Version classiqueVersion mobile

L’homme asymétrique

 | 
Guy Azémar

Chapitre III. Gauchers adroits, droitiers gauchis et autres champions

Texte intégral

Distribution des asymétries fonctionnelles

Premiers jalons

  • 1 Hécaen H., de Ajuriaguerra J. (1963), Les Gauchers : prévalence manuelle et dominance cérébrale, Pa (...)
  • 2 Ces valeurs ont été confirmées et précisées plus tard par H. Hécaen dans Perelle (1984), Les Gauche (...)

1Une première enquête effectuée en 1965 auprès de 655 étudiants-professeurs d’éducation physique et sportive – 338 hommes et 317 femmes – m’a permis de trouver parmi eux 6,2 % de gauchers manuels. à la même époque, Hécaen et Ajuriaguerra1 signalaient de grandes variations, selon les auteurs, dans la fréquence des gauchers, mais admettaient une fourchette de l’ordre de 6 à 10 % dans la population générale2. En outre, j’observais seulement 1,7 % de gauchers homogènes œil-main-pied tandis que les droitiers homogènes à ces trois niveaux constituaient près des deux tiers (64 %) de l’ensemble des étudiants.

2Ainsi, il m’apparaissait un taux de gauchers manuels relativement faible dans cette population de sportifs « polyvalents ». Ce caractère polyvalent était très représentatif des « profs de gym » entre 1945 et 1980. En effet, les critères de formation et de sélection de ces futurs professeurs d’éducation physique et sportive avantageaient ceux qui pouvaient être à la fois gymnastes, athlètes (courses, sauts et lancers), nageurs, et relativement à l’aise dans plusieurs sports collectifs (handball, basket, volley, etc.). On exigeait d’eux, en outre, des aptitudes pédagogiques évaluées en situation. Il y avait relativement peu de sportifs de haut niveau parmi eux. À partir des années 1980, ce profil a changé. Nous évoquerons les principaux traits de cette évolution.

3Les données majeures de cette première enquête, publiées en 1966 et en 1970, ont surtout porté sur les caractéristiques des asymétries fonctionnelles, telles qu’elles s’expriment dans l’efficience du geste. Le type dominant, représenté par les droitiers homogènes, a fait l’objet d’une analyse dont les résultats plaçaient la latéralité sous un nouvel éclairage. Quelques traits marquants en seront rappelés. En premier lieu, la posture asymétrique caractérisant les droitiers lors d’un recours à la force pour lancer ou sauter y est apparue largement prédominante et sous-tendue par des lois biomécaniques bien identifiables. En second lieu, et en conséquence de ces lois, une spécialisation du membre inférieur gauche pour des impulsions de saut – et certains autres appuis dynamiques fondamentaux – s’avérait être un indice supplémentaire de dextralité. En effet, il a pu être vérifié que 80 % des sujets frappant un ballon du pied droit ont recours au pied gauche pour sauter en hauteur.

  • 3 La plupart des spécialistes de langue française (Hécaen, Ajuriaguerra, Zazzo, Etevenon, Gagey, Lézi (...)

4Enfin, plus généralement, les asymétries fonctionnelles démontraient largement, dans cette étude, que les deux côtés du corps coopèrent en permanence. Une telle notion amenait un nouvel éclairage sur la latéralité manuelle3, susceptible de s’inscrire dans un ensemble de paramètres fonctionnels déterminants. Divers spécialistes francophones ont reconnu là une remise en question des approches classiques qui avaient tendance à maintenir ce domaine en marge des autres disciplines. Au total, les conduites motrices performantes apparaissaient comme des illustrations remarquables de l’asymétrie fonctionnelle des centres supérieurs. Et la main n’y était plus envisagée isolément, mais resituée dans une coopération complémentaire des deux côtés du corps.

5Une deuxième enquête réalisée en 1980 auprès de 381 étudiants-professeurs d’éducation physique et sportive a confirmé la plupart des données précédentes. Le taux des gauchers manuels s’y maintenait à 6 % et la distribution des sujets dans les huit formules de latéralisation œil-main-pied était assez analogue. La synthèse de ces données sur un total de 1036 étudiants (501 hommes et 535 femmes) a été rapportée en 1987, confirmant les constatations précédentes sur les asymétries fonctionnelles.

Profils différenciés en sport de haut niveau

6Les premiers constats faits en 1965 m’avaient fait entrevoir que le sport de haut niveau pouvait donner lieu à des variations importantes de la fréquence des gauchers dans des échantillons représentatifs de certaines disciplines. Cette année-là, l’équipe de France d’escrime comptait onze gauchers parmi ses vingt membres qui s’étaient qualifiés pour participer aux championnats du monde. En outre, les phases finales de cette compétition en rassemblaient, à l’évidence, de nombreux autres provenant de divers pays. Ce constat a d’abord été signalé de façon anecdotique, en marge de mes premières constatations. Par la suite, j’ai pu rassembler, lors des compétitions au sommet mondial, un grand nombre de données statistiques dont le bilan sera rapporté par la suite. Mais, entre-temps, certains traits caractéristiques mis en évidence chez ces escrimeurs grâce au questionnaire précédemment validé ont retenu mon attention et m’ont amené à des comparaisons typologiques entre sportifs de haut niveau.

7En 1982, une première comparaison a donc été réalisée entre un effectif homogène d’escrimeurs d’élite, l’équipe de France de cette année-là, et les données de ma première enquête auprès de 655 étudiants en éducation physique et sportive. Il y avait neuf gauchers, dans cette équipe-là, parmi les 23 escrimeurs sélectionnés pour les épreuves mondiales. D’autres singularités apparaissaient déjà dans la distribution de ces sportifs dans les huit cas possibles d’association latérale entre l’œil, la main et le pied. Cependant, les traits dominants concernent les rapports préférentiels entre l’œil et la main (tableau II).

Tableau II – Formules de latéralisation œil-main comparées entre des étudiants-professeurs en éducation physique et sportive et des escrimeurs de haut niveau (équipe de France 1982).

Formules

Étudiants EPS

Escrimeurs

œil-main

Nb

%

Nb

%

DD

442

67,5

9

39,1

GD

173

26,4

5

21,7

*DG

14

*2,1

8

*34,8

GG

26

4

1

4,4

Totaux

655

100

23

100

8Bien que les effectifs observés en escrime soient ici relativement faibles, on peut noter une différence significative dans la distribution des sujets, centrée sur la formule de latéralisation associant préférentiellement l’œil droit et la main gauche (*DG : x2 = 0,01 < p < 0,001). Cette formule n’avait été trouvée que chez 2,1 % des étudiants, or elle concerne près de 35 % de ces escrimeurs, c’est-à-dire huit gauchers sur neuf. Cette caractéristique se confirmera dans des observations ultérieures réalisées, en marge des compétitions internationales, auprès de nombreux autres représentants confirmés de l’élite mondiale.

9Ces constatations ont déterminé certains d’entre nous à s’investir davantage dans ce domaine de recherches à partir des années 1980. Plusieurs résultats en seront rapportés ci- après. Ils se distribuent dans trois axes : a) la caractérisation d’une population témoin avec la même méthodologie ; b) l’identification des disciplines sportives où les gauchers ou, au contraire, les droitiers semblent trouver de meilleures conditions de réussite ; c) l’interprétation des phénomènes observés en s’appuyant sur des faits expérimentaux.

10Les recherches se sont étendues sur une vingtaine d’années. Elles ont bénéficié, de temps à autre, des avancées plus générales réalisées par la communauté des spécialistes en neurosciences durant la même période. Il nous est désormais possible de caractériser les types de gauchers ou droitiers qui présentent un meilleur potentiel de réussite, selon les exigences de la compétition. Ce n’est, bien sûr, qu’une catégorie de facteurs parmi d’autres, mais ils semblent devenir déterminants quand les autres conditions (technique, vitesse, endurance, motivation, etc.) sont réunies. Nous sommes finalement parvenus à identifier les principaux facteurs intervenant dans la réussite et les conditions qui les favorisent. Le dernier chapitre de cet ouvrage me donnera l’occasion de récapituler ces considérations, mais il est auparavant nécessaire de détailler les éléments d’où sont issues les principales hypothèses.

Éléments d’une typologie de la latéralité des sportifs

11À ce jour, près de 4 000 questionnaires au total ont pu être analysés. Il a été possible de comparer des effectifs différenciés par leur degré de spécialisation sportive et, parfois, par leur discipline d’élection. Dans ce dernier cas, seuls ont été pris en compte les sportifs de premier plan, c’est-à-dire appartenant à l’élite internationale.

12Des comparaisons interdisciplinaires ont été conduites de façon de plus en plus précise après la constatation, à partir de 1980, de certaines différences typologiques dans nos premières analyses. Mais les données de base devaient être encore consolidées et, surtout, réactualisées à partir d’un nouvel échantillonnage d’étudiants. Il me semblait nécessaire, en effet, de comparer des sujets appartenant à la même génération. En outre, le questionnaire a été adapté de façon à produire, en marge de chaque formule de latéralisation œil-main-pied, un indice s’établissant entre – 10 et + 10 selon le protocole décrit en annexe en fin d’ouvrage.

  • 4 Ces établissements étaient initialement représentés par les écoles normales supérieures, les instit (...)

13Une troisième enquête a donc été réalisée en 1995 dans des établissements universitaires relevant du ministère de la Jeunesse et des Sports4. Un effectif de 1 126 étudiants en « sciences et techniques des activités physiques et sportives » a pu être constitué. Les critères de formation et de sélection des étudiants dans ce domaine avaient subi, depuis 1980, des changements susceptibles d’exercer des effets sélectifs relativement différents sur les profils individuels. Disons, pour résumer, que les candidats peuvent désormais tirer avantage d’une spécialisation dans une ou deux disciplines dominantes. Ils bénéficient à présent d’une sorte de prime à la spécialisation, tandis que leurs prédécesseurs trouvaient seulement avantage à être polyvalents. Les aspects typologiques différentiels résultant d’une telle évolution seront évoqués ultérieurement.

14Il a été jugé utile par ailleurs d’étudier sur les mêmes bases un échantillon témoin de 229 étudiants « non sportifs », du moins non orientés vers des études portant sur les activités physiques et sportives. Dans un premier aperçu, si l’on s’en tient à la seule distribution entre droitiers et gauchers manuels dans les trois échantillons testés, il apparaît plus de différences en fonction des époques qu’entre les étudiants sportifs et non sportifs (tableau III). Il s’y dégage une augmentation relative du taux des gauchers dans les échantillons étudiés en 1995.

Tableau III – Distribution des droitiers et gauchers dans trois échantillons d’étudiants selon les disciplines étudiées et la période de l’enquête.

Etudiants EPS
(1965-1980)

Étudiants STAPS
(1995)

Etudiants témoins
(1995)

Nb

%

Nb

%

Nb

%

Droitiers manuels

974

94

1 021

90,7

202

88,3

Gauchers manuels

62

6

105

9,3

27

11,7

Totaux

1 036

100

1 126

100

229

100

15Ce constat peut conduire à deux sortes d’interprétations. Selon une première hypothèse, il pourrait résulter d’une augmentation globale du taux des gauchers dans la population générale. La littérature spécialisée témoigne bien, en effet, d’une fréquence plus élevée des gauchers, depuis quelques décennies, dans les pays occidentaux.

16Dans le chapitre précédent, j’ai évoqué à ce propos le phénomène de switching de la main droite dénoncé dans les pays anglo-saxons durant les années 1980. Des auteurs respectés mettaient ainsi en cause les contraintes socio-familiales exercées sur les enfants pour qu’ils écrivent de la main droite. Les gaucheries contrariées étaient suspectées de favoriser divers troubles psychomoteurs. Dès lors, il est probable, nous l’avons vu, qu’un renversement des tendances pédagogiques ait amené paradoxalement de nombreux enfants à écrire de la main gauche sans avoir de nettes dispositions pour être gauchers. Quelques spécialistes se sont émus récemment de ce paradoxe car notre écriture, je le rappelle, ne se prête pas bien à l’usage de la main gauche. Les travaux de Perelle et Ehrman (1994) ont bien montré cette augmentation relative de l’usage de la main gauche chez les moins de 30 ans, surtout dans les pays anglo-saxons où il atteint désormais des taux supérieurs à 12 %.

  • 5 STAPS : Sciences et techniques des activités physiques et sportives.

17Une autre hypothèse pourrait attribuer l’augmentation du taux des gauchers, parmi les actuels étudiants en STAPS5, au fait qu’ils sont des sportifs relativement plus spécialisés que ceux de la génération précédente. Les droitiers homogènes pouvaient être avantagés auparavant dans la mesure où il s’agissait d’être polyvalent. Leur profil représente un stéréotype qui se prête à un plus grand nombre de situations d’apprentissage technique. La posture dynamique qui caractérise les droitiers se transfère d’emblée aux gestes fondamentaux de lancer, sauter ou frapper souvent requis en éducation physique. Au contraire, les exigences de la compétition, notamment dans les sports d’opposition, individuels ou collectifs, pourraient favoriser des formules non homogènes reposant sur des latéralisations croisées entre l’œil, la main et le pied. Ce phénomène apparaîtra de façon plus significative dans des comparaisons portant exclusivement sur des sportifs de haut niveau. En fin de compte, il n’est pas exclu que les deux causes (évolution socio-éducative et spécialisation sportive) conjuguent leurs effets dans le tableau III.

18On remarquera qu’il n’apparaît pas d’ambidextres dans mes observations. La raison en est simple. Les questions posées donnent lieu à des réponses sans ambiguïté. En ce qui concerne la main, trois items sont proposés : lancer (javelot, ballon, etc.) ; frapper (balle, boxe, etc.) ; tenue d’une raquette ou d’une arme en duel. Il y a moins de 2 % de sujets changeant de main préférentielle pour l’une de ces tâches. Ce changement occasionnel influence l’indice, mais la main désignée dans la formule est celle qui est en jeu pour, au moins, deux types de tâches. La main adoptée pour écrire n’intervient que pour le calcul de l’indice. Ce que d’autres auteurs rangent sous le terme d’ambidextrie est ainsi décrypté et codé dans un système d’évaluation à deux composantes. L’indice est une donnée quantitative globale, tandis que les éléments de la formule conservent des traits qualitatifs ou fonctionnels plus précis. Un tel codage permet de conserver un maximum d’informations dans la perspective d’une typologie comparée.

19De nombreuses études admettent un taux élevé d’ambidextres (voir plus haut tableau I). Ce fait résulte d’une absence de discrimination entre les tâches, comme je l’ai déjà signalé. On ne devrait parler d’ambidextrie que dans les cas où les deux mains se révèlent équivalentes et interchangeables pour une même tâche. C’est très improbable en sport où les performances sont objectivement évaluées et sanctionnées. à ce titre, je souligne au passage que le concept de prévalence manuelle semble incontestablement plus approprié que celui de préférence dans la perspective qui nous retient ici.

Les différences en fonction du sexe

  • 6 Voyer D. (1996), « On the magnitude of laterality effects and sex differences in functional lateral (...)

20Il est classique de signaler un taux relativement plus faible de gauchers parmi les femmes que chez les hommes dans une population donnée. Ce fait est constaté par la plupart des auteurs, comme en témoigne une récente revue de cette question6. En raison des critères utilisés dans mes propres enquêtes, moins centrés sur l’écriture pour mieux rendre compte de la motricité globale dynamique, on pourrait s’attendre à des résultats différents. Ce n’est pas le cas. Le taux des gauchers est toujours apparu un peu plus élevé chez les hommes à l’analyse des divers effectifs étudiés. Cependant, la différence observée est toujours restée inférieure à 1 %, comme on peut encore le voir pour l’enquête réalisée 1995 (tableau IV). Cette comparaison porte sur un effectif global de 1 355 sujets. Les gauchers manuels y sont représentés aux taux respectifs de 9,5 % chez les hommes et 10,2 % chez les femmes.

Tableau IV – Distribution des formules œil-main-pied en fonction du sexe.

Huit formules œil-main-pied

Femmes

Hommes

Ensemble

Nb

%

Nb

%

Nb

%

DDD

325

59,2

450

55,8

775

57,2

GDD

132

24

183

22,7

315

23,3

DDG

23

4,2

67

8,3

90

6,6

GDG

13

2,4

30

3,7

43

3,2

DGD

9

1,6

11

1,4

20

1,5

GGD

10

1,8

13

1,6

23

1,7

DGG

14

2,6

19

2,4

33

2,4

GGG

23

4,2

33

4,1

56

4,1

Totaux

549

100

806

100

1 355

100

  • 7 Azémar G. (1970), op. cit.

21Pour trouver des différences statistiquement significatives dans ces effectifs relativement limités, il faut examiner comment se combinent les divers éléments des formules de latéralisation. Dans cet échantillon, comme en 1966, apparaît un profil différent dans la relation main-pied entre hommes et femmes. Les hommes adoptent plus fréquemment que les femmes une formule main-pied croisée (DG + GD). On compte 15 % d’hommes dans ce cas contre 10 % de femmes (x2 = 7,21, p < 0,01). Cette différence est particulièrement prononcée chez les droitiers manuels (formule main-pied DG : H 12 %/F 6,6 %). Lors d’une précédente étude7, des tests de terrain m’avaient aussi montré, parmi des étudiants d’EPS, que 60 % des sujets féminins effectuaient préférentiellement les sauts à « cloche-pied » sur leur pied de frappe (pied de shot), tandis que la majorité des étudiants masculins adoptaient l’autre pied (x2 = 19,81, soit p < 0,01). Par ailleurs, il n’y a pas de différences significatives en fonction du sexe pour les associations œil-main et œil-pied.

  • 8 Wallon H., Evart-Chmielniski E., Sauterey E. (1958), « Équilibre statique, équilibre en mouvement : (...)

22Une interprétation a déjà été proposée pour ces différences selon le sexe dans la latéralité podale. Encore aujourd’hui, bien que moins qu’autrefois, l’activité ludique des filles et des garçons est suffisamment différenciée pour pouvoir influencer de façon distincte la latéralité des appuis dynamiques au cours de l’enfance. H. Wallon et ses collaborateurs, après avoir fait une constatation analogue en 1958, suggéraient la même explication8. Le football chez les garçons et la marelle chez les filles illustrent bien comment des tâches usuelles distinctes sont susceptibles d’orienter différemment les spécialisations podales au cours de l’enfance. Le shot du pied droit exige une équilibration dynamique sur le pied gauche, tandis que la marelle conjugue l’équilibre et la conduite d’un caillou sur le même pied. Lorsqu’il s’agit de sauter en hauteur, un garçon peut appliquer immédiatement la coordination du shot qui l’incite à prendre l’appel du pied gauche, s’il shoote du pied droit. Une fille sera plus tentée de tout confier au pied droit. Ces comparaisons suggèrent qu’une relative différence de latéralisation périphérique observable entre hommes et femmes pourrait provenir d’un facteur culturel.

Analyse d’une population de sportifs

23Considérons à présent les différents groupes plus ou moins spécialisés en sport composant cette population de 1355 sujets. Les aspects différenciés déjà constatés chez les sportifs spécialisés nous conduisent à retenir l’effectif d’étudiants non sportifs comme groupe témoin. Dès lors, des comparaisons pourront être réalisées pour y chercher les éléments d’une typologie des sportifs, en fonction de leur spécialisation, dans certains groupes de disciplines. Nous évoquerons ensuite de façon plus détaillée les traits spécifiques émergeant pour l’une ou l’autre de ces disciplines.

Constitution d’une base de référence

  • 9 Cet effectif rassemble des étudiants de Versailles (111 étudiants) et de Saint-Maixant (118 étudian (...)

24Le profil moyen d’une population d’étudiants en sciences et techniques des activités physiques et sportives – se destinant soit au professorat d’éducation physique, soit à l’enseignement d’un sport – permet de se représenter les caractéristiques d’un prototype moyen d’individus physiquement exercés, ayant acquis une certaine maîtrise de leur corps. Ils n’ont pu acquérir leur habileté psychomotrice générale sans une nette affirmation de leurs prévalences latérales. Il était souhaitable de comparer globalement ces étudiants sportifs à des étudiants de la même génération, mais orientés vers d’autres disciplines universitaires, non liées aux activités physiques. L’effectif déjà évoqué de 229 étudiants « non sportifs » a été constitué selon ce critère9.

25Sur de telles bases, l’étude des indices de latéralité donne un premier profil des caractéristiques d’une population de sportifs (tableau VI). Le recours aux indices permet, je le rappelle, de considérer la latéralité de façon globale et quantitative, comme le font la plupart des enquêtes consacrées à la population générale. Il est intéressant de grouper ces indices en quelques catégories bien différenciées, dont les effectifs sont assez nombreux pour permettre des évaluations statistiques. À ce titre, trois classes retiennent l’attention dans notre analyse. Les indices de 6 à 10 représentent des droitiers relativement homogènes, toujours plus nombreux que les autres. De 1 à 5, il s’agit de droitiers mixtes, c’est-à-dire recourant cependant au côté gauche (œil, main ou pied) pour aborder certains types de tâches. Les indices de – 10 à 0 constituent un ensemble assez hétérogène, se rattachant cependant plus ou moins à la sénestralité manuelle.

26Le tableau VI permet de constater que la classe intermédiaire de droitiers non homogènes est plus fortement représentée dans la population sportive que chez les témoins. Notons au passage que, paradoxalement, plusieurs de ces sujets, plutôt droitiers, écrivent de la main gauche, tandis qu’au contraire, de nombreux individus inclus dans la catégorie suivante (de – 10 à 0) utilisent leur main droite. Il est probable que la plupart de ces sujets, ayant des formules mixtes, seraient baptisés « ambidextres » dans d’autres enquêtes ou par leur propre entourage. La méthodologie retenue ici s’attache précisément à discriminer ces cas afin d’y trouver des indications sur les facteurs déterminants de la latéralité. Le choix d’items exclusivement en rapport avec l’efficience gestuelle confère plus de cohérence aux données et permet d’y chercher des illustrations de certains processus attentionnels.

27L’analyse des formules œil-main-pied (tableau V) se prête mieux que la comparaison des indices (tableau VI) à une exploitation des données recueillies. Chaque formule est une sorte de traduction codée d’un profil individuel d’asymétrie fonctionnelle. Il s’agit ensuite d’y chercher des indications sur d’éventuels avantages ou inconvénients revenant respectivement à l’usage préférentiel d’un segment droit ou gauche, selon les conditions de production des performances. Cet objectif ne peut encore être rempli, car il faudra l’étayer sur de plus larges effectifs. Pour ce faire, nous devrons en passer par des analyses assez rébarbatives dont un exemple est donné dans le tableau V. Celui-ci rend compte de façon détaillée de distribution respective des deux effectifs d’étudiants, sportifs et témoins, dans les huit formules de cette latéralité à trois étages.

Tableau V – Distribution des formules œil-main-pied dans les deux effectifs comparés.

Huit formules œil-main-pied

Étudiants témoins

Étudiants sportifs

Ensemble

Nb

%

Nb

%

Nb

%

DDD

144

62,9

631

56

775

57,2

GDD

45

19,7

270

24

315

23,3

DDG

8

3,5

82

7,3

90

6,6

GDG

5

2,2

38

3,4

43

3,2

DGD

1

0,4

19

1,7

20

1,5

GGD

4

1,7

19

1,7

23

1,7

DGG

3

1,3

30

2,7

33

2,4

GGG

19

8,3

37

3,3

56

4,1

Totaux

229

100

1 126

100

1 355

100

Tableau VI – Comparaison d’une population de sportifs avec un échantillon d’étudiants non sportifs, sur la base de trois catégories d’indice de latéralité. La catégorie de 1 à 5 représente des cas de dextralité non homogène. Il apparaît cet endroit une différence significative entre les deux groupes de sujets (*x2 : p < 0,01).

Indices de latéralité

Témoins

Sportifs

Ensemble

Nb

%

Nb

%

Nb

%

de 6 à 10

151

65,94

715

63,5

866

63,91

de 1 à 5

37

* 16,16

272

* 24,15

309

22,81

de -10 à 0

41

17,9

139

12,35

180

13,28

Totaux

229

100

1 126

100

1 355

100

28Comme c’était le cas dans toutes les précédentes analyses effectuées selon ces critères, deux formules dominent largement cette distribution, celles qui représentent les droitiers main-pied (DDD et GDD), soit 80 % des sujets. La formule des droitiers strictement homogènes (DDD) constitue à elle seule le plus gros effectif, de l’ordre de 60 %. À l’opposé, les gauchers homogènes (GGG) apparaissent relativement rares : 4 % au total. Le deuxième rang, en ordre de grandeur, revient à la formule GDD, c’est-à-dire celle des droitiers main-pied qui recourent à l’œil gauche pour des tâches de visée. Son taux est ici voisin des 25 % (plus ou moins 5 %) trouvés classiquement dans diverses populations. En dehors de ce cas de prévalence oculaire controlatérale chez des droitiers, les cinq autres formules de latéralisation croisée sont représentées par de petits effectifs de sujets.

29Si l’on additionne les effectifs des deux formules homogènes DDD et GGG pour les comparer, dans les deux populations, à l’ensemble des six autres formules dites mixtes, croisées ou controlatérales, on constate des différences très significatives. Les témoins non sportifs sont plus fortement représentés dans les formules homogènes que les étudiants (71, %/59,3 % ; x2 : p < 0,001). Ce trait différentiel est d’autant plus significatif qu’il est concordant dans toutes les formules. Remarquons que, si la comparaison portait sur la seule fréquence des gauchers manuels, il n’apparaîtrait pas de différence significative (11,8 % / 9,3 % ; x2 : p = 0,28). L’analyse des profils individuels œil-main-pied suggère donc, en première approche, que les compétitions sportives favorisent, globalement, des formules de latéralisation non homogènes.

  • 10 Pérelle I. B. et Ehrman L. (1994), déjà cités, considèrent la main qui écrit comme un critère majeu (...)

30Un commentaire s’impose encore à propos de l’effectif total de 132 gauchers manuels, soit 9,7 %, dans cet ensemble de 1 355 étudiants. S’ils sont dits gauchers dans ce contexte, cela signifie essentiellement, je le rappelle, qu’ils impliquent cette main au pôle de l’action dans la majorité des situations sportives appelant des performances. Sachant que tous n’écrivent pas de la main gauche et que de nombreux droitiers sont dans le cas inverse, on peut évaluer ici la distance séparant notre approche fonctionnelle de celles qui se fondent essentiellement sur l’acte d’écrire pour différencier droitiers et gauchers10. Ce premier examen comparatif nous a donc montré que les sportifs observés ont une latéralité moins homogène, qu’ils soient droitiers ou gauchers, que celle de témoins appartenant à la même génération et à la même tranche d’âge. En effet, l’âge des sujets constituant cette population totale de 1 355 étudiants, toutes spécialités confondues, se situe massivement entre 18 et 25 ans. Ce point méritait également d’être souligné avant de proposer des comparaisons plus détaillées.

Des sportifs plus ou moins compétitifs

31La présence permanente de plusieurs équipes sportives nationales à l’INSEP nous a permis de tester sur place un assez grand nombre de représentants de l’élite sportive. En outre, plusieurs lots de questionnaires me sont parvenus de l’extérieur de cet établissement grâce à la coopération spontanée de cadres sportifs, entraîneurs ou médecins, intéressés par notre démarche. Il me faut les remercier encore de cette contribution qui a souvent été accompagnée de remarques ou de questions fertiles à propos de leur spécialité sportive. On en trouvera quelques témoignages lorsque nous évoquerons certaines disciplines en particulier. à ce jour, nous avons pu réunir au total 352 questionnaires de sportifs de très haut niveau, représentant 23 disciplines.

32Nous sommes désormais en mesure de comparer trois groupes de sujets différenciés par leur expérience sportive. Pour alléger la présentation des données, il suffira d’en rapporter ici les formules œil-main qui recèlent des traits déterminants pour une approche comparative globale (tableau VII). Nous réintégrerons les données se rapportant à la composante podale des asymétries fonctionnelles lorsqu’il s’agira, par exemple, de s’attacher aux cas particuliers du football, du judo ou de la danse.

Tableau VII – Distribution des formules de latéralité œil-main dans trois groupes de sujets différenciés par leur niveau d’expertise en sport.

Latéralité œil-main

Étudiants témoins

Étudiants STAPS

Sportifs haut niveau

Nb

%

Nb

%

Nb

%

DD

152

66,4

713

63,3

190

54

GD

50

21,8

308

27,4

90

25,6

DG

4

1,8

49

4,3

46

13

GG

23

10

56

5

26

7,4

Totaux

229

100

1 126

100

352

100

33Le tableau VII fait émerger un trait que nous avions déjà observé sur des échantillons plus limités. Il s’agit de la formule œil-main DG dont le taux augmente avec le niveau de réussite sportive. Mais un autre aspect se révèle ici plus nettement qui porte sur l’évolution contrastée des formules homogènes et croisées d’un groupe de sujets à l’autre. Le tableau VIII souligne mieux ce phénomène en rassemblant, d’une part, les formules homogènes ou ipsilatérales, d’autre part, les formules croisées ou controlatérales.

Tableau VIII– Comparaison des taux respectifs de latéralités œil-main ipsilatérales et controlatérales entre trois groupes de sujets différenciés par leur niveau d’expertise en sport (x2 : p < 0,01).

Latéralité œil-main

Étudiants témoins

Étudiants STAPS

Sportifs haut niveau

Nb

%

Nb

%

Nb

%

Ipsilatérale
(DD + GG)

175

76,4

769

68,3

216

61,4

Contralatérale
(DG + GD)

54

23,6

357

31,7

136

38,6

Totaux

229

100

1 126

100

352

100

34Cette dernière comparaison fait apparaître l’augmentation du taux des formules œil-main controlatérales proportionnellement au niveau de compétitivité en sport. Une telle donnée, prise à la lettre, pourrait conduire à une conclusion toute simple, selon laquelle la pratique sportive favoriserait des sujets ayant une latéralité œil-main croisée. Mais des explorations effectuées dans des échantillons représentatifs de diverses disciplines ont pu nous montrer par ailleurs qu’il s’agirait là d’une généralisation aberrante. Si l’élite des escrimeurs semble présenter fortement ce trait différentiel (voir plus haut tableau II), ce n’est pourtant le fait que de ceux qui utilisent la main gauche. Et d’autres spécialistes de très haut niveau, notamment en tir et en athlétisme, sont caractérisés, au contraire, par une large prédominance des droitiers homogènes.

Des disciplines sportives à différencier

35De tels aspects typologiques nous ont conduit à envisager l’hypothèse attribuant aux seuls sports d’opposition le phénomène observé dans le tableau VIII. Les individus qui présentent des latéralisations mixtes, différant ainsi du modèle dominant, pourraient trouver davantage de gratifications en situation d’opposition directe, dans la mesure où ils pourraient y percevoir l’espace de façon plus large et homogène. L’argumentation d’une telle hypothèse sera développée par la suite. À ce stade, disons que les latéralisations croisées semblent faire nécessairement intervenir les deux hémisphères dans le contrôle perceptivo-moteur, ce qui pourrait au moins faciliter la prise en compte globale des deux hémichamps de l’espace.

  • 11 Azémar G. (1987), « Asymétries fonctionnelles et performances visuo-motrices », in Neurosciences du (...)

36La constatation d’une augmentation relative de cette latéralisation œil-main croisée dans une large population de sportifs pourrait provenir du fait que les sports d’opposition, qu’ils soient individuels (sports de combat, tennis, etc.) ou collectifs (basket, volley, rugby, etc.), y sont plus fortement représentés que les autres. La population que nous avons ainsi pu observer globalement semble présenter cette caractéristique dominante. Il faut donc pousser un peu plus loin les comparaisons interdisciplinaires pour tâcher de mieux identifier les traits différenciés et les conditions de leur émergence. Un bilan réalisé en 1987 m’a déjà permis de rapporter11 différences significatives dans la de entre des échantillons représentatifs de certaines catégories de disciplines sportives.

37Un test statistique a permis d’évaluer les différences entre, d’une part, des représentants de l’élite de la gymnastique et du tir à l’arc (39 sélectionnés nationaux et internationaux), d’autre part, ceux de la boxe, du tennis et de l’escrime (67 sélectionnés). Malgré des effectifs réduits, la comparaison des formules œil-main (tableau IX) fait apparaître des différences significatives. Ces différences portent sur les gauchers, qu’ils aient des formules homogènes ou croisées (DG et GG). L’augmentation globale du taux des gauchers manuels dans les sports d’opposition semble se produire au détriment du taux des droitiers homogènes (DD), comme nous l’avions déjà noté dans le tableau II. Le profil des gymnastes et archers ne diffère pas de façon sensible de celui des étudiants en STAPS (voir plus haut tableau VII). Tout au plus peut-on y observer des cas d’association œil droit/main gauche relativement plus nombreux.

Tableau IX – Comparaison de deux échantillons de sportifs de haut niveau représentant respectivement des sports d’opposition (boxe, tennis et escrime) et des disciplines n’entraînant pas de confrontations en face-à-face (gymnastique et tir à l’arc). La distribution fait apparaître des différences significatives (x2 = 12,69, p < 0,01).

Latéralité œil-main

Gymnastique, tir à l’arc

Boxe, tennis, escrime

Total observé

Effectif observé (%)

Effectif théorique

Effectif observé (%)

Effectif théorique

DD

25 (64,1)

18,4

25 (37,3)

31,6

50

GD

10 (25,6)

9,57

16 (23,9)

16,43

26

DG

4 (10,3)

7,36

16 (23,9)

12,64

20

GG

0 (0)

3,68

10 (14,9)

6,32

10

Totaux

39 (100)

67 (100)

106

38D’autres comparaisons entre divers groupes de disciplines ont pu être réalisées. Certaines données qui en ont résulté trouveront mieux leur place dans un chapitre ultérieur consacré à un large tour d’horizon des disciplines sportives. Retenons, pour conclure cette approche typologique, qu’elle semble bien rendre compte, d’une part, d’une certaine évolution en une trentaine d’années du profil des « profs de gym », d’autre part, de l’existence de traits latéraux spécifiques observables dans l’élite des sports d’opposition.

À la pointe de l’épée, la saga des gauchers

39Quelle est la main qui gagne ? Laissons de côté, pour l’instant, les diverses formules de latéralisation et analysons les classements au sommet des compétitions mondiales en tenant compte seulement de la main qui est en jeu. Il suffira donc, dans ce type d’observations, de voir un compétiteur manier la raquette ou l’épée de sa main gauche pour le qualifier de gaucher, en faisant abstraction de toute autre considération sur sa latéralité. Nous reviendrons sur de tels points par la suite, mais il s’agit ici de chercher quelles données spécifiques pourraient résulter d’une analyse des classements selon le seul critère de la main qui s’illustre au pôle de l’action.

40Dès le premier paragraphe de cet ouvrage, j’évoquais des constatations faites en 1980 dans l’élite des escrimeurs, à l’occasion des Jeux Olympiques de Moscou. Les huit premiers du tournoi de fleuret étaient gauchers. La même année, trois illustres gauchers figuraient parmi les quatre premiers du classement mondial de tennis et un phénomène analogue était constaté en tennis de table. Une rapide enquête effectuée dans ces trois disciplines nous a montré (tableau X, ci-après) que le taux des gauchers s’y élevait progressivement, aux principaux étages des classements mondiaux, depuis les compétiteurs de base jusqu’aux sommets de la hiérarchie. Dès lors, je me suis attaché durant une vingtaine d’années à rassembler des données de cet ordre dans les sports que je pouvais suivre de près.

  • 12 Médecin de la Fédération française d’escrime, de la Fédération internationale d’escrime et du Comit (...)
  • 13 Melbourne, 1979 ; Clermont-Ferrand, 1981 ; Rome, 1982 ; Vienne, 1983 ; Barcelone, 1985 ; São Paulo, (...)

41Des observations systématiques réalisées en escrime12 m’ont ainsi permis d’analyser l’évolution des classements lors de neuf grandes épreuves au sommet entre 1979 et 1998 (huit championnats du monde et un tournoi olympique13, soit 3 829 participants au total). Il en ressort (tableau XI) que la fréquence relative des gauchers, déjà élevée dans l’ensemble des participants – 25,5 % contre 10 à 12 % dans la population générale –, augmente régulièrement entre le début et la fin de ces épreuves qui réunissent périodiquement les meilleurs pratiquants de ce sport. Au stade des demi-finales, qui retiennent les quatre meilleurs de chaque compétition, on compte 38 % de gauchers, toutes armes confondues.

Tableau X – Taux des gauchers à différents niveaux du classement mondial 1980 en tennis (classement ATP), au fleuret (Jeux Olympiques) et en tennis de table (championnats du monde).

Discipline

100 premiers

25 premiers

10 premiers

4 premiers

Effectif

%

Effectif

%

Effectif

%

Effectif

%

Tennis

34

17

6

24

4

40

3

75

Escrime (fl.)

12

48

8

80

4

100

Tennis de table

9

36

6

60

3

75

42L’analyse plus détaillée de ces données montre une dissociation remarquable du phénomène quand on compare les pratiquants du sabre aux autres escrimeurs, qu’il s’agisse des fleurettistes ou des épéistes. Il est alors surprenant de constater que cette sorte de sélection des gauchers produite par la compétition ne concerne pas les sabreurs. Il faut savoir que l’épée et le fleuret sont des armes d’estoc n’autorisant les touches qu’au moyen de la pointe, tandis que le sabre est une arme d’estoc et de taille permettant de toucher aussi avec le « tranchant », en fait avec toutes les faces latérales de la lame. L’effet le plus évident de cette différence conventionnelle apparaît dans les gestes spécifiques du sabreur. Celui-ci impose à son arme de nombreux changements de direction se traduisant par des mouvements rotatifs et des trajectoires circulaires beaucoup plus complexes que celles qui sont réalisées avec une épée ou un fleuret.

Tableau XI – Taux des gauchers à différents stades des compétitions mondiales (huit championnats du monde et un tournoi olympique) entre 1979 et 1998. L’épée féminine y figure depuis 1990. Le sabre féminin est une nouveauté présentée pour la première fois en démonstration en 1998 (JO d’Atlanta).

Tableau XI – Taux des gauchers à différents stades des compétitions mondiales (huit championnats du monde et un tournoi olympique) entre 1979 et 1998. L’épée féminine y figure depuis 1990. Le sabre féminin est une nouveauté présentée pour la première fois en démonstration en 1998 (JO d’Atlanta).

43Compte tenu de cette distinction entre les armes, l’augmentation du taux des gauchers est encore plus significative avec les seules armes d’estoc (tableau XII). Tandis que les sabreurs comptent moins d’un gaucher sur six parmi les demi-finalistes (15,6 %), les adeptes de l’épée et du fleuret se trouvent quasiment partagés entre gauchers et droitiers (48 %/52 %) lorsqu’ils atteignent ce stade des compétitions (fig. 1 ci-après). Il y aura lieu de revenir sur cette distinction entre les armes car on y trouve des éléments utiles pour comprendre le processus favorisant les gauchers dans certaines situations sportives.

Tableau XII – Comparaison entre les armes d’estoc (données réunissant fleuret et épée, hommes et femmes) et le sabre (arme d’estoc et de taille), aux principales étapes des compétitions mondiales (neuf épreuves entre 1979 et 1998 ; 3 829 participants).

Total sabre

Total estoc

Engagés

Nb total
Tx gauchers

706
14,2

3 123
28,5

Tabl. de 32

Nb total
Tx gauchers

256
16,4

960
34,6

8 meilleurs

Nb total
Tx gauchers

88
11,4

240
41,25

4 médaillés

Nb total
Tx gauchers

40
17,5

120
46,7

Vainqueurs

Nb total
Tx gauchers

0
0

30
63,3

Fig. 1 – évolution du taux des gauchers en escrime en fonction de l’arme (estoc vs sabre) durant neuf compétitions mondiales de 1979 à 1998 (3 829 compétiteurs).

Sports d’opposition et vision de l’espace

44Les rapports spécifiques entre les sports d’opposition et certains types de latéralisation individuelle retiennent mon attention depuis longtemps. Les premiers indices éloquents étaient apparus en comparant un échantillon d’escrimeurs d’élite à une population d’étudiants EPS (voir plus haut tableau II). Des explorations expérimentales ont suivi dont il me faudra rendre compte aussi simplement que possible avant de tenter une description des processus neuropsychologiques sous-jacents. Mais il est auparavant nécessaire d’éclairer cette problématique en évoquant les traits particuliers des sports d’opposition par comparaison avec les autres disciplines de compétition.

45Il faut donc laisser de côté les asymétries fonctionnelles, durant quelques pages, pour se consacrer aux principes généraux régissant, d’après les connaissances actuelles, la problématique spécifique d’un duel sportif. Il y apparaîtra notamment le rôle prépondérant qui revient, dans ce domaine, à l’attention visuelle en raison de la forte incertitude caractéristique des situations d’opposition. Ces rappels préalables pourront sembler parfois rébarbatifs, mais ils sont nécessaires. Ils se trouveront fortement impliqués, ensuite, dans l’interprétation des effets de latéralité.

Le face-à-face entre adversaires

  • 14 Certains sports fondés sur des critères esthétiques, tels que le patinage et la gymnastique, rejoig (...)

46Il faut distinguer ici, fondamentalement, les sports opposant directement les adversaires en face-à-face de ceux où ils se trouvent comparés dans des épreuves parallèles. Ces dernières peuvent être simultanées comme dans le cas des courses (de vitesse ou d’endurance, à pied, à vélo, à la nage, etc.), ou successives comme dans les compétitions de ski alpin ou les concours athlétiques (sauts, lancers, etc.). Ces compétitions fondées sur des épreuves parallèles nécessitent une limitation de l’incertitude au cours de l’action. Les performances doivent s’y réaliser dans des conditions analogues, sinon strictement identiques, afin de pouvoir être comparées dans certaines de leurs dimensions temporelles ou métriques. On y attend un effort maximal dans des conditions prédéterminées de forme, d’espace et de moyens matériels. On peut ainsi comparer des prestations à dominante plus ou moins technique (gymnastique, plongeon, etc.) ou bioénergétique (lancer du marteau, marathon, etc.), rapportées à certains paramètres de distance ou de durée14.

  • 15 Agonistique : néologisme issu du grec est utilisé par certains auteurs, notamment italiens, pour ca (...)
  • 16 Le squash et la pelote basque présentent la singularité de ne pas placer les adversaires face à fac (...)

47Les sports d’opposition en face-à-face donnent lieu à des interactions agonistiques15. Celles-ci empruntent plus directement leurs critères, sous des formes pacifiques et ludiques, au combat. Les adversaires s’y contestent réciproquement la maîtrise d’un espace bien défini, au moyen d’instruments et/ou de mobiles spécifiques (raquettes et balles, fleurets, etc.). Le tennis, le badminton, le tennis de table16, l’escrime, voire la boxe, s’apparentent beaucoup au duel. D’autres sports comme le rugby, le handball, le hockey ou le football débouchent, sous forme collective, sur une problématique analogue liée l’occupation dynamique d’un espace conventionnel. La réussite repose sur des stratégies d’ensemble, mais elle passe aussi obligatoirement par une succession de duels, chacun pouvant jouer un rôle déterminant pour l’issue de l’épreuve.

48Tous les sports d’opposition susmentionnés ont en commun de solliciter la vision dans une perspective globale impliquant, pour tout participant, la perception d’un large champ. La vision y est en alerte dans toute son étendue. La plupart des informations pertinentes font partie d’un ensemble dynamique où des mobiles sont à considérer dans leurs rapports et leurs déplacements respectifs, en fonction de repères stables délimitant l’espace d’action. Dans cet espace visuel dynamique, des cibles doivent cependant être pré-identifiées et repérées de façon à susciter un ajustement rapide du geste dans leur direction. L’efficience du sportif ne dépend pas de son acuité perceptive telle qu’on la mesure communément, en vision centrale et stabilisée. Elle repose sur une vision globale spécifique, sensible aux mouvements et aux contrastes, qui met en rapport l’axe du regard avec un ensemble de signaux périphériques.

  • 17 Une analyse plus complète de ces processus a été présentée dans « Détecter et agir, une problématiq (...)

49Sur un court de tennis, il est recommandé de fixer son regard sur la balle dès que l’adversaire la frappe, mais la trajectoire ne peut être interprétée qu’en fonction de nombreux autres signaux visuels perçus en vision périphérique : les lignes blanches, les mouvements et déplacements respectifs des protagonistes, etc. Un joueur de basket doit dribbler sans regarder la balle. Son regard ne fixe rien, mais ses yeux doivent percevoir simultanément un maximum de signaux. Tout au plus doit-il calibrer son regard sur le panier avant de tirer, mais une telle fixation peut être rapide et brève chez les experts, qui se sont constitué un référentiel spatial très fiable. Voilà, en extrême raccourci, la part visuelle de l’activité perceptive du sportif en situation d’opposition, individuelle ou collective17. Il faudra approfondir ces aspects fonctionnels de la vision du sportif pour en saisir les mécanismes essentiels et leurs rapports avec l’attention.

  • 18 Williams A. M., Grant A. (1999), « Training perceptual skill in sport », International Journal of S (...)

50La vision périphérique joue donc un rôle de premier plan en situation d’opposition. Cette composante de notre activité perceptive est cependant restée étonnamment méconnue. L’ophtalmologie classique se consacre quasi exclusivement à la vision centrale. Les sciences appliquées au sport ne font que timidement allusion au rôle de la rétine périphérique. Certes, un courant anglo-saxon s’est récemment constitué dans la perspective d’améliorer certaines fonctions visuelles des sportifs18, mais la démarche semble assez simpliste. Les rares chercheurs en neurosciences qui ont rejoint ce champ d’investigations y ont été amenés s’interrogeant sur les mécanismes de l’attention. C’est par le même cheminement que nous retrouverons ici ces processus fortement impliqués dans le comportement des sportifs en compétition. Le chapitre V consacré à la dominance oculaire me donnera l’occasion d’analyser ce domaine de façon plus précise et argumentée.

51Remarquons ici que certains sports d’opposition sont moins concernés par la vision que par le tact et la proprioception. C’est le cas pour la lutte et le judo, où les protagonistes se trouvent en contact permanent et se mesurent essentiellement en corps à corps. La vision, dans ce cas, n’intervient que pour contribuer à l’équilibre et situer l’action dans les limites du champ autorisé. Faute de distance entre les combattants, il y a rarement lieu de recourir à la vision pour détecter et localiser les actions de l’adversaire. Le toucher renseigne alors plus vite les centres supérieurs. Il faut des duels à distance relative, donc des trajectoires à intercepter, pour que la vision permette une anticipation des événements à venir. Il s’ensuit notamment des procédures visuo-motrices dites d’anticipation-coïncidence. La détection du moindre déplacement d’une balle, d’une pointe de fleuret ou d’un poing doit entraîner très vite la saisie visuelle de sa trajectoire, l’estimation de son objectif et le calcul automatique des coordonnées à communiquer au mobile d’interception.

  • 19 Seni J.-M. (2000), « L’escrime et les handicapés visuels », Escrime Magazine, no 69.
  • 20 L’amblyopie est un déficit visuel atteignant surtout la rétine fovéale, c’est-à-dire affectant la v (...)
  • 21 Chomienne D. (1979), « Conditions d’émergence dans le champ des conduites motrices des potentialité (...)

52La spécificité de cette perspective transparaît dans la pratique de l’escrime par des handicapés visuels pratiquant l’escrime19. Il faut distinguer parmi eux les non-voyants des malvoyants. Les premiers ne peuvent « dialoguer » avec l’adversaire qu’à partir du moment où les amblyopes20, en vision centrale, mais peuvent disposer d’une part appréciable de vision périphérique. Ils sont ainsi plus ou moins capables d’exploiter des signaux visuels dynamiques les renseignant à distance sur certains mouvements de l’adversaire. On connaît de plus en plus de cas d’amblyopes participant avec bonheur à des jeux sportifs avec ballons ou raquettes21.

L’incertitude spatio-temporelle

53Les sports d’opposition se différencient beaucoup de ceux qui donnent lieu à des prestations parallèles par le facteur d’incertitude associé à la notion de duel. L’adversaire que l’on trouve devant soi est précisément là pour surprendre et ruser, pour déstabiliser les échanges. Chacun des protagonistes a pu se préparer en élaborant des stratégies d’attaque ou de défense, en concevant des actions composées avec divers degrés d’exécution. Pourtant il lui faudra encore, à tout instant, réajuster ses intentions et réactualiser ses savoir-faire. À niveau d’expertise comparable, deux volontés s’affrontent, guettant les déséquilibres et cherchant à tromper toute attente. Chaque interaction conditionne la suivante. Chaque combat est une histoire qui s’écrit en deux versions très personnalisées, bien que les trames soient étroitement interdépendantes.

  • 22 Berthoz A. (1997), Le Sens du mouvement, op. cit.

54L’incertitude résultant de la situation d’opposition porte sur trois sortes d’informations. Chaque compétiteur a besoin de savoir « comment être au bon endroit au bon moment »22. Il est donc censé interroger les gestes de son adversaire à partir de questions élémentaires, mais simultanées et permanentes : Quand ? Où ? Comment ? L’analyse des processus mis en jeu, pour qui souhaite les étudier, devra d’abord passer par ces trois composantes. On parlera donc d’incertitude temporelle, spatiale et événementielle. Et l’on voudra élucider comment le système nerveux central parvient, non seulement à maintenir la cohérence dans ce flux d’informations, mais encore à en extraire les seuls indices pertinents en fonction des objectifs prévus. Le contrôle du comportement dans ces disciplines exige, en effet, une activation intense et extensive des centres supérieurs.

55Ce domaine de recherche, constitue, il faut le souligner, un secteur très distinct du champ plus classique partagé par la plupart des sports, celui de la physiologie de l’effort musculaire. Le modèle bioénergétique, souvent mis en avant à propos du sport, a tendance à masquer les facteurs neuropsychologiques de la performance. Les sports d’opposition n’échappent certes pas aux sollicitations du potentiel physique individuel. La vitesse, la détente, la puissance, la résistance et l’endurance font nécessairement partie du programme de préparation de tout sportif et l’un ou l’autre de ces facteurs fera parfois pencher la balance d’un côté du duel. Cependant, l’élément déterminant, caractérisant l’élite, n’est pas à chercher dans ces paramètres bioénergétiques.

56En situation d’opposition directe, c’est le pilotage de la machine qui est en jeu. La vitesse d’exécution y dépend moins de propriétés musculaires exceptionnelles que d’une vigilance spécifique, au service du contrôle des interactions. Avant de chercher à décrire certains mécanismes intervenant dans ces performances sportives, il nous faut ici passer en revue quelques aspects méconnus du système visuel et de leur rôle dans l’orientation de l’attention. C’est dans un tel domaine qu’il faudra tâcher de mettre en évidence des capacités spécifiques chez les sportifs sélectionnés par la compétition, au plus haut niveau.

57Pour explorer et évaluer plus précisément les aptitudes mises en jeu dans les duels sportifs, il faudra recourir à des démarches expérimentales en laboratoire. Les appareillages mis en œuvre tendront à simuler des conditions de terrain. Le sujet devra réagir de façon rapide et précise à des signaux lui parvenant en vision périphérique. On fera varier les conditions de survenue des signaux et l’on mesurera notamment le temps de réaction, le temps de mouvement, la précision et le taux d’erreurs. Ces paramètres permettront d’objectiver les capacités individuelles à gérer l’incertitude spatio-temporelle entretenue par le protocole expérimental. Mais faisons d’abord le détour théorique qui consiste à décrire l’équipement sensoriel permettant au sujet d’ajuster ses réactions à certains signaux dynamiques.

La vision et le mouvement

58Notre mode de vie habituel et, surtout, les conditions de notre activité sociale et professionnelle privilégient notre vision centrale. Qu’il s’agisse de lire, de taper sur un clavier, d’usiner une pièce, de faire la cuisine ou, plus simplement encore, de dialoguer avec un ami, toute notre activité relationnelle passe par le regard, c’est-à-dire par une convergence des axes oculaires vers l’objet que nous sélectionnons dans le champ de vision. Or, l’axe de vision de l’œil passe par la fovéa, très riche en photorécepteurs – 150 000 cônes au mm2 –, mais qui ne couvre elle-même qu’une zone extrêmement réduite du champ. Cette vision fovéale correspond à un faisceau dont le rayon angulaire ne dépasse pas un degré. C’est donc là une sorte de pinceau particulièrement fin, mais très sensible à la lumière, à la couleur et aux détails des objets.

  • 23 Les photoneurones de la rétine de l’œil humain se répartissent en six millions de cônes et cent mil (...)

59Pour identifier les images, la fovéa coopère beaucoup avec une zone parafovéale de quelques degrés, bien moins riche en photorécepteurs, mais où les bâtonnets complètent le rôle des cônes23. Ces derniers sont plus sensibles aux faibles éclairements et, surtout, aux signaux de mouvement dans le champ visuel. Au-delà de 4 ou 5o autour de l’axe oculaire, on a typiquement affaire au domaine de la rétine périphérique, où la densité des cônes et bâtonnets diminue encore, mais qui couvre largement l’espace situé devant soi. En regardant droit devant, l’association des deux yeux nous permet, en effet, de voir sur une étendue de 180o, soit la moitié antérieure du champ environnant. Cette vision est certes imparfaite dans les secteurs éloignés du centre, mais elle nous permet d’être avertis de la survenue d’un signal imprévu, insolite ou menaçant. On parle de signal prosexigène lorsqu’il suscite une saccade oculaire automatique dans sa direction et une alerte plus ou moins vive des centres nerveux supérieurs.

60Ce mode de saisie automatique des signaux visuels est très développé dans le monde animal. La grenouille l’exploite pour détecter des insectes en plein vol et s’en emparer vite en projetant sa langue adhésive dans leur direction. De nombreux vertébrés vivant sous la menace de prédateurs disposent d’une vision latérale beaucoup plus étendue que la nôtre (320o chez le pigeon). Leurs yeux sont disposés latéralement. Ils peuvent ainsi surveiller l’horizon et se préparer à fuir ou à se camoufler en cas de danger. Pour leur part, les prédateurs, l’aigle et le chat par exemple, ont des yeux plus orientés vers l’avant qui leur procurent une vision plus frontalisée. Ce qu’ils perdent en vision excentrée se retrouve dans le champ antérieur en vision binoculaire. Le recouvrement partiel des secteurs respectifs de l’œil droit et de l’œil gauche permet une bien meilleure perception du relief et facilite la saisie des proies. Les primates, et l’homme en particulier, bénéficient d’un tel avantage pour agir avec précision dans de larges espaces. Notre vision binoculaire couvre un secteur central de 60o dans un plan horizontal et chaque œil dispose en outre d’une portion monoculaire ipsilatérale, couverte par la portion externe du versant nasal de la rétine (fig. 2).

Fig. 2 – Schéma de l’organisation du système visuel et du partage de l’espace en hémichamps latéraux.

61La disposition anatomique des voies visuelles obéit à une organisation qui achemine vers l’hémisphère gauche les images perçues dans l’hémichamp visuel droit, et réciproquement. En outre, les fibres du nerf optique et des structures de relais entre la rétine et les principaux centres du système visuel transportent l’image en conservant sa topologie. Ainsi, tout signal saisi dans le champ visuel est immédiatement localisé avec ses coordonnées spatiales, à condition, cependant, que la tête soit elle-même strictement calibrée dans le référentiel du champ d’action. Nous reviendrons sur ces notions de calibrage et de référentiel, mais voyons encore quelques détails du plan de câblage. Il faut dire quelques mots de l’intégration centrale des images. De même que nos centres supérieurs sont soumis à une sorte de hiérarchie, notre équipement visuel se distribue sur deux étages. Nous disposons, en effet, de deux systèmes visuels. L’un est ancien du point de vue phylogénétique, l’autre s’est surtout développé chez les primates.

  • 24 Le tectum, parfois appelé colliculus supérieur, correspond aux tubercules quadrijumeaux antérieurs.
  • 25 Batista A. P., Buneo C. A., Snyder L. H., Andersen R. A. (1999), « Reach plans in eye-centerd coord (...)

62Le plus archaïque, appelé système rétino-tectal, est à peu près semblable chez tous les vertébrés. Il n’implique pas directement le cortex. Les fibres de ce système proviennent surtout de la rétine périphérique pour se projeter sur le tectum ou colliculus supérieur24, structure située dans le toit du mésencéphale. La fovéa y est donc peu représentée. Le plus fort contingent de ces fibres est issu du versant nasal de la rétine. Il croise l’axe du cerveau pour aller se projeter dans l’hémisphère controlatéral. C’est un tel système qui permet à la grenouille, par exemple, de surveiller l’espace environnant pour réagir pertinemment aux signaux visuels d’alerte. Chez l’homme, la première fonction de cet équipement est de déclencher une saccade oculaire pour amener le stimulus détecté en vision centrale. Ce mouvement rapide des yeux s’accompagne d’une convergence axiale et d’une accommodation du cristallin afin que la cible repérée se projette précisément sur la fovéa. Il est à présent démontré que le système rétino-tectal contribue également à faciliter les réactions posturales ou gestuelles orientées vers un signal cible25.

63L’autre système est surtout destiné à mettre en jeu le cortex visuel primaire, dit cortex strié, situé dans le lobe occipital. Il transporte principalement l’activité des très nombreux photorécepteurs de la fovéa. Ses fibres font relais, de chaque côté, dans le corps genouillé latéral, ce qui lui vaut d’être appelé système géniculo-strié. Pour moitié, ces fibres sont issues du versant nasal de la rétine et croisent, comme celles du système précédent, le plan médian pour se projeter dans le cortex strié de l’hémisphère controlatéral. Issues du versant temporal, celles de l’autre moitié ne croisent pas et se rendent donc vers le cortex strié de l’hémisphère ipsilatéral. Ainsi, chaque hémisphère reçoit des projections des deux yeux, mais dans des colonnes distinctes, alternées, dites de dominance oculaire, où l’on distingue encore six couches de cellules interconnectées. Cependant, c’est toujours l’hémichamp visuel controlatéral qui est représenté dans chacun des hémisphères.

64Les deux systèmes qui viennent d’être décrits coopèrent en permanence. Des projections corticotectales favorisent ces interactions. Le vieux système rétino-tectal détecte tout signal d’alerte et le localise dans le champ visuel. Ses fibres de conduction transmettent le stimulus en respectant la topographie rétinienne jusqu’au tectum. Le maintien des rapports spatiaux de l’image transportée permet d’en extraire les coordonnées du signal. Par ce moyen, le système répond d’emblée aux questions « quand ? » et « où ? » qui déterminent le moment et le lieu d’une éventuelle menace. En déclenchant une saccade oculaire focalisée sur le signal, il va permettre à l’autre système d’entrer en jeu... Le système géniculo-strié prend le relais en vision fovéale, pour faciliter l’identification du signal et répondre ainsi à la question « quoi ? ».

  • 26 Balistique : ce terme est utilisé ici par analogie avec la propulsion instantanée d’un corps inerte (...)

65Le système rétino-tectal est un instrument de détection visuo-spatiale extrêmement rapide car, n’impliquant pas d’emblée le cortex, il fait intervenir un nombre restreint de neurones. Outre la saccade oculaire, il facilite des réactions posturales de défense et, éventuellement, la projection d’un membre pour intercepter, s’il y a lieu, un mobile ainsi détecté. La phase initiale d’une telle trajectoire, déterminée par les coordonnées spatiales du signal, est balistique26. Une telle réaction est plus que précise, mais elle permettre de gagner un temps précieux dans des situations d’urgence. Une analyse plus détaillée des interactions lors des duels sportifs nous amènera à mieux illustrer cette perspective.

66Le système géniculo-strié est un moyen essentiel d’identification des signaux et de guidage des mouvements. Grâce à lui, la focalisation du regard sur la cible permet aux yeux dans un second temps de poursuivre celle-ci et à la main d’améliorer sa précision dans la portion terminale de sa propre trajectoire. Un tel fonctionnement est plus précis que rapide. C’est aussi un instrument d’apprentissage. Il permet notamment de pré-identifier un certain nombre de signaux associés une ou plusieurs réponses conditionnelles. Il intervient de façon essentielle au cours de l’initiation et de l’entraînement d’un sportif. Ses traces alimentent la mémoire des mouvements et des conditions spatio-temporelles de leur déroulement. La constitution progressive d’un référentiel spatial efficace est un processus qui résulte de l’expérience active du sujet. Le système géniculo-strié prépare donc les gains de temps que pourra exploiter le système rétino-tectal d’un sportif expérimenté. Il en sera question à propos des phénomènes d’anticipation observables en compétition sportive.

La représentation centrale de l’espace

  • 27 Arbib M. A. (1993), « Interaction of multiple representations of space in the brain », in Paillard (...)

67Tous les sens participent à la perception de l’espace. Un chercheur spécialisé écrivait ceci récemment : « Il n’y a pas d’espace absolu unique représenté dans un endroit du cerveau, seulement un couplage des espaces sensoriels et moteurs pour produire un mouvement et atteindre un but.27» Dans le système visuel, les projections centrales en provenance de la rétine rendent compte d’un espace visuel à deux dimensions. Le cerveau doit rétablir la profondeur, c’est-à-dire la distance des cibles, en interprétant la disparité des deux images oculaires, la convergence des yeux et l’accommodation des cristallins. Ce qui a été dit plus haut du tectum – ou colliculus – pour les cartes rétiniennes de l’espace s’applique à d’autres modalités perceptives.

68Dans l’oreille interne, le vestibule analyse les mouvements de la tête selon les trois plans perpendiculaires de l’espace, grâce aux canaux semi-circulaires. Cet organe dispose aussi d’un véritable fil à plomb, l’utricule, qui renseigne en permanence le système nerveux sur la direction de la gravité. L’ensemble constitue une véritable « centrale inertielle » situant le corps dans l’espace physique et contribuant autant à la stabilisation posturale qu’à la stabilisation du regard. Dans la peau, les muscles et les articulations, de nombreux récepteurs renseignent les centres sur les mouvements et les positions respectives du tronc et des membres. Ces informations permettent au système nerveux de coordonner l’action en cours et d’en gérer l’équilibre dynamique.

  • 28 Berthoz A. (1997), op. cit.

69Certains centres, comme le putamen, restent en étroite relation avec les perceptions spatiales au cours du mouvement. L’hippocampe joue aussi un rôle essentiel dans une mémoire spatiale à court terme, permettant de réactualiser les cartes spatiales de l’environnement en fonction de la tâche à réaliser. Mais il faut surtout qu’en permanence « le cerveau traite le problème de la cohérence spatiale et temporelle des informations données par les divers sens28». En raison de la multiplicité des sources d’information, les centres supérieurs doivent sans cesse veiller à maintenir ou rétablir cette cohérence.

  • 29 Vighetto A. (1980), « L’ataxie optique », thèse de médecine, Lyon.
  • 30 Mc Fie J., Piercy M. F., Zangwill O. L. (1950), « Visual spatial agnosia associated with lesions of (...)

70Les référentiels relatifs aux divers systèmes perceptifs (vision, audition, proprioception, etc.) et moteurs (la tête, les yeux, les membres, etc.) doivent demeurer compatibles entre eux. Leurs effets doivent pouvoir se conjuguer pour conditionner des réactions efficaces. Leurs divergences occasionnent des troubles plus ou moins durables, tel le mal des transports. L’absolue nécessité d’un fonctionnement cohérent dans ce domaine suggère une centralisation des afférences spatiales. Or, il est probable que l’hémisphère droit joue un rôle spécifique dans l’intégration de ces entrées perceptives, notamment visuo-spatiales29. De nombreuses études réalisées à partir des années 1950, et largement confirmées depuis lors30 attribuent à cet hémisphère une place privilégiée dans les réseaux assurant cette coordination centrale. La neuropathologie montre, en effet, qu’il est directement impliqué dans l’habileté constructive (cohérence du dessin), l’orientation dans l’espace et la mémoire des lieux. La plupart de ces observations, réalisées en neurologie à la suite de lésions cérébrales, désignent plus précisément le cortex pariétal droit.

  • 31 Posner M. I., Walker I. A., Friedrich F. I., Rafal R. D. (1984), « Effects of parietal injury on co (...)

71Ainsi, l’hémisphère droit semble présider à une sorte de « sens de l’espace », au carrefour des divers référentiels. Des expériences de laboratoire ont confirmé ces données31, que nous compléterons, à propos de nos résultats expérimentaux, avec l’apport récent des techniques d’imagerie dynamique du système nerveux central. Il y apparaîtra notamment comment se situent certaines portions du cortex pariétal postérieur droit dans les réseaux fonctionnels complexes mis en jeu lors de tâches d’attention visuo-motrice avec incertitude spatio-temporelle.

72En définitive, s’il n’y a pas une représentation de l’espace centralisée dans une seule zone du cerveau qui aurait pour fonction de guider tous nos gestes, il faut admettre une position privilégiée de l’hémisphère droit pour contribuer à une représentation unifiée l’espace d’action. La mémoire des relations entre le corps et les objets environnants, issue de notre expérience active, est susceptible de faire émerger des redondances représentatives des conditions spatiales usuelles de nos actions. Ce type de modélisation correspond particulièrement bien à la fonction générale de synthèse, de traitement holistique des informations, que l’on attribue sans contredit au cerveau droit.

73Les exercices d’entraînement ont notamment pour but d’amener les sportifs à ajuster de façon spécifique les divers référentiels mis enjeu. Ce phénomène s’illustre dans l’observation clinique de quelques effets de la spécialisation sportive. L’habileté ainsi acquise n’est transférable d’une discipline à l’autre que dans certaines limites de compatibilité. Un excellent gymnaste n’est pas d’emblée un bon athlète, même s’il dispose d’exceptionnelles qualités détente. Il faut recourir à des référentiels distincts, partiellement incompatibles, selon qu’il s’agit de nager, de patiner, de sauter ou de dribbler avec une balle. Cependant, il faut admettre des sortes de familles sportives autorisant, d’une discipline à l’autre, une part variable de transfert d’habiletés acquises. C’est notoirement le cas entre plusieurs sports d’opposition.

74Une telle perspective pourrait motiver d’utiles travaux scientifiques. Pozzo et Berthoz en ont donné l’exemple par des études magistrales sur la maîtrise du corps dans l’espace à partir d’un questionnement dérivé de la gymnastique sportive. Il semble étonnant que les sports d’opposition n’aient pas suscité un plus grand nombre de recherches portant sur les processus centraux en condition de forte incertitude spatio-temporelle.

Des systèmes de références spatiales

  • 32 Quatre importants colloques intitulés « Forum Espace » se sont déroulés Marseille, dans le cadre du (...)

75Le langage des entraîneurs sportifs s’adresse, en général, à des individus déjà bien informés du contexte propre à la discipline et aux conditions de compétition. Ce type de discours est donc elliptique, imagé et parfois codé. Il serait vain d’en entreprendre, ici, l’analyse pour le comparer d’un sport à l’autre. Il me faut donc procéder en sens inverse et tâcher de montrer par quels modèles implicites doivent passer les discours sur l’espace pour que les interlocuteurs se comprennent. Heureusement, quelques scientifiques français ne m’ont pas attendu pour éclairer ce domaine32. Plusieurs membres de notre laboratoire ont bénéficié de leur soutien direct pour s’y investir à leur tour voilà quelques décennies. La jonction ainsi réalisée entre le laboratoire et le terrain, à propos de l’espace, n’a pas manqué d’enrichir les débats.

76Pour raisonner sur l’espace, il faut d’abord s’accorder sur les repères pris comme référence. Revenons sur les processus mentaux implicites déjà approchés propos de la différenciation droite-gauche chez l’enfant. Comment fait-on pour différencier les côtés d’un objet symétrique ? S’il s’agit d’une poupée, d’un mannequin ou d’une figurine animale, cela semble couler de source. On lui attribue un côté droit et un côté gauche par analogie au commun des humains. Mais un jeune enfant risque de se référer à sa propre image en miroir, ce qui inverse la désignation verbale des côtés. En outre, il n’est pas d’emblée capable de transposer sur autrui un système de références qu’il est en train de faire émerger de ses propres gestes. De même, nous savons qu’un adulte ambidextre hésitera pour réagir à la consigne verbale d’aller à droite ou à gauche.

77Si l’objet à se représenter de façon orientée est une table rectangulaire, le meilleur exemple en est celui d’un bureau. On se réfère à une mémoire gestuelle acquise étant assis à son propre bureau pour différencier aisément les tiroirs dits de droite ou de gauche. Cette assimilation implicite convient mal au cas d’une table placée au milieu d’une pièce, mais on tentera encore de se référer à l’emplacement d’une chaise, voire d’une porte d’entrée. Une telle problématique, déjà esquissée dans le chapitre premier, donne un aperçu des processus implicites de notre représentation des objets dans l’espace. La mémoire de nos actes y joue un rôle majeur.

78Ces exemples ne mettent en scène que des objets immobiles. En sport d’opposition, des mobiles concurrents interviennent dans un cadre stable, mais délimité et conventionnellement chargé de sens. Chaque mobile a un point de départ référencé. Chaque cible potentielle doit devenir quasi instantanément un point d’appel identifié. Aux repères stables d’un espace à trois dimensions, dont la perception dépend de la posture du sujet, il faut ajouter une dimension temporelle, introduite par la survenue de mobiles plus ou moins prévus, préidentifiés et rapides. L’espace et le temps se conjuguent alors de façon critique dans des conflits quasi permanents entre vitesse et précision.

  • 33 Paillard J., Brouchon M. (1968), « Active and passive movements in the calibration of position sens (...)

79Pour un compétiteur, la vitesse et la précision des mouvements sont d’abord conditionnées par l’ajustement de ses régulations posturales. C’est tout un édifice, le corps articulé, qu’il doit orienter vers une cible33. Un schéma fonctionnel proposé par Paillard montre comment les segments corporels impliqués dans le geste doivent être référés en permanence à une donnée constante, la direction de la pesanteur. Entre la main tenant une raquette ou une épée et les appuis au sol, il y a « une interdépendance hiérarchique des sous-espaces » intéressant successivement le poignet, le coude, l’épaule, le rachis et les membres inférieurs. Le concept de référentiel géocentrique qui désigne cet ensemble rend compte de l’importance de notre appareil proprioceptif informant en permanence notre système nerveux central sur les positions respectives des segments corporels par rapport à la verticalité.

  • 34 Calibrage : cette expression, proposée par Paillard, désigne les opérations centrales permettant à (...)
  • 35 Les canaux semi-circulaires du vestibule sont orientés dans les trois dimensions de l’espace tel qu (...)

80Ce référentiel géocentrique est donc fortement impliqué dans les chaînes musculaires permettant à la main de bénéficier des réactions d’appui au sol (lancers, projections). Mais il conditionne également la fiabilité des informations recueillies par les organes de capture des signaux extérieurs, notamment visuels. Dans les conditions évoquées précédemment, la cible détectée est transférée par une saccade oculaire sur la fovéa. Or, celle-ci doit être calibrée34dans un ensemble cohérent de références spatiales. Grâce au vestibule35, les centres sont automatiquement informés sur la posture de la tête, dont dépend le contrôle de la direction du regard. C’est la fonction, déjà évoquée, de « centrale inertielle » jouée par la tête, porteuse des principaux organes sensoriels. Il en résulte une stabilité relative ou, du moins, une fiabilité suffisante pour que la tête devienne elle-même un élément de repérage spatial.

81Cette maîtrise de la localisation spatiale de la tête autorise le recours à un nouveau système pour assurer notamment la précision des mouvements de la main. Il faut d’abord localiser l’origine de l’action. Le fait banal de viser illustre bien cette nécessité de référer le geste à un repère pris en soi. C’est un référentiel égocentrique qui guide nos opérations visuelles et gestuelles sur les objets qui nous entourent. Lorsqu’un sujet doit projeter sa main vers la cible détectée, il faut que son œil et sa main s’inscrivent dans un référentiel commun prenant en compte simultanément un égocentre et la localisation spatiale de la cible. Théoriquement, l’axe égocentrique passe par le plan sagittal de la tête, ce qui amène la plupart des spécialistes à assimiler notre vision à celle d’un cyclope. Je ne tarderai pas à introduire des distorsions à ces modèles en abordant la dominance oculaire. Mais il me faut encore poursuivre raisonnablement cette revue des référentiels sans évoquer leurs éventuels effets latéralisés.

82Pour compléter un tel inventaire des schémas représentatifs de l’action dans l’espace, il faut surtout évoquer le concept de référentiel exocentrique. Ce dernier découle des mécanismes décrits précédemment à propos de la vision périphérique et de sa capacité à détecter des signaux aléatoires. La localisation du stimulus sur la rétine permet de situer sa source cible dans l’espace physique. Un tel repérage spatial s’effectue grâce à la carte rétinienne représentée notamment dans le tectum. La spécification en direction et en distance de cette localisation détermine les paramètres des opérations de capture à réaliser. Il peut s’agir aussi bien d’une capture visuelle au moyen d’une saccade que d’une interception par la main. Cette réaction quasi immédiate s’appuie sur le stimulus repéré devant soi qui devient ainsi une référence exocentrique. Au terme de la saccade oculaire, la cible capturée devient elle- même un signal stabilisateur pour la fovéa, ce qui contribue à améliorer la précision de la main en fin de trajectoire.

83Une cible détectée dans l’espace en vision périphérique est potentiellement une référence exocentrique sur laquelle pourront se déterminer des mouvements appropriés. C’est le cas en tir sur pigeon d’argile. Le processus est différent pour tirer sur une cible fixe, en l’absence d’incertitude. L’opération de visée fait alors intervenir un alignement conscient entre une référence égocentrique (l’œil de visée), un repère intermédiaire (le viseur de l’arme) et un repère exocentrique (le centre de la cible).

84Nous achèverons cette revue avec l’évocation du référentiel allocentrique qui renvoie à une représentation globale des rapports spatiaux d’objets potentiellement mobiles entre des repères fixes. Le sujet y figure souvent, mais comme un objet parmi les autres. Un tel système de représentation est requis lorsqu’un entraîneur de basket, de rugby ou de football rassemble son équipe devant un tableau noir pour une analyse collective ou l’élaboration de combinaisons stratégiques. C’est alors le moyen de se représenter en commun l’organisation dynamique d’un espace objectif régi par des lois spécifiques.

85Tous les vertébrés semblent recourir au référentiel exocentrique, mais le recours à un référentiel allocentrique n’est possible que chez les primates, et l’homme en particulier. En outre, ce dernier a la possibilité de faire appel à d’autres concepts utiles pour distinguer divers champs d’action : l’espace corporel qui est une composante du schéma corporel ; l’espace extra-corporel et l’espace lointain. Ces derniers concepts se constituent progressivement et inconsciemment chez l’enfant au cours de son développement, en fonction de son expérience des êtres et objets qui l’entourent. Ils constituent une sorte de support comportemental, personnalisé et affectif, qui ne manque pas d’influencer l’accès individuel aux référentiels objectifs que nous avons décrits plus haut.

  • 36 Hein A., Held R. (1967), « Dissociation of the visual placing response into elicited and guided mov (...)
  • 37 Paillard J. (1976), « Espace visuel et programmation motrice », Les Cahiers de psychologie, 19, p. (...)
  • 38 Berthoz A. (1997), Le Sens du mouvement, op. cit.

86La problématique qui vient d’être parcourue témoigne d’un processus actif de nos centres nerveux qui structure notre mémoire et ajuste nos savoir-faire grâce à notre expérience directe de l’espace. Cette voie de recherche a été initiée par Held et Hein36 vers 1965. Elle a donné lieu depuis lors à de nombreuses recherches en France37. Plus récemment, les travaux de Berthoz38 ont pu déboucher sur des expériences appliquées aux états d’apesanteur dans des navettes spatiales.

  • 39 Ibidem.

87L’intérêt de ces systèmes de représentation de l’espace apparaît de façon remarquable dans les pratiques sportives. Grâce à leur ancrage commun sur des repères stables de l’espace physique, ils facilitent le contrôle central de nos actions. La tête peut ainsi présider aux interactions spatiales en dépit de la mobilité du corps. Pendant la course, la tête est stabilisée par un ancrage coordonné du vestibule et du regard sur des repères fixes. « Tout se passe comme si le cerveau était une plate-forme stabilisée s’effectue la coordination des membres39. » Lors d’un saut périlleux, l’impulsion implique le recours initial au référentiel géocentrique, mais ce moyen de repérage par l’utricule et le regard doit être occulté durant la volte, centrée sur le corps. Il faut ensuite retrouver très vite les repères externes, au moyen d’un nouvel ancrage du regard, pour ajuster la réception au sol. Des référentiels différents peuvent donc se relayer ou se suppléer mutuellement.

88Si l’on s’en tient aux sports d’opposition, il faut souligner que des réajustements rapides entre les référentiels égo- et exocentriques conditionnent en permanence la précision des compétiteurs. Or, les initiatives contradictoires des protagonistes entretiennent un haut degré d’incertitude dans un champ plus ou moins étendu. C’est dire que la maîtrise des comportements y dépend surtout des capacités individuelles d’attention en vision périphérique. Dans ces conditions, les déplacements du regard ne doivent pas résulter automatiquement de la survenue de signaux imprévus, mais rester soumis à une stratégie attentionnelle contrôlée par le cortex. En d’autres termes, les signaux visuels doivent être pré-identifiés de façon à trouver place dans un contexte spatio-temporel bien défini et cohérent.

89Des situations expérimentales du type go-no go seront évoquées plus avant. Elles nous permettront de mieux analyser la chronologie des processus centraux entre la survenue d’un présignal et celle d’un signal impératif dans diverses conditions d’incertitude. Sera mis en évidence le rôle joué par certains mécanismes d’inhibition durant ce délai, grâce notamment au cortex préfrontal, pour permettre au sujet de gérer l’incertitude spatiale avec un minimum d’erreurs et de pertes de temps.

Spécificité du duel et gestion du temps

90Il faut poursuivre l’analyse des sports d’opposition en soulignant les effets provenant de la composante temporelle de l’incertitude. Les fortes contraintes de temps suscitées par le duel transforment les conditions de prise de décision. Les délais disponibles au cours de l’action sont réduits à l’extrême. Face à l’adversaire, en compétition, on doit réagir dans l’urgence. La plupart des opérations centrales impliquées dans les prises de décision doivent avoir été réalisées par anticipation. Elles font partie d’un contenu d’apprentissage méthodique, affiné et entretenu par des exercices.

91Dans l’urgence des affrontements, il s’agira plus souvent de libérer des réactions tenues en réserve que de délibérer en ligne pour choisir des réponses appropriées. Quant au contrôle moteur des réactions déclenchées, il se trouve également affecté par la limitation du temps. Il se heurte au dilemme : aller plus vite que l’adversaire ou être plus précis que lui. La matière de ce chapitre est particulièrement représentative de la spécificité du duel dans le répertoire des disciplines sportives. C’est un domaine de choix pour des recherches originales en neurosciences. Les éléments abordés ci-après réapparaîtront comme des facteurs déterminants de l’efficience en compétition, selon la main mise en jeu.

Voir sans regarder

92La direction du regard peut être révélatrice de l’orientation de l’attention. Des travaux portant sur les conditions de déclenchement des saccades oculaires ont montré cependant qu’il faut distinguer les saccades ciblées, exploitant des informations spatiales préalables, et les saccades express, suscitées par des signaux imprévus, prosexigènes. Les premières ont une latence plus longue que les secondes qui peuvent se produire en 80 ms. Ce sont surtout les orientations ciblées du regard qui sont susceptibles de trahir les intentions du sujet.

93Pour pratiquer les sports d’opposition, il faut apprendre à voir sans regarder. Les contraintes de la compétition y sollicitent la vision de façon globale, imposant la perception simultanée de plusieurs signaux dans un champ étendu. Durant les phases actives, l’alerte visuelle doit rester maximale. Aussi bien en escrime qu’en tennis, en football ou en rugby, les informations pertinentes font partie d’un ensemble dynamique où des mobiles sont à considérer dans leurs rapports et leurs déplacements respectifs, en respect des conventions et limites réglementaires. Dans ce champ visuel dynamique, certaines cibles sont cependant susceptibles de donner lieu à l’ajustement rapide d’un mouvement approprié dans leur direction.

94On sait à présent qu’un centre sous-cortical, le colliculus, contient des sortes de cartes spatiales sensorielles et motrices lui permettant de jouer un rôle déterminant dans les réactions d’orientation du regard et de l’attitude vers des signaux d’alerte. Ces réactions peuvent s’accompagner de la projection d’un membre vers une cible ainsi détectée localisée. L’extrême rapidité de ces réactions repose sur le fait qu’elles court-circuitent le cortex, très coûteux en temps. Cependant, le cortex n’est pas exclu de ces habiletés. C’est au plus haut hiérarchique, dans ses portions frontales, que doivent intervenir des stratégies d’apprentissage et de traitement anticipé des informations qui conditionneront l’accès ces moyens rapides d’exécution des réponses visuo-motrices. La constitution d’un répertoire étendu d’événements et de réponses appropriées est un processus de structuration progressive qui exige du temps et doit être entretenu.

  • 40 Posner M. I. (1980), « Orienting of attention », Quaterly Journal of Experimental Psychology, 32, p (...)
  • 41 Ikeda M., Takeuchi T. (1975), « Influence of foveal load on the functional visual field », Percepti (...)

95Les procédures d’entraînement, bien que très empiriques, permettent une facilitation progressive des opérations centrales de contrôle du comportement réactionnel. L’une de ces opérations concerne l’orientation de l’attention dans le champ. Le cortex est capable d’inhiber les saccades oculaires appelées par certains signaux périphériques. Il peut même déplacer l’attention vers des secteurs privilégiés du champ visuel sans mouvements du regard. De nombreux travaux ont illustré cette voie initiée par Posner40. Ikeda et Takeuchi41 ont montré comment des sujets entraînés parviennent à mieux résister à certains stimuli visuels distracteurs pour sauvegarder le contrôle du champ attentionnel. L’étendue de ce champ visuel fonctionnel, où plusieurs sources d’information peuvent être analysées en même temps sans mouvements des yeux, est de l’ordre de 16o, mais elle varie selon les individus et leur degré d’expertise pour la tâche en cours.

96L’autre type d’opération consiste à associer une réponse appropriée tel stimulus attendu en vision périphérique. Ce stimulus pré-identifié peut alors donner lieu à une réaction manuelle immédiate, avec ou sans saccade oculaire, en fonction de l’urgence et du contexte spatial perçu en vision globale. Quand le temps presse, la réponse manuelle est beaucoup plus rapide si elle n’est pas d’abord conditionnée par une saccade oculaire.

  • 42 Précablé : ce qualificatif est utilisé en neurosciences pour désigner des structures mises en place (...)

97Il est certain que cette faculté de réagir à un stimulus visuel par un mouvement segmentaire sans déplacement du regard dans sa direction est particulièrement exploitée dans les sports d’opposition. Un tel processus central d’inhibition d’un système archaïque est très caractéristique de l’activité du cortex frontal. Cette partie du cerveau est spécifiquement développée chez les primates. Sa fonction est à dominante inhibitrice au service des apprentissages. Ainsi, le processus central mis en jeu n’est pas seulement l’inhibition d’un réflexe. Il permet en outre de substituer une réponse plus élaborée la réaction archaïque précablée42. Au total, c’est une réponse motrice contrôlée, apprise et facilitée par la répétition, qui pourra être facilitée dans un délai rejoignant celui d’une réponse automatique.

L’interaction de facteurs endogènes et exogènes

  • 43 Un signal est dit prosexigène lorsqu’il a pour effet une activation du système nerveux central. Il (...)
  • 44 Voir section suivante.

98L’attention mise en jeu dans le phénomène qui vient d’être évoqué fait intervenir des processus spécifiques d’orientation de l’activité sensorielle ou motrice qui s’organisent entre deux pôles de références. D’un côté, peuvent se produire des mécanismes exogènes, typiquement représentés par l’alerte découlant d’un stimulus prosexigène43. De l’autre, il peut s’agit de processus endogènes relevant, notamment, de l’intention du sujet. Dans cette seconde perspective, il s’agit rarement d’une séquence formelle, contrôlée par le sujet d’un bout à l’autre, de façon linéaire. Si c’était le cas, il faudrait déjà plus d’une demi-seconde pour qu’émerge la moindre « détermination volontaire à agir »44. En sport d’opposition, la détermination à agir fait partie du passé, mais elle a permis de mettre en place et d’automatiser tout un répertoire de savoir-faire. Au présent, les éléments exogènes et endogènes se conditionnent réciproquement, de sorte que l’intentionnalité n’est plus qu’une valeur ajoutée, une sorte de supervision de l’action, évaluant l’équilibre des échanges. Cependant, le compétiteur qui impose son initiative infléchit davantage les interactions selon son intention.

  • 45 Verfaellie M., Heilman K. M. (1990), « Hemispheric asymmetries in attentional control : implication (...)
  • 46 Suzuki H., Azuma M. (1977), « Prefrontal neuronal activity during gazing at a light spot in the mon (...)

99Verfaellie et Heilman45 rattachent à cette dernière perspective une situation expérimentale donnant aux sujets, à côté d’une orientation préliminaire vers la cible attendue, une information supplémentaire sur la main à utiliser pour réagir. Ils étudient par ce moyen une intention sélective qui porterait sur les mécanismes par lesquels on décide comment agir sur un stimulus. Ils distinguent ce processus de l’attention sélective, qui concernerait les mécanismes préalables d’orientation par lesquels on décide quoi traiter et jusqu’. Ces auteurs s’appuient sur les travaux de Suzuki et Azuma46 pour rattacher l’intention sélective à l’activité du cortex frontal, tandis que l’attention sélective repose classiquement sur l’activité des cortex pariétaux. Ces deux processus favoriseraient, en se conjuguant, un état de préparation optimal pour la main droite.

  • 47 Stein J. F. (1998), « L’orientation spatiale de l’attention visuelle », Document INSEP (Département (...)
  • 48 Posner M. I. (1980), art. cit., p. 3-25.

100Durant les compétitions sportives en opposition directe, l’orientation endogène de l’attention s’appuie en général sur une pré-information, un signal préparatoire donné involontairement par l’adversaire. Il en résulte une plus ou moins grande probabilité d’apparition d’un signal impératif – ou signal de réponse – dans une zone déterminée du champ visuel. « La localisation de la source d’information la plus probable est donc le résultat d’un codage-décodage effectué sur la base d’une relation symbolique apprise. »47 Les travaux de Posner48 ont été déterminants pour éclairer une telle problématique, prenant appui sur des situations expérimentales dont nous trouverons plusieurs exemples dans un prochain chapitre. Des protocoles expérimentaux appropriés permettent, en effet, de faire intervenir des présignaux faisant varier l’incertitude avant la survenue d’un signal impératif.

  • 49 Muller H. J., Rabitt (1989), « Reflexive and voluntary orienting of visual attention : time course (...)

101Dans cette voie de recherche, Muller et Rabitt49 ont contribué à décrire les processus centraux mis enjeu selon les conditions d’incertitude introduites par le présignal. L’information qu’apporte celui-ci détermine une orientation endogène de l’attention, contrôlée par le sujet en fonction de son intention stratégique. La facilitation, par ce présignal, de la réponse au signal impératif n’atteint sa valeur maximale vers que 400 millisecondes. Elle est précédée d’une inhibition maximale vers 150-200 millisecondes. En l’absence de présignal, ou si l’information qu’il apporte est erronée, la survenue d’un signal imprévu en vision périphérique provoque une orientation automatique de l’attention dont le sujet tire bénéfice beaucoup plus vite, entre 50 et 200 millisecondes. Ces processus, impliqués dans les interactions des duels sportifs, seront plus largement analysés et comparés partir des situations expérimentales que nous avons mises en œuvre.

102L’activité sensorimotrice usuelle de l’homme suggère, à l’évidence, plusieurs modes d’association entre les facteurs exogènes et endogènes de l’attention. Entre l’alerte soudaine suscitée dans les centres nerveux par un signal insolite ou menaçant et l’état intentionnel, dit de concentration, d’un artiste ou d’un inventeur polarisé sur une idée, les informations peuvent s’associer de manière infiniment variée. Il en résulte des interactions très complexes entre les attentes du sujet et les signes ou événements qui surviennent. La pratique sportive d’opposition constitue un domaine de choix pour observer les phénomènes attentionnels de cet ordre. Leur approche expérimentale est assez récente, mais semble promise à un bel avenir.

Anticipation et interception des trajectoires

103Localiser une cible en un point quelconque de l’espace signifie, lorsque cet espace est devenu familier, se représenter immédiatement le mouvement qu’il faut faire pour l’atteindre. Ce dernier résulte de notre mémoire spatiale, issue de nos expériences antérieures. Nous savons que l’espace n’est pas représenté quelque part dans le cortex, mais s’est inscrit sous forme de référentiels, de schémas mémorisés, à la fois dans le système sensoriel d’analyse du signal et dans le conditionnement des réponses motrices. L’entraînement sportif inscrit des traces de ces conditions de réaction dans des structures corticales, dont il contribue à moduler les rapports fonctionnels. Mais il peut être utile de savoir comment ces moyens de contrôle se mettent en place durant la croissance individuelle.

104Il a été déjà rappelé, propos de l’ontogenèse, ce qui distingue les deux composantes fondamentales d’un mouvement de projection de la main vers une cible. La première composante, dite balistique, découle, au départ, du repérage spatial de la cible, dès détection par le système visuel rétino-tectal. La seconde composante, dite d’ajustement terminal, repose sur la mise en jeu du système géniculo-strié, qui transporte surtout des images captées autour de la fovéa, après focalisation des yeux sur la cible.

  • 50 C’est une illustration de la néoténie, loi de l’évolution qui se traduit, chez l’homme par exemple, (...)

105Ces deux systèmes se développent aussi de façon distincte. Les principales étapes de l’ontogenèse ont tendance à reproduire l’ordre suivi par la phylogenèse50. Ainsi, le processus archaïque guidant la première partie de la trajectoire apparaît en premier chez l’enfant. La faculté d’ajuster la phase terminale du déplacement de la main, afin de mieux aborder et saisir l’objet cible, ne peut s’exprimer efficacement qu’à partir d’un certain degré de maturation corticale, processus tardif et lent du développement des primates. Cette bipartition des modalités de contrôle d’un mouvement de projection se manifeste donc dans l’habileté gestuelle en fonction du stade de développement des jeunes individus.

  • 51 Brinkman J., Kuypers H. G. J. M. (1973), « Cerebral control of contralateral and ipsilateral arm : (...)

106Des expériences réalisées avec de très jeunes singes par Brinkman et Kuypers51 ont prouvé que, chez les primates, l’interception d’un objet mobile et sa préhension reposent bien sur des structures centrales distinctes. La précision de la saisie n’est observée qu’après maturation des voies nerveuses provenant du cortex. Au contraire, l’interception de l’objet mobile, c’est-à-dire la capacité de l’atteindre simplement, sans le saisir, est observable avant cette maturation. Le guidage d’une telle interception s’applique aux deux mains sans passer par le corps calleux, voie associative entre les deux hémisphères, ce qui témoigne d’un processus sous-cortical. Pour sa part, la préhension de l’objet ne peut se faire qu’avec la main contrôlée par l’œil et l’hémisphère controlatéraux, dont les voies croisent l’axe médian du cerveau.

  • 52 Hay L. (1979), « Une analyse spatio-temporelle de mouvements simples chez l’enfant », thèse de 3e c (...)

107Au cours du développement de l’enfant, on constate que les plus jeunes recourent à un contrôle proactif pour effectuer un pointage manuel vers une cible. C’est-à-dire qu’ils se fondent essentiellement sur le repérage de la cible au début du mouvement. Leur précision n’est pas très affectée écran les empêche de voir leur main durant la trajectoire. Ce mode de contrôle prédomine jusqu’à cinq ou six ans. Entre sept et neuf ans, c’est un autre processus qui se met en place. Le pointage manuel fait alors intervenir un contrôle rétroactif, améliorant sensiblement la précision, à condition que le mouvement de la main ne soit pas masqué. Ce deuxième processus implique, en effet, une boucle centrale de contrôle entre l’œil et la main. Les entrées perceptives visuelles permettent de corriger la trajectoire de la main. Entre cinq et huit ans environ, le passage du premier type de contrôle au second se traduit par une sorte de période critique entraînant une dégradation relative, transitoire, de la précision du pointage52.

  • 53 Azémar G. (1976), « La fonction ludique : sources, ressources et portée du jeu dans l’ontogenèse », (...)

108Ces constatations ont été confirmées par plusieurs auteurs. Pour ma part, après nombreuses observations réalisées en école maternelle autour de 1970, j’ai contribué à faire valoir l’intérêt pédagogique, pour de jeunes enfants, des jeux d’adresse s’appuyant sur un contrôle proactif. Les ajustements du geste s’y produisent globalement, par essais et erreurs, en fonction de leurs effets sur l’objectif. C’est une procédure banale, appartenant au comportement ludique spontané de l’enfant, dont la finalité adaptative est trop souvent méconnue. Jusqu’à six ou sept ans, ces jeux moteurs ont des effets déterminants, d’une part sur la coordination motrice, d’autre part sur la motivation du sujet pour l’expérience active53. Les habiletés ainsi acquises pourront être ultérieurement enrichies, à partir de huit ou neuf ans, par des apprentissages recourant à un contrôle rétroactif. Ceux-ci permettront alors à l’enfant de prendre en compte la forme même de son mouvement pour la corriger selon le modèle qui lui en est donné. La combinaison de ces processus participe à la future habileté gestuelle de l’adulte

  • 54 Watson N. V., Kimura D. (1989), « Right-hand superiority for throwing but not for intercepting », N (...)

109Notons, au passage, que les deux mains semblent différemment concernées par les modes de contrôle qui viennent d’être distingués. Watson et Kimura ont constaté en 1989 que la main droite présente une supériorité par rapport à la gauche pour des tâches de lancer, mais que ce n’est pas le cas pour des tâches d’interception54. Or, ces dernières relèvent typiquement d’une procédure dite d’anticipation-coïncidence exigeant un calibrage du geste sur le repérage spatial de la cible. Le prochain chapitre apportera des exemples plus nets et révélateurs des facteurs spatio-temporels d’asymétrie fonctionnelle.

Gérer l’incertitude du duel

110Pour schématiser cette problématique, évoquons les questions simples qui s’y posent, et les moyens utilisés pour répondre selon l’état de préparation du compétiteur. Un sujet naïf heurte globalement à un ensemble de questions : Quand ? Où ? Quoi ? Comment ? → Décision → Réponse appropriée. S’il devait traiter ces questions en série, sa réponse au signal impératif exigerait plusieurs dizaines de secondes et surviendrait trop tard.

111L’entraînement en mémorisation des conditions de survenue des événements et de leur probabilité d’apparition. En outre, l’identification de certains présignaux permet bientôt de mettre à profit quelques fractions de secondes, avant la survenue d’un signal effectif, pour se préparer à mieux y répondre. Ces processus préparatoires raccourcissent le temps de réaction aux initiatives de l’adversaire. Enfin, secondairement, une hiérarchie s’établit entre les diverses sources d’informations en fonction de leur coût attentionnel et le système nerveux central du sujet entraîné s’organise pour traiter parallèlement, à différents niveaux, des éléments distincts de l’incertitude (aspects spatiaux, temporels ou événementiels notamment).

112En situation de compétition, grâce à ces apprentissages, la pré-identification des signaux et des conditions de réponse apporte un gain de temps considérable. Cet état de préparation permet notamment de mieux détecter en vision périphérique des signaux pré-identifiés et ainsi de faire l’économie, au cours de l’action, de nombreuses saccades oculaires. Le maintien en alerte d’une gamme de réponses appropriées permet le déclenchement d’une réaction ajustée dès la survenue des signaux attendus dans le champ visuel. Certaines des composantes de la tâche étant sous-traitées par diverses structures corticales et sous-corticales, les prises de décision d’ordre stratégique relèvent de centres supérieurs dont la charge se trouve relativement allégée. Nous verrons bientôt que cette fonction semble revenir électivement, dans de telles tâches, au cortex préfrontal.

113Ces processus d’anticipation jouent un rôle prépondérant dans la pratique sportive d’opposition. Ils doivent s’appuyer sur une mémoire des rapports spatiotemporels, à portée immédiate des systèmes visuel et moteur. Ce matériel mnésique résulte du long travail préparatoire qui commence en période d’initiation, se poursuit assidûment lors des séances d’entraînement et s’affine encore avec l’expérience accumulée en compétition. En situation d’entraînement, un contrôle conscient met en place des processus associatifs et des enchaînements de séquences. La richesse des acquisitions est conditionnée par la pertinence des stratégies d’apprentissage. En compétition, les processus décisionnels doivent être libérés des contraintes de coordination ou d’orientation des mouvements afin de demeurer au service d’une gestion stratégique de l’ensemble de la tâche. Les fonctions centrales supérieures sont alors essentiellement vouées au jugement critique, à l’entretien de la vigilance et de la motivation. De telles capacités ne peuvent s’exprimer efficacement en compétition que dans la mesure où des référentiels appropriés permettent de réguler les routines.

114Anticiper n’est rien d’autre, en définitive, qu’avoir « prévu » à l’entraînement, et « revu » lors de précédents affrontements, certains rapports privilégiés, spatiaux et temporels, entre des indices visuels et des réponses motrices appropriées. Après l’obtention de régulations « automatiques » d’un large répertoire de réponses adaptées, ce sont des capacités d’attention sélective qui permettront de gagner du temps en compétition. L’anticipation n’est donc pas un mythe ni une sorte de pari. Ce concept traduit le gain de temps obtenu grâce, d’une part à un traitement préalable d’informations plus ou moins probables et attendues, d’autre part à l’exploitation de présignaux pour préparer la réponse avant la survenue du signal impératif.

115À partir d’un certain niveau de préparation, le pratiquant d’un sport d’opposition doit être capable de voir sans regarder et de distribuer son attention dans le champ visuel indépendamment des mouvements du regard. Il lui suffit alors de détecter les signaux pertinents, pré-identifiés, en vision périphérique, pour se prédisposer aux réponses adéquates. Le traitement anticipé de certaines informations réduit le délai pour réagir pertinemment au signal effectif. Quand survient ce signal, il répond d’emblée aux questions quand ? et où ?, effaçant ainsi une part de l’incertitude. Il reste les autres questions de la série théorique – quoi ? comment ? réponses appropriées ? – qui renvoient aux savoir-faire mémorisés, mais leur exploitation dépend encore des délais disponibles, notion capitale en sport d’opposition.

Fenêtres temporelles et conflit vitesse/précision

  • 55 Libet B. (1990), « Time-delays in conscious processes », Behavioral and Brain Sciences, 13, p. 4.

116Les opérations mentales seraient très coûteuses en temps si elles étaient purement intentionnelles. Des études fondées sur des mesures d’indices électro-encéphalographiques constatent des délais de 500 à 550 millisecondes entre l’apparition du premier indice d’une « détermination volontaire à agir » et le début de l’action55. Nous pourrons constater dans les prochains chapitres que les temps de réaction et autres délais supposant des prises de décision en sport d’opposition sont toujours très inférieurs à cette demi-seconde.

117Par ailleurs, les délais disponibles pour réagir en sport d’opposition sont conditionnés par la vitesse des interactions. Le jeu près du filet, en tennis, et les touches à courte distance, en escrime, comme les smashes en tennis de table, produisent des trajectoires qui, parfois, ne durent pas plus de 350 ou 400 millisecondes. Le concept de fenêtre temporelle rend bien compte, dans de tels cas, des limites de temps dont dispose le défenseur pour intercepter et, si possible, prendre à son tour l’avantage. Il est évident que le contrôle des réponses doit alors recourir aux procédures d’anticipation évoquées ci-dessus, mais aussi, dans ces conditions, à des prises de risque, c’est-à-dire à des sortes de paris. Essayons, de schématiser le déroulement probable des opérations centrales en fonction de ces délais limités.

118Lors d’un test en laboratoire, le temps de réaction moyen à des signaux aléatoires est de l’ordre 250 des Si est et doit répondre par une simple projection de la main vers une cible à portée immédiate, le temps de mouvement est à peu près aussi long que ce temps de réaction, de sorte que le temps de réponse se situe autour de 500 ms. C’est sensiblement différent sur le terrain. Lors de courtes trajectoires, si les conditions d’incertitude étaient comparables, le sportif n’aurait pas le temps d’effectuer les opérations nécessaires à l’interception. D’autant qu’il doit effectuer des mouvements et déplacements beaucoup plus amples et coûteux qu’en laboratoire.

119Rappelons d’abord que, sur le terrain, les signaux à traiter ne sont pas aussi nettement découpés et formatés qu’en laboratoire. Les conditions de terrain donnent plus de marge aux procédures d’anticipation. Les séquences de jeu en cours contribuent à réduire l’incertitude et permettent des recouvrements partiels entre les différentes opérations centrales à réaliser avant toute interception de trajectoire. Ainsi, le placement de l’adversaire sur le terrain, sa posture, son équilibre, la direction de son déplacement, sa vitesse, voire ses coups favoris, font partie, entre autres, des informations intervenant utilement dans le cours de l’action bien avant le début de la trajectoire en question. Toutes ces données contribuent à réduire l’incertitude.

120Ce qui précède explique que le temps de réponse s’accommode assez souvent, chez les compétiteurs experts, d’un temps accordé très étroit. Et les journalistes ou autres observateurs sont bien fondés parler d’anticipation. Mais, en pratique, un autre moyen s’ajoute à l’anticipation pour compenser ce manque de temps, c’est la prise de risque d’erreurs. Le taux d’erreurs s’élève, en effet, quand diminue le temps accordé pour répondre. Ainsi, à titre d’exemple, des expériences ont montré que le taux d’erreurs atteint un niveau critique quand le temps accordé est inférieur à un seuil de 100 millisecondes dans des conditions usuelles d’incertitude.

  • 56 Loi de Fitts : ID = Log2 2A/W. Dans cette formule, ID : index de difficulté ; A : amplitude du mouv (...)

121L’extrême réduction du temps disponible dans certaines situations de compétition fait émerger une autre problématique, spécifique de certains sports, qui relève d’un conflit entre vitesse et précision. Qu’il s’agisse d’interception de trajectoires ou de projection de mobiles vers des cibles, des critères de précision entrent souvent en ligne de compte. Or, la vitesse conditionne le temps de mouvement, tandis que la précision se rapporte aux dimensions de la cible. Il est difficile de concilier vitesse et précision si la cible est à la fois éloignée et faible dimension. Il en résulte un index de difficulté qu’exprime la loi de Fitts56, formulée 1954. En conséquence de cette loi, la conduite du mouvement est influencée par l’index de difficulté, de sorte que le temps de mouvement est proportionnel à la distance à parcourir et inversement proportionnel à la dimension de la cible.

122Cette relation, peut s’illustrer de diverses façons dans la pratique sportive. Les cas les plus simples concernent l’évaluation isolée soit de la précision, soit de la vitesse. Dans le cas du tir sur cible fixe, on juge isolément la précision. Le tireur dispose alors d’un temps confortable pour viser. Pour mesurer de pures vitesses de mouvement, dans diverses disciplines, il ne faut pas d’exigence de précision. C’est le cas notamment en athlétisme. Un exemple mixte est celui du tir sur des cibles en mouvement. Pour atteindre en tirant les plateaux d’argiles projetés devant lui de façon imprévisible (ball-trap), le tireur doit être capable de viser très rapidement. La capacité que l’on mesure alors est du domaine de l’adresse plus que de la précision, c’est un compromis entre vitesse et précision.

123La loi de Fitts s’illustre également dans les sports d’opposition, où un pratiquant expérimenté cherche à gêner son adversaire en lui imposant soit des distances plus longues à parcourir, soit des cibles plus petites à atteindre, et parfois les deux à la fois. En réalité, les difficultés rencontrées par les protagonistes se présentent différemment selon qu’ils sont eux-mêmes plus ou moins distants l’un de l’autre, ce qui influence secondairement la longueur et la durée des trajectoires.

124En tennis, en escrime et en tennis de table, on peut distinguer ainsi deux types de situations privilégiant différemment la vitesse ou la précision. Quand les adversaires se trouvent séparés par la plus grande distance, fond de court en tennis, distance de fente en escrime ou loin de la table en tennis de table, la durée des trajectoires est au minimum d’une seconde. Ces conditions laissent des délais suffisants pour préparer et souvent même pour exécuter les réponses appropriées, mais les cibles apparaissent avec la distance sous des angles visuels réduits. En conséquence, la précision importe relativement plus que la vitesse de réaction.

125Lorsque les protagonistes se trouvent très rapprochés, près du filet en tennis, a distance d’allonge du bras en escrime, les cibles s’offrent largement au regard et il suffit alors de prendre l’adversaire de vitesse. Les trajectoires étant extrêmement brèves, la vitesse des réactions l’emporte sur la précision. Ces caractéristiques des sports d’opposition sont déterminantes pour la réussite individuelle. Les meilleurs compétiteurs n’y sont pas ceux qui présentent le plus grand potentiel de vitesse ou de précision absolues, mais ceux qui savent se servir à bon escient de l’une ou de l’autre.

126En duel, quand l’un des protagonistes a pris l’initiative d’une action offensive, il prend, en principe, un temps d’avance sur l’autre. Celui-ci doit réagir par un mouvement extrêmement rapide de parade ou de contre-attaque. Mais les deux protagonistes disposent alors d’un délai différent pour produire leurs actions respectives. L’attaquant a la possibilité de choisir son geste et de contrôler sa précision, tandis que son adversaire ne peut recourir qu’à des réactions automatisées.

  • 57 Stein B. E., Meredith M. A., Wallace M. T. (1993), « The visually responsive neuron and beyond muti (...)

127Il faut d’autre part nuancer le concept de fenêtre temporelle, comme l’ont fait Stein et Meredith57, pour rendre compte d’un solution étonnante utilisée par le système nerveux dans de telles situations. Un stimulus très bref peut parfois susciter une décharge prolongée dans certains réseaux de neurones. C’est le cas du colliculus qui peut prolonger ainsi l’effet d’un stimulus pendant plus de 100 millisecondes. Ce phénomène « permet de concentrer l’attention sur le stimulus le plus puissant et potentiellement le plus important, en présence de distracteurs », c’est-à-dire d’autres stimuli risquant de détourner l’attention ou d’entretenir l’incertitude.

  • 58 Ducan J. et alii (2000), Sciences, 21 juillet, vol. 289, p. 399-400 et 457-460.

128Remarquons que les situations sportives d’opposition font essentiellement intervenir des informations relevant des rapports espace/temps. Leur gestion fait appel, en réalité, des aptitudes spécifiques du cerveau humain. La faculté d’anticipation représente sans doute, plus que toute autre, le propre de l’homme. On sait, en effet, qu’elle repose sur la fonction du lobe frontal, dont le large développement nous différencie notamment des autres primates58.

Notes

1 Hécaen H., de Ajuriaguerra J. (1963), Les Gauchers : prévalence manuelle et dominance cérébrale, Paris, PUF.

2 Ces valeurs ont été confirmées et précisées plus tard par H. Hécaen dans Perelle (1984), Les Gauchers – Étude neuropsychologique, Paris, PUF.

3 La plupart des spécialistes de langue française (Hécaen, Ajuriaguerra, Zazzo, Etevenon, Gagey, Lézine, Lurçat, De Schoenen, etc.) ont accueilli avec intérêt cette approche originale de la latéralité.

4 Ces établissements étaient initialement représentés par les écoles normales supérieures, les instituts régionaux et les centres régionaux d’éducation physique et sportive (ENSEPS, IREPS et CREPS). Dans la période 1975-1980, les ENSEPS ont été fondues avec l’Institut national du sport pour constituer l’Institut national du sport et de l’éducation physique (INSEP) et les IREPS se sont intégrés dans des ensembles universitaires pour constituer la base des actuelles Unités de formation et de recherche en sciences et techniques des activités techniques et sportives (UFR-STAPS). L’auteur s’est trouvé directement impliqué, dès 1970, dans l’élaboration de certains programmes théoriques accompagnant ces profondes réformes.

5 STAPS : Sciences et techniques des activités physiques et sportives.

6 Voyer D. (1996), « On the magnitude of laterality effects and sex differences in functional lateralities », Laterality, 1, 1, p. 51-84.

7 Azémar G. (1970), op. cit.

8 Wallon H., Evart-Chmielniski E., Sauterey E. (1958), « Équilibre statique, équilibre en mouvement : double latéralisation (entre 5 et 15 ans) », Enfance, 1.

9 Cet effectif rassemble des étudiants de Versailles (111 étudiants) et de Saint-Maixant (118 étudiants) dont les questionnaires m’ont été communiqués par leurs professeurs respectifs, Marielle Gottsmann et Christophe Laroche, que je remercie.

10 Pérelle I. B. et Ehrman L. (1994), déjà cités, considèrent la main qui écrit comme un critère majeur de la latéralité manuelle individuelle. De nombreux auteurs s’étaient déjà rangés, de façon plus ou moins explicite, à cette position. Lansky et alii accordaient déjà clairement au choix de la main pour écrire une valeur prépondérante – the first discriminator – pour définir la latéralité des sujets étudiés. Voir aussi Lansky L. M., Feinstein H., Peterson J. M. (1988), « Demography of handedness in two samples of randomly selected adults (N = 2 083) », Neuropsychologia, 26, 3, p. 465-477.

11 Azémar G. (1987), « Asymétries fonctionnelles et performances visuo-motrices », in Neurosciences du sport, Ripoll H., Azémar G. (éd.), Paris, INSEP.

12 Médecin de la Fédération française d’escrime, de la Fédération internationale d’escrime et du Comité national olympique et sportif français, je me suis trouvé impliqué dans la surveillance médicale d’un grand nombre de compétitions du plus haut niveau mondial depuis une trentaine d’années.

13 Melbourne, 1979 ; Clermont-Ferrand, 1981 ; Rome, 1982 ; Vienne, 1983 ; Barcelone, 1985 ; São Paulo, 1987 ; Essen, 1987 ; Atlanta, JO, 1996 ; La Chaux-de-Fonds, 1998.

14 Certains sports fondés sur des critères esthétiques, tels que le patinage et la gymnastique, rejoignent cette catégorie de prestations quantifiables par le recours à des panels de juges et des barèmes de notes.

15 Agonistique : néologisme issu du grec est utilisé par certains auteurs, notamment italiens, pour caractériser de semblables affrontements codifiés.

16 Le squash et la pelote basque présentent la singularité de ne pas placer les adversaires face à face, mais rejoignent la problématique spatiale évoquée ici en faisant intervenir des trajectoires réfléchies.

17 Une analyse plus complète de ces processus a été présentée dans « Détecter et agir, une problématique visuo-spatiale soulevée par les sports d’opposition duelle » (1987), in Neurosciences du sport, op. cit., p. 33-126.

18 Williams A. M., Grant A. (1999), « Training perceptual skill in sport », International Journal of Sport Psychology, 30, p. 194-220.

19 Seni J.-M. (2000), « L’escrime et les handicapés visuels », Escrime Magazine, no 69.

20 L’amblyopie est un déficit visuel atteignant surtout la rétine fovéale, c’est-à-dire affectant la vision centrale. Incapables de lire, les amblyopes ont été longtemps assimilés aux aveugles au lieu d’être mis en condition d’exploiter au mieux leur vision périphérique, Celle-ci leur permet, en effet, d’acquérir une certaine autonomie pour leurs déplacements et diverses tâches quotidiennes.

21 Chomienne D. (1979), « Conditions d’émergence dans le champ des conduites motrices des potentialités d’un groupe d’adolescents déficients visuels », mémoire INSEP, Paris, INSEP.

22 Berthoz A. (1997), Le Sens du mouvement, op. cit.

23 Les photoneurones de la rétine de l’œil humain se répartissent en six millions de cônes et cent millions de bâtonnets.

24 Le tectum, parfois appelé colliculus supérieur, correspond aux tubercules quadrijumeaux antérieurs.

25 Batista A. P., Buneo C. A., Snyder L. H., Andersen R. A. (1999), « Reach plans in eye-centerd coordinates », Science, 285, p. 257-260.

26 Balistique : ce terme est utilisé ici par analogie avec la propulsion instantanée d’un corps inerte. Dans ces conditions, la trajectoire est déterminée dès son départ par de simples paramètres de force (ou de vitesse) et d’orientation.

27 Arbib M. A. (1993), « Interaction of multiple representations of space in the brain », in Paillard J. (éd.), Brain and Space, Oxford, Oxford University Press, p. 380-403.

28 Berthoz A. (1997), op. cit.

29 Vighetto A. (1980), « L’ataxie optique », thèse de médecine, Lyon.

30 Mc Fie J., Piercy M. F., Zangwill O. L. (1950), « Visual spatial agnosia associated with lesions of the right cerebral hemisphere », Brain, 73, 2, p. 167-190 ; Hécaen H., Penfield W., Bertrand C., Malmo R. (1956), « The syndrome of apractognosia due to lesions of the minor cerebral hemisphere », Arch. of Neur. and Psychiat., 75, p. 400-434 ; Teuber H. L. (1962), « Effects of brain wounds implicating right or left hemisphere in man : hemisphere differences and hemisphere interaction in vision, audition, and somesthesis », Interhemispheric relations and cerebral dominance, Baltimore, The Johns Hopkins Press, p. 131-159 ; Bisiach E., Vallar G., Perani D., Berti A. (1986), « Unawareness of disease following lesions of th right hemisphere : anosognosia for hemiplegia and anosognosia for hemianopsia », Neuropsychologia, 24, p. 471-182.

31 Posner M. I., Walker I. A., Friedrich F. I., Rafal R. D. (1984), « Effects of parietal injury on covert orienting attention », The Journal of Neurosciences, 4, 7, p. 1863-1874.

32 Quatre importants colloques intitulés « Forum Espace » se sont déroulés Marseille, dans le cadre du CNRS et à l’initiative de Jacques Paillard, entre 1971 et 1984. Ils ont rassemblé sur ce thème des chercheurs (Berthoz, Jeannerod, Massion, Lurçat, Thom, etc.) dont les travaux sont notoires. Depuis lors, ce courant de recherche a fait école dans le monde.

33 Paillard J., Brouchon M. (1968), « Active and passive movements in the calibration of position sense », in Freedman S. J. (éd.), The Neuropsycology of Spatially Oriented Behavior, Homewood, Dorsey Press, p. 37-55 ; Paillard J. (1971), « Les déterminants moteurs de l’organisation de l’espace », Les Cahiers de psychologie, vol. 14, no 4, p. 261-316.

34 Calibrage : cette expression, proposée par Paillard, désigne les opérations centrales permettant à un segment corporel de prendre place dans un référentiel coordonné.

35 Les canaux semi-circulaires du vestibule sont orientés dans les trois dimensions de l’espace tel que le représente la géométrie euclidienne : coïncidence ou intuition ?

36 Hein A., Held R. (1967), « Dissociation of the visual placing response into elicited and guided movements », Science, 158, p. 390-392.

37 Paillard J. (1976), « Espace visuel et programmation motrice », Les Cahiers de psychologie, 19, p. 171-180 ; idem (1986), Itinéraire pour une psychophysiologie de l’action, Paris, éd. Actio, 230 p.

38 Berthoz A. (1997), Le Sens du mouvement, op. cit.

39 Ibidem.

40 Posner M. I. (1980), « Orienting of attention », Quaterly Journal of Experimental Psychology, 32, p. 3-25.

41 Ikeda M., Takeuchi T. (1975), « Influence of foveal load on the functional visual field », Perception and Psychophysics, 18, p. 255-260.

42 Précablé : ce qualificatif est utilisé en neurosciences pour désigner des structures mises en place au cours du développement de chaque individu et destinées à s’exprimer dans un fonctionnement basal. Ce terme est préférable à inné, compte tenu des connaissances actuelles sur le développement individuel.

43 Un signal est dit prosexigène lorsqu’il a pour effet une activation du système nerveux central. Il est caractérisé par son aspect imprévu, inhabituel, parfois contradictoire avec le signal attendu ou ce qui est perçu simultanément par ailleurs. Il suscite une réaction d’orientation et une facilitation sensorielle et motrice dans sa propre direction.

44 Voir section suivante.

45 Verfaellie M., Heilman K. M. (1990), « Hemispheric asymmetries in attentional control : implications for hand preference in sensorimotor tasks », Brain and Cognition, 14, p. 70-80.

46 Suzuki H., Azuma M. (1977), « Prefrontal neuronal activity during gazing at a light spot in the monkey », Brain Research, 126, p. 497-508.

47 Stein J. F. (1998), « L’orientation spatiale de l’attention visuelle », Document INSEP (Département des sciences du sport), Paris, 11 p.

48 Posner M. I. (1980), art. cit., p. 3-25.

49 Muller H. J., Rabitt (1989), « Reflexive and voluntary orienting of visual attention : time course of activation and resistance to interruption », Journal of Experimental Psychology : Human Perception and Performance, 15, 2, p. 315-330.

50 C’est une illustration de la néoténie, loi de l’évolution qui se traduit, chez l’homme par exemple, par un ralentissement maturatif de certaines structures embryonnaires.

51 Brinkman J., Kuypers H. G. J. M. (1973), « Cerebral control of contralateral and ipsilateral arm : hand and finger movements in the split-brain rhesus monkey », Brain, 96, p. 653-674.

52 Hay L. (1979), « Une analyse spatio-temporelle de mouvements simples chez l’enfant », thèse de 3e cycle sciences du comportement, CNRS INP4, Marseille, 2 octobre.

53 Azémar G. (1976), « La fonction ludique : sources, ressources et portée du jeu dans l’ontogenèse », Paris, Annales INS et ENSEPS, p. 89-105.

54 Watson N. V., Kimura D. (1989), « Right-hand superiority for throwing but not for intercepting », Neuropsychologia, 27, 11/12, p. 1399-1414.

55 Libet B. (1990), « Time-delays in conscious processes », Behavioral and Brain Sciences, 13, p. 4.

56 Loi de Fitts : ID = Log2 2A/W. Dans cette formule, ID : index de difficulté ; A : amplitude du mouvement ; W : largeur de la cible. Formule de Fitts appliquée au temps de mouvement : TM = a + b log22A/W, où a et B sont des constantes. Fitts P. M. (1954), « The information capacity of the human motor system controlling the amplitudeof movement », Journal of Experimental Psychology, 47, p. 381-391.

57 Stein B. E., Meredith M. A., Wallace M. T. (1993), « The visually responsive neuron and beyond mutisensory integration in cat and monkey », Prog. Brain Res., 95, p. 79-90.

58 Ducan J. et alii (2000), Sciences, 21 juillet, vol. 289, p. 399-400 et 457-460.

Table des illustrations

Titre Tableau XI – Taux des gauchers à différents stades des compétitions mondiales (huit championnats du monde et un tournoi olympique) entre 1979 et 1998. L’épée féminine y figure depuis 1990. Le sabre féminin est une nouveauté présentée pour la première fois en démonstration en 1998 (JO d’Atlanta).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/8722/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 1 – évolution du taux des gauchers en escrime en fonction de l’arme (estoc vs sabre) durant neuf compétitions mondiales de 1979 à 1998 (3 829 compétiteurs).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/8722/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Fig. 2 – Schéma de l’organisation du système visuel et du partage de l’espace en hémichamps latéraux.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/8722/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 203k

© CNRS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search