Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Aristote en syriaque

 | 
Javier Teixidor

Introduction

Texte intégral

  • 1 La géographie de cette région a été minutieusement étudiée par L. Dillemann, dans Haute-Mésopotamie (...)
  • 2 Édition de E.-W. Brooks, CSCO, série III, t. IV (1903), p. 281-282 (texte), p. 211 (trad.).

1Après la conquête du Proche-Orient par Alexandre le Grand, le village d’Urhaï, au sud-est de la Turquie, devient une fondation grecque sous le nom d’Édesse (aujourd’hui Sanli Urfa, « Urfa la Glorieuse »). La ville joue un rôle militaire important dans la zone septentrionale du territoire conquis grâce à sa position géographique privilégiée. Elle reste sous la domination des rois macédoniens tout au long du iiie siècle et de la première moitié du iie siècle av. J.-C.1. Avec l’avènement de Mithridate Ier Arsace V le Grand (171-139 av. J.-C.), le vrai fondateur de l’empire parthe, une monarchie locale s’installe à Édesse. L’auteur syriaque Jacques d’Édesse (vers 640708) a résumé dans sa Chronique l’état dans lequel se trouvait à ce moment-là le nord de la Mésopotamie : « Comme personne de la race des Grecs ne se leva pour sauver l’honneur de la monarchie des Grecs en Syrie, des gens qui s’y étaient installés depuis longtemps et qui étaient de race arménienne s’imposèrent et, pris d’émulation pour la gloire des Parthes, ils instituèrent l’un d’entre eux appelé Abgar roi d’Urhai2. »

  • 3 Voir Antiquités juives, 18.9. Pour Nisibe en particulier, voir J. Neusner, A History of the Jews in (...)
  • 4 Les textes font état de Palmyréniens qui fréquentaient des villes sous domination parthe au commenc (...)

2Édesse s’ouvre alors à une influence orientale venue du royaume des Parthes et les goûts et les mœurs de la population changent. La ville doit bénéficier en outre du rayonnement de centres intellectuels comme Babylone et Séleucie-Ctésiphon, où la présence des Parthes ne semble pas avoir porté atteinte aux traditions locales. Les rapports constants que, d’après Flavius Josèphe, les communautés juives de Nehardea, près de Séleucie-Ctésiphon, et de Nisibe, au nord de la Mésopotamie, maintenaient vers le ier siècle apr. J.-C., révèlent l’existence de l’axe culturel reliant le sud de la Mésopotamie aux villes du nord3, perpétuant d’ailleurs une tradition qui se voulait plus que millénaire. Il paraît certain que les contacts de Babylone avec Antioche, Damas ou Jérusalem passaient par Nisibe, Édesse et Zeugma plutôt que par Palmyre. Les relations des Palmyréniens avec les Babyloniens, dont témoignent les textes épigraphiques, étaient exclusivement commerciales et relevaient par conséquent du commerce international transitant par le golfe Persique4. Au carrefour des courants culturels de la région durant les premiers siècles de l’ère chrétienne, Édesse, de son côté, au cœur de la haute Mésopotamie, ne put oublier à aucun moment la présence de Rome, toujours vigilante aux marches orientales de son Empire ; les textes épigraphiques et littéraires en témoignent abondemment.

  • 5 Certains écrivains ecclésiastiques, à la suite d’Éphrem, de Rabboula et d’autres hérésiologues de l (...)

3Édesse se rallia au christianisme, probablement au christianisme hétérodoxe de Marcion de Sinope, avant que ne s’imposât celui de Quna, le premier évêque « orthodoxe » de la ville, après 313. La ville connut également la doctrine d’une autre grande figure religieuse, venue cette fois de Ctésiphon, Mani, dont l’enseignement se diffusa après celui de Marcion mais avant l’arrivée de Quna. Les écrits des hérésiologues nous font comprendre par la violence de leurs attaques que, pendant les iiie et ive siècles, ce furent les marcionites et les manichéens, beaucoup plus que n’importe quelle autre secte religieuse, qui, à Édesse, réussirent à imposer leurs doctrines de préférence à celles des autres chrétiens5.

  • 6 Voir S. Brock, « Syriac Dialogues Poems : Marginalia to a Recent Edition », Le Muséon, 97 (1984), p (...)
  • 7 La Grammaire de Denys le Thrace, traduite et annotée par J. Lallot, Paris, Éd. du CNRS, 1989, p. 2.
  • 8 Dante, De vulgari eloquentia, trad. d’A. Pézard, Paris, Gallimard, Bibl. de la Pléiade 5e éd., 1985 (...)

4En même temps, la région n’avait pas abandonné les liturgies païennes ou l’adoration des divinités ancestrales. Les inscriptions syriaques des iie et iiie siècles, en particulier celles d’Eski Sumatar trahissent la survivance de la culture indigène dont certains éléments, comme le culte d’un dieu Lune, remontent au moins au début du deuxième millénaire av. J.-C. Les croyances païennes étaient bien vivaces dans la région d’Édesse ; elles l’étaient aussi dans l’Antioche voisine. Les diatribes de Jacques de Saroug (451-521) contre les idolâtres sont bien connues. Dans son discours sur la chute des idoles, le lecteur trouve une vraie mise en scène où les dieux profèrent des insultes contre Satan au moment de l’arrivée du Christ parce qu’il n’a pas empêché la fin de l’idolâtrie. Le dialogue, qui prime ici, s’inscrit parfaitement dans une tradition chère aux Églises de langue syriaque à partir de la fin du ve siècle6. Mais cette tradition littéraire n’est pas exclusive des chants liturgiques ou des homélies ; on la trouve également dans les ouvrages philosophiques d’auteurs comme Proba, au vie siècle, ou Théodore Bar Koni qui, au viiie siècle, intègre dans son Livre des scolies les notions aristotéliciennes de substance, nom, verbe, etc. en utilisant une méthode de questions et de réponses afin que le lecteur puisse mieux mémoriser leur signification. Cette théâtralité n’est pas dépourvue de sens pour l’historien de la langue si l’on pense que les traditions orales, les récitations chantées, les poèmes sont à l’origine de toute culture. C’est sans doute des textes poétiques que naît la grammaire. Si la grammaire est, comme l’affirme Denys le Thrace, « la connaissance empirique de ce qui se dit couramment chez les poètes et les prosateurs7 », il me semble à propos de mentionner la remarque de Dante dans l’introduction du deuxième livreDe vulgari eloquentia  : « Je confesse avant tout qu’il sied au vulgaire illustre italien de se déclarer aussi bien en prose comme en vers. Pourtant les prosateurs semblent plutôt le recevoir des poètes, dont les rimes premièrement l’ont lié, et ce qu’elles ont lié semble demeurer pour modèle aux prosateurs ; mais on ne voit guère l’opposé : ce qui semble donner à la poésie un certain avantage8. » Dante explique par la suite pourquoi les chansons, les rimes et la poésie tragique doivent être étudiés pour connaître la meilleure langue, des remarques, qui en l’occurrence, nous invitent à réfléchir sur l’importance de la poésie dans la première littérature syriaque ; je pense certes aux vers et chants composés par Bardesane dans la seconde moitié du iie siècle qui, d’après les historiens syriaques, jouèrent un rôle dans l’éducation des gens d’Édesse. Cela est loin d’être surprenant si l’on se souvient comment Aristote, au commencement du livre IV de sa Poétique, attribue à l’homme « une tendance naturelle » à la représentation, à la mélodie et au rythme (Poétique, livre IV, 48 b 20-21).

5Le syriaque devint assez tôt une langue largement utilisée par les chrétiens de la Syrie du Nord et de la Mésopotamie, et non pas par les philosophes païens nés en Syrie, peut-être parce qu’il était privilégié par les ecclésiastiques ou par les auteurs chrétiens d’ouvrages scientifiques. Cette littérature se développe considérablement à partir du vie siècle au moment des luttes christologiques dans lesquelles le contentieux politique entre les patriarches de Constantinople et d’Antioche d’un côté, et d’Alexandrie de l’autre, joua un grand rôle ; les textes en témoignent avec une profusion plutôt ennuyeuse. Édesse devient un centre de vie intellectuelle grâce à son école d’exégèse biblique ; son rayonnement fut comparable parmi les auteurs de langue syriaque à celui de l’école d’Alexandrie.

  • 9 R. J. H. Gottheil (éd.), A Treatise on Syriac Grammar by Mâr(i) Eliâ of Sobhâ, Berlin. 1887 (p. H-W (...)

6Le grec exerça une influence prépondérante sur la langue syriaque qui en reçut un grand nombre de mots nouveaux. Comme l’hébreu, le phénicien et l’arabe, au commencement, elle ne notait pas les voyelles ; ce fut l’exégèse biblique qui obligea à fixer le texte sacré en notant les voyelles et d’autres signes qui facilitaient sa lecture ou sa récitation. Au xie siècle, Élie de Sôbhâ, évêque nestorien de Nisibe, composa un traité de grammaire syriaque qui s’apparente plutôt à un manuel de phonétique avec ce commentaire préliminaire : les Grecs, les Romains, les Coptes, les Arméniens, les Hindous « écrivent et lisent tous les mots qui sont écrits dans leurs alphabets sans aucun signe explicatif ; en revanche, les Hébreux, les Syriens, les Perses, les Kousites, les Élamites, les Mèdes, les Phéniciens, les Alains, les Arabes et d’autres qui ne nous sont pas connus, n’ont pas assez de signes pour indiquer les mots qu’ils écrivent, c’est-à-dire ceux écrits dans leurs langues, et pour les lire correctement comme ils sont, et pour cela, ils furent obligés à placer des signes sur les lettres afin qu’ils séparassent les voyelles des consonnes. C’est pour cela (aussi) qu’ils ne sont pas capables de lire correctement si ce n’est en devinant, d’après la tradition ou avec beaucoup de fatigue9 ». On se rappelera que lire un mot ouest-sémitique oblige le lecteur à comprendre sa fonction dans le contexte et à en retrouver la vocalisation : une vision d’ensemble de la racine consonantique déclenche l’association du mot écrit avec d’autres de la même racine, mots qui sont connus du lecteur parce qu’il les a lus ou entendus auparavant. Dans l’Antiquité classique on apprenait à lire d’abord les lettres, puis les syllabes, puis on formait des mots et, avec ces mots, l’énoncé complet. Ce procédé s’imposait, car le texte se présentait en scriptio continua, ce qui exclut la lecture globale. Un lecteur de mots araméens, en revanche, n’était pas obligé à cette analyse linguistique parce qu’il lisait globalement des groupes de lettres. De cela témoignent les points ou les petits traits qui séparent matériellement chaque mot dans les inscriptions ouest-sémitiques les plus anciennes. On lit ce qu’on reconnaît ; en fait, on ne lit pas le texte, on l’interprète d’emblée.

  • 10 Voir R. Duval, Traité de grammaire syriaque (1881), réimpr., Amsterdam, Philo Press, 1969, p. 138-1 (...)

7Mises de côté les tendances que la grande Église put considérer comme hérétiques, la vie intellectuelle d’Édesse se développa à partir du ve siècle à l’ombre d’Antioche d’où arrivèrent les commentaires bibliques en grec de Théodore de Mopsueste. Il est important de rappeler pour la compréhension de ce qui suit que, avec les commentaires de Théodore, durent arriver les écrits d’Aristote et de Porphyre. Introduits, lus, puis traduits en syriaque, ces textes constituèrent le programme d’études de l’école d’Édesse pour quelques générations d’intellectuels. C’est à cette époque que Jacques d’Édesse (640-708) rapporte l’introduction des catégories aristotéliciennes dans l’école. Un contemporain de Jacques reconnaît avoir comme ses maîtres « les philosophes étrangers », c’est-à-dire grecs10.

  • 11 Pour Théodore Bar Koni : A. Scher (éd.), CSCO, 55, Script. syri, 65, Louvain, 1910, p. 66 ; trad., (...)

8Vers la fin du viiie siècle, le syriaque était si bien établi comme langue de culture dans la haute Mésopotamie que Théodore Bar Koni n’hésitait pas à dire dans son Livre des scolies que Dieu avait parlé avec Adam en syriaque, la plus ancienne de toutes les langues. Pour Jacques d’Édesse, la langue d’Adam fut l’hébreu. Les auteurs syriaques, et plus tard les éthiopiens qui les suivent, se sont en effet posés la question de la langue que Dieu parla quand Il dit « Que la lumière soit ! » parce que, à ce moment-là, Il avait déjà créé les anges, donc des êtres qui pouvaient l’entendre. Barhadbeshabba de Halwan (vie-viie siècle) dit que Dieu « fit part de sa science » aux anges afin qu’ils ne tombassent pas dans l’erreur, et conclut : Dieu « écrivit aux anges avec le doigt de sa puissance créatrice un rouleau de lumière intangible, et à voix haute Il le lut devant eux en disant : “Que la lumière soit”, et la lumière fut ». Enfin, dans le texte éthiopien de la création Qâlemantos (I, ch. 20), on lit que ceux, juifs et chrétiens, qui pensent que Dieu utilisa l’hébreu mentent. On peut rappeler que pour Dante la question se pose d’une autre manière : comment est-il possible que la femme ait été la première à parler lors de son dialogue avec le serpent, et il commente : « il est plus raisonnable de croire que l’homme parla en premier ; et imaginer qu’un acte aussi glorieux du genre humain n’ait pas pris source dans l’homme plutôt que dans la femme, c’est inconvenance11. »

Notes

1 La géographie de cette région a été minutieusement étudiée par L. Dillemann, dans Haute-Mésopotamie orientale et pays adjacents, Paris, P. Geuthner, 1962, p. 77, 89, 105-110.

2 Édition de E.-W. Brooks, CSCO, série III, t. IV (1903), p. 281-282 (texte), p. 211 (trad.).

3 Voir Antiquités juives, 18.9. Pour Nisibe en particulier, voir J. Neusner, A History of the Jews in Babylonia, Leyde, E. J. Brill, 1965, p. 43-49.

4 Les textes font état de Palmyréniens qui fréquentaient des villes sous domination parthe au commencement du ier siècle apr. J.-C. Une inscription grecque et palmyrénienne, datée du mois d’août 19, commémore l’érection à Palmyre d’une statue, faite par les commerçants grecs et palmyréniens de Séleucie-sur-le-Tigre en l’honneur d’un membre de la tribu des Benê Maththabôl ; une autre inscription, également bilingue, datée de novembre 24, honore un membre des Benê Komarê, parce qu’il avait favorisé les commerçants qui s’étaient installés à Babylone. Une troisième, datée de la deuxième partie du ier siècle, fait état des Palmyréniens qui « étaient montés » à Palmyre venant de Spasinou Charax. Voir J. Cantineau, Inventaire des inscriptions de Palmyre, IX, Beyrouth, 1933, nos 6 et 11 ; J. Starcky, Inventaire des inscriptions de Palmyre, X, Damas, 1949, n° 40.

5 Certains écrivains ecclésiastiques, à la suite d’Éphrem, de Rabboula et d’autres hérésiologues de langue syriaque, voulurent faire de Bardesane un représentant de plus des tendances hérétiques qui avaient proliféré à Édesse. Cela tient sans doute à l’importance sociale des bardesanites au ive siècle parmi les chrétiens de la ville. Je renvoie à mon livre Bardesane d’Édesse, la première philosohie syriaque, Paris, Éd. du Cerf, 1992.

6 Voir S. Brock, « Syriac Dialogues Poems : Marginalia to a Recent Edition », Le Muséon, 97 (1984), p. 29-58. Le discours de Jacques a été publié par J. P. Martin dans ZDMG, 29 (1875), p. 101-147.

7 La Grammaire de Denys le Thrace, traduite et annotée par J. Lallot, Paris, Éd. du CNRS, 1989, p. 2.

8 Dante, De vulgari eloquentia, trad. d’A. Pézard, Paris, Gallimard, Bibl. de la Pléiade 5e éd., 1985, p. 591.

9 R. J. H. Gottheil (éd.), A Treatise on Syriac Grammar by Mâr(i) Eliâ of Sobhâ, Berlin. 1887 (p. H-W). J. S. Assemani pense que les remarques d’Elie montrent que la grammaire n’était pas encore suffisamment développée et ajoute : « Primus qui eam (la grammaire) methodo accuratiori tradidit, Joannes Bar-Zugbi fuit », Rome, Bibliotheca orientalis Clementino-Vaticana, III, 1, 1725, p. 266-267.

10 Voir R. Duval, Traité de grammaire syriaque (1881), réimpr., Amsterdam, Philo Press, 1969, p. 138-139, n. 2.

11 Pour Théodore Bar Koni : A. Scher (éd.), CSCO, 55, Script. syri, 65, Louvain, 1910, p. 66 ; trad., CSCO, 69, Script. syri, 66, Louvain, 1912, p. 96. Pour Jacques : Hexaéméron, J.-B. Chabot (éd.), CSCO, Script. syri, série II, t. LVI, Paris, 1928, p. 76. Pour Barhadbeshabba : Cause de la fondation des écoles, A. Scher (éd.), PO, IV (1908), p. 348. Pour les Éthiopiens : R. W. Cowley, Ethiopian Biblical Interpretations, Cambridge University Press, 1988, p. 245. Pour Dante : De vulgari eloquentia, I. 4. 3 ; trad. André Pézard, Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1965, p. 556. Voir aussi U. Eco, La Recherche de la langue parfaite, trad. fr. J.-P. Manganaro, Paris, Éd. du Seuil, 1994, p. 57-58.

© CNRS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540