Version classiqueVersion mobile

L’homme asymétrique

 | 
Guy Azémar

Chapitre II. Comment devient-on droitier ou gaucher ?

Texte intégral

  • 1 Berthoz A. (1997), Le Sens du mouvement, Paris, Odile Jacob, 345 p.

1Dans un ouvrage consacré au sens du mouvement, Berthoz1 regrette que les sciences de la motricité aient encore beaucoup de mal à s'extraire de « la physiologie des réflexes qui a dominé depuis le début du [xxe] siècle ». Il émet des vœux pour que soit enfin constituée une « neuroéthologie du mouvement naturel ». Il souhaite que l'on abandonne les « préparations réduites » pour étudier enfin « comment passer d'une physiologie de la réaction à une physiologie de l'action, d'une neurobiologie analytique à une neurologie holistique ».

  • 2 Azémar G. (1979), « Vers une étho-pédagogie », Travaux et recherches en EPS, Paris, INSEP, 4, p. 81 (...)

2Recourir à une attitude éthologique pour s'engager dans l'étude de certains comportements est une précaution scientifique à laquelle je souscris depuis longtemps2. Elle s'applique par excellence aux asymétries fonctionnelles. Une telle précaution devrait nous éviter les pièges des classifications simplistes réduisant droitiers et gauchers à des sortes de stéréotypes prédéterminés.

  • 3 Les procédures d'écoute dichotique consistent à faire entendre simultanément à un sujet, muni d'éco (...)

3On a pu admettre, pour schématiser, que 90 % des êtres humains sont droitiers, que 80 % ont également une prévalence droite pour les membres inférieurs, 70 % pour les yeux – contrôle par des tâches de visée – et 60 % pour les oreilles – tests d'écoute dichotique3. Cette asymétrie à prédominance droite est considérée par de nombreux auteurs comme distinctive de l'espèce humaine. Cependant, il faudra vérifier brièvement ce qui a pu être rapporté des asymétries fonctionnelles dans le monde animal. Mais il s'agira surtout, dans les pages suivantes, de décrire quand et comment émergent les premiers indices de latéralisation au cours du développement de l'enfant. On pourra alors tenter d'en dégager les facteurs déterminants.

Les précurseurs

L'universelle asymétrie

  • 4 Geschwind N., Galaburda A. M. (1985), « Cerebral lateralization. Biological mechanisms, association (...)
  • 5 Kondepudi D. K. (1988), « Parity violation and the origin of molecular chirality », in Entropy, Inf (...)

4Peut-on remonter plus loin dans l'évocation des premiers déterminants de l'asymétrie fonctionnelle du cerveau humain ? Se fondant sur la multiplication des preuves d'une asymétrie structurale apparue précocement dans l'échelle animale, caractéristique du système nerveux de tous les vertébrés, Geschwind et Galaburda4 n'écartent pas l'hypothèse d'une « origine se situant peut-être même à un niveau moléculaire ». Dès 1848, à l'âge de 26 ans, Pasteur découvrait deux types de cristaux d'acide tartrique agissant de façon opposée sur la lumière polarisée. Beaucoup plus tard, constatant que la chimie de la vie est sensible à l'asymétrie des molécules, il proclamait que « la vie telle qu'elle se manifeste à nous résulte de l'asymétrie de l'Univers ». Depuis lors, plusieurs physiciens et biologistes se sont attachés chercher une cause moléculaire à l'asymétrie si souvent liée l'expression de la vie dans la nature5.

  • 6 Chiralité (du grec kheir : main) : propriété de deux molécules dont chacune est respectivement l'im (...)

5La latéralisation des plantes et des animaux se détermine dès les premiers stades de la morphogenèse. Les plantes grimpantes, cherchant un tuteur pour s'enrouler, le font, pour la plupart, en spirale vers la droite comme le liseron. Cependant le chèvrefeuille adopte un enroulement hélicoı¨dal gauche. Parmi les coquillages du genre conque, c'est le développement en spirale vers la droite qui prédomine aussi dans les deux hémisphères de notre planète. Ils sont dits dextres si l'ouverture se trouve à droite lorsqu'ils sont observés avec l'apex pointu vers le haut et le canal siphonal se déroulant vers le bas. Les rares formes chirales6 gauches ou senestres sont recherchées par certains collectionneurs. D'après des chercheurs en climatologie, elles seraient plus fréquentes dans les eaux froides. Une espèce typiquement senestre, le Busicon contrarium, est rencontrée sur le littoral sud-est des États-Unis.

6Il serait intéressant, si cela n'a jamais été réalisé, de rassembler des données comparatives sur le sens d'enroulement des plantes selon l'hémisphère terrestre où elles croissent. On sait que l'écoulement de l'eau, dans un lavabo par exemple, subit par effet Coriolis une rotation dextrogyre dans l'hémisphère nord qui s'inverse dans l'hémisphère sud. Il apparaît théoriquement possible que cet effet physique, dû à la rotation de la Terre, puisse influencer la croissance des végétaux en se combinant à l'héliotropisme qui agit sur les ramures. Les coquillages semblent à l'abri de telles influences. Cependant, étant donné l'ancienneté et la fréquence des échanges d'espèces végétales entre les hémisphères, depuis les premiers grands navigateurs, un tel fait, s'il était patent, aurait au moins attiré l'attention des jardiniers ou des horticulteurs.

  • 7 Hegstrom R., Kondepudi D. (1990), « L’Univers asymétrique », Pour la science, n° 149, p. 100-107.
  • 8 Brack A. (1998), « L'asymétrie du vivant », Pour la science, dossier hors-série : « Les symétries d (...)

7Il n'a pas encore été démontré que « la chiralité à une échelle engendre la chiralité à une échelle supérieure »7 mais beaucoup de chercheurs en retiennent l'hypothèse8. Comme l'avait révélé Pasteur, la chimie de la vie est sensible à l'asymétrie des molécules. Cependant, on est encore loin de pouvoir établir un lien de cause à effet entre l'asymétrie des particules élémentaires et celle des êtres supérieurs. Les progrès génétique du développement ont fait naître quelque espoir dans cette perspective avec la découverte récente de certains gènes capables de participer à la latéralisation des organes dès les premières 48 heures de l'embryogenèse.

La latéralisation des primates

  • 9 Annett M. (1987), « La latéralité manuelle des jumeaux : théorie du déplacement à droite », Bulleti (...)
  • 10 Hopkins W. D., Bard K. A., Jones A., Bales S. L. (1993), « Chimpanzee hand preference in throwing a (...)

8Annett9 rapporte qu'il n'y a pas de latéralité manuelle prédominante chez les primates non humains, notamment chez les chimpanzés, se référant pour cela aux observations de Finch (1941). Celui-ci avait signalé une latéralité dominante chez 50 % des individus mais répartie dans un groupe de façon égale en faveur soit de la gauche, soit de la droite. En fait, une revue récente de cette question par Hopkins et ses collaborateurs10 rappelle qu'elle demeure débattue, mais rapporte d'assez nombreuses études témoignant d'une prévalence latérale droite pour lancer, retrouvée en majorité dans des groupes de grands singes. Cela justifie que l'on tente de déterminer, chez ces primates, le facteur ayant pu favoriser une latéralisation dominante. La bipédie, c'est-à-dire une posture érigée, est unanimement considérée comme la première condition essentielle dans cette voie.

  • 11 Calvin W. H. (1983), The Throwing Madonna : Essays on the Brain, New York, Bantam Books.

9Ce débat est souvent alimenté par l'hypothèse de Calvin11 selon laquelle les exigences neurophysiologiques, perceptives et cognitives du geste de lancer peuvent avoir constitué autant d'importants précurseurs d'évolution vers des traits caractéristiques des premiers hominidés, tels que la latéralité, l'usage d'outils et le langage. Dans un prochain chapitre sur les asymétries fonctionnelles, nous serons conduit à analyser ce geste fondamental de lancer dont le déroulement dynamique implique une organisation asymétrique du corps entier. On en retrouve de nombreuses variantes dans les pratiques sportives spécialisées. Ces coordinations latéralisées reposent sur une complémentarité des spécialisations segmentaires.

  • 12 Fagot J., Vauclair J. (1988), « Handedness and bimanual coordination in the lowland gorilla », Brai (...)
  • 13 Idem (1988), « Handedness and manual specialization in the baboon », Neuropsychologia, 26, 6, p. 79 (...)
  • 14 Mc Neilage P. F., Studdert-Kennedy M. G., Lindstrom B. (1987), « Primate handedness reconsidered », (...)
  • 15 Ward J. P., Hopkins W. D. (1993) (éd.), Primate Laterality : Current behavioral evidence of primate (...)

10Un point doit être souligné cependant, à propos des primates, c'est la distinction à opérer dans les faits de latéralité manuelle en fonction des tâches observées. Recourant, avec des gorilles, à une tâche spatiale leur imposant un alignement rigoureux entre deux ouvertures, Fagot et Vauclair12 ont constaté une préférence manuelle gauche chez sept des huit gorilles testés. Des constatations analogues ont été faites avec des babouins13. Une autre tâche reposant sur la simple saisie d'aliments n'a pas montré de prédominance latérale chez les mêmes individus de ces deux populations. Cependant, d'autres études14, récemment confirmées15, admettent en outre une préférence manuelle droite chez ces primates non humains pour des tâches d'agrippement et de contrôle moteur fin. Une telle différenciation des prévalences latérales selon les tâches requises est une conception de plus en plus validée en neurosciences. Nos recherches l'illustrent depuis une trentaine d'années à partir de l'analyse comparée des gestes sportifs très spécialisés.

  • 16 Azémar G. (1970), Sport et Latéralité, op. cit.

11En dehors des primates, signalons encore que des prédominances latérales ont pu être observées chez divers mammifères comme le rat, voire le cheval, mais qu'il peut s'agir pour ceux-ci d'une facilitation unilatérale induite par la répétition, auprès de l'homme, d'un mouvement très spécialisé. C'est le cas, par exemple, de la préférence de certains chevaux de course pour des circuits imposant des virages soit vers la gauche, soit vers la droite. Une enquête conduite en milieu hippique à Maisons-Laffite m'avait permis, en 1966, d'associer ce phénomène au schéma asymétrique du galop16. Or, 75 % des chevaux réalisent préférentiellement le galop « sur leur patte antérieure gauche », ce qui favorise dans un tel cas le virage vers la gauche. Ce sens de rotation étant aussi prédominant chez l'homme, on ne peut exclure un effet résultant insidieusement des préférences de l'entraîneur.

  • 17 Geschwind N., LevitskyW. (1968), « Human brain, left-right asymmetries in temporal speech region », (...)
  • 18 Wada J. A. (1971), « Morphological hemispheric asymmetry and cerebral speech lateralization », comm (...)
  • 19 Le May M., Geschwind N. (1975), « Hemispheric differences in the brains of great apes », Brain Beha (...)

12S'il est un point mieux établi aujourd'hui, c'est l'asymétrie morphologique du cerveau des primates. Dès 1968, Geschwind et Levitsky17 avaient inauguré des recherches montrant une asymétrie structurale entre les deux hémisphères chez l'homme adulte. Une différence majeure concernait l'étendue du planum temporale, prédominant à gauche chez la majorité des individus et mesurable déjà sur des cerveaux de nouveau-nés, voire de fœtus18. Cette plage corticale, située dans la scissure de Sylvius, correspond à la face supérieure de l'aire de Wernicke centralement impliquée dans le langage. Or, la prédominance structurale du planum temporale gauche se vérifie également sur des cerveaux de grands singes19, ce qui ne manqua pas d'intriguer. Finalement, une asymétrie architecturale du cerveau a pu être décelée chez la plupart des vertébrés.

  • 20 Habib M., Galaburda A. M. (1986), « Déterminants biologiques de la dominance cérébrale », Rev. neur (...)
  • 21 Eidelberg D., Galaburda A.M. (1984), « Inferior parietal lobule. Divergent architectonic asymmetrie (...)

13Il a pu être montré dans une revue de cette question20 que 70 % de nos contemporains droitiers présentent une asymétrie typique en faveur du planum temporale gauche tandis que les gauchers présentent soit une asymétrie inverse – moins prononcée général –, soit une absence d'asymétrie. Des asymétries similaires ont été trouvées sur des cerveaux de fœtus, dès la trentième semaine de la gestation. D'autres différences remarquables ont pu être signalées entre les deux hémisphères à partir d'examens plus précis, notamment microscopiques. Ces études cytoarchitectoniques confirment les données macroscopiques en faveur de l'hémisphère gauche pour les aires pariéto-temporales impliquées dans le langage, mais montrent aussi des asymétries à l'avantage de l'hémisphère droit pour des aires, comme la berge dorsale du lobule pariétal inférieur ou le cortex pariétal supérieur, qui se rattachent à la spécialisation visuo-spatiale et attentionnelle21.

  • 22 Kertesz A., Black S., Polk M., Howell J. (1986), « Cerebral asymmetries on Magnetic Resonance Imagi (...)

14Les techniques plus récentes d'imagerie des centres nerveux supérieurs, telles que la résonance magnétique nucléaire fonctionnelle, les potentiels enregistrés sur le scalp en fonction de certains événements perçus par le sujet ou encore la tomographie par émission de positons, compléteront ces données, comme nous le verrons, en retrouvant ces structures chez le sujet en action. Ajoutant une dimension chronologique aux implications respectives des diverses structures, ces nouveaux moyens mettent beaucoup mieux en évidence les corrélations entre asymétries anatomiques et latéralité fonctionnelle22.

Quelques hypothèses historiques et/ou saugrenues

  • 23 Vassal P. A. (1952), « Les asymétries normales du corps humain », in L'Attitude (journées médicales (...)

15Plusieurs auteurs ont cherché à établir des liens de cause à effet entre la disposition asymétrique des organes internes, notamment cardio-vasculaires, et la latéralisation fonctionnelle. Une hypothèse mettant en cause l'asymétrie des gros troncs artériels a été reprise par plusieurs auteurs. À la suite de Ogle, Lueddeckers et Bolks, P.A. Vassal23 a noté que « l'apport sanguin est plus fort dans le cerveau gauche et que les embolies y sont plus fréquentes ». Il en a déduit que « la grande fréquence des droitiers vient sans doute du fonctionnement plus précoce de l'hémisphère cérébral gauche dont la circulation sanguine est favorisée par le depart à angle droit de la carotide primitive gauche sur l'aorte ».

16Vassal rapporte également une étude de Vallois distinguant deux types de disposition anatomique de la carotide primitive gauche. Chez 10 % des Européens et des Japonais, la naissance de la carotide se ferait, d'après cet auteur, selon le type « gibbon », c'est-à-dire au même niveau que la carotide primitive et la sous-clavière droites, sur le tronc brachiocéphalique. Les 90 % restants, chez lesquels la carotide primitive gauche naît directement de l'aorte, correspondraient au type « gorille ». Ce dernier serait plus constant chez les Noirs (95 %). à ce jour, il n'a pas été prouvé que le type « gibbon » prédomine chez les gauchers.

  • 24 Hécaen H., Ajuriaguerra de J. (1963), Les Gauchers : prévalence manuelle et dominance cérébrale, Pa (...)

17D'autres auteurs insistent davantage sur une prépondérance unilatérale de la pression sanguine dans les membres supérieurs (Hyrtl, Trousseau, O'Connor, Gratiolet, Lombroso, cités par Hécaen et Ajuriaguerra24). Toutefois, on peut se demander si une telle différence latérale hémodynamique n'est pas la conséquence, plus que la cause, de l'asymétrie fonctionnelle. En effet, la dynamique sanguine pourrait dépendre du degré de développement trophique qui résulte lui-même de l'expérience active cumulée côté préférentiel. Des différences significatives de trophicité musculaire et parfois osseuse ont été souvent mesurées entre les deux côtés du corps en fonction de la latéralité manuelle. Ce phénomène affecte les travailleurs manuels au même titre que les sportifs.

  • 25 Hertz R. (1928), Sociologie religieuse et folklore : prééminence de la main droite, étude sur la po (...)

18Parmi les hypothèses pittoresques, n'oublions pas celle de While, déjà citée, qui suppose un processus « héliotropique » associant la latéralité manuelle au mouvement apparent du soleil. Une autre n'est pas moins originale. C'est celle de Thomas Carlyle, cité par Hertz25, qui fait découler la prépondérance des droitiers des techniques guerrières. Selon cet auteur, les armes – sabre, épée, masse, lance, sagaie, etc. – devaient nécessairement être maniées de la main droite afin que le bouclier protège le côté gauche, c'est-à-dire le cœur.

19À signaler encore une explication singulière concernant le sens de rotation préférentiel dont nous reparlerons plus loin. Nous verrons que la plupart des humains, et en particulier les droitiers, ont tendance à tourner plus spontanément vers la gauche, c'est-à-dire dans le sens anti-horaire. Or, certains auteurs contemporains, s'appuyant sur l'étude des châteaux féodaux édifiés début de second millénaire, considèrent sérieusement que les escaliers en colimaçon y étaient sénestrogyres « afin de permettre aux chevaliers d'être plus à l'aise pour tirer l'épée et la manier ». Hélas, cette interprétation ne peut s'appliquer qu'à ceux qui étaient censés monter, c'est-à-dire plutôt aux intrus mal intentionnés qu'aux défenseurs ayant aménagé les lieux !

L'inné, l'acquis et l'« aiguillage »

20Une revue des publications se rapportant à la latéralité manuelle depuis une quarantaine d'années montre l'évolution des idées sur les facteurs déterminants de la gaucherie. Implicitement considérée comme une sorte de déviance dans un monde de droitiers, la sénestralité a été attribuée, surtout entre 1960 et 1980, à l'hérédité. On en est beaucoup moins sûr aujourd'hui. Les hypothèses génétiques ont dû être révisées pour faire plus de place aux facteurs d'environnement. Il est probable, selon quelques données récentes, qu'il faudra s'intéresser davantage aux conditions éducatives et, particulièrement, aux premières interactions adultes-enfants pour comprendre certaines variations individuelles dans les processus de latéralisation fonctionnelle.

La sénestralité familiale

  • 26 Stern C. (1960), « A model of the inheritance of handedness and cerebral dominance », Nature, 204, (...)
  • 27 Annett M. (1967), « The binomial distribution of right, mixed and left handedness », Q. J. Exp. Psy (...)

21La notion d'une transmission héréditaire de la gaucherie manuelle transparaît implicitement depuis très longtemps dans des écrits plus ou moins spécialisés, mais c'est en 1960 que Stern26 évoque clairement une composante génétique de la latéralité. Il y voyait l'explication des cas de sénestralité familiale et, notamment, du fait que la plupart des enfants de deux parents gauchers sont aussi gauchers. Vers la même époque, Annett proposait également une interprétation génétique de la latéralité27 dont témoigneraient, en particulier, les proportions de paires droite-droite, droite-gauche et gauche-gauche chez les jumeaux monozygotes. Les faits, comme nous le verrons ci-après, ne confirmeront pas le schéma d'une telle distribution génétique et Annett modifiera plus tard son modèle interprétatif.

  • 28 Levy J., Nagylaki T. (1972), « A model for the genetics of handedness », Genetics, 72, p. 117-128.
  • 29 Hicks R. E., Kinsbourne M. (1976), « Human handedness : A partial cross-fostering study », Science, (...)

22Mais l'option innéiste était alors en voie de s'installer fermement dans l'opinion des spécialistes. En 1972, Levy et Nagylaki28 postulaient l'existence de deux gènes déterminant la latéralité. Peu après29, Hicks et Kinsbourne tendaient à conforter encore l'hypothèse génétique à partir d'une enquête sur la sénestralité familiale réalisée auprès d'étudiants de collège. Ils trouvaient notamment des corrélations entre leur latéralité et celle de leurs parents mais non celle de leurs beaux-parents.

  • 30 Agtmael T. V., Forrest S. M., Williamson R. (2001), « Genes for left-handness : how to search for t (...)

23Cette hypothèse d'un support génétique de la latéralité, sans être abandonnée30, n'est plus guère soutenue aujourd'hui par les chercheurs spécialisés. Non qu'elle soit passée mode – la mode influence fortement le choix des thèmes dans la recherche scientifique – mais parce que plusieurs études portant sur de grandes séries de jumeaux ont fini par ébranler de telles perspectives d'interprétation, au profit de facteurs d'environnement survenant très précocement. Mais voyons rapidement ce qu'il en est des jumeaux.

  • 31 Zazzo R. (1960), Les JumeauxLe couple et la personne, Paris, PUF.

24L'étude magistrale de Zazzo sur 2 355 paires de jumeaux31, dès 1960, aurait déjà dû faire douter les tenants d'un support génétique de la sénestralité qui s'attiraient alors un certain succès dans la presse, alimentant l'éternel débat sur l'inné et l'acquis. Zazzo trouvait 13,1 % de gauchers parmi 1 210 paires de jumeaux monozygotes, 11,2 % dans 1 145 paires de dizygotes et 12 % dans la population témoin. Le fait que les jumeaux monozygotes présentaient des latéralités différentes contredisait déjà formellement la théorie héréditaire. En outre, l'ensemble des résultats réfutait l'option des auteurs prétendant qu'il y avait globalement un plus grand nombre de gauchers chez les jumeaux. On le croyait alors et on l'expliquait comme un effet de leur fréquente disposition « en miroir », in utero, susceptible d'inverser la latéralisation de l'un par rapport à l'autre.

  • 32 Mc Manus I. C. (1980), « Handedness in twins : A critical review », Neuropsychologia, 18, p. 347-35 (...)

25Il n'y avait donc pas, en réalité, d'augmentation ni de variation significative du taux des gauchers chez les jumeaux. Mais ces données, d'importance majeure, sont passées inaperçues des chercheurs anglophones, alors plus motivés surfer sur la vogue des hypothèses génétiques. Il a fallu attendre vingt ans et travaux Mac Manus32 de séries de jumeaux pour que les mêmes résultats commencent à ébranler la conviction des milieux scientifiques concernés. Cet auteur constatait une distribution analogue du taux des gauchers manuels chez les jumeaux monozygotes, les jumeaux dizygotes et les singletons qui représentent les cas de survie d'un seul jumeau à la naissance.

  • 33 Corballis M. C., Morgan M. J. (1978), « On the biological basis of human laterality », in The Behav (...)
  • 34 Springer S. P., Searleman A. (1980), « Left-handedness in twins : Implications for the mechanisms u (...)
  • 35 Perelle I. B., Ehrman L. (1994), « An international study of human handedness : The data », Behavio (...)

26À présent, malgré l'obstination de certains défenseurs du modèle génétique33, un contre-courant scientifique semble prendre de la vigueur. Passant en revue quinze études sur ce thème, Springer et Searleman34 trouvent respectivement 14,5 %, 14 % et 8,5 % chez les monozygotes, les dizygotes et les singletons. La relative augmentation des gauchers qui s'y dessine n'est pas significative dans une région – l'Amérique du Nord – où l'on relève des taux moyens de 12 à 13 %. La moyenne de référence est plus proche de 10 % dans la population mondiale. Dans une récente enquête internationale plus étendue (1994)35, la fréquence des gauchers se maintient respectivement à 11,1 %, 11,9 % et 9,3 % pour chacun des trois groupes de jumeaux (monozygotes, dizygotes, singletons).

  • 36 Annett M. (1985), Left, Right, Hand and Brain : The Right Shift Theory, Londres, Lawrence Erlbaum A (...)
  • 37 Mc Keever W. F., Cerona L. J., Chase-Carmichael C. (2000), « Developmental instability and right sh (...)

27Tandis que la notion d'un support génétique de la sénestralité familiale perdait du terrain, Annett eut le courage d'abandonner ses hypothèses initiales pour proposer un modèle d'interprétation36 plus compatible avec les données d'observation. Selon sa théorie du déplacement à droite, cet auteur met désormais en avant le fait que ce n'est pas la latéralité manuelle qui est déterminée génétiquement mais la dominance cérébrale gauche pour le langage, celle-ci influençant la maturation individuelle à un stade critique du développement. La latéralisation manuelle qui devrait, sous l'effet du hasard, être partagée entre droite et gauche, se trouve ainsi entraînée secondairement vers la droite par la dominance hémisphérique gauche pour le langage. Ce modèle explicatif est également contesté avec les autres théories génétiques37, mais il nous suggère ici quelques commentaires.

28Dans cette perspective, les relations anatomiques croisées entre l'hémisphère et la main favoriseraient fortement la prévalence manuelle droite pour écrire. La dextralité apparaît ainsi surtout comme une formule a priori plus probable que la sénestralité. En conséquence, on peut s'attendre à voir la plupart des jeunes individus utiliser la main droite pour écrire avec, cependant, un certain taux de variabilité (de l'ordre d'un cas sur dix) débouchant sur l'usage de la main gauche. Ce modèle d'interprétation se rapproche sensiblement de mes conceptions. Les faits semblent démontrer, en effet, que nous naissons tous, ou presque, avec la potentialité d'être droitiers pour écrire. Cependant, il me semble un peu réducteur de prendre en compte la seule dominance gauche pour le langage comme facteur influençant la latéralisation périphérique.

29L'ontogenèse de la latéralité fonctionnelle témoignera ci-après d'ajustements posturaux asymétriques précoces, bien antérieurs au développement du langage, qui semblent conférer initialement aux segments corporels gauches une fonction prédominante de soutien. Celle-ci pourrait résulter d'une dominance de l'hémisphère droit sur le tonus périphérique durant les premières étapes de la motricité. L'hémisphère gauche ne tarde pas, de son côté, engager la main droite en direction des objets chez le nourrisson. La complémentarité fonctionnelle des hémisphères apparaît donc précocement, mais l'analyse des modalités d'acquisition par le jeune enfant de la station érigée suggère une primauté du processus postural. Un tel élément s'inscrit dans un modèle d'interprétation plus général, prenant en compte l'ensemble des fonctions asymétriques du système nerveux central, qui sera argumenté en fin d'ouvrage.

Les facteurs externes de la latéralisation

  • 38 Phylogenèse, ontogenèse et épigenèse : les débats historiques sur les parts respectives de l'inné e (...)

30Si l'on doit accorder, aujourd'hui, un rôle majeur à l'asymétrie préétablie – d'origine phylogénétique – des centres nerveux supérieurs dans la mise en place des prévalences latérales périphériques, on admet de plus en plus l'influence de certaines contraintes externes, physiques et sociales, sur l'évolution de la latéralité d'un individu au cours de l'ontogenèse38.

31Parmi les contraintes physiques, trois sortes de phénomènes seront cités ici. Les deux premiers sont souvent évoqués, mais restent hypothétiques. Il s'agit, d'une part, de certaines conditions mécaniques de l'accouchement, d'autre part, des postures induites par la mère selon la façon dont elle porte ou berce son nourrisson. Le troisième type de phénomènes physiques est mieux démontré. Il se rapporte aux lois de la pesanteur et à ses effets précoces sur l'organisation des postures usuelles. Une citation d'Alain en suggère la substance : « L'homme, en sa station debout, est un étonnant équilibriste. Il ne peut pas allonger le bras s'il ne penche son corps de l'autre côté. » Les gestes entrepris par la main préférentielle dépendent souvent, en effet, d'un positionnement approprié du corps entier.

32Les conditions mécaniques de l'accouchement sont fortement déterminées par la « filière » maternelle, c'est-à-dire par la conformation anatomique du bassin de la parturiente. Le fœtus se présente généralement par la tête (96 % des cas) dont on décrit quatre modes possibles d'orientation au début de l'expulsion. L'axe antéro-postérieur de la tête doit coïncider avec un diamètre oblique du bassin en raison de leurs formes et de leurs dimensions respectives. Des deux grands diamètres obliques, c'est le gauche – l'occiput passant sous l'arc antérieur gauche du bassin de la mère – qui est emprunté près de neuf fois sur dix.

  • 39 Churchill J. A., Igna E., Senf R. (1962), « Relationship between birth position and handedness », P (...)
  • 40 Gesell A., Ames L. B. (1947), « The development of handedness », Journal of Genetic Psychology , 10 (...)

33Churchill et ses collaborateurs39 ont cherché une éventuelle relation entre la présentation du fœtus et la latéralité manuelle ultérieure, testée l'âge de deux ans. Ils ont constaté que près des deux tiers des gauchers – 58 sur 93 – sont nés en empruntant le diamètre oblique droit du bassin de la mère, c'est-à-dire une voie peu fréquentée. Ces auteurs expliquent une telle donnée par une posture asymétrique du fœtus dans le canal pelvi-génital en relation possible avec la dominance latérale du réflexe tonique du cou du nouveau-né. Il est vrai que Gesell et Ames40 avaient déjà associé ce réflexe, observable dès la naissance, à la dominance manuelle ultérieure de l'enfant. Ces données, bien que très anciennes, ne sont pas totalement confirmées.

  • 41 Lockard I. S., Daley P. C., Gunderson V. (1979), « Maternal and parental differences in infant carr (...)
  • 42 Hopkins W. D., Bard K. A., JonesA., Bales S. L. (1993), « Chimpanzee hand preference in throwing an (...)

34On s'est parfois interrogé sur l'influence que pouvaient exercer les habitudes maternelles de maintien du bébé sur la latéralité future de ce dernier. Une observation conduite en 1979 par Lockard et ses collaborateurs41 a pu montrer un biais latéral gauche prédominant chez les parents dans la manière de porter leurs nourrissons. Depuis lors, plusieurs études ont porté sur des groupes de grands singes afin de mettre en évidence une éventuelle relation entre le mode de bercement ou de transport d'un bébé et la prévalence latérale ultérieure de celui-ci pour lancer des projectiles. Une revue de cette question publiée plus récemment42 montre qu'elle n'a pas trouvé de réponse satisfaisante.

35Une contrainte physique subie en permanence par notre corps est représentée par la pesanteur, cette constante de notre environnement à laquelle n'échappent que les cosmonautes, provisoirement. Les effets de la pesanteur nécessitent une spécialisation des segments porteurs dans une fonction de soutien, mais celle-ci est également biaisée par l'activité asymétrique des segments libres, notamment des mains. En conséquence, c'est l'ensemble de l'appareil locomoteur qui est soumis à des spécialisations latérales complémentaires. Les gestes finalisés de la main préférentielle sont, en fait, l'expression d'une somme d'actions partielles et la performance dépend d'une coordination globale. Mais quel est le primum movens de l'asymétrie ? Faut-il le chercher dans le contrôle de la main vers l'objet, du pied qui équilibre le corps, ou des deux à la fois, de façon conjuguée ?

36Un prochain aperçu de l'ontogenèse des asymétries fonctionnelles montrera que les réactions de soutien interviennent précocement dans une telle problématique. Au cours du développement individuel, va s'affirmer ensuite une spécialisation du membre inférieur gauche des droitiers pour des poussées dynamiques maximales en direction du sol, pour sauter par exemple. Dans cette voie, l'analyse des asymétries fonctionnelles observables dans les pratiques sportives nous donnera accès une typologie qui complète utilement l'approche de la latéralité manuelle.

  • 43 Une revue assez complète des règlements sportifs à la recherche de conventions pouvant favoriser le (...)

37En ce qui concerne les contraintes sociales, il faut surtout envisager les attitudes adoptées par les parents ou les enseignants lorsqu'un enfant doit aborder l'écriture. D'autres contraintes plus insidieuses sont liées aux outils et instruments orientés latéralement – ciseaux, tournevis, piano, etc. – ou à certains rituels – tenue à table, etc. –, avec des conséquences moins claires. Notons à ce propos que les pratiques sportives semblent n'influencer que très exceptionnellement la latéralité individuelle43.

38L'abord de l'acte d'écrire par un jeune enfant peut susciter des situations conflictuelles induites par le comportement des parents ou des enseignants. De nombreux enfants tendent spontanément à utiliser de façon alternée leur main droite et leur main gauche avant de parvenir à maîtriser la conduite d'un crayon. Ces tâtonnements ne manquent pas de donner lieu à quelques réactions d'inquiétude et parfois à des interprétations hâtives de la part des adultes. En effet, les relations adulte-enfant dans un tel contexte sont assez souvent dramatisées. La main adoptée pour écrire n'est pas toujours la plus apte à cette tâche. Son choix peut résulter de l'imitation du geste d'un parent, de sa représentation en miroir, mais aussi de l'occasion de se singulariser. Il en résulte finalement un certain nombre de latéralisations manuelles mal identifiées, voire paradoxales. Cependant, le jeune sujet se trouve alors étiqueté droitier, gaucher ou « mal latéralisé », ce qui n'est pas indifférent au départ de son insertion socioculturelle.

L'« aiguillage » vers la droite

39Durant des siècles, l'usage de la main droite pour écrire a été jugé a priori nécessaire pour tous les enfants. On n'hésitait pas, dans ce dessein, à attacher la main gauche des sujets récalcitrants dans leur dos. Une telle pratique est encore signalée parfois dans certaines ethnies pourtant très anciennement familiarisées avec l'écriture. De nos jours et dans notre culture, les attitudes pédagogiques ont beaucoup changé sur ce point. Nous verrons qu'il en résulte parfois un curieux paradoxe, assez malencontreux : l'obtention involontaire, chez des enfants droitiers, de l'usage de la main gauche pour écrire.

  • 44 Porac C., Coren S., Searleman A. (1986), « Environmental factors in hand preference formation : Evi (...)
  • 45 Switching : ce terme, dérivé de to switch (aiguiller), a été adopté par quelques auteurs anglo-saxo (...)

40En premier lieu, autour des années 1960, dans les pays occidentaux, divers troubles psychomoteurs de l'enfant furent attribués la sénestralité « contrariée ». Il en est résulté en général, et particulièrement en Amérique du Nord, une mise en cause des attitudes pédagogiques trop directives, notamment à l'occasion de l'apprentissage de l'écriture. Des enquêtes auprès d'étudiants44 ont établi, en effet, que 11,2 % d'entre eux jugeaient avoir été l'objet dans leur enfance de tentatives dites de switching45 pour leur main dominante, ces actions ayant réussi dans près de la moitié des cas (46,7 %). Il est ainsi apparu que 5,2 % des étudiants considéraient avoir été ainsi « aiguillés » vers la droite de façon plus ou moins arbitraire dans un contexte pédagogique.

41Les données de cet ordre ont connu une certaine faveur dans la presse et n'ont pas manqué d'influencer les attitudes à partir des années 1960. Ce qu'il faut en retenir ici est d'abord le constat du switching, son estimation – chargée de subjectivité – et, surtout, sa dénonciation dans une région du globe culturellement portée vers un certain libéralisme pédagogique. Il est cependant difficile d'en déduire le taux de gauchers ayant néanmoins résisté à de telles tentatives – s'ils s'en souviennent – et combien de droitiers potentiels, tardant à impliquer leur seule main droite dans l'acte graphique, se sont trouvés définitive aiguillés vers la gauche de façon insidieuse par des adultes craignant par-dessus tout de les « contrarier », donc avec les meilleures intentions du monde. Le constat de ce dernier point apparaîtra dans un prochain chapitre traitant d'enquêtes qui ont évalué de façon objective latéralité individuelle au-delà du cas de l'écriture.

  • 46 Perelle I. B, Ehrman L. (1994), op. cit.

42La conséquence d'un tel renversement de tendance semble déjà s'inscrire dans les variations du taux des gauchers d'un pays à l'autre. Voici, rangés dans l'ordre décroissant, les valeurs trouvées (en pourcentage de sujets écrivant de la main gauche) par Perelle et Ehrman, lors de leur récente enquête46, dans quelques pays qui se différencient assez bien culturellement : Canada, 12,8 ; états-Unis, 12,2 ; Angleterre, 11,2 ; Hollande, 10,8 ; Australie, 10,7 ; France, 7,8 ; Belgique, 7,5 ; Italie, 6,5 ; Nouvelle-Zélande, 6,5 ; Nigeria, 5,5 ; Espagne, 3,6 ; Turquie, 2,6 ; Mexique, 2,5 ; divers autres pays (petits lots de réponses), 6,3. Le taux moyen, dans cette population totale de 11 074 individus, est de 9,3 %. Il est intéressant de constater que les deux derniers pays cités sont les premiers pour le taux de sujets écrivant des deux mains : Turquie, 1,7 % ; Mexique, 1,3 %.

43Les auteurs de cette enquête ont aussi observé un taux plus élevé de gauchers chez les sujets ayant fréquenté une école publique (9,9 %) par rapport à ceux qui sont issus d'une école privée (6,9 %). Ils attribuent la réduction du taux des gauchers chez ces derniers à « une tendance hautement conservatrice des parents ». Les différences selon les pays semblent traduire un phénomène du même ordre, les gauchers apparaissant moins fortement représentés dans les contrées plus attachées à d'anciennes traditions éducatives.

  • 47 Halpern D. P., Coren S. (1988), « Do right-handers live longer ? », Nature, 333, p. 213.

44Une analyse des données tenant compte de l'âge des sujets permet, en outre, à Perelle et Ehrman de constater que le taux des sujets « switchés » vers la droite est moindre chez les sujets de moins de 30 ans (6 %) que chez les plus de 50 ans (8 %). Ce phénomène, probablement dû à l'évolution des attitudes éducatives depuis quelques décennies, augmente artificiellement le taux des droitiers dans une population âgée. Les auteurs voient là un argument qui semble invalider l'hypothèse selon laquelle les droitiers vivraient plus longtemps que les gauchers47.

45D'autres études rapportées plus avant confirmeront ces données. Plusieurs données récentes feront notamment apparaître que la gestion du langage dans les centres supérieurs n'a pas un caractère aussi focalisé et exclusif que le supposaient les schémas théoriques traditionnels. Cela justifie que je maintienne l'approche de la latéralité manuelle dans le cadre plus général des asymétries fonctionnelles.

L'aventure individuelle

46Ce qui précède rend surtout compte des conditions présidant à la latéralisation humaine ou, du moins, de ce que l'on en sait aujourd'hui avec plus ou moins de certitude. Nous avons aussi entrevu que l'histoire individuelle va faire intervenir en outre, au cours du développement, divers aléas apportant à certains d'entre nous un complément de singularité. Les asymétries fonctionnelles font bien partie de cette aventure. Elles se dessinent dès les premières étapes de l'ontogenèse dans des postures caractéristiques avant de s'inscrire plus nettement dans la motricité active. D'un individu à l'autre, des formules très diverses, plus ou moins efficientes en fonction des tâches abordées, peuvent résulter de ces modalités d'ajustement au milieu. Dans un tel contexte, il apparaîtra vite artificiel et stérile de persister à réduire la latéralité manuelle, comme c'est souvent le cas, au seul usage de la main pour écrire.

Les compétences du nouveau-né

  • 48 Les spécialistes du développement du nourrisson connaissent bien les caractéristiques de ces élémen (...)

47La motricité du nouveau-né a donné lieu à de nombreuses observations et descriptions cliniques entre 1960 et 1980. Il en est résulté une claire définition des critères de l'examen systématique qu'un pédiatre doit réaliser, en principe, dès les premières heures suivant la naissance. La mise en évidence des réflexes primaires et de certains automatismes remarquables permet d'évaluer le stade de maturation – relatif à l'âge – du système nerveux central. En recourant à des manœuvres appropriées, on doit retrouver ainsi des éléments fonctionnels48 qui témoignent de potentialités posturales et locomotrices essentielles. Celles-ci ne pourront s'exprimer de façon autonome et coordonnée, au cours du développement, qu'après leur intégration dans des programmes locomoteurs appelés par l'ontogenèse et progressivement ajustés la faveur des expériences actives quotidiennes.

  • 49 Bower T. G. R. (1974), Development in Infancy, San Francisco, Freeman ; idem (1978), Le Développeme (...)
  • 50 Trevarthen C., Hubley P. et Sheeran L. (1975), « Les activités innées du nourrisson », La Recherche(...)
  • 51 Bower T. G. R., Brougthon J.-M., Moore M. K. (1970), « Demonstration of intention in the reaching b (...)

48Bower49 et Trevarthen50 ont réalisé de belles descriptions de cette motricité primaire et de son évolution. Il y apparaît, en particulier, que l'on peut voir se réaliser précocement, dans certaines conditions d'examen, des performances motrices classiquement décrites à des stades ultérieurs du développement. Il suffit pour cela de faire intervenir un soutien approprié. L'exemple le plus banal est évidemment celui de la marche automatique que l'on met en évidence au cours des deux premiers mois de la vie en soutenant un enfant en posture érigée, les pieds prenant appui sur un plan horizontal ou légèrement incliné en « montée ». Un autre exemple avait été décrit, dès 1970, par Bower51 et ses collaborateurs. Si l'on installe un bébé d'une dizaine de jours de telle sorte que le tronc est soutenu et que main, bras et tête sont libres de bouger, on peut observer des mouvements de pointage surprenants : la main se dirige vers l'objet convoité aussi correctement que s'il s'agissait d'un enfant plus âgé.

  • 52 Amiel-Tison C., Grenier A. (1980), Évaluation neurologique du nouveau-né et du nourrisson, Paris, M (...)

49En 1980, Amiel-Tison et Grenier52 révélaient des comportements encore plus étonnants de nouveau-nés dont ils soutenaient simplement la tête. Il suffisait à l'examinateur de maintenir le crâne du bébé et d'attendre que celui-ci se tranquillise pour qu'apparaisse une gestualité efficace. Sous les termes de motricité libérée étaient alors décrites des performances remarquables lors d'interactions avec un objet attractif. Un nourrisson de moins de deux mois se révélait capable de porter convenablement sa main vers un jouet pour le toucher et parfois le saisir.

  • 53 La plupart de ces réactions se rattachent au réflexe de Moro qui se traduit, lorsqu'on fait subir a (...)

50Dans les conditions habituelles, durant les premiers mois de la vie, un nourrisson doit d'abord apprendre à stabiliser sa tête lorsque son buste est placé en position verticale. Au cours des premières semaines, en particulier, les réflexes d'équilibration du cou étant encore immatures, il se produit de grandes oscillations de la tête. Au-delà d'une certaine amplitude, les mouvements incontrôlés de cette extrémité céphalique – relativement lourde à cet âge – déclenchent de brusques réactions qui se communiquent aux membres supérieurs ou au corps entier53. Ces décharges toniques concernent surtout les extenseurs des membres et du tronc. Toute velléité de transport de la main vers un objet est alors interrompue par de brusques mouvements latéraux ou ascendants.

  • 54 Une analyse de ces processus a été développée dans Azémar G., « L'ontogenèse du comportement moteur (...)

51Réalisé avec délicatesse, le maintien de la tête du nourrisson placé en position assise, en supprimant les réactions parasites, permet à son système sensoriel – vision et proprioception – d'ancrer le mouvement sur une base stable. Le corps devient un support fixe, bien situé spatialement et fiable, pour transporter la main vers un objectif dès lors repérable dans le champ visuel. Ainsi se révèle l'existence, dans l'équipement du nourrisson, d'une potentialité sensorimotrice qui n'attend que des conditions favorables pour s'exprimer. Un tel processus est très représentatif de la dynamique de développement des aptitudes sensorimotrices chez l'enfant54. En fait, plus communément, les conditions requises pour qu'apparaissent ces aptitudes latentes sont apportées par la maturation de la fonction d'équilibration et l'obtention progressive d'une posture érigée stable.

Les premiers indices de latéralisation fonctionnelle

52Depuis quelques années, une acquisition marquante dans le domaine de la latéralité a consisté à admettre l'extrême précocité, longtemps méconnue ou sous-estimée, de manifestations posturo-locomotrices asymétriques. Dès les premières heures de la vie apparaissent des signes de prévalence latérale relevant de l'organisation du tonus et pouvant affecter la motricité primaire. On ne peut plus écarter le rôle éventuel de ces asymétries initiales dans la mise en place des prévalences fonctionnelles au cours du développement psychomoteur. L'émergence de la latéralité manuelle pour des gestes finalisés est probablement influencée, en effet, par l'asymétrie posturale qui l'a précédée.

  • 55 Melekian B. (1981), « Lateralization in the human newborn at birth : Asymmetry of the stepping refl (...)

53Dès les premiers jours de la vie post-natale, on peut observer des manifestations asymétriques singulières. Le réflexe de marche automatique – stepping reflex – été étudié par Melekian55 à la recherche d'une dominance latérale. Examinant 337 nouveau-nés normaux, nés terme, l'auteur a pu en tester 205 au cours des vingt-quatre premières heures de leur existence. Les autres ont été examinés, au plus tard, à une semaine d'âge. Dans 184 cas, l'étude a comporté trois épreuves successives. Il s'agissait de noter le côté – droit (D) ou gauche (G) – du premier pas du nouveau-né lors de la mise en évidence de ce réflexe selon le protocole défini par les traités classiques.

54On a relevé au cours des vingt-quatre premières heures :

  • dans le cas d'une seule épreuve : D = 86,6 %, G = 13,4 % ;

  • dans le cas de trois épreuves : DDD = 70,4 %, GGG = 2,8 %, mixte = 26,9 %.

55À une semaine :

  • dans le cas d'une seule épreuve : D = 87,1 %, G = 12,9 % ;

  • dans le cas de trois épreuves : DDD = 71,2 %, GGG = 2,4 %, mixte= 26,4 %.

56Pour les sujets testés d'une part le jour de leur naissance, d'autre part à l'âge d'une semaine, les résultats, sur trois épreuves, sont inchangés dans 75 % des cas. De telles données témoignent d'une véritable asymétrie fonctionnelle présente dès la naissance.

  • 56 Gesell A. (1938), « The tonic neck reflex in the human infant », Journal of Pediatrics, 13, p. 455- (...)
  • 57 Berthoz A. (1997), op. cit.
  • 58 Gesell A., Ames L. B. (1950), « Tonic-neck-reflex and sympathotonic behavior », Journal of Pediatri (...)

57Une autre manifestation asymétrique apparaît précocement, devenant plus nette encore à la fin du premier mois de disparaître rapidement. C’est le réflexe tonique du cou décrit par Gesell dès 193856 et que l'on a parfois appelé en France la « position d'escrimeur ». Berthoz57 l'évoque comme un exemple de synergie préfigurant certaines habiletés dynamiques de l'adulte. Il s'agit d'une attitude asymétrique observable en position couchée que l'on devrait, a priori, voir se produire de manière identique vers la droite et vers la gauche. Or, ce n'est pas le cas. Le maintien d'une rotation de la tête repose sur une augmentation du tonus corporel du côté où est tourné le visage et une diminution du côté opposé. Ayant noté une prédominance latérale de ce réflexe, Gesell et Ames58 lui ont attribué ultérieurement une valeur prédictive de la latéralité future du nourrisson.

  • 59 Konishi Y., Mikawa H., Suzuki J. (1986), « Asymmetrical head-turning of preterm : some effects on l (...)

58Une étude plus récente incluant un effectif de prématurés59 apporte du crédit à cette hypothèse ci-dessus. L'examen de l'attitude asymétrique de la tête chez quarante-quatre prématurés faible risque et cinquante-trois nourrissons à terme a permis d'établir la prédominance d'une rotation de la tête vers la droite, souvent accompagnée d'une posture asymétrique du tronc. Cette asymétrie s'est révélée plus nettement chez les prématurés que chez les nouveau-nés à terme. À l'âge de 9 mois, la préférence manuelle droite était plus marquée chez les nourrissons qui avaient présenté cette posture asymétrique et elle correspondait bien à l'orientation préférentielle de la tête.

  • 60 Azémar G. (1985), « Latéralité et efficience motrice », in La Psychopédagogie des activités physiqu (...)
  • 61 Idem (1976), « Contribution à l'étude de l'ontogenèse du comportement moteur de l'enfant », journée (...)
  • 62 Schaltenbrand, 1925 ; Magnus, 1926 ; Rademaker, 1926 ; Peifer, 1962 ; Bobath, 1972. Cités par Azéma (...)

59Signalons à ce propos quelques observations longitudinales que nous avons pu conduire sur des nourrissons, soit en crèche, soit au bord d'un bassin de natation adapté à de très jeunes enfants60. Dans l'une de ces études61, il s'agissait de préciser les étapes successives du réflexe labyrinthique de posture ou de redressement de la tête décrit dès 1925 par des auteurs pionniers dans ce domaine62. Ce réflexe ne fait pas partie de la motricité primaire, mais témoigne, au contraire, d'une aptitude acquise, d'une adaptation posturale aux conditions physiques rencontrées au cours du développement. Les cent dix-sept nourrissons que nous avons étudiés ont été testés régulièrement entre 3 et 6 mois d'âge. Il a pu être observé que la capacité de maintenir la tête verticale lorsque le tronc est incliné s'organise d'abord vers l'avant, puis vers l'arrière (3e mois), enfin sur les côtés (autour de 5 mois).

  • 63 Lacour M., Bonnet M., Roll J.-P. (1974), « Effets spinaux d'une stimulation vestibulaire électrique (...)

60Or, cette dernière étape se réalise de façon asymétrique. La majorité des enfants obtient d'abord le maintien vertical de la tête lors d'une inclinaison du tronc vers la gauche avant de l'assurer des deux côtés et dans toutes les autres directions. Le contrôle de la latéralité ultérieure de ces enfants quelques années plus tard a été malheureusement empêché par des obstacles institutionnels. De telles constatations globales sont toutefois à rapprocher des travaux mettant en évidence une dominance vestibulaire gauche comme trait caractéristique des droitiers63. Ce phénomène plus général sera analysé dans un autre chapitre.

  • 64 Azémar G. (1972), « La latéralisation et l'enfant d'âge préscolaire », in La Motricité de la naissa (...)

61À partir du sixième mois, l'enfant cherche à ramper et à se tenir assis. Lorsqu'il est tenté de saisir un objet, il doit concilier deux impératifs : stabiliser sa posture et approcher la main de l'objet pour s'en saisir. Cette double tâche est tout à fait caractéristique des conditions qui vont le conduire vers une asymétrie fonctionnelle dominante. Une étude de l'évolution des modalités de préhension a été réalisée en crèche avec des nourrissons du 7e au 9e mois d'âge64. Ils étaient placés plat ventre, un « boudin » sous la poitrine afin de dégager les bras, et face à divers petits objets attractifs. L'examen méthodique des initiatives motrices manuelles a confirmé nos hypothèses. Entre 7 et 9 mois, dès qu'ils parviennent à affiner la préhension en opposant le pouce et l'index – la pince de précision –, la plupart des nourrissons commencent à utiliser davantage la main droite pour saisir des objets fins. Cet engagement distinct de la main droite, constaté autour de 45 % à l'âge de 7 mois, dépasse le taux de 60 % au neuvième mois.

  • 65 Morange-Majoux F., Peze A., Bloch H. (2000), « Organisation of left and right hand movement in a pr (...)

62Cette observation, a été récemment confirmée par une autre étude longitudinale portant sur des nourrissons de 5 à 8 mois et recourant à un enregistrement vidéo, au moyen de deux caméras, des mouvements des membres supérieurs65. Les deux bras étaient comparés en analysant, image par image, les déplacements respectifs du coude, du poignet et du doigt majeur. Les données ont montré que les temps de mouvements sont en moyenne plus courts pour la main droite que pour la main gauche. En outre, la main droite est aussi plus efficacement orientée vers l'objet, avec un minimum de corrections. Remarquons, à propos de ces deux différences, que nous en trouverons des confirmations sous des formes abouties chez des sportifs adultes testés en laboratoire. Les auteurs en concluent qu'une organisation différenciée du mouvement entre main gauche et main droite apparaît précocement au cours du développement.

La différenciation droite-gauche

  • 66 Le concept de calibrage spatial, processus indispensable à la précision de nos gestes en direction (...)

63Il a été déjà évoqué, propos de la dualité droite-gauche dans notre culture, la notion implicite d'une référence à l'ordre fonctionnel. Chacun de nous perçoit qu'il est plus adroit ou plus attentif d'un côté que de l'autre. C'est, en quelque sorte, la perception d'un potentiel de performance sensiblement supérieur du côté de la main préférentielle. Ce point mérite cependant quelques commentaires qui devront encore renvoyer à certaines étapes de l'ontogenèse. En effet, cette perception n'est pas immédiate. Elle est issue de l'expérience active individuelle. Pour devenir de plus en plus efficace dans ses actions sur les objets proches, un enfant doit parvenir à calibrer66 son corps dans les trois dimensions de l'espace, mais la différenciation bipolaire de chacune de ces dimensions est une acquisition d'un autre ordre.

64Pour entreprendre de constituer une représentation cohérente de l'espace d'action, le nourrisson doit d'abord parvenir à contrôler certaines postures. C'est en assurant la verticalité de la tête qu'il peut obtenir l'horizontalité du regard et commencer ainsi, à partir de ses perceptions, à édifier en mémoire un cadre cohérent pour localiser les objets et ses propres gestes dans l'espace physique. Poursuivant des apprentissages par essais et erreurs, il organise progressivement un système de références à trois dimensions.

65Dans ce référentiel, l'axe vertical est rappelé en permanence par la perception de la pesanteur. Il en découlera la dualité haut-bas. Son intégration dans le système nerveux central est communément admise comme la plus archaïque. L'axe antéro-postérieur se construit secondairement, enrichi par les déplacements et les interactions avec les objets et les êtres proches. Il permettra la distinction devant-derrière grâce à la perception d'un champ antérieur où sont visuellement perçus les objets et les buts des déplacements. On ne peut regarder « derrière » qu'en tournant la tête. Mais c'est la locomotion qui contribue à meubler de façon plus ou moins riche cette dimension de l'espace.

66La différenciation droite-gauche est encore plus tardive et peut rester longtemps précaire chez certains individus. Elle suppose des traces mémorisées d'expériences relativement distinctes entre les deux côtés de corps. En pratique, chacune des mains doit avoir acquis un statut différencié, tant par sa spécialisation que par son potentiel de réussites ou d'échecs, en fonction des tâches. Ce marquage latéral différencié permet à chaque main d'être distinguée fonctionnellement, grâce à l'expérience active mémorisée. N'oublions pas, cependant, que les traits spécifiques apparaissant au niveau des mains sont eux-mêmes conditionnés par les spécialisations hémisphériques. Nous envisagerons plus loin les rapports complexes entre l'asymétrie centrale et ses manifestations périphériques.

  • 67 L'emploi du terme d'ambidextrie n'est pas toujours approprié. On qualifie souvent d'ambidextres des (...)

67Quoi qu'il en soit, de telles différences ressenties par le sujet servent probablement de base relativement concrète à la sémantique qui lui permet de distinguer un côté droit et un côté gauche. Certains sujets ne parviendront jamais à marquer ce bipôle de façon suffisamment contrastée. Secondairement, faute de pouvoir privilégier pour agir l'un des hémichamps latéraux, ils vont parfois se heurter aux difficultés d'une sorte d'ambivalence latérale. Cette manifestation d'ambidextrie67, au sens strict du terme, est plus un handicap qu'un avantage.

68Des ambidextres représentatifs de ce schéma théorique se disent plus ou moins perturbés quand il leur faut réagir à des injonctions verbales pour aller subitement à droite ou à gauche. L'un d'eux m'a décrit le subterfuge auquel il doit recourir dans un tel cas, par exemple lorsqu'il conduit une voiture. Pour répondre à la consigne « tourne à droite ! » ou « tourne à gauche ! », il doit se référer d'abord à l'évocation mentale de la main qu'il utilise pour écrire. C'est un moyen de recourir à une différenciation fonctionnelle latérale acquise à l'école, donc assez tardivement, qui lui sert de repère accessoire. Cette ambidextrie n'a pas empêché ce sujet d'être un excellent sportif, notamment en volley-ball, où la localisation de la balle et les positions respectives des joueurs s'inscrivent dans une fonction spatiale objective indépendante de la sémantique.

69Cet exemple du besoin de se réferer à un « vécu » proprioceptif témoigne par défaut du rôle facilitateur dévolu à une latéralité fonctionnelle bien affirmée pour associer un élément sémantique d'orientation au bipôle droite-gauche. Les sportifs se servant beaucoup des deux mains, mais pour des tâches différenciées, ne connaissent pas de difficultés d'orientation latérale pour obéir à des injonctions verbales. Plusieurs d'entre eux ont des formules de latéralisation œil-main-pied croisées, ce qui ne les empêche pas d'être très efficaces, comme nous le verrons, dans des tâches d'attention visuo-spatiale.

Expression périphérique de l'asymétrie fonctionnelle

70La croissance squelettique est soumise à une programmation génétique qui tend à respecter les lois d'une symétrie bilatérale. Une telle architecture facilite l'équilibration du corps érigé. La locomotion infléchit cette organisation, sans altérer sa symétrie, de façon à favoriser les déplacements vers le champ antérieur. La marche et la course font intervenir des mouvements segmentaires dont l'alternance régulière s'accommode bien d'un équilibre bilatéral. Mais des fonctions neuromotrices plus spécifiques ne tardent pas à introduire un biais asymétrique qui se révèle surtout dans des actions plus dynamiques. La latéralisation apparaît, en définitive, comme un moyen d'échapper à l'inertie. C'est déjà le cas, symbolique, du premier pas qui doit créer un déséquilibre pour amorcer le transport du corps.

Des postures dynamiques asymétriques

  • 68 Gesell A., Ames L. B. (1950), « Tonic-neck-reflex and symmetrotonic behaviour », Journal of Pediatr (...)

71La distorsion latérale de l'appareil moteur apparaît plus nettement lorsque sont recherchées des performances dans deux perspectives spécifiques. L'une a été évoquée, c'est celle qui s'applique à la manipulation des objets et ne tarde pas à placer la main dominante – plus rarement le pied qui jongle ou frappe – au pôle antérieur d'interaction du sujet avec les objets ou les êtres environnants. Cette voie s'illustre dans la précision et la virtuosité du geste. L'autre se rapporte aux poussées de soutien des membres inférieurs. Lorsqu'on recherche une poussée maximale tendant à vaincre les effets de la pesanteur, qu'il s'agisse de sauter ou de lancer haut et loin, une forte composante asymétrique se dessine également. Cette seconde voie s'illustre dans la force déployée instantanément. Entre les pôles de ces deux composantes – une main de lancer et un pied dominant, dit d'appel –, se manifestent des synergies rappelant la posture asymétrique du nouveau-né décrite par Gesell68 et souvent étudiée depuis lors.

72Il sera montré dans un chapitre ultérieur, consacré aux synergies observables en sport, comment l'orientation latérale et le déroulement temporel de ces composantes dynamiques, manuelle et podale, permettent une conjugaison optimale de leurs effets respectifs sur la performance. Une telle asymétrie fonctionnelle périphérique, témoin de l'asymétrie des centres nerveux supérieurs, s'illustre sous diverses formes dans les gestes des sportifs ou des travailleurs manuels (hache, pelle, pioche, scie, lime, etc.). Mais on peut l'observer dans l'activité posturale et motrice dès les premières années de la vie. L'activité ludique de l'enfant en révèle de nombreuses manifestations.

  • 69 Azémar G. (1982), « L'ontogenèse du comportement moteur », in Éléments de neurobiologie des comport (...)

73Tout au long des premières années de son développement psychomoteur, à la faveur de ses jeux moteurs multiformes, l'enfant ne va pas cesser de devoir concilier l'équilibration posturale et l'habileté gestuelle69. Plusieurs études conduites entre 1965 et 1980 dans des crèches et auprès d'enfants d'école maternelle m'ont permis d'observer des postures latéralisées déjà remarquables chez les nourrissons, mais nettement plus affirmées à six ans. Ainsi, les nourrissons assis prennent préférentiellement appui sur leur main gauche pour stabiliser leur posture et libérer leur main droite portée vers les objets. À l'âge de cinq ans, les postures préférentielles adoptées pour sauter, lancer et viser sont distribuées selon une typologie analogue à celle des sportifs entraînés.

  • 70 Idem (1975), « Latéralité et différenciation qualitative des conduites motrices », Revue de neurops (...)

74Ainsi, à l'occasion de diverses investigations réalisées en école maternelle en 1970-1975, nous avons pu tester 134 enfants de cinq ans. Les items retenus étaient analogues à ceux que j'avais pu valider précédemment auprès d'une population de 655 étudiants en éducation physique et sportive. Il s'agissait d'établir essentiellement les prévalences latérales aux niveaux de l'œil (tâches de visée), de la main (lancers de force et de précision, frappes) et du pied (en discriminant pied de frappe et pied d'impulsion). La distribution dans les huit modalités de combinaison possibles (DDD, GDD, DDG, etc.) s'est révélée étonnamment superposable d'une population à l'autre70. Or, les données classiques, à cette époque, tendaient à démontrer que la latéralité individuelle ne se déterminait pas clairement avant l'âge de 14 ou 15 ans.

75La comparaison de nos résultats avec ceux d'autres auteurs n'a pu être réalisée que sur la base des latéralités oculaire et manuelle. En effet, les batteries classiques en usage à cette époque n'envisageaient pas une latéralisation podale. Dans le tableau ci-après (tableau I), le contraste est, à première vue, surprenant entre les résultats antérieurs et les nôtres. C'est l'effectif homogène des droitiers DD (œil droit-main droite) qui semble tarder à s'étoffer sur la foi des approches classiques. La latéralité oculaire y est, au contraire, plutôt stable, hormis le taux surprenant attribué par Christiaens à des travailleurs manuels. On sait bien, à présent, que la dominance oculaire gauche (surtout représentée ici dans la formule GD) est trouvée hauteur de 25 à 30 % dans la quasi-totalité des études qui portent généralement sur des adultes. Il est donc remarquable, dans le tableau ci-après, que ce taux de latéralité oculaire se détermine dès l'enfance.

Tableau I – Évolution de la latéralité en fonction de l'âge : distribution des divers types d'association des prévalences œil-main (différents auteurs).

Auteurs

Âge

DD

GD

DG

GG

Autres

A. J. Harris (1961)

7 ans

34,4

29,5

4,9

8,2

23

A. J. Harris (1961)

9 ans

50

26

2,7

6,5

14,8

N. Galifret-Granjon (1961)

11-13 ans

52

21

8

8

11

L. Christiaens (1962)

Adultes (trav. man.)

58

14

1,5

4,5

22

J. et G. Azémar (1972)

5 ans

60,7

32,6

1,5

4,4

0,8

G. Azémar (1966)

Adultes (sportifs)

67,5

26,3

2,2

4

0

76Le contraste qui apparaît ici entre nos résultats et les autres porte donc sur l'évolution avec l'âge de la prevalence manuelle. Cela mérite quelques commentaires d'un certain intérêt quant aux processus de latéralisation individuelle. Une interprétation suggérée par ces données s'est confirmée ultérieurement. Le recours, dans les batteries classiques, à des items relevant de facteurs essentiellement culturels introduit un biais supplémentaire, un artefact indépendant de la spécialisation fonctionnelle latérale. En conséquence, on mesure alors le niveau d'apprentissage de l'item par le sujet et non la latéralité proprement dite de ce dernier.

77Pour illustrer mon propos, je vais prendre l'exemple de l'épreuve, très classique, de distribution de cartes. Dans ce test, un enfant de 6 ou 7 ans éprouve surtout des difficultés pour maintenir convenablement le paquet de cartes. Il le tient donc dans sa main préférentielle, en général la droite, et l'autre main parvient aisément à extraire la première carte qui se présente au-dessus du lot pour la poser sur la table. Avec le temps, le même enfant, plus exercé au maniement d'un paquet de cartes, va pouvoir confier cette tâche, devenue automatique, à sa main non préférentielle. Dès lors, sa main préférentielle s'approprie la part noble du geste, devenu symbolique, pour donner des cartes chargées de sens à des partenaires de jeu. La signification du geste a évolué mais c'est la même main, celle qui se prête le mieux au contrôle central, qui s'est portée vers le point critique, le pôle de la découverte.

78Entre ces deux étapes du développement individuel, que mesure-t-on ? L'évolution de la latéralité manuelle ? Probablement pas. Par vocation, la main préférentielle se porte en éclaireur sur le versant le plus difficile de la tâche, en position de découverte et d'ajustement. Un tel item ne peut rendre compte que des étapes conduisant à la manipulation maîtrisée d'un jeu de cartes, ce qui est une autre affaire. Il ne mesure qu'un processus d'apprentissage. Et il en est de même pour d'autres items traditionnels qui font intervenir des instruments socialement orientés (couteaux, fourchettes, ciseaux, etc.). Les critères que nous avons retenus dans nos évaluations ont pu surprendre les milieux spécialisés, voilà une trentaine d'années, mais ils s'inscrivent dans une perspective longitudinale et rendent compte, dès l'enfance, d'asymétries fonctionnelles profondément inscrites dans les rapports entre commandes centrales et coordinations intersegmentaires.

L'abord de l'écriture

  • 71 Lurçat L. (1964), « Étude de la motricité graphique : le contrôle des mouvements simultanés », Neur (...)

79Il apparaîtra un peu plus bas dans nos données statistiques un taux étonnant d'authentiques droitiers écrivant de la main gauche, tandis que le cas inverse, plus connu, est seul accusé de tous les maux par la psychopédagogie traditionnelle. Dans l'angoisse de « contrarier un gaucher », on conditionne ainsi, désormais, de vrais faux gauchers. Ces derniers trouvent certainement plus de difficultés écrivant de la main gauche que d'authentiques gauchers le faisant de la main droite. Il ne faut pas oublier que notre écriture a été conçue par des droitiers pour être pratiquée avec la main droite. Il en résulte des contraintes visuelles – ne pas cacher les mots avec la main qui écrit – et neuromotrices – direction dominante des « boucles » en écriture cursive – qui défavorisent l'usage de la main gauche. Les travaux de Liliane Lurçat71, dans ce domaine sont particulièrement éloquents.

  • 72 Azémar G. (1975), op. cit. ; idem (1985), « Latéralité et efficience motrice », in La Psychopédagog (...)

80Il est assez paradoxal de demander à un enfant de moins de 5 ans d'acquérir rapidement la maîtrise d'un crayon, voire d'un porte-plume, dans un contexte encore abstrait, sans lui avoir donné auparavant le temps d'explorer librement et largement ses capacités manuelles latéralisées dans des actions concrètes et globales, sur des objets plus spontanément attractifs. Quelques règles pédagogiques ont été précédemment proposées72 dans le dessein de favoriser l'accès d'un enfant à l'acte graphique sans dramatisation et du côté que lui dicte sa propre organisation latérale, exprimée dans sa cohérence fonctionnelle.

81L'approche de l'acte d'écrire est utilement précédée de jeux moteurs faisant intervenir des postures dynamiques asymétriques. Des gestes de lancer de petites balles (maniables d'une seule main), de frappes de balles au moyen de crosses ou de battes (saisies des deux mains), de saut de petits obstacles, etc., favorisent plus ou moins rapidement l'expression d'une asymétrie fonctionnelle cohérente sans qu'il soit nécessaire ni utile d'intervenir au titre de la latéralisation manuelle. Celle-ci se détermine ainsi dans le cadre d'une fonction globale, impliquant le corps entier selon un schème moteur centralement coordonné. Les deux hémisphères cérébraux y sont sollicités en coopération, avec leur spécificité respective.

82L'acte graphique proprement dit est d'abord proposé debout, face à une grande surface de papier disposée dans un plan vertical, et les deux mains chargées de menus objets : craies ou feutres de diverses couleurs, chiffons, etc. On retarde un peu la situation traditionnelle qui contraindra l'enfant à écrire sur une petite feuille dans un plan horizontal, abstrait, où il sera néanmoins question d'un « haut » et d'un « bas », et qu'il faudra aborder assis, la main rendue indépendante de tout contexte de coordination globale.

83Dans notre étape préparatoire, plusieurs tâches doivent se combiner logiquement pour faciliter l'écriture. Le système nerveux de l'enfant doit attribuer aux segments moteurs des rôles complémentaires afin de mieux distribuer l'attention dans un large champ. Il faut gérer simultanément l'équilibre du corps entier, la répartition entre les mains d'objets plus ou moins accessoires, et l'accompagnement postural des larges mouvements manuels d'écriture. La main qui joue ce rôle en définitive, dans de telles conditions, est plus probablement en accord avec l'asymétrie centrale bi-hémisphérique, où le langage occupe une position essentielle.

84Au total, tout bien pesé, les options latérales prises par les enfants ayant une expérience ludique variée l'approche de leur cinquième année sont très généralement efficientes et cohérentes. S'il reste de jeunes sujets hésitant encore à spécialiser une main pour écrire lorsqu'ils se trouvent assis devant leur table d'écolier, il devient alors pertinent, pour l'enseignant, d'encourager discrètement l'usage de la main droite. Il ne s'agit pas d'incitation autoritaire, ni de cautionner insidieusement le switching à ce stade. C'est plutôt l'occasion de s'attacher avec soin à cette étape délicate. Il faut surtout proposer à l'enfant le temps et les moyens de comparer le confort relatif apporté par chacune des mains pour former et suivre l'enchaînement des mots dans notre système d'écriture. Il faut aussi considérer avec lui, objectivement et sans dramatiser, les résultats obtenus. Son choix, quel qu'il soit au terme de ces procédures, devrait lui permettre une bonne insertion scolaire.

La maîtrise des instruments

85Les autres contraintes sociales sont liées soit aux outils ou instruments latéralisés, soit aux rites et conventions qui régissent certaines situations soumises au formalisme culturel. Le poids de ces contraintes sur le comportement des gauchers manuels a été souvent exagéré. Les poignées de main, le comportement à table ou les rituels religieux ne semblent pas entraîner une telle surcharge attentionnelle qu'il puisse en résulter des perturbations fonctionnelles durables. Quant aux outils, la gêne qu'ils risquent de susciter a pu donner lieu à la réalisation de quelques spécimens « pour gauchers » (ciseaux et autres ustensiles) mais il est difficile de généraliser une telle solution. Comment pourrait-on résoudre, dans cette voie, les problèmes attribuables au sens universel de rotation des vis ou à la disposition des manettes et pédales d'un pilote, par exemple ?

86En fait, l'emploi de tels instruments préorientés latéralement donne souvent lieu à des adaptations satisfaisantes sans efforts supplémentaires d'apprentissage. Beaucoup de gauchers y ont trouvé l'occasion d'exprimer leur originalité, voire leur potentiel créatif. La plupart des individus sont capables, s'ils y sont motivés, de perfectionner l'habileté de leur main non préférentielle pour une action spontanément réalisée de l'autre côté. Il arrive même que de tels transferts apportent des avantages secondaires. La pratique sportive nous en donnera quelques exemples éloquents.

87La plupart des instruments de musique sont latéralisés, avec des conséquences d'un autre ordre, parfois singulières, pour les gauchers. Au piano, la disposition des notes graves à gauche et des aigue¨s droite se prête généralement à la réalisation d'une ligne mélodique avec la main droite tandis que la gauche se trouve plutôt vouée un accompagnement rythmique ou à produire des accords mettant la mélodie en valeur. Une telle organisation de l'instrument s'accorde bien à l'asymétrie centrale et périphérique d'un droitier. Le cerveau droit peut ainsi assurer le support rythmique et harmonique tandis que le cerveau gauche conduit et module le cheminement mélodique. Pour les gauchers fortement latéralisés – mais ils sont rares –, le schéma d'organisation centrale de la motricité digitale se prête mal à un tel modèle. Le piano peut donc devenir pour eux, de ce fait, assez contraignant. Tous les instruments à cordes – guitare, violon, contrebasse, etc. – sont également latéralisés. On peut y inverser les positions des mains, mais il faudrait aussi inverser la disposition des cordes pour offrir à un gaucher des conditions instrumentales symétriques de celles d'un droitier.

88Les touches de nombreux instruments à vent sont aussi latéralisées. Il n'y a guère que les instruments de percussion, et encore les divers éléments des batteries sont-ils disposés a priori pour convenir aux droitiers. En fait, on constate généralement une excellente adaptation des gauchers à ces contraintes instrumentales, sans doute parce que leurs spécialisations fonctionnelles cérébrales diffèrent peu, en réalité, de celles des droitiers. Cependant, il en résulte souvent un style original ou une part supplémentaire de créativité comme le soulignent de nombreux témoignages recueillis dans mes investigations.

  • 73 Elbert T., Pantev C., Wrienbruch C., Rockstroch B., Taub E. (1995), « Increase cortical representat (...)
  • 74 Imagerie fonctionnelle par résonance magnétique.
  • 75 Giraux P., Sirigu A., Schneider F., Dubernard J.-M. (2001), Nature Neuroscience, 7, p. 691-692.

89Quoi qu'il en soit, la pratique instrumentale donne lieu secondairement à un remodelage spécifique des structures corticales contrôlant chacune des mains. Une étude récente73, portant sur un échantillon de neuf instrumentistes à corde droitiers, a permis de vérifier les effets centraux du rôle accessoire, mais complexe, joué par la main gauche avec de tels instruments. Recourant à une technique d'imagerie magnéto-encéphalographique (FMRI)74, les auteurs ont mis en évidence chez ces instrumentistes, par rapport à des témoins non musiciens, une extension et une plus grande réactivité des aires motrices correspondant à la main gauche dans l'hémisphère droit. Notons que, dans un autre contexte, la même technique d'imagerie a pu montrer une importante réorganisation du cortex moteur chez un patient ayant bénéficié auparavant d'une greffe des deux mains75.

  • 76 La notion de dominance manuelle est probablement plus pertinente, ici, que celle de préférence. Le (...)

90Ces données présentent un double intérêt dans la perspective abordée ici. En premier lieu, elles illustrent un mécanisme essentiel de l'ontogenèse : un processus acquis s'inscrit dans le système nerveux par un véritable remodelage structural. Dans l'exemple précédent de musiciens droitiers, une telle réorganisation, objectivée par l'imagerie dynamique n'affecte pas l'hémisphère dominant contrôlant la main droite. Elle concerne l'autre hémisphère, d'autant plus que la pratique musicale a été plus précoce et intensive. En second lieu, une telle donnée confirme l'importance qu'il faut accorder aux fonctions de la main non dominante76. Bien qu'elle intervienne « au service » des tâches apparemment conduites par la main dominante, celle-ci serait souvent impuissante sans la contribution de son « adjointe ».

  • 77 Peters M. (1981), « Attentional asymmetries during concurrent bimanual performance », Quarterly Jou (...)
  • 78 Idem (1983), « Differentiation and lateral specialization in motor development », in Young G., Sega (...)

91Des situations expérimentales soumettant divers groupes de sujets à des activités bimanuelles ont permis de mettre en évidence une asymétrie de l'attention portée simultanément aux deux mains77. Quand deux tâches relativement indépendantes sont effectuées en même temps, les performances sont meilleures si la main droite réalise celle qui demande le plus d'attention tandis que la gauche accomplit la plus automatique. Ce mécanisme central interviendrait, au cours du développement moteur, dans la différenciation latérale des mains78. De telles données confirment l'hypothèse sous-tendant notre propre démarche, décrite plus haut, pour aborder l'écriture avec de très jeunes enfants. Nous rencontrerons plus loin d'autres applications de cette forme dédoublée de contrôle central.

92Les asymétries fonctionnelles mises en jeu dans le domaine du sport relèvent du même type d'interprétation qui s'étend, en général, au corps entier. Les données objectives recueillies auprès de musiciens sur les effets centraux de l'expression musicale pourraient inspirer des recherches analogues auprès de sportifs très spécialisés.

Qu'est-ce qu'un gaucher ?

93La définition du « gaucher » entreprise à ce stade de notre parcours ne saurait être que provisoire. Elle sera complétée, sinon révisée, au moment des conclusions pour tenir compte d'évaluations objectives étayées par des contrôles expérimentaux sur les asymétries fonctionnelles. Pour l'instant, il convient de faire l'inventaire des idées générales sur le fait d'être gaucher ou droitier. Ces dernières relèvent souvent d‘un compromis entre le sens commun et l'opinion exprimée, de temps à autre, par des auteurs plus ou moins compétents dans ce domaine. Il faut bien admettre que les recherches spécifiquement consacrées à ce champ de connaissances sont longtemps demeurées plutôt rares, en raison même de la complexité des problèmes soulevés. Il existe de nombreux ouvrages de vulgarisation, mais leurs auteurs, souvent spécialisés dans d'autres perspectives de recherche, n'y traitent ce sujet que de façon marginale ou anecdotique. Il semble cependant qu'un intérêt assez neuf se dessine dans cette voie au moment où s'engage le xxie siècle.

94S'il est une démarche qui supporte mal un tel compromis entre le sens populaire et des données plus rigoureuses, c'est bien celle qui consiste à tenter de définir ce qui caractérise un gaucher. Pour le commun de nos contemporains, un gaucher est celui « qui se sert de sa main gauche », implicitement en des occasions où un droitier se sert de sa droite. Une telle définition semble limpide. En fait, rien n'est plus flou, mais on s'en contente pour étiqueter « gaucher » tout individu plus ou moins déviant par rapport au prototype du droitier. Les choses se compliquent vite, en effet, lorsque l'observation est un peu plus poussée. Ce comportement « contraire » des prétendus gauchers se vérifie rarement dans un très grand nombre de situations.

  • 79 Perelle I. B., Ehrman L. (1982), « What is a lefthander ? », Experientia, 38, Birkhäuser Verlag, Bâ (...)

95Un gaucher est, par définition, différent des droitiers, mais il est aussi, en général, différent des autres gauchers. On ne trouve pas chez ces derniers un prototype émergent comme chez les droitiers. Il est donc difficile de faire entrer un ensemble de gauchers dans une simple catégorie qui pourrait les représenter. Lorsqu'il arrive d'admettre un échantillon de gauchers dans les effectifs de sujets soumis à des épreuves en laboratoire, les analyses montrent toujours chez eux une variance des résultats mesurés nettement plus élevée que chez les droitiers. Définir clairement la gaucherie apparaît ainsi difficile. Les auteurs qui s'y sont risqués utilisent des détours assez surprenants79. Deux sortes de stratégies sont adoptées : soit passer en revue les attributs que l'on accorde en général aux gauchers, soit considérer les causes – souvent hypothétiques – de la sénestralité. Nous avons déjà évoqué ces dernières. Attardons-nous un peu sur les traits attachés la gaucherie.

Des étiquettes pour le gaucher

96Communément, le statut de gaucher est attribué à un individu par ses proches sans que quiconque ne se préoccupe d'en faire une évaluation objective. Pourtant, ce qualificatif marque une sortie des normes, source de difficultés. Il est probable, en effet, que l'usage préférentiel de la main gauche ne facilite pas l'ajustement d'un individu à son environnement culturel et technique. Cela pourrait même secondairement contrarier son épanouissement personnel. Dès lors, il suffit que surviennent les moindres difficultés coordination gestuelle pour que s'accumulent des qualificatifs assez flous mais plutôt dévalorisants : enfant dyslatéralisé, gaucher « contrarié », « faux » gaucher, etc. Dans les meilleurs cas, on plaidera le cas d'un gaucher « naturel » ou d'un « ambidextre », avec des issues aussi peu rassurantes. En effet, on y verra souvent la cause de divers troubles du comportement : dyslexie, bégaiement, retard mental, etc. Cet ensemble d'étiquettes plus pédantes qu'utiles, suspendues à l'entrée de l'école, n'est pas de nature à rassurer les sujets concernés. Elles peuvent, pour le moins, marquer les souvenirs scolaires d'un sentiment de marginalisation larvée.

97L'usage plus ou moins fréquent de la main gauche retient surtout l'attention lors de tâches unimanuelles. Il est moins évident dans des activités bimanuelles. Bien que ces dernières prennent aussi, le plus souvent, des formes asymétriques, les gauchers ne les abordent pas toujours dans une posture inversée par rapport à celle d'un droitier. C'est à partir de là qu'il y a lieu de s'interroger davantage sur les sources de la sénestralité manuelle. Dans des situations mettant en jeu le corps entier, la recherche d'un positionnement équilibré entraîne fonctionnellement les gauchers à se comporter assez souvent comme des droitiers sans que puisse être invoquée alors une quelconque pression de l'environnement socioculturel.

98Il faut admettre que les spécialistes de la latéralité, depuis quelques décennies, s'accordent de plus en plus à considérer qu'il n'y a pas d'archétype du gaucher, alors que c'est bien le cas pour le droitier. Nous verrons bientôt que les données statistiques rendent clairement compte de cela. Dès lors, il est aisé de comprendre pourquoi la plupart des chercheurs en neurosciences recourent à des populations de sujets droitiers pour tester leurs hypothèses en laboratoire, lorsqu'ils n'étudient pas la latéralité proprement dite. En prenant comme critère de sélection un indice de dextralité au-dessus d'un certain seuil, ils peuvent attendre des sujets des réponses plus homogènes, facilitant l'interprétation des résultats.

99Revenons un instant vers les attributs devenus familiers. On qualifie en général d'ambidextre celui qui semble en mesure de se servir aussi bien de l'une ou l'autre main dans son activité usuelle. Ce concept d'ambidextrie est de plus en plus écarté par les spécialistes, car il résiste mal à des observations plus précises. Pour le retenir, il serait souhaitable, par exemple, de vérifier que le sujet réalise chaque tâche aussi bien des deux mains et, surtout, qu'il ne change pas de main en fonction des tâches. En effet, dans le second cas, il s'agit en réalité d'une spécialisation différenciée des deux mains, ce qui n'est pas une véritable ambivalence. La plupart d'entre nous sont dans ce cas, à des degrés divers. Les deux mains interviennent de façon complémentaire, simultanée ou successive, dans nos gestes quotidiens. La notion de main préférentielle devrait être exclusivement associée des tâches exigeant et combinant plus ou moins une focalisation de l'attention, de la précision et des corrections de mouvement sous contrôle du regard. Les gestes automatiques ne devraient pas, en principe, en faire partie.

  • 80 Cité par Berthoz (1997), Le Sens du mouvement, op. cit.

100Quant à la capacité d'écrire aussi bien des deux mains, on sait qu'il suffit d'un entraînement approprié pour y parvenir. À la suite d'accidents, de nombreux blessés parviennent à écrire correctement avec la main non prévalente et parfois même avec le pied ou la bouche. Le neurophysiologiste russe Bernstein80 a montré, voilà plus de trente ans, que cette faculté repose sur un modèle interne. L'expression de ce modèle peut passer par des effecteurs différents, mais l'opération est contrôlée par un comparateur central. Ainsi, la signature d'un individu est réalisée de façon immédiate et bien identifiable avec sa bouche ou son pied. Cependant, il a été démontré que, s'il est droitier, son pied gauche et sa main gauche ont tendance à engager le mouvement à partir de sa représentation en miroir.

  • 81 Les écritures chinoise et japonaise exercent un minimum de contraintes latérales dans la mesure où (...)

101Léonard de Vinci a cultivé cette faculté de produire en miroir, avec sa main gauche, le modèle central de l'écriture, généralement intégré dans l'hémisphère gauche. C'est une sorte d'illustration des effets du transfert interhémisphérique d'un modèle interne. Les mouvements dans l'espace sont représentés dans les hémisphères de façon symétrique en référence au schéma corporel. Par ailleurs le langage, dans notre culture, est codé de façon à se dérouler dans l'hémichamp visuel droit à partir de l'axe du corps. Les mouvements fins de la main gauche étant contrôlés par l'hémisphère droit, le simple fait de devoir écrire de gauche à droite s'avère en contradiction avec le modèle81. Certes, un processus central de conversion du modèle représenté parvient sans doute, en pratique, à résoudre ce problème, mais le conflit est latent. Il faudra bien évoquer, à ce propos, les phénomènes de dyslexie si souvent attribués aux gauchers. Nous le ferons à propos de la latéralité oculaire qui pourrait être en cause dans un tel trouble fonctionnel.

102Il existe des moyens plus ou moins objectifs d'évaluer la latéralité. Encore faut-il auparavant s'accorder pour la réduire ou non à la préférence manuelle, voire au seul cas de la main qui écrit. Pour éviter l'emploi trop approximatif du qualificatif « gaucher », il faudrait non seulement contrôler la réalité d'une prévalence manuelle gauche mais surtout la quantifier pour la comparer au cas symétrique. Dans la pratique, on est conduit à mesurer le degré de cette sénestralité par rapport à la dextralité dominante. En fait, les études consacrées à ce domaine ont recours à diverses méthodes s'appuyant sur des critères différents. Une comparaison de ces modalités d'évaluation nous conduira nécessairement à relativiser la portée de chacune, selon les buts recherchés.

Les évaluations au moyen d'indices globaux

103La détermination d'un indice de latéralité permet de quantifier le degré d'inclination d'un individu à recourir soit au côté droit, soit au côté gauche dans son activité gestuelle. C'est une approche globale de la latéralité qui intègre plusieurs critères. Le résultat obtenu présente l'intérêt de tout résumer en une seule valeur numérique.

104Chaque individu peut ainsi se situer avec une précision apparente sur une échelle bipolaire. On pourrait aussi représenter cette valeur en degrés déviation angulaire par rapport à un axe médian qui évoquerait l'équipotentialité latérale. Cette perspective a le mérite de la simplicité. Elle quantifie un ensemble de traits donnant lieu habituellement à des appréciations qualitatives. Il faut cependant souligner ses faiblesses.

105Le premier défaut de cette méthode est de se référer implicitement à un modèle théorique symétrique. La réalité statistique est tout autre. Elle montre une distribution bien groupée côté des droitiers, mais extrêmement étalée sur le versant des gauchers. Ce constat pose en lui-même des questions d'un autre ordre, qui renvoient à un examen plus détaillé des particularités des gauchers, très variables individuellement selon les tâches. L'autre faiblesse de ce type de méthode provient du choix de la plupart des items constituant les inventaires usuels. Ils portent principalement sur des gestes ou des tâches très influencés par des facteurs socioculturels.

  • 82 Bishop D. V. M., Ross V. A., Daniels M. S., Bright P. (1996), « The mesurement of hand preference : (...)
  • 83 Oldfield R. C. (1971), « The assessment and analysis of handedness : The Edinburgh Handedness Inven (...)
  • 84 Les trois inventaires cités en tête dans l'étude de Bishop et alii totalisent 1 275 citations distr (...)

106En pratique, ces indices sont établis à partir de quelques inventaires de préférence manuelle ayant la faveur des publications scientifiques. Une étude récente82 révèle que, durant la période 1980-95, c'est l'inventaire Edinburgh handedness qui a très largement dominé dans les bibliographies. Ce questionnaire, dû a Oldfield83, fait appel, comme les autres84, une dizaine – ou plus – d'items conduisant à spécifier quelle main est préférentiellement utilisée dans un certain nombre de tâches usuelles, dont l'écriture. Pour chaque item, le sujet doit indiquer quelle est la force ou le degré de cette préférence par rapport à l'autre côté.

  • 85 Mc Manus I. C., Sik G., Cole D. R., Mellon A. F., Wong J., Kloss J. (1988), « The development of ha (...)

107Une critique fondamentale a été formulée par Mc Manus et alii85. Ces auteurs soulignent que la latéralité est une variable binaire et qu'il est trompeur de la mesurer sur une échelle continue. Se réclamant de ce qu'ils appellent l'hypothèse dichotomique, ils considèrent que quantifier la latéralité en intégrant plusieurs paramètres avec divers degrés conduit, en fait, à une perte d'information. Certes, je souscris pleinement à cette critique, mais il me semble d'autant plus paradoxal que ces mêmes auteurs envisagent de retenir essentiellement la main d'écriture, qu'ils considèrent comme un critère majeur.

  • 86 Crovitz R. A., Zenner K. (1962), « A group-test for assessing hand- and eye-dominance », American J (...)

108Bishop et alii contestent surtout le recours, pour chaque item, à plusieurs degrés de prévalence d'une main sur l'autre, par exemple : « La main droite toujours ? la plupart du temps ? souvent ? les deux mains également ? la main gauche la plupart du temps ? etc. » (Crovitz-Zenner scale)86 Une telle évaluation subjective de la relative fréquence d'usage de chaque côté leur apparaît factice. Ils considèrent que la meilleure voie pour mesurer la « force » de préférence manuelle pourrait être d'observer comment un individu est prêt à utiliser la main non préférée dans une tâche de saisie, mais il s'agirait alors d'une autre méthode. Or, il faut savoir que ces inventaires sont parfois utilisés dans des enquêtes réalisées par téléphone.

109Pour ma part, j'accorde à ces inventaires classiques l'intérêt de faciliter certaines comparaisons entre de larges effectifs de population, étudiés par des observateurs différents. Sur de telles bases, on peut brasser un très grand nombre de données, mais il ne faut pas espérer y trouver la moindre indication pour interpréter les facteurs de latéralisation et les variations individuelles. Il est vrai que le principal usage de ces instruments d'évaluation est de contribuer simplement à la sélection d'un échantillon homogène de sujets d'expérience. Ils peuvent aider, en effet, à écarter les individus qui n'atteignent pas un indice suffisant de dextralité. Cette précaution méthodologique permet à l'expérimentateur de réduire les risques de dispersion de ses données expérimentales.

110Pour entrevoir dans leur complexité les processus sous-tendant les comportements humains latéralisés, il faut, au contraire, s'attacher à saisir et à préserver un nombre suffisant d'informations sur les particularités individuelles. C'est le cas des divers profils que fait émerger une série de tâches dynamiques mettant enjeu les asymétries fonctionnelles globales. Sur de telles bases, l'évaluation individuelle fait intervenir des formules individuelles de latéralisation mettant en relation les prévalences latérales à divers étages de l'appareil perceptivomoteur.

Les formules individuelles de latéralisation

111Cette méthodologie est plus exigeante. Elle oblige parfois à recourir à des tests élémentaires pour répondre à certains items. Lors d'une passation en groupe, un superviseur est utile pour apporter quelques précisions et contrôler le déroulement des étapes découlant du questionnaire. Les données obtenues dans ces conditions sont assurément plus rigoureuses que celles résultant d'enquêtes téléphoniques et qui sont cependant citées sans réserves dans la presse spécialisée. Le protocole présenté ici, dont j'ai pu vérifier la validité sur plusieurs milliers d'individus depuis 1965, a permis de déboucher sur des comparaisons typologiques riches en informations quant à la coordination des asymétries fonctionnelles.

  • 87 L'écoute dichotique est un procédé expérimental permettant de soumettre en même temps les deux orei (...)

112Sur le versant moteur, les capacités manuelles sont envisagées dans leurs rapports avec les spécialisations podales. On sait que les quatre membres coopèrent en permanence pour assurer l'efficience du geste. Il est utile d'en répertorier les traits différentiels. Sur le versant perceptif, il est assez facile de tester la latéralité oculaire dont les effets semblent influencer les performances, notamment manuelles. Cela leur vaudra une bonne place dans un autre chapitre. La latéralité auditive est étudiée sur des bases analogues par certains spécialistes grâce à des procédés d'écoute dichotique87. Il en résulte des indications utiles sur les spécialisations fonctionnelles hémisphériques.

  • 88 Le vestibule comprend notamment, d'une part les canaux semi-circulaires, orientés dans les trois di (...)

113La fonction auditive ne semblant pas influencer sensiblement les prévalences latérales dans la pratique sportive, je ne l'ai pas impliquée dans mes propres investigations. L'oreille interne se trouve cependant concernée, par le biais de sa fonction vestibulaire88, dans de nombreuses habiletés mettant en jeu l'équilibre dynamique. En principe, il faut recourir à des moyens assez sophistiqués pour étudier les effets asymétriques d'une dominance latérale vestibulaire. On en trouve toutefois des manifestations indirectes dans certains items de notre inventaire qui contribuent à l'analyse des fonctions podales. Ainsi, la spécialisation d'un pied pour prendre une impulsion de saut ou pour centrer une rotation s'inscrit dans cette perspective. Une telle spécialisation est à distinguer formellement de l'usage d'un pied pour frapper une balle.

  • 89 « Les asymétries fonctionnelles », thèse de médecine, Paris, juin 1966.

114La mise en évidence d'une formule individuelle de latéralisation préserve les rapports réciproques des prévalences latérales à différents étages de l'appareil neuromoteur (œil, main, pied, etc.). La prise en compte de ces aspects qualitatifs de la latéralité se révèle essentielle en sport. Chaque formule peut avoir, nous le constaterons, ses avantages et ses inconvénients. Les pratiques sportives offrent un excellent terrain d'observation de ces phénomènes. Pour les aborder par cette voie, on peut recourir à mon questionnaire dont les bases ont été définies en 196 89. Quelques modifications y ont été apportées en 1990 afin de pouvoir associer un indice à chaque formule œil-main-pied. Dix items ont été retenus après évaluation et validation de leur potentiel discriminatif.

  • 90 Curt F., Mesbah M., Lellouch J., Delletolas G. (1997), « Handedness scale : how many and which item (...)

115Une telle méthodologie est en accord avec les conclusions d'une étude récente montrant que, dans ce type d'investigation, le nombre adéquat de critères de choix est de 10 à 12 items90. Cette version du questionnaire est présentée en annexe, précédée d'une notice destinée aux enseignants ou chercheurs souhaitant la mettre en œuvre sur des effectifs plus ou moins nombreux. Certaines précautions y sont rappelées afin de préserver la rigueur des données lors d'une passation en groupe.

Un nouveau regard sur la latéralité manuelle

116Toutes les conditions sont actuellement réunies pour que la notion de gaucherie soit dédramatisée. Chacun sait que le fait de privilégier l'une ou l'autre des mains pour certaines tâches ne traduit pas l'implication d'un seul membre ou d'un seul hémicorps. En outre, nous changeons assez facilement de main – ou nous associons les deux – pour de nombreuses activités familières. Dans le monde du sport, il apparaît aisément à l'observation que tous les segments de l'appareil locomoteur interviennent de façon coordonnée dans des actions partielles synergiques et complémentaires. L'analyse des gestes démontre que toute action asymétrique doit obéir à des lois d'équilibre dynamique qui engagent le corps entier au service de l'une ou l'autre main.

117La mise en évidence d'un rôle spécifique des segments dits « non préférentiels », chez les droitiers comme chez les gauchers, impose aux techniciens de la motricité de considérer plus objectivement les fonctions latéralisées. Les deux côtés du corps coopèrent dans l'action. Il n'y a pas un « mauvais » côté mais, au contraire, un côté de soutien – le gauche dans le cas des droitiers – capable de jouer un rôle essentiel dans l'équilibre du mouvement sans exiger une attention spécifique de la part du sujet agissant. Ce rôle a été dévalorisé parce qu'il passait inaperçu. Il est, en fait, indispensable à l'expression d'une prévalence du côté opposé, dit « préférentiel » ou « dominant ». Il en est la condition nécessaire et, peut-être, l'élément déterminant au cours de la latéralisation.

118Ainsi, les observations concrètes sur la latéralité ont suffisamment progressé, aujourd'hui, pour que les fonctions préférentielles d'une main ou d'un pied puissent être considérées avec moins d'idées préconçues que dans le passé, bien que cela soit loin de se traduire dans les faits quotidiens. La notion de gaucherie est encore envisagée de façon trop stéréotypée. Souvent réduite à des schémas simplistes, la latéralité est toujours susceptible de donner lieu, au moins implicitement, à des jugements de valeur arbitraires. L'ambiguïté du vocabulaire qui s'y rapporte entretient toujours la confusion dans cette voie.

119Dans les publications, qu'elles soient scientifiques ou de vulgarisation, le meilleur et le pire se trouvent encore associés la gaucherie. Le meilleur n'est pas nécessairement la part de génie que certains journalistes aimeraient pouvoir attribuer à la gaucherie de personnalités célèbres épinglées pour leur célébrité dans l'histoire des sciences et des arts. On sait que ces exemples ne résistent pas toujours à des études objectives. Le cas illustre de Léonard de Vinci lui-même devrait être étudié au-delà de son écriture en miroir, car la capacité de maîtriser une telle inversion de l'écriture n'est pas un privilège des gauchers. Il faut donc se tourner vers des performances pouvant être attribuées à la main gauche sans l'ombre d'un doute pour y chercher des arguments plus concrets.

120Depuis quelques décennies, le sport est devenu un spectacle assez prisé pour qu'un large public y admette l'étonnante réussite d'un certain nombre de gauchers. Cela a donné lieu, dans la presse, à quelques couplets dithyrambiques à leur gloire, comme s'ils marchaient directement sur les traces de Vinci. Ayant personnellement contribué à objectiver la réussite des gauchers dans certains types de compétitions sportives, je déplore que mes observations soient reprises, depuis peu, par des auteurs plus ou moins spécialisés, pour proclamer que les gauchers sont tout simplement avantagés en sport. Comment se protéger des généralisations abusives ? Il convient sans doute de relativiser les données et, pour cela, d'entrer dans des détails parfois rébarbatifs. C'est ce que je dois entreprendre à présent.

Notes

1 Berthoz A. (1997), Le Sens du mouvement, Paris, Odile Jacob, 345 p.

2 Azémar G. (1979), « Vers une étho-pédagogie », Travaux et recherches en EPS, Paris, INSEP, 4, p. 81-95.

3 Les procédures d'écoute dichotique consistent à faire entendre simultanément à un sujet, muni d'écouteurs, un message différent dans chacune des oreilles. On compare, en faisant varier les conditions d'attention, ce qu'il retient de l'un et l'autre de ces messages afin de mettre en évidence certaines prévalences latérales.

4 Geschwind N., Galaburda A. M. (1985), « Cerebral lateralization. Biological mechanisms, associations, and pathology : III », Arch. Neurol., 42, p. 634-665.

5 Kondepudi D. K. (1988), « Parity violation and the origin of molecular chirality », in Entropy, Information and Evolution : New Perspectives on Physical and Biological Evolution, B. H. Weber, D. J. Depew, J. D. Smith (éd.), Cambridge, The MIT Press ; Hegstrom R. A., Chamberlain H. P., Seto K., Watson R. G. (1988), « Mapping weak chirality of atoms », in American Journal of Physics, 56, 12, p. 1086-1092.

6 Chiralité (du grec kheir : main) : propriété de deux molécules dont chacune est respectivement l'image de l'autre en miroir, comme dans le cas de nos mains. Elles sont dites chirales. Par extension, beaucoup d'objets naturels sont dits chiraux lorsqu'ils se présentent ainsi sous formes droite et gauche.

7 Hegstrom R., Kondepudi D. (1990), « L’Univers asymétrique », Pour la science, n° 149, p. 100-107.

8 Brack A. (1998), « L'asymétrie du vivant », Pour la science, dossier hors-série : « Les symétries de la nature », juillet.

9 Annett M. (1987), « La latéralité manuelle des jumeaux : théorie du déplacement à droite », Bulletin de psychologie, t. XL, n° 381, p. 747-784.

10 Hopkins W. D., Bard K. A., Jones A., Bales S. L. (1993), « Chimpanzee hand preference in throwing and infant cradling : implications for the origin of human handedness », Current Anthropology, 14, 5, p. 786-790.

11 Calvin W. H. (1983), The Throwing Madonna : Essays on the Brain, New York, Bantam Books.

12 Fagot J., Vauclair J. (1988), « Handedness and bimanual coordination in the lowland gorilla », Brain Behav. Evol., 32, p. 89-95.

13 Idem (1988), « Handedness and manual specialization in the baboon », Neuropsychologia, 26, 6, p. 795-804.

14 Mc Neilage P. F., Studdert-Kennedy M. G., Lindstrom B. (1987), « Primate handedness reconsidered », Behavioral and Brain Sciences, 10, p. 247-303.

15 Ward J. P., Hopkins W. D. (1993) (éd.), Primate Laterality : Current behavioral evidence of primate asymmetries, New York, Springer-Verlag.

16 Azémar G. (1970), Sport et Latéralité, op. cit.

17 Geschwind N., LevitskyW. (1968), « Human brain, left-right asymmetries in temporal speech region », Science, 161, 3837, p. 186-187.

18 Wada J. A. (1971), « Morphological hemispheric asymmetry and cerebral speech lateralization », communication au séminaire de l'EPHE.

19 Le May M., Geschwind N. (1975), « Hemispheric differences in the brains of great apes », Brain Behav. Evol., 11, p. 48-52.

20 Habib M., Galaburda A. M. (1986), « Déterminants biologiques de la dominance cérébrale », Rev. neurol., 142, 12, p. 869-894.

21 Eidelberg D., Galaburda A.M. (1984), « Inferior parietal lobule. Divergent architectonic asymmetries in the human brain », Arch. Neurol., 41, p. 843-852 ; Corbeta M., Schulmang. L., Miazin F. M., Petersen S. E. (1995), « Superior parietal cortex activation during spatial attention shifts and visual feature conjunction », Science, 3 novembre, vol. 270, p. 802-805.

22 Kertesz A., Black S., Polk M., Howell J. (1986), « Cerebral asymmetries on Magnetic Resonance Imaging », Cortex, 22, p. 117-127.

23 Vassal P. A. (1952), « Les asymétries normales du corps humain », in L'Attitude (journées médicales FFEP), SDMS, p. 8-25.

24 Hécaen H., Ajuriaguerra de J. (1963), Les Gauchers : prévalence manuelle et dominance cérébrale, Paris, PUF, 172 p.

25 Hertz R. (1928), Sociologie religieuse et folklore : prééminence de la main droite, étude sur la polarité religieuse, op. cit.

26 Stern C. (1960), « A model of the inheritance of handedness and cerebral dominance », Nature, 204, p. 59-60.

27 Annett M. (1967), « The binomial distribution of right, mixed and left handedness », Q. J. Exp. Psychol., 29, p. 327-333.

28 Levy J., Nagylaki T. (1972), « A model for the genetics of handedness », Genetics, 72, p. 117-128.

29 Hicks R. E., Kinsbourne M. (1976), « Human handedness : A partial cross-fostering study », Science, 192, 192, p. 908-910.

30 Agtmael T. V., Forrest S. M., Williamson R. (2001), « Genes for left-handness : how to search for the needle in the haystack ? », Laterality, 6, 2, p. 149-164.

31 Zazzo R. (1960), Les JumeauxLe couple et la personne, Paris, PUF.

32 Mc Manus I. C. (1980), « Handedness in twins : A critical review », Neuropsychologia, 18, p. 347-355.

33 Corballis M. C., Morgan M. J. (1978), « On the biological basis of human laterality », in The Behavior and Brain Sciences, vol. 2, p. 261-336.

34 Springer S. P., Searleman A. (1980), « Left-handedness in twins : Implications for the mechanisms underlying cerebral asymmetry of function », in Herron J. (éd.), Neuropsychology of Left-handedness, New York, Academis Press.

35 Perelle I. B., Ehrman L. (1994), « An international study of human handedness : The data », Behavior Genetics, 24, 3, p. 217-227.

36 Annett M. (1985), Left, Right, Hand and Brain : The Right Shift Theory, Londres, Lawrence Erlbaum Associates.

37 Mc Keever W. F., Cerona L. J., Chase-Carmichael C. (2000), « Developmental instability and right shift theory hypothesis concerning correlates of familial sinistrality : Negative findings », Laterality, 5, 2, p. 97-110.

38 Phylogenèse, ontogenèse et épigenèse : les débats historiques sur les parts respectives de l'inné et de l'acquis dans le développement d'un individu ont pu être éclairés depuis une vingtaine d'années par le recours à ces trois concepts. La phylogenèse rend compte de mécanismes « précablés », figurant dans le programme de l'espèce, résultant de l'évolution des primates et témoignant des conditions d'adaptation de l'Homme à son milieu. De tels plans de câblage constituent les supports des modalités les plus probables d'interactions individu/milieu. L'ontogenèse fait la part des mécanismes appris, inscrits par le sujet dans son équipement neurologique, durant sa croissance, en réponse aux sollicitations plus ou moins aléatoires de son environnement. En fait, chaque individu doit recourir à l'expérience active pour exprimer et « actualiser » certaines des potentialités inscrites dans son programme de développement. On appelle épigenèse ce processus faisant essentiellement interagir l'inné et l'acquis sans privilégier l'un ou l'autre.

39 Churchill J. A., Igna E., Senf R. (1962), « Relationship between birth position and handedness », Pediatrics, 2, p. 307-309.

40 Gesell A., Ames L. B. (1947), « The development of handedness », Journal of Genetic Psychology , 10, p. 155.

41 Lockard I. S., Daley P. C., Gunderson V. (1979), « Maternal and parental differences in infant carrying : U.S. and African data », American Naturalist, 113, p. 235-246.

42 Hopkins W. D., Bard K. A., JonesA., Bales S. L. (1993), « Chimpanzee hand preference in throwing and infant cradling : implications for the origin of human handedness », Current Anthropology, 34, 5, p. 786-790.

43 Une revue assez complète des règlements sportifs à la recherche de conventions pouvant favoriser le côté droit ou le côté gauche des pratiquants n'a guère révélé que le cas du polo où, lorsque deux cavaliers sont en concurrence pour frapper une balle située entre eux, c'est celui qui a cette balle sur son côté droit qui est prioritaire. En tennis, l'ordre de succession des emplacements de service s'est révélé ne pas avantager les gauchers comme des techniciens et certains chercheurs l'avaient supposé.

44 Porac C., Coren S., Searleman A. (1986), « Environmental factors in hand preference formation : Evidence from attempts to switch the preferred hand », Behavio. Genet., 16, p. 251-261.

45 Switching : ce terme, dérivé de to switch (aiguiller), a été adopté par quelques auteurs anglo-saxons pour dénoncer les pressions exercées sur les enfants afin de les conduire a utiliser leur main droite de façon dominante.

46 Perelle I. B, Ehrman L. (1994), op. cit.

47 Halpern D. P., Coren S. (1988), « Do right-handers live longer ? », Nature, 333, p. 213.

48 Les spécialistes du développement du nourrisson connaissent bien les caractéristiques de ces éléments de motricité primaire observables, sous conditions d'examen appropriées, à divers niveaux segmentaires : agrippement, extension croisée, réactions de redressement du cou, marche automatique, etc.

49 Bower T. G. R. (1974), Development in Infancy, San Francisco, Freeman ; idem (1978), Le Développement psychologique de la première enfance, Bruxelles, P. Mardaga.

50 Trevarthen C., Hubley P. et Sheeran L. (1975), « Les activités innées du nourrisson », La Recherche, 56, p. 258-265, mai.

51 Bower T. G. R., Brougthon J.-M., Moore M. K. (1970), « Demonstration of intention in the reaching behavior of neonate human », Nature, 228, p. 5172.

52 Amiel-Tison C., Grenier A. (1980), Évaluation neurologique du nouveau-né et du nourrisson, Paris, Masson.

53 La plupart de ces réactions se rattachent au réflexe de Moro qui se traduit, lorsqu'on fait subir au nourrisson un déplacement vers le bas – comparable à une chute –, par une soudaine hypertonie avec extension du tronc et projection des bras sur les côtés.

54 Une analyse de ces processus a été développée dans Azémar G., « L'ontogenèse du comportement moteur », in Éléments de neurobiologie des comportements moteurs, Azémar G. et Ripoll H. (éd.) (1982), Paris, INSEP, p. 271-317.

55 Melekian B. (1981), « Lateralization in the human newborn at birth : Asymmetry of the stepping reflex », Neuropsychologia, 19, 5, p. 707-711.

56 Gesell A. (1938), « The tonic neck reflex in the human infant », Journal of Pediatrics, 13, p. 455-464.

57 Berthoz A. (1997), op. cit.

58 Gesell A., Ames L. B. (1950), « Tonic-neck-reflex and sympathotonic behavior », Journal of Pediatrics, 36, p. 165-178.

59 Konishi Y., Mikawa H., Suzuki J. (1986), « Asymmetrical head-turning of preterm : some effects on later postural and functional lateralities », Developmental Medicine and Child Neurology, 28, p. 450-457.

60 Azémar G. (1985), « Latéralité et efficience motrice », in La Psychopédagogie des activités physiques et sportives, P. Arnaud et G. Broyer (éd.), Toulouse, Privat, p. 395-414.

61 Idem (1976), « Contribution à l'étude de l'ontogenèse du comportement moteur de l'enfant », journées thématiques « Espace » (CNRS, Marseille), « Les coordinations visuo-motrices », Les Cahiers de psychologie, vol. 19, nos 3-4.

62 Schaltenbrand, 1925 ; Magnus, 1926 ; Rademaker, 1926 ; Peifer, 1962 ; Bobath, 1972. Cités par Azémar G., 1982, op. cit.

63 Lacour M., Bonnet M., Roll J.-P. (1974), « Effets spinaux d'une stimulation vestibulaire électrique chez l'homme : mise en évidence d'une prévalence vestibulaire et du rôle de la latéralisation motrice », Acta Oto-Laryngologica, 78, 5-6, p. 399-409.

64 Azémar G. (1972), « La latéralisation et l'enfant d'âge préscolaire », in La Motricité de la naissance à six ans, Paris, ENSEPS.

65 Morange-Majoux F., Peze A., Bloch H. (2000), « Organisation of left and right hand movement in a prehension task : a logitudinal study from 20 to 32 weeks », Laterality, 5, 4, p. 351-362.

66 Le concept de calibrage spatial, processus indispensable à la précision de nos gestes en direction des objets environnants, a été remarquablement analysé par Paillard J., notamment dans De l'espace corporel à l'espace écologique, Paris, PUF, 1974.

67 L'emploi du terme d'ambidextrie n'est pas toujours approprié. On qualifie souvent d'ambidextres des individus se servant des deux mains, mais pour des tâches bien différenciées. La pratique sportive en offre de nombreux exemples. Ce ne sont là que des effets des spécialisations hémisphériques.

68 Gesell A., Ames L. B. (1950), « Tonic-neck-reflex and symmetrotonic behaviour », Journal of Pediatrics, 36, p. 165-178.

69 Azémar G. (1982), « L'ontogenèse du comportement moteur », in Éléments de neurobiologie des comportements moteurs, G. Azémar et H. Ripoll (éd.), Paris, INSEP, p. 271-317.

70 Idem (1975), « Latéralité et différenciation qualitative des conduites motrices », Revue de neuropsychiatrie infantile, 23, 1, p. 13-21.

71 Lurçat L. (1964), « Étude de la motricité graphique : le contrôle des mouvements simultanés », Neuropsychologia vol. 1, 4, p. 251-267 ; idem (1972), « Contrôle de l'acte graphique et dominance hémisphérique », in Psychologie comparative et Art, Paris, PUF, p. 213-226.

72 Azémar G. (1975), op. cit. ; idem (1985), « Latéralité et efficience motrice », in La Psychopédagogie des activités physiques et sportives, Arnaud P. et Broyer G. (éd.), op. cit. ; (1980), La Fonction ludique, film réalisé en collaboration avec le Centre national de documentation pédagogique.

73 Elbert T., Pantev C., Wrienbruch C., Rockstroch B., Taub E. (1995), « Increase cortical representation of the fingers in string players », Science, vol. 270, p. 305-307, 13 octobre.

74 Imagerie fonctionnelle par résonance magnétique.

75 Giraux P., Sirigu A., Schneider F., Dubernard J.-M. (2001), Nature Neuroscience, 7, p. 691-692.

76 La notion de dominance manuelle est probablement plus pertinente, ici, que celle de préférence. Le présent exemple illustre bien la complémentarité des rôles joués par les deux côtés et hiérarchie des opérations réalisées simultanément. En fait, il s'agit d'une distribution différenciée l'attention entre les deux mains.

77 Peters M. (1981), « Attentional asymmetries during concurrent bimanual performance », Quarterly Journal of Experimental Psychology, 33A, p. 95-103.

78 Idem (1983), « Differentiation and lateral specialization in motor development », in Young G., Segalovitz S. J., Corter C. M., Threhub S. E. (éd.), Manual Specialization and Development Brain, New York, Academic Press.

79 Perelle I. B., Ehrman L. (1982), « What is a lefthander ? », Experientia, 38, Birkhäuser Verlag, Bâle (Suisse).

80 Cité par Berthoz (1997), Le Sens du mouvement, op. cit.

81 Les écritures chinoise et japonaise exercent un minimum de contraintes latérales dans la mesure où elles se déroulent de haut en bas et se prêtent mal à des formes cursives dans la conduite du mouvement de la main.

82 Bishop D. V. M., Ross V. A., Daniels M. S., Bright P. (1996), « The mesurement of hand preference : A validation study comparing three groups of righthanders », British Journal of Psychology, 87, p. 260-285.

83 Oldfield R. C. (1971), « The assessment and analysis of handedness : The Edinburgh Handedness Inventory », Neuropsychologia, 9, p. 97-113.

84 Les trois inventaires cités en tête dans l'étude de Bishop et alii totalisent 1 275 citations distribuées comme suit : Oldfield (1971) 72 % ; Annett (1970) 24 % ; Crovitz-Zener (1962) 6 %.

85 Mc Manus I. C., Sik G., Cole D. R., Mellon A. F., Wong J., Kloss J. (1988), « The development of handedness in children », British Journal of Developmental Psychology, 6, p. 257-273.

86 Crovitz R. A., Zenner K. (1962), « A group-test for assessing hand- and eye-dominance », American Journal of Psychology, 75, p. 271-276.

87 L'écoute dichotique est un procédé expérimental permettant de soumettre en même temps les deux oreilles à des stimulations auditives différentes, plus ou moins concurrentielles.

88 Le vestibule comprend notamment, d'une part les canaux semi-circulaires, orientés dans les trois directions de l'espace, sensibles aux accélérations angulaires ; d'autre part l'utricule et le saccule, sensibles aux accélérations linéaires verticales et horizontales.

89 « Les asymétries fonctionnelles », thèse de médecine, Paris, juin 1966.

90 Curt F., Mesbah M., Lellouch J., Delletolas G. (1997), « Handedness scale : how many and which items ? », Laterality, 2, 2, p. 137-154.

© CNRS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search