Version classiqueVersion mobile

L’homme asymétrique

 | 
Guy Azémar

Chapitre premier. La droite et la gauche en perspective

Texte intégral

La main gauche dans la préhistoire

1En fouillant dans notre passé lointain, nous chercherons des indices de l’implication relative de chacune des mains durant l’évolution de la lignée humaine. Après ces premières traces d’asymétries fonctionnelles, nous nous tournerons vers la symbolique qui s’y est bientôt attachée. Il s’agira notamment de traquer les préjugés qui se sont associés à la latéralité manuelle dans la plupart des cultures. L’histoire montre que le concept de latéralité a souvent suscité des interprétations manichéennes fondées sur des symboles socio-religieux. Ces distorsions ont pris beaucoup de poids en marquant le langage et en inspirant des classifications simplistes, toujours prisées par nos contemporains. De nombreux écrits actuels se réclamant de la science ne s’en sont pas réellement dégagés.

  • 1 Les correspondances politiques de cette polarité en sont un exemple pittoresque qui sera brièvement (...)

2La tentation a toujours été grande de faire déboucher l’usage de la main gauche sur des connotations restrictives ou dévalorisantes : la gaucherie n’est-elle pas à la sénestralité ce que la dextérité est à la dextralité, c’est-à-dire un terme dérivé dont le sens a quelque peu glissé ? Tout un symbolisme moral s’est attaché à la polarité droite-gauche1. Il se reflète bien dans notre vocabulaire qui entretient une dichotomie radicale entre certaines familles de termes, par exemple, d’une part, gauche, maladroit, sinistre, et d’autre part, dextérité, rectitude, droiture. L’étude des civilisations qui ont précédé les nôtres – ou les voisinent encore – fournit une abondante et pittoresque illustration de l’implacable ségrégation dont la main gauche a, très souvent, fait l’objet.

3La polarité sacrée entre les deux moitiés du corps apparaît comme un précepte socioculturel tenace et quasi universel. Certains auteurs du début du xxe siècle ont cru voir là un facteur ayant contribué à affermir chez l’homme la prévalence manuelle droite. Les données actuelles des neurosciences et les études comparées entre divers vertébrés nous montrent que la prédominance des droitiers n’a vraisemblablement pas eu besoin de ce renforcement car elle était potentiellement inscrite dans l’organisation bilatérale du système nerveux central, bien avant l’émergence des rites socio-religieux chez l’homme.

4Les études portant sur la latéralité dans la préhistoire demeurent assez rares et leurs résultats sont encore controversés. Cependant, cette voie de recherche est loin d’être close étant donné le renouvellement constant des sites de découverte. Les précautions prises lors de fouilles et les progrès des techniques mises actuellement au service de la paléontologie devraient contribuer à compléter nos connaissances dans ce domaine. On dispose de trois ordres de matériel d’étude pour se faire une opinion sur la main préférentielle de nos plus lointains ancêtres : les ossements d’hominidés, les peintures rupestres et les outils.

L’étude des ossements d’hominidés

  • 2 La plupart des paléoanthropologues admettent que les premiers hominidés bipèdes sont apparus il y a (...)
  • 3 En 1979, Mary Leakey a découvert de très anciennes empreintes de pas d’australopithèques bipèdes su (...)
  • 4 Leroi-Gourhan A. (1964), Le Geste et la Parole : technique et langage, Paris, Albin Michel.

5L’étude des ossements s’est surtout développée autour des découvertes réalisées, à partir de 1960, dans la basse vallée de l’Omo en Éthiopie2. L’examen de certaines pièces appartenant notamment aux ceintures scapulaire et pelvienne des hominidés a pu fournir de précieuses indications sur l’acquisition progressive de la bipédie3. L’évolution de la boîte crânienne a permis d’estimer l’augmentation de volume du cerveau en relation avec l’habileté manuelle et d’en déduire les modalités probables d’apparition du langage. Les travaux de Leroi-Gourhan4 ont bien mis en évidence les rôles fonctionnels réciproques de la main et du cerveau dans ce processus d’hominisation.

  • 5 Vassal P. A. (1952), « Les asymétries normales du corps humain », in « L’attitude » (Journées médic (...)

6La comparaison des mesures de longueur ou d’épaisseur des os longs des membres droits et gauches a tenté quelques chercheurs, mais n’a pu rendre compte de façon convaincante des prévalences latérales que pouvaient présenter les hominidés. La traduction des asymétries fonctionnelles dans la structure osseuse est toujours discrète et devient d’autant plus difficile à interpréter en paléontologie que le matériel d’étude s’y trouve souvent incomplet ou trop détérioré. Une étude déjà ancienne effectuée par Bo Ingelmark, citée par Vassal5, portait sur de nombreux squelettes bien conservés, mais beaucoup plus récents. Il s’agissait de 1 800 cadavres d’un charnier du Moyen Âge découvert en Suède. Des différences significatives de longueur des segments osseux des membres supérieurs ont été ainsi constatées en faveur du côté droit, mais la préhistoire échappe à cette méthodologie qui exige des spécimens à la fois nombreux, complets et homogènes.

  • 6 Saban R. (1990), « Veines méningées et langage articulé dans la lignée humaine », actes du colloque (...)
  • 7 Victorri B. (1997), « Débat sur la langue mère », Pour la science, dossier « Les langues du monde » (...)

7L’examen des crânes semble plus susceptible de livrer quelques indices de différenciation interhémisphérique chez les hominidés. Si l’on considère la rareté du matériel d’étude et la finesse des détails à comparer entre les deux côtés d’un crâne, il peut paraître improbable qu’un chercheur s’investisse dans cette perspective. Il en existe cependant et j’en ai rencontré un, passionné comme il se doit. Décrivant avec minutie la face interne des cranes de nombreux spécimens de la lignée humaine archaïque, R. Saban6 a pu relever, dans les empreintes des veines méningées, des indices sur l’évolution de l’encéphale. Selon ce chercheur, Homo erectus ne présentait pas encore de « quadrillage vasculaire » caractéristique dans les aires propres au langage – situées en règle dans l’hémisphère gauche –, mais avait déjà acquis une remarquable dextérité manuelle qui pouvait lui conférer des capacités spécifiques d’apprentissage gestuel. Toujours selon R. Saban, ce n’est qu’à partir des présapiens, il y a environ 100 000 ans, que se distingueraient les signes endocrâniens – latéralisés d’un véritable langage. Il semble confirmé, en effet7, que le langage se soit constitué vers cette époque, à partir de protolangages, chez diverses branches d’Homo sapiens archaïques. Il faudra encore attendre plusieurs dizaines de milliers d’années pour que les langues du monde puissent constituer, en s’associant de diverses manières, l’outil privilégié d’Homo sapiens sapiens.

  • 8 Le May M. (1982), « Morphological aspects of human brain asymmetry : an evolutionary perspective », (...)
  • 9 Holloway R. L., Delacoste M. C. (1982), « Brain endocast asymmetry in Pongids and Hominids : some p (...)
  • 10 Le May M. (1984), « Radiological, developmental and fossil asymmetries », in N. Geswind, A. M. Gala (...)
  • 11 Homo habilis, qui réalisait déjà des objets en pierre taillée et se tenait debout – tout en étant p (...)
  • 12 Les indices de latéralité dans le monde animal sont trop nombreux et divers pour être décrits ici. (...)

8Mais il y a une remarquable continuité dans ce biais latéral caractéristique de l’hominisation. Le May8, comparant les deux côtés d’un moulage endocrânien de l’Homme de Pékin (– 500 000 à – 600 000 ans), a observé, dans la région sylvienne, une asymétrie déjà similaire à celle de l’homme moderne. Des asymétries du même ordre ont également été constatées sur des crânes fossiles d’hominidés9 et même d’ancêtres de primates non humains10. Il est probable que le développement de l’habileté manuelle ne pouvait s’achever sans déboucher sur la prévalence d’une main allant de pair avec le perfectionnement du langage. Un tel processus s’est engagé, en fait, dès que s’est affirmée la station érigée11. La latéralisation du cerveau, bien que très liée au langage, n’est cependant pas réservée l’espèce humaine. On en connaît de nombreux exemples dans le monde animal et pas seulement chez les primates12.

  • 13 Steele J. (2000), « Handedness in past human populations : skeletal markers », Laterality, 3, p. 19 (...)

9De telles études des ossements recueillis par les paléontologues sont restées rares en raison des difficultés techniques soulevées par l’obtention d’indices significatifs d’asymétrie avec des moyens plutôt artisanaux. On peut espérer, à présent, un regain d’intérêt pour cette perspective qui semble pouvoir bénéficier de quelques techniques nouvelles13.

Les outils

10Une autre source de renseignements sur la latéralité dans la préhistoire peut être encore cherchée dans la conformation des outils. La littérature spécialisée signale la perfection de certains outils dès le Paléolithique ancien. Des indications sur les gestes asymétriques d’une population disparue peuvent apparaître, soit dans la forme plus ou moins orientée des outils utilisés, soit dans les empreintes latéralisées laissées par ceux-là mêmes qui fabriquaient les outils. Dans le premier cas, on considère la meilleure adaptation de l’outil fini à l’une ou l’autre des mains – poignées « anatomiques » ou « ergonomiques », par exemple – ou encore la disposition des traces d’usure. Dans le second cas, après avoir inventorié scrupuleusement les moindres vestiges trouvés dans l’atelier d’un facteur d’outils, on étudie la configuration des éclats pour en déduire le geste de l’artisan ayant frappé le bloc de silex.

  • 14 Gibbons A. (2000), « Chinese stone tools reveal high-tech homo erectus », Science, 287 (5458), p. 1 (...)

11On date classiquement de 200 000 à 300 000 ans les outils de pierre de type dit acheuléen, les premiers ayant été trouvés en 1872 dans les alluvions de la Somme, à Saint-Acheul. Il s’agit de grattoirs, hachereaux, burins, taillés en biface et souvent en forme de fer de lance. Mais les mêmes outils servant à racler les peaux, à travailler le bois ou à couper des végétaux, étaient également produits en Chine il y a 800 000 ans14. En fait, un outillage plus rudimentaire avait déjà été utilisé bien plus tôt sur le continent africain. Des investigations récentes dans la région de la Rift Valley, à l’est de l’Afrique, où les premiers représentants du genre humain se sont distingués des autres primates, ont mis au jour, outre des gisements de galets taillés, un véritable atelier où la taille obéissait clairement à un schéma de débitage élaboré et systématiquement répété. Plus de soixante galets, datés de 2,34 millions d’années (plus ou moins 50 000), y ont été recueillis. Parfois une trentaine d’éclats avaient été enlevés à la pierre brute.

12Ces découvertes relancent le débat sur les rapports déterminants entre l’homme et l’outil. Les vestiges de plusieurs espèces d’australopithèques, vivant à la même époque, ont été exhumés dans ces parages. La plupart, sinon toutes, fabriquaient des outils. Homo habilis, leur contemporain, n’est donc peut-être pas le premier tailleur de pierre, même si son cerveau était près de 50 % plus grand que celui des australopithèques. Il est également vrai que, de nos jours, les primates non humains témoignent eux-mêmes souvent d’une véritable capacité à inventer des outils.

  • 15 Rugg G., Mullane M. (2001), « Infering handedness from lithic evidence », Laterality, 3, p. 247-259
  • 16 Roche H., citée par Pelegrin J. (1990), « Prehistoric Lithic Technology : Some aspects of Research  (...)
  • 17 Toth N. (1985), « Archeological evidence for preferential right-handedness in the lower and middle (...)

13Les outils du Paléolithique, bien que sommaires, nous permettent donc d’entrevoir la latéralité de ceux qui les fabriquaient15. La frappe du silex produit des éclats orientés latéralement de telle sorte que l’on peut en déduire la posture adoptée et les rôles différenciés des deux mains dans ce travail de façonnement. Actuellement, quelques chercheurs se sont attachés reconstituer ces techniques qui remontent à près de 3 millions d’années16. Selon N. Toth17, même si tout n’a pas été éclairci dans ce domaine, il faut admettre que ces populations précoces de fabricants d’outils paraissent avoir déjà été constituées en majorité de droitiers.

  • 18 Calvin W. H. (1983), The Throwing Madonna : Essays on the Brain, New York, Mc Graw Hill ; Falk D. ( (...)
  • 19 Leroi-Gourhan A. (1964), op. cit.
  • 20 Piveteau J. (1991), La Main et l’Hominisation, Paris, Masson.

14Extrapolant dans cette perspective, d’autres auteurs18 émettent l’hypothèse suivante. Il y aurait eu dans l’évolution des premiers hominidés fabricants d’outils une première étape de latéralisation dans le cerveau qui pourrait avoir été une préadaptation pour d’autres fonctions, incluant le langage. Précédé par des protolangages, celui-ci aurait atteint ainsi un stade plus élaboré, il y a environ 100 000 ans. On peut regretter que les auteurs anglo-saxons mentionnent rarement, à ce propos, les remarquables études et arguments de A. Leroi-Gourhan sur l’émergence du langage19 et de J. Piveteau sur la part de la latéralité dans l’hominisation20. L’essentiel de ces schémas interprétatifs sera évoqué à propos des processus impliqués dans l’émergence de la latéralité chez l’homme parmi les primates – phylogenèse – et, sur un autre plan, pour chaque individu – ontogenèse – au cours de son développement.

  • 21 Cité par Hertz R. (1928), Sociologie religieuse et folklore (Prééminence de la main droite – étude (...)

15Au Néolithique, le perfectionnement des outils, des techniques de chasse et de culture confirme cet aspect latéralisé des conduites humaines. Mais c’est surtout l’âge du bronze qui apporte le plus de témoignages directs en faveur d’une dextralité dominante. Il est probable que la reproduction et la transmission d’un outil avantageux aient pu, dès lors, engager ses utilisateurs, quelle que fût leur préférence individuelle, à s’en servir avec la main pour laquelle il avait été conçu. Ce principe pouvait s’appliquer, d’une certaine manière, aux armes. Citons, pour mémoire, la vénérable hypothèse de Thomas Carlyle21 qui accordait aux techniques guerrières une influence « vitale » sur la latéralité. Les armes – sabre, épée, masse d’armes, lance, sagaie, etc. – seraient historiquement maniées de la main droite afin que le bouclier protège le côté gauche, c’est-à-dire le cœur. Une telle voie d’interprétation, en quelque sorte « tactique », mais plutôt simpliste, de la latéralisation dominante des combattants est abandonnée depuis longtemps.

16Il reste que le rôle attribué aux poignées « anatomiques » – plus souvent réalisées par des droitiers – dans une éventuelle extension de la dextralité est loin d’être démontré. Cette hypothèse suppose qu’un dispositif de saisie conçu pour la main droite a pu freiner l’usage de la main gauche. Certes, les problèmes posés par l’ajustement de la main aux modalités prise d’un instrument latéralisé surviennent encore de nos jours avec l’emploi des ciseaux, tournevis, tire-bouchons et autres outils d’usage quotidien. On peut même admettre que la fréquence de telles contraintes n’a jamais cessé de croître, surtout avec la généralisation de l’écriture. Or, le taux des gauchers manuels semble demeurer remarquablement stable à travers les siècles et les cultures.

Les peintures rupestres

  • 22 Subirana et Moragas ont relevé sur les parois des cavernes d’Espagne quatre archers sur onze tenant (...)
  • 23 Delluc B. et G. (1992) signalent deux sujets représentés Laussel et six aux Eyzies, tenant ainsi un (...)

17Les productions peintes sur les parois des grottes livrent un certain nombre d’indices sur la latéralité de nos ancêtres à partir de – 30 000 ans. On pourrait être tenté de se fonder en priorité sur des représentations d’individus en action – chasseurs maniant une arme22 ; silhouettes portant un bâton sur l’épaule23 –, mais elles sont rares et peu probantes. Des indices plus fertiles sont fournis par les représentations des mains elles-mêmes sur les parois. Plusieurs auteurs se sont attachés les inventorier car elles sont assez fréquentes. Comment savoir, à partir de ces productions picturales, plutôt sommaires, souvent constituées d’un simple contour de la main, si l’auteur – ou le modèle – était droitier ou gaucher ?

18En fait, les mains dont le contour est le mieux souligné sont, en général, dessinées au pochoir, par projection d’une couleur liquide. Pour les spécialistes, il s’agit alors de mains « négatives ». Elles sont dites, au contraire, « positives » quand il ne s’agit pas d’un simple contour, mais d’une surface peinte ou quand leur représentation sur la paroi est une empreinte laissée par des mains préalablement enduites de couleur. Dans ce dernier cas, la paume s’imprime plus fortement que les doigts. Pour identifier ces motifs comme mains droites ou gauches, il faut cependant faire quelques suppositions qui méritent d’être précisées.

  • 24 Clottes J. et Lewis-Williams D. (1996), Les Chamanes de la préhistoire. Transes et magie dans les g (...)
  • 25 Groenen considère que la position relative du pouce est le seul critère objectif qui puisse être re (...)

19Le plus souvent, l’artiste – ou le chamane24 – s’est probablement servi de sa propre main. Les techniques utilisées pour de telles représentations tendaient à faire de la main elle-même un véritable instrument : un pochoir pour les mains négatives, un tampon pour les mains positives. Dans de rares cas, cependant, la main d’un enfant a pu être appliquée sur la paroi à côté de celle de l’adulte. Pour identifier le côté auquel la main appartenait, on doit aujourd’hui tenir compte de la position du pouce25. C’est relativement simple, si l’empreinte est assez complète, pour les mains positives où la paume souligne la base du pouce. Mais c’est plus problématique et sujet à controverses dans le cas des représentations négatives, car il faut alors supposer que la main était appliquée sur la paroi par sa face palmaire.

  • 26 Les techniques d’exécution des peintures rupestres ont été remarquablement étudiées par Barrière C. (...)
  • 27 La technique au pochoir a été aussi utilisée pour des peintures rupestres plus récentes observées e (...)

20Cette hypothèse, rarement évoquée par les spécialistes des grottes ornées, ne sera pas contournée ici car elle offre une intéressante occasion de décrire l’asymétrie caractéristique des gestes humains. Elle conditionne ici une attitude répondant aux lois de la coordination bimanuelle. L’appui de la main modèle par sa face palmaire sur la surface rocheuse contribue à stabiliser la posture de l’exécutant tandis qu’il manipule, avec l’autre main, la couleur qu’il va souffler sur le pourtour26 au moyen d’un tube en roseau27. Chez tous les primates, la paume est une surface d’appui. On conçoit mal qu’une telle attitude admette l’application du dos de la main qui, n’adhérant pas à la paroi, rendrait alors plus difficile le maintien de la position. La coordination de nos gestes a très généralement recours à un principe d’économie qui serait ainsi curieusement mis en défaut.

  • 28 Verbrugge A. R. (1976), « L’orant n’est pas un thème religieux », IXe congrès de l’UISPP, novembre (...)
  • 29 Barrière C. (1976), Monographie, Institut d’art préhistorique de Toulouse.
  • 30 Clottes J. et Courtin J. (1992), La Grotte de Cosquer, Paris, éditions du Seuil. On pourrait ajoute (...)

21Les mains dessinées en négatif sont particulièrement fréquentes sur les parois des nombreuses grottes du sud-ouest de la France et du nord-ouest de l’Espagne. Inventoriant les représentations de ce type dans dix-sept grottes, Verbrugge28, en 1976, en dénombrait 298, dont 216 identifiables comme mains gauches et 43 comme mains droites. Dans la seule grotte de Gargas, 136 mains gauches sont ainsi dessinées au pochoir contre 22 mains droites29. Dans la grotte de Cosquer, révélée en 1991 par des plongeurs spéléologues, on dénombre encore 34 représentations de la main gauche contre seulement quatre de la main droite30,

  • 31 J. Clottes m’a communiqué personnellement ces données par écrit en 1995.
  • 32 Douze analyses ont été réalisées, au moyen du carbone 14, sur huit échantillons de peintures de la (...)

22La récente découverte – décembre 1994 – des exceptionnelles peintures de la grotte de Vallon-Pont-d’Arc a rapidement débouché sur de nombreuses données intéressantes. J. Clottes a d’abord décompté, lors d’un premier inventaire provisoire31, « quatre négatives (une droite et trois gauches, dont une avec un doute relatif) et cinq positives (une droite et quatre gauches, dont une avec un doute) ». Ces dernières pourraient avoir été commencées au pochoir complétées ensuite. La datation32 peintures de Vallon-Pont-d’Arc a permis de démontrer qu’il s’agit des plus anciennes trouvées à ce jour. Réalisées plus de 30 000 ans avant notre ère, elles sont donc antérieures à celles de la grotte de Cosquer et beaucoup plus anciennes que celles de Lascaux (respectivement 27 000 et 15 000 ans avant notre ère).

23Quelques grottes, comme celle de Bara-Bahau, contiennent des représentations gravées de la main sur la paroi friable. Sur le plan technique, on admet, lorsqu’elles sont en grandeur nature, que l’autre main en a tracé le contour au moyen d’un stylet en silex. Dans certaines grottes, un modelé a la peinture est venu contraster ce contour. Les mains gravées sont toutefois trop rares pour autoriser des conjectures sur la latéralité manuelle de leurs auteurs.

  • 33 « Les chamanes de la grotte Chauvet », De Roux E. (Le Monde, 15 janvier 1999).

24Récemment33, des collaborateurs de J. Clottes ont relevé, sur un panneau de la grotte Chauvet, 48 larges tâches colorées faites avec la paume de la main enduite de pigment rouge. L’une de ces tâches permet de bien distinguer les doigts disposés autour de la paume. C’est une main droite, aisément identifiable en positif. Ces empreintes, de petite taille, pourraient correspondre à la main d’une femme ou d’un adolescent. Sur un autre panneau, ce sont 98 tâches rouges appliquées par un individu de grande taille. Leur ensemble se développe sur plus de deux mètres carrés, comme une ponctuation évoquant la silhouette d’un herbivore. Cet usage de la main pour ponctuer la paroi rocheuse donne lieu désormais à des commentaires passionnes sur leur valeur symbolique qui fait de ces grottes de véritables sanctuaires.

  • 34 Baffier D., Feruglio V. (2001), « Les points et les mains », in La Grotte Chauvet – L’art des origi (...)

25On aperçoit très bien ces figurations de mains droites positives dans un ouvrage collectif remarquablement illustré, coordonné par J. Clottes. Dans un commentaire sur ces représentations, les auteurs34 précisent : « Alors que les paumes sont toutes des mains droites, deux mains positives sont gauches et une main négative a son pouce à gauche. » Il est généralement admis, en effet, que mains positives et négatives résultent de techniques distinctes qui conduisent l’exécutant à représenter respectivement, soit sa main droite, soit sa main gauche. Quelques rares mains dites positives pourraient cependant avoir été commencées au pochoir et complétées secondairement. Plus rares encore sont celles, comme les mains d’enfants, qui pourraient ne pas appartenir à l’exécutant.

26Au total, 85 à 90 % de ces diverses représentations de la main témoignent indirectement d’une prévalence manuelle droite du sujet à qui elle appartient. à gauche une main-pochoir, faisant fonction d’accessoire, à droite une main-tampon, instrument plus direct des intentions de l’exécutant. On peut, dès lors, entrevoir les postures de nos habiles ascendants face aux parois qu’ils décoraient. Bien qu’hypothétique, un tel schéma est cohérent, représentatif de l’asymétrie fonctionnelle encore constatée de façon prédominante chez nos contemporains. Il n’est pas question de tenter sur de telles bases une quelconque estimation du taux des gauchers chez nos lointains ancêtres. Cependant, suffisamment de faits concordent pour qu’il soit permis d’en déduire, sans grand risque de se tromper, que les gauchers ne dépassaient déjà pas, voici trente mille ans, 10 % de la population.

L’écriture et l’ajustement postural

27Si les premiers dessins tracés par les hommes datent de trente mille ans avant notre ère, il a fallu attendre vingt-sept millénaires pour que débute l’écriture proprement dite, c’est-à-dire « un corps organisé de signes et de symboles » capable de matérialiser la parole ou la pensée. Entre le VIe et le Ier millénaire avant notre ère, en Mésopotamie, des tablettes d’argile – les « tablettes d’Uruk » – ont d’abord servi de registres de comptes pour les agriculteurs sumériens. Les pictogrammes ont progressivement évolué, dans l’écriture cunéiforme, pour ne plus désigner directement des objets mais des équivalents phonétiques permettant de les nommer. Avec la généralisation de l’écrit et le recours aux diverses formes d’écriture cursive, la main droite s’est largement approprié cette spécialisation latérale et demeure incontestablement le meilleur instrument du langage.

28Étant donné la précision qu’elle implique, l’expression graphique ne pouvait pas manquer de s’insérer naturellement dans la perspective d’une prévalence unilatérale. Le maintien d’une équivalence des deux mains, déjà peu compatible avec la recherche d’une habileté gestuelle maximale, se prêtait moins encore à l’action d’écrire, hautement spécialisée dans les centres corticaux. Le rôle de l’hémisphère gauche dans la gestion du langage ne pouvait que favoriser – plus probablement encore que pour façonner des outils – la dominance manuelle droite pour écrire. Cependant, le système de contrôle spécifique de la main active avait à s’inscrire, aussi pertinemment que possible, dans le schéma d’organisation globale des centres nerveux supérieurs.

  • 35 Roseaux ou bâtons taillés comme en utilisaient les Sumériens pour l’écriture cunéiforme.

29Lorsqu’il s’agissait de graver des tablettes d’argile au moyen de calames35, toute la posture du corps se trouvait globalement impliquée dans une coordination asymétrique, en accord avec la distribution bilatérale des spécialisations hémisphériques. Ces conditions techniques créaient probablement plus d’obstacles qu’aujourd’hui à un éventuel usage de la main gauche pour écrire. Des études consacrées à l’évolution des coordinations inter-segmentaires au cours de l’enfance, qui seront décrites plus loin, montrent que des praxies globales, impliquant diverses contraintes posturales, facilitent l’émergence de la main droite pour des tâches finement contrôlées. Au contraire, le crayon à bille, qui prime aujourd’hui, a rendu la main plus indépendante de la posture, laissant ainsi plus ouverte l’alternative de choix entre les deux mains à un âge déterminant. Remarquons que l’on peut même écrire avec la bouche plus facilement que jamais. Ces aspects fonctionnels seront plus largement envisagés propos de situations banales d’apprentissage de l’acte graphique dans un contexte scolaire.

30L’évocation, ci-avant, d’une nécessaire coordination entre geste et posture en réponse à des contraintes techniques spécifiques nous fait entrer de plain-pied dans la problématique majeure sous-tendant le présent ouvrage, celle des asymétries fonctionnelles. Les notions d’ajustement du geste à la tâche requise, de latéralité complémentaire des membres, de chaînes musculaires dynamiques plus ou moins avantageuses, qui vont émerger parmi d’autres, résultent de l’asymétrie remarquable, quasiment universelle, des centres nerveux supérieurs. Les asymétries périphériques communément observables sont des illustrations des processus centraux. Elles émergent surtout lorsque est requise la motricité manuelle fine. L’écriture en est un remarquable exemple. Cependant, nous verrons que le facteur essentiel de ces manifestations asymétriques est surtout, plus généralement, l’exigence d’un très haut niveau d’attention pour des gestes performants.

31Le survol de la préhistoire qui vient d’être réalisé nous a fait entrevoir le principe d’une asymétrie fonctionnelle sous-tendue par des contraintes de coordination neuromotrice. Dans un prochain développement, il faudra adopter, pour un temps, le point de vue très différent qui situe l’individu dans un contexte socio-culturel ritualisé. Celui-ci préside, en effet, aux comportements différenciés des droitiers et gauchers pour les marquer d’une autre manière. Les deux points de vue traitent du même objet selon des perspectives distinctes. De nombreux chercheurs se sont attachés aux phénomènes de latéralité sans se préserver de l’ambiguïté pouvant résulter de cette double perspective. Considérant la sénestralité manuelle comme une sorte d’entité sociobiologique, ils l’isolent de ses conditions fonctionnelles et s’évertuent assez vainement depuis un demi-siècle à vouloir démontrer ses causes génétiques. Nous faisons partie de ceux qui persistent à vouloir évaluer la portée des processus adaptatifs avant de se tourner vers le raccourci des interprétations innéistes. Il s’agit ici d’analyser des conduites concrètes, de confronter des faits pour y chercher des indicateurs sensibles, puis de concevoir des contrôles expérimentaux susceptibles d’établir des liens de causalité. À ce titre, l’étude des asymétries fonctionnelles posera des questions essentielles.

  • 36 Peters M. (1990), « Book reviews », Neuropsychologia, 28, 4, p. 385-390.
  • 37 Bragina N. N., Dobrochotowa T. A. (1984), Funktionelle asymmetrien des menschen, Leipzig, VEB Georg (...)
  • 38 Azémar G. (1970), Sport et Latéralité, Paris, éditions universitaires.

32Dans la littérature anglo-saxonne, il a fallu attendre les années 1990 pour trouver des publications évoquant timidement la problématique des asymétries fonctionnelles périphériques. En 1990, Peters M. a analysé36 le contenu d’un livre paru en 1984 dans l’ancienne Allemagne de l’Est, édité trois ans plus tôt en ex-URSS37. Cette ouvrage collectif consacre exclusivement ses premiers chapitres aux asymétries fonctionnelles et aux profils individuels caractéristiques. Avec une certaine satisfaction personnelle, j’y ai trouvé plusieurs données confirmant des observations et analyses exposées en 1966 dans ma thèse de médecine, et publiées en France peu après38. La complémentarité des fonctions segmentaires s’y trouvait déjà développée sous divers aspects : analyse des tâches bimanuelles, profils individuels de latéralisation œil-main-pied, prévalence du pied gauche des droitiers pour l’équilibration dynamique, etc.

33La découverte du bel ouvrage germano-russe par Peters lui inspire des commentaires qui méritent ici quelques citations : « Je suis douloureusement conscient du paroissialisme de la psychologie nord-américaine en termes d’accès la littérature et de manque général de considération pour le travail publié en dehors de l’anglais et même pour une grande partie des travaux en français. Pour cette raison, l’accès un livre qui donne un aperçu de latéralité dans la perspective de l’Est européen est particulièrement fascinant... » L’évocation, en particulier, de l’important rôle antigravitaire du membre inférieur gauche, souligné dans cet ouvrage, suscite la surprise du rapporteur anglo-saxon, de même que le fait d’entraîner un jeune individu à exploiter le potentiel lié à ses propres caractéristiques asymétriques. Nous aurons l’occasion de revenir sur le contenu de cet ouvrage qui se situe parfaitement dans la perspective explorée ici-même.

34Aborder la latéralité sous l’angle des asymétries fonctionnelles nous permettra de démythifier la notion du gaucher plus ou moins dérangeant et nécessairement contrarié que cultivent les vieux symboles socio-culturels. Cette précaution devrait nous préserver d’un certain nombre d’ambiguïtés, et favoriser ainsi une approche dédramatisée des typologies observables. Pour clore cet aperçu de la latéralité au cours de l’hominisation, il semble souhaitable à présent d’évoquer brièvement quelques lois du développement individuel. Elles aident à comprendre à la fois comment se perpétuent les aptitudes spécifiques de l’homme et ce qui autorise la diversité des formules ou solutions individuelles.

Homo sapiens sapiens ou l’homme asymétrique

  • 39 Lacour M., Bonnet M., Roll J.-P. (1974), « Effets spinaux d’une stimulation vestibulaire électrique (...)

35L’emploi fréquent du singulier pour l’œil, la main et le pied, à propos de l’homme, n’est peut-être pas une simple figure de style. Lorsqu’il lui faut être attentif, il doit placer l’un ou l’autre de ces organes pairs, selon la tâche, en « pôle position ». Une spécificité marquante de Homo sapiens, sur le plan locomoteur, est probablement d’être parvenu, après avoir maîtrisé la posture érigée, à mieux encore contrôler ses gestes et postures au moyen de l’asymétrie fonctionnelle. La fonction vestibulaire participe elle-même à ce processus en conférant au pied gauche un rôle dominant d’ancrage des positions39 et de centrage des rotations. C’est ce pied qui prend prioritairement en charge les réactions d’appui pour propulser ou équilibrer le corps au départ d’une action. Les rotations axiales du corps entier se font de manière prédominante, à partir de ce point d’appui, dans un sens dit anti-horaire ou sénestrogyre. De nos jours, les multiples boucles des patineurs droitiers se font dans ce sens dominant qui est aussi celui des lanceurs de marteau et... des derviches tourneurs.

  • 40 Angelergues R. (1964), « L’image du corps et les fonctions de l’écorce cérébrale », Le Concours méd (...)

36Cette asymétrie perceptive, posturale et motrice prend son origine dans celle des fonctions centrales, notamment des hémisphères cérébraux. Dans une publication déjà ancienne, Angelergues40 s’est appuyé sur les données de la neuropathologie pour montrer comment les représentations du corps s’inscrivent dans le cortex selon une hiérarchie latéralisée. Un premier niveau d’intégration des informations y est attribué à l’hémisphère droit, dont la moitié postérieure est vouée une activité relationnelle directe du corps à l’espace et à autrui. Ce système de relation est antérieur à l’abstraction et au concept. « Le corps s’y trouve plus émotionnellement vécu qu’intellectuellement connu. » Un deuxième niveau correspond à l’hémisphère gauche. L’intégration s’y trouve médiée par le langage, accordant à autrui, comme à chaque objet, une existence en soi. Le corps y acquiert « une représentation instrumentale catégorielle » pouvant ressembler à « une histoire d’anatomie ». Le troisième niveau associe les deux précédents pour réaliser la personne dans sa totalité, son unité et sa singularité.

  • 41 Niki H. (1974), « Differential activity of prefrontal units during right and left delayed response (...)

37Des travaux plus récents, dont l’évocation trouvera mieux sa place vers la fin du présent ouvrage, attribuent au cortex préfrontal un rôle essentiel dans l’orchestration de cette complémentarité entre les deux hémisphères. La fonction préfrontale a notamment recours à des processus inhibiteurs permettant à l’individu de moduler ses réactions aux stimuli sensoriels, compte tenu d’éléments mémorisés court ou long terme. Nos ancêtres chasseurs en avaient besoin comme, aujourd’hui, les sportifs se mesurant en duel, pour réagir pertinemment dans des situations chargées d’incertitude. Dans les deux cas, Il faut d’abord se préparer, par une procédure mentale d’anticipation, à des réponses rapides et appropriées. Niki41 a trouvé dans la région dorsolatérale cortex préfrontal des neurones qui, pendant le délai précédant le choix d’une réponse ajustée un signal visuel, déchargent de façon différente selon le côté, droit ou gauche, vers lequel s’appliquera la réponse. Nous verrons qu’une telle distribution de l’attention entre les deux hémichamps de l’espace est elle-même porteuse d’asymétrie. En effet, les spécialisations hémisphériques font que l’espace d’action n’est pas fonctionnellement homogène, surtout dans les situations d’urgence.

38C’est grâce à ses facultés spécifiques de représentation mentale des expériences vécues que l’homme appréhende l’espace comme un ensemble difficile à délimiter, mais devenant plus objectif et homogène à ce niveau. Pour contrôler ses déplacements, il doit recourir à des référentiels assez sophistiqués l’on retrouve les trois axes de la géométrie euclidienne. Si cela ressemble à de la « science infuse », il ne faut pas se leurrer : tous les vertébrés y ont recours en pratique. Nous avons en commun le même plan architectural antéro-postérieur, des organes pairs agencés de façon analogue, et les mêmes organicules dans l’oreille interne pour calibrer nos perceptions à distance selon le positionnement de la tête. Il y a là un fil à plomb (l’utricule) et des canaux semi-circulaires orientés, comme par hasard, dans les trois plans de l’espace. La singularité de Homo sapiens sapiens est de pouvoir s’abstraire des faits pour conceptualiser et échanger des savoirs avec ses semblables. L’homme « sait qu’il sait », dit-on, mais il peut aussi apprendre à mieux savoir encore en confrontant, pour cela, des expériences et des stratégies mémorisées.

39Pour en arriver là, l’homme a franchi quelques étapes remarquables que nous ne détaillerons pas ici, mais dont on peut esquisser les traits évolutifs, la dynamogénie en quelque sorte. Un aperçu comparatif de la complexification du système nerveux des vertébrés, des premiers poissons aux mammifères supérieurs, dont le dauphin et l’homme pourraient représenter deux sommets distincts, montre que l’expansion concerne essentiellement le télencéphale, c’est-à-dire le pôle antérieur du cerveau, représenté par l’écorce des hémisphères. Au sein des hominidés, c’est encore sur la portion frontale de cette écorce que porte l’augmentation caractéristique de la capacité crânienne, très marquée aux stades d’Homo habilis et Homo erectus. De quelques milliers chez les premiers poissons, le nombre de neurones est passé à une centaine de milliards dans le cortex d’Homo sapiens sapiens.

40Toutes les espèces de vertébrés ont par ailleurs en commun des structures archaïques analogues destinées à susciter des comportements appropriés pour s’alimenter, se défendre, se reproduire, et donc survivre. L’extension du cortex permet de moduler ces comportements en fonction d’expériences antérieures, grâce à l’augmentation des capacités mnésiques. Les échecs et réussites sont mémorisés individuellement, plus ou moins complétés par des exemples pris sur autrui, et encore enrichis par des apprentissages techniques, avant de pouvoir contribuer à l’élaboration de stratégies ajustées aux conditions rencontrées. Chez les primates, des impératifs socioculturels conditionnent la satisfaction des besoins vitaux. Dans cette perspective, l’homme illustre un cas extrême de soumission des motivations primaires à des contraintes d’inhibition. Une telle pression sollicite et alimente son potentiel cérébral pratiquement illimité de contrôle des conduites selon la probabilité des événements. Son enfance lui accorde le temps d’agir pour exprimer et ajuster par anticipation ses aptitudes psychomotrices.

41Le néocortex apparaît ainsi comme un instrument d’adaptation, spécifique de l’homme, mais qui nécessite une lente maturation. Celle-ci se prépare durant la gestation, déjà relativement longue, par la multiplication des neurones. Il faut encore deux années post-natales d’activité sensorimotrice pour que s’accomplisse l’interconnexion neuronale. La maturation ne fait alors que commencer. Vers quinze ans, l’adolescence ne sera qu’une étape physiologique du potentiel de procréation, tandis que les impératifs socioculturels freinent encore fortement l’accès individuel à l’autonomie. Cet échéancier singulier n’est qu’une illustration du puissant processus de maturation retardée appelé néoténie. Les hominidés semblent en avoir bénéficié de façon spécifique pour prolonger la durée développement du pôle antérieur de leur cerveau. À l’état embryonnaire, l’encéphale se présente de façon assez identique chez tous les vertébrés, mais la chronologie des étapes maturatives va conditionner chez les primates le développement différentiel du télencéphale. L’expansion du néocortex constitue ainsi un indice patent du potentiel d’adaptation d’une espèce aux variations de son environnement.

  • 42 Les différences structurales observées au niveau du planum temporale, qui seront évoquées plus avan (...)

42Dans ces conditions de développement, on peut imaginer que l’asymétrie fonctionnelle hémisphérique résulte d’une prédétermination génétique, de même que la disposition strictement latéralisée de nos viscères. On connaît très peu de cas de situs inversus, c’est-à-dire d’individus nés avec le cœur à droite, le foie à gauche, etc. à ce propos, le développement du tube digestif se fait initialement dans l’axe. Il semble que ce soit le développement précoce du foie, entre la 3e et la 10e semaine de la gestation, qui suscite une rotation secondaire de l’ensemble, mais pourquoi dans une direction prédéterminée ? Quelques auteurs ont autrefois attribué la différenciation entre les hémisphères à l’asymétrie des grands troncs artériels, susceptible de privilégier la carotide gauche, mais de tels effets devraient porter davantage sur la structure que sur la fonction. Or, ce n’est pas le cas42. Quant aux aspects fonctionnels, nous évoquerons plus avant les schémas interprétatifs d’une distribution différenciée des informations entre les hémisphères, selon leurs propriétés respectives, mais surtout en fonction des attentes du sujet.

43Les lignes qui précèdent font entrevoir la marge de variabilité individuelle dont dispose l’homme pour ajuster ses conduites préférentielles en fonction de ses propres expériences. Il y a une distance considérable entre les déterminants génétiques de l’asymétrie organique et les formules individuelles d’ajustement latéralisé aux situations rencontrées. La composante phylogénétique de ce schéma rend compte de certains programmes précablés développement dont il est l’héritier. Mais ce n’est qu’un potentiel que chaque individu doit encore faire émerger, en agissant, au cours de l’ontogenèse. Celle-ci devient ainsi une aventure singulière, source d’ajustements plus ou moins appropriés performants. Les formules individuelles de latéralisation œil-main-pied sont des témoins de ces ajustements. Chacun de nous a dû recourir à l’expérience active pour exprimer, stabiliser ou remodeler – pour les « actualiser » – certaines des potentialités inscrites dans son programme de développement. On appelle épigenèse ce processus faisant interagir l’inné et l’acquis sans privilégier l’un ou l’autre. Ces considérations annoncent que nous ferons peu de place aux débats favoris de certains courants de pensée sur « l’héritabilité de la gaucherie ».

La culture et ses biais latéraux

44On pourrait tenter d’inventorier les divers impacts de la polarité gauche-droite sur nos conduites sociales. Il s’agira simplement, ici, d’en dessiner quelques perspectives et de susciter un questionnement sur les causes et les conséquences potentielles de certaines distorsions latérales plus ou moins chargées symboliquement.

Aspects transculturels

  • 43 Hertz R. (1928), Sociologie religieuse et folklore : prééminence de la main droite, étude sur la po (...)

45L’ethnologie a contribué à rassembler une documentation assez complète sur les privilèges attribués traditionnellement, dans toutes les parties du globe, à la dextralité. Dans un remarquable ouvrage traitant des aspects socio-religieux de la latéralité, Robert Hertz43 rapportait déjà en 1928 que, « chez les Maoris, la droite est le côté sacré, siège des pouvoirs bons et créateurs, la gauche est le côté profane qui ne possède aucune vertu, si ce n’est certains pouvoirs troubles et suspects ». Pour ce peuple, la droite est aussi le tama tane ou côté mâle, où se retrouvent la virilité de l’homme, l’est, la vie, la force qui crée, la magie offensive. La gauche est le côté femelle ou tama vahiné, l’on ne trouve que faiblesse, passivité, misère et mort.

  • 44 Cité par R. Hertz.

46Dans la tribu sud-australienne des Wulwanga, Eylmann (1909)44 note qu’à l’occasion des cérémonies sont utilisés deux bâtons pour marquer la cadence. Celui qui est tenu dans la main droite s’appelle « l’homme », l’autre, dévolu à la main gauche et qui reçoit les coups, s’appelle « la femme ». La droite agit, la gauche subit. Il faut souligner l’association établie, dans ces deux exemples, entre côté fort et sexe fort.

  • 45 Diertelin G. (1968), « Norme et latéralité en Afrique occidentale », in Main droite et Main gauche, (...)

47En Afrique occidentale, on relève, au Soudan45, « une prééminence certaine de la main droite dans les actes mâles et de la main gauche dans les actes qui ont trait au côté féminin de l’individu ». Pour un Dogon, le gaucher est « d’un seul côté », le côté « re », et n’est donc pas tout à fait normalement équilibré. Cependant, il passe pour avoir dans sa main gauche plus de force que les autres hommes dans leur droite. Les travaux agricoles lui seraient plus bénéfiques. Autrefois, en temps de guerre, « on plaçait le gaucher en tête des groupes pour gagner la bataille, à cause de sa force »...

  • 46 Bareau A. (1968), « Norme et latéralité dans la civilisation indienne », in Main droite et Main gau (...)

48Dans la civilisation indienne, la polarité droite-gauche est extrêmement marquée et semble qu’elle ait précédé de plusieurs siècles celle que nous a transmise la civilisation judéo-chrétienne. Les dérivés du terme sanskrit qui désigne le côté droit, daksina, s’appliquent, comme dans notre culture, à droiture, sincérité, habileté, etc. Ce qui est placé à droite « est de bon augure, favorable et mérite le respect46 ». Les rituels religieux sont étroitement soumis à cette prééminence du côté droit. Le brahmane doit nettoyer la main gauche, main impure, avant la droite. Cependant, lorsqu’il procède à des ablutions complètes, il doit laver son pied droit avant le gauche car « il semble que l’appartenance des pieds à la moitié inférieure et impure du corps ait inversé le sens du rapport droite-gauche et que, par conséquent, la jambe droite soit plus impure que la jambe gauche ».

  • 47 Granet M. (1933), « La droite et la gauche en Chine », Bulletin de l’Institut français de sociologi (...)
  • 48 Chavannes E. (1897), cité par Demieville P. (1968), « Gauche et droite en Chine », in Main droite e (...)

49Anciennement, en Chine, la gaucherie était considérée comme anormale47. Les peintres ou calligraphes gauchers y étaient signalés comme des exceptions. Ils auraient rééduqué leur main gauche à la suite d’une atteinte pathologique de l’autre côté. En réalité, la prééminence du côté droit dans les actes rituels ne s’est installée en Chine que sous la dynastie des Han, c’est-à-dire au cours des quatre siècles qui encadrent, pour nous, le début de l’ère chrétienne48. Le mot « gauche » prendra alors le sens d’« inférieur », le mot droit devenant un critère de supériorité. Auparavant, jusque vers le ve siècle av. J.-C., la prééminence appartenait à la gauche ou, du moins, à l’est car le corps était investi d’une orientation cardinale. Le souverain était représenté face au sud – exposé aux effluves du principe yang – ayant donc sa gauche à l’est et sa droite à l’ouest. La gauche – l’est du souverain – était alors la place d’honneur. Encore de nos jours, en Chine, le mot qui désigne le nord désigne également le dos, mais le côté droit y a désormais bien établi son universelle prééminence.

50Ainsi, comme l’avait déjà fait entrevoir R. Hertz, la majorité des cultures humaines a modelé sa symbolique sacrée selon une dichotomie entre d’une part fort-mâle-supérieur-main droite et d’autre part faible-femelle-inférieur-main gauche. Ce n’est que très exceptionnellement qu’ont pu être instaurées des variantes locales à ce schéma, comme en Afrique occidentale. Pourtant, celles-ci semblaient susceptibles d’éviter les risques d’effets ségrégatifs du modèle dominant en soulignant, au contraire, la nécessaire complémentarité entre les deux côtés...

Un biais socio-religieux latéralisé dans la culture occidentale

51Les civilisations qui ont pu recourir à l’écriture nous ont laissé des témoignages explicites sur la latéralité de nos lointains ancêtres, mais plus encore sur les considérations qui s’y rapportaient. Il est d’ailleurs remarquable que notre commune différenciation d’usage entre les mains s’est rapidement – et quasi universellement – accompagnée de préceptes moraux et religieux. Platon, dans ses Lois, conseille de réserver aux divinités célestes – ou olympiennes – et aux dieux de la cité, « l’impair et la droite » avec les honneurs suprêmes, tandis que les divinités infernales – ou chthoniennes – sont, selon lui, plus en rapport avec « le pair, l’inférieur, la gauche ».

  • 49 De vit. pud. 8.

52Aristote rapporte que les Pythagoriciens « appelaient bon ce qui est à droite, en haut et en avant, et mauvais ce qui est à gauche, en bas et en arrière ». Plus près de nous, Plutarque49 fait observer encore que les Pythagoriciens, quand ils croisaient les jambes, « avaient soin de ne jamais mettre la gauche au-dessus de la droite ».

53Le christianisme n’a pas su rompre avec ce symbolisme sacré. La Bible s’y réfère à plusieurs reprises. On y trouve bien l’affirmation d’une essentielle unité du corps : « Bien plus, les membres du corps que nous tenons pour les plus faibles sont nécessaires » (1re Épître aux Corinthiens, XII, 22). Mais il s’agit là d’une parabole : « Or, vous êtes le corps du Christ, et membres chacun pour sa part » (XII, 27).

54Le Jugement dernier fait, au contraire, planer sur les chrétiens la menace d’une suprême sanction latéralisée. « Il placera les brebis à sa droite et les boucs à sa gauche. Alors, le Roi dira à ceux de droite ‘‘Venez, les bénis de mon Père...’’. Alors, il dira à ceux de gauche : ‘‘Allez loin de moi, maudits, dans le feu éternel...’’ » (saint Mathieu, XXV, 33 à 41). Les images pieuses représenteront invariablement le Seigneur la main droite levée, indiquant aux élus le séjour sublime, la main gauche abaissée, montrant aux damnés gouffre de l’Enfer.

  • 50 Fabbro F. (1994), « Left and Right in the Bible from a Neuropsychological Perspective », Brain and (...)

55Dans les Livres du Canon hébreu, F. Fabbro50 dénombre deux cents versets faisant référence à la gauche et à la droite – 151 dans l’Ancien et 49 dans le Nouveau Testament – qu’il a identifiés répertoriés en dix groupes. Il s’interroge, à propos de ces nombreuses citations, sur l’interprétation neuropsychologique que l’on pourrait faire ou tenter aujourd’hui d’une telle « conscience verbale » de la latéralité. Quels sont ses rapports avec la prééminence de la dextralité manuelle ?

  • 51 La primatologie apporte de nombreux témoignages de ces comportements ségrégatifs dans des populatio (...)

56Il ne semble pas qu’un recours à la neuropsychologie soit nécessaire à ce niveau d’analyse. En effet, la prévalence d’une des mains au pôle de l’action nous aide, dès l’enfance, à transcender la symétrie corporelle et constitue entre nous un élément préverbal de repérage spatial. La singularité de ces textes sacrés n’est pas tant de distinguer une droite et une gauche que de l’associer à des jugements de valeur arbitraires et sans nuances. Ce dernier constat m’amènerait plutôt mettre en cause, à ce stade, un processus récurrent dans l’histoire des sociétés humaines, voire des primates non humains51, dévalorisation des individus différant du modèle dominant et leur marginalisation plus ou moins radicale. Certains observateurs contemporains vont jusqu’à dénoncer l’expression larvée d’une ségrégation des gauchers dans notre culture en l’assimilant aux conduites sociales de rejet des minorités.

Des préséances et des biais politiques

57Il n’est pas étonnant que les reprises métaphoriques de la polarité gauche-droite aient exercé quelques dommages au cours de l’histoire. Suscitant insidieusement des interprétations manichéennes de notre environnement physique et social, elles ont eu pour effet constant et quasi universel de privilégier la dextralité. Ces glissements normatifs ne pouvaient guère favoriser l’épanouissement des gauchers, à contre-courant de la symbolique en vigueur. Les attitudes pédagogiques se sont, certes, beaucoup assouplies dans ce domaine depuis un demi-siècle, mais il nous reste quelques modèles socioculturels bien installés. Ils ne sont pas dépourvus d’effets pervers sur nos comportements latéralisés.

58Les préséances dans les relations inter-individuelles constituent un champ d’application ritualisé et extensif de la dualité droite-gauche. L’image biblique de la Cène y est en toile de fond. Dans ce domaine, la distinction entre les côtés droit et gauche s’accompagne implicitement de jugements de valeur. Ainsi, les règles de l’hospitalité conduisent-elles l’hôte, en général, à faire asseoir à sa droite l’invité qu’il veut honorer ou, au moins, distinguer. On peut s’interroger sur les significations profondes de telles coutumes. Être placé à droite de l’hôte est censé témoigner, pour l’invité, d’un meilleur accueil. La plupart des préceptes religieux évoqués plus haut semblent étayer cette interprétation. Il est vrai que ce qui se trouve dans l’hémichamp visuel droit d’un sujet bénéficie, en principe, d’une meilleure attention de sa part. Cependant, l’invité ne devrait-il pas craindre parfois d’être placé là pour y être mieux contrôlé et plus vite maîtrisé par l’hôte ? C’est une autre perspective, qui contourne les symboles, mais ne manquerait pas d’arguments neuropsychologiques.

59La récupération politique de la polarité droite-gauche nous fournit un champ d’application assez singulier. Comment l’écarter de notre propos sans tenter d’en dégager quelques traits remarquables ? Représentatif d’un glissement poussé jusqu’à l’abstraction, ce schéma repose sur une dichotomie étonnamment simpliste que nous subissons sans broncher. Où se situe l’axe de symétrie censé répartir l’électorat en deux versants concurrentiels ? Ces questions peuvent paraître gratuites, mais qui sait si elles sont totalement préservées du symbolisme socio-religieux ? Elles prendront place, ci-après, dans une interrogation plus générale.

  • 52 Lanthony P. (1995), « Les peintres gauchers », Rev. neurol, 151, 3, p. 165-170. Cette étude démontr (...)

60Heureusement, le xxe siècle a apporté aux gauchers quelque espoir d’être revalorisés. De temps à autre, des médias prennent leur défense. Ils puisent dans l’histoire pour rendre justice à certains gauchers dont l’œuvre a impulsé l’évolution des arts et des sciences. À partir du cas illustre de Léonard de Vinci, on cite souvent des personnalités proprement géniales, dont l’expression écrite ou picturale passait par la main gauche. Cependant, des vérifications plus poussées, telle une étude récente de P. Lanthony52 à propos des peintres gauchers, réduisent la portée de ces affirmations généreuses. Plus récemment, le retentissement mondial des compétitions sportives semble enfin accorder aux gauchers des moyens plus objectifs de rehausser leur image. Mais cela est une autre histoire et nous n’en sommes pas encore là.

61Au total, notre héritage historique semble assez lourd pour maintenir des contraintes socio-éducatives plus ou moins larvées, susceptibles d’intervenir dans la latéralisation de nos enfants ; nous les confronterons aux autres facteurs dans un chapitre consacré à l’ontogenèse. Mais constatons déjà que les préceptes socioculturels précédemment répertoriés ont en commun d’être très arbitraires et de conduire à des amalgames aux effets pervers. En témoigne notre vocabulaire se rapportant aux deux côtés...

... Les deux côtés de quoi ?

62Cette question soulève un aspect du problème qui semble, paradoxalement, plus ou moins occulté dans la plupart des situations où se trouvent confrontées une droite et une gauche. On a souvent recours à ce concept bipolaire sans savoir très bien à quel type de référence centrale ou axiale se rapportent les deux versants latéraux mis ainsi en balance et très souvent en concurrence. Notre pensée fonctionne essentiellement sur un mode binaire. C’est notre principal outil d’analyse des informations. Il n’est donc pas surprenant de retrouver cette modalité dichotomique dans plusieurs de nos schémas comparatifs.

63Certes, la perception différenciée de nos hémicorps latéraux s’illustre dans la plupart de nos gestes quotidiens, mais la distance est grande – et les dérives sont nombreuses – entre ces évidences pragmatiques et le plan conceptuel. Les résurgences de la polarité droite-gauche dans notre cadre socioculturel n’ont plus guère de rapports, sinon l’homonymie, avec des critères aussi fonctionnels. Ce passage du concret aux extrapolations abstraites est tellement source d’amalgames qu’il mérite bien, ici, quelques réflexions.

De l’ordre fonctionnel au champ sémantique

  • 53 C’est, plus précisément, l’axe céphalo-caudal des neurologues.

64Une première différenciation latérale doit se référer à l’axe du corps, c’est-à-dire la ligne virtuelle passant par notre colonne vertébrale53. Il est certain que l’on apprend d’abord à distinguer droite et gauche sur soi-même. Après cet ancrage fondamental, il faudra des opérations mentales successives pour généraliser cette distinction à l’espace des objets. La première opération essentielle pour s’extraire de soi consiste à retrouver une bilatéralité analogue sur autrui. On peut ensuite la transférer à des représentations anthropomorphes – poupées ou statuettes –, à d’autres vertébrés tout animal constitué selon une symétrie bilatérale. Les choses se compliquent pour les objets. Une table ronde, par exemple, n’offre pas de support pertinent pour cela, mais il suffit qu’elle soit ovale ou rectangulaire, qu’on l’adosse à un mur et que l’on imagine une chaise posée devant son grand côté libre pour qu’elle obtienne un biais de latéralisation. C’est le cas du bureau où l’on travaille avec des tiroirs dits de droite et de gauche.

65Originellement, cette polarité reflète l’ordre biologique, fonctionnel, concrétisé par la prévalence relative d’une main sur l’autre. C’est la dernière étape d’un progrès évolutif tendant à assurer un meilleur contrôle des mouvements fins des doigts par notre système nerveux. C’est un supplément latéral de spécialisation au profit, notamment, de la précision gestuelle. C’est l’illustration, par excellence, de la « voie finale commune » qui permet à l’homme de mieux focaliser son attention, portée par le regard, du côté et sur la cible qu’approche sa main privilégiée. La manipulation des objets et leur façonnement, l’usage des outils et leur perfectionnement ont, par cette boucle de contrôle latéralisée, ouvert la voie au développement des techniques.

66Les techniques et le langage mettent en jeu l’ordre sémantique. Ce dernier commence par l’évidente nécessité d’attribuer à chaque côté du corps un nom ou un qualificatif distinct. Il convient d’observer à ce propos que la symétrie bilatérale de notre anatomie ne facilitait pas, a priori, la perception différenciée des deux côtés du corps. Une aussi élémentaire démarche, d’un intérêt pratique majeur cependant, a trouvé un support de choix dans l’asymétrie fonctionnelle. L’une des mains, celle qui se porte spontanément au pôle de l’action sur les objets, est susceptible de se situer davantage dans le champ attentionnel du sujet. La prise en compte – subjective et objective – de sa plus grande efficience installe un biais déterminant dans le schéma corporel de l’individu.

67Pouvoir distinguer chacune des mains par son appellation « droite » ou « gauche » n’est pas une opération immédiate et l’est encore moins l’extension de ces concepts aux hémi-champs de l’espace. Le terme associé à la main préférentielle prend probablement une accentuation particulière. Les enfants réalisent, en général, ces opérations sémantiques sans beaucoup de difficultés durant les premières années de la vie. Quelques individus éprouvent cependant des difficultés persistantes. On en trouve des exemples surprenants parmi les adultes dits ambidextres. Ce terme n’est pas très heureux, comme nous le verrons, car il suppose une sorte d’équipotentialité des deux mains qui ne se vérifie pas en y regardant de plus près. Disons qu’il s’agit d’individus se servant presque autant de l’une et l’autre des mains, mais pour des tâches relativement différentes. Or, ces sujets ont des temps de réaction allongés pour réagir vers la droite ou vers la gauche sur simple injonction verbale. Cela ne les empêche pas d’être parfois des sportifs performants.

68Or, cette propension à privilégier un côté s’applique à l’hémicorps droit pour 90 % des individus et à l’hémichamp visuel droit pour 70 % (taux de dominance oculaire droite). Cela ne pouvait manquer d’influencer le vocabulaire commun se rapportant au repérage spatial. Les termes utilisés pour différencier les mains du sujet agissant permettent, par extension, de repérer les objets se trouvant respectivement à leur portée. Un chapitre sur l’ontogenèse de la latéralité montrera que cette discrimination pragmatique entre droite et gauche constitue un facteur essentiel de la perception de l’espace au cours du développement individuel. Le vocabulaire qui rend compte de cette dichotomie latérale a donc des supports concrets.

  • 54 Axe d’asymétrie : cette association de termes est représentative de l’ensemble des phénomènes étudi (...)

69Le marquage symbolique de la polarité droite-gauche, tel qu’en témoignent la plupart des textes anciens étayant nos cultures, prend comme axe d’asymétrie54 celui d’une représentation « anatomique » de Dieu ou de son représentant. Le corps y devient porteur de symboles qui marquent de façon très contrastée les gestes de chacune des mains. Nos gestes sont ainsi transcendés, dans toutes les cultures, par une discrimination radicale entre les deux côtés du corps et de l’espace proche. Les préséances à table observables aujourd’hui sur tous les continents sont plus ou moins des répliques profanes de ces anciens préceptes socioreligieux. Elles s’organisent toujours en référence à un sujet central, bien présent et palpable, mais aussi hiérarchiquement repérable.

Les côtés politisés

70Une fiction latéralisée est exploitée sans la moindre réticence par le monde politique. Après chaque scrutin, la droite et la gauche sont évoquées dans des commentaires passionnés sur les gains obtenus par l’une ou l’autre de ces étiquettes. Dans cette application d’un modèle bilatéral, la référence médiane n’évoque plus le symbole incarné par un être suprême ou un quelconque leader, mais une sorte de ligne de clivage, virtuelle mais surtout chimérique, au sein d’une population. Les vertus revendiquées respectivement par la droite et la gauche n’ont pas d’analogie apparente avec la dichotomie des modèles socio-religieux précédemment évoqués. La Révolution a sans doute généré de nouvelles références.

71Dans une sorte de consensus politique, d’un côté on serait plutôt porté vers la revendication de réformes, de l’autre vers le conservatisme, mais pourquoi l’un est-il dit « de gauche » et l’autre « de droite » ? Il s’agit peut-être là de deux tendances antagonistes inhérentes à la nature humaine, plus ou moins bien partagées, selon les profils personnels et en fonction des acquis ou cheminements individuels. Le cerveau gauche, qui contrôle le côté droit, est-il plus conservateur pour autant ? Le cerveau droit est-il susceptible de pousser notre « côté » gauche à agir en faveur de bouleversements, au titre de la créativité ? Il serait, certes, plus objectif de désigner chaque pôle politique par la personne, le symbole ou le trait représentatif qui s’y trouve réellement. Ainsi, les Anglais et les Allemands préfèrent appeler conservateurs les politiciens de droite. Mais où sont les conservateurs de nos jours, quand les plus grands changements semblent désormais suspendus à la mondialisation ? Il est de plus en plus difficile de schématiser dans cette voie.

72Le flou de ces représentations est d’abord entretenu par les images rendant compte du jeu politique. Un modèle latéralisé devrait reposer, en principe, sur une structure organiquement symétrique. Au sein de l’Assemblée nationale, la droite et la gauche sont censées se partager l’hémicycle, en référence à la latéralité de l’orateur placé à la tribune. Dès lors, on pourrait concevoir que l’électorat rectifie, chaque fois qu’il s’exprime, la ligne de partage entre les deux versants de l’alternative droite-gauche, selon la loi de Gauss. La balance serait ainsi réajustée, par définition, à chaque scrutin, de façon à intégrer l’évolution des opinions ou des conditions de vie des citoyens. Les deux versants de cette dichotomie seraient représentés ipso facto par un nombre égal d’électeurs.

73En fait, c’est le passage explicite par des étiquettes politiques qui introduit des distorsions dans ce schéma implicite. S’identifiant à des portions d’électorat plus ou moins de droite ou de gauche, et résistant à leurs propres changements, les formations partisanes se mesurent par leurs différences numériques à chaque verdict. Il suffit d’observer la disposition des élus en assemblée pour constater que la répartition des étiquettes de droite et de gauche reflète rarement une courbe de Gauss. Le degré de distorsion, par rapport au modèle implicite de référence, donne la mesure de la résistance des partis aux réajustements. La plupart des élus réservent leur énergie à la sauvegarde de leur propre position initiale. Certes, avec le temps, on peut voir des élus changer de camp et des partis d’étiquette, de même qu’à plus long terme, les effectifs se renouvellent. Qui sait si, bon an mal an, la santé de la démocratie n’est pas reflétée par un certain équilibre entre ces deux grandes composantes de l’électorat ?

74Il peut arriver que la ligne de partage entre droite et gauche se concrétise sur un plan géographique. C’est le cas pour la Région parisienne. Un exemple en est donné par la carte des étiquettes politiques des maires des arrondissements de Paris et des communes périphériques. C’est une population de dix millions de personnes qui se place sous des bannières bleues ou roses selon son lieu de résidence. La droite est à l’ouest et la gauche à l’est de l’axe nord-sud de l’Île-de-France. C’était particulièrement net en mars 2001, mais ce phénomène semble exister depuis très longtemps. Il est vrai que l’ouest est plus riche en espaces verts qui s’étendent jusqu’au parc du château de Versailles. Cela résulterait-il de la direction des vents dominants qui tendent à chasser vers l’est la pollution émise par cette vaste région urbanisée ?

  • 55 Hertz R. (1928), op. cit.

75Wile (cité par Robert Hertz55), reprenant de vieilles thèses de Max Muller et de von Meyer, évoquait une sorte d’« héliotropisme humain » pour expliquer l’attirance de l’ouest, le côté du soleil couchant. Il considérait même la prééminence droite comme une réminiscence des cultes solaires. Il reliait l’universelle polarité bilatérale au mouvement apparent du soleil, ce mouvement qu’auraient suivi de nombreuses migrations humaines, voire des hordes barbares. Encore faut-il supposer, pour situer la droite à l’ouest et la gauche à l’est, que l’on se réfère d’abord au nord magnétique, par exemple en se couchant sur le dos avec la tête vers le nord...

76Il faut mettre un terme à ces considérations pittoresques qu’inspirent divers usages « calés » du bipôle droite-gauche ou gauche-droite. Chacun se trouve tenté d’y discerner une orientation préférentielle. Le choix peut-il être neutre ? La droite et la gauche de qui ? De quoi ? Quelles valeurs ou vertus sont associées à ces symboles ? De nouveaux malentendus peuvent être suscités par ces fictions bilatérales, mais orientées, alourdissant encore la symbolique associée la latéralité manuelle. Quant au bipôle nord-sud, s’il est beaucoup moins utilisé, c’est peut-être parce qu’il renvoie trop vite, comme le couple haut-bas, à des rapports hiérarchisés.

77Il est temps de s’intéresser au support neuropsychologique de ces modèles dichotomiques. Il faut donc aborder le niveau où s’élaborent, en fait, la plupart de nos représentations latéralisées. On trouvera dans l’organisation fonctionnelle du cerveau humain des caractéristiques latérales contenant en germe une telle gestion bipolaire des informations. Dans cette perspective, les relations interhémisphériques témoignent d’une dualité entre deux cerveaux bien différenciés, mais complémentaires. Comme dans les illustrations qui précèdent, il faut considérer l’ensemble du système pour appréhender sa fonction unitaire si ce n’est sa finalité.

Deux cerveaux pour agir

78La plupart des actes quotidiens exigent la coopération des deux mains. Pour façonner un objet, il faut le manier ou le manipuler avec précision. L’une des mains doit le maintenir et le disposer de façon adaptée afin que l’autre intervienne sur certains détails sous le contrôle du regard. Cette faculté repose sur des spécialisations complémentaires des mains, mais ce n’est que le reflet d’une asymétrie centrale supérieure. Les deux hémisphères s’impliquent de façon différenciée dans le contrôle du mouvement. Il apparaîtra ci-après, en particulier, que la main préférentielle a plus souvent recours à l’attention visuelle tandis que l’autre s’appuie davantage sur la sensibilité proprioceptive et les régulations posturales.

79Avant d’entreprendre une analyse plus approfondie des processus de contrôle – latéralement différenciés – de la motricité manuelle, il semble nécessaire de faire le point des connaissances rassemblées, en un peu plus de cent ans, sur les spécialisations hémisphériques.

Le langage et la dominance hémisphérique gauche

  • 56 Broca P. (1865), « Sur le siège de la faculté du langage articulé », Bulletin de la Société d’anthr (...)

80Il est unanimement admis depuis Broca (1865)56 que, chez les droitiers, l’hémisphère gauche est dominant pour le langage. Il est apparu beaucoup plus tard, voici à peine quelques décennies, que l’hémisphère droit, pour sa part, s’attribue spécifiquement d’autres fonctions essentielles que nous évoquerons ultérieurement.

81Les constatations de Broca à propos du langage laissant entrevoir quelques variations, il conçut cependant qu’il pouvait y avoir « un certain nombre d’individus chez lesquels la prééminence native des circonvolutions de l’hémisphère droit renverserait l’ordre des phénomènes ». Dès lors, la communauté scientifique admit, au moins de façon implicite, que les gauchers présentaient logiquement une dominance hémisphérique droite pour le langage. Ce point a été réfuté depuis lors. Les gauchers n’ont pas une organisation neuronale inversée par rapport à celle des droitiers et ne doivent surtout pas être assimilés à des répliques « en miroir » des droitiers. Une grande partie de l’intérêt de nos constatations dans la pratique sportive repose précisément sur le fait que les gauchers ne s’y comportent jamais comme « des droitiers à l’envers ».

  • 57 Aphasie : trouble ou perte de la capacité de parler ou de comprendre le langage parlé ou écrit.
  • 58 Une injection de xénon 133 (TEP : tomographie par émission de positons) permet de mesurer le débit (...)
  • 59 La lecture à haute voix implique notamment : l’aire motrice supplémentaire frontale, le cortex fron (...)

82Les signaux qui constituent le langage comportent une part signifiante – orale, écrite, gestuelle – et une part signifiée – le sens. Ces deux composantes sont plus ou moins affectées par des lésions de l’hémisphère gauche, selon leur localisation, mais leur déficit fait partie des troubles du langage – aphasies57 – qui caractérisent cliniquement ce côté. Des procédés d’imagerie cérébrale dynamique58 mettent en évidence, par des variations de couleurs, les aires corticales activées durant des tâches mentales effectuées par un sujet bien éveillé. On peut constater, par exemple, que la lecture à haute voix active plusieurs aires hémisphériques, principalement gauches, concourant à cette tâche59.

83En définitive, les activités liées au langage s’inscrivent, chez un droitier, dans un ensemble de structures situées en des régions très dispersées prédominant dans l’hémisphère gauche, du pôle frontal au pôle occipital. Il apparaît que les sujets gauchers et ambidextres – ce concept reste à éclaircir – présentent aussi, le plus souvent, des troubles du langage lors de lésions unilatérales de l’hémisphère gauche mais que ces troubles sont généralement moins sévères et plus vite compensés que chez les droitiers. Quelques-uns d’entre eux, cependant – environ un tiers –, présentent certains troubles du langage après lésion unilatérale droite. Dans ces cas également, la récupération du langage est plus fréquente, plus rapide et plus importante.

  • 60 Hécaen H. (1962), « Clinical symptomatology in right and left hemispheric lesions », Interhemispher (...)
  • 61 Pariser P., Bergego C., Ducarne B., Held J.-P. (1985), « La dominance cérébrale en fonction de la r (...)
  • 62 Selon R. Drews, l’hémisphère gauche s’attribuerait les relations intraconceptuelles, tandis que l’h (...)

84À la suite des recherches de Hécaen60, des années 1960, divers auteurs se sont consacrés inventorier les troubles du langage en fonction de la préférence manuelle et de l’hémisphère lésé. Un peu plus récemment, Pariser et alii61 ont récapitulé les données de quatre grandes enquêtes portant, au total, sur 7 391 patients (6 437 droitiers et 954 gauchers). Il en ressort, pour résumer, que ce sont les lésions hémisphériques gauches qui donnent lieu majoritairement à des troubles du langage, aussi bien chez les gauchers que chez les droitiers (respectivement 62,3 % et 63 %). Par ailleurs, les lésions hémisphériques droites sont en cause dans 37 % des cas chez les gauchers et seulement pour 2,2 % des cas chez les droitiers. Ces derniers cas de troubles du langage en rapport avec des lésions hémisphériques droites pourraient résulter notamment de la perte d’une fonction associative entre les concepts62.

  • 63 Test de Wada, électroencéphalogramme, projections tachistoscopiques latérales, xénon 133, etc.

85Ces données témoignent essentiellement d’un rôle moins exclusif de l’hémisphère gauche dans la manipulation du langage chez les gauchers et ambidextres. De nombreuses techniques d’exploration de la représentation hémisphérique du langage63 ont attesté, total, sa dominance gauche pratiquement exclusive chez tous les droitiers et chez 70 % des gauchers. Ainsi, une dominance hémisphérique droite pour le langage ne se vérifie que chez 3 % de nos congénères. Il apparaît donc que la dominance hémisphérique gauche est plus universelle pour le langage que pour la latéralité manuelle.

  • 64 Apraxie : incapacité d’effectuer des mouvements volontaires adaptés un but, alors que les fonctions (...)
  • 65 Ajuriaguerra J. de, Hécaen H. et Angelergues R. (1960), « Les apraxies ; variétés cliniques et laté (...)

86Mais les fonctions de l’hémisphère gauche ne se limitent pas au langage. Les divers aspects de sa spécialisation convergent vers une fonction de communication dont le langage n’est qu’un élément. Toute la pensée logique et rationnelle semble reposer sur sa mise enjeu, de même que l’organisation du mouvement volontaire. Les apraxies idéatoire et idéomotrice64 font également partie, à ce titre, des syndromes lésionnels hémisphériques gauches. Elles ont été exclusivement rapportées à des lésions gauches ou bilatérales lors d’une étude portant sur 415 cas de lésions des aires motrices corticales65. Nous verrons que d’autres types d’apraxies s’appuyant sur la perception de l’espace sont rapportées, au contraire, en majorité à des lésions hémisphériques droites.

87Des expériences dont nous rendrons compte font indirectement état d’une dominance hémisphérique gauche pour la précision gestuelle à partir de tâches de pointer, sous contrôle visuel, dans diverses conditions d’incertitude temporelle et spatiale dérivées de situations de compétition sportive.

Les fonctions de l’hémisphère dit « non dominant »

88S’il est communément admis désormais que l’hémisphère gauche joue un rôle majeur dans le comportement humain grâce à son implication dans la gestion du langage, les fonctions hemisphériques droites sont trop souvent encore sous-estimées. C’est au cerveau droit que revient, cependant, l’intégration des informations relevant de la perception visuelle de l’espace. Il ne serait pas abusif d’invoquer une dominance relative de l’hémisphère droit dans cette perspective. On le trouve également impliqué dans les activités créatrices et, de façon globale, dans les réactions affectives.

  • 66 Deutsch G., Bourbon W. T., Papanicolaou A. C., Eisenberg H. M. (1988), « Visuospatial tasks compare (...)
  • 67 Benton A. L. (1977), « Visuoperceptive, visuospatial and visuoconstructive disorders », in Clin. Ne (...)

89Il a déjà été signalé que l’imagerie cérébrale permet à présent de visualiser certaines différences fonctionnelles entre les aires cérébrales chez des sujets normaux, éveillés, et effectuant des tâches particulières, mentales ou motrices. Ces techniques d’observation dynamique ont contribué à bien établir le rôle de l’hémisphère droit dans le traitement des informations spatiales. Des tâches telles que, par exemple, des jugements sur l’orientation de lignes, sur des fragments de puzzle, sur la rotation mentale d’objets dans les trois dimensions de l’espace, font apparaître une asymétrie d’activation hémisphérique66. Les représentations mentales de rotations subies par un objet, en particulier, suscitent une forte implication de l’hémisphère droit. Les expériences de ce type tendent à confirmer le modèle de Benton67 selon lequel cet hémisphère serait en mesure de procéder à une véritable « manipulation mentale » des objets dans l’espace.

  • 68 Weinstein S., Graves R. E. (2001), « Creativity, schizotypy and laterality », Cognitive Neuropsychi (...)

90Une étude récente, en marge de la neuropsychiatrie, s’est fondée sur des séries de tests cognitifs pour établir les profils de comportement d’une population d’étudiants. L’analyse des données met en cause le système hémichamp-visuel-gauche-hémisphère-droit chez certains étudiants obtenant des scores élevés aux tests qui mesurent, soit la créativité verbale (quatre tests), soit la tendance schizotypique (trois tests). Les auteurs en concluent que ces traits de comportement mettent en jeu des processus centraux impliquant l’hémisphère droit68.

  • 69 L’apraxie constructive se traduit, en particulier, par une incapacité ou, au moins, des difficultés (...)
  • 70 Agnosie : incapacité de qui est perçu ou alors que les organes sensoriels sont intacts.
  • 71 Ces situations expérimentales consistent à présenter brièvement des stimuli visuels – au moyen d’un (...)

91En neuropathologie, les lésions objectives de l’hémisphère droit se traduisent principalement par des troubles de la perception visuelle de l’espace. Cette note spatiale se retrouve dans l’apraxie constructive69, l’apraxie de l’habillage, l’agnosie70spatiale unilatérale, et dans certains troubles du calcul, de la lecture et de l’écriture. Un aspect illustratif des fonctions hémisphériques droites tient à son rôle dans la reconnaissance des visages. Certaines lésions de cet hémisphère donnent lieu, en effet, à une agnosie des physionomies, les patients ne parvenant plus à reconnaître les visages familiers. Cette spécialisation fonctionnelle peut aussi être vérifiée chez des sujets normaux dans des conditions expérimentales appropriées71. Plus généralement, une héminégligence spatiale est considérée comme un trouble typique des lésions hémisphériques droites.

  • 72 Posner M. I., Walker J. A., Friedrich F. J., Rafal R. D. (1984), « Effects of parietal injury on co (...)

92Lorsque nous rejoindrons plus avant la pratique sportive, nous trouverons une forte implication de l’hémisphère droit dans une fonction d’alerte visuo-spatiale. De nombreux tests effectués avec des sujets atteints de lésions hémisphériques droites ont amené des progrès remarquables dans la compréhension des processus centraux de gestion de l’attention. Les travaux de Posner72 dans ce domaine ont mis en certains aspects essentiels des opérations de déplacement de l’attention dans le champ spatial. Selon cet auteur, il s’agit de bien distinguer une orientation cachée – covert orienting –, quand l’attention porte sur une partie différente de celle qui est dans la direction du regard (situation familière dans les sports d’opposition), d’une orientation manifeste – overt orienting – quand regard et attention sont orientés vers le même objectif.

  • 73 Prosexigène : caractéristique d’un stimulus qui suscite une activation plaçant l’organisme dans l’é (...)
  • 74 D’autres auteurs (Robinson, Wurtz, etc.), avaient pu établir précédemment le rôle du lobe pariétal (...)
  • 75 Gainotti G., D’erme P., Monteleone D., Silveri M. C. (1986), « Mechanisms of unilateral spatial neg (...)

93En outre, l’orientation de l’attention peut résulter soit d’un processus automatique, notamment en réponse à un stimulus visuel ayant des propriétés prosexigènes73, soit d’un processus intentionnel en rapport avec un but conscient poursuivi par le sujet. Les observations de Posner et son équipe ont contribué à montrer le rôle majeur joué par le lobe pariétal postérieur dans le détachement automatique de l’attention lors de telles mobilisations74. Par ailleurs, il est apparu à Gainotti75 un rôle spécifique du lobe pariétal postérieur droit lorsque l’expérience exige une attention distribuée, dans des tâches d’exploration visuelle de l’espace. Ce phénomène est surtout révélé par des situations imposant au sujet de comparer des figures présentées simultanément au centre et dans les deux hémichamps latéraux.

  • 76 Heilman K. M., Watson R. T., Valenstein E. (1985), « Neglect and related disorders », in Clinical N (...)

94La plupart des études concordent pour attribuer à l’hémisphère droit, dans de telles tâches attentionnelles, un traitement global et instantané des informations, tandis qu’un traitement localisé et plus finement détaillé revient à l’hémisphère gauche. Enfin, il est communément admis que l’habileté à développer et à maintenir l’état d’alerte repose essentiellement sur des mécanismes hémisphériques droits76.

  • 77 Goldstein G., Shelley C. (1981), « Does the right hemisphere age more rapidly than the left ? », Jo (...)
  • 78 Meudell P. R., Greenhalgh (1987), « Age related differences in left and right hand skill and in vis (...)

95De nombreux auteurs ont pu confirmer les constatations faites en 1981 par Goldstein et Shelley77 sur la plus grande rapidité de réaction de l’hémisphère droit, par rapport à l’hémisphère gauche, dans certaines conditions expérimentales. Notons qu’il a pu aussi être observé à ce propos que l’hémisphère droit semble être particulièrement sensible aux effets de l’âge78. Plusieurs constatations et données expérimentales dérivées de la pratique sportive nous permettront d’illustrer cette aptitude spécifique de l’hémisphère droit à réagir plus vite que le gauche à des signaux détectés visuellement dans l’espace d’action. Il n’est peut-être pas exclu qu’un entretien de ces aptitudes par des activités adéquates puisse retarder les effets de l’âge.

  • 79 Voir une revue de cette question dans Gainotti G., Caltagirone C., Zoccolotti P. (1993), « Left/rig (...)

96Plusieurs auteurs79 soutiennent l’hypothèse d’une véritable dominance hémisphérique droite pour les fonctions de communication émotionnelle. L’indifférence émotionnelle des patients dont l’hémisphère droit est lésé fait partie des signes cliniques de cette localisation. De nombreuses données expérimentales ont contribué à mieux établir en outre, d’une part, ce qui revient respectivement aux structures sous-corticales et corticales dans les manifestations émotionnelles, d’autre part, les rôles différenciés des hémisphères dans l’expression de ces émotions. En fait, l’implication majeure de l’hémisphère droit dans les réactions émotionnelles résulte de ses rapports avec des manifestations sous-corticales : éveil émotionnel et réponses « autonomes » aux stimuli émotionnels. L’hémisphère gauche, pour sa part, participe aux fonctions de contrôle ou d’inhibition de ces mécanismes émotionnels sous-corticaux, jouant ainsi un rôle modulateur.

La complémentarité des deux hémisphères

  • 80 Gazzaniga M. (1996), Le Cerveau social, Paris, Odile Jacob.

97Tandis que l’hémisphère droit est souvent désigné comme le cerveau émotionnel, l’hémisphère gauche a acquis un statut de cerveau interprétatif. Gazzaniga80 propose un schéma de l’évolution du système nerveux central, au cours de l’hominisation, qui s’appuie sur une telle complémentarité interhémisphérique. L’apparition des systèmes de l’hémisphère gauche lui permettant d’inférer des interprétations de nos conduites – ce qui débouche par ailleurs sur des « croyances » – aurait libéré l’être humain des réactions conditionnées et « de l’interminable corvée consistant à progresser par tâtonnements ». Mais il nous faudra dépasser ce schéma pour tenter de saisir des aspects fonctionnels plus directement en rapport avec notre problématique.

  • 81 Harter M. R., Aine C., Schroeder C. (1982), « Hemispheric differences in the neural processing of s (...)
  • 82 Tzeng O. J. L., Wang W. (1984), « Search for a common neurocognitive mechanism for language and mov (...)
  • 83 Palmer T., Tzeng O. J. L. (1990), « Cerebral asymetry in visual attention », Brain and Cognition, 1 (...)

98S’inscrivant dans une perspective engagée par Harter81 et reprise par Tzeng82, Palmer83 donne une autre interprétation séduisante de la complémentarité fonctionnelle entre les deux hémisphères. Des mécanismes attentionnels différenciés seraient à l’origine des spécialisations respectives des cerveaux gauche et droit. Le « projecteur » attentionnel de l’hémisphère gauche est très focalisé, favorisant une recherche séquentielle, item par item, des informations. Le projecteur de l’hémisphère droit, pour sa part, s’étend sur des groupes d’items, utilisant une stratégie plus « souple » ou « ouverte » qui permet le traitement simultané de plusieurs sources d’informations.

99L’hémisphère droit assure une sorte d’attention diffuse, gérant les entrées perceptives en fonction de leur caractère plus ou moins prévisible, de leurs liens simultanés ou de leurs composantes émotionnelles. Il gère la routine et procéde par synthèses sur des ensembles d’informations sensorielles. Ce cerveau droit réalise ainsi un grand nombre d’opérations plus ou moins automatiques et néanmoins essentielles qui contribuent à libérer le « canal conscient » – limité – de traitement des informations, ce dernier s’appuyant probablement davantage sur le cerveau gauche. Dès lors, parallèlement, l’hémisphère gauche peut se vouer à la saisie d’indices sur le déroulement même des événements observés, sur leurs aspects séquentiels et leurs relations de cause à effet. Il le fait au profit d’une intention préalable ou d’une réaction adaptée. Il est le support plus probable d’une pensée analytique, voire hypothético-déductive, et se révèle capable de moduler les réactions en fonction d’un projet, voire d’une stratégie d’exécution des réponses.

  • 84 Repris par E. Drews en 1987 (précédemment cité), ce modèle a été récemment confirmé par Abernethy M (...)

100Un autre aspect de la complémentarité interhémisphérique est leur contribution respective au traitement du langage. Selon un modèle interprétatif avancé dès 1976 par Lévy et Trevarthen84, l’hémisphère gauche aurait recours à un « lexique » structuré sur la base d’une hiérarchie de relation logique entre les mots en fonction de leur sens. Le « lexique » droit, quant à lui, serait organisé sur la base de simples associations entre les concepts. En d’autre termes, les relations intraconceptuelles seraient de la compétence de l’hémisphère gauche, tandis que les relations interconceptuelles seraient particulières à l’hémisphère droit. Ce dernier, échappant davantage à la hiérarchie centrale, contribuerait à des liaisons associatives ou émotionnelles plus susceptibles de déboucher sur la création de nouvelles structures.

101Il est insensé de dire ou d’écrire – c’est loin d’être rare – que notre cerveau droit est sous-employé. Un organe qui n’est pas sollicité s’atrophie. Cette loi générale s’applique par excellence au système nerveux. Elle s’illustre remarquablement aux deux extrémités de vie d’un homme, d’abord au service de l’ontogenèse, puis en fin de parcours pour retarder les effets de la sénescence. Mais on n’a jamais constaté de véritable atrophie unilatérale de l’encéphale, en dehors d’anomalies pathologiques ou de lésions aiguës. L’hémisphère droit est donc toujours présent et actif, même si sa fonction apparaît rarement au premier plan. Il est solidaire du gauche et semble plus ou moins à son service, mais c’est réciproque dans des situations d’alerte ou des réactions de sauvegarde. Il arrive même que les fonctions spécifiques de l’hémisphère droit s’illustrent dans des performances individuelles. C’est le cas pour diverses activités de création. Ce sera encore le cas dans les situations de compétition sportive que nous allons analyser, où les deux hémisphères semblent s’affronter avec leurs aptitudes spécifiques et des chances égales de succès.

102La latéralité de nos membres est conditionnée par cette complémentarité des fonctions entre les deux hémisphères. Ce fait donne tout son sens à l’étude des asymétries fonctionnelles périphériques, concept plus fertile que celui de latéralité manuelle. Le second tend à focaliser l’attention des observateurs sur les tâches unimanuelles comme l’écriture, qui n’est qu’un cas particulier des aptitudes humaines. Le premier débouche naturellement sur la distribution des spécialisations latérales à différents niveaux et en fonction des tâches. L’étude des formules individuelles de latéralisation aux trois étages oculaire, manuel et podal, par exemple, transforme et enrichit l’analyse des gestes sportifs.

Notes

1 Les correspondances politiques de cette polarité en sont un exemple pittoresque qui sera brièvement évoqué.

2 La plupart des paléoanthropologues admettent que les premiers hominidés bipèdes sont apparus il y a 5 à 8 millions d’années, en Afrique de l’Est. Deux spécimens découverts récemment, l’un en 2000 (6 millions d’années), l’autre en 2001 (3,5 MA), estompent l’image ancestrale qui s’attachait à la célèbre Lucy (4 MA). En fait, divers types d’australopithèques démontrent que l’évolution humaine a été très « buissonnante ». La plupart ont été trouvés dans une faille géologique (Rift Valley) longue de 6 400 km entre le lac Victoria et la mer Rouge. C’est une zone riche en fossiles d’une importance majeure qui englobe l’Ethiopie, le Kenya et le nord de la Tanzanie. Cette région a aussi livré des spécimens plus récents du genre homo. C’est le cas de Homo erectus (1,8 MA) qui témoigne, par l’augmentation considérable de sa capacité crânienne (plus du double de celle d’un australopithèque), d’une évolution adaptative majeure. Il est devenu chasseur et voyageur. Des controverses sur les origines de l’homme résultent à présent de l’attribution d’une ancienneté du même ordre à des crânes de l’ouest africain (Tchad), et surtout d’Asie (Chine, Indonésie et ancienne URSS). Il semble cependant difficile d’admettre plusieurs sites d’apparition de l’humanité. S’ils résultaient de migrations antérieures d’anthropoïdes, il faudrait aussi supposer un phénomène de convergence, trop absolu pour être vraisemblable, vers Homo sapiens.

3 En 1979, Mary Leakey a découvert de très anciennes empreintes de pas d’australopithèques bipèdes sur le site de Laetoli en Tanzanie. Il est devenu clair, dès lors, que la bipédie a précédé le développement de la capacité crânienne chez les hominidés (Y. Coppens [1991], Origine de la bipédie chez les hominidés, Paris, CNRS Éditions).

4 Leroi-Gourhan A. (1964), Le Geste et la Parole : technique et langage, Paris, Albin Michel.

5 Vassal P. A. (1952), « Les asymétries normales du corps humain », in « L’attitude » (Journées médicales FFEP), SDMS, p. 8-25.

6 Saban R. (1990), « Veines méningées et langage articulé dans la lignée humaine », actes du colloque sur les origines et l’évolution du langage humain, Les Eysies, 1989, Bulletin de la Société d’études et recherches préhistoriques des Eyzies, 39, p. 67-79.

7 Victorri B. (1997), « Débat sur la langue mère », Pour la science, dossier « Les langues du monde » (hors-série), octobre, p. 28-32.

8 Le May M. (1982), « Morphological aspects of human brain asymmetry : an evolutionary perspective », Trends in Neuroscience, p. 273-275.

9 Holloway R. L., Delacoste M. C. (1982), « Brain endocast asymmetry in Pongids and Hominids : some preliminary findings on the paleontology of cerebral dominance », Amer. J. Phys. Anthro., 58, p. 101-110.

10 Le May M. (1984), « Radiological, developmental and fossil asymmetries », in N. Geswind, A. M. GalaburdA (éd.), Cerebral Dominance : The Biological Foundations, Cambridge (Mass.), Harvard University Press.

11 Homo habilis, qui réalisait déjà des objets en pierre taillée et se tenait debout – tout en étant probablement arboricole –, est estimé à 3 millions d’années d’âge. Homo erectus aurait occupé certaines régions du globe dans une période qui s’échelonne, selon les écoles de pensée, entre 600 000 et 1,7 million d’années. Quant à Homo sapiens sapiens, on admet aujourd’hui qu’il date d’au moins 200 000 ans.

12 Les indices de latéralité dans le monde animal sont trop nombreux et divers pour être décrits ici. Rappelons simplement que les grands singes témoignent d’une latéralisation manuelle lorsqu’ils recourent, dans certaines microcultures, à des instruments rudimentaires. En outre, une relative asymétrie des fonctions hémisphériques a pu être observée chez la plupart des vertébrés, y compris des oiseaux.

13 Steele J. (2000), « Handedness in past human populations : skeletal markers », Laterality, 3, p. 193-220.

14 Gibbons A. (2000), « Chinese stone tools reveal high-tech homo erectus », Science, 287 (5458), p. 1566.

15 Rugg G., Mullane M. (2001), « Infering handedness from lithic evidence », Laterality, 3, p. 247-259.

16 Roche H., citée par Pelegrin J. (1990), « Prehistoric Lithic Technology : Some aspects of Research », Archaeological Review from Cambridge, vol. 9 :1, Technology in the humanities, p. 116-125 ; Pelegrin J. (1991), « Les savoir-faire : une très longue histoire », Terrain (revue du patrimoine ethnologique), 16.3.91, p. 106-113.

17 Toth N. (1985), « Archeological evidence for preferential right-handedness in the lower and middle Pleistocene, and its possible implications », Journal of Human Evolution, 14, p. 607-614.
Toth N., Shick K. (1993), « Early stone industries and inferences regarding language and cognition », in Tools, Language and Cognition in Human Evolution, K. R. Gibson, T. Ingold (éd.), Cambridge, Harvard University Press, p. 346-362.

18 Calvin W. H. (1983), The Throwing Madonna : Essays on the Brain, New York, Mc Graw Hill ; Falk D. (1980), « Language, handedness, and primate brains : did the australopithecines sign ? », American Anthropologists, 82, p. 72-78.

19 Leroi-Gourhan A. (1964), op. cit.

20 Piveteau J. (1991), La Main et l’Hominisation, Paris, Masson.

21 Cité par Hertz R. (1928), Sociologie religieuse et folklore (Prééminence de la main droite – étude sur la polarité religieuse), Paris, Alcan.

22 Subirana et Moragas ont relevé sur les parois des cavernes d’Espagne quatre archers sur onze tenant la flèche avec la main gauche. (Cités par Subirana A. et Ollez-Daurella A. [1960], « Latéralité, maturité et EEG », Probl. Act. Phon. Suppl. Folia Phon., p. 141-150.)

23 Delluc B. et G. (1992) signalent deux sujets représentés Laussel et six aux Eyzies, tenant ainsi un objet de la main droite, « Images de la main dans notre préhistoire », in « La main dans la Préhistoire », Manovre (n° spécial), 7, p. 23-46.

24 Clottes J. et Lewis-Williams D. (1996), Les Chamanes de la préhistoire. Transes et magie dans les grottes ornées, Paris, éditions du Seuil.

25 Groenen considère que la position relative du pouce est le seul critère objectif qui puisse être retenu pour différencier les mains. Dans son inventaire, il y a cependant 12 % de mains « pouce à gauche » (mains droites si leur paume était appliquée sur la paroi), ce qui coïncide étonnamment avec le taux actuel des gauchers. Voir Groenen M. (1988), « Les représentations de mains négatives dans les grottes de Gargas et de Tibiran », Bull. Soc. roy. belge d’anthropol. et de préhistoire, t. 99, p. 81-113 ; du même (1990), « Quelques problèmes à propos des mains négatives dans les grottes paléolithiques », Annales hist. art et archéol., Université Libre de Bruxelles, t. XII, p. 7-29.

26 Les techniques d’exécution des peintures rupestres ont été remarquablement étudiées par Barrière C. et Sueres M. (1992). Voir à ce propos « Les mains de Gargas », in « La main dans la Préhistoire », Manovre, op. cit., p. 47-57.

27 La technique au pochoir a été aussi utilisée pour des peintures rupestres plus récentes observées en Afrique, mais le souffle y était remplacé par le crachis.

28 Verbrugge A. R. (1976), « L’orant n’est pas un thème religieux », IXe congrès de l’UISPP, novembre (« Résumés des communications »), p. 382.

29 Barrière C. (1976), Monographie, Institut d’art préhistorique de Toulouse.

30 Clottes J. et Courtin J. (1992), La Grotte de Cosquer, Paris, éditions du Seuil. On pourrait ajouter à cet inventaire les grottes de Bornéo, dont les peintures pariétales (environ – 10 000 ans) sont en cours d’exploration. Déjà 140 mains négatives y ont été dénombrées. Les mains gauches dominent là encore, généralement représentées isolément, tandis que des mains droites leur sont parfois superposées de façon croisée (voir Hendriksson S., Rapport CNRS, Paris).

31 J. Clottes m’a communiqué personnellement ces données par écrit en 1995.

32 Douze analyses ont été réalisées, au moyen du carbone 14, sur huit échantillons de peintures de la grotte Chauvet (Vallon-Pont-d’Arc) par le Centre de faible radioactivité de Gif-sur-Yvette (CNRS-CEA), le Centre de datation par le radiocarbone de Lyon (CNRS-Université de Lyon-I) et le Research Laboratory for Archeology and History of Art d’Oxford. L’âge des échantillons est compris, selon les prélèvements, entre 30 340 ans (plus ou moins 570) et 32 410 ans (plus ou moins 720).

33 « Les chamanes de la grotte Chauvet », De Roux E. (Le Monde, 15 janvier 1999).

34 Baffier D., Feruglio V. (2001), « Les points et les mains », in La Grotte Chauvet – L’art des origines, Clottes (éd.), Paris, éditions du Seuil.

35 Roseaux ou bâtons taillés comme en utilisaient les Sumériens pour l’écriture cunéiforme.

36 Peters M. (1990), « Book reviews », Neuropsychologia, 28, 4, p. 385-390.

37 Bragina N. N., Dobrochotowa T. A. (1984), Funktionelle asymmetrien des menschen, Leipzig, VEB Georg Thieme, 330 p.

38 Azémar G. (1970), Sport et Latéralité, Paris, éditions universitaires.

39 Lacour M., Bonnet M., Roll J.-P. (1974), « Effets spinaux d’une stimulation vestibulaire électrique chez l’homme », Acta Otolaryng., 78, p. 399-409.

40 Angelergues R. (1964), « L’image du corps et les fonctions de l’écorce cérébrale », Le Concours médical, 4, 1, 86-1, p. 75-84.

41 Niki H. (1974), « Differential activity of prefrontal units during right and left delayed response trials », Brain Research, 70, p. 346-349.

42 Les différences structurales observées au niveau du planum temporale, qui seront évoquées plus avant, sont essentiellement morphologiques, sans conséquences pondérales significatives.

43 Hertz R. (1928), Sociologie religieuse et folklore : prééminence de la main droite, étude sur la polarité religieuse, Paris, Alcan.

44 Cité par R. Hertz.

45 Diertelin G. (1968), « Norme et latéralité en Afrique occidentale », in Main droite et Main gauche, Kourilski R. et Grapin P. (éd.), Paris, PUF.

46 Bareau A. (1968), « Norme et latéralité dans la civilisation indienne », in Main droite et Main gauche, op. cit.

47 Granet M. (1933), « La droite et la gauche en Chine », Bulletin de l’Institut français de sociologie, III, 3, p. 87-116.

48 Chavannes E. (1897), cité par Demieville P. (1968), « Gauche et droite en Chine », in Main droite et Main gauche, op. cit.

49 De vit. pud. 8.

50 Fabbro F. (1994), « Left and Right in the Bible from a Neuropsychological Perspective », Brain and Cognition, 24, p. 161-183

51 La primatologie apporte de nombreux témoignages de ces comportements ségrégatifs dans des populations de singes, même s’ils sont parfois atténués, comme chez les humains, par des initiatives plus généreuses en faveur de jeunes individus (voir Cyrulnik B., Goodall J., etc.).

52 Lanthony P. (1995), « Les peintres gauchers », Rev. neurol, 151, 3, p. 165-170. Cette étude démontre qu’en dehors de Vinci, Holbein, Menzel et Dufy, les peintres gauchers consacrés par l’histoire de l’art sont assez rares. L’auteur n’en compte que quatorze sur cinq cents peintres méthodiquement étudiés, soit 2,8 %. Mais cette étude porte presque exclusivement sur des peintres figuratifs, dont la technique exige une représentation consensuelle de l’espace visuel. Certains peintres contemporains, tel Alechinsky, revendiquent hautement leur sénestralité qui pourrait faciliter des formes d’expression originales.

53 C’est, plus précisément, l’axe céphalo-caudal des neurologues.

54 Axe d’asymétrie : cette association de termes est représentative de l’ensemble des phénomènes étudiés dans cet ouvrage. Qu’il s’agisse d’asymétrie fonctionnelle ou de dualité symbolique, les phénomènes évoqués y transcendent la symétrie structurale de référence.

55 Hertz R. (1928), op. cit.

56 Broca P. (1865), « Sur le siège de la faculté du langage articulé », Bulletin de la Société d’anthropologie, vol. 6, p. 337-393. Ces rapports établis par Broca entre l’aphasie et l’hémisphère gauche ont été bientôt confirmés par les travaux respectifs de Bastian, Jackson et Wernicke.

57 Aphasie : trouble ou perte de la capacité de parler ou de comprendre le langage parlé ou écrit.

58 Une injection de xénon 133 (TEP : tomographie par émission de positons) permet de mesurer le débit sanguin cérébral à l’aide d’une gamma-caméra qui produit des images colorées des aires cérébrales activées, par exemple, au cours d’une tâche faisant intervenir le langage.

59 La lecture à haute voix implique notamment : l’aire motrice supplémentaire frontale, le cortex frontal oculo-moteur (mouvements du regard), le cortex frontal associatif spécifique (aire de Broca), le cortex moteur primaire (contrôle des organes de phonation), le cortex auditif primaire et associatif (aire de Wernicke) et les aires visuelles occipitales primaires et associatives (aires striées et péri-striées).

60 Hécaen H. (1962), « Clinical symptomatology in right and left hemispheric lesions », Interhemispheric Relations and Cerebral Dominance, Baltimore, The Johns Hopkins Press, p. 215-244.

61 Pariser P., Bergego C., Ducarne B., Held J.-P. (1985), « La dominance cérébrale en fonction de la représentation hémisphérique du langage. Étude de deux cas et revue de la littérature », Annales de réadaptation et de médecine physique, vol. 27, p. 233-250.

62 Selon R. Drews, l’hémisphère gauche s’attribuerait les relations intraconceptuelles, tandis que l’hémisphère droit pourrait intervenir dans des relations interconceptuelles. Drews R. (1987), « Qualitatively different organizational structures of lexical knowlege in the left and right hemispheres », Neuropsychologia, 25, p. 419-427.

63 Test de Wada, électroencéphalogramme, projections tachistoscopiques latérales, xénon 133, etc.

64 Apraxie : incapacité d’effectuer des mouvements volontaires adaptés un but, alors que les fonctions motrices et sensorielles sont normales. L’apraxie idéatoire se traduit par une difficulté à effectuer une action complexe en utilisant un objet. L’apraxie idéomotrice désigne une difficulté à effectuer des gestes simples n’utilisant pas d’objets.

65 Ajuriaguerra J. de, Hécaen H. et Angelergues R. (1960), « Les apraxies ; variétés cliniques et latéralisation lésionnelle », Rev. neurol., 102, p. 66-91.

66 Deutsch G., Bourbon W. T., Papanicolaou A. C., Eisenberg H. M. (1988), « Visuospatial tasks compared via activation of regional cerebral blood flow », Neuropsychologia, 26, 3, p. 445-452.

67 Benton A. L. (1977), « Visuoperceptive, visuospatial and visuoconstructive disorders », in Clin. Neuropsych., Heilman K. M, Valenstein E. (éd.), Oxford, Oxford University Press.

68 Weinstein S., Graves R. E. (2001), « Creativity, schizotypy and laterality », Cognitive Neuropsychiatry, 2, p. 131-146.

69 L’apraxie constructive se traduit, en particulier, par une incapacité ou, au moins, des difficultés structurer de façon cohérente un dessin, un modelage, des puzzles, un assemblage de cubes ou autres éléments modulaires.

70 Agnosie : incapacité de qui est perçu ou alors que les organes sensoriels sont intacts.

71 Ces situations expérimentales consistent à présenter brièvement des stimuli visuels – au moyen d’un tachistoscope – à droite ou à gauche du point de fixation du regard. Une telle procédure permet de projeter les images reçues par le sujet vers les aires visuelles de son seul hémisphère controlatéral. La description et l’interprétation de telles procédures expérimentales seront développées plus avant.

72 Posner M. I., Walker J. A., Friedrich F. J., Rafal R. D. (1984), « Effects of parietal injury on covert orienting attention », The Journal of Neurosciences, vol. 4, n° 7, p. 1863-1874 ; Posner M. I., Inhoff A. W., Friedrich F. J., Cohen A. (1987), « Isolating attention systems : a cognitive-anatomical analysis », Psychobiology, 15, p. 107-121.

73 Prosexigène : caractéristique d’un stimulus qui suscite une activation plaçant l’organisme dans l’état de veille attentive.

74 D’autres auteurs (Robinson, Wurtz, etc.), avaient pu établir précédemment le rôle du lobe pariétal postérieur chez le singe dans des tâches visuo-spatiales du même ordre.

75 Gainotti G., D’erme P., Monteleone D., Silveri M. C. (1986), « Mechanisms of unilateral spatial neglect in relation to laterality of cerebral lesions », Brain, 109, p. 599-612.

76 Heilman K. M., Watson R. T., Valenstein E. (1985), « Neglect and related disorders », in Clinical Neuropsychology, K. L. Heilman, Valenstein (éd.), New York, Oxford, p. 243-293 ; Posner et alii (1987), op. cit.

77 Goldstein G., Shelley C. (1981), « Does the right hemisphere age more rapidly than the left ? », Journal of Clinical Neuropsychology, 3, p. 65-78.

78 Meudell P. R., Greenhalgh (1987), « Age related differences in left and right hand skill and in visuo-spatial performance : their possible relationship to the hypothesis that the right hemisphere ages more rapidly than the left », Cortex, 23, p. 431-445.

79 Voir une revue de cette question dans Gainotti G., Caltagirone C., Zoccolotti P. (1993), « Left/right and cortical/subcortical dichotomies in the neuropsychological study of human emotions », Cognition and Emotion, 7, 1, p. 71-93.

80 Gazzaniga M. (1996), Le Cerveau social, Paris, Odile Jacob.

81 Harter M. R., Aine C., Schroeder C. (1982), « Hemispheric differences in the neural processing of stimulus location and type : Effects of selective attention on visual evoked potentials », Neuropsychologia, 20, p. 421-438.

82 Tzeng O. J. L., Wang W. (1984), « Search for a common neurocognitive mechanism for language and movements », American Journal of Psychology General, 114 (3), p. 285-310.

83 Palmer T., Tzeng O. J. L. (1990), « Cerebral asymetry in visual attention », Brain and Cognition, 13, p. 46-58.

84 Repris par E. Drews en 1987 (précédemment cité), ce modèle a été récemment confirmé par Abernethy M. et Coney J. (1990) (« Semantic and phonemic priming in the cerebral hemispheres », Neuropsychologia, 28, 9, p. 933-945). Ces derniers ont pu montrer en outre que les représentations lexicales sont activées plus lentement dans l’hémisphère droit que dans le gauche.

© CNRS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search