Version classiqueVersion mobile

Aristote en syriaque

 | 
Javier Teixidor

Préface

Texte intégral

1Le syriaque occupa une place spéciale parmi les dialectes de l’araméen ; il donna à cette ancienne langue sémitique une ultime splendeur après la chute de l’Empire romain en Orient. L’araméen est une langue sémitique très proche du phénicien et de l’hébreu. Il connut au Proche-Orient ancien une grande diffusion géographique et, à travers ses dialectes, une longue postérité puisque on pratique ceux-ci encore dans quelques villages du Liban, de l’Iraq et de la Turquie. L’écriture araméenne fut directement empruntée aux Phéniciens vers 900 av. J.-C. Parlé dans tout le Proche-Orient pendant le Ier millénaire avant l’ère chrétienne, l’araméen devint la langue officielle de l’empire achéménide à partir de 539 av. J.-C. ; il gagna alors un prestige que ni le phénicien ni l’hébreu n’avaient jamais connu. Au tournant de notre ère, on parlait le syriaque en haute Mésopotamie. Très tôt, ce dialecte araméen devint la langue littéraire d’Édesse, la capitale de la province romaine de l’Osrhoène. L’usage du syriaque écrit et parlé dans la région d’Édesse, l’actuelle Urfa, en Turquie orientale, est bien attesté à partir du iie siècle de notre ère. Les textes originaires d’Eski Sumatar, à cinquante km au sud-est d’Édesse, en sont les premiers témoignages importants. Il s’agit d’inscriptions rupestres aux tracés peu soignés, souvent griffonnées sur pierre ou sur plâtre et parfois d’interprétation difficile. On connaît aussi des stèles inscrites et trois documents écrits sur peau, datés de l’époque de Gordien III (238-244), provenant des archives de familles habitant la région du moyen Euphrate. À ce groupe de textes on peut ajouter les inscriptions de mosaïques découvertes dans des tombes ou des maisons privées. Ce corpus, bien qu’exigu, montre que, à la fin du iiie siècle, écriture et langue reflètent bel et bien la culture d’une région aux rapports internationaux.

  • 1 Une remarque de Dante dans le deuxième livre du De l’éloquence en langue vulgaire, nous invite à ré (...)

2Le syriaque est encadré, géographiquement, entre Diyarbekir, Alep et la Djézireh, par les fleuves Balih et Habour, deux affluents de l’Euphrate. Son extension à l’ouest de la steppe syrienne reste difficile à préciser tandis qu’à l’est, on sait qu’il était connu au vie siècle en basse Mésopotamie. La fixité de la langue syriaque est d’ailleurs surprenante car elle se maintient sans changements pendant plusieurs siècles, c’est-à-dire durant l’époque classique, qui va du iiie jusqu’au viiie siècle. On n’oubliera pas que, au moment où commence la littérature syriaque, l’araméen a déjà le caractère d’une langue littéraire consacrée par l’usage en Palestine et en Mésopotamie. L’épanouissement du syriaque par rapport à l’araméen d’empire me paraît un phénomène linguistique comparable à celui de l’italien dérivé du latin, et on pourrait ajouter que, comme l’italien, le syriaque acquit de la structure et du volume à partir de poèmes et de chants rimés1. Au xiiie siècle, Barhebraeus, en écrivant une histoire abrégée de la langue, affirme que le syriaque vulgaire était divisé en trois dialectes principaux et que le syriaque, plus que toute autre langue, avait subi un mélange important en se répandant et en se propageant dans des contrées lointaines. Cette altération, pense-t-il, l’a affecté au point que ceux qui le parlent, les Syriens, les Palestiniens et les Orientaux, ne s’entendent pas entre eux. À vrai dire, on ne devrait pas parler de syriaque mais d’un araméen palestinien ou d’un araméen mésopotamien divisé en oriental et occidental. Ce fut le mésopotamien occidental ou édessénien qui s’imposa tout en acceptant dans la région entre Malatya et Harrân, à l’est d’Édesse, des particularités dialectales.

  • 2 F. Ildefonse, La Naissance de la grammaire dans l’Antiquité grecque, Paris, Vrin, 1997, p. 48, comm (...)

3Les œuvres écrites en syriaque ont été malheureusement oubliées par la plupart du public savant plutôt enclin à la lecture des auteurs grecs et latins de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge. Les textes théologiques, philosophiques et scientifiques en langue syriaque constituent pourtant un chapitre fondamental de l’histoire des idées. C’est cette littérature qui, en effet, a servi de trait d’union entre l’Orient, hellénisé mais toujours sémite, et l’Occident à la recherche de son identité au seuil du Moyen Âge. Cette littérature, d’une part, interprète la volonté ferme des intellectuels syriens d’éclairer le rapport entre la science et la religion et, d’autre part, grâce à une traduction soutenue et méthodique du texte grec en syriaque, elle facilita plus tard la transmission aux Arabes des ouvrages de la philosophie classique, en particulier ceux du corpus aristotélicien. Si les philosophes païens du Levant devinrent des commentateurs prolifiques, en langue grecque, de tous les traités aristotéliciens, les ecclésiastiques de langue syriaque, pour des raisons de discipline théologique, consacrèrent l’essentiel de leur temps à l’étude de l’Organon d’Aristote. On peut dire qu’avec les philosophes de langue syriaque, dont la recherche était ancrée dans la tradition intellectuelle d’Alexandrie et d’Antioche, un Orient plus ouvert à la connaissance que celui de Constantinople était né. Les auteurs syriaques du ive au viie siècles étaient conscients de la difficulté de traduire les textes de théologie écrits en grec et ce furent sans doute les polémiques sur la Trinité ou sur la nature du Christ qui les incitèrent à utiliser dans leur langue une terminologie qui relevait de la logique aristotélicienne, alors en faveur dans les écoles de philosophie. J’oserais dire que la culture syriaque se trouva alors dans une situation semblable à celle de la Grèce archaïque où, comme M. Detienne l’a montré, la naissance de la philosophie était indissociable d’un changement dans la représentation du langage, passant au statut d’un objet technique. En Grèce, « le langage vient à la philosophie, en passant par le droit des assemblées2 », mais en territoire syriaque les assemblées sont des conciles et les contraintes sont théologiques.

Notes

1 Une remarque de Dante dans le deuxième livre du De l’éloquence en langue vulgaire, nous invite à réfléchir, comme on le verra plus loin, sur l’importance de la poésie dans la première littérature syriaque. De son côté, Leon Battista Alberti, vers 1450, écrivait dans l’introduction à sa grammaire : « Ceux qui affirment que le latin n’a pas été une langue commune à tous les peuples latins mais seulement celle de quelques doctes scholastiques, comme c’est le cas aujourd’hui, abandonneront, je pense, leur erreur en voyant cette brochure de nous dans laquelle j’ai résumé l’usage de la langue italienne en des annotations très brèves. Quelque chose de semblable ont fait les savants de grand talent d’abord parmi les Grecs puis parmi les Romains ; ils appelèrent des semblables admonitions, qui permettent d’écrire et de parler correctement, de son nom – grammaire. Pour savoir ce que c’est cet art dans notre langue, lisez-moi et le comprendrez » (La Prima Grammatica della lingua volgare. – La Grammatichetta vaticana, C. Grayson, [éd.], Bologne, 1964).

2 F. Ildefonse, La Naissance de la grammaire dans l’Antiquité grecque, Paris, Vrin, 1997, p. 48, commentant Les Maîtres de la vérité dans la Grèce antique de M. Detienne.

© CNRS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search