Version classiqueVersion mobile

Les capitaux de l’islam

 | 
Gilbert Beaugé

Deuxième partie. Études de cas et problèmes rencontrés

Chapitre 8. Islam et assurances

Ernst Klingmüller

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’assurance est-elle légale du point de vue de la Shari’a ? Ce débat aujourd’hui encore est très vif dans les pays musulmans1. La fonction sociale de l’assurance est tout particulièrement perçue par la population musulmane, dans la mesure où les catégories classiques du droit musulman intègrent cette valeur. Cette fonction suppose l’utilisation du principe d’assurance et, même dans un pays aussi conservateur que l’Arabie Saoudite, on ne rencontre aucune réserve à l’encontre de l’assurance sociale2. En revanche, on continue à y critiquer l’assurance privée et, de temps à autre, cette critique réapparaît dans d’autres pays islamiques.

L’assurance peut se définir comme les précautions terrestres que l’on prend à l’encontre des coups du destin et des pertes matérielles, autant d’épreuves envoyées par Allah comme le sait tout musulman pieux. De ce point de vue, l’assurance peut apparaître comme le renoncement à la croyance en une prédestination, l’abandon de l’espérance en une miséricorde...

© CNRS Éditions, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search