Version classiqueVersion mobile

L’homme asymétrique

 | 
Guy Azémar

Avant-propos

Texte intégral

1Moscou, août 1980. Les Jeux Olympiques se déroulent depuis déjà quelques jours avec leur moisson habituelle de psychodrames masqués par les exploits – quelquefois attendus, mais plus souvent insolites – que répercutent les écrans du monde entier. Ce soir-là, dans l’immense salle consacrée aux épreuves d’escrime, vont s’affronter les six meilleurs fleurettistes masculins du prestigieux tournoi olympique. Ils viennent de se qualifier en deux journées d’épreuves éliminatoires. Comme de coutume, pour cette phase capitale, la piste est installée sur une estrade afin que le public ait une bonne visibilité de tous côtés de la salle. Ce public est venu nombreux car les Soviétiques obtiennent de très bons résultats en escrime depuis une quinzaine d’années et, précisément, trois de leurs représentants restent en lice avec de fortes chances de médailles. La finale devrait être spectaculaire et de bonne qualité car elle rassemble d’excellents bretteurs, comptant plus sur l’habileté que sur la puissance, préférant la finesse des touches à la vigueur des engagements.

2À l’appel du commentateur, se présentent enfin les protagonistes : les trois Soviétiques vont devoir affronter un Polonais, un Roumain et un Français. Chacun d’eux, tandis que le haut-parleur l’appelle et dit son palmarès, vient se placer sur une ligne, face au public, l’arme à la main. À la fin des présentations, avant de quitter la piste pour que puisse commencer le premier assaut, il est d’usage, pour les finalistes encore alignés, d’effectuer le salut traditionnel de l’escrimeur avec son arme. Le public ne manque pas d’être surpris, ce soir-là, par un aspect singulier de ce mouvement d’ensemble : les six finalistes saluent de leur main gauche !

  • 1 Voici les noms de ces huit gauchers, dans l’ordre du classement obtenu à l’issue de la finale : Smi (...)
  • 2 Notons cependant qu’en 1979, Mexico, lors des Universiades (championnats du monde universitaires), (...)

3En réalité, réussite des gauchers, déjà remarquable sur le plateau, était encore plus étendue au sommet du classement. Ils étaient massivement installés tête du tournoi. Le public plus restreint des initiés ayant suivi le déroulement des étapes préliminaires savait déjà qu’ils occupaient les huit premières places1 et qu’il s’en trouvait encore un parmi les quatre suivants restant à classer entre la 9e et la 12e place. Pour ma part, ayant assisté précédemment à de nombreuses finales des championnats du monde et des Jeux Olympiques, ce fut moins une surprise qu’un certain motif d’excitation. Dès 1965, un nombre important de gauchers m’était apparu dans l’équipe de France d’escrime et j’avais déjà pu constater, en quinze ans, qu’on en décelait plus de 50 % parmi les médaillés dans les compétitions mondiales de fleuret et d’épée – le sabre ne semblait pas leur offrir une telle occasion de se distinguer –, mais c’était la première fois, à Moscou, que leur suprématie apparaissait aussi massive2.

4L’année 1980 semble avoir été exceptionnelle pour les gauchers dans le monde sportif. On en comptait cette année-là, parmi les 10 premiers des classements mondiaux officiels, respectivement, 6 en tennis de table (championnats du monde), 4 en tennis (classement ATP, ou` ils se retrouvaient 3 dans les 4 premiers) et donc 8 au fleuret (Jeux Olympiques). Étant donné qu’on en compte environ un sur dix dans la population générale, leur réussite dans ces disciplines (18 sur 30 sportifs de premier plan mondial, soit 6 fois plus, proportionnellement) méritait bien de retenir l’attention des spécialistes.

5De telles constatations au plus haut niveau des affrontements sportifs pouvaient ouvrir la voie à toutes sortes d’interrogations. Les gauchers étaient-ils en train d’entrer dans la légende en bousculant enfin la suprématie historique des droitiers ? Fallait-il se préparer à vivre, à travers les Jeux Olympiques et, peut-être au-delà, dans toute notre société compétitive, une espèce de Saga des gauchers, en guise de revanche ? Ou bien s’agissait-il d’un phénomène demeurant circonscrit et, tout compte fait, moins nouveau qu’il le semblait ? Il nous apparut surtout nécessaire de l’analyser objectivement pour tenter de l’interpréter.

  • 3 Ces sports ont pour caractéristique commune d’opposer deux adversaires face à face et à une certain (...)

6Si nous considérons plus sereinement, mais aussi plus largement, les palmarès sportifs, il en ressort très vite que les gauchers sont loin de s’imposer dans tous les domaines. Leurs sports d’élection ont en commun le fait d’opposer deux adversaires face à face et à une relative distance. On peut, à ce titre, grouper ces disciplines sous les termes de « sports d’opposition duelle »3. Une place importante leur sera accordée dans cet ouvrage.

7En fait, on n’avait pas attendu 1980, chez les fervents du tennis, de l’escrime, voire de la boxe, pour pouvoir citer un nombre étonnant de gauchers parmi les plus célèbres figures des palmarès mondiaux. L’évocation de quelques-uns d’entre eux, en diverses occasions, permettra de relever certains traits de personnalité et les particularités comportementales qui semblent s’attacher à l’usage préférentiel de la main gauche dans l’arène sportive. L’histoire de l’escrime, avant même sa formulation sportive, ne manque pas de souligner les traits singuliers attribués aux gauchers et les problèmes spécifiques qu’ils posent depuis toujours à leurs adversaires.

***

  • 4 « Les asymétries fonctionnelles : sport et latéralité », thèse de médecine, Paris, 1966 ; Sport et (...)

8Jusqu’en 1966, j’avais pu consacrer une série d’études aux asymétries fonctionnelles dans la pratique du sport4. Quelques constatations s’en dégageaient qui contrastaient déjà avec les données – rares et plutôt sommaires – que pouvait offrir la littérature spécialisée dans ce domaine. D’emblée, l’observation des sportifs en action révélait qu’être droitier ou gaucher n’était pas un phénomène limité au comportement de la main. Il n’y a guère que pour écrire – et encore, c’est une apparence – qu’une main et le membre qui la porte semblent relativement indépendants des autres segments du corps. En sport, la prévalence manuelle apparaît souvent, certes, au pôle de l’action pour lancer, frapper une balle ou tenir une arme, mais l’athlète découvre vite qu’un tel effet traduit une somme de poussées complexes sous-jacentes, fortement asymétriques. La main n’y est que la partie émergée de l’iceberg qui la porte et l’oriente.

9Dans ce contexte dynamique – propre à la pratique sportive –, le rôle de la main non préférentielle et, plus globalement, des autres segments est souvent essentiel. En gymnastique, la main gauche des droitiers assure couramment l’appui le plus solide, le soutien le plus ferme. En athlétisme, et notamment pour sauter en hauteur, la plupart des droitiers (80 % d’entre eux) prennent leur impulsion finale, déterminante pour la performance, du pied gauche. Fait singulier, le choix du pied gauche pour cette impulsion dite « d’appel » s’avère, à l’analyse, être un indice de dextralité ! Tous les segments interviennent de façon coordonnée dans une même chaîne d’actions partielles, mais leurs rôles s’y inscrivent, selon le but recherché, en fonction de spécialisations complémentaires des membres.

10Il conviendrait donc, généralement, de rapporter le choix d’une main ou d’un pied à un type de tâche bien défini. En l’absence d’une telle précaution, il faut craindre que les termes de « droitier » et « gaucher » soient des appellations trop formelles auxquelles on accorde souvent – et même, curieusement, en milieu scientifique – un contenu abusivement monolithique et, en conséquence, une signification fictive. Ce point sera surtout discuté en conclusion avec de nombreux arguments.

11Nos premières observations ont porté, pour l’essentiel, sur une population de 1036 étudiants-professeurs d’éducation physique et sportive. Il s’y trouvait 94 % de droitiers manuels. Une analyse des différentes formules de latéralisation, aux niveaux de l’œil, de la main et du pied, de ces sportifs « polyvalents » – ou « généralistes » – a montré qu’il y avait 68,4 % de droitiers homogènes, c’est-à-dire qui visaient de l’œil droit, lançaient ou frappaient avec la main droite et utilisaient préférentiellement leur pied droit pour frapper un ballon. Indice supplémentaire : ils sautaient en hauteur avec « appel » (ou impulsion) du pied gauche. Les gauchers manuels ne dépassaient donc pas 6 % dans cette population de sportifs non spécialisés et les gauchers homogènes – tout à gauche dans la formule œil-main-pied – n’étaient que 2,3 % (30 fois moins nombreux que les droitiers homogènes). Or, les données classiques font apparaître régulièrement des taux de 8 à 12 % de gauchers manuels dans la population générale, quelles que soient les époques ou les cultures étudiées.

12Ainsi, il y avait moins de gauchers parmi les étudiants en éducation physique – assimilables à de futurs « généralistes du sport » – que dans la population générale. Pourquoi les gauchers seraient-ils moins attirés que les droitiers par le professorat d’éducation physique ? Il apparaîtra plus loin qu’un profil de droitier homogène pouvait permettre de mieux s’adapter à des applications sportives variées comme l’exigeait – jusque vers 1980 – le cursus de cette formation professionnelle. À l’opposé, on retrouvera, comme signalé ci-avant, des taux significativement élevés de gauchers dans l’élite de certaines spécialités sportives. Il faudra recourir à une analyse des gestes sportifs fondamentaux pour trouver des voies d’interprétation de ces données.

13Au terme de mes premières recherches sur les asymétries fonctionnelles, tandis que je rédigeais les dernières pages d’une thèse de médecine, en juillet 1965, j’ai laissé dériver mon attention vers un reportage télévisé sur le championnat du monde d’escrime qui se déroulait à Paris cette année-là. Il s’agissait des phases finales de la compétition et les gauchers y apparaissaient singulièrement nombreux. Rejoignant sans tarder le Stade de Coubertin, tout proche de mon domicile, ou` s’affrontaient les compétiteurs, je questionnai le responsable des équipes de France, le maître Jean Cottard. Il ne connaissait pas le taux global des gauchers participant à cette compétition, mais il en comptait 11 parmi les 20 titulaires de son équipe. Il suffisait de balayer les pistes du regard pour constater que d’autres délégations nationales – parmi les plus performantes – comprenaient également de nombreux gauchers dans leur sélection.

14Des circonstances favorables m’ayant amené à prendre en charge, dès l’année suivante, la surveillance médicale des escrimeurs français, je me suis vite trouvé en mesure d’observer un très grand nombre d’épreuves rassemblant les meilleurs bretteurs mondiaux. À plusieurs reprises, j’ai procédé à un décompte méthodique du taux de gauchers aux différentes phases de ces épreuves qui concernent, à chaque occasion, une élite de 500 à 800 escrimeurs. Ces données statistiques, qui seront développées et analysées ultérieurement, sont éloquentes : le taux des gauchers augmente régulièrement entre le début et la fin des épreuves, de sorte qu’il apparaît – en escrime – une véritable sélection des gauchers par la compétition.

15La première explication venant à l’esprit après une telle constatation est celle d’un « biais de rareté », c’est-à-dire d’un simple effet d’imprévu exercé sur l’adversaire. Les droitiers, habitués se rencontrer entre eux, se trouveraient relativement désorientés lorsqu’ils se trouvent face à un adversaire tenant son arme dans la main gauche et posant ainsi, en quelque sorte, les problèmes « à l’envers ». En fait, nous savons à présent que les gauchers sont loin d’être rares dans l’élite des escrimeurs. Ainsi, un fleurettiste ou un épéiste de haut niveau a environ une chance sur deux ou trois de rencontrer un gaucher en compétition durant les longues années de sa carrière. Les effets de surprise s’en trouvent donc très atténués, sinon totalement écartés.

  • 5 Nos premières hypothèses d’interprétation de la supériorité des gauchers dans certains sports ont f (...)

16Il apparaîtra plus loin des arguments d’un autre ordre qui se sont bientôt imposés à l’attention de l’équipe de chercheurs constituée en 1980 pour s’attacher, entre autres buts, à l’interprétation d’un tel phénomène5. Le fait remarquable que la pratique du sabre échappe à la règle nous a plus encore confortés dans la recherche d’une explication passant par l’analyse des gestes et de leurs modalités de contrôle par le système nerveux central. Cela m’obligera donc ci-après entraîner assez souvent le lecteur dans un domaine qui ne lui est pas nécessairement familier, le champ des neurosciences.

17Pour rétablir la chronologie des investigations et respecter ainsi la continuité logique des interrogations suscitées par les comportements humains asymétriques, il convient de noter ici que j’avais pu m’attacher, au cours des années 1970, à l’étude des premières étapes de la latéralisation. Un grand nombre d’observations ont été conduites dans ce but auprès de très jeunes enfants, en crèche et en école maternelle. En choisissant des items le moins possible influencés par l’éducation et en recourant plutôt des schèmes de motricité dynamique déjà maîtrisés par les enfants, il apparaissait, là encore, un fait inattendu. La latéralisation n’attend pas, comme on le prétendait à cette époque, l’âge de 14 ou 15 ans pour achever de se déterminer. La distribution des différentes formules d’asymétrie fonctionnelle dans un échantillon représentatif d’enfants de 5 ans s’avérait analogue à celle d’une population d’adultes sportifs. Un bref chapitre présentera quelques étapes essentielles de l’ontogenèse de la latéralité.

  • 6 Ce programme a été consacré à la motricité de l’enfant de moins de 6 ans et à certains types de han (...)
  • 7 Ces recherches se sont déroulées, pour l’essentiel, de 1980 à 1992 dans le cadre du Laboratoire de (...)

18Il aura fallu la conjonction, en 1980, du constat répété des performances sportives exceptionnelles des gauchers – dans certaines disciplines – et de la fin d’un autre programme de recherches conduites au sein de l’INSEP6, pour que la latéralité dans l’élite sportive redevienne pour moi un thème central7 d’investigations. Les principaux résultats de ces travaux seront évoqués dans les pages suivantes. Afin de faciliter, dans une certaine mesure, la lecture de cet ouvrage pour les lecteurs pressés ou mal préparés aux jargons spécialisés, certaines précisions sur les protocoles expérimentaux ou l’analyse des données seront présentées en plus petits caractères ou au moyen de notes en bas de page.

  • 8 Voir Le Monde du 24 décembre 1993 : « Les revues qui font la loi » de Jean-Yves Nau et Franck Nouch (...)

19De nombreux résultats ont déjà été présentés dans des manifestations scientifiques ou publiés en langue française dans des revues spécialisées. Cependant, il leur manque, pour la plupart, d’avoir pu être soumis dans de bonnes conditions aux revues en langue anglaise qui « font la loi »8. Animé davantage par le désir de comprendre les phénomènes sous-jacents que par l’espoir d’une reconnaissance académique étendue, j’ai personnellement choisi de réserver mon temps aux investigations plutôt qu’à la quête un peu vaine de traducteurs spécialisés et de parrains bien introduits dans le cercle protégé des comités de lecture.

20Constatons cependant avec un peu d’amertume que notre interprétation de la réussite exceptionnelle des gauchers en escrime commence à être évoquée depuis 1995, de façon anonyme, dans des congrès internationaux de neurosciences. On peut ainsi mesurer le temps nécessaire pour faire évoluer les opinions dans certains domaines de recherche lorsqu’on a seulement recours à la langue française. Au bout de quelques années, il suffit à des auteurs patentés de traiter des données originales comme si elles faisaient partie du domaine commun ou, mieux encore, de s’en approprier la paternité.

21L’évocation des principales expériences et l’interprétation de leurs résultats sous l’éclairage de récentes avancées des neurosciences devraient permettre au lecteur, en fin de parcours, de mieux discerner certaines des caractéristiques respectives d’un gaucher et d’un droitier sur un terrain de sport. Ceux-ci s’affrontent avec des potentialités différentes qui s’illustrent dans des situations relativement distinctes. Des grilles d’observation de « terrain » confirment en cela les données du laboratoire. Par exemple, les gauchers s’efforcent de réduire la longueur des trajectoires à intercepter, raccourcissant ainsi les délais disponibles pour traiter les informations pertinentes. Les droitiers, pour leur part, apprécient davantage les longues trajectoires qui favorisent la précision et le développement d’actions plus construites. Les clés de ces comportements singuliers devront être cherchées en amont des mains, dans les modalités d’intervention des centres nerveux qui les contrôlent respectivement.

22À la base des modèles explicatifs, sera donc bientôt évoquée la différenciation fonctionnelle entre les hémisphères cérébraux. Cette asymétrie centrale conduit parfois à parler de cerveau droit et cerveau gauche tant chaque hémisphère se caractérise de façon distincte dans des conditions expérimentales appropriées. Il apparaît ainsi, comme l’illustrent de nombreuses données de laboratoire, que tout individu dispose, en fonction des situations, de deux cerveaux pour agir. Certes, toute action corporelle entreprise avec quelque vivacité conduit chacun de nous à recourir aux ressources du cerveau entier, surtout en situation de compétition sportive, mais si le temps presse, l’engagement de l’un ou l’autre des hémisphères est en partie conditionné par la main utilisée. La main gauche s’appuie plus directement sur l’hémisphère droit tandis que la main droite dispose d’un contrôle plus immédiat par l’hémisphère gauche.

23Adopter soit la main droite, soit la main gauche pour agir, c’est donc faire intervenir respectivement, en première ligne, soit le cerveau gauche, soit le cerveau droit, chacun ayant ses caractéristiques propres. Les différences se révèlent surtout dans des interactions individuelles ultra rapides, sous de fortes contraintes temporelles. Il suffirait quelquefois, en effet, de trois ou quatre dixièmes de seconde supplémentaires pour qu’un transfert d’information entre les hémisphères estompe leurs singularités ainsi révélées chez les protagonistes. De là découlent, pour l’essentiel, les différences de comportement observées entre gauchers et droitiers en opposition duelle, lorsque les délais disponibles sont extrêmement courts. Et pourtant par ailleurs, dans des tâches plus banales, ces deux types d’individus ne sont pas aussi différenciés qu’on le prétend généralement.

24En fait, en engageant sa main gauche, le gaucher place son cerveau droit au premier plan de l’action dans des situations ou` la plupart des individus recourent initialement aux capacités du cerveau gauche. Être gaucher, ce n’est, dans une certaine mesure, que mettre initialement en jeu – et non exclusivement – les aptitudes spécifiques du cerveau droit. Mais nous verrons que cette potentialité peut être mise en évidence, dans certaines conditions expérimentales, chez le droitier avec sa main gauche. Ainsi n’est-il pas outrecuidant de prétendre que tout droitier est, en définitive, un gaucher qui s’ignore. Les pages qui suivent apporteront de solides arguments qui permettent de soutenir de tels propos.

Notes

1 Voici les noms de ces huit gauchers, dans l’ordre du classement obtenu à l’issue de la finale : Smirnov (URSS), Jolyot (France), Romankov (URSS), Ruziev (URSS), Koziejowski (Pologne), Kuki (Roumanie), Pietruszka (France), Szelei (Hongrie).

2 Notons cependant qu’en 1979, Mexico, lors des Universiades (championnats du monde universitaires), la finale de fleuret masculin avait déjà opposé six gauchers.

3 Ces sports ont pour caractéristique commune d’opposer deux adversaires face à face et à une certaine distance, ce qui nécessite la mise en jeu, en priorité, de la perception visuelle de l’espace d’action. On compte dans cette catégorie l’escrime, le tennis, la boxe, le tennis de table, le squash, le badminton et quelques arts martiaux comme le karaté. Toutefois, le judo et la lutte, qui font intervenir un contact permanent entre les protagonistes, se distinguent fondamentalement des précédents d’un point de vue perceptivo-moteur, la vision y jouant un rôle plus accessoire. Par ailleurs, certaines phases de jeu des sports collectifs (football, rugby, handball, etc.) conduisent à des situations locales d’opposition duelle analogues à celles que nous évoquons ici et qui seront analysées plus loin.

4 « Les asymétries fonctionnelles : sport et latéralité », thèse de médecine, Paris, 1966 ; Sport et Latéralité, Paris, Éditions universitaires, 1970.

5 Nos premières hypothèses d’interprétation de la supériorité des gauchers dans certains sports ont fait l’objet d’un article de Michel de Pracontal paru dans Science et Vie de juin 1981 (n° 765, t. CXXXI) sous le titre « Le circuit court des gauchers ». Ce schéma explicatif a été étayé et précisé par de nombreux travaux depuis lors.

6 Ce programme a été consacré à la motricité de l’enfant de moins de 6 ans et à certains types de handicap psychomoteur ou sensorimoteur. Les travaux se sont déroulés entre 1970 et 1980 dans le cadre du Centre de pédagogie expérimentale de l’École normale supérieure d’éducation physique et sportive (Paris). Cette grande école a fusionné avec l’Institut national du sport en 1972 pour devenir l’Institut national du sport et de l’éducation physique.

7 Ces recherches se sont déroulées, pour l’essentiel, de 1980 à 1992 dans le cadre du Laboratoire de neurosciences du sport (Département de la recherche, INSEP, 11, avenue du Tremblay, 75012 Paris). Elles n’auraient pu se faire sans la collaboration amicale de Hubert Ripoll, Vincent Nougier, Robert Le Guern, Bruno Reine et, en particulier, un fidèle soutien de la part de Jean-François Stein. Qu’ils trouvent ici mes sincères remerciements.

8 Voir Le Monde du 24 décembre 1993 : « Les revues qui font la loi » de Jean-Yves Nau et Franck Nouchi. propos de publications scientifiques de travaux de chercheurs français, les auteurs de l’article dénoncent, avec le témoignage de Luc Montagner, le règne actuel d’un « système de pays dominants/pays dominés » qui freine la reconnaissance des avancées scientifiques n’émanant pas d’équipes anglophones.

© CNRS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search