Version classiqueVersion mobile

Stratégies de la comparaison internationale

 | 
Michel Lallement
, 
Jan Spurk

Conclusions

La tension comparative

Bernard Gazier

Texte intégral

1Il est dans les sciences sociales des objets à vocation polémique : pas simplement un regroupement d’observations structurées, pas encore un élément d’une théorie constituée, mais quelque chose d’intermédiaire, dont l’exploration permet d’ouvrir un champ et surtout de disqualifier une orientation interprétative ou explicative antérieure. Ils inaugurent une tension. Par exemple les « marchés internes » identifiés par P. Doeringer et M. Piore en 1971 ne sont pas, et on l’a beaucoup remarqué, à proprement parler des marchés. Ce sont des procédures d’affectation et de rémunération de la main-d’œuvre qui obéissent à des règles de type bureaucratique et se substituent à des marchandages dans le cas de firmes qui stabilisent durablement leurs salariés. La dénomination permet de disqualifier une perspective traditionnelle néoclassique, renvoyée à certains ajustements « externes ». Mais décrire des « marchés internes » n’est pas produire une théorie alternative. C’est dire qu’il faut autre chose. La théorie du « dualisme » proposée par ces deux auteurs n’a du reste que partiellement répondu à cette impulsion, et a souvent été critiquée : on lui a notamment reproché de se limiter à l’affirmation d’une typologie incomplète et statique.

2L’« effet sociétal » construit dix années plus tard en France par M. Maurice, F. Sellier et J.J. Silvestre, qui a joué dans ce pays au moins un rôle important dans la pratique des comparaisons internationales en économie et sociologie, obéit sans doute à cette logique réactive, mais redoublée. En effet, il rassemble, sans qu’à notre connaissance une définition ait été donnée en tant que telle par les auteurs, l’ensemble des liens systématiques et nationalement spécifiés, entre la manière dont est produite, affectée et rémunérée la main-d’œuvre. Poser une telle liaison permet de s’affranchir ici aussi des déterminismes élémentaires du marché du travail : M. Maurice, F. Sellier et J.J. Silvestre remarquent en effet que les ingénieurs, comparativement mieux payés en France qu’en Allemagne, sont cependant plus nombreux dans notre pays, ce qui heurte frontalement la logique élémentaire des marchés. Cet objet permet aussi de spécifier des fondements institutionnels et sociaux de différentes versions nationales du conflit capital-travail, certaines étant peut-être préférables à d’autres, mais sans que l’on ait à évaluer des coalitions politiques ou des rapports de force, ce qui s’écarte d’une perspective marxiste traditionnelle. Mais le livre fondateur de nos trois auteurs se termine par un chapitre à vocation critique et n’ouvre guère de pistes théoriques pour une compréhension dynamique de ces différences.

3En somme, on a mis une pierre sous la tondeuse à gazon des rivaux, mais où est l’autre jardin promis ? Montrer un cygne noir à une théorie qui ne postule que des cygnes blancs est une bonne opération, mais il manque toujours une théorisation plus puissante de tous les genres de cygnes. Au delà de l’« effet sociétal » et du rôle qu’il joue dans un débat franco-français, la pratique des comparaisons internationales introduit aisément (mais pas nécessairement) à ce rapport polémique à une ou plusieurs théories ainsi mises à l’épreuve. Les apports et les avatars des typologies y sont multipliés, et c’est le grand intérêt de l’ouvrage coordonné par M. Lallement et J. Spurk que d’en proposer une discussion ouverte, délibérément affranchie du francocentrisme, et particulièrement riche. Élargissement du champ, confrontations interdisciplinaires, dynamiques internes, retour sur les bases statistiques, catégorielles et linguistiques : l’impression produite est celle d’un domaine bourgeonnant, et contradictoire. Les appels à l’aventure et à la prudence coexistent. Y a-t-il renouveau ou enlisement ? L’Autre est compliqué, insaisissable mais parfois proche ! Dans la ligne des stimulantes confrontations et des efforts de réflexivité présentés par l’ouvrage, nous aimerions souligner brièvement trois points. Notre fil conducteur sera la tradition sociétale et ses avatars au cours du temps : ses limites actuellement ressenties d’abord, ses apports désormais inséparables de ses transformations, et finalement quelques-uns de ses points aveugles.

La convergence contre-attaque

4Nombreuses sont les contributions qui remarquent que le contexte actuel, intellectuel et pratique, renforce la légitimité des comparaisons internationales. « Globalisation », intégration européenne et élargissement de l’Europe, tendances communes à la décentralisation et à la privatisation : comment ne pas voir là des incitations et des aliments à la comparaison internationale ? Mais derrière l’étude de réponses parallèles ou différenciées à des problèmes communs, ce qui s’affirme le plus souvent est, les termes sont malheureusement bien lourds, un semi-fonctionnalisme partiel et par défaut. Exemplaire de ce point de vue, la démarche normative européenne des « plans nationaux pour l’emploi » laisse chaque pays juge de ses démarches en matière de politique de l’emploi mais pose un cadre général avec ses priorités, son langage et ses indicateurs. La pratique du benchmarking ou encore de l’étalonnage concurrentiel fait que chaque État membre doit s’engager sur un programme, afficher annuellement ses réalisations, et présenter des explications en cas de manquement.

5Sur un plan plus scientifique, l’âge d’or du comparatisme avec ses trajectoires nationales bien typées est sans doute révolu. Les années 1980 ont été pour l’Europe des années d’entrée progressive dans la crise de l’emploi et de la croissance lente, avec des réactions nationales puissamment différenciées. Les processus d’apprentissage, de réformes structurelles qui ont suivi n’ont pas gommé les différences. Mais la diffusion d’expériences communes telles que les « pactes pour l’emploi », l’affrontement à des défis très parallèles tels que le vieillissement des populations et la rationalisation des appareils de protection sociale, ont contribué à la recherche d’« équivalents fonctionnels » qui, malgré les différences, ont ajusté, adapté, actualisé, allégé…

6Est-ce à dire que désormais les pays européens par exemple vont converger ? Il serait bien naïf de l’affirmer. Mais ce qui est en cause est, en tout cas en ce qui concerne le travail et l’emploi, et probablement au-delà, de l’ordre de la mise en mouvement. Reprenons l’intuition sociétale : une série d’institutions et de pratiques permettaient en quelque sorte de « produire » une version nationale typée de groupes d’acteurs, par exemple l’ouvrier qualifié allemand détenteur de sa qualification professionnelle, et adapté à un espace de circulation et de confrontation industrielle. Or des tendances actuelles comme l’individualisation des salaires, la gestion par projets, mettent en cause directement ou indirectement les bases identitaires de tels groupes d’acteurs. On assiste plus généralement à des processus de diffraction de la relation salariale (Morin et al., 1999) qui neutralisent l’échange traditionnel : sécurité contre subordination. Ceux-ci permettent à la fois d’identifier et de relativiser certaines différences sociétales.

7Un cas d’école est fourni par l’analyse de l’opposition polaire des statuts réservés aux travailleurs du spectacle en France et au Royaume-Uni (Benhamou, 2000). D’un côté de la Manche, les travailleurs britanniques sont des entrepreneurs individuels ; de l’autre, les Français bénéficient du statut des « intermittents du spectacle » qui en fait des salariés assez largement protégés contre les aléas de leur profession. Ce traitement symétrique de l’hyperflexibilité apparaît tout d’abord comme l’autorisation de réactiver des poncifs : d’un côté un monde thatchérien, avec ses profondes inégalités, ses amortisseurs privés, et ses destins tronqués pour les plus mal lotis. De l’autre, des travailleurs qui profitent des apports en cotisations sociales venus des salariés plus réguliers (ils payent un et reçoivent dix de la part du « régime général ») et obtiennent une protection continue au-delà du seuil réglementaire des 507 heures annuelles déclarées. Un second temps nuance singulièrement le tableau. Le régime français permet aux employeurs de sous-payer ces travailleurs, dont les contrats se raccourcissent et se multiplient ; et les inégalités britanniques n’ont pas l’air tellement supérieures à ce qu’induit le subventionnement français, très favorable aux plus riches des acteurs et « intermittents ». Bref le bilan définitif reste à tracer.

8C’est le troisième temps qui est à l’ordre du jour : la mise en évidence, non seulement d’équivalents fonctionnels imparfaits et partiels, mais aussi d’expérimentations variées dans les pays développés d’une palette élargie de relations de travail salarié et non salarié. Comment qualifier le travailleur à son compte sous-traitant régulier d’une seule organisation ? et le salarié mis à disposition d’une autre entreprise et tenu à obligation de résultat ? Ces figures qui se croisent témoignent de transformations communes mêlant salariat et non-salariat, et les différences sociétales retrouvent en partie la même chose à partir de points de départ éloignés. De nouveau ce sont des combinaisons plus vastes qui peuvent faire la différence, et non l’institution ou la situation isolées. Quels droits, quelles garanties, quels substituts ? Nous vivons une convergence paradoxale, dans la diffraction, l’expérimentation et le bricolage institutionnel.

Du décentrement comparatiste au décentrement disciplinaire

9Nombreux sont les textes ici rassemblés qui nous avertissent du risque qu’il y aurait à durcir le condensat sociétal. Il nous semble que le risque n’est pas seulement celui de méconnaître des incohérences ou des capacités d’adaptation et d’évolution. Il est aussi de maltraiter les perspectives transdisciplinaires qu’ouvre la comparaison internationale.

10Il est par exemple frappant de constater qu’une typologie influente et puissante comme celle de G. Esping-Andersen, qui a le double avantage d’articuler directement emploi, famille et protection sociale, et de créer des cas de figure ne se limitant pas à un affrontement entre flexibilité à l’anglo-saxonne et rigidité continentale, fonctionne en ses confins comme une caricature. Les ajustements de marché qui sont postulés dans ce cadre semblent en effet pris chez le plus obtus des théoriciens néoclassiques traditionnels : l’offre et la demande, et tout de suite, pas plus et pas moins que ne l’implique le croisement mythique des courbes postulées. On en conclura que l’ouverture d’esprit et la systématisation se payent quelque part. Récemment F. Scharpf, avec l’autorité et la hauteur de vues qu’on lui connaît, a utilisé cette matrice et estimé que les pays non nordiques n’ayant pas les moyens politiques d’instaurer des solutions du type nordique, étaient condamnés à importer, de manière humaine, des flexibilisations et privatisations de type anglo-saxon… (Scharpf, Schmidt, 2000). Ce qui est à tout le moins un peu court.

11Symétriquement, les régularités sociétales évoquées plus haut ont été construites, on le sait mieux maintenant, et ce livre s’en fait l’écho, sur le rejet délibéré, et un temps discret, des travailleuses. La prise en compte des femmes venait perturber l’opposition des modèles français et allemand, et leur destin en matière de travail et d’emploi a été écarté parce que source de « bruit » théorique et empirique, en quelque sorte. On peut voir là la confirmation d’une perspective industrialo-masculine qui n’a jamais été valide mais devient désormais visiblement insupportable, sous les deux registres scientifique et politique.

12Que tirer de ces deux mésaventures ? Qu’il peut exister un enfer comparatiste, et qu’il est pavé de bonnes intentions et de limitations, sans doute. Peut-être aussi qu’un grand besoin de réflexivité se manifeste dans un domaine où l’interaction entre les disciplines est à la fois nécessaire et pas assez explicité. Manifestation évidente de l’intrication de l’économique et du social, du juridique et du politique, la comparaison internationale se déploie dans une zone de friction, collaboration et concurrence entre disciplines. Et celles-ci, faut-il le rappeler, ont non seulement des frontières épaisses, mais aussi des dynamiques enchevêtrées de spécialisation réciproque et même de codétermination. Passer du décentrement comparatiste au décentrement disciplinaire apparaît ainsi nécessaire, et ouvre à une série de programmes tout aussi ambitieux et risqués les uns que les autres. Comment, en effet, combiner la connaissance déjà imparfaite d’une discipline à la prise en compte des apports et transformations d’au moins une autre ? Le défi cognitif est énorme. Les solutions ne peuvent être que des palliatifs, des stratégies partielles et ouvertes, qui articulent un effort réflexif à la recherche conjointe dans au moins deux disciplines.

  • 1 Sur le mitage des frontières entre stratégies et différentes versions de l’action, on pourra consul (...)

13Cela peut conduire, par exemple, à construire des objets exploitables dans plusieurs champs disciplinaires. Ici naît sans doute une des forces de l’analyse sociétale. Élaborée par un sociologue, un spécialiste des relations industrielles et un économiste, elle se centre sur le plus économique des problèmes, les conditions de vie et d’usage des travailleurs, pour en cadrer la dimension sociale et institutionnelle, et ouvrir ainsi sur une variété d’arrangements. Que les cohérences sociétales aient été globalisées et surestimées, et que la dimension politique n’en soit pas suffisamment explicitée est un fait qui ne doit pas oblitérer ce mérite. Ceci peut conduire à une interrogation plus frontale sur la dynamique même des déploiements disciplinaires. O. Giraud le fait dans cet ouvrage à propos de la science politique et confronte ses paradigmes à la question même de la rationalité de l’acteur. Et on peut se demander si l’économie actuelle, avec ses obsessions cognitives, n’est pas elle aussi, en dépit de son « autisme » récemment brocardé, demandeuse d’une articulation avec la psychologie voire avec d’autres sciences sociales parmi lesquelles la sociologie mais aussi l’anthropologie : problèmes d’anticipations, d’apprentissages, de signaux, de « prophéties », de conventions, de mimétisme, de stratégies1

14Peut-êtres des travaux futurs se développeront-ils sur cette double ligne de l’interrogation réflexive transdisciplinaire et des objets comparatistes. Cela pourrait être le cas des tendances récentes de la socio-économie qui s’attaque désormais frontalement aux processus de marché, sans s’en tenir à cet extérieur bariolé et composite que seraient les institutions, fussent-elles organisées en réseaux serrés – ce dont on doute désormais (voir infra).

15Nous voudrions pour finir faire apparaître deux thématiques moins développées, dont le statut interdisciplinaire n’est pas actuellement clair, et qui nous semblent nécessairement à l’horizon des débats en cours. Il s’agit de la socialisation et de la normativité.

Socialisation et performance

16Revenons encore à l’analyse sociétale. Si elle cherche à préserver l’autonomie de l’acteur et se défie d’un déterminisme trop global, il n’en reste pas moins qu’elle fait l’impasse sur les processus de socialisation qui permettent à un travailleur allemand par exemple d’intérioriser les conditions de mobilité, de formation continue, d’engagement dans les conflits collectifs, qui prévalent dans son espace national. On a même ici l’impression d’une redondance. « Instituée » et « instituante », la firme rentre en écho avec les appareils de formation, qui eux-mêmes sont adaptés aux relations professionnelles et relèvent d’un compromis stable entre partenaires sociaux. On dirait des pavés autobloquants, les Anglo-Saxons parlent ici de self-reinforcing institutions. L’acteur est produit, comment le système pourrait-il bouger ?

17On sait cependant depuis longtemps que l’apprentissage en Allemagne est une institution datée, dont la théorisation sociétale identifie et salue, au début des années 1980, la montée en charge plus que la permanence. C’est alors la diversité des situations, des points de vue, voire l’hétérogénéité, qui vont devenir les objets d’étude privilégiés. Envisager la possibilité que les institutions soient loosely coupled (J. O’Reilly) ou encore appeler à prendre systématiquement en compte les hétérogénéités régionales (A. Gueissaz) est ainsi une réponse quasi thérapeutique aux difficultés de l’analyse comparative. Mais ceci, quoique indiscutablement utile, ne peut remplacer l’étude de la question centrale, qui est celle des processus de socialisation. Comment devient-on Persan ?

18En fait nous sommes tous susceptibles de devenir un peu Persans. C’est le sens, provocateur et stimulant, de la contribution de C. Dubar, C. Gadea et C. Rolle qui aborde frontalement cette question de la socialisation. Ils envisagent l’hypothèse de « dynamiques identitaires communes à tous les pays confrontés aux mêmes mutations socio-économiques et symboliques », soit le contraire du sociétal. Ce qui leur permet la formulation de cette hypothèse est une mise au pluriel préalable, pertinente pour tous les pays développés : la distinction, dans des proportions variables selon les pays, de grandes catégories de stabilisation et de mise en circulation de la main-d’œuvre. Ce sont ces catégories qui sont actuellement bousculées dans les processus de reconfiguration des marchés internes et d’affirmation des réseaux. Ces transformations, qu’ils analysent à l’aide de N. Elias, bouleversent les trajectoires identitaires des travailleurs, qui peuvent s’en accommoder ou se mettre en situation de rupture. Et l’objet qu’ils dessinent est un ensemble de « configurations éducation-travail » d’emblée saisies en situation et en mouvement : un nouveau défi à l’analyse comparative.

19Bien d’autres arguments pourraient être mobilisés en faveur de la socialisation comme objet, qui tiennent en particulier à l’enrichissement progressif de la conception du sujet tel que les économistes la développent désormais : métapréférences, motivations, relations de confiance et de réciprocité… Mais il suffit ici de noter cette mise en mouvement du comparatif à sa racine même.

  • 2 À propos de la « Silicon Valley », J. Baron, D. Burton et M. Hannan (1996) identifient deux styles (...)

20Ce qui se dérobe en revanche est, assez largement, le normatif. Revenons une dernière fois à l’analyse sociétale pour remarquer que cette dimension avait été délibérément, et par construction, suspendue. M. Maurice, F. Sellier et J.J. Silvestre avaient conduit leur enquête empirique à partir d’entreprises françaises et allemandes dont la compétitivité et les performances étaient posées semblables, de manière à ne faire jouer que les spécificités des relations salariales ou éducatives. Il s’agissait bien de montrer que deux formes différentes de mobilisation de la main-d’œuvre pouvaient coexister durablement, et du reste ce type de démarche se retrouve aujourd’hui dans d’autres études sur les « styles de management »2. En 1986, J.J. Silvestre est devenu discrètement normatif en généralisant et en dynamisant son propos. La distinction des ajustements « mécaniques », « organiques » et « structurels » permettait de faire l’éloge de l’intégration allemande ou japonaise, qui peut mobiliser des processus « organiques », et de critiquer la raideur française, condamnée à subir du « mécanique » avant d’en venir à la chirurgie lourde du « structurel ». Bien avant, semble-t-il, était né le poncif de l’adaptabilité allemande ou japonaise, inaccessible à la France toujours coincée dans des positions intermédiaires. Nous avons ensuite rêvé sur le modèle suédois, puis hollandais, puis danois…

21Quelles que soient les capacités d’adaptation globales prêtées à un pays, la perspective comparative a fréquemment pour effet, sinon de suspendre, du moins de complexifier la question de l’évaluation. Rien ne pouvant être « égal par ailleurs », la prise en compte des contingences, des reports et des compensations vient alerter les chercheurs avant même qu’ils ne s’interrogent sur d’éventuels effets de système se renforçant réciproquement. Et encore antérieurement, la question de l’intraduisible, de l’absence d’équivalent, de la construction nationale des catégories, vient parasiter le jugement normatif et ce livre s’en fait largement l’écho. Peut-être nous manque-t-il une grammaire et un vocabulaire socio-économiques plus larges d’évaluation des sociétés développées ? Quelques progrès existent tout de même. Le lent passage en Europe du taux de chômage officiel au taux de chômage élargi (incluant les handicapés, etc.), et la prise en compte du taux d’emploi comme indicateur de l’intégration via le travail est cependant un indice plutôt positif d’une élaboration en ce sens. Il y a quelques années, le débat restait souvent prisonnier d’indicateurs plus limités.

22Le problème ici est de dépasser des critères traditionnels de résultat, principalement en termes d’inégalité de revenus, pour ouvrir sur des critères dynamiques et sans doute plus qualitatifs, voire sur des capacités d’adaptation systémique… La mise en évidence de la variété des situations et de leurs déterminants ne doit pas détourner des préoccupations normatives. Enjeux d’égalité entre les hommes et les femmes, gestion du temps de travail et des choix organisationnels, inégalités éducatives et destins subis, les contributions de cet ouvrage sont bien sur ce terrain très politique où les faits alimentent et bousculent la comparaison internationale. Ce défi reste à relever frontalement, dans sa généralité. En attendant, être sous tension(s), n’est-ce pas ce qui pouvait arriver de mieux à l’analyse comparative ?

Notes

1 Sur le mitage des frontières entre stratégies et différentes versions de l’action, on pourra consulter B. Gazier et M. Lallement (1998).

2 À propos de la « Silicon Valley », J. Baron, D. Burton et M. Hannan (1996) identifient deux styles d’entreprises high-tech qui perdurent avec leurs différences et manifestent autant de résistance et d’adaptabilité.

© CNRS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search