Version classiqueVersion mobile

Stratégies de la comparaison internationale

 | 
Michel Lallement
, 
Jan Spurk

Conclusions

Politique de la comparaison

Bruno Jobert

Texte intégral

1La comparaison est un outil puissant, indispensable de la recherche en sciences sociales. Les textes qui précèdent l’attestent. Mais il faut se prémunir contre les prétentions scientistes que la comparaison peut encourager. Non, la comparaison ne peut pas être l’équivalent de l’expérimentation dans les sciences dures. Ces résultats dépendent largement de la position de l’observateur. Celui-ci structure son champ en fonction de théories et de systèmes de valeurs qui lui sont propres et des moyens qui sont mis à sa disposition pour mener ses enquêtes. Le livre met ainsi sur la voie d’une politique de la comparaison dont on esquissera ici quelques traits.

Les comparaisons et la lutte pour l’hégémonie

2Avec les progrès de la globalisation, les pratiques d’emprunt et de mimétisme institutionnel prennent une nouvelle dimension. Les processus de production des référentiels s’internationalisent, la lutte des États pour imposer leur propre vision du monde devient plus cruciale. Le développement des comparaisons internationales n’est pas étranger à cette recherche de l’hégémonie. Ce n’est sûrement pas un hasard si les gouvernements scandinaves, par exemple, ont investi lourdement dans des institutions de recherche comparative sur l’État-providence. La typologie canonique des États-providence qui a émergé de ces travaux, à partir des recherches de W. Korpi puis de G. Esping-Andersen (1990), a réussi le coup de force d’imposer la lecture de la variété des États-providence en fonction de leur proximité à une expérience politique très particulière. Selon eux, l’avenir probable et souhaitable des États démocratiques devait être déjà présent dans le monde nordique grâce à un élargissement progressif de la sphère non marchande et une citoyenneté sociale universaliste construits à travers une concertation sociale néocorporatiste. Cette hégémonie scandinave n’était pas du goût des chercheurs allemands qui n’appréciaient pas de voir rejeter leur modèle comme l’emblème d’une catégorie dévalorisée, celle des États continentaux, autoritaires et familialistes. Mais malgré les sommes très importantes mises au service des centres de recherche allemands, la typologie ternaire des Scandinaves a continué à exercer une influence majeure sur les recherches comparatives.

3Mais l’utilisation de cette typologie dans le discours politique change. Désormais les sociologues qui donnent le ton dans la comparaison internationale sur l’État-providence ont découvert les vertus de l’économie politique. L’universalisme scandinave est au mieux une utopie, une exception à laquelle il faut rendre un hommage tout en insistant sur l’impossibilité de son transfert dans d’autres pays. Les États dits continentaux ne trouvent pas plus grâce à leurs yeux dans la mesure où ces États, figés sur leurs acquis, institutionnaliseraient l’opposition des inclus et des exclus. C’est donc les États libéraux, pratiquant une économie politique saine, conforme aux exigences de la globalisation, qui vont servir de référence à la définition d’une troisième voie. Du point de vue de la comparaison, ce n’est plus l’élargissement de la sphère non marchande qui devient la référence mais le niveau d’incorporation par le travail et la « modernisation sociale ». On entend par là les formes de luttes contre les inégalités entre les genres et entre les âges. Ici encore les États « continentaux » restent frappés du même opprobre sauf dans le cas du « miracle hollandais » où la concertation a été mise au service d’une politique d’activation et d’ouverture aux femmes du marché du travail. Mais c’est, cette fois, la Grande-Bretagne qui prétend jouer un rôle pionnier. Les efforts constants du New Labour pour diffuser sa bonne parole sur l’Europe contraste avec sa réticence à toute forme institutionnaliste d’intégration européenne dans le domaine social.

4Les entreprises de comparaison ne sont donc pas toujours des exercices désintéressés de confrontation cosmopolite, elles participent à des confrontations d’où ne sont pas absents les biais chauvins.

Le provincialisme de la recherche

5Dans ce combat pour l’hégémonie, des frontières se dessinent : tandis que les institutions financières internationales organisent la sélection de bonnes pratiques pour le monde en développement, la plupart des opérations comparatives se cantonnent dans la zone de l’OCDE. Les raisons pratiques ne manquent pas pour opérer ce choix, l’existence de données plus homogènes, de sociétés suffisamment proches pour être comparables… Les raisons politiques sont aussi évidentes – si l’enjeu de la comparaison est de dégager un modèle de référence pour le monde développé, il est inutile de regarder au-delà de ses frontières. Les textes réunis dans ce livre montrent à l’évidence le provincialisme de la recherche comparative en sciences sociales. Alors que la globalisation lie plus étroitement le sort des nations développées au reste du monde, les trajectoires des pays émergents comme celles des pays les plus pauvres restent superbement ignorées par les comparatistes.

6Il est vrai que les comparaisons globales initiées par L. Dumont entre l’Inde et l’Occident pourraient paraître outrageusement simplificatrices, il n’empêche qu’elle soulevait des interrogations pertinentes et nouvelles sur notre propre société. Si les textes rassemblés dans ce livre nous permettent de mieux saisir les différences entre pays européens et notamment entre la France et l’Allemagne, leur proximité, les traits essentiels du « modèle social européen » ressortiraient mieux d’une comparaison élargie à d’autres continents.

Méthodologie et théorie : accords et dissonances

7Comme P. Hall (2001) l’explique de façon convaincante, il doit exister une compatibilité entre les théories, les schémas causaux présumés et les méthodes de comparaison adoptées. Ainsi une grande partie de la recherche comparative a prétendu isoler le rôle spécifique d’un « facteur ». Dans le temps, on s’est ainsi successivement interrogé sur l’influence des gouvernements, des groupes d’intérêts, des institutions et des idées comme facteur déterminant les performances économiques et sociales d’un pays. Cette démarche a permis le développement d’une industrie de la comparaison où étaient évoquées les corrélations éventuelles entre des indicateurs de performance et telle ou telle variable stylisée du système politique. Les conditions dans lesquelles on peut déduire de ces covariations des relations causales impliquent des choix théoriques qui n’ont pas toujours été explicités. La compatibilité en particulier entre des approches par le facteur et les théories structurelles de la société est tout à fait problématique. Il est possible que, dans des sociétés différentes, le même mouvement d’une « variable » produise des effets contraires en fonction des contextes institutionnels dans lesquels elle agit. Reste alors à mettre en place les méthodologies qui permettent de rendre compte de ces logiques structurelles. Dans ce domaine, la recherche a plus progressé dans l’analyse des contraintes que dans celle des changements et des réorientations. La recherche comparative a permis, cet ouvrage l’atteste, de mieux comprendre l’empreinte du passé sur les trajectoires ultérieures des sociétés. Elle est moins à l’aise pour rendre compte des bifurcations et des changements de cap. C’est qu’en effet l’innovation opère souvent par débordement des cadres institués ; de nouveaux acteurs s’invitent sur la scène politique, des alliances anciennes se dénouent, d’autres se font jour autour de nouvelles idées. Ce n’est pas un hasard si l’œuvre comparative maîtresse de G. Esping-Andersen s’est fondée sur une analyse serrée de la genèse des États-providence dans trois pays seulement. Dans cette même ligne, on peut affirmer que l’analyse de l’innovation institutionnelle requiert la collecte d’informations qui ne sont pas forcément structurées de façon pertinente dans les bases de données les plus utilisées. Ainsi apparaît l’un des dangers les plus menaçants de la comparaison. La recherche de données comparables peut conduire à privilégier les informations les plus routinisées peut-être aux dépens d’autres, plus pertinentes mais moins formalisées. Il en résulte un biais de la recherche comparative en faveur de la mise en lumière des continuités, plutôt que des ruptures qui mettront du temps avant d’être incorporées dans les dispositifs courants d’observation.

8La recherche comparative est ainsi confrontée à un double défi méthodologique : comment incorporer une approche structurelle de la causalité ? comment ne pas faire de ces structures que l’on met au jour des choses inertes mais les analyser comme des ensembles vivants dont on veut mettre au jour le renouvellement ? Cette dernière question paraît particulièrement importante pour le politologue. En effet le véritable visage du politique surgit quand les régulations instituées sont mises en crise. Alors les accords partiels ou locaux font place à des dissensus suffisamment profonds pour que le problème échappe aux acteurs les plus directement concernés pour être mis sur la place publique. Le problème requiert ensuite l’intervention d’un tiers dans l’imposition de nouvelles normes. Cette facette du politique instituant reste encore beaucoup plus mal connue que la facette du politique institué.

***

9On peut se demander en conclusion si cette perspective axée sur l’innovation est bien compatible avec les règles prévalant actuellement en Europe dans l’administration de la comparaison. En effet l’imitation des sciences dures paraît ici fréquente et avec elle le mythe de l’exploration de « facteurs explicatifs » et la négation concomitante des approches théoriques les plus prometteuses plus orientées vers l’analyse de causalités structurelles. De même la fascination pour les données déjà formalisées ne détourne-elle pas de la nécessité de créer des données nouvelles ou de réorganiser les matériaux existants pour répondre à des exigences théoriques nouvelles ?

10Dans la comparaison comme dans le reste des sciences sociales, le mode de collecte des données et leur traitement doivent être subordonnés à un effort permanent de structuration des cadres d’interprétation. Comme technologie, la pratique de recherche ne peut être une échappatoire à l’exigence théorique ; elle doit lui être subordonnée. On peut se demander si c’est cet ordre de priorité qui inspire les commanditaires de recherche nationaux ou européens.

Auteur

© CNRS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search