Version classiqueVersion mobile

L’homme asymétrique

 | 
Guy Azémar

Préface

Jean Massion

Texte intégral

1Voilà un ouvrage passionnant, qui intéressera les spécialistes des activités physiques et sportives, mais aussi tous ceux qui s’interrogent sur le pourquoi et le comment de nos habiletés motrices. Il réhabilite les gauchers, ce qui incitera désormais à n’utiliser qu’avec prudence le terme de dextérité, et nous fait découvrir toute la complexité de ce qui différencie le gaucher du droitier, en mettant en doute une approche purement génétique du problème et en illustrant les spécificités de l’organisation de notre cerveau sur laquelle reposent les latéralisations. La lecture en est stimulante, elle apporte une ouverture et une synthèse uniques à ceux qui souhaitent comprendre pourquoi on devient un athlète de haut niveau, et qui ne craignent pas de se familiariser avec les complexités de l’organisation cérébrale.

2Cet ouvrage est l’œuvre d’un pionnier qui nous fait bénéficier d’un double regard sur le problème. Par ses fonctions dans les fédérations sportives et plus particulièrement dans celles des sports d’estoc et de taille, il a pu approcher les athlètes de haut niveau sur le plan national et international. C’est une découverte fortuite qui a été à l’origine de ses recherches sur les performances étonnantes des gauchers dans certains sports. Grâce à son sens de l’observation et à la rigueur scientifique qui caractérise son approche des problèmes, il a tenté de comprendre pour quelles raisons les champions d’escrime sont presque tous des gauchers. Ce fut le point de départ de recherches riches en perspectives et des réflexions qui ont conduit à écrire cet ouvrage.

3L’œuvre présentée est bien éloignée départ d’une simple synthèse de données scientifiques accumulées par l’auteur au cours de sa longue activité scientifique et professionnelle. Elle nous propose en effet des ouvertures surprenantes sur la peinture rupestre et l’usage manuel, sur les bases culturelles des préférences manuelles, sur le champ sémantique associé à la droite et a la gauche, sur les dominances des hémisphères cérébraux et le langage.

4Qu’est-ce qui distingue un droitier d’un gaucher ? Comment devient-on droitier ou gaucher ? Quelle est la part de l’inné et de l’acquis ? L’usage de la main dans l’écriture est-il un critère fiable ? Peut-on être droitier de l’œil, gaucher manuel et droitier du pied ? Ce chapitre ne manquera pas de passionner le lecteur qui verra progressivement mettre en doute ses certitudes dans ce domaine et s’ébaucher de nouvelles définitions qui pourront surprendre. Mais cette étape de l’ouvrage nous annonce l’étude de la relation entre les spécificités du droitier et du gaucher et la nature du sport pratiqué. Prenant exemple sur les sports d’opposition, l’auteur de l’ouvrage explique comment les différentes contraintes de l’action peuvent avantager dans leur pratique les gauchers ou les droitiers.

5Mais il fallait ensuite entrer dans le domaine des neurosciences, et mettre en parallèle les performances des athlètes et les capacités de traitement des hémisphères cérébraux. C’est l’occasion pour l’auteur de nous rappeler de manière didactique les données actuelles sur l’organisation et le fonctionnement cérébral, notamment dans le domaine des relations entre la vision et le mouvement. Ce rappel didactique est ensuite alimenté par l’illustration particulièrement convaincante de l’apport de l’expérimentation en conditions de laboratoire qui simule les situations rencontrées dans la pratique sportive. Grâce à l’utilisation d’artifices permettant ou non de préparer l’action et d’anticiper sur les événements futurs, le travail expérimental a pu démontrer progressivement les avantages respectifs des gauchers et des droitiers manuels, le rôle de la dominance oculaire et la conjugaison des deux dans l’optimisation de la performance en fonction des capacités de traitement de chaque hémisphère. Cet exposé culmine dans une synthèse finale qui apporte à l’ensemble des faits observés chez les sportifs une logique explicative qui permet enfin de mettre de l’ordre dans la moisson des données obtenues.

6À la fin de l’ouvrage, le lecteur aura pu reconsidérer les notions établies dans le domaine de la latéralité, et les données de l’auteur y auront contribué de manière particulièrement importante. Si de nombreux aspects du problème paraissent résolus, il reste heureusement encore de nombreuses questions à résoudre. Les nouvelles perspectives ouvertes par l’ouvrage sont particulièrement prometteuses et ne manqueront pas de stimuler la réflexion des gens de terrain aussi bien que des spécialistes du fonctionnement cérébral. Si, pour les deux domaines d’intérêt, les avancées proposées sont importantes et souvent décisives, l’ouvrage est exemplaire en ceci qu’il illustre comment l’étude des activités physiques et sportives peut éclairer les concepts sur le fonctionnement cérébral et comment ceux-ci à leur tour peuvent avoir des retombées dans le domaine de l’entraînement des athlètes de haut niveau.

Auteur

Directeur de recherche émérite, CNRS.

© CNRS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search