrain concorde bien avec les données expérimentales évoquées précédemment.

80Il a été souligné plus haut, à propos du conflit vitesse/précision, que le compétiteur prenant l’initiative d’une action d’attaque dispose ainsi d’un temps d’avance sur son adversaire. Ce dernier ne peut alors recourir qu’à des réactions automatiques, car il n’a plus le temps de choisir. Or, les gestes typiquement automatiques, peu coûteux en temps, ne peuvent être qu’une parade, c’est-à-dire l’interception de l’arme adverse, ou une « attaque dans l’attaque » prenant de vitesse le premier attaquant qui s’est ainsi rapproché. C’est dans de telles interactions fulgurantes que se sont révélées, sur le terrain, des réussites différenciées entre gauchers et droitiers. Et ce sont les gauchers qui touchent le plus fréquemment de très près, à l’épée et au fleuret, quand l’action repose essentiellement sur une projection balistique de la pointe de l’arme. Nous l’avons observé sur le terrain et le laboratoire l’a clairement confirmé.

  • 31 Posner M. I., Walker J. A., Friedrich F. I., Rafal M. A. (1984), art. cit.
  • 32 Verfaellie M., Heilman K. M. (1990), art. cit.

81La main gauche bénéficie d’un temps de réaction moyen plus rapide, surtout s’il n’y a pas de présignal, donc pas de délai pour se préparer. En outre, son temps total de réponse (TR + TM) est particulièrement performant chez les sujets ayant une dominance oculaire droite. Or, sur le terrain, nous avions déjà constaté que les meilleurs champions gauchers, en escrime, sont aussi caractérisés par une dominance oculaire droite. Mais réservons à plus tard l’analyse de ce qui revient à la latéralité oculaire. Les résultats obtenus à partir du VARTEX montrent que la main gauche réagit notamment plus vite que la droite sans présignal, c’est-à-dire lorsqu’il n’y a pas de délai ni d’information spatiale préalable (SOA = 0). D’autres auteurs, Posner31 et Verfaellie32 notamment, ont été les premiers à confirmer ce point qui n’est plus démenti. C’est typiquement une réaction d’alerte à un stimulus exogène, fonction que l’on attribue unanimement à l’hémisphère droit. Or, la main gauche bénéficie d’un contrôle direct par cet hémisphère. Cela ne manque pas d’intérêt en cas d’urgence.

82Dans ces conditions d’extrême contrainte de temps, il s’agit plus d’adresse que de précision. Et la main gauche est particulièrement apte à exploiter immédiatement, en boucle ouverte, un signal rétinien périphérique de localisation spatiale. La composante balistique d’un tel mouvement de projection de la main répond au codage spatial d’un signal exogène. Ce processus repose sur la mise en jeu du « vieux » système rétino-tectal. Son ajustement à la cible est suffisant quand l’objectif est relativement proche.

83Le net avantage démontré par la main droite en précision, en condition expérimentale, ne peut guère se manifester à courte distance en compétition sportive. Il faut des trajectoires longues et complexes pour que cette main puisse exploiter les capacités spécifiques de l’hémisphère gauche à contrôler des réajustements directionnels. Les droitiers trouvent au sabre des conditions plus adéquates qui seront analysées ultérieurement. Mais il y a toujours eu des droitiers capables de se maintenir aussi au plus haut niveau des compétitions aux armes de pointe. On en dénombre à peu près autant que des gauchers parmi les médaillés des compétitions mondiales de fleuret et d’épée. Cependant, les enquêtes réalisées au bord du terrain nous ont montré, d’une part qu’il s’agit en général de droitiers ayant une dominance oculaire gauche, d’autre part qu’ils ont des stratégies sensiblement différentes de celles des gauchers. Ils totalisent notamment plus de touches à grande distance, qui donnent lieu à un ample mouvement de fente impliquant le corps entier.

84Les données expérimentales concernant les caractéristiques de la main droite s’accordent donc bien avec les constats de terrain. L’avantage des droitiers en précision se concrétise mieux sur les longues trajectoires qui permettent un meilleur contrôle en vision centrale, donc en boucle fermée entre l’œil et la main, du trajet de la pointe jusqu’à la cible choisie. Il s’est vérifié par ailleurs dans nos expériences qu’une latéralisation œil-main croisée permet aux droitiers de bénéficier globalement d’un temps de réponse performant en condition d’incertitude temporelle et spatiale (voir fig. 12c). Avec le VARTEX, en tâche simple, les droitiers manuels ayant une dominance oculaire gauche (GD) réalisent les meilleures performances en temps de réponse dans toutes les conditions d’incertitude, notamment quand les présignaux sont erronés (ERR). En outre, dans ce dernier cas, ils résistent mieux que les droitiers homogènes (DD) aux perturbations suscitées par l’association d’une tâche verbale (voir fig. 13c).

85Mais un autre phénomène a aussi émergé de cet ensemble de données. Des différences entre main droite et main gauche apparaissent indépendamment de la latéralité des sujets. Cet élément singulier, que nous soulignons depuis longtemps et que confirment aujourd’hui d’autres auteurs, est représentatif du rôle éminent joué en fait par l’hémisphère directement impliqué dans la réaction. Les spécialisations fonctionnelles hémisphériques sont des potentialités communes à tous les sujets. Il faut des tâches appropriées pour les voir s’exprimer au moyen de la main controlatérale. La latéralité manuelle ne peut qu’exploiter ou amplifier ces effets en y ajoutant une amélioration du temps de mouvement. Cet aspect des asymétries fonctionnelles sera plus largement évoqué dans le dernier chapitre de l’ouvrage.

86Ainsi, s’il est bien démontré et admis depuis longtemps que la main droite est plus précise que la gauche, il faut à présent admettre également que c’est, au contraire, cette dernière qui l’emporte en temps de réaction pour un mouvement de projection vers une cible, en l’absence de présignal. Notons bien que, pour vérifier cela, il a fallu que les sujets soient soumis à des conditions réduisant à l’extrême les délais disponibles pour initier une réponse manuelle. Le laboratoire a ainsi confirme la pertinence des concepts d’incertitude spatiale, fenêtre temporelle et d’anticipation que suggérait l’observation des sports d’opposition. Il est probable que les conditions de perception visuelle et de contrôle du mouvement suscitées par le duel sont particulièrement aptes à révéler des processus centraux spécifiques, peu sollicités dans notre vie quotidienne, mais représentatifs de notre potentiel cérébral.

La main gauche et les sceptiques

  • 33 Todor J. I., Doane T. (1978), art. cit.
  • 34 Elliott D., Roy E. A., Goodman D., Carson R. G., Chua R., Maraj B. K. V. (1993), « Asymmetries in t (...)

87Malgré les constats rapportés durant les années 1970 à partir de tâches de pointillage (tapping)33 et les résultats signalés en temps de réaction durant les années 1980, la presse spécialisée a tardé à admettre un avantage de la main gauche dans certaines conditions expérimentales. Il faudra dix ans de plus pour que d’autres travaux dans le monde confirment ces données et fassent communément admettre le potentiel spécifique de la main gauche. Il me faudrait trop de place pour présenter en détail cette évolution dans l’opinion des spécialistes, mais j’en citerai les principales étapes dont quelques jalons ont été rapportés en 1993 par Elliott34.

  • 35 Guiard Y., Diaz G., Beaubaton D. (1983), « Left advantage in right handers for spatial constant err (...)
  • 36 Bisiacchi P. S., Ripoll H., Stein J. F., Simonet P., Azémar G. (1985) « Left-handedness in fencers  (...)
  • 37 Carson R. G., Chua R., Elliott D., Goodman D. (1985), « The contribution of vision to asymmetries i (...)
  • 38 Elliott D. (1991), « Human handedness reconsidered », Behav. Brain Sci., 14, p. 341.

88Guiard et alii35, en premier lieu, informés de nos intentions et de notre hypothèse de recherche, constatent en 1983 un avantage relatif de la main gauche dans une tâche de projection vers une cible. En 1985, nos premiers résultats sont publiés en langue anglaise36. Pourtant, pendant cinq ou six ans encore, la plupart des publications internationales (Elliott en cite une vingtaine) ne rapportent guère que la supériorité de la main droite en précision et en temps de mouvement. C’est surtout à partir de 1990 que vont se succéder des articles mentionnant de réels avantages de la main gauche en temps de réaction grâce, notamment, aux équipes canadiennes constituées autour de Carson37 et Elliott38.

89De mon côté, durant les années 1980, je n’étais pas avare de communications, mais en français. N’aspirant pas à une carrière universitaire, je manquais de temps, de motivation, et, peut-être, de diplomatie pour tenter de figurer dans les standards bibliographiques internationaux. En fait, j’étais surtout résolu à poursuivre aussi loin que possible l’élucidation des faits singuliers observés sur le terrain. Les aspects se rapportant à la dominance oculaire ont beaucoup entretenu mon questionnement. Les réponses ne se trouvant pas dans la littérature spécialisée, il m’importait surtout de poursuivre les explorations. Chaque entreprise soulevant de nouvelles questions, mes allers et retours entre les procédures de laboratoire et les exigences du terrain m’ont laissé peu de temps pour écrire, voire polémiquer, dans une langue mal maîtrisée.

  • 39 Wood C. J., Aggleton J. P. (1989), « Handedness in ‘‘fast ball’’sports : Do left-handers have an in (...)
  • 40 Azémar G., Ripoll H., Simonet P., Stein J. F. (1983), « Étude neuropsychologique du comportement de (...)

90Une telle polémique aurait pu s’engager, en 1989, si j’avais réagi en temps utile à l’article de Wood C. J. et Aggleton J. P.39 contestant nos propres observations. Or, il s’avérait que ces auteurs avaient mal lu, ou mal traduit, notre interprétation d’un avantage des gauchers en escrime40. Ces chercheurs ont considéré que nous accordions un avantage aux gauchers pour la pratique d’un « sport balistique ». En conséquence, ils ont vérifié nos résultats en enquêtant « chez des joueurs professionnels de quatre sports de caractère balistique : billard, fléchettes, booling, golf ». Pour nous, il n’avait été question que d’un signal visuo-spatial intervenant selon des critères balistiques dans la programmation centrale d’une réponse visuo-motrice. Ils occultaient la problématique d’opposition que nous avions décrite, avec projection directe d’une main vers une cible défendue ou dérobée par un adversaire. Dans un autre article de même nature, ces auteurs se sont appuyés, pour contester, sur le geste de frappe d’un joueur de cricket, mais cette action bimanuelle est conditionnée par la poursuite de la balle en vision centrale, processus dont s’accommode mieux, probablement, le guidage de la main droite. Nous nous livrerons en fin d’ouvrage à de telles comparaisons d’un sport à l’autre.

91N’ayant pas croisé le fer dans un délai convenable avec ces auteurs britanniques qui, peut-être, m’auraient encore opposé le jeu de fléchettes ou la queue de billard, je ne m’attarderai pas davantage, ici, sur le faux débat que j’ai ainsi évité. Il ne me reste donc qu’à reprendre, à présent, le cours des constatations et interprétations que j’ai pu rassembler en deux ou trois décennies. Mais que l’on se rassure, il restera toujours matière à discussions, que je souhaite mieux centrées sur l’objet étudié. Par ailleurs, il restera assez de questions en suspens pour motiver de jeunes chercheurs aussi obstinés que disponibles.

Main gauche/main droite, d’estoc/de taille

  • 41 Depuis l’adoption officielle, vers 1995, du contrôle électrique pour objectiver les touches chez le (...)

92Revenons sur la surprenante différenciation constatée au sein de l’élite mondiale des escrimeurs. Les gauchers s’approprient la majorité des médailles d’or à l’épée et au fleuret, mais ce sont les droitiers qui s’imposent massivement, jusqu’à présent41, au plus haut niveau de la pratique du sabre (voir fig. 1, p. 101). Or, cette arme est la seule qui permette de toucher l’adversaire avec ses faces latérales.

93Il apparaît de façon évidente aux spectateurs que la gestuelle des sabreurs diffère de celle des pratiquants d’armes de pointe. Déjà en position de garde, la poignée du sabre est tenue à pleine main et sa pointe est vers le haut. En action, les attaquants font souvent virevolter cette arme au-dessus des têtes dans des mouvements circulaires, appelés banderoles, soumis à de rapides changements de direction et de vitesse.

  • 42 Prendre le fer : cette expression désigne les actions du tireur amenant sa lame au contact de celle (...)

94De leur côté, les épéistes et fleurettistes maintiennent la pointe de leur arme plus inclinée vers l’avant, de telle manière qu’elle dépasse rarement la hauteur du menton de l’adversaire. Ils restent ainsi prêts à la projeter vers la cible détectée dans le plan frontal, en prenant le plus court chemin possible. Qu’ils écartent ou non l’arme adverse au début de l’action – on appelle cela prendre le fer42 –, leur mouvement tend à réaliser la plus courte trajectoire possible entre la pointe et la cible. C’est un mouvement unidirectionnel typique de ce que l’on décrit, en neurosciences, comme une projection balistique.

  • 43 Hay L. (1979), « Spatial-temporal analysis of movements in children : motor programs versus feedbac (...)

95Avec ces armes d’estoc, lors d’une action d’attaque, la trajectoire de la pointe est conditionnée départ par le repérage d’une cible. Elle s’engage dès qu’est levée l’incertitude spatiale. Ce fait n’exclut pas, cependant, qu’une action offensive soit préparée, avant la projection du bras, par des déplacements et des prises de fer. Les escrimeurs emploient souvent le terme de conversation pour désigner ces interactions préalables. Ainsi, la tactique prend place en amont de l’engagement du geste décisif. Elle inspire des actions préparatoires distinctes de la projection du bras, celle-ci étant essentiellement guidée par la localisation spatiale de la cible. La projection balistique du bras armé bénéficie alors d’un contrôle central appelé proactif, décrit depuis longtemps43, mais sans avoir été associé à un avantage de la main gauche.

  • 44 Le règlement considère comme surfaces valables, dans le cas du sabre, toutes celles qui se trouvent (...)

96Au contraire, les conditions de pratique du sabre conduisent ses adeptes à initier un mouvement offensif plus tôt et moins directement ciblé. La poignée du sabre est empaumée plus fermement dans la main que celle des armes d’estoc, ce qui facilite un geste plus ou moins fouetté. Pour préparer une touche avec le tranchant de l’arme, les sabreurs doivent souvent balayer l’espace autour de l’adversaire avec la lame. Pour le menacer de tous côtés même temps, y compris avec la pointe, ils doivent soumettre l’arme à de multiples changements de direction. En faisant ainsi virevolter son arme, le sabreur cherche à toucher, en fin de parcours, la portion de surface44 que l’adversaire n’a pas pu protéger jusqu’au bout. Le choix de la cible est en suspens durant la trajectoire. Le sabreur doit réactualiser en continu ses informations – sur les rapports de certains mobiles dans le champ – durant une action d’attaque riche en changements de vitesse et de direction.

97Le sabre se distingue donc des armes d’estoc par la variabilité de sa trajectoire dont l’objectif final reste plus longtemps en suspens. Il en résulte la nécessité d’un contrôle continu des mouvements séquentiels de la main. Pour préparer une touche, le sabreur doit engager une action qui a pour but de produire et entretenir l’incertitude, temporelle et spatiale, durant la trajectoire. L’intention tactique sous-tend le geste pour y introduire des changements de direction et de vitesse. Il est vrai que le sabre bénéficie d’un degré de liberté supplémentaire. Il est offensif par toutes ses faces. De ce fait, le mouvement d’attaque engagé est potentiellement multidirectionnel, jusqu’à l’apparition d’une cible découverte appelant une touche sous un angle variable. La trajectoire du sabre est donc plus dépendante d’une boucle rétroactive que d’un contrôle proactif. Son parcours reste suspendu aux réactions de l’adversaire, tandis qu’il ne l’est guère qu’au départ de la projection d’une arme d’estoc.

98L’analyse descriptive qui précède a guidé notre choix de certaines conditions d’incertitude temporelle et spatiale que devait simuler la programmation du VARTEX. Les résultats ont bien répondu à notre attente. Avec cet appareil, pour atteindre une cible avec la pointe de l’index sans signal préparatoire – condition SP –, c’est-a-dire lorsque l’incertitude est totale, à la fois temporelle et spatiale, on doit réagir immédiatement à un signal d’espace, comme l’exige souvent la pratique de l’épée ou du fleuret. La trajectoire du pointer est immédiatement déterminée par la localisation du signal sur la rétine. Cette condition confirme bien, en laboratoire, l’avantage qu’obtiennent les gauchers dans certaines situations de compétition. Il y apparaît, en outre, que cet avantage n’est pas réservé à la main gauche des seuls gauchers. Il semble dû à une capacité spécifique de l’hémisphère droit qui se traduit par la rapidité de la réaction indépendamment de la latéralité individuelle.

99La possibilité d’exploiter un présignal porteur d’information est cependant fréquente en escrime, quelle que soit l’arme utilisée. La validité de cette information dépend surtout du comportement de l’adversaire qui tâche de masquer ses intentions ou de détourner l’attention. Le VARTEX simule ces cas d’incertitude en distribuant de façon aléatoire des informations soit valides (VAL), soit erronées (ERR), sur la localisation du signal attendu. L’avantage de la main gauche disparaît si l’information spatiale est erronée. C’est alors, au contraire, la main droite qui s’engage plus rapidement en direction de la cible (voir fig.12). Cet avantage de la main droite pour corriger une information erronée est particulièrement net lors des courts délais (inférieurs à 300 msec) entre présignal et signal (interaction croisée : main D / main G x SP / ERR : p < 0,035). Le temps de réaction de la main droite est plus court que celui de la gauche quand le présignal est erroné (p < 0,005). C’est l’inverse, nous l’avons vu, sans présignal.

100Cet aspect différencié est en accord avec nos précédents résultats obtenus avec un appareillage différent. Un avantage en faveur de la main droite et/ou de l’hémichamp droit s’était manifeste à plusieurs reprises en comparant les temps de réaction consécutifs aux présignaux erronés. En monocularité, notamment, les réactions de la main droite ont été plus rapides en moyenne, pour cette condition, que celles de la main gauche (256 ms / 282 ms).

  • 45 Posner M. I., Walker J. A., Friedrich F. I., Rafal M. A. (1984), art. cit.

101Par ailleurs, cependant, d’après les modèles classiques d’interprétation des processus centraux, on s’attendrait à trouver un avantage de la main gauche pour réagir aux présignaux valides (VAL), l’hémisphère droit étant implique en priorité dans la représentation de l’espace visuel. Un tel aspect n’était pas contredit par nos premières expériences recourant à la seule mesure du temps de réaction. Le VARTEX nous révèle que le temps de mouvement compense les différences de temps de réaction, de sorte qu’il n’apparaît pas de différence significative entre les mains, dans cette condition, pour le temps de réponse. Posner a fait le même constat avec des sujets présentant des lésions parietales45.

102D’après nos premières expériences, ce sont donc essentiellement les deux autres conditions, sans présignal (SP) et présignal erroné (ERR), qui font apparaître des performances différenciées entre les mains. Ainsi, l’absence de présignal (SP) donne lieu à un avantage relatif du système hémisphère droit-main gauche en temps de réaction et en temps de réponse. Les présignaux erronés font émerger, au contraire, un avantage du système hémisphère gauche-main droite, avec une différence significative des temps de réaction entre les hémichamps et entre les mains. Ces deux systèmes, spécifiquement mis en concurrence dans les sports d’opposition, constitueront des supports essentiels du modèle général d’interprétation qui sera propose plus avant.

  • 46 Beaubaton D., Velay J.-L., Hay L. (1987), « Informations visuelles et précision spatiale du mouveme (...)

103À ce stade de nos investigations, il restait cependant à compléter l’étude, en laboratoire, des conditions de terrain différenciant le sabre des armes d’estoc. Certes, en manipulant l’incertitude, nous constations que la main gauche apparaissait avantagée pour exploiter immédiatement un signal d’alerte, sans délai préparatoire, tandis que la main droite parvenait mieux, de son cote, après une orientation erronée, à réajuster rapidement la trajectoire prête à s’engager. Pour expliquer l’avantage de la main gauche en l’absence de présignal, nous avions déjà fait l’hypothèse d’un mouvement de projection effectue en boucle ouverte, c’est-a-dire sans que le mouvement soit guide en vision centrale. Une étude réalisée par Beaubaton, Velay et Hay46, confirmait que le contrôle en direction d’un tel mouvement pouvait se dispenser de réafférences visuelles. Seul le contrôle en amplitude bénéficiait utilement d’une rétroaction visuelle pour freiner le mouvement de la main à l’approche de la cible. Mais les auteurs n’avaient pas étudié un éventuel comportement différencié des deux mains dans cette double perspective.

104Les travaux, déjà cites, de Todor et Doane (1978) d’une part, de l’équipe de Posner (1984) d’autre part, concordaient bien avec notre constatation d’avantages spécifiques de la main gauche. Pour ceux de la main droite, la presse spécialisée n’apportait aucun élément susceptible d’étayer solidement notre voie d’interprétation. En 1986, des entretiens avec D. Beaubaton auraient pu conduire à une étude conjointe dans un tel but, mais ce jeune et brillant chercheur est décédé accidentellement quelques mois plus tard. Ce projet est reste en suspens. Il restait, en effet, à compléter nos premières données en mesurant les effets d’un déplacement aléatoire de la cible après le début de la réponse du sujet. Une telle condition serait plus proche du mode de contrôle exige par la pratique du sabre.

  • 47 Au début des années 1990, plusieurs membres de notre équipe initiale ont émigré vers d’autres unive (...)
  • 48 Azemar G., Stein J.-F., Reine B. (1990), « Les particularités de la main gauche dans une tache de p (...)
  • 49 Elliott D., Lyons J., Chua R., Goodman D., Carson R.G. (1995), « The influence of target perturbati (...)

105Un concours de circonstances m’a empêché de mettre en place ce dernier contrôle en m’éloignant du laboratoire47. Entre 1990 et 1994, j’ai saisi l’occasion de quelques congres francophones pour faire connaître mon hypothèse d’interprétation des différences latérales observées, en escrime, en fonction de l’arme48. Peu après, en 1995, Elliott et alii49 ont montre que la main droite des droitiers ajuste sa trajectoire plus efficacement que la main gauche lorsque la cible est déplacée latéralement de quelques degrés après le début du mouvement de projection. Ces auteurs ont attribue cet avantage de la main droite non pas a une plus grande rapidité de correction, mais a une plus forte décélération du mouvement correctif.

  • 50 Boulinguez P., Azemar G. (2000), « Les avantages lies a la lateralite manuelle en escrime sont-ils (...)

106Un jeune collègue rencontre lors d’un congrès s’est aussi intéressé à cette perspective. Déjà engage dans l’étude en trois dimensions (deux cameras infrarouge SELSPOT) des boucles de contrôle du mouvement de pointage, il a mis en place un dispositif adéquat : une table de pointage et le déplacement latéral aléatoire de la cible pendant le mouvement (double-step) dans 25 % des essais. Boulinguez a pu ainsi montrer que la main droite est plus performante que la gauche pour les corrections en ligne du mouvement de pointage50. Le temps de correction de trajectoire est plus court pour la main droite (188 ms / 238 ms ; p < 0,001). Par ailleurs, il a également confirme les temps de réaction plus courts de la main gauche si la cible s’allume sans information spatiale préalable et sans déplacement secondaire.

107Ces dernières données expérimentales ont été obtenues, comme les nôtres, sur l’ensemble des sujets, indépendamment de leur latéralité manuelle (main droite vs main gauche). Un tel fait suggère une implication différenciée des deux hémisphères cérébraux dans ces procédures. Le système hémisphère gauche-main droite apparaît donc plus apte à corriger la direction du mouvement au moment de son engagement ou durant son exécution. On sait que la poursuite oculaire d’une cible en mouvement doit faire intervenir un contrôle rétroactif. Celui-ci repose sur une boucle perceptivo-motrice qui permet au mouvement d’exploiter des réafférences visuelles. Ce processus en feedback apporte à la main des informations prises en continu par le regard pour réajuster la trajectoire.

108L’aptitude de la main droite à bénéficier d’un tel mode de contrôle est implicitement considérée comme un critère de dextralité manuelle. Si c’était seulement la conséquence de l’usage préférentiel de la main droite, on pourrait supposer qu’il s’agit essentiellement d’une habileté acquise et que la main gauche serait en mesure d’en bénéficier aussi pleinement par apprentissage. Or, les résultats rapportes ci-dessus tendent à mettre davantage en évidence le système hémisphère gauche-main droite quand ce processus est en jeu. Tous les sujets en bénéficient, qu’ils soient droitiers ou gauchers.

109De son cote, le système hémisphère droit-main gauche est plus apte a exploiter les coordonnées visuo-spatiales d’une cible non présignalée. Cet avantage de la main gauche, signale et décrit un peu plus tôt que celui de la main droite, commence à être assez largement admis. Il semble résulter de rapports privilégiés de ce système avec les signaux de localisation de la cible sur la rétine périphérique. On connaît le rôle du système rétino-tectal dans cette fonction. La programmation de la trajectoire découlant de ce mode de saisie visuelle est illustrative d’une projection balistique. Il est probable que la pratique des armes d’estoc sollicite de façon spécifique un processus de cet ordre.

Les processus d’orientation de l’attention

  • 51 Muller H. J., Rabitt (1989), « Reflexive and voluntary orienting... », art. cit.

110Il faut revenir également, pour les compléter et les nuancer, sur les notions d’intention et d’orientation endogène ou exogène de l’attention. Les travaux réalisés dans cette voie par Muller et Rabitt51 nous ont notamment guidés pour distinguer les processus centraux mis en jeu selon les conditions d’incertitude introduites par le présignal. L’information apportée par ce dernier produit une orientation endogène de l’attention, contrôlée par le sujet en fonction de son intention stratégique. Il s’est confirmé dans nos expériences, en cas de présignal apportant une information valide, que la facilitation de la réponse au signal impératif n’atteint sa valeur maximale qu’au-delà de 300 millisecondes après ce présignal. Muller et Rabitt attribuent cette latence à une inhibition atteignant son maximum vers 150 ou 200 millisecondes. Ce délai est mis à profit par le sujet pour se préparer à mieux exploiter le signal annoncé.

111En deçà de ce seuil de 250 ou 300 ms, déjà évoqué par d’autres auteurs, on serait dans le domaine de processus dits automatiques comme l’a notamment signalé Jonides. Or, il s’y produit des phénomènes différents selon que le sujet dispose ou non d’une information spatiale. La survenue d’une telle information entraîne sa prise en compte immédiate par des structures cérébrales supérieures, car l’objectif essentiel de la tâche est de réduire l’incertitude. L’implication de ces structures n’est pas sans conséquences sur le déroulement des réactions. Il faut donc distinguer la condition sans présignal, qui correspond ici à une absence de délai, c’est-à-dire aussi l’absence d’information exploitable, et le cas d’un délai, si court soit-il, qui permet d’utiliser une information spatiale, mais qui fait en même temps courir le risque de tomber dans le piège d’une information erronée. En effet, 10 % des informations sont erronées. Il s’agit donc, dès lors, de contrôler ce risque d’erreur. Tâchons de mieux analyser les conditions de ces processus.

112Dans la condition sans présignal (SOA = 0), le sujet est directement alerté par le signal impératif qui lève d’emblée l’incertitude temporelle et spatiale. Le processus mis en jeu est alors typiquement exogène, entraînant une orientation de l’attention, que l’on peut admettre comme automatique dans de telles conditions. Sans présignal, l’avantage démontré par la main gauche suggère une facilitation de la réponse par l’hémisphère droit. Ce cas se différencie radicalement de ceux ou` le moindre délai permet au système nerveux central d’engager un processus destiné à exploiter l’information associée au présignal. Dans de tels cas et si l’information s’avère erronée, au contraire, c’est la main droite qui réalise les meilleures performances, ce qui suggère une participation de l’hémisphère gauche dans le contrôle d’un tel réajustement.

113En outre, lors des brefs délais préparatoires (SOA = 50 à 150 ms), les sujets répondent plus vite si les signaux sont erronés que s’ils sont valides (voir fig. 8). Ce constat est intéressant, car il suggère l’intervention d’un processus central privilégiant la détection d’une erreur. Il s’agit probablement d’un contrôle simultané, mais différencié des deux hémichamps visuels en fonction du côté ou` est annoncé le signal. Du côté valide est attendu le signal confirmant l’information (critère endogène), tandis que du côté non valide demeure préservée une réaction automatique à un signal susceptible d’infirmer l’information (stimulus exogène). Ainsi, en cas d’information erronée, la survenue du signal impératif du côté non prévu provoque une orientation automatique de l’attention que le sujet exploite en moins de 300 millisecondes après le présignal et avec un temps de réaction relativement court. En cas d’information valide, la réaction à la survenue du signal impératif du côté annoncé doit passer d’abord par une désinhibition, contrôlée un plus haut niveau.

114Un tel schéma suggère donc un partage de l’attention fondé sur l’alternative : côté annoncé / côté non annoncé. Cette distribution différenciée de l’attention semble privilégier la détection d’une erreur. Il n’y a pas lieu de s’en étonner, car les consignes de la tâche sont très claires à ce propos. Il est demandé de répondre de façon rapide et précise, mais sans erreur. Par ailleurs, il n’y a pas lieu de s’interroger longtemps sur le type de structure centrale qui pourrait être en mesure de superviser de telles opérations centrales en situation d’incertitude. Le cortex préfrontal a été désigné dans cette perspective depuis une trentaine d’années.

  • 52 Sakagami M., Niki H. (1994), « Spatial selectivity of go/no-go neurons in monkey prefrontal cortex  (...)
  • 53 Niki H. (1974), « Differential activity of prefrontal units during right and left delayed response (...)

115La région dorsale du cortex préfrontal est impliquée, en effet, dans ce type de tâche – couramment appelé go-nogo52 – dès que survient un délai après le présignal, quand commence l’inhibition d’une réponse automatique. Le sujet sait qu’il ne doit pas répondre avant la survenue effective du signal impératif. Il lui faut donc inhiber une éventuelle réaction motrice spontanée consécutive au présignal porteur d’une information spatiale. S’il peut exploiter l’orientation spatiale qui lui est donnée, il ne doit pas, cependant, courir le risque de tomber dans le piège d’une information erronée. On sait qu’un tel processus d’inhibition est une modalité fonctionnelle caractéristique du cortex préfrontal. Niki53 a trouvé dans la région dorsolatérale du cortex préfrontal des neurones qui, pendant le délai précédant le choix dans une expérience de réponse retardée, s’activent différemment selon le côté (droit ou gauche) vers lequel se porte le choix. Un premier type de neurone dépend de la localisation indiquée par le présignal. Un second type d’unité est actif pendant le délai disponible pour gérer l’incertitude. Ces neurones jouent un rôle primordial dans le contrôle visuel des tâches motrices, notamment lors de telles procédures go-nogo. Ils présentent des réponses asymétriques privilégiant souvent l’hémichamp controlatéral. Nous reviendrons sur l’analyse de ces processus à propos de la dominance oculaire.

  • 54 Jonides J. (1981), art. cit. ; Muller H. J., Rabitt (1989), art. cit.

116Dans nos expériences, les comparaisons entre main droite et main gauche montrent donc des traits différenciés relevant de deux conditions distinctes d’incertitude. Les processus mis en jeu ont la caractéristique commune de se réaliser dans des délais ne pouvant donner lieu, en principe, qu’à des processus automatiques54. Le concept d’automatisme, bien qu’assez flou, nous permet ici de comparer main droite et main gauche sous un éclairage particulier.

  • 55 Fries W. (1985), « Inputs from motor and premotor cortex to the superior colliculus of the macaque (...)

117Lorsque le délai interstimulus est nul, il manque à la fois une mise en alerte (préparation) et une information spatiale (orientation de l’attention). Les premières informations sont les coordonnées rétiniennes de la cible dont s’accommode bien l’hémisphère droit. La main gauche y trouve les conditions d’une projection balistique qui découle de la localisation de la cible sur la rétine périphérique. La réaction fait l’économie d’une saccade, c’est-à-dire d’un contrôle en vision fovéale. On sait qu’un système visuel sous-cortical, dit rétino-tectal, mettant en jeu le colliculus supérieur, préside à une telle opération centrale55. C’est probablement l’évitement du cortex qui permet un gain de temps en n’impliquant qu’un nombre restreint de neurones dans la réaction. Un tel processus représente bien ce que l’on appelle communément un automatisme.

118Lors de présignaux erronés, au contraire, nous avons vu qu’un contrôle cortical se trouve nécessairement impliqué. Cela n’exclut pas l’intervention d’une assistance automatique. Nous reviendrons sur ce point, mais restons, pour l’instant, à l’étage cortical. La comparaison des groupes de sujets nous a montré que les droitiers manuels (DD et GD) réagissent plus vite avec leur main préférentielle que les gauchers manuels. Si une tâche verbale est associée la réaction visuo-motrice, les droitiers homogènes (DD) subissent, au contraire, un coût de 50 millisecondes dans cette condition d’incertitude, tandis que cela ne coûte rien aux gauchers homogènes (GG) et seulement 20 ms aux formules mixtes (voir plus haut fig. 14c : DG et GD).

119Ces effets de la tâche verbale suggèrent un rôle essentiel de l’hémisphère gauche, chez les droitiers, pour prévenir un risque d’erreur et contrôler la validité des informations préalables. Au contraire, des facteurs individuels de sénestralité, qu’elle soit oculaire ou manuelle, semblent faire intervenir des voies différentes entre les entrées visuelles et sorties motrices quand le signal est consécutif à une information erronée. L’analyse de ces phénomènes sera poursuivie dans un prochain chapitre.

120Une série d’expériences a montré d’autre part que la main droite est plus efficace que la gauche pour corriger sa trajectoire vers une cible en mouvement ou changeant de position de façon inattendue. Peut-on dire, dans ce dernier cas, qu’il s’agit d’un processus automatique, sachant qu’il s’agit en général d’une correction sous contrôle visuel ? On doit le contester si l’on considère que la notion d’automatisme s’oppose, par définition, à celle de contrôle. Mais on peut aussi l’admettre en considérant qu’une telle correction du geste fait intervenir un mécanisme d’assistance, un rétro-contrôle en boucle fermée, soumettant la trajectoire de la main à des indices visuels pendant son déroulement. C’est un processus en ligne, assuré par une sorte de servomécanisme. Mais nous éviterons, ici, un débat sémantique, qui serait stérile, sur le concept même d’automatisme. D’autres le feront à ma place. Ce qu’il faut en retenir, c’est que la main droite semble plus apte que la gauche à bénéficier d’un contrôle en ligne de sa trajectoire. Et qu’elle en tire avantage pour mieux réajuster son déplacement vers des cibles survenant dans l’espace de façon aléatoire.

121En somme, dans des conditions de forte contrainte temporelle, chacune des mains s’appuie sur un processus différent, mais approprié, qui reflète la spécificité de l’hémisphère dont elle dépend le plus directement. Le geste de la main gauche peut se déterminer pour l’essentiel, dès son départ, sur un signal d’espace. Au contraire, le geste de la main droite est plus susceptible de se plier en continu, après son engagement, à des changements aléatoires de cibles. Cette différenciation suggère que les hémisphères cérébraux ont recours à des modalités distinctes de traitement des informations dans de telles situations d’incertitude spatiale et temporelle.

  • 56 Posner M. I., Walker J. A., Friedrich F. I., Rafal M. A. (1984), art. cit.
  • 57 Heilman K. M., Van Den Abell T. (1979), « Right hemispheric dominance for mediating cerebral activa (...)
  • 58 Vighetto A. (1980), « L’ataxie optique », op. cit.
  • 59 Gainotti G., D’Erme P., Monteleone D., Silveri M. C. (1986), art. cit.
  • 60 Reuter-Lorenz P. A., Kinsbourne M., Moskovitch M. (1990), « Hemispheric control of spatial attentio (...)
  • 61 Palmer T., Tzeng O. J. L. (1990), « Cerebral asymmetry in visual attention », Brain and Cognition, (...)
  • 62 Corbetta M., Miezen E. M., Shulman G. L., Petersen S. E. (1993), « A PET study of visuospatial atte (...)

122L’avantage relatif de la main gauche dans la condition sans présignal suggère la mise en jeu d’une attention diffuse, couvrant simultanément les deux hémichamps. L’hémisphère droit a bien été signalé plus apte à une telle forme d’attention. Posner56 a montré, étudiant les effets des lésions du cortex pariétal, que l’hémisphère droit a une fonction d’alerte permettant, en outre, au sujet d’engager son attention en direction d’un signal imprévu. Les travaux d’Heilman57, de Vighetto58, de Gainotti59, de Reuter-Lorenz60 et de Palmer61, parmi d’autres, ont confirmé l’implication de cet hémisphère, de son cortex pariétal postérieur droit en particulier, dans de tels processus attentionnels. Un peu plus récemment, en recourant avec des sujets sains à la tomographie par émission de positons (PET), Corbetta62 a pu montrer que le déplacement de l’attention dans le champ visuel active le lobe pariétal droit quel que soit l’hémichamp exploré. Le lobe pariétal gauche n’est activé, pour sa part, que lorsque l’hémichamp droit est exploré.

  • 63 Elliott D., Roy E. A., Goodman D., Carson R. G., ChuA R., Maraj B. K. V. (1993), art. cit.

123Les expériences précédentes démontrent, comme celles de Elliott et alii63, que la main gauche bénéficie de ce contrôle hémisphérique droit pour orienter sans délai sa réaction vers une cible survenant dans le champ visuel sans signal préparatoire. Cet avantage est obtenu par la main gauche quelle que soit la préférence manuelle des sujets, ce qui plaide encore en faveur d’une spécialisation hémisphérique. Ainsi, la survenue d’un signal exogène facilite une projection balistique de la main gauche. Cependant, la précision du geste découlant de ce seul programme balistique est limitée. Pour mieux ajuster son point d’impact sur la cible, il faut que la main bénéficie d’un contrôle visuel de sa trajectoire, au moins dans sa portion terminale. Mais il s’agit alors d’un autre processus.

  • 64 Kimura D. (1977), « Acquisition of a motor skill after left hemisphere damage », Brain, 100, p. 527 (...)
  • 65 Roy E. A. (1981), « Action sequencing and lateralized damage : evidence for asymmetries in control  (...)
  • 66 Palmer T., Tzeng O. J. L. (1990), « Cerebral asymmetry in visual attention », Brain and Cognition, (...)
  • 67 Vighetto A. (1980), art. cit.

124L’hémisphère gauche est précisément le plus apte à faire intervenir, au profit de la main droite, ce second processus d’ajustement de la trajectoire durant l’approche visuellement contrôlée d’un objectif. Kimura64 et Roy65 ont constaté que les patients ayant des lésions hémisphériques gauches se trouvaient incapables d’enchaîner de tels ajustements dans des tâches séquentielles du type tapping. Cette caractéristique s’inscrit bien dans la stratégie séquentielle attribuée plus généralement à cet hémisphère par Palmer et Tzeng66. Enfin, Vighetto67 désigne plus précisément le cortex frontal gauche pour une fonction de guidage visuel de la main droite dans les deux hémichamps. C’est un processus attentionnel complémentaire du précédent.

125Quand rien ne presse, dans notre vie quotidienne, les deux moyens se succédent pour guider, par exemple, un geste banal de préhension par l’une ou l’autre des mains. Les deux hémisphères disposent alors du temps nécessaire pour situer l’objectif, puis accompagner le geste en coopérant par les commissures du corps calleux et du chiasma optique. C’est habituellement le cas pour nos actions manuelles de routine. Les contrôles de laboratoire nous montrent que les deux mains exploitent de façon analogue les informations valides quand le temps de préparation est suffisant (SOA à partir de 300 ms). Mais la problématique qui nous intéresse ici est celle des processus d’urgence face à des signaux aléatoires. Dès lors, c’est l’hémisphère le plus compétent qui met plus rapidement en jeu son mode de fonctionnement privilégié, dont profite la main controlatérale.

126Les deux schémas fonctionnels sommairement résumés ci-avant pour distinguer le système hémisphère droit-main gauche du système hémisphère gauche-main droite représentent des éléments essentiels du modèle général pouvant nous aider à interpréter l’ensemble des faits. Il semblerait que ces deux systèmes hémisphère-main se comportent en sport d’opposition comme des collaborateurs devenus concurrents. C’est une image attrayante, mais qu’il faudra cependant moduler. Malgré cette concurrence, nous verrons qu’il persiste des rapports hiérarchisés entre les hémisphères qui s’opposent à de profonds renversements des processus centraux.

Gauche plus automatique versus droite mieux contrôlée

127Il a été dit plus haut que la situation d’opposition duelle oblige les protagonistes à mobiliser leur attention dans le champ visuel périphérique indépendamment des mouvements du regard. Ils doivent souvent masquer leurs intentions à l’adversaire en évitant de regarder les buts qu’ils visent. Par ailleurs, ils doivent surveiller tout le champ d’action afin d’appréhender l’ensemble des indices visuels qui y surviennent et n’ont de sens que par leurs rapports spatiaux dynamiques. Cette attention diffuse, caractéristique de l’hémisphère droit, est permanente en sport d’opposition. Dans sa fonction d’alerte, elle soumet la réponse à un signal exogène, avec deux issues principales. Soit, activée par un signal prosexigène, c’est-à-dire imprévu, potentiellement menaçant, elle déclenche une saccade oculaire pour identifier la menace, et facilite en même temps un geste de parade dans sa direction. Soit, s’appuyant sur une pré-identification de signaux attendus, elle suscite une réponse plus élaborée, étudiée et préparée l’entraînement.

128Tous ces cas de réactions suspendues à des signaux visuels aléatoires peuvent donner accès des réponses préprogrammées. L’attention visuo-spatiale est d’abord le domaine d’élection, on le sait, du système hémisphère droit-main gauche. De telles réactions se trouvent déterminées, en premier lieu, par la localisation d’un stimulus exogène. Elles ne coïncident pas toujours, évidemment, avec les intentions ou attentes du sujet. Celui-ci peut, toutefois, en saisir l’opportunité pour tirer avantage d’une réponse déjà préparée, conditionnée l’entraînement. Le stimulus libère la réponse. Le gain de temps qui en résulte donne à l’adversaire et au spectateur l’impression d’une anticipation du signal. C’est ce que disaient aux journalistes les adversaires malheureux du célèbre gaucher Mc Enroë en tennis. Plusieurs escrimeurs gauchers de très haut niveau (Romankov, Golubitski, Srecki, Flessel, etc.) donnent la même impression. Leurs actions sont souvent fulgurantes. Ils saisissent les moindres fenêtres de temps et d’espace.

129Les situations expérimentales que nous avons explorées en recourant à la SOA montrent que des réactions décisives se produisent ainsi dans des délais extrêmement courts. Sans information préalable et sans le moindre délai pour préparer sa réponse, la main gauche réagit mieux et plus vite que la droite. Elle se trouve comme propulsée vers une cible. Au contraire, nous avons vu que la main droite est plus à même de se soumettre à un contrôle intentionnel.

  • 68 Verfaellie M., Heilman K. M. (1990), art. cit.

130Tâchons d’entrevoir comment l’intentionnalité du sujet s’introduit dans une telle problématique. Il suffit qu’un signal préparatoire produise un délai avant l’allumage d’une cible, même en l’absence d’information spatiale, pour que le sujet améliore son temps de réaction. Ce gain résulte d’une attitude déjà modifiée par une simple augmentation de la vigilance. Si une information spatiale est associée au présignal, un gain supplémentaire résulte d’une orientation anticipée de l’attention. S’il faut répondre par une projection de la main, on peut admettre en effet, comme le suggère Verfaellie68, qu’une composante intentionnelle a préparé la main à répondre d’une façon déterminée.

131D’autres facteurs viennent s’ajouter pour changer la nature de cette composante intentionnelle. D’abord, l’information passe par un signe (une flèche au centre du champ visuel) qui renvoie à la fonction sémiotique. Ensuite, cette information, censée valide, n’est pas fiable à 100 %. En effet, les sujets savent que l’information apportée par le présignal est parfois erronée (20 % des cas) et ils l’ont constaté lors d’une série d’apprentissage. Dès lors, pour éviter le piège d’une information erronée, ils doivent soumettre le côté signalé valide à un contrôle cognitif. Or, il faut un délai minimum de 300 millisecondes pour en bénéficier. Durant ce délai, l’autre côté (erroné) se prête encore à une saisie automatique. Ainsi, dans ces conditions expérimentales, l’attitude intentionnelle repose sur une différenciation latérale de l’attention avec inhibition du côté valide durant la mise en place d’un contrôle cognitif.

132La part revenant à l’intentionnalité est donc liée l’incertitude, mais surtout à la présence d’un certain taux d’informations erronées. Il s’agit alors de prendre en compte une information sans s’y soumettre totalement. L’orientation initiale concerne une cible virtuelle. L’intentionnalité intervient pour réserver la réponse à une cible réelle. Ces deux sortes d’attente sont dissociées latéralement. Le côté annoncé valide est, en quelque sorte, mis en réserve. En cas d’information erronée, il suffit à la main droite d’un délai de l’ordre de 150 ms pour corriger la direction de son mouvement vers la cible apparue effectivement. Boulinguez a confirmé et complété cette donnée déplaçant la cible au cours du mouvement. Il a aussi constaté que ce processus n’est pas réservé aux droitiers manuels. C’est une spécificité du système hémisphère gauche-main droite.

133Ces expériences démontrent donc, d’une part, qu’une main peut s’engager vite et bien vers une cible non annoncée, et la gauche y parvient mieux que la droite, d’autre part, qu’un délai de 150 ms suffit pour engager une correction de trajectoire, et c’est alors la main droite qui le fait de façon plus rapide et précise. Dans le premier cas, le système hémisphère droit-main gauche exploite plus vite un signal exogène. Dans le second, le système hémisphère gauche-main droite réduit plus vite l’incertitude directionnelle et contrôle mieux la trajectoire vers la cible. La plus grande célérité de ce second système à intervenir dans le déroulement du geste suggère un rôle privilégié de l’hémisphère gauche dans une gestion continue, séquentielle, du mouvement.

  • 69 Todor J. I. et Doane I. (1978), art. cit.

134En pratique sportive, la main droite exprime d’autant mieux l’intention du sujet que celui-ci a pu prendre l’initiative de l’action. C’est la finalité du système. La pratique du sabre est plus représentative de cette dimension que celle des armes d’estoc. L’initiative d’une action offensive est souvent déterminante pour le sabreur. Il doit conduire la trajectoire de son arme avec l’intention de surprendre son adversaire. Il ne peut le faire qu’en prenant le contrôle de l’incertitude, notamment temporelle. Les spécialistes de cette arme savent qu’un attaquant doit y imposer son tempo. Cette modulation temporelle des interactions est très représentative des fonctions de l’hémisphère gauche, dont la dominante est une régulation séquentielle de nos actions69.

  • 70 Holistique (du grec holo, entier) : se rapporte à une théorie selon laquelle les phénomènes sont de (...)
  • 71 Ce rôle de l’hémisphère droit dans la représentation de l’espace perceptif s’applique également aux (...)

135L’hémisphère droit, pour sa part, a une fonction caractérisée par un traitement parallèle, holistique70, des informations. Il saisit les rapports simultanés réciproques des éléments perçus dans le champ d’action. À ce titre, on lui accorde généralement un rôle privilégié dans la représentation centrale de l’espace visuel71. Or, il s’agit là de données sensorielles en provenance de la rétine périphérique qui enregistre les projections sur un plan et les transmet avec leurs rapports topologiques. Pour appréhender la profondeur, il faut un autre mode de traitement, fondé sur la convergence des axes oculaires et la fusion des images fovéales, au service de diverses fonctions cognitives de l’hémisphère gauche. Cette dimension sera évoquée dans le prochain chapitre.

136Bien que cela paraisse simpliste, on est tenté de dire que l’hémisphère droit traite d’emblée des représentations d’un espace à deux dimensions, tandis que le gauche introduit surtout une troisième dimension, la profondeur et/ou le temps. Ce schéma sera discuté et complété à propos des modèles généraux d’interprétation.

  • 72 Klein R. M. (1994), « Perceptual-motor expectancies interact with covert orienting under conditions (...)

137Un ancien épéiste anglais de talent, Peter Jacobs, gaucher comme tant d’autres, m’a récemment confié qu’il n’a jamais pu s’adapter à la pratique du sabre parce qu’il ne parvenait pas à « donner une troisième dimension » à ses actions offensives. Ce témoignage subjectif corrobore les données expérimentales. Lorsque la main gauche est sollicitée dans l’urgence, l’hémisphère droit qui la commande semble s’appuyer d’abord sur l’espace bidimensionnel tel que le reçoivent les surfaces rétiniennes. Les coordonnées directionnelles du signal lui suffisent alors pour engager la projection de la main vers cette cible. On parle alors de contrôle exogène72 et de projection balistique. Lors de son déclenchement, la réponse motrice semble exploiter d’emblée un signal rétinien périphérique.

138Au contraire, la pratique du sabre nécessite un contrôle continu, de type endogène, de la trajectoire. Cette trajectoire s’engage dans une sorte d’aventure dont le sabreur doit écrire le scénario pendant son déroulement. Il lui faut interpréter l’espace durant le mouvement – et non plus avant celui-ci – et son geste reste étroitement soumis à une intention. Il doit tendre des pièges à son adversaire. Il menace de le toucher de divers côtés même temps, en occupant un large espace, jusqu’au moment ou` les parades adverses prendront du retard. Ce sera le signal pour accélérer encore et toucher la surface ainsi découverte.

La perception visuelle dans les deux hémichamps

  • 73 Van Der Staak C. (1975), « Intra and interhemispheric visual control of human arm movements », Neur (...)

139Dans nos expériences, la concurrence entre les hémisphères cérébraux se manifeste lors des comparaisons de performances en fonction de la main qui répond, mais aussi selon l’hémichamp spatial ou` apparaît la cible. Il a été rappelé précédemment que l’anatomie des voies visuelles est telle, entre les versants rétiniens et le cortex, que les images perçues dans l’hémichamp droit de l’espace se projettent dans l’hémisphère gauche, et réciproquement. On sait aussi qu’un croisement analogue du plan sagittal se produit pour le contrôle de la motricité distale des membres. En conséquence, une action manuelle droite réalisée dans l’hémichamp visuel droit peut être contrôlée exclusivement par l’hémisphère gauche73.

  • 74 Fortier P. A., Smith A. M., Kalaska J. F. (1993), « Comparison of cerebellar andmotor cortex activi (...)

140Que fait alors l’hémisphère qui n’est pas directement concerné par l’action ? Il n’est pas inactif, mais son rôle devient complémentaire, souvent automatique et plus ou moins accessoire, au service de l’action principale. Ce rôle s’inscrit dans une fonction globale, par exemple, le maintien d’une posture adéquate. Dans l’exemple choisi ci-avant, l’hémisphère gauche contrôle, au foyer de l’action – et de l’attention –, une conduite intentionnelle tendant à faire coïncider l’extrémité de l’index droit et le centre de la cible. Mais l’hémisphère droit contribue, probablement avec le cerebellum74, en particulier, pour superviser la cohérence des afférences multisensorielles qui conditionnent notamment l’équilibre et l’économie du mouvement au cours de son déroulement. Le sens du mouvement suppose, en effet, que les informations proprioceptives sont comparées en permanence à celles du champ visuel. Une perte de cohérence dans ce domaine peut atteindre un seuil critique et entraîner alors des réactions neurovégétatives comme en témoigne le mal des transports.

141C’est une telle fonction de synthèse, dite holistique, qui caractérise l’hémisphère droit. Les informations y sont traitées dans une perspective globale. Un exemple éloquent de ce mode de fonctionnement est la reconnaissance des visages. Il a été mentionné précédemment au chapitre premier qu’une agnosie des physionomies est souvent observée chez des sujets atteints de lésions hémisphériques droites. Cette donnée été confirmée et complétée par une série d’études qui méritent d’être brièvement évoquées ici.

  • 75 Cet ensemble d’études a valu à Sperry le prix Nobel de biologie.
  • 76 Gazzaniga M. S., Bogen J. E., Sperry R. W. (1965), « Observations on visual perception after discon (...)
  • 77 Les fibres constituant le corps calleux représentent les axones de plus de deux cents millions de n (...)

142Durant les années 1960, plusieurs recherches ont pu être réalisées dans l’entourage de Sperry75 en testant des sujets split-brain76. Ceux-ci avaient subi, pour des raisons médicales, une section du corps calleux, structure assurant normalement des transferts d’informations entre les hémisphères cérébraux. Cette large commissure est constituée d’un très grand nombre77 de fibres blanches transversales destinées à assurer normalement certains rapports interhémisphériques au cours de l’activité perceptive ou motrice et des apprentissages. De tels traitements chirurgicaux n’ont plus cours aujourd’hui, heureusement, mais les observations réalisées sur ces patients ont apporté beaucoup d’enseignements sur les fonctions hémisphériques. Elles ont aidé notamment à mieux comprendre les mécanismes de traitement des informations en fonction de l’hémichamp visuel et/ou de l’hémisphère mis en jeu.

  • 78 Levy J., Trevarthen C., Sperry R. W. (1972), « Perception of bilateral chimeric figures following h (...)

143De nombreuses expériences réalisées avec ces sujets recouraient à un tachistoscope, appareil permettant de faire apparaître un stimulus durant un temps très bref dans l’un ou l’autre des hémichamps visuels. Après avoir créé des visages chimériques par un montage photographique associant deux moitiés de visages différents, Levy, Trevarthen et Sperry78 les ont présentés aux sujets de telle manière que chaque moitié leur apparaisse dans un hémichamp visuel distinct. Ces auteurs ont constaté par ce moyen que les personnages ainsi représentés n’étaient reconnus que dans l’hémichamp gauche, donc par l’hémisphère droit, tandis que les détails d’un visage ne pouvaient être distingués décrits que dans l’hémichamp droit, c’est-à-dire par l’hémisphère gauche. Divers types de figures ou dessins chimériques faisant intervenir des demi-objets de part et d’autre de l’axe médian ont été utilisés.

  • 79 Trevarthen C., Sperry R. W. (1973), « Perceptual unity of the ambient visual field in human commiss (...)

144Trevarthen et Sperry79 ont observé plus généralement que les sujets split-brain disent voir un stimulus entier et complet, bien qu’un hémisphère donné ne voie en réalité que la partie du stimulus se trouvant dans l’hémichamp controlatéral. Par conséquent, notent les auteurs, lorsqu’un demi-stimulus est vu dans l’hémichamp visuel gauche et qu’une moitié d’un stimulus différent est vue dans le champ droit, chaque hémichamp perçoit, par « complétion hallucinée », un stimulus entier différent.

  • 80 Les travaux de Bela Julesz datent de 1960, mais il a fallu du temps pour qu’ils soient pris en comp (...)

145Il est probable qu’un tel processus intervient aussi, normalement, dans notre perception visuelle des objets, pour faciliter la fusion des projections rétiniennes et la perception du relief sans altérer la continuité de l’environnement. Les célèbres figures de Julesz80 et les random-dot-stereograms qui en sont issus témoignent des illusions visuelles accompagnant la fusion des images des deux yeux. Chacun de nous a pu en faire un jour l’expérience, en observant un stéréogramme avec l’attention particulière qui conduit à faire varier le point de convergence binoculaire. Une nouvelle image se surimpose alors, qui résulte d’un autre assemblage des éléments de la figure.

146Chez les sujets split-brain, les physionomies ne sont pas traitées de façon identique dans les deux hémichamps latéraux de l’espace. La section des commissures empêche la confrontation interne et la superposition relative des projections bilatérales rétiniennes. D’un côté, l’hémisphère droit reconnaît un visage sans en distinguer les détails. De l’autre, l’hémisphère gauche peut analyser les détails d’un visage sans pouvoir attribuer celui-ci à un être connu. Il manque une coopération interhémisphérique pour contrôler la cohérence des données et pouvoir ainsi constater qu’il s’agit d’un visage chimérique. Levy et ses collaborateurs ont conclu que, dans ces conditions expérimentales, chaque hémisphère a sa propre stratégie de traitement de l’information. Selon eux, en définitive, le fait qu’un hémisphère soit relativement dominant pour une tâche donnée de la plus grande efficacité de l’une ou l’autre de ces stratégies.

147Ces considérations de l’équipe de Sperry ne manquent pas de nous rappeler l’avantage pris par l’un ou l’autre des deux systèmes hémisphère-main, dans nos expériences de laboratoire comme en compétition sportive, selon les contraintes de la tâche les mettant en concurrence. L’une de nos hypothèses était précisément qu’en situation d’urgence, l’hémisphère le plus compétent met plus rapidement en jeu son mode de fonctionnement privilégié, dont bénéficie alors en priorité la main controlatérale. Cela s’est vérifié dans nos résultats.

  • 81 Voir « Le circuit court des gauchers », art. cit.

148Qu’ont de commun des considérations tirées de l’observation de sujets split-brain avec celles que soulève l’étude de sportifs en situation de compétition face à face ? Dans les situations que nous étudions, la brièveté des délais disponibles empêche parfois nos sujets, à certaines étapes, de pouvoir exploiter un transfert interhémisphérique des informations manipulées. C’était notre hypothèse initiale, en 198081, mais c’est aussi sur une telle base que sont couramment réalisés de nombreux travaux de psychologie expérimentale avec des sujets sains et chirurgicalement intacts. Le recours au tachistoscope permet classiquement, en effet, par la brièveté des projections d’images, d’impliquer la concurrence interhémisphérique dans des épreuves psychométriques. On y retrouve la différenciation fonctionnelle des hémisphères. Les situations expérimentales réalisées dans notre laboratoire reposaient sur le même paradigme avec, en outre, des contraintes temporelles maximales.

149Les sujets split-brain étudiés dans l’entourage de Sperry n’avaient pas subi de section du chiasma optique. Ainsi, les rétines des deux yeux contribuaient de façon conjuguée à mettre en relation chaque hémichamp visuel avec l’hémisphère controlatéral. Il a été souvent dit de ces patients qu’ils menaient une vie sensiblement normale. Cependant, je gage qu’ils se seraient difficilement adaptes à nos tests de laboratoire. En effet, la plupart de ceux-ci impliquent une coopération des hémisphères. C’est le cas lorsqu’ils requièrent la projection d’une main vers une cible située dans l’hémichamp controlatéral. Certes, de telles tâches de précision peuvent faire intervenir, comme nous le verrons, des liens interhémisphériques autres que le corps calleux, mais la suppression de cette grande voie de communication entraîne de fortes perturbations. Elle compromet notamment les mouvements attentionnels à l’interface des hémichamps visuels.

150Cette problématique bilatérale apparaissait bien dans l’une de nos premières expériences qui avait pour but de tester les conflits pouvant naître de diverses correspondances latérales entre la main, sa position dans l’espace, croisant ou non l’axe médian, et la localisation du signal. Il fallait réagir vite et sans erreurs, en presse-bouton, avec main droite et/ou main gauche, selon la consigne donnée, à une lampe s’allumant aléatoirement, sans signal préparatoire, à droite, à gauche, ou sur la ligne médiane du champ visuel. Avant chaque série d’essais, la consigne définissait une façon différente d’associer la réaction manuelle et le signal, selon leur localisation respective. Certaines séries étant effectuées les bras croisés, chaque main se trouvait alors dans l’hémichamp controlatéral, comme pour le revers en tennis. Sur un plan cognitif, quand la main dite droite se situe à gauche, par exemple, survient un risque de confusion entre des critères proprioceptifs ou anatomiques (subjectifs) et des repères spatiaux externes (objectifs).

151Rappelons que cette expérience montrait un avantage du système hémisphère droit-main gauche, confirmé par la suite avec d’autres procédures, pour réagir à des signaux spatiaux non précédés par un signal préparatoire. Quand la consigne est simple, fondée sur des rapports spatiaux homologues entre main et signal, la main gauche effectue ce type de tâche avec un minimum d’erreurs. Ses meilleures performances surviennent lorsque la main est seulement sollicitée dans son propre hémichamp. Ces données suggèrent, là encore, que le système hémisphère droit-main gauche accède plus directement aux coordonnées spatiales saisies par les rétines périphériques. Au contraire, le système hémisphère gauche-main droite se prête mieux que son concurrent au contrôle sémiotique requis lors de consignes établissant des liens conventionnels entre des éléments séparés par le plan sagittal.

152Dans ce chapitre, il a été plus souvent question de main gauche et de main droite que de gauchers et de droitiers. C’est l’un des traits dominants de nos résultats expérimentaux. Bien que nous ayons toujours comparé des sujets gauchers et droitiers, de nombreuses données significatives ont attribué les différences mesurées aux deux systèmes hémisphère-main, indépendamment de la latéralité individuelle. Nous ne sommes plus les seuls, actuellement, à faire état d’une telle constatation. De plus en plus d’auteurs, déjà cités, sont parvenus à des conclusions analogues après avoir comparé les performances manuelles dans des conditions mettant les hémisphères en concurrence.

153Toutes les données s’accordent pour montrer que les gauchers n’ont pas une organisation centrale inversée par rapport à celle des droitiers. Les fonctions dominantes caractérisant les hémisphères s’inscrivent dans un schéma analogue d’asymétrie centrale. C’est la main placée pôle de l’action qui présente des caractéristiques relativement différentes selon la spécialisation de l’hémisphère – controlatéral – plus directement chargé de son contrôle. Ainsi, droitiers et gauchers utilisent le même référentiel spatial, mais ils y accèdent différemment. En fait, nous avons vu que l’on aurait parfois intérêt changer de main en fonction de la tâche entreprise. Il faudra faire un jour l’inventaire des tâches spécifiquement assorties à chacune des mains, comme on le fait déjà de façon implicite pour caractériser les fonctions de chaque hémisphère.

154Les chapitres suivants vont nous conduire à envisager comment diffèrent, selon les individus, les processus centraux mettant en relation les entrées perceptives (visuo-spatiales) et les sorties motrices (manuelles). Les expériences rapportées ci-avant nous ont révélé des effets de la dominance oculaire sur les performances manuelles. Ces effets se sont notamment manifestés lors des analyses faisant intervenir le facteur hémichamp. Il s’agira donc à présent d’interpréter ces phénomènes en essayant de comprendre, en particulier, comment la dominance oculaire peut conditionner des rapports fonctionnels différenciés entre les hémichamps visuels et la main de réponse.

Émergence de la dominance oculaire

155Pourquoi accorder tant d’intérêt ce niveau de latéralisation individuelle ? Tout d’abord, parce qu’il apporte une dimension perceptive au concept d’asymétries fonctionnelles périphériques. Ce concept est en effet abusivement limité au cas de la latéralité manuelle marquée souvent elle-même, de façon ambiguë, par l’image populaire des gauchers. Ensuite, parce qu’il faut parfois s’interroger, à propos du sport, sur les processus sous-tendant les opérations de visée requises pour des performances en précision. Enfin, parce que cette asymétrie perceptive témoigne de processus attentionnels qui pourraient conditionner la plupart des autres manifestations de la latéralité chez l’homme. Certes, on ne peut pas viser sans privilégier un œil, mais c’est aussi une façon d’introduire un biais latéral dans la saisie d’informations à destination centrale. Nous avons pu constater qu’une telle asymétrie des entrées perceptives influence d’autres conduites latéralisées.

  • 82 Azémar G., Ripoll H., Stein J.-F., Nougier V. (1988), « Lefthanders and sport : ocular laterality e (...)

156Les manifestations de cette latéralité oculaire dans mes investigations ont été assez constantes et cohérentes pour mériter d’être analysées avec un soin particulier. L’étude des sportifs en action n’a pas tardé à orienter mon attention sur ce niveau de latéralité grâce au rapprochement de deux sortes de données. En premier lieu, les formules individuelles de latéralisation œil-main-pied, étudiées depuis 1966, montraient des différences significatives dans leur distribution selon la discipline sportive, le type de performances requis et le niveau atteint en compétition. En second lieu, dès mes premières expériences mettant en jeu des processus attentionnels en 1982, l’analyse factorielle des données révélait que les temps de réaction étaient plus influencés par la dominance oculaire que par la préférence manuelle82. Ce constat a étonné et suscité un scepticisme de bon aloi, sans doute dans l’attente de confirmations et d’un début d’interprétation.

157À partir de ces premières données, toutes mes recherches recourant à des tâches d’attention visuelle avec incertitude spatiale ont donné lieu à des protocoles mettant les deux mains en concurrence dans des séries de réponses randomisées et à l’inclusion de la dominance oculaire parmi les facteurs testés statistiquement. Une récapitulation va nous montrer que certains effets de cette latéralité perceptive réapparaissent de façon concordante. Leurs rapports avec l’attention visuelle ne devraient pas nous étonner. On les observe, en effet, dans des situations exigeant un degré extrême d’attention, ou` la vision est la modalité perceptive déterminante. C’est le cas pour la plupart des sports d’opposition. Il est tentant de s’interroger sur les mécanismes neurologiques sous-jacents, bien que l’on manque de données bibliographiques à ce propos.

Premiers questionnements

  • 83 Hook-Costigan M. A., Rogers L. J. (1998), « Eye preferences in common marmousets (callithrix jacchu (...)

158En première approche, on peut admettre que l’asymétrie fonctionnelle des hémisphères cérébraux prédispose les vertébrés supérieurs, et particulièrement les primates, à présenter un biais latéralisé dans certains de leurs comportements. En effet, la différenciation fonctionnelle entre les hémisphères semble quasi universelle. Elle peut donner lieu à des phénomènes asymétriques perceptifs ou moteurs. Une étude réalisée sur des singes de petite taille d’Amérique du Sud83 a permis de constater chez eux une dominance oculaire droite, dès les premiers mois, et stable à travers les âges, mais indépendante de la préférence manuelle, plus partagée quant à elle. Les singes sont connus pour avoir un système visuel performant. Les hominiens sont seuls parvenus progressivement, ayant libéré les membres antérieurs de la fonction locomotrice, à spécialiser hautement l’une des mains pour des tâches exigeant une extrême attention. Chez l’homme, cette latéralité manuelle masque les manifestations oculaires de l’asymétrie fonctionnelle.

  • 84 Della Porta G. B. (1953), De refractione. Optics parte : Libri novem. Ex Officina Horatij Salvania, (...)

159Le principe d’un œil dominant a été cependant constaté et signalé dès l’Antiquité, notamment par Aristote. On cite aussi, assez souvent, la description faite en 1593 par Gian-Baptista Della Porta84 d’un moyen permettant de déterminer quel œil se prête le mieux à une opération de visée. Il y analyse une procédure que l’on utilise encore, parmi d’autres, pour tester la latéralité oculaire. Il s’agit de tenir verticalement devant les yeux un petit bâton, de façon à aligner son extrémité supérieure sur un objectif lointain. L’auteur a montré que cette tâche conduit nécessairement à privilégier l’un des yeux. On peut supposer qu’une telle question s’était déjà posée de façon empirique aux premiers chasseurs disposant d’une arme de projection suffisamment précise (arc, arbalète, etc.).

160Il est par ailleurs surprenant que cet élément du contrôle visuel de la précision soit occulté, en neurosciences, dans la plupart des comptes rendus d’expériences sur la coordination entre l’œil et la main. La première raison en est, évidemment, la précaution prise par la majorité des chercheurs qui consiste à sélectionner initialement des sujets ayant un fort indice de dextralité. Testant des droitiers relativement homogènes, ils se tiennent le plus possible à l’abri de certaines différences individuelles pouvant altérer la cohérence des résultats. Ceux qui se risquent à étudier la sénestralité manuelle sont gênés, en particulier, de trouver peu de gauchers homogènes. Alors, ils se résignent à les rassembler dans une catégorie « fourre-tout » de sujets utilisant la main gauche pour écrire, mais dont la latéralité effective sous-jacente n’est pas évaluée. Pour ma part, tenant compte a priori d’une typologie latérale plus objective et détaillée des sujets sélectionnés par leur réussite en compétition, j’ai pu voir, au contraire, la dominance oculaire y prendre une place particulière. C’est une composante essentielle des formules de coordination latérale œil-main-pied.

  • 85 Porac C., Coren S. (1981), Lateral Preferences and Human Behavior, New York, Heidelberg, Berlin, So (...)
  • 86 Bourassa D. C., McManus I. C., Bryden M. P. (1996), « Handedness and eye-dominance : a meta-analysi (...)
  • 87 McManus I. C., Porac C., Bryden M. P., Boucher R. (1999), « Eye-dominance, writing hand and throwin (...)

161Un tiers de la population ayant une dominance oculaire gauche, comment ne pas s’interroger sur les conséquences d’une latéralité œil-main croisée dans l’efficience motrice ? Le rôle des formules individuelles de latéralisation dans la coordination perceptivo-motrice était l’objet de ma thèse en 1966. Depuis lors, les seuls auteurs à s’être consacrés avec constance à une telle approche multidimensionnelle de la latéralité sont S. Porac et C. Coren85. Ce n’est que très qu’ils ont été rejoints par Bourassa, McManus, Bryden86 et quelques autres87. À l’orée xxie siècle, il est plutôt rassurant de voir que l’on s’interroge un peu plus, dans la littérature internationale spécialisée, sur d’éventuelles relations fonctionnelles latérales entre l’œil, la main et le pied. Il s’agit surtout, pour l’instant, de méta-analyses fondées sur un plus ou moins grand nombre de publications antérieures en langue anglaise. Nous trouverons l’occasion, dans les pages suivantes, d’évoquer quelques résultats de ces analyses pour les comparer à nos propres résultats.

162Porac et Coren ont fait en 1981 un inventaire assez complet des travaux réalisés depuis le début du xxe siècle pour comparer les deux yeux en distinguant diverses caractéristiques fonctionnelles. Récapitulant les moyens décrits, ils les classent en deux catégories, selon qu’il s’agit de mesurer la compétence ou la préférence oculaire. Ils citent ainsi neuf tests dans chacune de ces catégories. En fait, les tests dits de compétence comparent l’efficience relative de chacun des yeux sur la base de propriétés optiques (acuité, phorie, chromatopsie, stéréoscopie, etc.). Les tests dits de préférence sont les divers moyens mettant en évidence le rôle attribué à l’un des yeux pour viser ou regarder par un petit orifice. Il me semble un peu arbitraire de supposer dans cette distinction que les tests de visée ne relèvent pas d’une compétence particulière. Le concept de préférence qui leur est réservé tend à renvoyer les phénomènes observés des sortes de choix subjectifs équipotentiels. On néglige ainsi l’influence de facteurs fonctionnels liés l’efficience du geste.

  • 88 Ono H., Barbeito R. (1985), « Utrocular discrimination is not sufficient for utrocular identificati (...)
  • 89 Porac C., Coren S. (1984), « Monocular asymmetries in vision : a phenomenal basis for eye signature (...)
  • 90 Helmholtz H. (1962), Handbook of Psychological Otics, vol. 3 [1866], Douvres, New York, Southall.
  • 91 Mueller T. J. (1990), « A physiological model of binocular rivalry », Visual Neuroscience, 4, p. 63 (...)
  • 92 Freeman R. D., Ohzawa I. (1990), « On the neurophysiological organization of binocular vision », Vi (...)
  • 93 Levy-Schoen A., Findlay J. M. (1984), « Codages spatiaux dans l’ajustement des mouvements de yeux » (...)

163Quelques auteurs se sont attachés des modes de différenciation fonctionnelle entre les yeux autres que la visée. C’est le cas de l’identification utroculaire, encore appelée eye signature, étudiée parallèlement, d’un côté par Ono et Barbeito88, de l’autre, là encore, par Porac et Coren89. Cette perspective de recherche a été initiée par Helmholtz90 qui se demandait, en 1866, si un individu peut « distinguer les impressions d’un œil de celles de l’autre ». Une autre perspective, susceptible de nous intéresser davantage ici, est celle de la rivalité binoculaire qui peut se rapporter à la perception des contrastes91, mais qui porte plus généralement sur les processus de vergence92. Ces phénomènes seront évoqués propos de la conjugaison des mouvements des yeux lors d’un ajustement binoculaire du regard à certains repères spatiaux93.

  • 94 Bassou L., Chauveau N., Granié M., Martinez E., Morucci J.-P. (1987), « Tests de détermination d’as (...)

164Bassou94, spécialiste des processus impliqués dans la lecture, est un peu réticent à l’emploi du terme dominance. Il lui préfère celui d’ontoférence latérale (composé de onto et inférence) pour évoquer ce qui, dans les manifestations d’asymétrie perceptive ou motrice, semble résulter d’une cause centrale (asymétrie fonctionnelle de certaines structures corticales ou sous-corticales) plutôt que de facteurs périphériques (optiques) ou externes (propriétés physiques du signal). Il faut reconnaître que la notion de dominance manque de clarté en général. La persistance de ce terme traduit peut-être la grande part d’ignorance qui accompagne souvent les phénomènes de latéralité.

  • 95 Hécaen H. (1978), La Dominance cérébrale, Paris, La Haye, Mouton.

165Dans cette voie d’élucidation des concepts, on peut remarquer qu’il est de plus en plus rare d’évoquer aujourd’hui, dans la littérature scientifique, la notion d’une dominance cérébrale qui impliquait une forte prééminence fonctionnelle d’un des hémisphères. Ce concept semblait encore heuristique, il y a vingt ans95, mais il s’appliquait trop exclusivement a l’hémisphère gauche pour ne pas risquer de masquer ou dévaloriser le droit. Il est préférable, désormais, de distinguer les hémisphères par leurs fonctions respectives qui se traduisent mieux en termes de complémentarité que de dominance. Cependant, malgré les réserves exprimées sur ce terme, Bassou consent, comme nous, à parler encore de dominance oculaire, sans doute pour rester plus « lisible » et permettre la poursuite d’un dialogue entre chercheurs de divers horizons. Mais la notion d’ontoférence oculaire ne manque pas d’intérêt.

166Par ailleurs, si l’on peut être réticent à réduire le phénomène de dominance oculaire à la notion d’œil « préféré », il n’en va pas de même pour celle d’œil directeur. Ces derniers termes sont souvent utilisés par les cliniciens en ophtalmologie, en orthoptie, voire par les tireurs sportifs. Il s’agit là de domaines où des questions concernant la coordination motrice oculaire se posent tous les jours de façon concrète. Cette notion d’œil directeur prend tout son sens lorsqu’il s’agit d’étudier les mécanismes de convergence oculaire ou les processus de repérage visuel guidant nos actions dans l’espace. Ainsi, on verra que l’œil chargé de viser s’appuie sur des signaux multisensoriels et bénéficie d’une coordination cérébelleuse pour donner à nos ajustements gestuels un axe égocentrique de référence.

167Il n’est pas étonnant que les ophtalmologistes, orthoptistes et oculistes soient amenés plus naturellement que les chercheurs en neurosciences à s’interroger sur certains phénomènes pouvant être attribués aux rôles différenciés des yeux. Les spécialistes de la vision fovéale en observent notamment dans les processus de convergence des yeux vers le point de focalisation du regard. Les manifestations de strabisme, plus ou moins labile, durant les premiers mois de la vie, sont probablement susceptibles de perturber ces coordinations. Des pédiatres s’interrogent aussi depuis longtemps sur la part qui pourrait revenir à ces mécanismes dans la survenue ultérieure, chez l’enfant, de certains cas de dyslexie. Cependant, les hypothèses fonctionnelles cherchant à interpréter sur de telles bases les troubles de la lecture restent toujours débattues, fortement contestées par les incontournables partisans d’interprétations génétiques.

168Les chercheurs assez inclassables qui se consacrent aux phénomènes de latéralité trouvent difficilement place dans ces débats. Il est vrai qu’ils sont très peu portés s’intéresser au versant perceptif des asymétries fonctionnelles. C’est, en général, le comportement moteur qui monopolise l’attention. Le versant efférent a été très exploré et décrit de façon indépendante, à partir des commandes motrices, tandis que l’on analyse rarement le profil asymétrique des afférences. Pour étudier les boucles fonctionnelles impliquant la vision, il est tellement plus simple d’assimiler l’homme à un cyclope. Le découpage des savoirs sévit ici comme ailleurs. Les spécialisations respectives des hémisphères semblent suffire à conditionner la latéralité manuelle. En est-on si sûr détermination individuelle d’une main préférentielle ne pourrait-elle pas être induite, à certains stades de l’ontogenèse, par la dominance oculaire ? Sans prétendre tout démontrer, le prochain chapitre suggérera des pistes d’interprétation avec quelques arguments.

169Que recouvre objectivement la notion de dominance oculaire ? Dans la pratique sportive, c’est le tir qui pose d’emblée la question qui consiste à identifier l’œil le plus apte à assumer de son seul côté le repérage précis d’une cible éloignée. Le tir à la carabine, lorsqu’il n’y a pas trop de contrainte de temps et si la cible est immobile, exige d’aligner avec soin quatre points sur un même axe au moment de déclencher le départ du projectile. Cet axe est la ligne de mire, droite virtuelle reliant le centre de la cible à la pupille d’un des yeux. Les points intermédiaires sont un repère proximal – œilleton ou cran de mire – et un repère distal – la mire – fixés aux deux extrémités du canon de l’arme. Les mains se chargent de cet alignement sous contrôle visuel. Mais les discrètes actions conjuguées des deux mains s’inscrivent, en fait, dans une posture adéquate, bien ancrée sur des points d’appui au sol.

170L’œil utilisé pour viser a-t-il été adopté de façon spontanée, immédiate, ou après des tests comparatifs ? Dans le premier cas, le choix individuel s’est-il déterminé sur un sentiment de confort postural, pouvant dépendre de la latéralité des membres, ou sur l’impression de mieux repérer la cible par l’un des yeux ? On sait que, lors d’un test de visée effectué en conservant les deux yeux ouverts, ce qui est une règle absolue, l’image reçue par l’un des yeux tend à masquer ou estomper celle de l’autre. Ce processus central automatique nous préserve d’une perception diplopique du repère proximal. À quelle posture doit recourir un droitier manuel ayant une dominance oculaire gauche, pour tirer à l’arc ou à la carabine ? De telles questions se posent depuis longtemps en tir sportif, et débouchent sur des solutions empiriques rarement ou mal explicitées.

171Ces coordinations sont encore moins simples à analyser si la cible ou le tireur est en mouvement, si le projectile est un ballon, si la main est prolongée par une raquette, ou encore si une épée matérialise le lien entre la main et la cible. L’analyse des processus perceptivo-moteurs devient alors d’autant plus difficile que les individus concernés disposent d’une relative liberté d’ajustement entre le geste, les yeux et la cible. Lorsque les conditions matérielles du tir n’imposent pas mécaniquement au sujet le recours à un œil et une main homologues, ces deux pôles fonctionnels s’accommodent apparemment fort bien de combinaisons croisées.

  • 96 Azémar G. (1976), « Contribution à l’étude de l’ontogenèse du comportement moteur de l’enfant », ar (...)
  • 97 Idem (1975), « Latéralité et différenciation des conduites motrices », Revue de neuropsychiatrie in (...)

172Quant aux formules individuelles de latéralisation fonctionnelle entre l’œil et la main ou le pied, il est probable qu’une sélection spontanée d’ajustements avantageux se réalise pour l’essentiel au cours de l’enfance, par essais et erreurs, à la faveur du comportement ludique96. À l’issue de telles expériences actives précoces, la formule d’asymétrie privilégiée, parmi d’autres possibles, par nos centres supérieurs devrait être la plus efficiente, récompensée par la réussite. Cependant, certains facteurs constitutionnels, qui seront évoqués plus avant, sont susceptibles d’infléchir ces orientations prévalentes. Dans cette perspective fonctionnelle, les formules de latéralisation œil-main-pied sont pratiquement installées de façon stable, sauf carence motrice et ludique, dès l’âge de cinq ou six ans97.

173La problématique ainsi esquissée s’illustre bien dans la pratique sportive. Elle n’est pas, pour autant, absente de nos comportements plus habituels. Toutes les tâches de précision, dont fait partie l’acte d’écrire, contraignent chacun de nous à adopter un positionnement asymétrique qui semble essentiellement déterminé par le côté de la main utilisée. Il apparaît aujourd’hui souhaitable de s’interroger davantage sur la part prise par la latéralité oculaire dans la coordination de ces tâches. Les mécanismes attentionnels exigés par la maîtrise de notre mode d’écriture ne manquent pas d’intervenir également dans la conduite dynamique de la lecture. Quelques études se sont attachées aux habiletés de cet ordre dont l’analyse pourrait nous permettre de mettre en évidence quelques éléments d’interprétation de la dominance oculaire.

La dominance oculaire et l’écriture

174Quoi de plus contraignant, pour la coordination oculo-manuelle, que l’adoption d’une posture asymétrique se prêtant bien à notre mode d’écriture ? L’orientation conventionnelle de son déroulement – centrifuge vers la droite – et le sens dominant des mouvements requis pour l’exécution de sa forme cursive – boucles tournant surtout en sens inverse des aiguilles d’une montre – favorisent fonctionnellement les droitiers homogènes. Les sujets s’écartant plus ou moins de ce prototype de latéralisation sont obligés de s’adapter. Or, presque tous, on le sait, traitent cependant le langage avec l’hémisphère gauche (voir chapitre premier), ce qui leur confère, en principe, un très bon potentiel pour écrire avec la main droite. Les expériences précédemment rapportées ont montré que le niveau de performance de chaque main dépend de la tâche, plus que du fait d’être étiqueté droitier ou gaucher. Les modalités d’apprentissage de l’écriture devraient non pas contraindre, mais faciliter l’adoption de la main droite pour cette tâche. Hélas, de nombreuses observations réalisées en milieu préscolaire me permettent de dire que ce n’est pas le cas en pratique.

175Les conditions traditionnelles d’apprentissage de l’écriture tiennent rarement compte des lois d’ajustement du geste à la tâche requise. Au lieu de recourir à une démarche progressive préparée par des exercices appropriés, fondés sur des gestes amples, impliquant le corps entier et une coopération des membres, notamment debout, face à un tableau vertical, on place les enfants dans une situation étriquée et abstraite. On attend d’eux, bien calés sur un siège, qu’ils engagent d’emblée l’une des mains dans la perspective d’un apprentissage très spécialisé. Or, l’ontogenèse privilégie d’abord les praxies globales comme moyen d’accès progressif, vers six ans, à une motricité distale plus indépendante, mieux contrôlée visuellement. À cet âge, de nombreux enfants manquent encore trop d’expériences motrices différemment finalisées pour pouvoir associer immédiatement à l’acte graphique la main qui s’y prête le mieux.

176Le contexte scolaire traditionnel suscite des comportements individuels variables souvent influencés par le hasard des rencontres et de leur retentissement affectif. Tout enfant peut s’y trouver plus ou moins tenté de s’identifier, pour écrire, à l’un ou à l’autre de ses voisins, d’imiter un parent gaucher ou un droitier observé de face, ou simplement de se singulariser en trouvant là un moyen de mieux retenir l’attention de ses proches, etc. Dans ces conditions, l’école fait de plus en plus de faux gauchers, n’utilisant la main gauche, en fin de compte, que pour la tâche qui lui convient le moins bien. Ce phénomène commence à inquiéter les pédagogues anglo-saxons qui, jusqu’à présent, se préoccupaient essentiellement de ne pas contrarier d’éventuels gauchers.

  • 98 Lurçat L. (1985), L’Écriture et le Langage écrit, Paris, Éditions sociales françaises.
  • 99 Bassou L. (1986), « Asymétries fonctionnelles visuelles et vitesse de lecture », communication au c (...)

177La lecture implique également, comme l’écriture, une distribution latéralisée de l’attention par rapport au point central de fixation du regard. Les expériences rapportées précédemment montrent que la bipartition qualitative de l’attention portée nos actions dans l’espace proche dépend de l’œil dominant. La dominance oculaire droite semble pouvoir faciliter le déroulement de la lecture en direction de l’hémichamp visuel droit qui se projette directement dans l’hémisphère gauche. Or, près de 30 % de nos contemporains ont une dominance oculaire gauche. Il semble donc intéressant de vérifier si cette particularité est en mesure d’influencer le traitement central des informations écrites. Des travaux remarquables ont été consacrés, en France, à l’analyse des processus perceptivo-moteurs mis en jeu respectivement dans l’acte d’écrire, notamment par Liliane Lurçat98, et dans la lecture (Bassou99).

  • 100 Lurçat L. (1964, 1972), art. cit., note 71, chap. II.

178À partir de ses propres recherches100, L. Lurçat (CNRS, Paris) a proposé une méthodologie originale pour explorer ces processus chez des gauchers et droitiers appartenant à l’élite mondiale de l’escrime. Il leur était demandé, les yeux bandés et la main étant guidée par l’expérimentateur, de reconnaître par le canal proprioceptif des mots ou fragments d’écriture cursive, de les reproduire avec la même main ou avec l’autre, dans le même sens ou à l’inverse, etc. Le protocole mettait les deux mains en jeu successivement, parfois en complémentarité, l’une prenant l’information, l’autre devant la reproduire. L’analyse des données permettait de comparer l’efficience relative des deux systèmes hémisphère-main. Il est apparu, conformément à notre hypothèse, que tous les gauchers examinés percevaient mieux l’écrit, comme les droitiers, à partir de leur main droite, c’est-à-dire sous contrôle direct de l’hémisphère gauche. Ce constat s’est également vérifié pour un escrimeur atteint d’une paralysie néonatale du membre supérieur droit (lésion obstétricale du plexus brachial). Bien que n’ayant jamais pu écrire de la main droite, ce gaucher manuel identifiait mieux les mots par le canal proprioceptif du membre supérieur droit.

  • 101 Hermelin B., O’Connor N. (1971), « Functional asymmetry in the reading in Braille », Neuropsycholog (...)
  • 102 Millar S. (1984), « Is there a ‘‘best hand’’ for Braille ? » Cortex, 20, p. 75-87.

179Remarquons à ce propos que plusieurs travaux consacrés la lecture du braille par des aveugles ou des sujets témoins ayant les yeux bandés ont montré, au contraire, un avantage du système main gauche-hémisphère droit101. Cette tâche fait davantage intervenir le toucher que la proprioception, mais le canal tactile a, comme le canal proprioceptif, des rapports directs avec l’hémisphère controlatéral. L’implication de l’hémisphère droit pour identifier du braille, bien que discutée par certains auteurs102, est généralement admise. Elle est attribuée au caractère spatial de ce code d’écriture. Dans la même perspective, des études japonaises ont pu montrer une plus forte participation de l’hémisphère droit à la gestion du langage écrit lorsqu’il est constitué d’idéogrammes, par rapport au cas de l’écriture cursive des Occidentaux. Il est vrai que cette dernière s’appuie, au contraire, sur des rapports séquentiels entre les signes qui relèvent davantage du système hémisphère gauche-main droite.

180Dans les conditions de lecture aveugle évoquées ci-avant, chaque canal proprioceptif ou tactile peut être attribué sans ambiguïté à l’un ou l’autre des membres supérieurs, selon la main qui est mise en jeu. C’est moins simple lorsque intervient la vision. Le système visuel établit des rapports neurologiques plus complexes entre la porte d’entrée perceptive et l’hémisphère contrôlant le langage. Les signaux visuels entrent dès rétine dans des voies de transmission se dédoublant à plusieurs niveaux. Les deux yeux interviennent de façon conjuguée, communiquant l’un comme l’autre avec les deux hémisphères par deux types de voies, croisées (controlatérales) et directes (ipsilatérales). Durant leur acheminement, ces signaux sont aussi traités dans deux sous-systèmes superposés (rétino-tectal et géniculostrié). Il faut aussi distinguer les deux hémirétines latérales de chaque œil, orientées respectivement vers les hémichamps controlatéraux de l’espace (voir plus haut fig. 2).

181L’organisation complexe de ce plan de cablage est au service de la perception d’un espace cohérent. Les informations sont intégrées en fonction de leur localisation, de leur distribution dans le champ et de leurs rapports topologiques, alimentant ainsi une représentation pertinente de l’espace d’action dans les centres supérieurs. Mais cette complexité rend difficile la tâche du chercheur qui souhaite identifier le cheminement probable d’une information entre l’entrée visuelle et une sortie motrice. Le recours à des procédures en monocularité ou en double tâche peut s’avérer utile, nous l’avons vu, pour repérer quelques étapes caractéristiques de ce parcours, mais il faudra ensuite faire appel aux apports de l’imagerie fonctionnelle pour aller plus loin dans l’interprétation de ces phénomènes.

182Dans le comportement usuel, l’instrument sophistiqué que constitue l’équipement visuel est un moyen d’orientation de l’attention et d’information à distance. C’est aussi un système d’alerte et d’anticipation particulièrement développé chez les primates. Chez l’homme, dans cette perspective, la prévalence d’un œil représente sans doute un degré supplémentaire de spécialisation latérale acquis par certaines portions du réseau neuronal, au service de la précision gestuelle. Tous les phénomènes de latéralité, quel que soit l’étage du corps, sont d’ordre attentionnel. L’écriture et la lecture en sont des applications remarquables, évidentes, mais peu explorées, mal élucidées. Pour écrire, la main se trouve, certes, au premier plan, mais tant pour écrire que pour lire la saisie visuelle des informations est susceptible d’être biaisée par la dominance oculaire.

  • 103 Bassou L., Chauveau N., Martinez E., Morucci J.-P., « Latéralités visuelles et activité lexique » ( (...)
  • 104 Hécaen H. (1984), Les Gauchers, Paris, PUF.

183Lucien Bassou, chercheur à l’INSERM (Toulouse), a consacré de nombreuses investigations au rôle des asymétries fonctionnelles visuelles dans la conduite dynamique de la lecture103. Il a peu publié et nous a quittés prématurément, mais la riche correspondance qu’il m’a adressée en quelques années témoigne de la pertinence de ses hypothèses de travail. Testant la vitesse de lecture, il a pu constater notamment un ralentissement de cette vitesse en monocularité gauche chez les sujets ayant une dominance oculaire droite. Quant à ceux ayant l’œil gauche dominant, ils se sont révélés être des lecteurs lents, ce qu’il a attribué à une sorte d’inadéquation entre leur perception visuelle périphérique et le sens obligatoire de déplacement du regard pour lire. Hécaen104 a, de son côté, rapporté un taux élevé de latéralités croisées parmi les lecteurs lents.

  • 105 O’Regan J. K. (1983), « Elementary perceptual and eye movement control processes in reading », in R(...)
  • 106 Rayner K., Inhoff A. W., Morrison R. E., Slowiaczek M. L., Bertera J. H. (1981), « Masking of fovea (...)

184Dans la littérature internationale, on trouve peu de travaux directement consacrés à la dynamique de la lecture. Deux équipes y figurent cependant en bonne place, celles de O’Regan105, et de Rayner106. L’une et l’autre se sont intéressées à la position du regard, après chaque saccade, pour reconnaître le mot plus rapidement. Cette position est dite préférée par Rayner, tandis que O’Regan souhaite la qualifier de privilégiée parce qu’elle permettrait de mieux saisir visuellement l’ensemble du mot. Or, leurs expériences ont montré que le mot est reconnu plus vite, de façon significative, si le point de fixation du regard est légèrement à gauche du centre de ce mot. En outre, dans la lecture courante, le regard ne s’arrête pas à chaque mot. Il est soumis à une stratégie visuelle qui consiste, lors de chaque fixation, à préparer la suivante. De tels processus témoignent de l’importance de l’hémichamp parafovéal droit dans la saisie des informations écrites.

185La bibliographie est plus abondante et les auteurs sont plus variés propos des capacités individuelles d’identification d’un matériel d’information, soit verbal, soit non verbal, selon l’hémichamp visuel de présentation. Cette problématique qui met en concurrence le potentiel respectif de chaque hémisphère a été évoquée dans un précédent chapitre. Rappelons ici qu’il est unanimement accordé un avantage respectif à l’hémichamp visuel droit (hémisphère gauche) pour traiter un matériel verbal et, au contraire, à l’hémichamp gauche (hémisphère droit) pour un matériel non verbal. Ce schéma est en accord avec les constatations rapportées ci-avant quant aux mouvements des yeux durant la lecture. Lorsque le regard se pose vers la gauche du mot, celui-ci se situe pour l’essentiel dans le proche hémichamp droit ou` il peut ainsi mieux bénéficier des capacités spécifiques de l’hémisphère gauche.

186Pour écrire, un tel avantage est moins évident. Tandis que le regard est retenu par la pointe du crayon ou de la plume, la partie droite du mot n’est pas encore formée. Peut-on supposer que l’hémisphère gauche se trouve alors concerné par une représentation, au même endroit, de la forme à tracer, d’un mot virtuel ? Une telle hypothèse est difficile à vérifier, mais on peut s’appuyer sur des observations plus banales pour en tirer quelques indications. Un enfant apprenant à écrire est souvent amené à recopier un modèle. Quelques mots sont disposés sous ses yeux, près de l’endroit ou` il doit écrire. Dans une telle situation, il est probable que les processus centraux mis en jeu pour lire le modèle peuvent se refléter dans la production écrite.

187Très récemment m’a été soumis, de façon fortuite, le cas d’un enfant de cinq ans et demi, donc à l’âge ou` apprendre à bien écrire devient impératif, au moins à l’école. Sa mère, un peu inquiète, m’a montré sa dernière production ou` il transformait les mots. Ainsi, il avait écrit en capitales d’imprimerie le mot EERODA. Le modèle qui lui était donné, en haut de la page, était, en réalité, ADOREE. Il avait bien formé et disposé les lettres, par rapport au modèle, mais leur ordre était inversé, reconstitué de droite à gauche. Ce n’était pas la pure image en miroir du modèle puisque les lettres qui le composaient n’étaient pas elles-mêmes inversées. Il est probable que cet enfant traduisait ainsi, par écrit, la façon dont il lisait son modèle, lettre par lettre, mais de droite à gauche. Certes, les enseignants d’école maternelle ou de cours préparatoire rencontrent parfois des cas semblables qu’ils font rentrer dans la norme sans trop de difficultés. Il ne s’agit donc pas, a priori, de dramatiser ces situations, mais l’exemple mérite ici quelques commentaires.

188Cet enfant se servait spontanément de la main droite pour les exercices graphiques depuis le début de ses apprentissages scolaires. Il échappait ainsi d’emblée l’étiquette du gaucher contrarié si souvent et si vite attribuée aux enfants tâtonnant un peu plus longtemps que les autres. Toutefois, dans ce cas, l’occasion m’était offerte de vérifier la latéralisation œil-main-pied. Elle correspondait au groupe GDG, avec un indice de – 1 (échelle de – 10 à +10). Ce garçon avait une dominance oculaire gauche, jouait au football avec son pied gauche et se comportait, par ailleurs, comme un droitier manuel. Sa singularité dans cet exercice d’écriture suggérait des glissements du regard privilégiant son hémichamp visuel gauche. Chez un novice, le regard saute d’une lettre à l’autre, tandis qu’il le fera plus largement sur des mots ou membres de phrases quand la lecture sera maîtrisée. Il reste, cependant, envisageable que l’orientation de l’attention et la direction des saccades soient initialement influencées par la dominance oculaire. Un telle interprétation est en accord avec les observations de Bassou et de Hécaen.

  • 107 Ygge J., Lennerstrand G., Rydberg A., Wijecoon S., Pettersson B. M. (1993), « Oculomotor functions (...)

189Il est tentant, à propos de ces constatations, de s’interroger sur leurs rapports éventuels avec les phénomènes de dyslexie. Des facteurs fonctionnels ont été et sont encore souvent invoqués pour expliquer ces troubles persistants de la lecture, mais les partisans d’une étiologie organique défendent toujours fermement leurs positions. C’est le cas de Ygge et alii107 qui viennent de rassembler quelques arguments en défaveur d’une hypothèse fonctionnelle. Se fondant sur de larges bilans orthoptiques et oculomoteurs (strabisme, accommodation, stéréoacuité, processus de vergence, etc.), ces auteurs n’ont pas trouvé de différences significatives entre des sujets dyslexiques et un groupe témoin. Ils en concluent que la dyslexie a une origine neurologique centrale.

  • 108 Geiger G., Lettvin J. Y. (1987), « Peripheral vision in persons with dyslexia », New England J. Med (...)

190Au contraire, de nombreux auteurs, souvent des praticiens, considèrent que la dyslexie n’est pas due à un trouble des centres du langage, mais à des « anomalies des mouvements des yeux ». C’est notamment l’opinion de deux chercheurs du Massachusetts Institute of Technology, Geiger et Lettvin108, qui ont eu recours à des procédures expérimentales testant la capacité à identifier des lettres en vision centrale et périphérique. Ils ont constaté que les sujets ayant été dyslexiques, bien que rééduqués, possèdent une vision périphérique plus efficace que leur vision centrale. C’est le contraire dans une population témoin. Ces auteurs concluent que la vision centrale des anciens dyslexiques se trouve plus ou moins masquée. Remarquons bien qu’un tel phénomène n’est pas nécessairement dû à un déficit des photorécepteurs de la fovéa. Nous savons que les processus de dominance oculaire se traduisent notamment par des phénomènes de masquage des afférences fovéales de l’œil non dominant lorsqu’il y a une relative disparité entre les images reçues simultanément des deux yeux.

191Il suffit, en effet, de procéder à quelques tests classiques de visée, en respectant la règle de bien garder les deux yeux ouverts, pour constater qu’un processus inconscient de masquage relatif se produit naturellement. L’alignement de deux repères, l’un proximal, l’autre distal, entraînerait un effet de diplopie sur l’un des repères si les deux yeux étaient équivalents pour jalonner l’espace d’action. En effet, quand les yeux convergent sur l’un de ces repères, l’autre risque d’apparaître dédoublé. Notre système nerveux central privilégie alors la projection d’origine fovéale de l’un des yeux (l’œil dominant) au détriment de l’autre (non dominant) quand la tâche est de viser, c’est-à-dire d’effectuer un geste très précis.

192Par ailleurs, une expérience de temps de réaction en vision monoculaire, a déjà montré que des sujets ayant une dominance oculaire gauche occultaient une partie de l’hémichamp visuel droit lorsqu’ils regardaient avec l’œil droit. Nous reviendrons sur ce phénomène pour tâcher de l’interpréter.

  • 109 Searleman A., Porac C. (2001), « Lateral preference patterns as possible correlates of successfully (...)

193Ainsi, diverses observations pourraient rendre crédible l’idée d’une implication de la dominance oculaire gauche dans certains troubles de la lecture. Les sujets se trouvant dans ce cas pourraient être initialement contraints de réprimer des mouvements spontanés de leur regard vers la gauche avant d’apprendre à les réajuster à ceux qu’exige notre code d’écriture. Une enquête récente de Searleman et Porac109 apporte des arguments en faveur d’une telle hypothèse. Étudiant une population de 1 277 adultes âgés, ils ont notamment établi des comparaisons entre des cas de gauchers ayant subi des pressions au début de leur scolarité pour écrire avec la main droite, avec plus ou moins de succès. L’analyse des données montre que ceux qui y sont parvenus sans difficultés présentent une dominance oculaire droite, au contraire des autres (p < 0,001).

194L’hypothèse d’un rôle de la dominance oculaire dans la dyslexie n’exclut pas, cependant, d’autres causes pouvant s’y associer, comme celles reposant sur des critères phonologiques.

  • 110 Harm M. W., Seidenberg M. S. (2001), « Are there orthographic impairments in pho-nological dyslexie(...)
  • 111 Paulesu E., Demonet J.-F., Fazio F., McCrory E., Chanoine V., Brunswick N., Cappa S. F., Cossu G., (...)

Hypothèse phonologique
Très récemment, un courant de recherche s’est instaure à partir d’une « hypothèse phonologique » de la dyslexie. Harm et Seidenberg110 citent des études de Howard et Best (1996) ayant signale des effets néfastes de certains phonèmes sur la lecture, en raison de leur similarité visuelle relative. Simultanément, Berndt et ses collaborateurs (1996) attribuaient ces effets à la complexité des formes orthographiques. Remarquons qu’une étude de cas publiée dix ans plus tôt par Derouesné et Beauvois (1985) est à l’ origine de cette perspective de recherche. Une nouvelle publication vient d’objectiver le rôle, dans la dyslexie, des relations plus ou moins complexes entre phonèmes (sons) et graphèmes (orthographe). Coordonnée par E. Paulesu111, une équipe internationale démontre par ce moyen qu’un même trouble fonctionnel peut avoir des effets plus ou moins graves selon la langue pratiquée.
Pour un Italien, 25 phonèmes peuvent s’écrire au moyen de 33 graphèmes différents. C’est un minimum. En français, 35 phonèmes peuvent déboucher sur 190 graphèmes. Le son « o », par exemple, peut s’y écrire « o, ot, ots, os, ocs, au, aux, aud, eau, eaux, ho ». Pour un anglais, 40 sons peuvent s’écrire de 1 120 façons différentes. La cause de ces différences serait que l’italien découle simplement du latin, tandis que les autres langues ont subi de multiples influences. En conséquence, chez des sujets de même niveau culturel, un même déficit neurocognitif produit des troubles plus ou moins apparents selon la langue en usage. Cette étude a permis d’observer une soixantaine d’étudiants dyslexiques, durant les épreuves, au moyen d’un appareil de tomographie par émission de positons. Il est ainsi apparu que tous, contrairement aux sujets témoins, présentaient une réduction d’activité dans une région de l’hémisphère gauche, située dans le cortex temporal et la circonvolution occipitale moyenne. Remarquons que de telles constatations appellent naturellement des hypothèses fonctionnelles.

  • 112 Faust M., Silber A., Kaniel S. (2001), « Evidence from sentence priming for an atypical language or (...)

195Certains investigateurs mettent en concurrence les deux hémichamps visuels avec du matériel verbal112 pour y observer des réponses atypiques chez les dyslexiques et leur attribuer ainsi une plus forte implication de l’hémisphère droit dans la lecture. Or, nous savons que de tels comportements atypiques dans la distribution bilatérale de l’attention peuvent résulter d’une dominance oculaire gauche qui n’est que très rarement vérifiée chez les sujets testes. Dans de tels cas, la saisie des signaux visuels dans l’hémichamp gauche ne signifierait pas nécessairement une implication de l’hémisphère droit dans la gestion centrale du langage. Il pourrait s’agir d’une inversion latérale de la seule composante perceptive du processus de lecture. Nous reviendrons, de façon argumentée, sur l’interprétation de tels effets de la dominance oculaire.

  • 113 Habib M. (2000), « The neurological basis of developmental dyslexia : An overview and working hypot (...)

196Une récente revue des recherches sur le développement de la dyslexie conduit Habib à formuler une nouvelle hypothèse de travail113. Ce trouble fonctionnel pourrait résulter d’une sorte d’incapacité du cerveau à bien réaliser des taches requérant le traitement de brefs stimuli dans une succession temporelle rapide. Une telle perspective n’est pas sans rappeler la problématique espace-temps qui s’est imposée à notre attention sur un autre terrain.

  • 114 Stein J.-F., Richardson A. J., Fowler M. S. (2000), « Monocular occlusion can improve binocular con (...)

197Un travail récent associe a des techniques orthoptiques apporte plus encore de crédit a notre hypothèse oculomotrice de la dyslexie. Se fondant sur le constat d’une fixation binoculaire relativement instable chez les dyslexiques, Stein, Richardson et Foxler114 avaient précédemment été conduits a une technique d’occultation temporaire de l’un des yeux de tels sujets pour améliorer leur fonction visuelle en lecture. Dans l’étude présentée, 143 enfants dyslexiques de 7 a 11 ans ont porte des lunettes jaunes avec, seulement pour certains d’entre eux, désignes aléatoirement, occultation de l’œil gauche. Apres trois mois d’application de cette technique, les seuls sujets dont l’œil gauche avait été occulte ont amélioré de façon significative, par rapport aux autres, leur contrôle visuel binoculaire et leur performance en lecture. Les auteurs mettent en cause la composante magnocellulaire du système visuel – dont nous reparlerons – dans ce contrôle de la fonction binoculaire au cours de la lecture. L’interprétation de nos constats expérimentaux sur la dominance oculaire nous fera aussi rejoindre ce champ théorique.

198Les processus attentionnels se rapportant a l’écriture nous ont fait entrevoir un modèle fonctionnel intéressant et relativement simple, dans lequel le rôle de la dominance oculaire mériterait, cependant, d’être plus rigoureusement explore. Nous allons à présent nous intéresser à la problématique des sports d’opposition qui se présente de façon bien différente. En effet, les fonctions de l’hémisphère gauche n’y jouent pas un rôle aussi exclusif. Dans ces conduites compétitives, les effets de la dominance oculaire sont patents, mais la nature des informations et le conditionnement des réponses procèdent d’une telle complexité qu’il sera probablement difficile de les traduire en modèles à la fois simples et bien étayés.

Relations œil-main et incertitude spatiale

199Avant de récapituler les effets de la dominance oculaire observés dans nos expériences, il me faut rappeler les constats statistiques réalisés auparavant sur le terrain des compétitions et dans la population en général. Dans le monde de l’escrime, on connaissait depuis longtemps d’illustres gauchers quand, en 1980, huit d’entre eux ont monopolisé les premières places du fleuret masculin aux Jeux Olympiques de Moscou. Ayant pu les tester sommairement, j’ai constaté que sept présentaient une dominance oculaire droite. Des bilans plus complets réalisés en diverses occasions au sein de l’élite mondiale m’ont confirmé ce point. Mangiarotti, Romankov, Smirnov, Magnan, Riboud, Pietruszka, Jolyot, Srecki, Omnès, notamment, sont des exemples de gauchers célèbres (aux armes d’estoc) ayant l’œil droit dominant. Cependant, parmi eux s’est trouvé d’Oriola qui vise avec l’œil gauche et se flatte ainsi d’être un cas plutôt rare de champion gaucher homogène.

200En 1982, les vingt-trois escrimeurs de l’équipe de France, notoirement du meilleur niveau mondial, comprenaient quatorze droitiers, dont cinq avaient une dominance oculaire gauche. Les six sabreurs de l’équipe étaient droitiers. Parmi les neuf gauchers, huit avaient une dominance oculaire droite. Ces derniers représentaient ainsi 34,8 % de l’équipe, tandis qu’une enquête réalisée parallèlement dans une population témoin de 655 étudiants en éducation physique et sportive faisait apparaître seulement 2,1 % de sujets ayant la même formule de latéralité œil-main (DG).

  • 115 Kinsbourne M. (1972), « Eye and head turning indicates cerebral lateralization », Science, 176, p. (...)

201Ces constats statistiques pouvaient suggérer des rapports controlatéraux privilégiés entre dominance oculaire et performances visuomotrices manuelles. Que trouvait-on à ce propos dans la bibliographie internationale ? Durant les années 1970, rien ne semblait conforter une telle hypothèse. La plupart des recherches s’appuyaient sur les travaux de Kinsbourne115 selon lesquels c’est l’activation d’un hémisphère qui détermine l’orientation de l’attention visuelle vers la direction controlatérale. Il en résultait seulement des rapports privilégiés entre un hémichamp visuel et la main ipsilatérale quand l’hémisphère controlatéral se trouve activé. Ainsi, l’hémisphère gauche étant largement dominant, une latéralité droite homogène représentait un facteur de réussite pour des tâches manuelles contrôlées visuellement dans l’hémisphère droit.

  • 116 Kershner J. R. (1971), « Chidren’s acquisition of visual-spatial dimensionality : a conservation st (...)
  • 117 McManus I. C., Porac C., Bryden M. P., Boucher R. (1999), « Eye-dominance, writing hand and throwin (...)

202Certes, a la même époque, Kershner116 trouvait enfant droitier manuel ayant une dominance oculaire gauche se montrait plus performant en habileté spatiale qu’un enfant présentant une prévalence œil-main unilatérale, mais un tel constat suscitait peu d’écho. Quoi qu’il en soit, une enquête plus récente réalisée sur 10 635 sujets par McManus et alii117a pu conforter les approches classiques en montrant que la main de lancer est plus fortement associée dominant que la main d’écriture. Notons qu’en ce qui concerne la main pour lancer en l’absence d’incertitude spatiale (lancers athlétiques), j’avais fait le même constat en 1966.

  • 118 Bourassa D. C., McManus I. C., Bryden M. P., art. cit.

203L’étude des relations entre dominance oculaire et latéralité manuelle commence à trouver plus de place dans la littérature spécialisée depuis quatre ou cinq ans. Quelques auteurs ont été cités précédemment à propos de méta-analyses statistiques rassemblant les données de plusieurs enquêtes. Le bilan effectué en 1996 par Bourassa, McManus et Bryden118 par ce moyen est d’une telle étendue qu’il nous servira, ici, de référence pour situer notre recherche dans un contexte élargi. Rappelant qu’un individu sur dix est gaucher et que trois sur dix ont l’œil gauche dominant, ces auteurs ont souhaité vérifier ces rapports en réexaminant certaines études déjà publiées.

204Les données émanaient ainsi de 54 populations étudiées indépendamment, soit un total de 54 087 sujets. Bourassa et ses collaborateurs souhaitaient vérifier si les mesures de la latéralité manuelle n’avaient pas « contaminé » plus ou moins celles de la dominance oculaire en fonction de la méthodologie adoptée pour chaque étude. Dans ce but, ils ont considéré séparément les études reposant sur de simples questionnaires de celles s’attachant à comparer les performances respectives des deux mains et des deux yeux et enfin, parmi ces dernières, celles qui recouraient effectivement à des tests de visée. L’indice de concordance entre la main et l’œil est calculé en rapportant l’effectif des formules homogènes à celui des formules croisées (DD+GG/DG+GD). Cet indice est supérieur à 6 quand il n’y a pas de tests de visée et de l’ordre de 2 quand ces tests sont effectués. Sélectionnant ensuite les études qui s’étaient davantage attachées à éviter un biais méthodologique, ils ont obtenu un indice de concordance œil-main de 2,53. Les auteurs se sont interrogés, à partir de ces données, sur les modèles génétiques sous-jacents.

205Retenons seulement de cette enquête, pour l’instant, la nécessité d’une certaine rigueur méthodologique pour établir statistiquement une sorte d’indice de correspondance fonctionnelle latérale entre l’œil et la main dans la population générale. Quant à son intérêt pour l’interprétation des facteurs génétiques de la latéralisation, je resterai réservé, mais cela n’engage que moi. Cette vaste enquête a néanmoins inspiré d’autres publications s’y référant et s’attachant également à évaluer l’héritabilité de la dominance oculaire, en complétant parfois la démarche sur la base d’enquêtes familiales. Les travaux de cet ordre ont été précédemment évoqués propos des facteurs déterminants de la latéralisation individuelle. L’interprétation de la dominance oculaire va nous apporter bientôt de nouveaux arguments en faveur de l’influence de facteurs fonctionnels relevant de l’épigenèse. Il n’est pas utile de confronter dès maintenant cette perspective théorique aux raccourcis, souvent simplistes, du « tout-génétique ».

  • 119 Lorin E., Elias J., Bryden M. P. (1998), « Footedness is a better predictor of language lateralisat (...)

206Étant donné que d’autres auteurs, souvent de la même école, impliquent également, désormais, la latéralité podale dans une démarche analogue, voire en la rapportant à la latéralisation du langage119, nous allons vérifier ici de la même façon les concordances réciproques entre les latéralités oculaire, manuelle et podale apparaissant dans la population de 1355 sujets, sportifs et non sportifs, que nous avons pu tester avec notre méthodologie. Celle-ci est plus contraignante que le recours aux questionnaires usuels. Sa validité a été confirmée, en particulier, dans la perspective d’une exploration de l’efficience motrice.

207Calculé sur notre population totale, l’indice de concordance œil-main, c’est-à-dire le rapport entre formules homogènes et formules mixtes, s’établit à 2,30. Évalué pour chacun des échantillons plus ou moins spécialisés en sport qui composent cette population, cet indice varie de façon intéressante. Pour l’effectif de référence de 229 étudiants « non sportifs », il s’élève à 3,24. Appliqué au groupe d’étudiants en éducation physique et sportive, il est de 2,15. Dans l’effectif de sportifs de haut niveau, il s’abaisse à 1,51. Dans le cas de l’équipe de France d’escrime, il n’est plus que de 0,77. On voit donc se réduire le degré de concordance homolatérale entre l’œil dominant et la main préférentielle (ou d’usage), tandis que s’élève le niveau d’expertise en sport d’opposition. Ces différences sont significatives (x2 : p < 0,01).

  • 120 Steinbach M. (1964), « Prévalence manuelle et prévalence podale. Contribution à l’étude de la domin (...)

208Entre l’œil et le pied, dans notre analyse statistique, le degré de concordance est de 2,81 chez les étudiants témoins, supposés peu sportifs, et de 1,79 dans le groupe d’étudiants en éducation physique et sportive. À titre indicatif, entre la main et le pied, les indices de concordance atteignent dans nos observations des valeurs très élevées : étudiants-témoins, 11,72 ; étudiants en EPS, 6,13. Il faut rappeler à ce propos que, pour nous, l’item « pied d’impulsion pour sauter en hauteur » est traité d’une façon particulière. En effet, nous considérons comme indice de dextralité l’usage préférentiel du pied gauche pour cette action, et réciproquement. Cette option a été validée en 1966 par le constat d’une association controlatérale significative (x2 : p < 0,000) entre pied de shot et pied d’appel pour sauter en hauteur et en longueur. Or, la plupart des auteurs, ne faisant pas cette distinction entre pied d’appel et pied de frappe, trouvent, en conséquence, une latéralisation podale « peu consistante »120.

209Laissant provisoirement de côté ces coordinations intersegmentaires qui relèvent des asymétries fonctionnelles globales, revenons à présent sur ce qui, dans les rapports entre l’œil et la main, témoigne d’une spécificité de la latéralité oculaire. Lors de nos études en laboratoire, la plupart des analyses précédemment rapportées ont permis de mesurer de façon distincte les effets, soit de la latéralité manuelle, soit de la dominance oculaire, avec un certain nombre de résultats significatifs. Toutes les données concourent à montrer que ces deux niveaux de latéralité exercent des effets différenciés, mais parfois complémentaires, sur les performances manuelles dans de telles tâches visuospatiales. Ces effets se différencient notamment en fonction des formules individuelles de latéralisation œil-main qui se déclinent en quatre modalités, deux homologues et deux croisées.

  • 121 Bisiacchi et alii (1985), art. cit. ; Azémar et alii, (1988), art. cit.
  • 122 Azémar G. (1987), « Asymétries fonctionnelles et performances visuo-motrices », in Neurosciences du (...)

210L’une de nos premières expériences, réalisée en 1983121 s’inspirait d’un protocole classique de Posner (voir plus haut fig. 3) pour mesurer les temps de réaction à des signaux perçus en vision périphérique dans certaines conditions d’incertitude spatiale. Il s’y est révélé que tous les sujets réagissent plus vite avec la main controlatérale à l’œil dominant (fig. 4). Cette donnée été confirmée et complétée en monocularité122 (fig. 6), puis retrouvée également sous divers aspects dans des situations expérimentales recourant à un pointer sur des cibles.

211Rappelons encore que, dans ces premières expériences, des différences significatives entre les deux hémichamps sont apparues en temps de réaction à la fois selon la dominance oculaire, selon la main impliquée dans la réponse et selon que l’information apportée par le présignal était valide ou erronée. Ce constat suggérait que la distribution latérale de l’attention dans les aires centrales visuelles est influencée par la dominance oculaire. Cette hypothèse s’est confirmée par la suite.

212La première expérience mesurant les temps de réaction d’un sujet face à quatre diodes (d’après Posner) a donc été répliquée en monocularité avec dix droitiers manuels différenciés par leur dominance oculaire (5 DD vs 5 GD). Les sujets présentant une dominance oculaire droite ont réalisé leurs meilleures performances avec la main gauche en monocularité droite (fig. 6a). Pour les signaux survenant à 8° du point de fixation du regard, ils ont obtenu leurs meilleurs temps de réaction sur la diode gauche quand l’information du présignal était valide et sur la diode droite quand elle était erronée. Les droitiers ayant une dominance oculaire gauche (GD) ont réalisé leurs meilleures performances dans les mêmes hémichamps visuels, mais à condition de répondre avec leur main droite en monocularité gauche (fig. 6b).

213On constate d’abord, pour ces deux groupes de sujets, une implication analogue de l’hémisphère droit pour contrôler les réactions aux présignaux valides et de l’hémisphère gauche pour contrôler les réactions en cas de présignaux erronés. N’oublions pas que l’information associée au présignal permet de se préparer à répondre du côté où est annoncé un signal valide, avec une probabilité de 80 %. Il en découle que l’éventualité d’un présignal erroné (20 % des cas) ne peut survenir que de l’autre côté. Cependant, le côté valide ne coïncide pas toujours avec l’hémichamp visuel gauche ni le côté erroné avec l’hémichamp droit.

214Au total, cette expérience en monocularité suggère que l’œil dominant joue un rôle clé pour engager la main controlatérale dans cette alternative, mais chaque hémisphère contrôle les réactions dans l’un ou l’autre des hémichamps visuels en fonction de sa propre spécialité.

215Dans la situation expérimentale recourant à un pointer de l’index sur des cibles situées à 12° du point central de fixation (VARTEX : fig. 7), d’autres droitiers manuels présentant la même latéralité œil-main croisée (GD) réagissent aussi avec un profil asymétrique dans les deux hémichamps. En outre, lorsqu’est associée une tâche verbale à la tâche visuomotrice, les sujets ayant cette formule de latéralité œil-main apparaissent aussi beaucoup plus précis avec la main droite dans l’hémichamp droit pour les signaux précédés d’une information erronée (HVG = 17,2/HVD = 70,6). Cette performance en précision est d’autant plus surprenante (score moyen du groupe : 43 ; maximum possible : 100) qu’elle s’accomplit au moyen d’un mouvement rapide de projection de la main droite.

216Plus généralement, il s’agit surtout de confronter les données expérimentales sur les relations œil-main aux constats réalisés en sport d’opposition. Dans ce but, nous retiendrons ici des résultats obtenus avec le VARTEX ceux qui proviennent d’une comparaison de quatre groupes de sujets (DD/GD/DG/GG) répondant avec leur seule main préférentielle (voir plus haut fig. 12, 13 et 14). La représentation graphique de ces données fait apparaître quelques aspects pouvant expliquer l’efficience relative, sur le terrain, des diverses formules de latéralité œil-main. Bien que les gauchers homogènes constituent un effectif trop faible, dans cet échantillon, pour être bien distingué d’un point de vue statistique, leur profil dans ces représentations graphiques demeure pertinent. En effet, il est conforme aux constatations faites avec de plus larges effectifs sur les réactions manuelles gauches dans les cas de dominance oculaire gauche.

217Si l’on considère les valeurs moyennes mesurées durant la tâche simple, on constate de meilleures performances globales, en temps de réponse, chez les sujets ayant une latéralité croisée (GD et DG) par rapport aux droitiers et gauchers homogènes (fig. 12c). Il s’agit d’un cumul sur la main préférentielle des avantages apportés respectivement par la latéralité manuelle et la dominance oculaire controlatérale. Ces deux groupes bénéficient communément d’un avantage dans les conditions SP et VAL. Cependant, seul le groupe GD (droitiers manuels ayant une dominance oculaire gauche) est aussi avantagé lors des présignaux erronés (ERR). C’est donc ce groupe qui réalise le meilleur résultat d’ensemble. Il se distingue notamment en réalisant le meilleur temps de mouvement moyen. Cette condition permet déjà en temps de réaction aux droitiers manuels d’obtenir un net avantage sur les gauchers (– 25 ms), mais seuls les droitiers ayant une dominance oculaire gauche accentuent encore cet avantage en temps de mouvement d’une valeur au moins égale, de sorte qu’ils obtiennent, en temps de réponse, une avance sur les gauchers de plus de 60 millisecondes dans cette condition.

218Lorsque est associée une tâche verbale à la tâche visuo-motrice, de nouveaux phénomènes se produisent qui peuvent être attribués, classiquement, à une surcharge de l’hémisphère gauche par les contraintes de gestion du langage (fig. 13). La représentation graphique des différences de temps entre simple et double tâche (fig. 14) est censée faire apparaître en coût temporel l’implication de cet hémisphère dans le contrôle des réactions manuelles, selon les conditions d’incertitude. Les résultats de la double tâche nous montrent que la main droite des droitiers répond beaucoup moins vite (+ 70 ms) que la main gauche des gauchers lorsque les présignaux sont erronés (fig. 14c).

219La surcharge informationnelle supposée de l’hémisphère gauche par la tâche verbale perturbe davantage le temps de réaction que le temps de mouvement. Par ailleurs, ces coûts de la double tâche affectent différemment les quatre groupes de sujets selon les conditions d’incertitude de la tâche perceptivo-motrice. En temps de réponse, dans le cas d’un présignal erroné, il se produit une gradation remarquable entre les groupes. Les sujets GG réalisent un gain de temps d’une vingtaine de millisecondes. Les sujets GD et DG subissent, au contraire, les uns et les autres, un coût de 20ms. Quant aux droitiers homogènes (DD), ils perdent 45 millisecondes (fig. 14a).

220L’échelonnement des quatre groupes de sujets à ces trois niveaux quantitatifs est étonnant. Il suggère un modèle théorique qui attribuerait à chaque groupe un coût proportionnel au nombre de critères de dextralité qui le caractérise, compte tenu aussi bien de l’œil que de la main. Ce fait ne relève pas d’un artefact. La gradation qui apparaît en coûts temporels s’accorde parfaitement avec l’ensemble des données recueillies dans cette série d’expériences. On l’observait déjà dans un ordre différent pour le temps de réponse lors de la tâche simple (fig. 12c). Elle souligne la part revenant à une latéralité perceptive dans le traitement central des informations.

221La spécificité de la dominance oculaire est donc un fait incontestable. D’une part, plusieurs enquêtes conduites par divers auteurs sur de larges effectifs font apparaître statistiquement et de façon cohérente des répercussions de cet élément de latéralité individuelle sur le comportement usuel dans la population générale. D’autre part, certaines tâches visuo-motrices avec incertitude spatio-temporelle révèlent, tant en laboratoire qu’en situation sportive de compétition, des effets sur les performances manuelles qui proviennent essentiellement de la dominance oculaire. Il me reste à tenter d’en interpréter les processus sous-jacents.

Notes

1 Todor J. I., Doane T. (1978), « Handedness and hemispheric asymmetry in the control of movements », Journal of Motor Behavior, 10, 4, p. 295-300.

2 Sont cités Woodworth (1899), Smith et Russell (1972), et Kerr (1976).

3 Posner M. I. (1980), « Orienting of attention », Quarterly Journal of Experimental Psychology, 32, p. 3-25.

4 « Le circuit court des gauchers », Science et Vie (1981), art. cit.

5 Requin J. (1978), « Spécificité des ajustements préparatoires à l’exécution du programme moteur », in Du contrôle moteur à l’organisation du geste, Hécaen et M. Jeannerod (éd.), Paris, Masson.

6 Stein J.-F. (1981), « Sports d’opposition : éléments d’analyse pour une pédagogie des prises de décision », mémoire INSEP, Paris.

7 Paillard J. (1971), op. cit.

8 Anzola G. P., Bertoloni G., Buchtel H. A., Rizzolatti G. (1977), « Spatial compatibility and anatomical factors in simple and choice reaction time », Neuropsychologia, 15, p. 295-303.

9 Brinkman J., Kuypers H. G. J. M. (1973), « Cerebral control of contralateral and ipsilateral arm, hand and finger movements in the split-brain rhesus monkey », Brain, 96, p. 653-674 ; Van der Staak C. (1975), « Intra and interhemispheric visual motor controlof human arm movements », Neuropsychologia, 13, p. 439-448 ; Jeannerod M., Prablanc C. (1978), « Organisation et plasticité de la coordination œil-main », in Du contrôle moteur à l’organisation du geste, op. cit., p. 261-289.

10 Azemar G. (1987b), « Vision périphérique, perception de l’espace et réussite sportive chez l’enfant et l’adolescent », in Médecine du sport 1987, Paris, Expansion scientifique, p. 114-138.

11 Vallar G., Bisiach E., Sterzi R. (1984), « Hemispheric lateralization of the decisional stage in choice reaction times. A rejoinder to Heister and Schroeder-Heister », Cortex, 20, p. 277-279.

12 La fonction sémiotique est une capacité à utiliser des signes, des symboles et, par extension, des concepts. L’activité sémantique s’inscrit dans cette fonction en reliant les signes à leurs référents.

13 Bisiacchi P. S., Ripoll H., Stein J. F., Simonet P., Azémar G. (1985), « Left-handedness in fencers : an attentional advantage ? », Perceptual and Motor Skills, 61, p. 507-513.

14 Oldfield R. C. (1971), « The assessment and analysis of handedness : the Edinburgh Inventory », Neuropsychologia, 9, p. 97-113.

15 Nougier V., Stein J. F., Azémar G. (1990), « Covert orienting of attention and motor preparation processe as a factor of success in fencing », Journal of Human Movement Studies, 19, p. 251-272.

16 Azémar G. (1987a), « Asymétrie fonctionnelles et performances visuo-motrices », in Neurosciences du sport, Ripoll et G. Azémar (éd.), Paris, INSEP, p. 163-275.

17 Chelazzi L., Marzi C. A., Panozzo G., Pasqualini N., Tassari G., Tomazzoli L. (1988), « Hemiretinal différences in speed of light detection in esopropic amblyopes », Vis. Research, 28, 1, p. 95-104.

18 Jonides J. (1981), « Volontary versus automatic control over the mind’s eye’s movement », in Attention and Performance IX, J. Long, A. Baddeley (éd.), Erlbaum, Hillsdale, New Jersey, p. 187-203.

19 Klein R. M. (1994), « Perceptual-motor expectancies interact with visual orienting under conditions of endogeneous but not exogeneous control », Canadian Journal of Experimental Psychology, 48, 2, p. 167-181.

20 Kinsbourne M., Cook J. (1971), « Generalized and lateralized effects of concurrent verbalization on a unimanual skill », Quarterly Journal of Experimental Psychology, 23, p. 341-345 ; Kinsbourne M., Hiscock M. (1983), « Asymmetries of dual-task performance », in Hellige J. B. (éd.), Cerebral Hemisphere Asymmetry, New York, Praeger Publishers.

21 Hennemann M. C., Wolff C. (1986), « Influence d’une activité verbale sur les capacités de programmation du geste en tennis : comparaison entre droitiers et gauchers », actes du congres international de psychologie du sport, in EAP (éd.), Recherches en psychologie du sport, p. 120-126.

22 Azemar G., Stein J.-F., Reine B. (1990), « Les gauchers et le tennis : quel avantage ? dans quelles conditions ? (communication aux Entretiens de Bichat) », in Médecine du sport 1990, Paris, Expansion scientifique, p. 24-36.

23 Posner M. I., Walker J. A., Friedrich F. I., Rafal M. A. (1984), « Effects of parietal injury on covert orienting of attention », The Journal of Neurosciences, juillet, 4, 7, p. 1863-1874.

24 Hécaen H., Penfield W., Bertrand C., Malmo R. (1956), « The syndrome of apractognosia due to lesions of the minor cerebral hemisphere », Arch. of Neur. and Psychiat., 75, p. 400-434.

25 McFie J., Piercy M. C., Zangwill O. L. (1950), « Visual spatial agnosia associated with lesions of the right cerebral hemisphere », Brain, 73, p. 157-190 ; Gainotti G., D’Erme P., Monteleone D., Silveri M. C. (1986), « Mechanisms of unilateral spatial neglect in relation to laterality of cerebral lesions », Brain, 109, p. 599-612.

26 L’équipe du 11 décembre 1980, Le Monde du 17 janvier 1981, The Guardian du 19 janvier 1981, le Daily Mail et divers autres journaux de cette période.

27 Science et Vie, n° 765 de juin 1981, « Le circuit court des gauchers », art. cit.

28 Fitts P. M. (1954), « The information capacity of the human motor system controlling the amplitude of movement », Journal of Experimental Psychology, 47, p. 381-391. (Loi de Fitts : ID = Log2 2A/W. Dans cette formule, ID : index de difficulté ; A : amplitude du mouvement ; W : largeur de la cible.)

29 En escrime, l’appareillage électronique des épéistes est réglé pour donner le point, en cas de touches réciproques, à celui qui touche 40 millisecondes avant l’autre. Cette fenêtre de temps représente plus de 1/10e du temps de trajectoire à courte distance contre seulement 4/100es à distance de fente.

30 Azémar G. (1987), « Quelques indications extraites des grilles d’observation de matches de haut niveau en escrime et en tennis », in Neurosciences du sport, Ripoll H. et Azémar G. (éd.), Paris, INSEP, p. 99-105.

31 Posner M. I., Walker J. A., Friedrich F. I., Rafal M. A. (1984), art. cit.

32 Verfaellie M., Heilman K. M. (1990), art. cit.

33 Todor J. I., Doane T. (1978), art. cit.

34 Elliott D., Roy E. A., Goodman D., Carson R. G., Chua R., Maraj B. K. V. (1993), « Asymmetries in the preparation and control of manual aiming movements », Canadian Journal of Experimental Psychology, 47, 3, p. 570-589.

35 Guiard Y., Diaz G., Beaubaton D. (1983), « Left advantage in right handers for spatial constant error : preliminary evidence in a manual ballistic aimed movement », Neuropsychologia, 21, p. 111-115.

36 Bisiacchi P. S., Ripoll H., Stein J. F., Simonet P., Azémar G. (1985) « Left-handedness in fencers : an attentional advantage ? », Perceptual and Motor Skills, 61, p. 507-513.

37 Carson R. G., Chua R., Elliott D., Goodman D. (1985), « The contribution of vision to asymmetries in manual aiming », Neuropsychologia, 1990, 28, p. 1215-1220.

38 Elliott D. (1991), « Human handedness reconsidered », Behav. Brain Sci., 14, p. 341.

39 Wood C. J., Aggleton J. P. (1989), « Handedness in ‘‘fast ball’’sports : Do left-handers have an innate advantage ? », British Journal of Psychology, 80, p. 227-240.

40 Azémar G., Ripoll H., Simonet P., Stein J. F. (1983), « Étude neuropsychologique du comportement des gauchers en escrime », Cinésiologie, 22, p. 7-18.

41 Depuis l’adoption officielle, vers 1995, du contrôle électrique pour objectiver les touches chez les sabreurs (c’était déjà le cas pour les armes d’estoc depuis plusieurs décennies), on constate avec le sabre un taux plus élevé de touches avec la pointe. Cette évolution pourrait mieux convenir aux gauchers, mais cela n’a pas encore de retentissement statistique.

42 Prendre le fer : cette expression désigne les actions du tireur amenant sa lame au contact de celle de l’adversaire pour l’écarter ou la freiner. En cas de touche réciproque au fleuret, pour l’arbitrage, cette prise de fer préalable confère un avantage à l’attaquant.

43 Hay L. (1979), « Spatial-temporal analysis of movements in children : motor programs versus feedback in the development of reaching », Journal of Motor Behavior, 11, p. 189-200.

44 Le règlement considère comme surfaces valables, dans le cas du sabre, toutes celles qui se trouvent au-dessus de la ceinture, y compris la tête.

45 Posner M. I., Walker J. A., Friedrich F. I., Rafal M. A. (1984), art. cit.

46 Beaubaton D., Velay J.-L., Hay L. (1987), « Informations visuelles et précision spatiale du mouvement », in Neurosciences du sport, Ripoll H. et Azémar G. (éd.), Paris, INSEP, p. 277-300.

47 Au début des années 1990, plusieurs membres de notre équipe initiale ont émigré vers d’autres universités, puis j’ai été appelé a coordonner l’ensemble des recherches a l’INSEP, ce qui a laissé en suspens mes propres investigations.

48 Azemar G., Stein J.-F., Reine B. (1990), « Les particularités de la main gauche dans une tache de pointer en vision périphérique », in Bilard J. et Durand M. (éd.), Sport et psychologie, Paris, Revue EPS, p. 123-133 ; (1994), « Supériorité de la main gauche en temps de réaction dans une tache de pointer avec incertitude spatio-temporelle », communication au congres international de la SFPS, Poitiers, 1er-3 septembre ; (1994), « Surreprésentation des gauchers, en fonction de l’arme, dans l’élite mondiale de l’escrime », communication au congres international de la SFPS, Poitiers, 1er-3 septembre.

49 Elliott D., Lyons J., Chua R., Goodman D., Carson R.G. (1995), « The influence of target perturbation on manual aiming asymmetries in right-handers », Cortex, 31, 4, p. 685-697.

50 Boulinguez P., Azemar G. (2000), « Les avantages lies a la lateralite manuelle en escrime sont-ils dependants des contraintes de controle du mouvement ? », communication au 1er congrès mondial Sports de combat et arts martiaux, Amiens (France), 31 mars-2 avril ; Boulinguez P., Nougier V., Velay J.-L. (2001), « Manual asymmetries in reaching movements control », Cortex, 37.

51 Muller H. J., Rabitt (1989), « Reflexive and voluntary orienting... », art. cit.

52 Sakagami M., Niki H. (1994), « Spatial selectivity of go/no-go neurons in monkey prefrontal cortex », Exp. Brain Res, 100 (1), p. 165-169.

53 Niki H. (1974), « Differential activity of prefrontal units during right and left delayed response trials », Brain Research, 70, p. 346-349 ; Niki H., Watanabe M. (1976), « Prefrontal unit activity and delayed response relation to cue location versus direction of response », Brain Research, 105, 1, p. 79-88.

54 Jonides J. (1981), art. cit. ; Muller H. J., Rabitt (1989), art. cit.

55 Fries W. (1985), « Inputs from motor and premotor cortex to the superior colliculus of the macaque monkey », Behav. Brain Res., 18, p. 95-105 ; Werner W. (1993), « Neurons in the primate superior colliculus are active before and during arm movements to visual targets », Eur. J. Neurosci, 5, p. 335-340.

56 Posner M. I., Walker J. A., Friedrich F. I., Rafal M. A. (1984), art. cit.

57 Heilman K. M., Van Den Abell T. (1979), « Right hemispheric dominance for mediating cerebral activation », Neuropsychologia, 17, p. 315-321.

58 Vighetto A. (1980), « L’ataxie optique », op. cit.

59 Gainotti G., D’Erme P., Monteleone D., Silveri M. C. (1986), art. cit.

60 Reuter-Lorenz P. A., Kinsbourne M., Moskovitch M. (1990), « Hemispheric control of spatial attention », Brain and Cognition, 12, p. 240-266.

61 Palmer T., Tzeng O. J. L. (1990), « Cerebral asymmetry in visual attention », Brain and Cognition, 13, p. 46-58.

62 Corbetta M., Miezen E. M., Shulman G. L., Petersen S. E. (1993), « A PET study of visuospatial attention », Journal of Neuroscience, 13, p. 1202-1226.

63 Elliott D., Roy E. A., Goodman D., Carson R. G., ChuA R., Maraj B. K. V. (1993), art. cit.

64 Kimura D. (1977), « Acquisition of a motor skill after left hemisphere damage », Brain, 100, p. 527-542.

65 Roy E. A. (1981), « Action sequencing and lateralized damage : evidence for asymmetries in control », in Long J., Kyprie P. M. (éd.), Attention and Performance IX, Hillsdale, New Jersey, Erlbaum.

66 Palmer T., Tzeng O. J. L. (1990), « Cerebral asymmetry in visual attention », Brain and Cognition, 13, p. 46-58.

67 Vighetto A. (1980), art. cit.

68 Verfaellie M., Heilman K. M. (1990), art. cit.

69 Todor J. I. et Doane I. (1978), art. cit.

70 Holistique (du grec holo, entier) : se rapporte à une théorie selon laquelle les phénomènes sont des totalités irréductibles aux éléments qui les composent.

71 Ce rôle de l’hémisphère droit dans la représentation de l’espace perceptif s’applique également aux autres modalités sensorielles, notamment tactiles.

72 Klein R. M. (1994), « Perceptual-motor expectancies interact with covert orienting under conditions of endogeneous but not exogeneous control », Canadian Journal of Experimental Psychology, 48, 2, p. 167-181.

73 Van Der Staak C. (1975), « Intra and interhemispheric visual control of human arm movements », Neuropsychologia, 13, p. 39-448.

74 Fortier P. A., Smith A. M., Kalaska J. F. (1993), « Comparison of cerebellar andmotor cortex activity during reaching : directional tuning and response variability », J. Neurophysiol., p. 1136-1149.

75 Cet ensemble d’études a valu à Sperry le prix Nobel de biologie.

76 Gazzaniga M. S., Bogen J. E., Sperry R. W. (1965), « Observations on visual perception after disconnection of the cerebral hemispheres in man », Brain, 88, 11, p. 221-236.

77 Les fibres constituant le corps calleux représentent les axones de plus de deux cents millions de neurones chez l’homme.

78 Levy J., Trevarthen C., Sperry R. W. (1972), « Perception of bilateral chimeric figures following hemispheric disconnexion », Brain, 95, p. 61-78.

79 Trevarthen C., Sperry R. W. (1973), « Perceptual unity of the ambient visual field in human commissurotomy patients », Brain, 96, 3, p. 547-570.

80 Les travaux de Bela Julesz datent de 1960, mais il a fallu du temps pour qu’ils soient pris en compte par la communauté scientifique. Il a publié l’essentiel de ses théories dans Vision Research en 1986 (vol. 26, p. 1601-1612).

81 Voir « Le circuit court des gauchers », art. cit.

82 Azémar G., Ripoll H., Stein J.-F., Nougier V. (1988), « Lefthanders and sport : ocular laterality effect on distribution of attention », comm. Scientific Congress of the Olympic Games, Séoul, juillet ; Azémar G., Stein J.-F., Reine B. (1989), « Effets de la latéralité oculaire et manuelle sur les performances dans une tâche de pointer manuel chez des joueurs de tennis sélectionnés de 12-13 ans », communication au congrès ACAPS, Poitiers, 29-31 octobre.

83 Hook-Costigan M. A., Rogers L. J. (1998), « Eye preferences in common marmousets (callithrix jacchus) : influence of age, stimulus and hand preference », Laterality, 3, 2, p. 109-130.

84 Della Porta G. B. (1953), De refractione. Optics parte : Libri novem. Ex Officina Horatij Salvania, Naples, Apud Io Iacobum Carlinum and Anotinium Pacem.

85 Porac C., Coren S. (1981), Lateral Preferences and Human Behavior, New York, Heidelberg, Berlin, Soringen-Verlag [1977].

86 Bourassa D. C., McManus I. C., Bryden M. P. (1996), « Handedness and eye-dominance : a meta-analysis of their relationship », Laterality, 1, 1, p. 5-34.

87 McManus I. C., Porac C., Bryden M. P., Boucher R. (1999), « Eye-dominance, writing hand and throwing hand », Laterality, 4, 2, p. 173-192.

88 Ono H., Barbeito R. (1985), « Utrocular discrimination is not sufficient for utrocular identification », Vision Research, 25, 2, p. 289-299.

89 Porac C., Coren S. (1984), « Monocular asymmetries in vision : a phenomenal basis for eye signature », Canadian Journal of Psychology, 38, 4, p. 610-624.

90 Helmholtz H. (1962), Handbook of Psychological Otics, vol. 3 [1866], Douvres, New York, Southall.

91 Mueller T. J. (1990), « A physiological model of binocular rivalry », Visual Neuroscience, 4, p. 63-73.

92 Freeman R. D., Ohzawa I. (1990), « On the neurophysiological organization of binocular vision », Vision Research, 30, 11, p. 1661-1676.

93 Levy-Schoen A., Findlay J. M. (1984), « Codages spatiaux dans l’ajustement des mouvements de yeux », in Paillard J. (éd.), La Lecture sensorimotrice et cognitive de l’expérience spatiale, Paris, CNRS éditions, coll. « Comportements », 1, p. 23-43.

94 Bassou L., Chauveau N., Granié M., Martinez E., Morucci J.-P. (1987), « Tests de détermination d’asymétries fonctionnelles perceptives et motrices », colloque psychologie et cerveau, Toulouse, septembre.

95 Hécaen H. (1978), La Dominance cérébrale, Paris, La Haye, Mouton.

96 Azémar G. (1976), « Contribution à l’étude de l’ontogenèse du comportement moteur de l’enfant », art. cit.

97 Idem (1975), « Latéralité et différenciation des conduites motrices », Revue de neuropsychiatrie infantile, 23, 1, p. 13-21.

98 Lurçat L. (1985), L’Écriture et le Langage écrit, Paris, Éditions sociales françaises.

99 Bassou L. (1986), « Asymétries fonctionnelles visuelles et vitesse de lecture », communication au congrès international de psychomotricité, Nice, mai.

100 Lurçat L. (1964, 1972), art. cit., note 71, chap. II.

101 Hermelin B., O’Connor N. (1971), « Functional asymmetry in the reading in Braille », Neuropsychologia, 9, p. 431-435 ; Rudel R. G., Denkla M. B., Hirsch S. (1977), « The development of left hand superiority for discrminating Braille configurations », Neurology, 27, p. 160-164 ; Wilkinson J. M., Carr T. H. (1987), « Strategic hand use preferences and hemispheric specialization in tactual reading : impact of the demands of perceptuel encoding », Brain Lang., 32 (1), p. 97-123.

102 Millar S. (1984), « Is there a ‘‘best hand’’ for Braille ? » Cortex, 20, p. 75-87.

103 Bassou L., Chauveau N., Martinez E., Morucci J.-P., « Latéralités visuelles et activité lexique » (document reçu directement de Bassou, soumis en 1988).

104 Hécaen H. (1984), Les Gauchers, Paris, PUF.

105 O’Regan J. K. (1983), « Elementary perceptual and eye movement control processes in reading », in Rayner K. (éd.), Eye Movements in Reading : Perceptual and Language Processes, New York, Academic Press, p. 65-93 ; O’Regan J. K., Levy-Schoen A. (1987), « Eye movement strategy and tactics in word recognition and reading », in Coltheart M. (éd.), The Psychology of Reading. Attention and Performance XII, Hillsdale, New Jersey, Erlbaum, p. 363-383.

106 Rayner K., Inhoff A. W., Morrison R. E., Slowiaczek M. L., Bertera J. H. (1981), « Masking of foveal and parafoveal vision during eye fixations in reading », Journal of Experimental Psychology : Human Perception and Performance, 7, 1, p. 167-179.

107 Ygge J., Lennerstrand G., Rydberg A., Wijecoon S., Pettersson B. M. (1993), « Oculomotor functions in a swedish population of dyslexic and normally reading children », Acta Ophtalmologica, 71, p. 10-21.

108 Geiger G., Lettvin J. Y. (1987), « Peripheral vision in persons with dyslexia », New England J. Medicine, 316, p. 1238-1243.

109 Searleman A., Porac C. (2001), « Lateral preference patterns as possible correlates of successfully switched left hand writing : data and theory », Laterality, 6, 4, p. 303-314.

110 Harm M. W., Seidenberg M. S. (2001), « Are there orthographic impairments in pho-nological dyslexie ? », Cognitive Neuropsychology, 18, 1, p. 71-92.

111 Paulesu E., Demonet J.-F., Fazio F., McCrory E., Chanoine V., Brunswick N., Cappa S. F., Cossu G., Habib M., Frith C. D., Frith U. (2001), « Dyslexia : cultural diversity and biological unity », Science, mars, 291, p. 2165-2167.

112 Faust M., Silber A., Kaniel S. (2001), « Evidence from sentence priming for an atypical language organisation in the brain of dyslexic males », Laterality, 6 (1), p. 39-56.

113 Habib M. (2000), « The neurological basis of developmental dyslexia : An overview and working hypothesis », Brain, 123 (12), p. 2373-2399.

114 Stein J.-F., Richardson A. J., Fowler M. S. (2000), « Monocular occlusion can improve binocular control and reading in dyslexics », Brain, 123 (1), p. 164-170

115 Kinsbourne M. (1972), « Eye and head turning indicates cerebral lateralization », Science, 176, p. 539-541.

116 Kershner J. R. (1971), « Chidren’s acquisition of visual-spatial dimensionality : a conservation study », Developmental Psychology, 5, p. 454-462.

117 McManus I. C., Porac C., Bryden M. P., Boucher R. (1999), « Eye-dominance, writing hand and throwing hand », art. cit.

118 Bourassa D. C., McManus I. C., Bryden M. P., art. cit.

119 Lorin E., Elias J., Bryden M. P. (1998), « Footedness is a better predictor of language lateralisation than handedness », Laterality, 3, 1, p. 41-52.

120 Steinbach M. (1964), « Prévalence manuelle et prévalence podale. Contribution à l’étude de la dominance d’un hémisphère », Der Nervenartzt, Berlin, juillet.

121 Bisiacchi et alii (1985), art. cit. ; Azémar et alii, (1988), art. cit.

122 Azémar G. (1987), « Asymétries fonctionnelles et performances visuo-motrices », in Neurosciences du sport, Ripoll et G. Azémar (éd.), Paris, INSEP.

Table des illustrations

Légende Fig. 3 – Appareil et tâche d’après Posner : 4 lampes (diodes) situées à 8° et 24° de part et d’autre du point central de fixation. Un présignal s’allume au centre. Le sujet doit répondre dès l’allumage d’une lampe en appuyant du pouce sur une presselle.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/8723/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Fig. 4 – Temps de réaction en fonction de la latéralité œil-main et de la main de réponse.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/8723/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende Fig. 5 - Distribution des erreurs selon la localisation des diodes, en présentation monoculaire gauche (a) et droite (b).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/8723/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/8723/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Légende Fig. 6 – Comparaison en monocularité des TR de deux groupes de droitiers manuels différenciés par leur dominance oculaire (DD/GD). Les TR sont représentés en fonction de l’hémichamp visuel de présentation et de l’incertitude (valide/erroné).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/8723/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Légende Fig. 7 – VARTEX : Tâche de projection de l’index sur des cibles avec mesure du TR, du TM, de la précision et des erreurs. Délai variable entre présignal et signal (SOA).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/8723/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fig. 8 – Temps de réaction moyen en fonction de l’incertitude spatiale et temporelle.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/8723/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig. 9 – VARTEX : Précision moyenne en fonction de la main de réponse (tous sujets confondus).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/8723/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 10 – Comparaison du temps de réponse entre la main droite et la main gauche selon l’incertitude précédant le signal.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/8723/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 11 – Temps de mouvement en fonction de la dominance oculaire et de la main préférentielle.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/8723/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/8723/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/8723/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fig. 12 – VARTEX : Tâche simple (de haut en bas : a, b, c).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/8723/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/8723/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/8723/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 13 – VARTEX : Double tâche (de haut en bas : a, b, c).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/8723/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/8723/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/8723/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 14 – VARTEX : Différence de temps entre double tâche et tâche simple (de haut en bas : a, b, c).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/8723/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 158k

© CNRS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search